Navigation – Plan du site
Marcel Bataillon à Mexico

Introduction

Bernard Vincent
p. 51-61

Texte intégral

  • 1 Redondo, 2015, p. 17.

1L’œuvre de Marcel Bataillon est largement méconnue. Cette affirmation pourra surprendre mais elle est aisément explicable. La première raison est paradoxale : la thèse du « prince des hispanistes » est l’arbre (et quel arbre !) qui cache la forêt. Dans le cadre d’un colloque tenu à Saragosse en 2012 et publié en 2015, Augustin Redondo, analysant la réception d’Érasme et l’Espagne, soulignait que l’humaniste de Rotterdam a été un fidèle compagnon du chercheur jusqu’à la fin de sa vie. Et d’ajouter immédiatement que Marcel Bataillon n’a pas publié que ce seul ouvrage fondamental puisqu’il est l’auteur de travaux importants sur « la Célestine, la picaresque, le docteur Laguna, Cervantès, Las Casas, les historiens des Indes etc.1 ». Il n’empêche. Pour nombre de lecteurs familiers de la civilisation hispanique, Marcel Bataillon est associé au seul Érasme.

  • 2 Lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi, 2005 ; Epistolario Américo Castro y Marcel Bataillon, 2 (...)
  • 3 Bataillon, 2009 ; Id., 2014.

2Il existe une seconde raison, moins évidente, à la méconnaissance d’une partie substantielle du travail de don Marcelo. Celle-ci est restée largement inédite. Il suffit de consulter quelques-uns des dossiers constituant le fonds Bataillon conservé aux archives du Collège de France pour s’en convaincre. Marcel Bataillon avait l’habitude d’écrire intégralement la moindre de ses interventions publiques. Nous disposons ainsi du texte de multiples conférences et de l’ensemble de ses cours, tant ceux prononcés aux universités d’Alger et de Paris que ceux donnés au Collège de France, mais il n’a semble-t-il pas jugé bon de publier des manuscrits qui sont pourtant souvent très élaborés. À cela s’ajoute la volumineuse correspondance que le maître a reçue et soigneusement gardée. Il est vrai que depuis la parution des lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi, assurée par Simona Munari, plusieurs travaux ont été accomplis sur le corpus, principalement sur la correspondance mais pas seulement2. Pierre-Antoine Fabre a exhumé le cours initial du Collège de France (1945-1946) sur la Compagnie de Jésus en Espagne et le cours 1952-1953 intitulé « Cervantès et le baroque » a été édité par les soins d’Angela Guidi3.

  • 4 Bataillon, Cl., 2006, p. 172.
  • 5 Archives du Collège de France, fonds Bataillon, BTL 30-10.
  • 6 La conférence écrite en espagnol a été publiée en 2008 sous le titre énigmatique « Una conferencia (...)
  • 7 Les lettres et le curriculum vitae présentés en annexe appartiennent au fonds du Colegio de México (...)

3Même si en dépit de leur immense qualité ces ouvrages n’ont pas eu la diffusion que l’on était en droit d’attendre. La richesse de l’œuvre de Marcel Bataillon est de cette manière peu à peu révélée. Il reste cependant nombre de joyaux à découvrir. Le texte que l’on va lire ici en fait partie. Il s’agit d’une conférence que Marcel Bataillon a prononcée à Mexico, à l’invitation d’Alfonso Reyes, président du Colegio de México, le jeudi 17 juin 1948, par un soir de pluie torrentielle comme il l’a noté dans son carnet de voyage4. Elle est archivée sous le titre « causerie sur l’histoire de mes recherches érasmiennes5 ». C’est dans une lettre adressée à Alfonso Reyes le 3 mars 1948 que Marcel Bataillon a proposé le thème « para exponer la evolución de mis ideas… creo que esta evolución tiene un alcance general y que es difícil razonarla dogmáticamente6 ». Le 10 mars, Alfonso Reyes accepta la proposition en précisant que le public serait un groupe réduit de philologues7.

  • 8 Voir document en annexe (Annexe I).
  • 9 Bataillon, Cl., 2009, pp. 119-148.
  • 10 Archives du Collège de France, Fonds Bataillon, BTL 45, lettre du 11 octobre 1947.

4Le texte de la conférence est doublement intéressant, par son contenu et par son contexte. À ce dernier égard, le lieu et la date sont particulièrement remarquables. En 1948, Marcel Bataillon a 53 ans et ne connaît pas le continent américain. Mais un voyage au Nouveau Monde était en projet depuis plusieurs années dans l’attente de circonstances favorables. Dans une lettre adressée le 25 septembre 1941 à Jaime Torres Bodet, alors subsecretario de Relaciones Exteriores, Alfonso Reyes, président donc du Colegio de México depuis l’année précédente, fait part de son souhait d’inviter l’auteur d’Érasme et l’Espagne qu’il qualifie de « profond érudit et interprète de la pensée de la Renaissance à qui les humanités mexicaines doivent d’éminents services8 ». Nous ne savons quelle suite fut donnée à l’intervention d’Alfonso Reyes mais Marcel Bataillon avait alors de toutes autres préoccupations puisqu’il avait été arrêté par la police française le 29 juin et interné au camp de Compiègne. Il ne fut libéré que le 16 août9. L’idée put sans doute renaître après la fin de la seconde guerre mondiale. Marcel Bataillon et Alfonso Reyes renouent à l’automne 1945, et il est question de la participation de l’hispaniste français à la conférence de l’Unesco organisée à Mexico fin 1947, à laquelle il renonce finalement. Alfonso Reyes l’approuve en soulignant « vale más que venga usted el año entrante en plan académico10 ». Marcel Bataillon peut alors préparer activement un voyage pris en charge par le ministère des Affaires étrangères français, qui durera près de six mois entre le 4 juin et le 26 novembre 1948. Arrivé à Mexico le 6 juin, il demeure au Mexique pendant plus d’un mois et demi avant de gagner le Guatemala puis le Pérou.

  • 11 Bataillon, Cl., 2009, p. 51.
  • 12 Archivo General de Simancas (AGS), Buscas, leg. 84/61 et 85/53.

5Alfonso Reyes et Marcel Bataillon s’étaient rencontrés à Madrid en 1920 ou 1921 — Marcel Bataillon était à cette date pensionnaire de l’École des hautes études hispaniques alors qu’Alfonso Reyes avait depuis 1914 des responsabilités au sein de la Legación de México en Espagne. Ce diplomate était aussi un écrivain fécond, poète et romancier, qui venait de publier en 1917 Visión de Anahuac, vision qui est celle des conquérants découvrant la vallée de Mexico. Cet essai a captivé Marcel Bataillon. Les deux hommes ont de toute évidence fréquenté en 1921-1922 le Centro de Estudios Históricos qui était alors un grand centre intellectuel où les philologues se réunissaient autour de Ramón Menéndez Pidal et de la Revista de Filología Española. Sans être des amis intimes, Bataillon et Reyes ont noué de forts liens, fondés sur une profonde estime réciproque. Ces années 1920-1922 ont beaucoup compté dans l’élaboration du projet de recherches de Marcel Bataillon. On sait qu’il a déposé à la Sorbonne en novembre 1921 le sujet de sa thèse L’érasmisme en Espagne au xvie siècle11 mais le choix est intervenu après une longue réflexion où ont dû peser les échanges au sein du Centro de Estudios Históricos. Quand il se présente aux Archives Générales de Simancas en juillet 1921, le jeune chercheur français indique sur sa fiche travailler sur les « Comunidades de la Universidad de Alcalá » ! Lors de son suivant séjour, en juin 1922, il précise faire des recherches sur « la historia cultural y religiosa de España en tiempos de Carlos V, especialmente sobre el erasmismo12 ». C’est bien en 1921 que l’hispaniste a trouvé sa voie. Vingt-sept ans plus tard, au cours de sa conférence du Colegio de México, il peut affirmer qu’avant la fin de la première année de sa bourse madrilène, en 1921, il avait pour sujet de thèse l’érasmisme espagnol.

  • 13 Le seul autre texte où, si je ne me trompe, Marcel Bataillon se livre à des confidences est celui (...)

6Il est probable qu’au moment de proposer des thèmes de conférence à donner au Mexique, Marcel Bataillon ait songé à la phase de doutes qui avait précédé le début de l’aventure érasmienne puisqu’Alfonso Reyes en avait été l’un des témoins. En 1948, les circonstances étaient favorables à une pratique à laquelle, me semble-t-il, lui si pudique ne s’est livré que cette seule fois13. Nous sommes avec le texte de cette conférence en présence d’un étonnant exercice d’égo-histoire qu’il avait soigneusement évité dans la préface de l’édition princeps d’Érasme et l’Espagne. Cette singularité, que relève le terme de confession plusieurs fois employé, donne un relief tout particulier à cette conférence. Il se livre comme jamais mais sans se départir de son humour qui lui fait citer d’emblée la maxime pascalienne, le moi est haïssable, et lui fait dire dans son curriculum vitae qu’après la première guerre mondiale où il a servi comme officier, il s’enrôle «  definitivamente en las filas del hispanismo francés ». Il est encouragé dans la voie de la confession par la double distance spatiale et temporelle (Mexico, 1948) existant par rapport à la lointaine élaboration franco-espagnole d’Érasme et l’Espagne. Le Colegio de México a ici une très grande importance. Dans une lettre à Jean Baruzi, envoyée depuis Lima le 3 août 1948, Marcel Bataillon, dressant un bilan de son séjour mexicain, dit tout ce que représente pour lui l’institution où il a prononcé ses premières conférences données au Nouveau Monde et les personnalités qui l’animent :

  • 14 Lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi, 2005, pp. 291-292.

Ce voyage, dit-il, où je m’étais lancé non sans appréhensions, tu le sais, me comble de rencontres et de découvertes passionnantes. J’appelle découvertes non des exhumations de livres inconnus mais ces expériences humaines qui nous ravissaient, en Espagne, il y a 27 ans, quand nous apprenions à connaître ce que la péninsule avait de précieux… Le Mexique était pour moi inconnu passionnant, mais peuplé de vieux amis qui étaient les meilleurs guides.
Quelques-uns sont aussi tes amis et ne t’oublient pas : Alfonso Reyes, toujours exquis et exerçant au Mexique une sorte de royauté intellectuelle ; Agustín Millares, qui forme d’excellents élèves au Colegio de México (sorte d’École des hautes études) et qui a publié en collaboration avec un traducteur mexicain le traité latin inédit de Bartolomé de las Casas : Del único modo de atraer todos los pueblos a la Verdadera religión ; Cristina de Tenreiro qui gagne courageusement sa vie en donnant des leçons. Tout ce monde espagnol de Mexico accomplit là-bas un travail de premier ordre, dont les Mexicains dénués d’exclusivisme national reconnaissent qu’il a transformé leur pays. Fait significatif : le Colegio de México a été la conversion en organisme officiel autonome de la Casa de España fondé avec les réfugiés par Alfonso Reyes et Daniel Cosío Villegas14.

  • 15 Bataillon, 1960, p. 119.
  • 16 Bataillon, Cl., 2006, p. 172.

7Dans le portrait qu’il a dressé d’Alfonso Reyes dans le Bulletin Hispanique en 1960, quelques mois après la disparition de son ami, Marcel Bataillon emploie les mêmes termes pour situer l’importance du Colegio de México « foyer intellectuel » ayant accueilli « des exilés espagnols de la qualité de Enrique Diez Canedo, José Moreno Villa, León Felipe, María Zambrano, Adolfo Salazar, Juan de la Encina, José Gaos, Agustín Millares15 ». Dans ses lettres à Lucy, son épouse, ou dans son carnet, l’hispaniste dit à plusieurs reprises son immense plaisir à retrouver à l’été 1948 nombre de ses amis espagnols. Ainsi, après la conférence sur l’Érasmisme, il dîne avec les paléographes Agustín Millares et José Ignacio Mantecón, et le mathématicien Marcelo Santalo Sors16.

  • 17 Voir le document en annexe (Annexe V).

8Le Colegio de México est bien le lieu approprié d’une causerie fondée comme il le dit in fine à ses auditeurs sur son équation personnelle. Une double équation personnelle peut-on dire, celle de chercheur et celle de citoyen. Le curriculum vitae que Marcel Bataillon a confié à Alfonso Reyes est à cet égard révélateur. Il prend soin de rappeler d’une part l’importance des années 1920-1926 passées en Espagne et au Portugal pour l’élaboration d’Érasme et l’Espagne et d’autre part son engagement à partir des années 193017.

  • 18 Ruiz-Gálvez, 2019.

9Marcel Bataillon a cherché, par sa conférence, à exposer de manière pragmatique quelle fut en somme l’évolution de la méthode qu’il a patiemment construite pour parvenir à ses fins, méthode qui a été soumise aux aléas de la vie provoqués par les événements personnels — la maladie — et collectifs — les guerres —, méthode qui de ce fait ne put être planifiée, ce qui amène le conférencier à l’appeler, non sans ironie une fois de plus, le chemin après qu’on l’a parcouru. Ce chemin a eu trois composantes que le conférencier expose avec une totale sincérité. La première est celle de la formation qui, reçue tant à l’intérieur du giron familial qu’à l’extérieur, principalement au sein de l’école de la République, en a fait un agnostique féru de culture classique où la dimension religieuse, chrétienne essentiellement, a été très présente. Dans cette confession, l’évocation du climat de guerre civile né au moment de la séparation en France de l’Église et de l’État doit être, me semble-t-il, soulignée. L’événement a suscité l’éclosion de nombre de travaux dont une partie remarquable a été l’œuvre d’hispanistes français dont les convictions étaient infiniment diverses18. Marcel Bataillon, qui appartenait au courant du laïcisme républicain, a été passionné par le débat doctrinal interne au catholicisme. Ce n’est pas un hasard s’il cite au début de son texte Alfred Loisy que le Vatican a excommunié en 1903. Et qu’il a éprouvé de la sympathie pour l’érasmisme, ce qui lui fait dire à Mexico qu’il était sensibilisé à sa découverte d’une manière « personnelle et indéfinissable ».

  • 19 Bataillon, 1973 ; Id., 1991.

10Il y a ensuite les échanges avec d’autres chercheurs. Nous avons déjà vu ce qu’a représenté en 1921-1922 le Centro de Estudios Históricos de Madrid. Cependant Bataillon n’y a pas côtoyé Damaso Alonso, son cadet de trois ans puisque né en 1898, et à son tour participant assidu au Centro. Mais l’édition de l’Enchiridion que les deux hommes ont conduite montre à quel point le Centro après a été un extraordinaire vivier qui a conduit à nombre de collaborations entre membres. C’est Américo Castro qui a songé à réunir l’historien français et le philologue espagnol pour cette entreprise éditoriale19. Ce fut le début d’une aventure féconde que Jean Baruzi salua dans le Bulletin Hispanique en ces termes :

  • 20 Baruzi, 1934.

Il faudrait une longue étude pour dire tous les mérites de ce précieux volume où deux critiques habitués, en des régions différentes, aux plus délicates recherches, nous apportent des données fermes, qui constituent à bien des égards une introduction à l’histoire de la spiritualité espagnole au xvie siècle20.

  • 21 AGS, Buscas, leg. 85/53.

11La dernière composante a été bien sûr l’inlassable labeur accompli. Lire, outre l’œuvre entière d’Érasme, les correspondances entre Érasme et ses amis, tous les procès des érasmistes espagnols traduits devant l’inquisition, etc. Les demandes de consultation que présente Marcel Bataillon à Simancas en juin 1922 sont révélatrices de son souci de ne rien laisser au hasard. Il dépouille nombre de liasses appartenant aux sections Estado, Memoriales de la Cámara, Quitaciones de la Corte, Patronato Real, Escribanía Mayor de Rentas. Il dresse une liste de 23 personnages dont il soupçonne les affinités avec Érasme et trouve des documents pour 11 d’entre eux au milieu desquels se trouvent les frères Valdés, Alonso, Juan et Diego21. Entre autres éléments il cherchait déjà les traces du Diálogo de Doctrina Cristiana dont Juan était l’auteur. Marcel Bataillon narre dans sa conférence comment il en est arrivé à l’improbable découverte à Lisbonne de l’exemplaire du texte imprimé en 1529. Exemple de chance, dit-il, « qui vient couronner une recherche persévérante ».

12La conférence du Colegio de México n’est nullement un bilan de recherche achevée. On aurait pu le penser car on sait bien que le voyage américain de 1948 a constitué un tournant décisif dans la carrière de Marcel Bataillon. On en a de multiples preuves. Son œuvre postérieure à cette date, ses correspondances avec ses proches, son carnet de voyage le montrent mille fois. La découverte du monde américain a été un choc aussi fort que celui ressenti en 1915 lors de la découverte de la péninsule Ibérique. L’auteur d’Érasme et l’Espagne s’est passionné pour le Nouveau Monde et, à cet égard, la liste de ses cours du Collège de France est éloquente. Aucun avant le voyage de six mois de 1948 ne porte sur le continent américain. À partir de 1949-1950 et le cours sur l’esprit des évangélisateurs du Mexique, l’un des deux thèmes choisis pour l’enseignement annuel est américain. Et ce jusqu’en 1962 : l’humanisme de Las Casas ; les origines intellectuelles et religieuses du sentiment américain en Amérique latine ; les sources et l’influence de la Historia general de las Indias de López de Gómara ; la place de Gómara dans l’historiographie des pays hispano-américains du Pacifique ; Gómara et l’historiographie du Pérou ; les précurseurs de l’historiographie garcilasienne du Pérou ; l’historiographie de la guerre civile péruvienne sont tour à tour étudiés.

13De même, de façon immédiate, Marcel Bataillon fait part de son expérience américaine dans des revues françaises : « Notre hispanisme devant l’Amérique » dans les Langues Néo-latines en 1949 ou « Le français dans la péninsule Ibérique et l’Amérique latine » dans Éducation nationale en 1950. Et il entame une intense collaboration avec des revues éditées sur le continent américain. Ainsi dès 1949 paraît dans la revue de Lima, Mar del Sur, un article intitulé « Por un inventario de las fiestas de Moros y Cristianos » et en 1951 un autre, intitulé « L’iñiguiste et la Beata. Premier voyage de Calisto à México » dans la Revista de Historia de América de México et encore, en 1953, un troisième : « Zumárraga, reformador del clero secular » dans Historia Mexicana. Dans ce cadre, le Colegio de México a une fois de plus une place éminente puisque la Revista de Filología Hispánica que Amado Alonso avait fondée en 1939 au sein de l’Instituto de Filología y Literatura Hispánicas (IFLH) de Buenos Aires y est accueillie en 1947 sous la double direction d’Amado Alonso et de Raimundo Lida installés le premier à Harvard, le second au Colegio de México en raison de la suppression l’IFLH par Perón. La revue devient à partir de 1947 la Nueva Revista de Filología Hispánica (NRFH) et dans son premier numéro est publié l’article de Marcel Bataillon « La desdicha por la honra : Génesis y sentido de una novela de Lope ».

  • 22 Lafaye, 2014, p. 121.

14Dans une lettre du 18 septembre 1947, Alfonso Reyes fait part de cette évolution à Marcel Bataillon qui est immédiatement un auteur très présent dans la NRFH22. Il y publie des articles en 1950, 1952, 1953 (il s’agit d’une contribution à un hommage à Alonso Amado décédé l’année précédente), en 1961 pour un hommage à Alfonso Reyes, en 1963-1964, et encore au soir de sa vie, en 1975, dans le cadre d’un hommage à Raimundo Lida. Marcel Bataillon participe aussi à la réalisation de deux volumes édités en 1970 et 1971 par le Colegio de México en l’honneur de deux de ses enseignants, de l’historien espagnol José Miranda González accueilli à Mexico en 1943 et de Daniel Cosío Villegas, secrétaire général du Colegio en 1948 et successeur d’Alfonso Reyes à la direction de l’établissement dix ans plus tard.

  • 23 Voir la note 12 de la conférence.
  • 24 À la fin de ce troisième volume, se trouve la bibliographie exhaustive de l’œuvre de Marcel Batail (...)

15Si l’ancrage « américain » de Marcel Bataillon fut intense à partir de 1948, cela ne signifia nullement un abandon des thèmes et des objectifs qu’il s’était donnés au début des années 1920. C’est bien ce que dit la conférence. La phrase de conclusion selon laquelle le livre Érasme et l’Espagne était « énorme et insuffisant » n’est pas une figure de rhétorique. L’orateur indique fort brièvement que depuis 1937, date de la parution de l’ouvrage, il n’a cessé d’élargir son enquête sur la vie spirituelle espagnole du xvie siècle. En témoignent le cours professé à la Sorbonne en 1938-1939 sur « Philippe II, champion de la foi catholique » et surtout ceux donnés au Collège de France entre 1945 et 194823. En plus de ces enseignements majeurs, il a toujours considéré Érasme et l’Espagne comme un permanent work in progress en travaillant de deux manières. Il a spontanément apporté en réponse à de nombreuses sollicitations des vues neuves et des compléments à des dossiers antérieurement ouverts. En 1977, l’année même de sa mort, a paru un volume intitulé Erasmo y el erasmismo qui comprend 18 textes qui tous sauf un ont été publiés après 1960 et la plupart dans les années 1970. On retrouve cet ensemble dans le troisième volume de la magistrale édition de 199124.

16Il a par ailleurs soigneusement veillé aux successives éditions de sa thèse en langue française et en langue espagnole. Ce sont celles en langue espagnole qui nous intéressent ici. Il faut rappeler que l’ouvrage initial, publié en français en 1937, a eu un immense écho en Europe occidentale. Des comptes rendus parurent rapidement en Angleterre, en Belgique, en Allemagne, en Suisse, en Italie, en France. Mais l’Espagne déchirée par la guerre civile, n’a pu y prêter grande attention. Deux seuls textes émanant du dominicain Vicente Beltrán de Heredia et du poète Antonio Machado virent le jour, respectivement dans la Ciudad Tomista et dans Hora de España. Il y eut toutefois trois autres apports en langue espagnole, celui de Ricardo García Villoslada publié à Rome dans la revue de la Compagnie de Jésus Archivum Romanum Societatis Iesu (ARSI) et ceux d’Américo Castro et de José Luis Romero dans la revue argentine Revista de Filología Hispánica bientôt transférée au Colegio de México.

  • 25 Bataillon, Cl., 2009, p. 179.

17La présence de Marcel Bataillon au Colegio, sa réflexion sur son parcours ont été un élément supplémentaire important pour mettre en chantier une édition d’Erasme en langue espagnole. Dans une lettre du 2 juillet à Lucy, son épouse, il écrit « demain à 1 heure je déjeune chez Alfonso Reyes avec Daniel Cosio, enfin revenu de Buenos Aires, et avec qui je dois parler d’un projet de traduction de mon Érasme dans la belle collection qu’il dirige25 ».

  • 26 Lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi, 2005, p. 292.

18Cosío a créé le Fondo de Cultura Económica en 1934 et vient d’en céder la direction à Arnoldo Orfila Reynal. Quelques jours plus tard, au cours d’une excursion à Puebla et Tlaxcala à laquelle participent Cosio, Orfila et Bataillon, l’accord pour la publication est entériné. Bientôt, Antonio Alatorre, dont Marcel Bataillon dit « qu’il est un jeune philologue de talent, formé par Millares, et qui travaille sous la direction de Raimundo Lida », est choisi pour faire la traduction. On sait qu’il a réalisé un remarquable travail comblant l’espoir de l’auteur d’obtenir une version encore meilleure que la version française26.

  • 27 Bataillon, 1950, p. xv.

19L’édition en langue espagnole est en effet plus complète que l’originale. Marcel Bataillon y a introduit de nombreux éléments inédits fruits de ses recherches et de ses lectures des années 1940. Comme il le dit dans sa nouvelle préface, il a comblé « la lacune la plus grave » de l’édition de 1937 en mettant l’accent sur l’œuvre de Juan de Avila dont « l’évangélisation est très érasmienne »27. Et il ajoute en appendice un chapitre intitulé « Érasme et le Nouveau Monde ». Cette version espagnole a bien entendu été davantage lue en Espagne que la version française même si sa diffusion est restée longtemps limitée. Elle a bénéficié du long et remarquable compte rendu qu’a livré en 1952 Eugenio Asensio dans la Revista de Filología Española « El erasmismo y las corrientes espirituales afines (conversos, franciscanos, italianizantes) ». La version espagnole a encore été enrichie lors d’une nouvelle édition parue en 1966 toujours sous l’égide du Fondo de Cultura Económica et toujours sous le double contrôle méticuleux de l’auteur et de son traducteur. Les remarques d’Eugenio Asensio, celles de l’américaniste Enrique Otte, celles de Jean-Claude Margolin ont été incorporées.

  • 28 Notons qu’en 1974, le prix Alfonso Reyes a été octroyé à Marcel Bataillon. Ce prix remis par le Co (...)

20La conférence du Colegio de México de 1948 a bien été un événement majeur dans la carrière de Marcel Bataillon, tant par son contenu que par les perspectives offertes. Elle fut une inflexion essentielle à partir de laquelle le prince des hispanistes a recherché un équilibre entre Europe et Amérique, entre les thèmes qu’il examinait inlassablement depuis trente ans et ceux qu’il a dès lors abordés avec la même exigence. Il est significatif que parmi les toutes dernières publications figurent en 1976 la traduction à Barcelone des Études sur Bartolomé de Las Casas dont la version française date de 1966 et à Mexico la réédition de l’ultime version d’Érasme et l’Espagne. De l’Europe à l’Amérique et de l’Amérique à l’Europe, Marcel Bataillon a effacé les frontières28.

Haut de page

Bibliographie

Amiel, Charles, Marcus, Raymond, Margolin, Jean-Claude, Redondo, Augustin (2004), Autour de Marcel Bataillon. L’œuvre, le savant, l’homme, Paris, de Boccard.

Antonio Alatorre / Marcel Bataillon: epistolario en torno a la traducción de Erasmo y España (2018), éd. d’Alejandra Testino et Estrella Ruiz-Gálvez, Mexico, Colegio de México.

Baruzi, Jean (1934), « Erasmo, El Enchiridion o Manual del Caballero cristiano. Edición de Dámeso Alonso. Prólogo de Marcel Bataillon ; y la Paraclesis o Exhortación al estudio de las Letras divinas. Edición y Prólogo de Dámaso Alonso », compte rendu publié dans Bulletin Hispanique, 36 (4), pp. 516-522.

Bataillon, Claude (2006), « Un hispaniste découvre le Nouveau Monde : Marcel Bataillon en 1948 », Caravelle, Cahiers des Mondes hispanique et luso-brésilien, 87, pp. 159-193.

Bataillon, Claude (2009), Marcel Bataillon, hispanisme et engagement. Lettres, carnets, textes retrouvés (1914-1967), Toulouse, Presse Universitaire du Mirail.

Bataillon, Marcel (1937), Érasme et l’Espagne, Recherches sur l’histoire spirituelle du xvie siècle, Paris, Droz ; rééd. augm. (1991), Érasme et l’Espagne, éd. de Daniel Devoto et Charles Amiel, 3 vols., Genève, Droz ; éd. de poche (1998), avec une préface de Jean-Claude Margolin, Érasme et l’Espagne, Genève, Droz ; trad. en langue espagnole (1950), Erasmo y Espana, estudios sobre la historia espiritual del siglo xvi, trad. de Antonio Alatorre, Mexico – Buenos Aires, Fondo de Cultura Economica [reéd. augm. 1966, reimp. 1976].

Bataillon, Marcel (1960), « Nécrologie : Alfonso Reyes (1889-1959) », Bulletin Hispanique, 62 (1), pp. 117-120.

Bataillon, Marcel (1973), « Erasmo, ayer y hoy », Cuadernos Hispanoamericanos, 280-282, pp. 323-332.

Bataillon, Marcel (1977), Erasmo y el erasmismo, Barcelona, Crítica.

Bataillon, Marcel (2009), Les Jésuites dans l’Espagne du xvie siècle, éd. de Pierre-Antoine Fabre, Paris, Les Belles Lettres ; trad. esp. (2010), Los Jesuitas en la España del siglo xvi, Valladolid, Junta de Castilla y León.

Bataillon, Marcel (2014), Cervantés y el barroco, éd. d’Angela Guidi, Valladolid, Junta de Castilla y León.

Dámaso Alonso-Marcel Bataillon : epistolario en dos tiempos (2013), éd. de Estrella Ruiz-Gálvez, Madrid, Fundación Universitaria Española.

Epistolario Américo Castro y Marcel Bataillon (1923-1972) [2012], éd. de Simona Munari, Madrid, Biblioteca Nueva et Fundación Xavier Zubiri.

Lafaye, Jacques (2014), Un humanista del siglo xx, Marcel Bataillon, Mexico, Fondo de Cultura Económica.

Lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi (1921-1952). Autour de l’hispanisme, éd. de Simona Munari, Turin, Nino Aragno.

Redondo, Augustin (2015), « La reception del Erasmo y España de Bataillon (1937-1950) », dans Eliseo Serrano (coord.), Erasmo y España. 75 años de la obra de Marcel Bataillon (1937-2012), Saragosse, Institución Fernando el Católico.

Ruiz-Gálvez, Estrella (2019), « La conquista espiritual de México : Robert Ricard (1900-1983) y los comienzos del hispanimo americanista francés en su relación con la crisis del mordernismo religioso », Investigaciones históricas, época moderna y contemporánea, 39, pp. 357-412.

Haut de page

Notes

1 Redondo, 2015, p. 17.

2 Lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi, 2005 ; Epistolario Américo Castro y Marcel Bataillon, 2012 ; Damaso Alonso – Marcel Bataillon: epistolario, 2013 ; Antonio Alatorre / Marcel Bataillon: epistolario, 2018.

3 Bataillon, 2009 ; Id., 2014.

4 Bataillon, Cl., 2006, p. 172.

5 Archives du Collège de France, fonds Bataillon, BTL 30-10.

6 La conférence écrite en espagnol a été publiée en 2008 sous le titre énigmatique « Una conferencia », sans mention de date et sans commentaire, dans la revue ISTOR, 8 (32), pp. 145-156, publiée par le Centro de Investigación y Docencia Económicas, Mexico. De surcroît elle a été amputée de quelques lignes. Telle quelle, elle est passée inaperçue. Il nous a paru indispensable de la remettre à disposition du lecteur avec la traduction en français, celle-ci inédite, réalisée par Claude Bataillon, à qui j’adresse des remerciements pour me l’avoir confiée.

7 Les lettres et le curriculum vitae présentés en annexe appartiennent au fonds du Colegio de México. Je remercie sa Présidente Erika Pani Bano et son directeur juridique Luis Manuel Olivares de m’avoir autorisé à les publier. Je remercie aussi Juan Pedro Viqueira qui m’en a fourni des copies. La lettre du 10 mars 1948 d’Alfonso Reyes à Marcel Bataillon figure aussi dans le fonds de la bibliothèque d’Alfonso Reyes (la capilla alfonsina) à Monterrey. Elle a déjà été publiée par Jacques Lafaye dans son ouvrage sur Marcel Bataillon (Lafaye, 2014, p. 123). On en trouve encore une copie au Collège de France, fonds Bataillon, dossier Alfonso Reyes, BTL 45.

8 Voir document en annexe (Annexe I).

9 Bataillon, Cl., 2009, pp. 119-148.

10 Archives du Collège de France, Fonds Bataillon, BTL 45, lettre du 11 octobre 1947.

11 Bataillon, Cl., 2009, p. 51.

12 Archivo General de Simancas (AGS), Buscas, leg. 84/61 et 85/53.

13 Le seul autre texte où, si je ne me trompe, Marcel Bataillon se livre à des confidences est celui de sa contribution à l’hommage à Dámaso Alonso : Bataillon, 1973, pp. 323-332, où il indique les difficultés éprouvées à publier l’Enchiridion d’Érasme.

14 Lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi, 2005, pp. 291-292.

15 Bataillon, 1960, p. 119.

16 Bataillon, Cl., 2006, p. 172.

17 Voir le document en annexe (Annexe V).

18 Ruiz-Gálvez, 2019.

19 Bataillon, 1973 ; Id., 1991.

20 Baruzi, 1934.

21 AGS, Buscas, leg. 85/53.

22 Lafaye, 2014, p. 121.

23 Voir la note 12 de la conférence.

24 À la fin de ce troisième volume, se trouve la bibliographie exhaustive de l’œuvre de Marcel Bataillon établie par Charles Amiel (pp. 517-557). Elle figurait déjà dans le volume Autour de Marcel Bataillon (Amiel, Margolin, Redondo, 2004).

25 Bataillon, Cl., 2009, p. 179.

26 Lettres de Marcel Bataillon à Jean Baruzi, 2005, p. 292.

27 Bataillon, 1950, p. xv.

28 Notons qu’en 1974, le prix Alfonso Reyes a été octroyé à Marcel Bataillon. Ce prix remis par le Conseil national mexicain pour la culture et les arts, l’Institut national des Beaux-Arts, la Sociedad Alfonsina internacional, le gouvernement du Nuevo León, les Ediciones Siglo XXI et Ediciones Castillo, a été décerné pour la première fois en 1973 à José Luis Borges. Ont succédé à Marcel Bataillon Alejo Carpentier en 1975, André Malraux en 1976 et Jorge Guillen en 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Vincent, « Introduction »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 50-1 | 2020, 51-61.

Référence électronique

Bernard Vincent, « Introduction », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 50-1 | 2020, mis en ligne le 09 mars 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/mcv/12142 ; DOI : 10.4000/mcv.12142

Haut de page

Auteur

Bernard Vincent

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals