Skip to navigation – Site map

HomeNuméros50-2Actualité de la rechercheDébats. Archéologie et diplomatie...Archéologie et diplomatie europée...

Actualité de la recherche
Débats. Archéologie et diplomatie européenne en Méditerranée

Archéologie et diplomatie européenne en Méditerranée : de nouveaux défis face aux crises

Touatia Amraoui and Laurent Callegarin
p. 335-337

Full text

1Pour les pays européens, l’archéologie à l’étranger est tout autant un vecteur de coopération internationale et d’échanges scientifiques que de stratégie diplomatique. Elle s’appuie sur un système institutionnel public propre à chaque État qui soutient et favorise le développement pérenne de relations avec les pays hôtes — qui peuvent également être un autre État membre de l’Union européenne — et le reste de la communauté scientifique.

2L’essor de ces collaborations avec les pays de la Méditerranée, du nord comme du sud, contribue à créer une dynamique internationale autour de la connaissance d’un passé commun et d’un patrimoine mondial, impliquant sa sauvegarde, la diffusion des résultats de la recherche, ainsi que la formation des étudiants et celle, continue, des professionnels européens et étrangers.

  • 1 Comme le rappelle A. Schnapp, depuis peu « l’Italie, qui a développé après-guerre une riche école (...)
  • 2 À ces maux, nous pourrions ajouter les crises sanitaires, telle la pandémie de COVID-19 qui a touc (...)
  • 3 C’est le constat amer que fait Francis Prost quand il écrit à propos de l’archéologie française po (...)
  • 4 Favel, Bruno (2019), « D’Angkor à Palmyre. Les patrimoines en danger et leur devenir », dans ibid. (...)

3Mais aujourd’hui, plus encore que par le passé, les programmes de coopération internationale sont confrontés à des fragilisations voire des suspensions, du fait essentiellement de crises politiques qui secouent nombre de pays du pourtour méditerranéen. Les guerres, l’insécurité, les changements de gouvernement et d’orientations politiques, ainsi que les récessions économiques — comme celles que connaissent certains États d’Europe méridionale depuis une décennie1 —, perturbent les réseaux d’échanges et de dialogues scientifiques2. Depuis les années 2010, la situation s’est aggravée, atteignant un degré d’instabilité sans précédent dans les pays du Sud : l’Irak, la Syrie, le Soudan, l’Égypte et la Libye ont été touchés par des guerres et des troubles sociaux qui perdurent encore de façon plus ou moins violente selon les pays. Le contexte social et politique en Tunisie et en Algérie demeure encore fragile par certains aspects. Dans la majorité des cas, les conditions de sécurité n’étant plus assurées, les équipes de terrain européennes peuvent difficilement —ou plus du tout— se rendre sur place pour œuvrer avec leurs homologues étrangers dont les conditions de travail sont devenues très difficiles. Dans le pire des cas, les archéologues, historiens de l’art et conservateurs assistent, impuissants3, à la destruction, parfois extrêmement brutale, d’un patrimoine mondial unique4.

  • 5 Schnapp, Alain (2012), « La crise de l’archéologie, de ses lointaines origines à aujourd’hui », Le (...)

4Pourtant, malgré les conflits et bien que distendus avec certaines autorités locales, les liens persistent et les échanges continuent en adoptant des formes rénovées. Sans avoir nécessairement répondu à l’exhortation d’A. Schnapp de créer une ONG « Archéologues sans frontières5 », plusieurs pays européens sont ainsi parvenus de manière individuelle ou collective à s’adapter à la situation et à trouver des solutions, plus ou moins efficaces ou durables, pour continuer à œuvrer pour la sauvegarde du patrimoine, à produire et diffuser de la connaissance et à transmettre les savoirs et les savoir-faire. À titre d’exemples, on peut citer les initiatives internationales suivantes en lien avec le récent conflit en Syrie : la mise en ligne des archives archéologiques, notamment de l’Institut français du Proche-Orient (IFPO), dans le cadre du projet de Sauvegarde d’Urgence du Patrimoine Syrien de l’Union européenne et de l’UNESCO (2014-2017) ; la réalisation de modèles 3D de la ville d’Alep par la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie (DGAM) et l’entreprise Iconem ; ou encore la création, à l’initiative de la France et des Émirats arabes unis, de la fondation Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (en anglais : Alliance for the Protection of Heritage in Conflict Areas - ALIPH), le 8 mars 2017 à Genève. Toutes ces actions sont motivées par une volonté solidaire d’éviter le repli dans les pays touchés.

5Plus récemment, d’autres formes de difficultés, certes moins extrêmes, sont apparues dans la majorité des pays européens. Les scientifiques travaillant à l’étranger, en particulier les jeunes chercheurs, sont confrontés à un manque de financement de la recherche. Pour diverses raisons, les laboratoires, les universités, les instituts de recherche ou les ministères ne sont plus en mesure aujourd’hui d’octroyer autant de crédits que par le passé. Les archéologues européens collaborant avec des pays qui disposent de très peu ou pas du tout de fonds pour la recherche et la sauvegarde de leur patrimoine sont donc contraints de trouver d’autres sources de financement auprès de l’Union européenne, de fondations ou d’entreprises privées, le plus souvent par le biais d’appels à projets soumis à une forte concurrence. L’introduction d’une logique de marché dans le domaine de l’archéologie a eu des effets à double tranchant et a parfois précipité sa précarisation.

  • 6 Des représentants d’autres pays ont été contactés pour participer à ce dossier, mais ils n’ont pas (...)

6Ce dossier se propose de donner premièrement la parole à des intervenants européens issus de quatre pays présentant une longue tradition de coopération archéologique à l’étranger, et plus précisément en Méditerranée : la France, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Italie6. Ce premier volet, intitulé « Politiques étrangères et stratégies nationales », considère, sous la forme d’une grille d’évaluation commune, les modalités de l’implication des institutions publiques, mais également privées, de ces quatre pays en matière d’archéologie extranationale. Quatre aspects majeurs sont examinés : l’organisation et le fonctionnement des institutions chargées de la recherche en archéologie et de la coopération internationale, la nature des liens et la qualité des relations avec les pays hôtes, les protocoles mis en place pour pallier les différentes « crises » et, enfin, les solutions envisagées pour parer aux difficultés actuelles et futures. En s’appuyant sur l’analyse des organes de gouvernement mais également sur l’expérience des chercheurs qui ont été confrontés à des situations critiques, cette première partie vise à explorer et à comparer les dispositifs et les traditions nationales dans ces différents domaines.

7Le second volet, intitulé « Regards croisés sur l’action des pays européens face à la crise libyenne », aborde plus en détail, et sous la forme d’entretiens, le cas de la Libye. Ce pays connaît une crise politique, sécuritaire et économique gravissime depuis 2011 avec la chute du pouvoir kadhafien. La parole est donnée en premier lieu à un professeur d’archéologie libyen, impliqué dans des projets archéologiques internationaux. Suivent les récits de trois chercheurs, originaires respectivement de France, du Royaume-Uni et d’Italie, chacun responsable d’une mission archéologique en Libye avant 2011. Il est ici question de l’évolution et du devenir des liens de coopération scientifique et de la mobilité des chercheurs, des solutions mises en place pour les maintenir, des initiatives pour endiguer le trafic illicite du patrimoine libyen, ainsi que des perspectives pour poursuivre la production collective d’un savoir et sa diffusion qui transcendent les frontières nationales.

Top of page

Notes

1 Comme le rappelle A. Schnapp, depuis peu « l’Italie, qui a développé après-guerre une riche école d’archéologie, peine à assurer la gestion de son immense patrimoine archéologique, et le service archéologique grec doit faire face à une diminution drastique de ses ressources » [Schnapp, Alain (2012), « La crise de l’archéologie, de ses lointaines origines à aujourd’hui », Les nouvelles de l’archéologie, 128, p. 6].

2 À ces maux, nous pourrions ajouter les crises sanitaires, telle la pandémie de COVID-19 qui a touché le monde entier et suspendu, provisoirement, l’intégralité des opérations archéologiques tant dans les territoires nationaux qu’extranationaux depuis la fin de l’hiver 2020. À l’heure où nous écrivons ces lignes, il n’est pas possible d’en estimer le véritable impact.

3 C’est le constat amer que fait Francis Prost quand il écrit à propos de l’archéologie française pourtant « réseau de savoirs, d’innovations, de coopérations et de collaborations à la fois bien rodé et prestigieux : il lui reste à devenir un réel outil de sauvegarde capable d’anticiper les menaces de destruction, climatique ou guerrière, des vestiges du passé humain » [Prost, Francis (2019), « L’archéologie française à l’étranger », dans Benoît Kaplan et Anne Lehoërff (éd.), Archéologie. Entre ruptures et continuités ?, no 139 de Culture et recherche, p. 84].

4 Favel, Bruno (2019), « D’Angkor à Palmyre. Les patrimoines en danger et leur devenir », dans ibid., p. 87.

5 Schnapp, Alain (2012), « La crise de l’archéologie, de ses lointaines origines à aujourd’hui », Les nouvelles de l’archéologie, 128, p. 6.

6 Des représentants d’autres pays ont été contactés pour participer à ce dossier, mais ils n’ont pas donné suite.

Top of page

References

Bibliographical reference

Touatia Amraoui and Laurent Callegarin, “Archéologie et diplomatie européenne en Méditerranée : de nouveaux défis face aux crises”Mélanges de la Casa de Velázquez, 50-2 | 2020, 335-337.

Electronic reference

Touatia Amraoui and Laurent Callegarin, “Archéologie et diplomatie européenne en Méditerranée : de nouveaux défis face aux crises”Mélanges de la Casa de Velázquez [Online], 50-2 | 2020, Online since 01 October 2020, connection on 10 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/mcv/13092; DOI: https://doi.org/10.4000/mcv.13092

Top of page

About the authors

Touatia Amraoui

Aix-Marseille Université, CNRS, CCJ, Aix-en Provence, France

Laurent Callegarin

Université de Pau et des Pays de l’Adour, France

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search