Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Passé refoulé ou avenir désirable ?

Sort injuste ?

Usages et mésusages du sort en politique (France, xvii-xviiie siècle)
Olivier Christin
p. 331-337

Texte intégral

1L’éclipse moderne du sort en politique, qui contraste avec sa persistance, voire sa progression, en matière de justice (les jurys) de financement de l’État et des compagnies commerciales (tontines et loteries), de prévoyance ou de rétribution de l’argent, reste en partie mystérieuse, malgré les analyses renouvelées des dernières années. Mon propos n’est pas de revenir sur ces enquêtes — de H. Buchstein, d’Y. Sintomer ou d’A. Chollet —, mais d’évoquer un débat précis, que l’on tiendrait à tort pour marginal dans le recul de la légitimité reconnue aux procédures de tirage au sort.

2Il s’agit d’une question bien étudiée par les spécialistes de l’Église primitive, mais restée en partie confinée à ce cercle : le remplacement de l’apôtre Juda et la reconstitution du groupe des douze, tels que les rapportent les Actes des Apôtres 1 : 21-26. Dans la version de Le Maitre de Sacy, parue au xviie siècle, l’épisode est rappelé ainsi :

Il faut donc, qu’entre ceux qui ont été en notre compagnie pendant tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu parmi nous […] on en choisisse un, qui soit avec nous témoin de sa Résurrection. Alors, ils en présentèrent deux : Joseph, appelé Barsabas, surnommé le Juste ; et Matthias. Et se mettant en prières, ils dirent Seigneur ! Vous qui connaissez le cœur de tous les hommes, montrez-nous lequel de ces deux vous avez choisi […]. Aussitôt, ils les tirèrent au sort ; et le sort tomba sur Matthias et il fut associé aux onze Apôtres.

3Dès l’Antiquité tardive et tout au long du Moyen Âge, notamment chez Bède le Vénérable ou Thomas d’Aquin, ce passage plus ambigu qu’il n’y paraît est devenu un locus classicus de la réflexion sur la licéité du tirage au sort dans l’Église et sur la légitimité des ministres qui pouvaient être désignés par ce moyen. Il y est en effet question à la fois de sélection et de présentation des deux impétrants, de l’attente d’un signe de la volonté de Dieu et d’un tirage au sort, sans qu’il soit facile ou même possible de distinguer très clairement ici des opérations ou des moments distincts. La volonté de Dieu, par exemple, se manifeste-t-elle aux Apôtres dans le seul résultat du sort ou s’accompagne-t-elle d’autre chose, d’autres signes comme un rayon lumineux, un son ou une colombe ? Faut-il alors un miracle, un signe, un indice, avant de procéder légitimement au tirage proprement dit ? Mais avant même de tomber en prière et de demander à Dieu de faire connaître sa volonté, les Apôtres et l’assemblée des disciples n’ont-ils pas déjà présenté deux candidats et pas un de plus ? La désignation de Matthias s’apparente-t-elle alors à une élection humaine (verset 23), à une inspiration céleste (verset 24) ou au tirage au sort (verset 26) ?

  • 1 Calmet, Augustin, Commentaire littéral sur tous les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, Pa (...)

4Au cours de l’époque moderne — dans le contexte de la disparition de l’élection pour les bénéfices majeurs avec le Concordat de Bologne et de confrontation avec les Églises protestantes qui entendent faire élire les pasteurs par les communautés —, ce passage des Actes suscite d’innombrables commentaires, dispersés entre les éditions savantes de la Bible, comme celle d’Augustin Calmet, les vies des saints et des martyrs, les sermons qui font de Matthias « l’Apôtre du sort » pour citer le Panégyrique des Saints de l’abbé Jean-Martial de Maruc, parue en 16991. Malgré leurs divergences, tous ces auteurs, ou presque, s’attachent à relever deux difficultés du texte des Actes. D’une part l’éventuel usage du sort de la part des Apôtres, en contradiction avec les canons ecclésiastiques qui le prohibent pour les charges d’Église et avec la condamnation de la divination, des sortilèges, des jeux de hasard et de tout ce qui revient, d’une manière ou d’une autre, à « tenter Dieu » comme le dit un texte anonyme de 1770 ; d’autre part, l’articulation ou l’opposition entre les deux moments ou les deux procédures de l’élection ou de la présélection de Matthias et de Joseph et de l’exclusion finale par le sort du second. En cela, ce moment particulier de l’érudition biblique de la fin du xviie et de la première moitié du xviiie siècle a sans doute contribué à sceller le sort du sort, en participant au discrédit moderne de celui-ci.

5Trois arguments y sont en effet employés pour justifier la manière de faire de l’assemblée des disciples et des Apôtres, qui participent indirectement d’une critique du sort appliqué à la sélection des hommes et non au partage de biens et de richesses, à la répartition des terres ou à d’autres décisions de ce type qui ne font pas l’objet des mêmes jugements.

  • 2 Baillet, Adrien, Les vies des saints avec l’histoire de leur culte, Paris, L. Genneau, 1739, t II, (...)

6Le premier argument tient à l’enjeu même de la reconstitution du groupe des douze Apôtres, qui ne peut être résolu par une procédure exclusivement humaine : elle ferait des Apôtres les émissaires des hommes et non ceux de Dieu affirme une anonyme Analyse des Actes des Apôtres parue au début du xviiie siècle. Matthias devait donc être appelé par Dieu lui-même et les Apôtres ont agi sagement en adoptant une procédure hybride, longue, qui compense le vote par le sort, et réussit ce faisant à congédier aussi bien « la vocation humaine » que la « tentation de Dieu ». Adrien Baillet, théologien catholique et biographe de Descartes, le dit plus longuement dans sa vie de saint Matthias parue au tout début du xviiie siècle : « cet exemple nous fait voir que les hommes pourraient sainement juger de la vertu, sans être néanmoins en état de juger de la vocation »2. Le sort n’a donc pas été ici un recours au hasard, une manière de faire aléatoire, mais un moyen de rendre visible la volonté de Dieu et d’apporter l’inspiration céleste aux Apôtres dans un contexte très particulier.

  • 3 Calmet, Augustin, Dissertations qui peuvent servir de prolégomènes de l’Écriture sainte, 1720, vol (...)
  • 4 Lebrun, Pierre, Superstitions anciennes et modernes, préjugés vulgaires qui ont induit les peuples (...)

7Car un deuxième argument est avancé par certains : le choix de Matthias se déroule dans un moment précis, qui se situe avant la Pentecôte, c’est-à-dire avant la pleine manifestation de la vérité. Augustin Calmet, par exemple, estime dans ses Dissertations qui peuvent servir de prolégomènes de l’Écriture Sainte que « les Apôtres eux-mêmes peu de temps après l’élection de Matthias ne le suivirent pas ce précédent dans le choix qu’ils firent des Diacres. Toute la multitude les élut suivant le mérite qu’ils connaissaient de leur personne ». Et d’ailleurs, « on ne lit dans aucun endroit que depuis la Pentecôte les Apôtres s’en soient rapportez au sort pour établir aucun Évêque ni aucun ministre de l’Église »3. Le même raisonnement et la même chronologie se retrouvent chez Pierre Lebrun, prêtre de l’Oratoire : si les Apôtres ont choisi Matthias par le sort, « cela ne fut plus en usage après que l’Église eut été établie par la réception du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte »4. Le sort n’est donc qu’un pis-aller provisoire pour des disciples qui ne peuvent pas encore parfaitement discerner le bien du mal et saisir la volonté de Dieu pour le choix de ceux dont il veut se servir.

  • 5 Butler, Alban, Vies des pères, des martyrs, et des autres principaux saints, trad. par l’abbé Gode (...)

8Enfin, plusieurs auteurs contemporains relèvent l’importance de l’association du sort et du choix électif dans la désignation de Matthias et surtout l’ordre des opérations, qui permet de faire jouer pleinement l’une des propriétés généralement reconnues au sort : la possibilité de départager des candidats égaux ou équivalents, qu’aucune qualité comme le zèle, le mérite, la compétence ou le talent ne distingue et donc de trancher lorsque tout choix apparaît raisonnablement impossible. Quand tout est égal, le sort décide pour les hommes qui ne peuvent s’appuyer sur aucun critère de choix. C’est ce qu’affirme le catholique anglais Alban Butler à propos du choix de Matthias par les disciples et le collège des Apôtres : « l’usage du sort ne peut être légitime que quand il est impossible de se déterminer entre deux sujets d’un égal mérite. Il y aurait de la superstition à en s’en servir dans d’autres cas5 ». Cette propriété éminente du sort est évoquée régulièrement en dehors même des débats propres à l’érudition biblique et à l’exégèse du passage des Actes concernant Matthias, notamment dans les ouvrages historiques qui traitent de l’histoire de Rome à partir d’exemples le plus souvent empruntés à Tacite.

  • 6 De la Houssaye, Amelot (éd.), Tacite avec des notes politiques et historiques. Quatrième partie, A (...)
  • 7 Mauduit, Michel, Analyse des actes des apôtres, avec des dissertations sur les lieux difficiles, P (...)

9Dans son édition critique de Tacite (1709), l’historien Amelot de La Houssaye juge ainsi que « quand les compétiteurs » en lice pour des charges publiques « sont à peu près égaux en suffisance, en fortune et en mérite, et que par conséquent il est difficile de choisir précisément le meilleur, le sort est bon »6. Pour ce grand connaisseur de Venise et de ses mœurs politiques, le sort départage donc ceux que rien ne distingue et c’est la raison pour laquelle — contrairement à ce que suggèrent des lectures hâtives et polémiques des dernières années — il ne s’oppose pas au choix ou à l’élection mais les complète : les Apôtres ont choisi les deux meilleurs remplaçants possibles, estimé que leurs mérites étaient équivalents et ils ont donc laissé Dieu et le sort les départager. « De ces deux disciples qu’ils avaient choisis aussi égaux qu’ils purent en toute sorte de vertus, il fut élu un par jugement divin ». En un mot, « les apôtres corrigèrent le sort vague par l’élection et l’élection par le sort »7.

10On reconnaît ici les calculs des élites politiques des sociétés d’Ancien Régime comme des penseurs qui en justifiaient les positions de pouvoir, et notamment l’idée que des procédures hybrides, mêlant, comme à Venise, élection et sort, devaient être préférées pour le renouvellement régulier des corps de ville, afin de départager des candidats issus d’une frange étroite de la population et présentant les mêmes propriétés sociologiques. Le sort n’y était pas la marque du gouvernement populaire, mais bien un garde-fou nécessaire au fonctionnement de régimes oligarchiques qui entendaient déjouer le jeu des intrigues, des solidarités claniques et de la corruption dans le cercle très restreint des candidats possibles en évitant par là même la confiscation totale des charges. Le sort devait déjouer les calculs de ceux qui participaient au jeu de la distribution des charges et empêcher une famille, un clan, un groupe d’en exclure totalement ses compétiteurs directs, non conduire à l’instauration d’une participation de tout un chacun à cette distribution et jeter les fondements d’un véritable régime populaire.

11L’analyse de la procédure suivie par les Apôtres pour remplacer Juda constitue ainsi un moment de clarification lexicale et politique important sur le sort, ses propriétés et ses qualités dès lors qu’il s’agit, pour une communauté, un corps ou une compagnie, de désigner les personnes qui doivent la rejoindre ou la diriger. Cet effort de clarification est particulièrement net dans la dissertation V des Analyse des actes des Apôtres, qui commence par une mise au point distinguant sort et choix. Or ces réflexions, développées plus ou moins complètement par les clercs et les érudits des xviie et xviiie siècles qui s’emparent de cette question, débouchent sur une condamnation quasi unanime de l’utilisation du sort pour la sélection des hommes, notamment en matière bénéficiale. Qu’il s’agisse de rappeler que les Apôtres décident dans des circonstances exceptionnelles et pour désigner l’un d’entre eux et non un simple ministre, que la Pentecôte et l’inspiration céleste guidant les clercs dans les grandes décisions qui engagent l’Église de Jésus-Christ rendent désormais caduques les anciennes manières de rendre manifeste la volonté divine, ou encore que les honneurs et les bénéfices doivent aller à ceux qui en ont la vocation et le mérite, la conclusion est toujours la même. Comme le dit sans ambages l’Encyclopédie d’Yverdon à la fin du xviiie siècle : « un collateur qui aurait aujourd’hui recours à la voie du sort … serait regardé comme extravagant ».

12Les controverses de l’érudition ecclésiastique des xviie-xviiie siècles au sujet de l’interprétation de la sélection de Matthias n’ont donc rien d’anecdotique. Elles participent, au-delà du lieu biblique qui les occupe, de l’érosion de la légitimité du tirage au sort dans le gouvernement des hommes et de l’Église. Car bien des indices suggèrent que celui-ci cesse progressivement d’être érigé en principe de justice : les critiques qui lui sont adressées et que l’on retrouve dans d’autres ouvrages, sur d’autres exemples, tirés de l’histoire profane, alors même que le prestige de la culture antique aurait pu conduire certains auteurs à en faire l’éloge, le montrent clairement.

13Abrégés de l’histoire romaine, encyclopédies et dictionnaires d’histoire, éditions savantes des Histoires de Tacite, recueils de jurisprudence s’emparent ainsi des récits de l’histoire profane et sacrée, décrivant les péripéties de la désignation de Theomnaste comme grand prêtre à l’issue d’un tirage au sort dans lequel tous les billets portaient son nom seul ou la sélection de la commission sénatoriale qui devait rencontrer Vespasien. La même leçon y est sans cesse répétée : le sort ne garantit nulle équité ou transparence dans les procédures de sélection et il ne peut constituer un principe de justice capable d’écarter les contestations et les manœuvres.

  • 8 Les Panégyriques des saints…, op. cit., 1669, p. 115 sqq.

14Deux raisons sont — inégalement — avancées par les auteurs de ces recueils de lieux communs de la politique. De manière presque systématique, le tirage au sort est accusé d’ignorer le mérite, le zèle, les compétences des candidats et de conduire à des choix faits sans aucune considération de vertu. Sauf dans le cas des procédures mixtes dans lesquelles il faut départager des égaux déjà présélectionnés, comme dans l’exemple de Matthias et Joseph, le sort peut faire accéder aux charges et aux honneurs des candidats indignes, incompétents ou malhonnêtes. Pour l’abbé de Maruc, par exemple, « se servir du sort pour les dignitez de l’Église afin d’éviter de faire le choix de celuy qu’on connaît le plus digne, c’est le trahir8 ». On retrouve cette conclusion plus tard, lors de la Révolution, dans les pages d’un traité des élections : « vouloir que le sort en décide, c’est choisir au hasard ses propres aliments, c’est croire que l’on rencontrera justement ainsi ceux qui conviennent à sa santé ». L’élection ne tombera probablement pas sur les citoyens les plus vertueux et les plus éclairés.

15Tout cela est connu et ne constitue peut-être pas un tournant radical dans la comparaison des modes de sélection et de désignation des hommes à l’exercice du pouvoir. Après tout, le sort jouit dans d’autres cas d’un prestige inentamé et il trouve même de nouvelles applications avec le progrès des connaissances en matière de probabilités qui favorise la vogue croissante des loteries et des tontines à partir du milieu du xviie siècle mais aussi l’entrée en vigueur de nouvelles règles dans le recrutement des soldats de la milice provinciale dès 1691. La fréquence et la fermeté des réserves et critiques que l’on découvre dès lors qu’il s’agit de politique, de charges, d’offices ou de bénéfices peuvent donc surprendre tant elles contrastent avec ces usages contemporains en plein essor. Elles s’avèrent d’autant plus significatives qu’elles s’accompagnent chez certains de condamnations sans appel du sort, contre lequel elles retournent les arguments traditionnellement avancés en sa faveur, en lui reprochant d’être au fond une arme au service des médiocres et des vicieux et non un simple outil, en soi neutre. Progressivement, le sort finit par être décrit comme la brigue des incapables, la stratégie de ceux qui savent qu’une élection les écarterait à coup sûr en procédant à l’examen des mérites respectifs des différents candidats.

  • 9 Sabbathier, François, Dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques grecs et latins, tan (...)

16Pour François Sabbathier, secrétaire de l’Académie de Châlons-sur-Marne, qui commente ici lui aussi Tacite, dans le conflit qui oppose Gaius Helvidius Priscus et Marcellus au sujet de la délégation qui doit se présenter à Vespasien, le second, « qui craignait la honte de se voir exclu par l’élection voulut » un tirage au sort9. C’est cette solution qui fut retenue, « appuyée des médiocres sénateurs, sur qui ne pouvait tomber l’élection ». Ceux qui savent qu’un choix des plus vertueux les écarterait font donc le calcul stratégique du sort. En se fondant lui aussi sur un épisode relaté par Tacite, Amelot de La Houssaye en tire une conclusion plus générale : « tel se présente hardiment dans une élection qui se fait au sort … lequel auroit honte de se présenter dans une élection vocale ». Le sort n’est plus ici un principe de justice, qui départage des candidats également légitimes, ou une technique de résolution des conflits ; il n’est plus cette entrée en jeu de la providence céleste qui rend vaines les querelles d’amour-propre et les brigues : il est injuste et sert les intérêts des moins vertueux, qui voient en lui le moyen de retirer au processus de sélection toute sa dimension d’examen, d’évaluation et a de comparaison. Le sort ne compare pas.

17Mais La Houssaye ajoute à ces critiques un deuxième argument, qui me paraît constituer l’un des éléments qu’il faut prendre en compte pour comprendre le recul de la référence au tirage au sort dans le contexte même de la formation de la théorie du régime représentatif. Cet argument résume en effet les analyses courantes des mérites respectifs du sort et du choix pour aboutir à une critique en bonne part inédite du premier : rappel de la force des intrigues et du risque de corruption de toute procédure de choix des hommes par les hommes, qui ne suffit pourtant pas à justifier entièrement le recours au tirage au sort, insistance sur l’engagement des candidats et des électeurs qui s’offrent eux-mêmes au jugement d’autrui dans l’élection et s’obligent à en accepter le verdict, supériorité du choix fait en connaissance de cause et rationnellement sans lequel il ne peut y avoir de véritable responsabilité des uns et des autres :

  • 10 De la Houssaye, Amelot (éd.), Tacite avec des notes politiques et historiques, op. cit., p. 188.

Généralement parlant, les élections faites à la pluralité des voix valent toujours mieux que celles que l’ont fait au sort. Car quelque fortes que soient les brigues des prétendans, les élisans veulent au moins garder quelques mesures de bienséance, pour ne pas se ridiculiser eux-mêmes par une élection faite sans connaissance et sans raison, au lieu que personne ne rougit des extravagances du sort, dont il n’y a point de compte à rendre10.

18Nombre de ces débats de la fin du xviie siècle et des débuts du xviiie siècle montrent ainsi que les usages politiques du tirage au sort font l’objet de critiques renouvelées qui leur reprochent à la fois de ne faire aucun cas de la vertu ou du mérite, en tenant pour indifférentes les qualités de ceux qui entendent servir la Res Publica, mais également d’abolir toute forme de responsabilité ou d’accountability. Aux arguments avancés par Bernard Manin pour expliquer la disparition ou la disqualification moderne du tirage au sort — et notamment le fait qu’il ne comporte pas au même titre que le vote d’engagement implicite à l’obéissance — il semble donc possible d’ajouter de nouveaux éléments : l’importance de la référence à la vertu comme condition du service de la Cité et l’obligation faite aux élus et aux électeurs de rendre compte de leur choix et de s’expliquer, sans laquelle tout pouvoir devient arbitraire.

Haut de page

Notes

1 Calmet, Augustin, Commentaire littéral sur tous les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, Paris, chez Emery et Saugrain l’ainé, 1726, vol. 7, p. 813 ; Les Panégyriques des saints et les sermons des dimanches, par M. l’abbé de Maruc, Paris, 1669.

2 Baillet, Adrien, Les vies des saints avec l’histoire de leur culte, Paris, L. Genneau, 1739, t II, p. 337.

3 Calmet, Augustin, Dissertations qui peuvent servir de prolégomènes de l’Écriture sainte, 1720, vol. 3, pp. 470-472.

4 Lebrun, Pierre, Superstitions anciennes et modernes, préjugés vulgaires qui ont induit les peuples à des usages et à des pratiques contraires à la religion, Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1736, p. 8.

5 Butler, Alban, Vies des pères, des martyrs, et des autres principaux saints, trad. par l’abbé Godescard, 2e éd., revue & augmentée, 1783, pp. 343-344.

6 De la Houssaye, Amelot (éd.), Tacite avec des notes politiques et historiques. Quatrième partie, Amsterdam, Chez les Frères Wetstein, 1716, p. 187.

7 Mauduit, Michel, Analyse des actes des apôtres, avec des dissertations sur les lieux difficiles, Paris, Michallet, 1697, vol. 1, pp. 340-341.

8 Les Panégyriques des saints…, op. cit., 1669, p. 115 sqq.

9 Sabbathier, François, Dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques grecs et latins, tant sacrés que profanes : contenant la géographie, l’histoire, la fable, et les antiquités, Paris, 1789, vol. 35, p. 305.

10 De la Houssaye, Amelot (éd.), Tacite avec des notes politiques et historiques, op. cit., p. 188.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Christin, « Sort injuste ? »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-2 | 2019, 331-337.

Référence électronique

Olivier Christin, « Sort injuste ? », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-2 | 2019, mis en ligne le 07 octobre 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/11729 ; DOI : 10.4000/mcv.11729

Haut de page

Auteur

Olivier Christin

Centre européen des études républicaines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals