Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50-2Actualité de la rechercheDébats. Archéologie et diplomatie...II. — Regards croisés sur l’actio...France

Actualité de la recherche
Débats. Archéologie et diplomatie européenne en Méditerranée
II. — Regards croisés sur l’action des pays européens face à la crise libyenne [entretiens]

France

Entretien
Vincent Michel
p. 358-365

Texte intégral

Avant la crise

Pouvez-vous présenter un aperçu des recherches archéologiques conduites par la France sur le terrain libyen depuis les années 2000 ?

Depuis 2000, la Mission archéologique française de Libye (appelé « MAF » ci-après) a intégré progressivement des chercheurs d’autres périodes sur de nouveaux sites que ceux de la spécialité de ses fondateurs, François Chamoux (1976-1981) et André Laronde (1981-2011), tout en maintenant ses anciens chantiers à Apollonia au « Rocher de Kallikrateia » avec Jean-Sylvain Caillou et dans les « thermes du Levant » à Leptis Magna avec Michel Bonifay et Michel Paulin. Cette ouverture a commencé en Cyrénaïque d’abord en 2001, en direction de l’Antiquité tardive sur le site d’Érythron-Latroun, dont j’avais la responsabilité, restaurant deux églises protobyzantines et fouillant un vaste complexe thermal, puis en 2006, la période peu connue de la préhistoire libyenne avec l’étude de l’abri-sous-roche d’Abou Tamsa précisant, sous la truelle d’Élodie de Faucamberge, la néolithisation de la région et enfin la période islamique et médiévale dès 2007 avec le site de Syrte dont l’étude est conduite par Jean-Michel Mouton. La présence française couvre désormais toutes les grandes périodes et s’intéresse aussi bien aux silex qu’aux amphores, aux temples grecs qu’aux églises, aux cités qu’au développement des villages ou des lieux fortifiés, aux fouilles programmées qu’aux fouilles de sauvetage tant en Cyrénaïque qu’en Tripolitaine.

Depuis quand travaillez-vous personnellement en Libye ? Sur quels projets ?

Spécialiste d’architecture chrétienne, je fouillais en Jordanie et en Palestine depuis 1994 quand, en 2001, grâce à Jean-Sylvain Caillou, le professeur André Laronde m’a sollicité pour restaurer la basilique occidentale d’époque protobyzantine (2001-2005) puis pour fouiller un complexe thermal découvert à la suite de sondages effectués près de la basilique orientale (2006-2012) dans le village antique d’Érythron (l’actuel Latrun) en Cyrénaïque. Au-delà de redonner de la verticalité à ces deux églises par une anastylose, l'objectif est de rouvrir le dossier incomplètement traité portant sur le monde rural et le développement de l’architecture chrétienne en Cyrénaïque. À partir de l’étude archéologique du site d’Érythron, l’objectif de ma recherche est d’analyser le développement et les différentes composantes d’un village depuis l’époque hellénistique jusqu’à la conquête arabe. C’est à la suite du décès du professeur Laronde que je pris la direction de la MAF, toujours sous l’égide de la Commission des fouilles du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères en février 2011, année de la révolution libyenne avec son lot d’atrocités, de morts et de blessés mais aussi de destructions, sans omettre l’expansion d’un trafic illicite ciblé des biens culturels. Si nous avons pu mener une énième mission en 2012, c’est depuis la France, où nous avons œuvré à la protection du patrimoine libyen et à la formation des cadres du Département des Antiquités.

Pouvez-vous décrire ce sur quoi portait la coopération avec les représentants de l’archéologie libyenne ?

Sous l’égide scientifique du Centre de Recherches sur la Libye Antique (CERLA, Paris-Sorbonne), les projets portés par la MAF sont pluridisciplinaires. Depuis sa création, la mission a toujours pris soin d’intégrer des universitaires libyens dans ses différents chantiers de fouille afin de leur apporter une solide formation pratique en archéologie. Certains d’entre eux pouvaient parfaire leur apprentissage en poursuivant en France une partie de leur étude au niveau master puis doctorat à l’université de la Sorbonne sous la direction d’André Laronde. Régulièrement, des journées d’étude et des colloques étaient organisés à l’initiative des membres de la mission comme Catherine Dobias ou Jean-Jacques Maffre, faisant état des principales découvertes et recherches. La coopération franco-libyenne a également porté sur la valorisation du patrimoine libyen à l’occasion de deux missions de restauration, celle de la basilique occidentale d’Erythron-Latrun (voir ci-dessus) et celle du mausolée de Gasr ed Douirat, remonté dans la cour devant le musée de Leptis Magna.

Depuis la crise

En 2011, lorsque la guerre a éclaté en Libye, aviez-vous prévu d’aller en mission ?

Oui, bien sûr : comme chaque année depuis 1976, nous avions prévu d’y retourner en collaboration avec le Département des Antiquités libyen et l’autorisation du MEAE ; la mission n’a jamais été interrompue depuis sa création en 1976, même aux pires moments de l’embargo ! Lors de la mission de 2010, rien ne présageait qu’une Révolution allait éclater l’année suivante et que nous ne pourrions pas retourner sur le terrain pour continuer nos travaux sur les différents chantiers. Il était question de poursuivre avec une équipe d’une vingtaine de scientifiques français, en Cyrénaïque, la fouille du complexe thermal d’Érythron-Latrun, le dégagement du secteur du rocher de Kallikrateia à Apollonia, l’étude de l’abri-sous-roche d’Abou Tamsa et, en Tripolitaine, le dégagement des thermes du Levant.

Avez-vous pu maintenir cette année-là des liens avec vos collègues libyens, ainsi que des activités de recherche ou de formation ?

Des relations régulières avec nos homologues libyens ont été maintenues principalement par téléphone et par courriel tant avec le personnel du ministère de la Culture et du Département des Antiquités qu’avec les universitaires de Benghazi, de Beida et d’Apollonia, ainsi qu'avec les ouvriers de nos principaux chantiers. Cette période était pleine d’incertitude et d’inquiétude pour nous car les communications étaient rendues difficiles par les coupures fréquentes d’électricité et le problème du réseau téléphonique ; mais fort heureusement les liens n’ont jamais été coupés !

Depuis 2011, quelle a été l’évolution de vos rapports avec les institutions archéologiques libyennes ? Avec les collègues libyens ? Sous quelle(s) forme(s) ont-ils été maintenus ?

Le retour de la MAF en Libye a été possible dès janvier 2012, quand j’ai pu obtenir l’autorisation de l’ambassade de France de me rendre en Libye avec trois collègues, après avoir longuement et patiemment insisté pour y retourner. Le but était de retrouver nos homologues et de réaliser un état des lieux de nos chantiers. On constata sur place à quel point le patrimoine archéologique n’avait pratiquement pas souffert de la Révolution, contrairement à l’Égypte ou à la Tunisie, et ceci grâce à la mobilisation des membres du Département des Antiquités. À l’occasion de cette mission, ma première comme nouveau chef de la MAF, j’ai pu rencontrer le directeur des Antiquités de l’époque, Dr Saleh Akab Abdallah, afin de relancer les activités de la MAF et de signer une nouvelle convention arrivée à terme. Il a été rappelé que l’une des priorités de la MAF n’est pas de « travailler pour » mais de « travailler avec », proposant ainsi une collaboration franco-libyenne plus étroite et une formation pratique concrète à une vingtaine d’étudiants libyens et des membres du Département des Antiquités sur chacun de nos chantiers. L’objectif était de resserrer des liens scientifiques et surtout de les former car l’expérience de terrain est ce qui leur manque cruellement durant leur formation universitaire.

C’est ainsi que nous avons pu reprendre nos chantiers archéologiques dès avril 2012 en Cyrénaïque sur nos trois sites et en juillet de la même année à Leptis Magna. Même si la Révolution grondait encore, nous pensions tous à un règlement rapide de la situation politique et sécuritaire. Tout en continuant nos recherches, nous avions prévu de les étendre dès 2013 par deux nouveaux chantiers : un projet archéologique pilote à l’intérieur de la vieille ville de Tripoli, en collaboration avec Paul Bennett du Canterbury Archaeological Trust, et une reprise de nos recherches subaquatiques dans le port d’Apollonia menées par Claude Sintès du musée de l’Arles antique. Malheureusement la détérioration de la situation sécuritaire nous obligea à renoncer à ces projets. Aussi, l’idée est rapidement venue d’organiser des formations professionnelles, non plus en Libye mais en France, et de mener une politique de publication permettant de valoriser et de diffuser nos recherches.

  • 1. En matière de recherche

À l’université de Poitiers et à la Sorbonne, une dizaine de doctorants libyens travaillent sur des sujets intéressant l’histoire et l’archéologie de la Libye et plusieurs d’entre eux ont soutenu leur thèse avec succès depuis 2011. Disposant pour la plupart de bourses du gouvernement libyen, ils réussissent à travailler dans de bonnes conditions et font des recherches à partir de données de première main, aboutissant à une réflexion d’un très bon niveau. Des enseignants-chercheurs de la MAF poursuivent leur recherche comme Catherine Dobias-Lalou (Université de Bourgogne) sur le dialecte de Cyrène en lien avec des universitaires italiens et britanniques avec qui elle coopérait depuis longtemps sur la Libye. Elle a participé à la mise au point finale du corpus complémentaire IRCyr (Inscriptions of Roman Cyrenaica) préparé par l’équipe britannique. Grâce à ses efforts et à ses compétences, est né en 2017 le double corpus IGCyr (Inscriptions grecques de Cyrénaïque) et GVCyr (Inscriptions métriques de Cyrénaïque), consultable à l’adresse <https://igcyr.unibo.it/​>. Michel Bonifay a participé à une étude à distance des ateliers de potiers d’époque romaine du plateau de Tarhūnah conduite par Muftah Alhddad et collabore à un projet sur les vallées de Ghirza dans le Fezzan dirigé par Victoria Leitch (Durham University). Un important travail de numérisation des archives photographiques de la mission des « Thermes du Levant » à Leptis Magna a été mené par Michel Paulin (ENSA-Lyon). De même, Morgan Belzic étudie, dans le cadre d’une thèse à l’EPHE, les sculptures funéraires de Cyrénaïque (vie av. - ive ap. J.-C.).

La destruction du patrimoine, le pillage de sites et le trafic illicite de biens culturels sont souvent le résultat des temps de crises et les cibles privilégiées des groupes terroristes. C’est donc aux côtés de nos homologues libyens que la MAF, avec Morgan Belzic et moi-même, s’est pleinement investie dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels, conduisant à de fréquentes interventions auprès des services d’enquêtes nationale et internationale et à la rédaction de plusieurs rapports sur le trafic de sculptures libyennes sur le marché de l’art, cibles des pilleurs et des trafiquants. À l’image de ce qui a été réalisé pour l’Égypte, l’Irak et la Syrie, l’International Council of Museums (ICOM) m’a confié la coordination de la Liste Rouge pour le patrimoine archéologique de Libye qui est sortie en décembre 2015. Plusieurs missions de formation ont été confiées à la MAF qui a co-organisé des journées d’étude et des colloques à l’université de Poitiers sur la thématique de la protection du patrimoine et de la lutte contre le trafic illicite des biens culturels de Libye.

  • 2. En matière de formation

Dans un but d’efficacité et de transmission des connaissances, il est apparu urgent de former les Libyens, en montant un programme d’enseignement pratique ciblé. Proposée à l’ancien ministre de la culture Abib el Amim dès 2013, mais finalisée en 2015, la première session de formations ne s’est réalisée qu’à partir de 2017. Elle a ciblé trois thèmes principaux : l’archéologie préventive car le principal fléau destructeur du patrimoine en Libye est encore actuellement l’urbanisme galopant et incontrôlé qui défigure des sites archéologiques (trois stagiaires ont été formés à l’INRAP pendant deux mois), la conservation des mosaïques car on assiste impuissant à la destruction naturelle des mosaïques ornant les demeures romaines et les églises chrétiennes de Libye (deux stagiaires ont été formés au musée de l’Arles antique) et la préparation de la réouverture des musées de Libye, lieux de connaissance, lieux de sensibilisation mais également lieux de réappropriation par la population de son patrimoine (six stagiaires ont été formés au musée du Louvre et à l’Institut national du patrimoine de Paris). Ce programme a été monté en collaboration étroite avec l’ambassade de France en Libye, avec Campus France, et en partenariat avec le service culturel de l’ambassade de Libye à Paris. Soucieux de former l’ensemble des acteurs libyens, des représentants de chaque région ont pris part aux formations en France. Plus récemment, en mai 2018, la MAF a confié à Iconem, plus précisément à Yves Ubelmann son directeur, la première formation étrangère in situ en Libye depuis 2012, grâce au mécénat de Total Libye. Six Libyens ont été initiés à la photogrammétrie, durant une courte période de cinq jours imposée par les conditions sécuritaires, sur le site de Leptis Magna ; les travaux photographiques ont été rapidement valorisés à l’occasion de l’exposition « Cités Millénaires » présentée à l’Institut du Monde Arabe, puis à Ryad (Arabie Saoudite), à Bonn (Allemagne) et Washington (USA). Une nouvelle formation a été ensuite organisée en juillet 2019 sur le site de Cyrène à destination de douze Libyens. Il s’agit à chaque fois d’un enseignement théorique et pratique en photogrammétrie et une exploitation des données photogrammétriques 3D des sites.

  • 3. En matière de publication et de valorisation de la recherche

La valorisation des résultats auprès de la communauté scientifique comme du grand public par la publication régulière des travaux de la MAF sur la Libye Antique est un objectif majeur. C’est pourquoi une collection intitulée « Études Libyennes » a été créée par le Centre de Recherche sur la Libye Antique (CERLA), accueillie par la maison d’édition Riveneuve (Paris), pour publier des monographies et des actes de colloques. Les trois premiers ouvrages sont les suivants : Le site néolithique d’Abou Tamsa (Cyrénaïque, Libye) - Apport à la préhistoire du nord-est de l’Afrique, écrit par Élodie de Faucamberge (2016), De Leptis Magna à Derna, de la Tripolitaine à la Cyrénaïque : travaux récents sur la Libye antique édité sous la direction de Vincent Michel (2017), et Grecs et Libyens en Cyrénaïque dans l’Antiquité. Aspects et vicissitudes d’un rapport millénaire (2018) de Sophie Marini ; un prochain ouvrage est prévu pour l’année 2020 sur le mausolée de Gasr ed Douirat sous la direction de Pascale Clauss-Balty. Trois thèses de doctorants français membres de la mission, soutenues depuis 2011, sont en instance de publication, ainsi que des monographies sur d’anciennes fouilles de la MAF, comme celles du rempart et du port d’Apollonia.

En France, des visites fréquentes à l’ambassade de Libye à Paris permettent de maintenir des liens étroits, de se tenir au courant de la situation politique locale mais aussi d’informer sur la situation du patrimoine libyen à travers notre réseau et de réfléchir à des projets communs. En parallèle, la MAF invite fréquemment le Département des Antiquités de Libye à Paris dans le cadre de montage de projets de formation en France en faveur des Libyens mais également de séminaires de réflexion sur les actions patrimoniales à engager en Libye.

D’un point de vue du financement de la recherche, bénéficiez-vous toujours d’un soutien financier de la part de votre pays (MEAE, universités et/ou autres) pour le maintien de la coopération ? Le montant a-t-il été impacté par la situation ?

La commission des fouilles du MEAE a toujours financé la MAF dont le budget était complété par une aide de l’ambassade de France en Libye, grâce aux bonnes relations que j’ai toujours entretenues tant avec l’ambassadeur(drice) qu’avec le conseiller culturel, qui ont bien compris le rôle de la MAF et l’importance du patrimoine, de l’archéologie et de l’histoire dans les relations diplomatiques entre les deux pays. La MAF a pu compter également sur les entreprises françaises établies en Libye dont Vinci et Total qui ont apporté une aide financière et matérielle précieuse. La chambre de commerce franco-libyenne est un excellent relais et un lieu d’échanges efficace à Paris ; elle se réunit régulièrement, invitant à chaque fois la MAF.

L’année 2013 a été marquée par beaucoup d’incertitude et par l’impossibilité de pouvoir reprendre nos chantiers à cause d’un climat d’insécurité grandissant. Les années suivantes, il fut capital de conserver des liens étroits avec l’État libyen, comptant désormais deux « directions » du Département des Antiquités à Tripoli et à Benghazi-Cyrène, ainsi qu’avec les universitaires libyens. En dépit de la situation locale, la poursuite du maintien des liens amicaux et scientifiques avec la Libye, du développement d’actions culturelles et patrimoniales, de l’élaboration des projets de formation, de l’organisation régulière de journées d’études et/ou de colloques, des visites régulières à Tunis pour rencontrer les Libyens et enfin, de la poursuite de la publication des travaux de la Mission notamment dans la collection « Études Libyennes » a rendu nécessaire le maintien de la dotation de la Commission des fouilles envers la MAF, même si celle-ci fut moins importante.

Les perspectives d’avenir

Si le terrain libyen reste inaccessible durant les prochaines années, comment envisagez-vous le maintien des relations de coopération scientifique avec les collègues du pays hôte ?

Les liens sont réels et effectifs mais il s’agit d’en assurer la pérennité. Des réunions franco-libyennes seront toujours régulièrement organisées en Tunisie à l’ambassade de France pour la Libye, relocalisée à Tunis, et des relations épistolaires seront maintenues avec le personnel des deux Départements des Antiquités, avec les professeurs des universités de Tripoli, d’Homs à l’ouest et de Benghazi, Beida et Apollonia à l’est, ainsi qu’avec nos ouvriers qui nous donnent de précieuses informations, notamment sur l’état des sites archéologiques. Les réseaux sociaux (FB, Linkedin, Instagram…) sont aussi d’importantes sources de renseignement. Côté français, si l’impossibilité de se rendre sur le terrain décourage souvent les étudiants de Master de traiter un sujet historique ou archéologique sur la Libye sans être certain de pouvoir s’y rendre, les enseignants-chercheurs poursuivront leur recherche et des journées d’étude comme des colloques permettront la diffusion de la recherche, contribuant ainsi à une meilleure connaissance de la Libye dont le riche patrimoine est encore trop méconnu !

Quelles solutions à plus ou moins long terme peuvent être, selon vous, envisagées pour contribuer à la poursuite de la coopération scientifique, au maintien des transferts de connaissance et à la sauvegarde du patrimoine ?

Les actions mises en place à partir de 2013 se poursuivent d’année en année ; sans attendre le règlement du conflit, nous poursuivons nos efforts en étroite collaboration avec le Département des Antiquités afin de répondre efficacement à leur besoin urgent en termes de formation, de protection et de valorisation du patrimoine.

  • 1. En matière de formation

Dès 2020, de nouvelles formations ciblées seront proposées à une dizaine de Libyens, grâce à un financement de l’ambassade de France en Libye : sur l’archéologie et la conservation préventive au Mucem (Marseille), en partenariat avec l’INP et l’INRAP, ou dès 2021 en archéologie sous-marine en lien avec le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM). La formation en photogrammétrie sera poursuivie in situ par Iconem à l’occasion de mini-stages sur les sites non encore étudiés durant les deux premières sessions de 2017 et 2018, comme Sabratha à l’ouest ou Ptolémaïs, Tocra à l’est.

  • 2. En matière de projets patrimoniaux

Dans le cadre d’une perspective 2019-2024, un grand projet né autour de la réhabilitation du musée national de Tripoli a donné lieu à une mission d’évaluation réalisée in situ en mars 2019 ; financée par Total Libye, celle-ci était placée sous haute sécurité en raison de menaces d’enlevement et d’attentat. Les trois prochaines missions d’expertise (collection, bâtiment, personnel) seront financées par le fonds ALIPH (Alliance Internationale pour la Protection du Patrimoine dans les zones en conflit). Il s’agit d’une action prioritaire franco-libyenne visant à conserver, protéger et présenter l’une des collections les plus importantes d’Afrique du Nord, ayant pour objectif la réappropriation du patrimoine par la population, la sensibilisation à la culture et à l’histoire, ainsi que la mise en place d’un lieu de formation dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels.

En parallèle, la MAF finance des projets d’entretien à distance menés par les Libyens eux-mêmes, soit des chantiers (nettoyage et protection des thermes du Levant à Leptis Magna, restauration de la basilique occidentale de Latrun à la suite de destructions menées par Al Qaïda et construction d’une maison de gardien afin de garder les lieux), soit des locaux affectés à la mission, comme la réhabilitation des réserves archéologiques de la MAF à Apollonia ou la restauration de la basilique occidentale de Latrun, très endommagée durant la guerre, et la construction d'une maison pour un gardien pour surveiller le site, grâce à un financement du fonds Aliph.

 

Toutes ces « actions » sont menées intuitu personae, et sont chronophages et coûteuses. Ce sont les conditions nécessaires pour maintenir des relations scientifiques et amicales, dans un climat de respect mutuel, garantissant la pérennité de notre collaboration patrimoniale, culturelle et archéologique entre le Département des Antiquités de Libye et la MAF-Libye. Il est souhaitable de poursuivre durant les prochaines années une « archéologie scientifique et diplomatique », servant à maintenir un haut niveau de recherches et à épauler la diplomatie française dans le domaine de la culture et du patrimoine, en conservant des liens au plus haut niveau de l’État libyen ainsi que des institutions universitaires et patrimoniales libyennes et internationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Michel, « France »Mélanges de la Casa de Velázquez, 50-2 | 2020, 358-365.

Référence électronique

Vincent Michel, « France »Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 50-2 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/mcv/13148 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mcv.13148

Haut de page

Auteur

Vincent Michel

Université de Poitiers - HeRMA - Directeur de la mission archéologique française de Libye

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search