Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Rahul Kumar, A pureza perdida do desporto: futebol no Estado Novo

Victor Pereira
p. 311-312
Référence(s) :

Rahul Kumar, A pureza perdida do desporto: futebol no Estado Novo, Lisboa, Edições Paquiderme, 2017, 288 p.

Texte intégral

1Pour expliquer la longévité de l’Estado Novo portugais, la trilogie des 3 F (Fátima, Fado, Football) est souvent mobilisée. L’appui d’une Église catholique conservatrice, les textes mélancoliques et fatalistes du Fado et les exploits d’Eusébio et consorts auraient été des éléments essentiels, avec la répression menée par l’armée et la police politique, permettant à la dictature de se maintenir au pouvoir pendant quatre décennies. Dans cette perspective, le football est fréquemment présenté comme un instrument d’aliénation manipulé par les dirigeants de l’Estado Novo afin de distraire la population et de la maintenir à l’écart de la politique. Dès la fin des années 1950, certains intellectuels de l’opposition critiquent cet « opium du peuple » et après la Révolution des Œillets le procès de ce sport populaire est régulièrement instruit. Les archives audiovisuelles regorgent d’images illustrant les tentatives de récupérations politiques de ce sport : Salazar recevant les joueurs de football après des victoires internationales, l’inauguration en grande pompe du Stade national en 1944. Ainsi, l’histoire du football portugais, rédigée par des journalistes ou des chercheurs en sciences sociales, est souvent réduite à la relation que ce sport entretient avec la dictature et avec les objectifs politiques que cette dernière pouvait avoir.

2L’ouvrage de Rahul Kumar, tiré d’une thèse de doctorat en sociologie, évite soigneusement de s’enfermer dans cette perspective qui se révèle souvent être une impasse. Armé d’une lecture bourdieusienne, il cherche à saisir comment le football s’est développé non pas grâce à l’aide de la dictature mais plutôt en dépit d’elle. En effet, des années 1930 aux années 1950, les dirigeants de la dictature, s’inscrivant dans la continuité de conceptions datant de la fin du xixe siècle et ancrées parmi les élites militaires, médicales et scolaires du pays, conçoivent le football comme un sport nocif : il serait mauvais pour les corps — à la différence de la gymnastique suédoise et de la gymnastique respiratoire tant vantées — et nuisible pour les esprits, instillant la division entre villes ou entre quartiers. La dictature qui fait primer l’union — le parti unique s’appelle longtemps l’União Nacional — ne peut accepter que ce sport alimente l’esprit de clocher et les tensions entre localités (comme celle opposant Lisbonne et Porto) au détriment de la concorde nationale. Alors que le professionnalisme est accepté dans le football dans de nombreux pays — en Grande-Bretagne dès 1895 ou en Espagne en 1926 — les dirigeants du pays maintiennent l’amateurisme et les valeurs qui lui sont liés : le fair-play, le sport pour le sport. Il est alors considéré inconcevable que l’on puisse vivre du football et en faire son métier.

3Pour contrer le dynamisme du football qui s’est développé d’abord dans les villes marquées par la timide industrialisation que connait le Portugal à la fin du xixe siècle et qui repose sur des associations sportives autonomes, la dictature tente de lancer ses propres structures sportives. Des activités sportives sont proposées par la Mocidade Portuguesa (Jeunesse portugaise) — institution formée en 1936 afin d’encadrer les jeunes — et par la Fundação Nacional para a Alegria no Trabalho (Fédération Nationale pour la Joie dans le Travail), chargée de l’encadrement des loisirs des travailleurs. Cependant, ces initiatives sont loin de concurrencer les clubs de football qui continuent d’attirer plus de supporters et de spectateurs.

4Face à cet échec, le gouvernement crée en 1942 la Direction Générale de l’Éducation Physique, des Sports et de la Santé Scolaire, organisation qui doit contrôler et inspecter les associations sportives et tenter de faire respecter les principes défendus par les gouvernants : le maintien de l’amateurisme, le respect des règles sportives, le fair-play, le maintien de l’ordre lors des rencontres. Pour imposer ces conceptions du sport amateur, cet organisme peut suspendre les dirigeants d’une association, s’immiscer dans les fédérations sportives, réclamer les comptes et des rapports aux clubs. Comme les différents organismes de régulation et de disciplinarisation fondés sous la dictature pour maintenir un contrôle souvent tatillon sur les entreprises et la population, cette direction générale, constituée de peu d’agents, multiplie sanctions, amendes et rappels à l’ordre.

5Néanmoins, tout au long des années 1950, un fort décalage sépare les discours officiels vantant l’amateurisme et la réalité faite de professionnalisme marron, de transferts de joueurs pourtant interdits, de contrats négociés entre footballeurs et clubs, de football spectacle et commercial. Les grands clubs du pays essaient d’obtenir les meilleurs joueurs et d’améliorer leurs performances afin d’offrir le meilleur spectacle et de remplir les grandes enceintes sportives construites au cours des années 1950.

6Finalement, en 1960, le gouvernement accepte le professionnalisme qui, de fait, existait déjà, impulsé notamment par des entraîneurs recrutés à l’étranger. Rahul Kumar ne prétend pas que le monde du football résistait à la dictature. Certains dirigeants appartenaient aux structures du salazarisme et au niveau local, maires, gouverneurs et notables défendaient les intérêts des clubs locaux. Il montre plutôt que le champ du football cherchait à défendre son autonomie, ses règles du jeu fondées sur le spectacle sportif, sur la croissance de leurs recettes, sur l’amélioration des performances (que permet le professionnalisme des joueurs qui doivent s’entraîner régulièrement, acquérir des routines de jeu, s’alimenter sainement, etc.).

7L’intérêt de cet ouvrage rigoureux et s’appuyant sur des sources trop peu exploitées (car souvent mal conservées) dépasse largement le cas du football. Il illustre les apports d’une histoire sociale et d’une sociologique historique à l’étude de l’Estado Novo, étude qui ne peut se confiner à une histoire politique privilégiant les principaux dirigeants de la dictature (au premier rang desquels António de Oliveira Salazar) et à une vision allant de haut en bas. L’expansion et le succès du football, sport populaire globalisé, révèlent comment de nombreux domaines pouvaient conserver un certain degré d’autonomie face à la dictature. La popularité du football doit amener les historiens à nuancer l’importance donnée à la culture dite populaire mise en exergue par la dictature et ses appareils de propagande. Cette culture populaire que le régime présentait comme authentiquement nationale ne rencontrait pas toujours le succès attendu par ses promoteurs. Ce travail reposant sur des archives de première main montre ainsi qu’il est possible de se départir d’une vision élitiste des différents phénomènes sociaux et de s’intéresser aux pratiques et aux réceptions et non pas seulement aux producteurs de discours.

8Cette convaincante étude laisse toutefois un regret qui tient à ses bornes chronologiques. L’ouvrage s’achève en 1960 lorsque la professionnalisation est autorisée. Or dans la décennie qui suit, le football portugais connaît plusieurs succès internationaux avec les victoires européennes du Sport Lisboa e Benfica et du Sporting Clube de Portugal, la troisième place du Portugal lors de la Coupe du Monde de 1966 et la renommée internationale d’Eusébio. Si, à la lecture du livre, on comprend bien que ces victoires se sont faites en dépit de la dictature plutôt que grâce à elle, l’analyse de l’instrumentalisation de ces succès et de la modification des conceptions de ce sport par le régime aurait été fort intéressante. Car dans d’autres domaines — comme l’économie avec l’adhésion à l’Association Européenne de Libre-Échange par exemple — la dictature a également modifié ses manières de voir et de faire, ne voyant plus dans l’ouverture sur l’étranger et dans l’acceptation d’une certaine dose de laisser-faire un péril mais, au contraire, une garantie de sa survie. De plus, avec le début des guerres coloniales en 1961, la dictature a besoin de l’appui des pays occidentaux pour obtenir des soutiens à l’ONU et des armes. Dès lors, la dictature fait flèche de tout bois pour donner une bonne image du pays à l’opinion publique internationale : les succès sportifs et l’inclusion de nombreux joueurs africains constituent des atouts que la dictature n’hésite pas à utiliser. De nombreuses sources auraient pu être mobilisées par l’auteur pour la période allant de 1960 à 1974 afin de prolonger son analyse qui renouvelle non seulement l’histoire du football portugais mais aussi les liens entre cultures populaires et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Pereira, « Rahul Kumar, A pureza perdida do desporto: futebol no Estado Novo »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 50-1 | 2020, 311-312.

Référence électronique

Victor Pereira, « Rahul Kumar, A pureza perdida do desporto: futebol no Estado Novo », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 50-1 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/mcv/12999

Haut de page

Auteur

Victor Pereira

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals