Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Passé refoulé ou avenir désirable ?

L’histoire du tirage au sort et la démocratie

Antoine Chollet
p. 345-348

Dédicace

À la mémoire de Jean Starobinski

Texte intégral

  • 1 Machiavelli, Niccolò (2001), Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, I, iv, dans Opere politic (...)

Io dico che coloro che dannono i tumulti intra i nobili e la plebe, mi pare che biasimino quelle cose che furano prima causa del tenera libera Roma, e che considerino piú a’ romori e alle grida che di tali tumulti nascevano, che a’ buoni effetti che quegli partorivano ; e che e’ non considerino come e’ sono in ogni republica due umori diversi, quello del popolo e quello de’ grandi, e come tutte le leggi che si fanno in favore della libertà nascano dalla disunione loro1.

1Depuis quelques années l’idée du tirage au sort semble être revenue à la mode. On ne compte plus les livres qui en parlent et les acteurs qui en proposent l’introduction, avec un certain nombre d’illusions à la clef. Le tirage au sort paraît souvent comme une sorte de remède miracle, comme une réforme rédemptrice supposée réparer tous les torts du système représentatif. Ces propositions sont aussi parfois affectées d’un extrême procéduralisme, comme si les institutions n’étaient qu’un ensemble de règles et de procédures, et qu’elles n’étaient pas aussi incarnées par des acteurs sociaux qui les mettaient en œuvre, dans des circonstances données. On peut enfin observer un rapport étrange à la notion de représentation, à la fois vilipendée dans sa traduction actuelle et magnifiée dans son principe. Cela conduit à une sorte de grand écart entre l’appel à une vraie représentation grâce à des assemblées tirées au sort et la déconsidération des conséquences effectives du gouvernement représentatif sur les systèmes politiques depuis deux siècles, qu’il s’agisse du développement des partis politiques ou de la professionnalisation des élus.

  • 2 Sur ce point, voir Hayat, Samuel (2017), « La carrera militante de la referencia a Bernard Manin e (...)
  • 3 Il s’agit en réalité d’une forme de réactivation de la conception rousseauiste de la volonté génér (...)
  • 4 Sur ce point, on se reportera en particulier à : Lefort, Claude (1981), L’invention démocratique, (...)

2La redécouverte du tirage au sort s’est faite, au départ, dans un souci d’étendre le sens de la démocratie. Il s’agissait de montrer que celle-ci pouvait se comprendre autrement que sous une forme purement représentative. Ensuite, au fur et à mesure des années, le débat s’est transformé. De véritables militants du tirage au sort sont apparus et se sont saisis de certaines des premières recherches sur ce thème, parfois en les lisant à l’envers, en faisant par exemple de Bernard Manin un avocat du tirage au sort, ce qu’une lecture même rapide de son livre, Principes du gouvernement représentatif, dément2. Au côté d’une volonté affirmée de radicaliser la démocratie, certains ont également, paradoxalement, posé le tirage au sort comme un moyen de la dépolitiser, en sous-entendant que les conflits politiques actuels ne seraient que des conflits artificiels, fabriqués par des partis apparemment en lutte mais qui en réalité ne représenteraient pas de véritables oppositions dans la société. Si le principe démocratique proclame que les opinions sont égales, certains des militants du tirage au sort font un pas supplémentaire en sous-entendant que les opinions sont indifférentes, ce qui n’a pas du tout le même sens. L’idée sous-jacente est que, si la société était laissée à elle-même, autrement dit si les élites n’existaient pas, la société serait pacifiée, harmonieuse et unifiée. Seul le bien commun orienterait les décisions d’assemblées tirées au sort. Cela suppose par conséquent que le bien commun ne puisse faire l’objet d’un dissensus véritable, en d’autres termes qu’il soit forcément un, et que l’unique objet de la délibération soit de le découvrir3. Cette idée relève d’une part de l’erreur sociologique — car il existe bien des conceptions concurrentes du bien commun —, mais elle repose surtout, d’autre part, sur une analyse politiquement inquiétante car la démocratie a précisément pour fondement le conflit interminable sur le bien commun et les fins de la société. La radicalisation de la démocratie est forcément aussi une généralisation et un approfondissement du conflit, et pas sa suppression. Le fait de vouloir expulser tout conflit d’une collectivité politique est un projet qui n’a rien à voir avec la démocratie. Claude Lefort avait bien montré par exemple que l’idée d’un peuple-Un, débarrassé de toute altérité, est une image centrale des idéologies totalitaires4. Si les analyses des militants du tirage au sort ne sont pas assimilables à ces dernières, évidemment, il faut toutefois souligner le caractère radicalement non démocratique de la figure d’un peuple débarrassé de tout conflit qui les anime.

3Face à ces usages contemporains de l’idée du tirage au sort, il me semble que la tâche la plus urgente est, assez simplement, de refaire de l’histoire, ce qui permet d’ancrer ces pratiques dans leur concrétude sociale et politique. Dans la longue histoire du tirage au sort, il existe des expériences encore largement méconnues. Parmi celles-ci, l’on trouve un ensemble d’usages dans la Suisse moderne et contemporaine, sur lequel une équipe de recherche est en train de travailler à l’université de Lausanne, composée d’Aurèle Dupuis, Maxime Mellina, Alexandre Fontaine et Nathalie Dahn-Singh. Des mécanismes de tirage au sort ont en effet existé dans certaines des collectivités de l’ancienne confédération du xviie au xixe siècles, une utilisation sur une longue période, très tardive par rapport aux expériences républicaines italiennes et qui se développe dans des collectivités extrêmement variées. Le tirage au sort est utilisé à la fois dans des cités patriciennes oligarchiques où il vise la répartition du pouvoir entre les familles ou les corporations dominantes, mais également dans des cantons dits « démocratiques » qui fonctionnent avec des assemblées citoyennes où une partie des magistratures cantonales étaient également sélectionnées par tirage au sort.

  • 5 On trouvera un état actuel de la recherche sur le tirage au sort en Suisse dans le volume suivant  (...)

4Le recours à l’histoire conduit donc nécessairement à compliquer le tableau et, de ce point de vue, les expériences de l’ancienne confédération et des débuts de la Suisse contemporaine sont particulièrement exemplaires. Il est permis d’en tirer quelques leçons importantes. Ces expériences montrent pour commencer l’importance de l’utilisation du tirage au sort dans les républiques européennes jusqu’au xviiie siècle, sans que celle-ci soit confinée à l’Italie (où la pratique s’est presque complètement estompée à partir du xvie siècle). Ensuite, ils témoignent de la généralisation d’une utilisation oligarchique du tirage au sort. Ces exemples rappellent également que, sous l’Ancien Régime, élections et tirage au sort sont assez largement indistincts et la plupart du temps mélangés dans les procédures de désignation des magistrats. Les différents usages du tirage au sort rendent l’attribution d’un sens univoque à cette procédure à peu près impossible, même si l’aspect le plus constant paraît être la lutte contre la corruption, comprise en un sens assez étendu. Enfin, le débat sur son abolition ou sa réintroduction à la fin du xviiie et au début du xixe siècle se fait selon des fronts politiques mouvants et incertains. Sur ce sujet, la Suisse prouve une fois de plus son caractère de laboratoire politique et pourrait avantageusement occuper une place plus importante dans les travaux des historiens et des penseurs politiques qui s’intéressent au tirage au sort5.

  • 6 Manin, Bernard (1995), Principes du gouvernement représentatif, Paris.

5Refaire de l’histoire, c’est considérer avec incrédulité l’un des arguments que l’on a vu apparaître fréquemment ces dernières années en faveur du tirage au sort, celui selon lequel il serait l’outil idéal pour assurer la meilleure représentation de la société en permettant de sélectionner un échantillon représentatif de la population. Or les exemples historiques (et pas seulement en Suisse) montrent que le tirage au sort a été utilisé pour d’autres raisons que celle consistant à garantir la meilleure représentativité possible au sein d’une assemblée. L’idée du gouvernement représentatif qui s’impose aux États-Unis, en France, puis dans la plupart des autres pays européens au xixe siècle, s’est accompagnée de la disparition du tirage au sort, comme l’a bien montré Bernard Manin6. L’idée d’un tirage au sort représentatif est donc assez baroque, car elle conduirait à adjoindre au centre du dispositif représentatif des éléments qui, en réalité, appartiennent à une tradition complètement différente.

  • 7 Arendt, Hannah (1986), Vies politiques, Paris.

6Cela signifie-t-il que le tirage au sort est condamné à n’être qu’un mauvais rêve aujourd’hui ? Ce n’est pas la position que je défendrais, mais il faut comprendre d’où il vient et quelle a été son histoire si l’on souhaite l’exhumer. En ce sens, les travaux en histoire des idées et en pensée politique sont importants car ils remettent des idées en circulation, permettent d’imaginer des réformes et de s’évader du monde unidimensionnel dans lequel la politique normale s’enferme elle-même la plupart du temps. Dans le cas du tirage au sort, plus encore qu’imaginer de nouvelles institutions, il s’agit surtout de ramener des perles à la surface, pour reprendre l’image que Hannah Arendt avait utilisée au sujet de Walter Benjamin7. Les expériences de tirage au sort ont été recouvertes, oubliées, ensevelies, et le travail des historiens permet de les ramener à la surface, en décrivant comment ces mécanismes et ces institutions étranges ont été utilisés dans le passé.

  • 8 Sur cette conception de l’utopie, on consultera la série des Utopiques de Miguel Abensour (publiée (...)
  • 9 Goodwin, Barbara (2005), Justice by Lottery, Exeter [1re éd. 1992].

7L’effet qui me semble le plus intéressant au sujet du tirage au sort est qu’il permet de contester l’idée que l’élection soit la seule manière possible de sélectionner des personnes. Les exemples de tirage au sort, par l’écart qu’ils établissent avec notre réalité contemporaine, peuvent ainsi être utilisés sous la forme du discours utopique, conçu comme discours émancipateur8. C’est ce que fait par exemple Barbara Goodwin dans Justice by Lottery, où elle imagine une société complètement régie par le tirage au sort9. Celle-ci n’est bien sûr ni une société désirable ni une société possible ou réaliste, mais c’est une forme de discours utopique dans le meilleur sens du terme puisqu’il permet d’imaginer un tout autre social, un tout autre politique, et c’est ce travail d’imagination qui peut ensuite exercer ses effets dans notre pratique politique.

8S’agissant des utilisations contemporaines possibles du tirage au sort, la chose qui me semble la plus importante est de ne pas demander son rétablissement dans le but d’évacuer la conflictualité sociale et politique. Les conflits dans toute société, et à plus forte raison dans une société démocratique, sont nécessaires, car ils sont ce qui maintient la démocratie vivante. Pour le dire comme Machiavel cité en ouverture, ce sont les tumultes entre la plèbe et le sénat qui, à Rome, bien loin de la menacer, garantissaient la liberté de et dans la cité.

Haut de page

Notes

1 Machiavelli, Niccolò (2001), Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio, I, iv, dans Opere politiche, Rome, vol. 2, pp. 33-34.

2 Sur ce point, voir Hayat, Samuel (2017), « La carrera militante de la referencia a Bernard Manin en los movimientos franceses a favor del sorteo », Daimon. Revista International de Filosofía, 72, pp. 173-185 [traduit dans López-Rabatel, Liliane, Sintomer, Yves (dir.) {2019}, « Tirage au sort et démocratie. Histoire, instruments, théories », Participations, hors-série, pp. 437-451], et Chollet, Antoine, Manin, Bernard (2019), « Les postérités inattendues des Principes du gouvernement représentatif, une discussion avec Bernard Manin », Participations, 23, pp. 171-192.

3 Il s’agit en réalité d’une forme de réactivation de la conception rousseauiste de la volonté générale telle qu’énoncée dans Du contrat social.

4 Sur ce point, on se reportera en particulier à : Lefort, Claude (1981), L’invention démocratique, Paris.

5 On trouvera un état actuel de la recherche sur le tirage au sort en Suisse dans le volume suivant : Chollet, Antoine, Fontaine, Alexandre (dir.) [2018], Expériences du tirage au sort en Suisse et en Europe (xvie-xxie siècles), Erfahrungen des Losverfahrens in der Schweiz und in Europa (16.-21. Jahrhundert), Berne.

6 Manin, Bernard (1995), Principes du gouvernement représentatif, Paris.

7 Arendt, Hannah (1986), Vies politiques, Paris.

8 Sur cette conception de l’utopie, on consultera la série des Utopiques de Miguel Abensour (publiée chez Sens & Tonka à Paris).

9 Goodwin, Barbara (2005), Justice by Lottery, Exeter [1re éd. 1992].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Chollet, « L’histoire du tirage au sort et la démocratie »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-2 | 2019, 345-348.

Référence électronique

Antoine Chollet, « L’histoire du tirage au sort et la démocratie », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-2 | 2019, mis en ligne le 07 octobre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/11750 ; DOI : 10.4000/mcv.11750

Haut de page

Auteur

Antoine Chollet

Université de Lausanne, Centre Walras-Pareto

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals