Navegação – Mapa do site

InícioNuméros50-2Actualité de la rechercheDébats. Archéologie et diplomatie...Avant-propos

Actualité de la recherche
Débats. Archéologie et diplomatie européenne en Méditerranée

Avant-propos

Yves Saint-Geours
p. 333-334

Texto integral

1Avant d’autres, les pays européens ont développé une recherche archéologique partout dans le monde, et d’abord dans l’aire méditerranéenne. Après le temps des découvertes, de la conquête, des Lumières, cette activité avait beaucoup à voir avec la colonisation/prédation et avec l’influence, dans certaines régions une sorte de « soft power » avant l’heure, qui accompagnait plus ou moins le rayonnement politique. Ainsi, à la fin du xixe siècle, la France était-elle très active dans l’empire ottoman, en Iran, alors qu’elle n’y était pas la « puissance dominante ». Dans son Empire colonial, elle disposait du monopole de cette recherche archéologique, et, même si de grandes œuvres ont été réalisées, cela avait du sens dans le projet de domination.

2Tout a changé bien sûr et s’inscrit aujourd’hui dans le cadre de la souveraineté des pays, de la coopération et, souvent d’actions multilatérales au profit du patrimoine de l’humanité. Pour autant, contribuer à l’écriture du « livre des origines » est une responsabilité considérable. Quand il s’agit d’États nationaux jeunes, enracinés dans un riche passé et d’anciennes civilisations mais issus d’une émancipation obtenue parfois par une guerre contre le colonisateur, cette responsabilité revêt une charge politique d’une particulière intensité.

3C’est l’un des défis que la France a connus et connaît encore, en particulier autour de la Méditerranée, qui a accueilli nombre de nos missions archéologiques, adossées historiquement à nos grands établissements, Institut français d’archéologie orientale du Caire pour le monde pharaonique, École française de Rome pour le bassin occidental, École française d’Athènes pour le bassin oriental, et naturellement la Casa de Velázquez pour le monde ibérique et maghrébin. Adossées également aux instituts de recherche que le ministère des Affaires étrangères a créés au fil des ans durant le xxe siècle, liés au CNRS dans le cadre de ce qu’on appelle les UMIFRE (unités mixtes – instituts français de recherche à l’étranger). Les choses aujourd’hui se déclinent de façon simple : produire de la connaissance en coopération, contribuer à la formation de spécialistes, et naturellement d’abord des pays hôtes, aider à la promotion, par la mise en valeur, d’un développement économique durable et écologiquement responsable. Cela n’empêche pas une certaine forme d’influence, parce que l’archéologie se prête bien à la mise en évidence de l’excellence scientifique — y compris pour les sciences dites dures —, parce que la présence sur le terrain d’experts, qui parlent et forment dans leur langue, pour des domaines identitaires aussi sensibles, est importante, parce qu’enfin, pour beaucoup de pays, la mise en valeur du patrimoine est un élément stratégique de leur développement, par le tourisme.

4Fort heureusement, au-delà de la compétition entre nations qui prévalait naguère, une communauté internationale de chercheurs s’est progressivement constituée, même si chaque pays continue de jouer sa partie. On le voit sur quelques grands sites, parfois à travers quelques grandes crises. Ainsi à Angkor où, après l’épouvantable régime khmer rouge et la guerre civile, toutes les grandes questions ont été posées à la fin du siècle dernier : recherche et conservation du patrimoine dans les zones en crise ou en conflits, conservation, trafics illicites, développement touristique maîtrisé (de 0 à 5 millions de personnes en quelques années), nécessité de la mobilisation de la communauté internationale, notamment à travers l’UNESCO. Elles continuent de se poser, par exemple en Libye, en Irak où la France était traditionnellement active (l’historique « Section française des Antiquités d’Irak »). En Syrie encore, où la France était présente avec plus de vingt missions archéologiques, ne serait-ce que pour accueillir des savants syriens en exil, grâce par exemple au programme Pause du Collège de France. Le partage, la circulation des savoirs et des chercheurs, le développement durable sont donc la base de toute recherche archéologique désormais. C’est le devoir et l’honneur des grandes institutions scientifiques d’y contribuer. La Casa de Velázquez est au rendez-vous.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Yves Saint-Geours, «Avant-propos»Mélanges de la Casa de Velázquez, 50-2 | 2020, 333-334.

Referência eletrónica

Yves Saint-Geours, «Avant-propos»Mélanges de la Casa de Velázquez [Online], 50-2 | 2020, posto online no dia 01 outubro 2020, consultado o 10 maio 2021. URL: http://journals.openedition.org/mcv/13172; DOI: https://doi.org/10.4000/mcv.13172

Topo da página

Autor

Yves Saint-Geours

Ambassadeur de France en Espagne (2015-2019)

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Topo da página
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search