Navegación – Mapa del sitio

InicioNuméros50-2Actualité de la rechercheDébats. Archéologie et diplomatie...I. — Politiques étrangères et str...France

Actualité de la recherche
Débats. Archéologie et diplomatie européenne en Méditerranée
I. — Politiques étrangères et stratégies nationales

France

Ludovic Thély
p. 339-344

Texto completo

Les réseaux institutionnels

1En France, la spécificité des missions archéologiques extranationales repose sur la place prédominante qu’occupe le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE). Celui-ci joue un rôle essentiel à travers plusieurs outils œuvrant au renforcement des missions françaises à l’étranger. Les UMIFRE, placées sous la double tutelle du CNRS et du MEAE, forment un réseau de 27 centres répartis sur quatre continents. Pour des raisons qui tiennent d’abord à l’histoire de leur création, l’archéologie occupe une place prépondérante dans les programmes scientifiques menés par un grand nombre de ces instituts.

2Instaurée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la Commission consultative des recherches archéologiques françaises à l’étranger est une instance unique au monde. Composée de 30 membres, elle a pour rôle d’évaluer et d’orienter la politique archéologique hors du territoire national, laquelle est soumise à une exigence à la fois diplomatique et scientifique. En 2020, le MEAE octroie des allocations à 162 missions archéologiques réparties dans 77 pays.

3L’archéologie française à l’étranger repose d’autre part, dans une logique de cohérence et de complémentarité, sur plusieurs opérateurs de l’État relevant du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). Les cinq Écoles françaises à l’étranger, les départements ou les Unités de formation et de recherche (UFR) d’archéologie des universités et les unités de recherche du CNRS comptent parmi les principaux acteurs qui participent au développement de l’archéologie extranationale.

4Le ministère de la Culture, dont dépend l’archéologie préventive nationale, mène également plusieurs programmes à l’étranger, notamment pilotés par le musée du Louvre (en mer Noire et au Soudan). De très nombreuses missions archéologiques françaises sont le fruit d’un engagement interministériel et disposent du soutien logistique et financier de différents acteurs publics.

Les financements

5Les missions archéologiques françaises à l’étranger reposent essentiellement sur des financements publics. À travers l’avis rendu par la Commission consultative des recherches archéologiques, le MEAE a octroyé en 2020 1,9 million d’euros, auxquels il faut ajouter les subventions exceptionnelles attribuées à certaines missions par les ambassades ainsi que les financements ponctuels sur projet. Au total, l’archéologie extranationale représente un budget d’environ 2,5 millions d’euros par an. Cette dotation a toutefois connu une baisse significative sur la dernière décennie, de l’ordre de 30 % des crédits attribués directement aux missions.

6L’évolution la plus sensible est liée à l’accroissement de la part des financements européens et privés, qui demeure toutefois, en proportion, très inférieure aux dotations publiques de l’État. Les collaborations internationales ou bilatérales sont devenues plus nombreuses et se fondent sur un mode de financement diversifié : projets européens, fondations privées et mécénat constituent désormais trois sources de financement sollicitées dans le montage d’une mission archéologique hors du territoire national.

Une mosaïque de situations

7Les opérations archéologiques françaises à l’étranger sont presque toutes exclusivement menées sur projet dans le cadre de missions programmées. Seules quelques collaborations ponctuelles font intervenir des personnels de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), à la demande des autorités locales, sur des fouilles d’urgence à l’étranger, comme cela a été le cas pour la Place des Martyrs à Alger en 2009.

8L’engagement des équipes hors du territoire national s’inscrit dans une mosaïque de situations qui dépend le plus souvent des réglementations locales. Certaines institutions françaises implantées à l’étranger sont les seuls interlocuteurs auprès des organismes qui délivrent les permis de fouilles. C’est le cas notamment de l’École française d’Athènes, qui a obtenu l’exclusivité scientifique accordée sur plusieurs sites, ou de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire qui pilote la recherche archéologique française en Égypte. Les programmes de recherches s’inscrivent tous dans le cadre d’une programmation scientifique quadriennale ou quinquennale. La Commission des recherches archéologiques françaises à l’étranger examine les demandes de renouvellement d’allocations à la fin de chaque cycle de quatre ans : elle porte une attention particulière à l’excellence scientifique, à la publication régulière des résultats, aux outils de formation mis en place et à la collaboration effective avec les pays hôtes.

Attentes et exigences des pays hôtes

9Les demandes des pays hôtes se sont fortement diversifiées ces dernières années, au-delà des engagements proprement scientifiques. La mise en valeur patrimoniale et touristique des sites constitue l’un des prérequis à la signature de nouveaux partenariats bilatéraux. L’archéologie française s’inscrit donc désormais dans un processus plus large qui vise, notamment dans les pays fortement touchés par les guerres, à protéger le patrimoine en péril. Elle devient à ce titre un outil de développement local. La seconde évolution porte sur une demande des pays partenaires pour un accroissement des dispositifs de formation, à la fois sur le terrain (accueil d’étudiants étrangers et français), mais également à l’occasion des opérations de valorisation qui sont menées sur les sites (formations notamment destinées aux professionnels du patrimoine des pays hôtes).

10Enfin, la troisième évolution procède d’un accroissement des besoins en matière d’expertise dans de nombreux pays, ce qui inclut notamment une demande en matière d’archéologie préventive. La France est l’un des pays qui dispose d’une expertise d’excellence actuellement dans ces domaines, raison pour laquelle elle est fortement sollicitée.

Les outils de la coopération

11La France entreprend des actions de collaboration variées avec les pays hôtes. Les transferts de technologie ou de compétences constituent un atout majeur dans les relations bilatérales : l’Institut français d’archéologie orientale met par exemple à disposition d’autres pays le savoir-faire qu’il a acquis dans le domaine de la datation par C14. Les formations à destination des étudiants et des professionnels étrangers sont par ailleurs nombreuses : si l’accueil de stagiaires sur les chantiers de fouilles est une exigence de la coopération bilatérale, d’autres formations au contenu très spécifique attirent un nombre croissant de partenaires (en archéologie subaquatique, où la France est reconnue pour son très haut niveau d’expertise, mais aussi dans le domaine des systèmes d’information géographique).

12Dans le domaine de la coopération patrimoniale, la France occupe également une place centrale dans un grand nombre de pays. À Angkor, l’ensemble des recherches menées par des équipes françaises, auxquelles sont associés les chercheurs cambodgiens, a bénéficié au cours des vingt dernières années d’un soutien de coordination et de financement du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères à hauteur de 1,2 million d’euros. En Irak, le MEAE a récemment apporté son soutien à un plan de restauration adossé au Fonds de solidarité pour les projets innovants (FSPI). Ce projet implique de très nombreux partenaires et prévoit notamment la mise en place d’une carte archéologique numérique, des modélisations en 3D, dans une logique de réappropriation du patrimoine irakien par les populations locales.

13Les impacts des coopérations françaises à l’étranger sont nombreux. D’un point de vue économique, l’archéologie extranationale permet aux entreprises françaises, internationales et locales, d’exprimer leur potentiel innovant. La mise en valeur des sites archéologiques est aussi un atout pour le développement touristique : au Maroc, un projet de réhabilitation de plusieurs sites dans l’Atlas, associé à une reprise des fouilles, permet ainsi de revitaliser l’économie locale en agissant comme un facteur de désenclavement de cette région du pays.

14Les publications constituent enfin un levier de coopération fondamental entre la France et les pays hôtes. Elles sont indispensables à la bonne marche des opérations présentes et avenir et sont, dans quelques cas, réglementées par la législation locale. La France apporte son soutien aux entreprises de publications pour les fouilles dont elle a seule la responsabilité, mais également pour les missions bilatérales.

Face aux crises

15Pour des raisons qui tiennent à l’histoire de l’implantation des missions françaises à l’étranger depuis le xixe siècle, la France est directement concernée par la problématique de l’archéologie dans les régions en crise. L’une des difficultés principales auxquelles sont confrontées les missions est donc bien l’instabilité politique et sécuritaire qui frappe de façon brutale ou régulière plusieurs pays, ce qui a pour conséquence un accroissement très important des frais de sécurité lorsque les fouilles sont permises ou bien, dans le cas de la Libye, du Yémen et de la Syrie, une suspension parfois longue de plusieurs années des opérations de terrain. Dans d’autres cas, comme dans la partie sud de l’Irak, les conditions sont parfois jugées satisfaisantes pour entreprendre de nouvelles fouilles : plusieurs missions étrangères ont ainsi repris leurs activités depuis plusieurs années. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a par ailleurs décidé d’appliquer des mesures conservatoires pour les huit missions qu’il finance en Syrie, dans l’attente d’une reprise des travaux effective sur le terrain.

16Le besoin de signifier la permanence de la France dans ces zones est d’autant plus fort qu’il s’agit, au Maghreb et au Proche-Orient notamment, de priorités politiques et diplomatiques. Il a donc été convenu de maintenir un haut niveau d’activité dans ces régions en crise. Deux pistes de collaboration sont privilégiées : l’offre d’expertise des archéologues français pour la préservation du patrimoine en péril et le travail de publication des archives scientifiques auxquelles il est possible d’avoir accès.

17Le MEAE soutient donc un nombre important de missions archéologiques dans les pays en crise. Cette volonté procède à la fois d’un intérêt scientifique, mais également d’une adéquation entre la recherche et la politique d’influence menée par la France dans les régions ébranlées par l’instabilité politique. Il est à noter, en outre, la part croissante qu’occupent les engagements pris en faveur de la préservation du patrimoine en péril dans les zones soumises au changement climatique et aux catastrophes naturelles.

Perspectives pour l’avenir

18Dans le domaine des sciences archéologiques, la concurrence internationale traditionnelle, qui a vu la France et les principaux pays d’Europe occidentale, puis les États-Unis, se partager l’essentiel des chantiers tout au long du xixe et du xxe siècle, a été profondément marquée ces dix dernières années par l’émergence d’autres pays, notamment asiatiques : la Chine a investi de très nombreux capitaux en Afrique subsaharienne, se positionnant avec les pays du Golfe comme l’un des principaux investisseurs actuels. Dans ces conditions, les sommes allouées aux équipes françaises, que ce soit par le biais de la Commission consultative ou des organismes publics de recherche, sont très insuffisantes au regard de celles engagées par les pays émergents. Les coûts de gardiennage et ceux imposés par les contextes sécuritaires troublés correspondent le plus souvent aux deux tiers des financements dévolus à l’ensemble d’une opération de terrain.

19Le travail entamé depuis plusieurs années par les différents ministères en charge de la recherche archéologique hors du territoire national consiste à promouvoir concrètement les synergies entre les missions ponctuelles qui opèrent à l’étranger et les structures pérennes qui y sont établies (Écoles françaises à l’étranger, UMIFRE, laboratoires du CNRS). Ces institutions, implantées pour certaines de longue date dans les pays hôtes, entretiennent avec les autorités locales des liens historiques, ce qui facilite le dialogue politique, et peuvent apporter un soutien logistique et scientifique de premier ordre.

20Les demandes des autorités locales changent de nature : restauration des édifices, sauvegarde du patrimoine matériel, mise en valeur touristique, signalétique, formation à la recherche des étudiants locaux. Elles représentent autant de coûts supplémentaires qu’il est parfois difficile d’absorber sur les crédits destinés aux opérations de fouilles proprement dites. L’intérêt de la production de données nouvelles diminue devant celui de protéger et de mettre en valeur les vestiges dégagés. Du point de vue de la diplomatie d’influence, la France doit donc impérativement faire valoir son expertise, reconnue internationalement, dans le domaine du patrimoine.

 

21L’émulation scientifique internationale doit aussi permettre un renforcement des collaborations bilatérales et internationales. Il importe de développer des fouilles codirigées par une équipe française et une équipe du pays hôte. L’excellence scientifique et le très haut niveau d’expertise de la France conduisent d’ailleurs de nombreux pays à proposer de nouveaux partenariats dans ce sens.

22En outre, la recherche s’inscrit dans un contexte fortement mondialisé : il n’est plus envisageable, d’un point de vue opérationnel, de faire reposer le coût d’une mission archéologique sur une seule institution ou même un seul pays. Les outils dont disposent les principaux ministères (MEAE, Culture, Enseignement supérieur, Recherche et Innovation), bien que fondamentaux dans le dispositif global, ne peuvent suffire à eux seuls à la conduite des opérations de terrain, dont le financement global est toujours plus lourd (notamment pour des raisons sécuritaires). Il importe donc de favoriser les collaborations internationales, le recours aux financements sur projets européens et le développement du mécénat.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Ludovic Thély, «France»Mélanges de la Casa de Velázquez, 50-2 | 2020, 339-344.

Referencia electrónica

Ludovic Thély, «France»Mélanges de la Casa de Velázquez [En línea], 50-2 | 2020, Publicado el 01 octubre 2020, consultado el 08 mayo 2021. URL: http://journals.openedition.org/mcv/13123; DOI: https://doi.org/10.4000/mcv.13123

Inicio de página

Autor

Ludovic Thély

Rédacteur coopération Maghreb, Afrique, Asie – Instituts français de recherche à l’étranger – Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Inicio de página
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search