Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Passé refoulé ou avenir désirable ?

Le tirage au sort dans la République de Venise

Maud Harivel
p. 323-329

Texte intégral

1Alors que les communautés italiennes se transforment peu à peu en principautés, la République de Venise résiste, parvenant à maintenir une égalité presque parfaite entre les membres de son patriciat. Le tirage au sort joue un rôle décisif pour maintenir la stabilité du gouvernement assurant le roulement et la répartition du pouvoir. Il n’est pas, comme à Athènes, un instrument démocratique, mais un outil au seul service de l’aristocratie vénitienne, qui assura une certaine stabilité au gouvernement vénitien bien qu’il ne soit pas sans faille.

La genèse du tirage au sort à Venise

  • 1 Maranini, Giuseppe (1974), La costituzione di Venezia, Florence, t. I, p. 173.

2Le tirage au sort fait officiellement son apparition en 1268 dans le cadre des élections du doge, puis deux ans après pour les autres magistratures. Avant le tirage au sort, il est probable que le doge ait été élu par acclamation jusqu’en 1172 par l’arengo, qui était alors le corps souverain de la République. Cette même année, on retire à l’arengo le droit d’élire le doge directement : elle doit nommer onze électeurs qui doivent choisir, sous serment, le meilleur citoyen, qui était ensuite soumis à l’approbation populaire1.

  • 2 Ibid., p. 183.

3À partir de 1268, le doge est élu par une commission de quarante membres, une décision qui ne fut pas des plus heureuses. En 1229, deux candidats obtiennent le même nombre de voix, si bien qu’il faut recourir au tirage au sort pour les départager. Jacopo Tiepolo l’emporte ainsi « par hasard » contre son adversaire Marino Dandolo, une victoire dont la légitimité fut contestée par la partie adverse. Sagement, le nombre d’électeurs passa de quarante à quarante-et-un2. C’est aussi la première fois que l’on recourt au tirage au sort à Venise, mais il faut attendre une trentaine d’années pour que cette technique devienne officielle.

  • 3 Ibid., p. 185.

4En 1268 a lieu une réforme importante proposée par Ruggero Zorzi. Lors de la vacance ducale, la Signoria — le conseil du doge — met au point une nouvelle loi électorale prévoyant une procédure en onze étapes : une complexification qui a pour but d’empêcher les manipulations électorales3. Tous les nobles âgés de plus de trente ans sont priés de se rendre dans le Grand Conseil où se trouvent dans un capello (une urne) autant de balles que de participants dont trente sont en or. Les balles sont extraites au fur et à mesure que se présentent les patriciens. Parmi les trente patriciens sélectionnés par ce premier tirage, il n’en restera que neuf tirés au sort. Réunis ensemble, ils doivent nommer quarante personnes. Une fois les quarante patriciens proposés, douze d’entre eux sont tirés au sort. Ils nomment et votent à leur tour vingt-cinq patriciens. Neuf d’entre eux sont tirés au sort qui nommeront quarante-cinq personnes, réduites à onze par tirage au sort, chargées de nommer onze patriciens. Ce groupe nommera les membres de la dernière commission, soit quarante-et-une personnes enfermées dans le Palais des doges jusqu’à l’élection du nouveau doge (voir fig. 1). De 1268 à 1797, cette procédure restera pratiquement inchangée, à quelques détails près.

Fig. 1. — L’ordine delle elettioni, e sorti per la creazione del ser.mo principe di Venetia, Museo Correr, ST. P.D. ,1660 m. 39878

Fig. 1. — L’ordine delle elettioni, e sorti per la creazione del ser.mo principe di Venetia, Museo Correr, ST. P.D. ,1660 m. 39878

Avec l’autorisation du Museo Correr, Venise.

5Une multitude d’autres charges pourvues un peu plus simplement existent : près de huit cents postes sont recensés vers la fin de la République dont le mandat s’étend de six mois à trois ans maximum. Ces mandats courts permettent eux aussi une rotation régulière du pouvoir entre les membres du patriciat, mais ils entraînent une multiplication du nombre de séances électorales. Dès le xve siècle, les Vénitiens se rendent tous les dimanches au Grand Conseil pour participer aux élections qui se déroulent parallèlement au vote des décisions et des nouvelles lois. Les Sénateurs doivent également participer à d’autres élections presque tous les mardis.

6Officiellement, deux ans après la réforme de l’élection du doge, le tirage au sort est institué pour les autres charges politiques. Les registres font d’abord état des commissions électorales en mentionnant en 1264 l’existence officielle du pieggio (ou plaidant en français). Chaque électeur est un plaidant qui nomme un candidat et s’en porte garant. En 1270 apparaît le tirage au sort lorsque le gouvernement décida d’insérer dans le capello autant de balles blanches que de personnes présentes, dont quarante dorées. Si un patricien tirait au sort une balle d’or, il se rendait à une seconde urne. S'il extrayait de nouveau une balle d’or, il devenait électeur. En revanche, il était exclu du tirage au sort si un proche parent était déjà électeur. Enfin, le troisième élément est le vote. Jusqu’en 1274, la procédure se termine dans les commissions électorales. Désormais, le Grand Conseil peut choisir parmi les différents candidats proposés. Dès la fin du xiiie siècle, on retrouve donc déjà les principaux éléments de la procédure électorale telle qu’on la connaît à la Renaissance : le tirage au sort de plusieurs patriciens (1) qui forment des commissions électorales (2) chargées de nommer des candidats dont les noms sont mis aux voix dans le Grand Conseil (3).

Les utilisations du tirage au sort

7L’utilisation du tirage au sort ne concernait pas les seules balles d’or : les Vénitiens recouraient à cette technique dans plusieurs autres cas. Lorsqu’ils étaient assemblés dans le Grand Conseil, ils étaient assis sur de longs bancs disposés les uns en face des autres dans la longueur de la salle. Chaque rangée de banc était tirée au sort pour déterminer l’ordre d’avancement des patriciens jusqu’aux urnes contenant les balles d’or et d’argent. Cette sélection hasardeuse devait éviter que les patriciens tentent, en s’asseyant sur un banc plutôt qu’un autre, d’augmenter leur chance de piocher une balle d’or.

8Les quatre commissions électorales étaient accompagnées chacune d’un secrétaire. Les quatre secrétaires tiraient au sort la commission qu’ils assistaient afin de limiter tout accord préélectoral entre un membre du personnel et des patriciens pour influencer les nominations.

9Chacune des commissions électorales recevait un set de balles blanches, rouges, vertes ou bleues. Sur ces balles était gravé un numéro, de un à neuf ou douze. Chaque numéro correspondait à une charge pour laquelle les membres des commissions devaient nommer un candidat. S’il y avait neuf charges libres à pourvoir, on ne distribuait que neuf balles ; s’il y en avait douze, le nombre correspondant de balles était distribué. Chaque membre tirait au sort une de ces balles et nommait un candidat pour la charge correspondant au numéro.

10Lors du vote dans le Grand Conseil, les patriciens utilisaient de petites balles de laine, appelées ballotes, pour voter. Jusqu’en 1628, elles étaient blanches, donc aisément imitables et faciles à cacher dans les longues manches des robes patriciennes pour bourrer les urnes. Désormais, les ballotes furent peintes de différentes couleurs dont l’une était tirée au sort au dernier moment. Il devenait ainsi plus difficile d’emporter suffisamment de ballotes de chaque couleur avant le vote.

11Enfin, l’ordre de mise aux voix des candidats était également déterminé par le sort. Après avoir vérifié l’éligibilité des candidats, un secrétaire tirait au sort leur ordre de mise aux voix, rendant un peu plus difficiles les sollicitations de vote de dernière minute.

Les outils du tirage au sort

12Trois grandes urnes, que les Vénitiens appelaient capello, étaient utilisées pour contenir les balles d’or et d’argent. Deux formes sont décrites : l’une est assez haute pour qu’il soit impossible d’apercevoir le contenu ; l’autre avait un couvercle et des ouvertures latérales qui ne laissaient passer que le bras (fig. 2). Trois de ces urnes étaient disposées dans le Grand Conseil devant la tribune sur laquelle siégeait le doge. Les patriciens allaient d’abord piocher dans l’une des deux urnes latérales. S’ils retiraient une balle d’or, ils se rendaient ensuite au capello central qui contenait autant de balles d’or que de participants aux commissions électorales (fig. 3).

Fig. 2. — Détail de « De groote rad van venetien », extrait du livre de Jan de la Court, Consideratien van staat, ofte polityke weeg-schaal, waar in met veele, reedenen, omtstandigheden, exempelen en fabulen werd ooverwoogen; welke forme der regeeringe… onder de menschen de beste zy. beschreven door V. H. (1662), p. 371, La Haye, Koninklijke Bibliotheek, 942 F 27

Fig. 2. — Détail de « De groote rad van venetien », extrait du livre de Jan de la Court, Consideratien van staat, ofte polityke weeg-schaal, waar in met veele, reedenen, omtstandigheden, exempelen en fabulen werd ooverwoogen; welke forme der regeeringe… onder de menschen de beste zy. beschreven door V. H. (1662), p. 371, La Haye, Koninklijke Bibliotheek, 942 F 27

© Koninklijke Bibliotheek, La Haye.

Fig. 3. — Urne pour le tirage au sort lors des élections du doge, Museo Correr, Cl. XIX, n. 0450

Fig. 3. — Urne pour le tirage au sort lors des élections du doge, Museo Correr, Cl. XIX, n. 0450

Avec l’autorisation du Museo Correr, Venise.

13On comptait douze groupes de quatre-vingt-seize balles dorées qui contenaient chacun leur propre signe gravé, par exemple un nombre spécial, des caractères ou des lettres. Si une balle était perdue, tout le groupe devait être reproduit avec un signe différent. Il était aussi essentiel qu’elles soient de mêmes poids et taille que les balles argentées. Les balles étaient donc jalousement gardées dans un coffre fermé et seul un orfèvre accrédité était en droit de les reproduire.

Comment tromper le hasard ?

14Les possibilités de manipulation du tirage au sort étaient variées. Parfois, les signes inscrits sur les balles d’or étaient reconnaissables au toucher, si bien que des patriciens ont pu exploiter ce défaut. Il faut décrire ici un exemple de fraude électorale pour comprendre les limites techniques du tirage au sort. En 1621 surgit un procès retentissant menant à la condamnation d’une vingtaine de patriciens pour fraude électorale et paris illicites. Un petit groupe de nobles aurait reproduit une fausse urne en bois contenant des balles d’argile leur permettant de s’entraîner à piocher plusieurs balles à la fois. Dans le Grand Conseil, la fraude était parfaitement orchestrée : l’un détournait l’attention du magistrat qui surveillait l’urne, l’autre piochait plusieurs balles, faisait mine d’en jeter une, puis se rendait aussitôt dans un coin de la salle où il vérifiait le contenu de sa main. Si une balle était en or, il la donnait à un complice qui se rendait à l’urne, la balle cachée dans la main ; il faisait mine de la retirer lui donnant ainsi droit de participation à l’une des commissions électorales. Même si leur objectif n’était pas de gagner une élection mais plutôt de remporter à un pari illégal, ce procès est une magnifique illustration de l’imperfection technique du tirage au sort vénitien, incapable de prémunir la République contre la corruption.

  • 4 Raines, Dorit (2014), « La dote politica della sposa nei giochi di potere del patriziato veneziano (...)

15Dans cette communauté patricienne hermétique, les alliances matrimoniales devinrent un excellent moyen de contourner les effets du hasard. La République avait pourtant mis en place des exclusions lors du vote : les membres d’une même famille ne pouvaient pas participer aux élections de leurs candidats. Cette restriction avait une faille néanmoins : il était impossible d’examiner et d’exclure tous les liens de parenté, ce qui poussa les familles patriciennes à nouer des alliances matrimoniales basées sur le nombre de votes que les branches féminines de l’époux ou de l’épouse pouvaient apporter. Des logiques de préférence familiale se mirent en place. Dorit Raines cite l’exemple d’Anzolo Contarini qui devait d’abord donner priorité aux parents de sa mère, puis aux parents de sa grand-mère paternelle et ainsi de suite jusqu’aux parents des arrière-grands-mères4.

16Aux alliances familiales s’ajoutaient les liens clientélaires si bien que certains patriciens pouvaient se vanter « d’avoir plus de 800 balles d’or », soit plus de huit cents patriciens qui pouvaient potentiellement le nommer candidat s’ils étaient tirés au sort. Grâce à ces alliances matrimoniales et aux réseaux clientélaires, l’effet de surprise du sort était particulièrement atténué.

  • 5 Harivel, Maud (2008), « Un homosexuel ou un “parvenu” ? La campagne électorale de Sebastiano Mocen (...)

17L’élection du dernier doge de Venise en constitue un bon exemple. Deux concurrents sérieux briguaient la charge : Lodovico Manin, nouveau patricien, riche et très bien intégré et Sebastiano Mocenigo, d’une famille antique, fortuné lui aussi mais homosexuel notoire. À l’issue des tirages au sort, la majorité des quarante-et-un électeurs est liée à Sebastiano Mocenigo, qui semble donc être pressenti comme étant le futur doge. Il a en effet parfaitement préparé sa campagne. Les membres de la famille ont été réunis les uns après les autres et il leur a été distribué des « polizze dei numeri », des listes de personnes à nommer pour chacune des commissions. Mais les membres de la dernière commission doivent être approuvés par le Grand Conseil. Quatre des membres favorables à Mocenigo sont rejetés et aussitôt remplacés par des patriciens opposés à son élection. Sebastiano sait alors, avant la fin des élections, qu’il doit se résoudre à un échec et à la victoire de son adversaire, élu le 9 mars grâce à la majorité clientélaire et familiale dont il jouissait parmi les quarante-et-un électeurs5.

Au service de l’aristocratie

18Pourquoi finalement avoir recours au tirage au sort et à ces procédures si complexes ? La paternité est incertaine, on l’a dit, et surtout il faut attendre près de deux siècles pour que l’utilisation du sort soit justifiée. Car de manière significative, celui qui contribuera avec le plus d’éclat à la diffusion du mythe vénitien, est également celui qui apportera une réponse sur l’usage du sort. Pour le cardinal Gasparo Contarini, le tirage au sort représente le volet démocratique de la procédure électorale : il offre à tous les patriciens la possibilité de piocher deux fois de suite une balle d’or pour devenir membre d’une commission électorale. Mais il n’est pas question que la procédure se termine par le choix d’un patricien par pur hasard, ce qui serait anti-aristocratique. Il est donc essentiel, aux yeux du cardinal, que le sort soit canalisé par la nomination puis la mise aux voix du meilleur candidat. Le tirage au sort à Venise ne sert donc pas à sélectionner parmi des égaux mais à répartir le droit de nomination entre les familles. Il permet de ritualiser le principe d’égalité au sein de la classe patricienne, chaque membre pouvant piocher une balle, tout en limitant la surreprésentation des familles dans les commissions par un système d’auto-exclusion.

19Contrairement à ce que suggérait la phrase célèbre de Montesquieu, aujourd’hui revenue en vogue, le tirage au sort vénitien a une finalité aristocratique : il répartit et assure une rotation régulière du pouvoir entre les familles tout en luttant contre la corruption électorale. Il n’a pas pour but comme à Athènes de permettre au plus grand nombre l’exercice du pouvoir. Selon la liturgie vénitienne, s’il est juste que tous puissent accéder au Grand Conseil, il est encore plus juste que seuls les meilleurs d’entre eux, en fonction de leurs mérites, exercent une autorité, selon le principe de la justice distributive d’Aristote. Pour les Vénitiens, en refrénant les risques de fraude électorale et en assurant la rotation des charges, le tirage au sort contribuait à sa manière à stabiliser l’aristocratie et à pacifier les rapports de force et les passations de pouvoir.

Haut de page

Notes

1 Maranini, Giuseppe (1974), La costituzione di Venezia, Florence, t. I, p. 173.

2 Ibid., p. 183.

3 Ibid., p. 185.

4 Raines, Dorit (2014), « La dote politica della sposa nei giochi di potere del patriziato veneziano (xvi-xviii secoli) », dans Dorit Raines, Ugo Baldini et Gian Paolo Brizzi (éd.), Amicitiae pignus. Studi storici per Piero Del Negro, Milan, p. 409.

5 Harivel, Maud (2008), « Un homosexuel ou un “parvenu” ? La campagne électorale de Sebastiano Mocenigo à la dernière élection du doge de Venise (1789) », Il Campiello, 3 [disponible en ligne].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — L’ordine delle elettioni, e sorti per la creazione del ser.mo principe di Venetia, Museo Correr, ST. P.D. ,1660 m. 39878
Crédits Avec l’autorisation du Museo Correr, Venise.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/11720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 2. — Détail de « De groote rad van venetien », extrait du livre de Jan de la Court, Consideratien van staat, ofte polityke weeg-schaal, waar in met veele, reedenen, omtstandigheden, exempelen en fabulen werd ooverwoogen; welke forme der regeeringe… onder de menschen de beste zy. beschreven door V. H. (1662), p. 371, La Haye, Koninklijke Bibliotheek, 942 F 27
Crédits © Koninklijke Bibliotheek, La Haye.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/11720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 3. — Urne pour le tirage au sort lors des élections du doge, Museo Correr, Cl. XIX, n. 0450
Crédits Avec l’autorisation du Museo Correr, Venise.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/11720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Harivel, « Le tirage au sort dans la République de Venise »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-2 | 2019, 323-329.

Référence électronique

Maud Harivel, « Le tirage au sort dans la République de Venise », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-2 | 2019, mis en ligne le 07 octobre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/11720 ; DOI : 10.4000/mcv.11720

Haut de page

Auteur

Maud Harivel

Membre associée du Centre européen des études républicaines

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals