Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus

Julio Montero (dir.), Una televisión con dos cadenas. La programación en España (1956-1990)

Federico Bellido Peris
p. 311-312
Référence(s) :

Julio Montero (dir.), Una televisión con dos cadenas. La programación en España (1956-1990), Madrid, Cátedra, coll. «Signo e Imagen», 2018, 874 p.

Texte intégral

1Née en 1956, la télévision espagnole s’est rapidement développée durant les années du franquisme jusqu’à devenir le média de masse par excellence. Le strict contrôle gouvernemental, ainsi que les stratégies de programmation télévisuelle instaurées pendant la dictature, régies par des valeurs idéologiques, sociales et éducatives, perdurèrent au-delà du régime. Sa structure institutionnelle et ses méthodes de financement restèrent aussi pratiquement intactes pendant la Transition, marquant profondément les modes de représentation télévisuelle de la réalité mouvementée de cette période. La télévision publique espagnole de ces années de renouveau politique et social deviendra alors l’un des principaux outils de la propagande gouvernementale au service du projet de réforme politique et institutionnelle de l’État. Les années 80, en revanche, selon Manuel Palacio et Carmen Ciller seront « le vrai tournant de l’histoire de la programmation et de la télévision » (p. 567). C’est ainsi que le nouveau contexte démocratique sera aussi l’occasion de grands changements pour la télévision, les années où, en utilisant la terminologie employée par Umberto Eco, la paléo-télévision cédera progressivement sa place à la néo-télévision et les pratiques professionnelles et programmatiques héritées du franquisme disparaîtront pour établir les bases juridiques et symboliques d’une nouvelle télévision publique.

2L’objet de ce monumental travail de recherche dirigé et coordonné par Julio Montero est l’analyse exhaustive de la programmation et des programmes diffusés par les deux chaînes de télévision publiques espagnoles (TVE1 et TVE2) pendant la période de monopole de l’État (entre 1956 et 1990). Cette étude sans précédent aborde l’analyse de manière systématique et structurée avec une grande rigueur académique et dans une perspective historique globale, ce qui fait de cet ouvrage, en raison de sa grande complexité méthodologique, un projet éditorial de très grande valeur. Voici donc le principal mérite du professeur d’histoire de la communication de l’Université Internationale de La Rioja, J. Montero, parvenir à réunir et à diriger avec succès autour de ce projet collectif d’une ampleur inédite, une trentaine de spécialistes espagnols de l’histoire de la télévision.

3Dès son introduction, le professeur Montero affirme sa confiance que l’ouvrage deviendra « une référence obligatoire » en la matière (p. 15). Cette volonté de départ, exprimée dès les premières lignes, répond principalement au vide historiographique que l’ouvrage cherche à combler en prônant contre la répandue lamentation de l’absence de sources pour étudier l’histoire de la télévision en Espagne. En ce sens, ce volume vient « briser une lance » pour le développement des études de télévision depuis une perspective historique et dépasser ainsi, comme l’affirme J. Montero, la simple critique télévisuelle produite par les médias, mais aussi la chasse aux stéréotypes sociaux, culturels, de genre, de sexe, ethniques, régionaux ou nationaux…, qui selon lui représentent le « grand fléau de certaines publications académiques » (p. 17). Il s’agit donc d’une première étude monographique sur la programmation de Televisión Española, un ouvrage collectif qui, selon son directeur et coordinateur, va au-delà de la simple « compilation de contributions variées sans un plan commun » (p. 13).

4La structure de l’œuvre s’organise en trois parties suivant un schéma chronologique cohérent : le premier volet couvre la période relative à la dictature franquiste, depuis la création du média jusqu’à la mort du dictateur Francisco Franco (1956-1975). Dans cette partie, l’analyse de la programmation commence par les années dites « héroïques » de la doctrine du « Arias-salgadismo », années où la programmation était encore très fragmentée et l’étendue géographique de la couverture télévisuelle était dérisoire. L’étude se poursuit durant la deuxième moitié des années 60 et le début des années 70, contexte où toutefois le développement technologique du média, ainsi que la rationalisation et l’uniformisation progressives de la programmation ont énormément favorisé la vertigineuse expansion de la diffusion massive de Televisión Española, qui devint ainsi une télévision généraliste comparable à ses homologues européens, malgré les contraintes idéologiques toujours en toile de fond.

5La programmation télévisuelle durant les années de la Transition (1975-1982) sera la question centrale de la deuxième partie de l’ouvrage, indéniablement l’une des étapes les plus complexes de l’histoire du média. Tout comme les autres médias, Televisión Española a pu accompagner les profondes transformations sociales et politiques vécues pendant ces années de « transition post-franquiste vers la démocratie » (Aróstegui), néanmoins la télévision dut aussi affronter multitude de pressions externes et de tensions internes qui ont conduit aux premières voix critiques contre le monopole télévisuel (p. 563). Pleinement impliquée dans ce processus de transformation sociale et politique, la télévision publique espagnole devint un acteur politique incontournable qui joua incontestablement un rôle déterminant dans l’action réformiste du gouvernement (p. 334).

6Le troisième volet se penche sur l’analyse de la programmation du petit écran pendant une bonne partie de l’ère dite « socialiste » (1982-1994), marquée principalement par la modernisation, la professionnalisation et l’innovation technologique du média, mais aussi par la généralisation de sa conception en tant que service public. Ainsi, la grille de programmes pendant cette décennie incluait entre autres la diffusion de programmes spécifiques pour des publics minoritaires, une multitude de programmes culturels et éducatifs dont certains défendaient même les droits des consommateurs. Enfin, en guise d’ouverture, l’ouvrage se termine par un épilogue dans lequel ses auteurs, Javier Mateos-Pérez et María Antonia Paz, étudient la programmation d’une « nouvelle télévision » ouverte à la concurrence, à la chasse aux spectateurs, ainsi qu’à celle de la publicité. Cette nouvelle télévision serait selon eux un territoire « abonné à l’absence de contrôle » (p. 848).

7Chacun de ces trois volets est composé d’une douzaine de chapitres qui intègrent des études approfondies sur la programmation et ses stratégies sur des genres télévisuels aussi variés que l’information, la fiction (de production nationale ou étrangère), les émissions de variétés, de sport ou de tauromachie, la programmation cinématographique, infantile, culturelle ou celle de divulgation scientifique, sans négliger l’étude de la publicité, de l’audience et de la consommation télévisuelle. Nous ne pouvons que constater que le résultat final est très complet, tout en ouvrant la porte à de futurs travaux de recherche. Un des grands apports de l’ouvrage est de permettre de situer la télévision du franquisme et de la Transition au-delà des stéréotypes nostalgiques et mémoriels transmis a posteriori par la chaîne à chaque éphéméride. Néanmoins, une plus grande attention au contexte social, culturel et politique de la production télévisuelle aurait été appréciée, même si elle figure dans les objectifs initiaux de l’ouvrage (p. 17). On regrette également l’analyse d’autres facettes plus précises de la télévision espagnole, telles que la programmation religieuse ou la programmation culturelle post-franquiste. En tout cas, au-delà de ces détails, nous affirmons résolument que cet ouvrage est une enquête rigoureuse, un travail consciencieux de documentation et d’archive sur plus de trois décennies et demie de télévision en Espagne, ce qui fait de cet ouvrage une référence pour les chercheurs en histoire de la communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federico Bellido Peris, « Julio Montero (dir.), Una televisión con dos cadenas. La programación en España (1956-1990) »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 50-1 | 2020, 311-312.

Référence électronique

Federico Bellido Peris, « Julio Montero (dir.), Una televisión con dos cadenas. La programación en España (1956-1990) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 50-1 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/mcv/13014

Haut de page

Auteur

Federico Bellido Peris

Université Grenoble Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals