Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49-2Actualité de la rechercheComptes rendusLectures croiséesPopulisme : des démocrates contre...

Actualité de la recherche
Comptes rendus
Lectures croisées

Populisme : des démocrates contre des démocrates ?

Frédérique Langue
Référence(s) :

Jan-Werner Müller, Qu’est-ce que le populisme ?, París, Gallimard/Folio essais, 2017, 208 p.

Fernando Vallespín, Máriam M. Bascuñán, Populismo, Madrid, Alianza editorial, 2017, 295 p.

Alvaro Vargas Llosa (coord.), El estallido del populismo, Barcelona, Planeta, 2017, 413 p.

Texte intégral

1En 2018, le médiateur du Monde s’interrogeait sur le « bon usage » du vocable populiste/populisme dans les colonnes du quotidien. Sa contribution à la rubrique « Idées » mettait l’accent sur l’extrême variabilité des définitions du terme, en insistant toutefois sur son histoire, voire sa « généalogie », et en reprenant le témoignage de correspondants du journal. Nous en serions ainsi au « troisième âge du populisme », le premier étant celui de la Russie du xixe siècle et de ses intellectuels de classe moyenne opposés au tsarisme (narodniki) et le second, considéré comme plus abouti, incarné plus particulièrement par le péronisme (la « raison politique » d’Ernesto Laclau) et contribuant à subsumer d’autres notions cataloguées plus aisément à droite ou à gauche. En quelques mots semble émerger une pratique politique s’appuyant sur des « instincts politiques », dérivant en des régimes d’apparence démocratique mais non dénués d’autoritarisme un peu partout, en Europe et au-delà. Dans les premiers mois de 2019, c’est au tour d’El País d’évoquer cette « tentation » (« à haut risque ») et la « séduction » qu’elle comporte (cf. le classique de Carlos de la Torre pour l’Amérique latine (2000), ou l’étude de la politiste Flavia Freidenberg en 2007) et ses relations sulfureuses avec les courants nationalistes, une régression à la période d’entre deux guerres, une catégorie d’interprétation et de stigmatisation à la mode, ou encore le défi posé par la « populocratie » aux démocraties libérales, plus particulièrement en Europe, compte tenu de ses tendances à la fois « illibérales », xénophobes et racistes.

2Sans grande surprise, les trois ouvrages considérés ici se saisissent de l’ensemble de ces thèmes repris à l’envi dans la plupart des grands médias et proposent un décryptage de ce que serait la logique interne du populisme. Ils s’inscrivent par conséquent à la fois dans un courant historiographique en constant renouvellement et un débat sans fin, parfois réitératif, porté sur la place publique, exacerbé par la mobilisation des affects, parfois biaisé par des considérations idéologiques mais faisant indéniablement écho à des inquiétudes sociétales et reprenant des questionnements politiques sur cet « inexplicable ». Qu’est-ce que le populisme a, à cet égard, valeur de synthèse et vise à théoriser un phénomène omniprésent, perçu ou présenté comme inquiétant, et qui met en scène son appréhension à travers les émotions. Ce petit ouvrage fait très utilement le point sur le qualificatif utilisé à l’encontre de M. Le Pen, D. Trump, V. Orban ou B. Grillo, et les arguments apportés par les intéressés dans leur défense du « peuple » ou, plus précisément, de la perception qu’ils en ont. Symptôme d’une déliquescence de la démocratie — le « moment populiste » —, nouvelle grammaire politique, fait anti-démocratique, illusion de « pouvoir populaire », l’étiquette populiste renvoie de fait au fonctionnement même de la démocratie et, plus encore compte tenu de la diversité des approches, au cours de l’histoire. D’où l’intérêt de périodiser et contextualiser un phénomène « caméléon » assez contradictoire (i.e. les premiers populistes américains) tout en évitant l’« étirement conceptuel » peu propice à son appréhension. L’ouvrage développe par conséquent l’hypothèse selon laquelle le populisme gagnerait à ne pas être considéré comme une « pathologie », mais serait « l’ombre portée de la démocratie représentative » et constituerait un phénomène « spécifiquement moderne », fondé en première instance sur un pluralisme initial et non sur l’invocation moralisatrice et peu empirique d’un « vrai peuple » (le « Nous »).

3Dans cette perspective, « psychologiser » le populisme, adopter une vision binaire et régressive (perdants de la modernisation/globalisation versus élites, angoisse et ressentiment des « exclus » ou des « perdants ») serait une erreur, quand bien même le diagnostic ici posé renvoie à la dangerosité du phénomène dans le cadre d’un système démocratique : c’est en effet la revendication politico-morale, autrement dit le monopole de la représentation qui serait ici en jeu, indépendamment des « classes » sociales considérées et, même, des leaders charismatiques qui ont fréquemment la faveur de tels mouvements. En ce sens, le populisme « de gauche » serait une réponse apportée au consensus néo-libéral (théorie défendue par Ch. Mouffe). Comme le laissent à penser les derniers chapitres consacrés à la confrontation des démocraties aux populismes, l’anti-pluralisme et la référence constante au peuple en tant qu’« entité morale indiscutable » fonderaient ainsi le populisme et ses pratiques manichéennes tendant à l’exercice d’un monopole étatique clientéliste, et sa praxis systématiquement dévalorisante pour toute opposition.

4L’ouvrage Populismos revient tout à la fois sur ce « spectre » qui hante les démocraties, sa « modernité régressive » et le retour de thèmes prétendument culturels chez ces « orphelins du futur » présentés comme des « perdants » (« le syndrome de Cendrillon »). S’appuyant sur une bibliographie très précise, d’ailleurs reprise en fin d’ouvrage, il précise l’approche précédente sur certains points comme les thèmes « identitaires », la référence au « déclinisme », ou le rôle des émotions dans l’espace public et la question des médias. L’ouvrage voit dans le populisme, plus qu’une idéologie qui ferait suite à « la fin des idéologies », le « symptôme » d’une crise économique et sociale imputable là aussi à la globalisation. Plus que dans l’effort de définition, inévitablement répétitif compte tenu de la multiplicité des ouvrages sur la question (approche minimaliste, recours à l’idéaltype, le dualisme manichéen peuple/élites irresponsables, anti-libéralisme/anti-pluralisme, érosion des démocraties libérales, impact de la globalisation), l’intérêt de cette contribution à deux mains réside dans la référence, malheureusement limitée à l’échelle de l’ouvrage, au « malaise » ressenti et à une émotion en particulier, à savoir le ressentiment, présenté comme la « clé de la cartographie émotionnelle ». Le rôle des affects, même instrumentalisés par ces leaders se voulant une alternative à la crise du libéralisme, permet dans une certaine mesure de relativiser l’interprétation polarisatrice selon laquelle les mouvements populistes seraient de « nouveaux barbares » cherchant à détruire le « système de la démocratie libérale ». Il s’agirait en effet de considérer un style de représentation à la fois active et médiatisée de la crise, dans la lignée d’un certain nombre d’auteurs. L’une des hypothèses formulées par les auteurs repose par ailleurs sur une approche générationnelle, opposant baby-boomers aux millenials, gouvernés et gouvernants, en une quête de l’espoir et une reformulation de l’espace public dans un contexte de « démocratie médiatique » confrontée à une « post-vérité ». L’ouvrage propose enfin un panorama de ces discours populistes désormais qualifiés d’« illibéraux », depuis les États-Unis et la réaction conservatrice portée par le Tea Party ou les mouvements néo-fascistes, la présidence de Trump, à l’Espagne de Podemos, des « indignés » ou des variantes relevées au nord de l’Europe en passant par la France et ses populismes des extrêmes, pas si éloignés que le supposent les auteurs si l’on considère l’actualité récente : sur ce point, on peut difficilement parler de « conflagration entre deux populismes » mais bien plutôt de convergences en vue de l’obtention d’une hégémonie politique. La dernière question posée demeure, de fait, celle des relations entre populisme et démocratie et renvoie à des formes de gouvernance intrinsèquement défensive. Elle met en scène des « démocrates contre des démocrates », la partie « démocrate » de la démocratie libérale contre la partie libérale de celle-ci (pour reprendre la caractérisation de F. Fukuyama), des nationalismes, un peuple symbolique et un peuple réel, configuration qui comporte invariablement un risque, celui d’exonérer — sous l’influence d’auteurs comme E. Laclau et Ch. Mouffe par exemple — le populisme de ses tendances anti-démocratiques. Entre discussion théorique et considérations plus pragmatiques ou idéologiques, cet ouvrage constitue par conséquent une lecture indispensable pour quiconque tenterait de comprendre l’émergence actuelle des populismes.

5Le propos du dernier ouvrage considéré, El estallido del populismo, qui réunit des auteurs aussi divers et engagés que Mario Vargas Llosa, Carlos Alberto Montaner, Sergio Ramírez, María Corina Machado, Plinio Apuleyo Mendoza, Enrique Krauze, Juan Carlos Lechín ou Yoani Sánchez, sous la direction d’Álvaro Vargas Llosa, prend position d’entrée. La thèse est simple, suivant en cela Mario Vargas Llosa : le communisme n’est plus le principal ennemi de la démocratie libérale et de la liberté. La démocratie libérale est désormais mise en danger par la montée des populismes, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, et quelle qu’en soit la couleur politique. L’ouvrage s’inscrit résolument dans ce combat contre les différentes formes et « masques » du populisme, sa démagogie autoritaire, ses mirages de démocratie directe et ses traditions rédemptrices, en particulier en Amérique latine (Brésil, Cuba, Venezuela, Nicaragua, Colombie, Mexique, Argentine…). Lui aussi très précis dans son argumentation, puisant dans les médias locaux, l’ouvrage — et ses auteurs — ne s’autorisent aucune complaisance vis-à-vis de mouvements s’autoproclamant « de gauche ». Ce ne sont, en effet, plus seulement des intellectuels qui écrivent ici, mais des témoins, voire des acteurs d’un combat politique très actuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Populisme : des démocrates contre des démocrates ? »Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-2 | 2019, mis en ligne le 23 octobre 2019, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/mcv/12102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mcv.12102

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search