Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Passé refoulé ou avenir désirable ?

Le tirage au sort et le capital politique

José Luis Moreno Pestaña
Traduction de Traduit par Liliane López-Rabatel.
p. 349-355

Texte intégral

Qu’est-ce qu’une bonne assemblée ?

  • 1 Une version de cet article a été publié dans Savoir-Agir, 2015/1 (nº 31), pp. 35-42, dans le cadre (...)
  • 2 Elster, Jon (2013), Securities against misrules: Juries, Assemblies, Elections, Cambridge.

1Les mouvements politiques des dernières années — Podemos, Nuit debout, les Gilets Jaunes et, d’une certaine façon, Cinque Stelle — ont renouvelé la question de la représentation et de la participation politiques et déploré les effets délétères de la reproduction des élites par le jeu des élections et de la sélection des candidats conduite en amont par les organisations partisanes. Ils ont rappelé la nécessité, pour un vrai fonctionnement démocratique des institutions, d’organiser la participation effective du plus grand nombre possible de citoyens aux affaires publiques1. Cela soulève de nombreux points théoriques et méthodologiques : comment former une assemblée composée 1) de personnes compétentes, 2) capable d’encourager les meilleures dispositions morales, 3) de promouvoir la participation2. Ce n’est qu’en répondant à ces critères qu’une assemblée peut éviter trois problèmes :

  1. Celui d’une démocratie complètement inefficace. K. S. Karol rappelait la réponse que fit Wang Hongwen (membre de la « bande des quatre ») à Deng Xiaoping qui se plaignait du mauvais état des transports ferroviaires en 1975-1976 : « Mieux vaut un train socialiste en retard qu’un train révisionniste à l’heure3 ». Cette maxime constitue un cas limite d’apologie de l’idéologie indépendamment de ses conséquences matérielles.
  2. Second problème : celui de la culture politico-morale que produit une démocratie. Une assemblée démocratique n’est pas toujours composée de saints, mais elle ne peut pas rassembler exclusivement des arrivistes qui pourraient se dispenser d’œuvrer pour le bien commun. S’ils peuvent atteindre leur but en devenant les spectateurs d’un chef sans scrupule ou en contaminant le débat, ils transforment les assemblées en un bourbier dont ils seront les seuls à tirer profit. De façon générale, on assiste à une assemblée pour se montrer et gagner l’estime de ses concitoyens. Selon John Adams, la participation politique se nourrit de la passion de se distinguer, de recueillir l’admiration d’autrui et de la diriger vers celui qui la mérite4. Pour un gouvernement démocratique, il s’agit d’éviter que cette admiration s’obtienne à n’importe quel prix. Mais, contre une conception compétitive de la politique, Cornelius Castoriadis objecte que, si le seul objectif de la politique était de briller, il serait impossible de faire la différence entre un dirigeant et un démagogue5. La participation politique doit promouvoir une culture capable de valoriser des aspects de la vie en commun.
  3. Troisième problème : une assemblée doit faire en sorte que le plus grand nombre de personnes possible y participe, pour des affaires qui en valent la peine. Castoriadis rappelle qu’une conception compétitive de la politique serait terriblement sélective et limitée à un noyau restreint de personnes d’excellence. Contre celle-ci, il faut défendre la participation démocratique pour bénéficier de l’apport du plus grand nombre possible de citoyens, parce que ces derniers doivent pouvoir tirer profit de leur participa. En d’autres termes, on considère que les citoyens peuvent convertir leurs compétences en ressources politiques et, inversement, que la participation citoyenne répartira les ressources politiques entre le plus grand nombre possible.

Élection/sort

2La démocratie a utilisé deux procédures pour pourvoir les charges publiques. Les démocraties antiques ont eu largement recours au tirage au sort, alors que les démocraties modernes ou représentatives utilisent l’élection pour désigner leurs représentants. Avec l’élection ou le sort, on produit des assemblées démocratiques, avec huit compositions possibles, selon les trois composants qui sont soulignés (connaissance, motivation, morale).

3Dans le premier cas de figure, l’assemblée réunit des virtuoses dans les trois domaines. Les projets institutionnels sont alors inutiles : il suffit qu’un artiste les immortalise comme l’a fait Raphaël pour L’École d’Athènes.

  • 6 Sinclair, Robert K. (1999), Democracia y participación en Atenas, Madrid, p. 233.
  • 7 Collectif Lieux Communs (2011), Le mouvement grec pour la démocratie directe. Le « mouvement des p (...)

4Dans le deuxième cas de figure, les capacités morale et intellectuelle vont de pair avec l’absence de disposition à participer. Les démocraties antiques ont pensé pouvoir résoudre ce problème en mettant en place des indemnités : les Athéniens tentèrent de s’assurer ainsi que les institutions n’empêcheraient pas la participation des plus pauvres. Les grandes assemblées ne garantissaient cependant pas une participation massive : elles subissaient souvent l’influence de factions organisées, de groupes de participants avisés et coordonnés. Assister à l’assemblée n’impliquait pas la participation : celle-ci était restreinte aux dirigeants et à leurs conflits idiosyncrasiques. Il y a sans doute là un invariant : des institutions formellement démocratiques finissent par être accaparées par des groupes organisés capables de décider des questions à aborder et des personnes à promouvoir. Disposant d’un capital politique antérieur, ces groupes ont acquis le pouvoir d’influencer la participation des autres. Par le transfert aux institutions tirées au sort — Conseil des Cinq-Cents et Jurés — de fonctions relevant des compétences de l’assemblée, on compensait ces travers élitistes de la participation démocratique : ce fut l’œuvre de la démocratie athénienne du ive siècle. Si le tirage au sort renverse la tendance spontanée de la participation politique à privilégier certains, il compense, en fait, l’existence d’institutions formellement ouvertes à tous et exclusivement réservées à quelques-uns. Selon R. K. Sinclair, les riches, à Athènes, préféraient assister aux assemblées démocratiques au sein desquelles ils pouvaient utiliser leurs réseaux d’influence et tournaient le dos aux institutions tirées au sort auxquelles participaient des citoyens qui ne se faisaient pas remarquer dans ces grandes réunions6. Le tirage au sort ouvre l’espace de la participation à des gens qui d’ordinaire restent silencieux. On ne s’étonnera donc pas qu’il déplaise aux militants organisés. Pour éviter leur colonisation par des groupes organisés (principalement de gauche), les assemblées des mouvements citoyens sur la place Syntagma d’Athènes, tiraient au sort un secrétaire qui devait faire respecter le tour de parole, distribué par tirage au sort : l’objectif était ainsi d’éviter que le micro ne soit monopolisé par une aristocratie militante7. Des objectifs similaires ont été poursuivis par Nuit Debout dont certains acteurs ont même imaginé une boîte à outils démocratiques faisant la part belle au sort. Qu’il s’agisse de créer des institutions tirées au sort (dans le cas de la démocratie du ive siècle) ou d’introduire le tirage au sort dans des assemblées délibératives (dans le cas de Syntagma), celui-ci socialise la participation politique et évite la promotion de ceux qui ont le plus fort capital politique.

5Le troisième cas de figure met en avant la capacité intellectuelle et la participation, en les faisant aller de pair avec la bassesse morale. Il s’agit là d’un modèle machiavélique d’homme sans scrupule, mais efficace et compétent. Le réalisme politique se nourrit de la croyance que les élites politiques sélectionnent des individus de ce type. Les manipulateurs se croient généralement supérieurs aux autres et se moquent de l’intégrité morale pour imposer leurs compétences et leur hardiesse : de nombreux hommes politiques se situent eux-mêmes dans cette catégorie. Mais on peut alors se demander si la bassesse morale ne contamine pas la capacité intellectuelle.

6Dans le quatrième cas de figure, la capacité intellectuelle se conjugue avec la passivité et le manque d’intégrité morale. Sans doute faut-il alors réorienter les personnes concernées vers l’activité théorique : pour cause de manque de consistance éthique et parce qu’il n’y a rien de plus ennuyeux qu’un paresseux en politique, intelligent de surcroît, qui recherchera toujours l’admiration des autres, sans se donner les moyens de la mériter politiquement.

  • 8 Castoriadis, Cornelius (2008), La cité et les lois. Ce qui fait la Grèce, Paris, p. 206.
  • 9 Sinclair, Robert K. (1999), Democracia y participación en Atenas, Madrid, p. 238 et pp. 249-252.
  • 10 Voir article de Maud Harivel dans ce dossier.

7Dans ces deux derniers cas présentés, la difficulté réside dans la méthode à mettre en œuvre pour favoriser l’intégrité morale. Comment le tirage au sort peut-il empêcher la corruption ? Dans les démocraties antiques, il était associé à la rotation des charges et au devoir de rendre des comptes. Mais une institution dont les membres sont désignés par le sort peut être aussi facilement corruptible qu’un groupe élu de dirigeants démocratiques. Aristote rappelle une caractéristique du régime athénien : le traitement de plus en plus fréquent des problèmes politiques dans les jurys populaires, plutôt que dans le Conseil des Cinq-Cents. Il y est favorable dans la mesure où il est peut-être plus difficile de corrompre un grand nombre qu’un petit nombre8. Les jurés tirés au sort étaient certainement corruptibles, mais il était plus difficile d’avoir le contrôle sur eux que sur l’Assemblée ou sur le Conseil. Un individu ambitieux et actif (troisième cas de figure) aurait eu tendance à briguer les charges électives : le tirage au sort annule ses compétences d’arriviste9. Ainsi, à Venise, le tirage au sort fut utilisé pour éliminer les effets des factions lors des élections politiques, comme le montre Maud Harivel dans ce dossier10.

  • 11 Voir l’article de Ramón Feenestra dans ce dossier.
  • 12 Moreno Pestaña, José Luis (2017a), « El sorteo y la recepción del populismo en Podemos », Arizona (...)

8Le cinquième cas de figure pourrait être qualifié de « platonicien » car il reflète la crainte d’une démocratie athénienne peuplée d’inutiles, fussent-ils actifs et intègres. Pablo Iglesias, secrétaire général du parti Podemos rappelait ces arguments platoniciens lors de l’assemblée constituante de l’organisation, qui s’est tenue en octobre 2014. Alors que la proposition alternative consistait à pourvoir par tirage au sort un nombre limité de postes de direction, Iglesias employa un argument sportif en disant que c’était comme si le sélectionneur espagnol de basket tirait au sort les joueurs de l’équipe nationale11. Il faut alors se demander comment on sélectionne les meilleurs en politique, quel est le barème dont dispose le dirigeant espagnol et s’il est capable de l’appliquer. Peut-être utilisait-il simplement une métaphore politiquement rentable ? Pablo Iglesias fait référence à l’idée bien enracinée selon laquelle nous disposons de critères raisonnables pour nous opposer à n’importe quelle décision et, en particulier, à celles concernant la désignation du personnel politique. Les élections internes servent d’entraînement et chaque électeur, devant le panel de candidats, joue le rôle d’entraîneur. En réunissant les préférences de chacun, on crée un entraîneur beaucoup plus lucide12.

9La démocratie athénienne mit en place des fonctions dont il était souhaitable que certaines fussent tirées au sort et d’autres attribuées par élection. Les secondes avaient l’obligation de rendre des comptes et étaient soumises au scrutin populaire. L’utilisation du tirage au sort peut répondre de manière convaincante aux critiques de Platon (et à celles de nombreux dirigeants politiques). Il faut se demander ce qui requiert ou non une qualification. Une fois définies les charges politiques qui ne doivent pas être tirées au sort, il faut déterminer le nombre de personnes compétentes en la matière et discuter publiquement des barèmes. Tout projet démocratique nécessite évidemment des experts, mais en prétendant élire les meilleurs, dans quelque domaine que ce soit, ne risque-t-on pas de légitimer la capacité à mobiliser des réseaux d’influences sans avoir de véritable compétence ?

10On peut voir le tirage au sort comme une manière d’amplifier le recrutement de personnes compétentes qui ne passeraient pas les filtres sociaux introduits par les réseaux d’influences. Élire semble être un acte rationnel, mais l’élection est toujours fortement subordonnée au capital politique du candidat et de l’électeur : en certaines occasions, l’un est incompétent et l’autre peut simuler des compétences. Face à des problèmes de ce genre, le modèle athénien est un guide intéressant : on a besoin de spécialistes, mais il faut savoir dans quel domaine.

  • 13 Sinclair, Robert K. (1999), Democracia y participación en Atenas, Madrid, pp. 71-83.

11Dans le sixième cas, la paresse participative et le manque de compétences politique vont de pair avec la bonne volonté. Toute démocratie doit être une école de participation et de formation. Si elle doit inciter les personnes compétentes à participer à la vie politique, elle doit aussi former les hommes et d’aider à ce que leur bonté et leur compétence, qui augmentent au fur et à mesure de leur formation, nourrissent les affaires politiques. La démocratie athénienne favorisa l’éducation politique des citoyens et modifia ainsi l’origine sociale des dirigeants politiques13. Les institutions tirées au sort jouèrent à cet égard un rôle clé.

12Cette analyse rejoint des préoccupations récentes des partis politiques et des mouvements associatifs. Ainsi, dans la convention de La France insoumise de 2017, on trouve des considérations qui ont le double objectif d’aboutir à une représentation plus fidèle de la base militante et de valorisation de son capital spécifique. On trouve aussi une insistance pour éviter les conflits liés à la concurrence politique14.

13Reste que les contraintes d’une participation suivie peuvent décourager ceux qui ont peu de temps ou peu de compétences politiques. Si l’ensemble de ceux qui peuvent être tirés au sort est constitué de volontaires, comment les mobiliser pour qu’ils se présentent au tirage au sort ? Ne risque-t-on pas que seuls se présentent ceux qui recherchent une indemnité et/ou une reconnaissance politique ou ceux qui veulent se distinguer ? Quel renouvellement imposer aux membres d’une assemblée tirée au sort afin qu’ils aient le temps de se familiariser avec leurs responsabilités mais pas d’en devenir des professionnels ?

14Le septième cas de figure associe l’inanité intellectuelle et morale à un fort désir de participation : toute organisation politique doit évidemment se préserver de personnes de ce type. Le tirage au sort empêche que des machiavéliques ou des cyniques (qui pensent relever du troisième cas de figure, mais qui, outre le fait qu’ils sont malveillants, peuvent aussi être inutiles) parviennent à diriger les assemblées démocratiques.

15La huitième combinaison réunit toutes les possibilités négatives et, comme la première, n’a aucune pertinence pour notre propos.

16Des huit possibilités logiques se détachent trois combinaisons :

  • La deuxième et la sixième possibilité posent des problèmes d’engagement : soit le talent n’est pas utilisé ou pas reconnu par le champ politique, soit l’honnêteté va sans la compétence ;
  • La troisième possibilité (compétence et engagement), la quatrième (compétence sans engagement) et la septième (engagement sans compétence) posent le problème de l’intégrité morale ;
  • La cinquième pose celui de la spécialisation : c’est la critique que fait Platon de la démocratie.

Les différentes combinaisons possibles

Possibilités politiques Problèmes Solution apportée par le tirage au sort
1. Incitation à la participation
– Capacité morale et intellectuelle sans disposition à participer (deuxième possibilité)
– Personnes sans formation mais honnêtes (sixième possibilité)
Perte de talents pour la démocratie
Distance entre les élites et le peuple
Les institutions tirées au sort permettent aux personnes normales de se distinguer
Le tirage favoriserait la formation et la répartition des compétences
Problème de la candidature volontaire au tirage au sort
2. Intégrité morale
Corruption (troisième, quatrième et septième possibilités)
Élites immorales Le tirage au sort empêche la formation de clans d'individus ambitieux et immoraux, qu'ils soient compétents ou non, paresseux ou non.
3. Compétence (cinquième possibilité) Le tirage au sort désignerait n'importe qui Définir quelles charges nécessitent des compétences spécifiques et les pourvoir par l'élection
La remise en question publique et raisonnée limite la capacité de manœuvre des faux spécialistes

Conclusion : la socialisation morale et intellectuelle du capital politique

  • 15 Manin, Bernard (1996), Principes du gouvernement représentatif, Paris, pp. 247-303.

17Selon Bernard Manin, la conception moderne de la démocratie s’appuie sur l’idée que les représentants politiques sont une sorte d’aristocratie élective15. Dans cette conception, le représentant politique doit avoir les qualités qui manquent aux représentés.

18Dans chacune des phases de la démocratie moderne, des modèles ont illustré cette idée : la démocratie parlementaire des notables du xixe siècle, la démocratie partisane inaugurée par les organisations ouvrières et la démocratie d’audience avec les leaders charismatiques de la fin du siècle précédent et du début de ce siècle. Par ailleurs, les mouvements sociaux génèrent des processus parallèles d’éviction des profanes et de concentration des débats autour d’un groupe restreint de militants qui s’appuient souvent sur les médias de façon obsessionnelle.

19Le tirage au sort disloque cette dynamique politique. Il pose d’abord la question de la rigueur des critères qui fondent la distinction et met en lumière le caractère spécieux de bon nombre d’entre eux qui favorisent l’inanité morale et intellectuelle. Il contribue ensuite à l’acquisition d’un capital politique par le commun des mortels, des citoyens incapables de passer les filtres de la démocratie de notables, de la démocratie partisane ou de la démocratie d’audience (y compris pour occuper une place significative dans le champ des mouvements sociaux). En diminuant la part illégitime de capital politique (la distinction sans fondements) et en répartissant autant que possible les processus de capitalisation, le tirage au sort est un principe socialiste en politique ou, tout au moins, un processus de socialisation du capital politique.

Haut de page

Notes

1 Une version de cet article a été publié dans Savoir-Agir, 2015/1 (nº 31), pp. 35-42, dans le cadre du projet « La réception de la philosophie gréco-romaine dans la philosophie et les sciences humaines en France et en Espagne de 1980 à nos jours. Étude comparée de sociologie de la philosophie : une proposition (FFI2014-53792-R) ».

2 Elster, Jon (2013), Securities against misrules: Juries, Assemblies, Elections, Cambridge.

3 Karol, K. S. (1978), « De regreso a China (11 de febrero de 1978) », dans Charles Bettelheim, Rossana Rossanda, K. S. Karol (éd.), China después de Mao. Materiales, análisis, documentos sobre la lucha política en la transición socialista, Barcelone, p. 182.

4 Arendt, Hannah (2009), Sobre la revolución, Madrid, pp. 91-93 et 157-159.

5 Castoriadis, Cornelius (2008), La cité et les lois. Ce qui fait la Grèce, Paris, pp. 161-162.

6 Sinclair, Robert K. (1999), Democracia y participación en Atenas, Madrid, p. 233.

7 Collectif Lieux Communs (2011), Le mouvement grec pour la démocratie directe. Le « mouvement des places » du printemps 2011 dans la crise mondiale (première partie), Brochure nº 18, septembre, pp. 37-39.

8 Castoriadis, Cornelius (2008), La cité et les lois. Ce qui fait la Grèce, Paris, p. 206.

9 Sinclair, Robert K. (1999), Democracia y participación en Atenas, Madrid, p. 238 et pp. 249-252.

10 Voir article de Maud Harivel dans ce dossier.

11 Voir l’article de Ramón Feenestra dans ce dossier.

12 Moreno Pestaña, José Luis (2017a), « El sorteo y la recepción del populismo en Podemos », Arizona Journal of Hispanic Cultural Studies, 21, pp. 311-328.

13 Sinclair, Robert K. (1999), Democracia y participación en Atenas, Madrid, pp. 71-83.

14 Voir <https://lafranceinsoumise.fr/2017/12/22/synthese-de-cogitation-composition-role-lassemblee-representative/> [consulté le 24/03/2019]. Voir aussi Moreno Pestaña, José Luis (2017b), « Los desafíos del sorteo a la democracia, los desafíos de la democracia al sorteo », Daimon, 72, pp. 7-21.

15 Manin, Bernard (1996), Principes du gouvernement représentatif, Paris, pp. 247-303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Luis Moreno Pestaña, « Le tirage au sort et le capital politique »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-2 | 2019, 349-355.

Référence électronique

José Luis Moreno Pestaña, « Le tirage au sort et le capital politique », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-2 | 2019, mis en ligne le 07 octobre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/11761 ; DOI : 10.4000/mcv.11761

Haut de page

Auteur

José Luis Moreno Pestaña

Universidad de Cádiz

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals