Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Passé refoulé ou avenir désirable ?

Présentation. Passé refoulé ou avenir désirable ? Le tirage au sort en politique

Olivier Christin et Olivier Lamon
p. 317-321

Texte intégral

1Au cours des vingt dernières années, aux États-Unis, au Canada, en Europe mais aussi désormais en Chine ou au Brésil, les usages politiques du sort, et notamment la question de la sélection des dirigeants ou des représentants par une forme ou une autre de procédure aléatoire, ont fait l’objet d’une attention nouvelle, qui s’est manifestée dans la recherche scientifique — en sciences politiques, en histoire des idées ou encore dans le domaine de la théorie démocratique — comme dans la pratique politique elle-même, à tel point qu’il serait sans doute illusoire de vouloir distinguer deux chronologies de ce retour ou de ce réveil.

2Le tirage au sort avait pourtant été congédié de la politique entre le milieu du xviiie s. et le milieu du xixe s., parallèlement à la progression du régime représentatif moderne et non sans débats et sans incertitudes, comme l’a souligné Bernard Manin dans son livre pionnier. Certes, en 1843 encore, le Dizionario della lingua italiana évoquait bien à propos de la « Repubblica democratica » un régime dans lequel « ceux qui gouvernent sont tirés au sort, ou élus par les différentes catégories de la population ». Mais cette allusion était une sorte de butte-témoin de débats oubliés, sans référence à des exemples contemporains concrets et fortement marquée par les usages lexicaux de l’Ancien Régime : elle ne suffisait pas à dissimuler le recul effectif des procédures de tirage au sort dans la sélection des gouvernants et la détermination des choix politiques, la force des idéaux démocratiques attachés à l’idée de suffrage universel et donc d’extension de la pratique élective, alors même que le sort restait en vigueur dans d’autres institutions, telles l’armée pour la levée des soldats et des marins, ou la justice pour la composition des jurys.

3Le retour du sort constitue donc un tournant, d’autant plus important qu’il s’impose à la fois comme objet théorique, comme sujet de débats publics, y compris dans la presse ou dans les enceintes des assemblées représentatives, et comme revendication militante portée en bonne part par les mouvements sociaux et politiques qui ont fait leur apparition au cours des dernières années, des Indignés aux Gilets jaunes, en passant par Nuit Debout, les Indignados de la Puerta Del Sol, les militants de la place Syntagma à Athènes ou encore, dans un registre différent, le fonctionnement fédératif de Podemos, de la France Insoumise et du mouvement Cinque Stelle, même si de plus en plus de formations politiques classiques disent s’y intéresser. Mais cette redécouverte, justement, ne va pas de soi : elle soulève un certain nombre de questions — sur ses acteurs, ses enjeux, ses ambiguïtés aussi — que le dossier rassemblé ici et les interviews réalisées par Jérémie Ferrer-Bartomeu ont pour ambition d’explorer, en sollicitant volontairement des auteurs venus d’horizons disciplinaires, politiques et nationaux différents (voir ci-dessous). La diversité des approches et des terrains historiques, politiques, ethnographiques n’est pas ici marque d’impuissance théorique ou renoncement à saisir un objet aussi complexe mais, au contraire, condition même de sa construction pertinente par le jeu de la comparaison entre époques, situations politiques, formes de mise œuvre. Mettre à l’épreuve de la description historique certaines analyses de type normatif, rapprocher les exemples ideal-typiques d’apogée du tirage au sort politique des moments de leur critique radicale, confronter des expériences dissemblables d’expérimentation démocratique ou de critique de la démocratie représentative a été un objectif constant de ce dossier, qui nous a notamment permis de porter au jour quelques-uns des enjeux de la délégitimation moderne du sort et de sa réhabilitation contemporaine.

4Bernard Manin avait signalé certaines des raisons qui, au xviiie siècle, alors que se mettaient en place les principes du gouvernement représentatif moderne, avaient fait préférer les procédures électorales au tirage au sort, en insistant sur deux de leurs propriétés principales : la promesse tacite d’adhésion des électeurs à la décision qui résultera du vote — en quelque sorte le Folgeplicht qu’évoquait Otto v. Gierke à propos des obligations de la minorité à l’égard des décisions majoritaires — et la possibilité toujours ouverte d’un retournement de la majorité, qui laisse à la minorité l’espoir de pouvoir s’imposer un jour. Le sort, en effet, ne garantit ni l’un ni l’autre. Mais il reste bien des points à élucider au-delà de ces premières analyses, si l’on veut comprendre pourquoi et comment, partout, comme en Suisse où régnait la plus grande diversité des formes de gouvernement, le gouvernement représentatif a conduit progressivement à la disparition des pratiques de tirage au sort des dirigeants et ainsi à la constitution d’une classe particulière de citoyens, les élus, distingués des électeurs par un certain nombre de propriétés ou de privilèges.

5Car à côté des raisons évoquées par B. Manin, d’autres mécanismes et d’autres arguments semblent avoir participé au discrédit du tirage au sort dans cette longue période de transition vers la modernité politique que représente la période 1750-1850. Les contributions que nous avons rassemblées rappellent ainsi le rôle crucial qui était le sien dans les gouvernements aristocratiques ou oligarchiques — au rebours de ce qu’une lecture rapide de Montesquieu pourrait laisser croire —, l’existence de fraudes nombreuses qui sapaient les effets attendus du hasard contre la corruption et les cabales ou encore l’articulation très forte qui s’établit peu à peu entre l’idée de sélection ou de choix et celle de mérite ou de vertu des élus. Le sort cessa alors progressivement d’être tenu pour un principe de justice.

6Le retour du sort au cours des vingt dernières années, dans les travaux scientifiques comme dans la vie politique, sous des formes qui n’ont cessé de se renouveler et de se diversifier constitue une seconde interrogation de fond de ce dossier. Certains des ressorts en ont été décrits, parfois à gros traits comme dans le livre à succès de David van Reybrouck ou dans quelques blogs militants, qui dénoncent les effets de la confiscation des pouvoirs par des élites politiques professionnalisées, de plus en plus éloignées de ceux qui les désignent, et le désenchantement démocratique des citoyens qui ne se reconnaissent plus dans leurs représentants et ne trouvent plus dans les institutions les outils d’une participation satisfaisante aux affaires publiques.

7D’autres préoccupations jouent toutefois un rôle déterminant dans le regain d’intérêt pour le tirage au sort, qu’il faut saisir et décrire si l’on veut comprendre le rôle qui pourrait être le sien dans la transformation de la vie politique et des pratiques démocratiques. Pour nombre de ses partisans, il ne s’agit, en effet, pas exclusivement de transformer les modes de recrutement des gouvernants et des représentants, de changer la sociologie des institutions représentatives pour les rendre sociologiquement représentatives. L’utilisation du sort ouvre selon eux des perspectives plus larges, qui concernent à la fois la participation citoyenne, la déprofessionnalisation de l’activité politique ou en tout cas la promotion de nouvelles formes de capital politique ou militant, ou encore la nature même du travail politique et l’importance accordée à la délibération. Ces distinctions sont inégalement pertinentes pour les différents acteurs de ce renouveau, qui ne poursuivent évidemment pas les mêmes buts. Mais elles font voir l’ampleur des possibles : jurys citoyens, conférences de consensus, budgets participatifs, création d’assemblées tirées au sort ou introduction d’une part de délégués tirés au sort dans les assemblées existantes… Dissemblables et souvent portées d’ailleurs par des acteurs différents, ces innovations et ces expérimentations constituent autant de moyens d’atteindre des objectifs particuliers : contester ou réveiller les organisations partisanes en favorisant l’émergence de nouvelles formes d’engagement et en valorisant des catégories spécifiques de capital militant, acquises notamment dans la vie professionnelle ou associative, élargir le champ des questions sur lesquelles il peut être légitime et utile à la fois de consulter les citoyens ou encore accoucher de manières de penser une alternance entre responsabilités politiques et activités professionnelles éloignée de celle que l’on peut aujourd’hui observer dans la pratique du pantouflage, qui permet aux détenteurs de prébendes sur la chose publique de « rester aux affaires » sous une forme ou une autre, au prix de la porosité entre public et privé et de la construction de connivences entre fractions d’élites théoriquement distinctes. Le sort et ses usages politiques sont également perçus et défendus comme étant de nature à faire émerger une culture nouvelle de la délibération et de la construction en commun de la décision collective, pouvant refaire de celle-ci le produit non de l’agrégat de calculs individuels mais d’un véritable travail collectif pour citer l’analyse de Pierre Bourdieu.

8Les textes rassemblés ici n’ont par conséquent pas vocation à trancher, à dire ce qui devrait être, à livrer aux lecteurs un « sort, mode d’emploi » ou un « sort pour les Nuls ». Ils montrent ce que sont les potentialités et les enjeux de ce renouveau, les difficultés qui peuvent en piéger les abords. Car le sort — détaché des fonctions de régulation spécifiques qui étaient les siennes dans les Républiques aristocratiques ou démocratiques d’Ancien Régime et partiellement transformé par le recours à d’autres instruments de justice ou d’équité visant par exemple à la représentativité sociologique à partir des outils de la statistique — n’est en soi ni un remède miracle ni un poison mortel de la démocratie : il est un moyen de réflexion et d’action, un possible dont plusieurs sociétés politiques ont fait l’expérience et dont nous pouvons nous inspirer, un instrument qui n’a de sens que rapporté à un projet. « Everything is as it is taken » disait l’un des deux cents emblèmes de sir Thomas Palmer dans la première moitié du xvisiècle, en montrant une abeille et une araignée sur une même fleur : l’une produit du miel, l’autre du poison. Cela vaut pour le sort aussi.

9On comprend mieux, du coup, la dernière interrogation générale qui traverse l’ensemble des contributions rassemblées ici : celle de l’articulation entre le travail de la recherche et le travail politique, particulièrement forte dans certaines trajectoires de théoriciens du tirage au sort qui ont été également des artisans de son expérimentation ou de sa promotion. Rappeler ce croisement des intérêts et des préoccupations ne revient évidemment pas à faire de ceux-ci des activistes intéressés, à abolir la distance qui les sépare d’autres acteurs du débat sur le sort et encore moins à les décrire comme des experts qui pourraient être sollicités ici ou là par des collectivités, des élus, des entreprises pour répondre à des urgences démocratiques. C’est rappeler l’importance et la difficulté particulières de ce terrain de recherche, y compris pour ceux qui font profession d’historien et qui enquêtent sur des exemples du passé, et souligner que s’y aventurer ou s’y engager est aussi une façon de s’engager. Prendre part aux débats sur le tirage au sort en politique c’est aussi prendre parti. Ce dossier, en ce sens, est donc aussi une contribution au débat citoyen.

Haut de page

Annexe

Le tirage au sort en politique : enquêtes préliminaires

De nombreux travaux ont été publiés ces dernières années sur le tirage au sort en politique, contribuant au réveil de l’intérêt de philosophes, historiens et historiennes, politistes et des politiques eux-mêmes pour cette forme très particulière de sélection et de désignation de ceux et de celles qui devront occuper des charges publiques, prendre des décisions ou rendre la justice au nom du peuple, représenter la nation, une région, une province ou une collectivité. À l’occasion du colloque organisé à l’Institut historique allemand de Paris le 30 janvier 2019 sur ce thème, dans une perspective transdisciplinaire et de temps long, trois chercheurs ont répondu aux questions de Jérémie Ferrer-Bartomeu. Il s’agissait de présenter à gros traits leur propre communication, l’actualité de leur champ disciplinaire sur le tirage au sort, les potentialités et les risques que recèlent ces techniques dans un contexte de montée des populismes et des défiances politiques.

Entretien avec Antoine Chollet, janvier 2019

Entretien avec Yves Sintomer, janvier 2019

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Christin et Olivier Lamon, « Présentation. Passé refoulé ou avenir désirable ? Le tirage au sort en politique »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-2 | 2019, 317-321.

Référence électronique

Olivier Christin et Olivier Lamon, « Présentation. Passé refoulé ou avenir désirable ? Le tirage au sort en politique », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-2 | 2019, mis en ligne le 08 octobre 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/11682

Haut de page

Auteurs

Olivier Christin

Centre européen des études républicaines

Articles du même auteur

  • Sort injuste ? [Texte intégral]
    Usages et mésusages du sort en politique (France, xvii-xviiie siècle)
    Paru dans Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-2 | 2019

Olivier Lamon

Institut historique allemand de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals