Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50-2MiscellanéesConstruire l’empire, développer l...

Miscellanées

Construire l’empire, développer le commerce

Le cas des missionnaires ibériques au Japon (xvie-xviie siècles)
Construir el imperio, desarrollar el comercio. El caso de los misioneros ibéricos en Japón (siglos xvi-xvii)
Building the empire, developing trade. The Case of Iberian Missionaries in Japan (16th-17th centuries)
Hélène Vu Thanh
p. 241-261

Résumés

Cet article analyse le rôle des missionnaires dans la construction de la présence ibérique au Japon, en soulignant leurs liens avec les marchands européens et leur implication dans les réseaux commerciaux de la mer de Chine. Les missionnaires investissent dans le commerce de la soie par le biais du navire de Macao, effectuant la liaison entre la Chine et le Japon. L’implication des jésuites dans des activités commerciales invite à questionner leur place dans le fonctionnement des empires et des sociétés ibériques d’outre-mer. Cette implication des jésuites dans des activités commerciales suscitent des tensions avec les franciscains espagnols des Philippines dans les années 1580. Les missionnaires deviennent les porte-voix de deux visions concurrentes de l’empire ibérique en Asie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fróis, Historia de Japam, fo 131.

1Dans son Historia de Japam, le chroniqueur officiel de la mission du Japon, le jésuite Luís Fróis, affirme : « Comme les Portugais appartiennent à la même nation que nous, les tonos [seigneurs japonais] sont persuadés qu’ils suivent la volonté et les ordres des Pères pour aborder dans un de leurs ports plutôt que dans un autre1. » Cette citation souligne que les liens étroits entre marchands et missionnaires sont perçus par les puissances locales comme une caractéristique de la présence lusitanienne au Japon.

  • 2 Sur la mission du Japon, voir Boxer, 1951 et Vu Thanh, 2016.
  • 3 Sur la présence espagnole en mer de Chine, voir notamment Jacquelard, 2015. Sur les relations entr (...)

2Le développement de la mission du Japon, conduite par la Compagnie de Jésus depuis 1549 et l’arrivée de François Xavier, est en effet indissociable de l’essor du commerce ibérique en mer de Chine, à partir de Macao où les Portugais se sont officiellement installés en 15572. Les liens entre marchands et missionnaires ne font que se renforcer au cours du temps, notamment avec le développement de Nagasaki comme base principale de la mission et port d’attache du Nau, qui effectue la liaison annuelle avec Macao pour transporter la soie chinoise. Ainsi, bien que le pays du Soleil levant ne soit pas colonisé, il devient un espace essentiel pour le fonctionnement et le maintien de la présence portugaise en Extrême-Orient. Ceci explique la volonté des autres puissances européennes, et notamment des Espagnols de Manille, de développer leurs liens commerciaux avec le Japon, aidés par l’installation d’une mission franciscaine dans l’archipel, à partir des années 15803. Ces rivalités entre Ibériques sont particulièrement fortes au Japon, et elles génèrent de multiples discours sur la forme que doit prendre l’empire en Extrême-Orient au tournant du xviie siècle.

  • 4 Comme le remarque Giuseppe Marcocci, l’empire portugais est souvent absent de l’historiographie co (...)
  • 5 Ces aspects ont été traités dans deux précédents articles : Vu Thanh, 2014 et 2018.
  • 6 Sur le Japon à l’arrivée des Européens, voir Hall (dir.), 1991.

3Le but de cet article est de réfléchir à la construction et à la définition de l’Estado da Índia en Extrême-Orient, et plus spécifiquement dans l’espace de la mer de Chine, en interrogeant le rôle des missionnaires dans ce processus4. Pour ce faire, l’article revient sur les liens entretenus par les jésuites avec les officiers, mais également avec les marchands portugais se rendant au Japon. L’objectif n’est pas ici de comparer jésuites et franciscains dans ce domaine, ou d’étudier le rôle joué par les missionnaires dans le développement des activités commerciales lusitaniennes au pays du Soleil levant5. Il s’agit, d’une part, de comprendre la volonté des jésuites à consolider la présence portugaise en Extrême-Orient, dans un contexte politique local marqué par l’unification progressive du Japon sous la conduite d’un seul seigneur et la montée des rivalités avec les Philippines espagnoles6 ; d’autre part, de souligner l’influence des religieux dans les sociétés locales d’outre-mer, notamment à Macao. Les activités économiques des jésuites sont donc analysées au prisme de leur discours politique sur la présence portugaise en Extrême-Orient, discours qui vise avant tout à assurer le développement de l’évangélisation.

  • 7 La thèse de Mihoko Oka est une exception : Oka, 2010.
  • 8 On observe cependant un nouvel intérêt pour cette question. Voir notamment Oslington (dir.), 2014.
  • 9 Ce constat est à nuancer dans le cas des missions en Amérique. Voir notamment Möerner, 1953 ; Konr (...)
  • 10 Cooper, 1974.
  • 11 Godinho, 1969.
  • 12 Marcocci, 2012 et 2014.
  • 13 Newitt, 2001.
  • 14 Voir Subrahmanyam, 1999, qui n’accorde que quelques pages à l’Extrême-Orient.

4Ces interrogations sont peu formulées par l’historiographie. Celle consacrée aux missions d’évangélisation, particulièrement aux missions asiatiques, envisage peu la question des liens entre missionnaires et marchands ou celle des activités économiques des religieux, préférant analyser les méthodes d’évangélisation7. Cette approche résulte également de la difficulté à penser les problématiques religieuses et économiques conjointement8. Les missionnaires sont rarement perçus comme des acteurs économiques à part entière et l’analyse de leurs activités commerciales est détachée de la question de leur insertion dans les réseaux économiques de l’empire9. Mais l’historiographie consacrée à l’empire portugais d’Asie a également peu analysé les interactions entre missionnaires et marchands en Extrême-Orient, se contentant de souligner le rôle d’interprètes des premiers dans les transactions commerciales menées par les seconds10. Cette absence de prise en compte des missionnaires en tant qu’acteurs économiques et politiques rejoint un autre débat au sein de l’historiographie consacrée aux motivations de la construction de l’empire portugais en Asie : pour certains, l’installation des Portugais en Asie serait la conséquence d’objectifs religieux (la conversion des populations locales au christianisme), tandis que pour d’autres, l’Estado da índia serait mû avant tout par des objectifs économiques, la colonisation n’étant qu’un objectif secondaire, voire inexistant11. Cette dichotomie a été remise en cause par l’historiographie récente, notamment Giuseppe Marcocci, qui démontre que la conciliation de ce double objectif, commercial et religieux, se trouve au cœur de la pensée impériale portugaise12. Dans le cas de l’Extrême-Orient, et notamment du Japon, ce débat acquiert davantage d’acuité, car l’on se situe à la marge de l’empire, au sein de ce que certains historiens ont qualifié d’« empire informel », où s’exerce l’influence portugaise, mais non une domination institutionnelle ou politique13. Or, cette influence, à la fois économique et religieuse, se construit par l’interdépendance entre missionnaires et marchands. De manière générale, la place et l’importance de l’Extrême-Orient au sein de l’empire portugais d’Asie demandent à être discutées et évaluées14. Dans le cas du Japon, les missionnaires ne pensent pas leur action en dehors des cadres impériaux ibériques, que ce soit sur le plan religieux, politique ou économique ; de même, les marchands n’envisagent pas leurs activités sans l’aide des missionnaires. Ce phénomène d’interdépendance est à analyser, en soulignant les motivations et la complexité des choix des acteurs, aussi bien au niveau local, que régional ou global. Pourquoi ces liens sont-ils pensés comme indispensables par les religieux et les marchands au niveau local ? Comment sont-ils considérés par les administrateurs de l’empire et par le pouvoir royal ? Comment participent-ils à la construction d’un discours sur l’empire au tournant du xviie siècle, au moment où les rivalités européennes deviennent plus intenses dans la zone ? Au final, il s’agit de souligner la place des missionnaires comme des acteurs économiques et politiques essentiels au sein de l’empire portugais et leur participation au maintien de la présence ibérique en Extrême-Orient.

Des jésuites essentiels à la construction et au développement de l’Estado da Índia en Extrême-Orient ?

Construire la présence portugaise en mer de Chine : entre considérations religieuses et commerciales

  • 15 Lobato, 1994.
  • 16 Des premiers contacts ont probablement eu lieu dès 1542 aux Ryûkyû, actuelle préfecture d’Okinawa. (...)
  • 17 Ibid., pp. 129-146. C’est d’un voyage effectué en 1546 au Japon qu’Alvarès détient ses information (...)
  • 18 Biedermann, 2014.

5La présence lusitanienne en Extrême-Orient est fondée rapidement sur l’alliance entre missionnaires et marchands, les premiers arrivant dans le sillage des seconds, comme dans le cas des Moluques15. Cette situation se retrouve pour le Japon, où les marchands portugais abordent dès 154316. Le premier témoignage de l’un d’entre eux, nommé Jorge Alvarès, est recueilli en 1548 et connaît rapidement une large diffusion en Asie et en Europe17. Son récit tient surtout de la description d’une terre, demeurée peu connue jusque-là par les Européens. En revanche, il n’évalue pas la possibilité ou l’intérêt d’une conquête du pays par les Européens, pas plus que ses successeurs. La présence portugaise au Japon se construit donc dès le départ sur des objectifs commerciaux, et non sur un projet de colonisation. La présence portugaise en Orient demeure en effet limitée depuis l’arrivée de Vasco de Gama à Calicut en 1498. Par la suite, la « thalassocratie » portugaise se construit par le biais de la maîtrise de ports constituant des nœuds commerciaux importants (comme Malacca, conquise en 1511), sans jamais parvenir à éliminer complètement les concurrences locales. Ce ne sont pas avant les années 1570 que les Portugais s’intéressent à la conquête et à l’implantation dans les terres, comme au Sri Lanka18. Dans le cas de l’Extrême-Orient, les Portugais ne possèdent pas encore de base pour une éventuelle expansion dans les années 1540 et le maintien de la présence en Inde préoccupe davantage les vice-rois. La présence portugaise en Extrême-Orient se dessine donc, dès le départ, comme un agrégat d’initiatives individuelles, plus ou moins contrôlées par le pouvoir.

  • 19 Lettre de François Xavier à Simon Rodrigues, Cochin, 20 janvier 1549, dans Xavier, Correspondance, (...)
  • 20 Lettre de François Xavier à Antoine Gomes, Kagoshima, 5 novembre 1549, dans ibid., pp. 353-354.

6Cette liberté s’observe pour les acteurs religieux, notamment les membres de la Compagnie de Jésus. L’initiative de se rendre au Japon est le seul fait de François Xavier, qui prend cette décision sur le fondement des témoignages des marchands s’étant rendus dans l’archipel19. Cependant, l’apôtre du Japon est conscient de la nécessité de développer les relations commerciales entre les Portugais et le pays du Soleil levant pour assurer l’essor de la mission20. François Xavier suggère ainsi l’ouverture d’un comptoir à Sakai, ville alors en plein développement commercial, et il conseille notamment de faire commerce du poivre. Ces instructions dessinent, dans les grandes lignes, les modalités de la présence portugaise au Japon et de l’interdépendance entre marchands et missionnaires, telles qu’elles s’établissent dans les années suivantes. La mission est envisagée comme la seule présence lusitanienne pérenne dans l’archipel, mais elle est considérée comme dépendant étroitement de la venue de marchands, à qui il faut faire miroiter des bénéfices pour s’assurer la venue. La présence de l’État est réduite au minimum dans ces contrées, éloignées du centre de l’Estado : sa seule marge de manœuvre réside dans le choix du capitaine-majeur, effectuant le voyage vers le Japon.

  • 21 Pour une étude des capitaines-majeurs du Japon, voir Hesselink, 2012.
  • 22 Il existe ainsi un capitaine-majeur pour le Mozambique, mais dont les revenus sont moindres. Le ca (...)
  • 23 L’alvará est mise aux enchères à Goa. Voir Godinho, 1982.
  • 24 Lettre de Luís Cerqueira au roi, Nagasaki, 10 octobre 1609, Real Academia de la Historia, Cortes 9 (...)

7Le premier capitaine-majeur pour le Japon est nommé en 155021. Si cette fonction n’est pas propre au Japon, la particularité du poste réside dans son caractère particulièrement lucratif pour son détenteur22. Si l’office peut être attribué en récompense de services rendus à la Couronne, la plupart des détenteurs ont acheté une alvará, c’est-à-dire une licence leur donnant l’autorisation d’effectuer le voyage entre l’Inde et le Japon23. Outre ses fonctions commerciales, le capitaine-majeur détient une autorité politique sur les Portugais résidant à l’est du détroit de Malacca24. Il aurait pu entrer en conflit avec la Compagnie de Jésus sur place, en raison d’intérêts contradictoires, entre la poursuite des objectifs d’évangélisation et ceux d’extension du commerce. Or, l’on observe que la coopération est privilégiée entre les deux partenaires.

Le développement des réseaux commerciaux portugais au Japon : construire l’alliance entre missionnaires, administrateurs et marchands

  • 25 Bourdon, 1993, pp. 420-421.
  • 26 Ibid., pp. 256-257.
  • 27 Sur les raisons politiques ayant conduit à cette cession, voir Kouamé, 2016, pp. 154-160. Le texte (...)

8L’alliance entre marchands et jésuites n’est cependant pas évidente dans les premiers temps de la mission. Les premiers jouent des rivalités entre daimyô (seigneurs locaux) dans le sud du pays pour visiter alternativement les ports de ceux qui leur accordent les meilleurs privilèges commerciaux. Cette stratégie ne rencontre pas toujours les intérêts de la Compagnie de Jésus. Cette dernière souhaite que les Lusitaniens privilégient les daimyô qui favorisent le christianisme, ce qui n’est pas toujours le cas : les marchands n’hésitent pas à accoster à Hirado, dont le seigneur est hostile aux chrétiens25. Ceci explique le choix de Cosme de Torres, à la tête de la mission depuis le départ de François Xavier en 1551, de faire appel au vice-roi des Indes pour faire pression sur les marchands portugais. Il charge Pedro de Alcáçova de retourner en Inde et de négocier avec le vice-roi des recommandations à fournir aux marchands portugais se rendant au Japon26. Outre la liste des ports japonais à visiter en exclusivité (ceux des daimyô favorables au christianisme), les jésuites proposent de mettre en place un voyage du Japon, lié au voyage de Chine. Cosme de Torres reprend la proposition de François Xavier, la soie chinoise ayant remplacé le poivre comme principal produit d’échange au pays du Soleil levant. Le plan de Cosme de Torres instrumentalise ainsi la présence des marchands portugais au Japon, en liant leurs intérêts à ceux de la mission. Mais il n’est pas mis en pratique avant 1566, et c’est à cette date que l’on peut véritablement parler de « capitaine-majeur de la Chine et du Japon ». Cette stratégie culmine avec le choix de Nagasaki comme port unique visité par les Portugais, après sa cession à la Compagnie de Jésus par le daimyô chrétien Ômura Sumitada en 157027.

  • 28 Marcocci, 2012, pp. 278-279.
  • 29 Curto, 2007, p. 213.
  • 30 Lettre de Valignano à Acquaviva, Goa, 1er avril 1585, dans Wicki, Documenta Indica XIV, p. 12.
  • 31 Lettre de Francisco Cabral à Acquaviva, Goa, 20 novembre 1595, dans Id., Documenta Indica XVII, pp (...)
  • 32 Ce rôle n’est pas sans susciter des débats au sein de l’ordre. Voir la consulte à Chorão du 6 au 1 (...)

9Le développement de la présence portugaise au Japon est donc rendu possible par l’alliance entre les marchands et les missionnaires, soutenue par le pouvoir de Goa. Cette stratégie n’est cependant pas propre au pays du Soleil levant : elle est vue par certains comme un moyen de consolider le pouvoir impérial sur un territoire, sans recourir à la force des armes. C’est ainsi que Cosme Anes analyse le commerce du poivre en Asie, régulé par la Couronne : la présence d’officiers portugais permet de garantir la paix sociale avec les populations et favorise l’évangélisation28. De même, en Afrique, au début du xviie siècle, des propositions sont faites pour construire une forteresse dans laquelle s’installeraient des jésuites, chargés de faciliter les négociations avec les rois locaux pour développer le commerce avec l’Angola29. Dans le cas du Japon, bien que le pays soit éloigné des centres politiques de l’empire, les jésuites prennent également toujours soin de cultiver leurs bonnes relations avec les officiers portugais à Goa, ou encore à Malacca, par où transitent les hommes et les biens destinés à la mission au pays du Soleil levant. Cette proximité se justifie en partie par le fait que les officiers de l’Estado da Índia sont de généreux donateurs à l’égard de la Compagnie de Jésus : le vice-roi accorde ainsi des subsides supplémentaires pour le voyage des missionnaires jusqu’en Extrême-Orient30. Elle s’explique également par l’influence politique et religieuse que les jésuites exercent au sein de la société portugaise en Asie : non contents de siéger régulièrement au conseil du vice-roi31, les disciples de saint Ignace font office de confesseurs des capitaines de forteresse32. Les missionnaires n’hésitent donc pas à jouer de leurs liens avec les officiers pour promouvoir leurs objectifs d’évangélisation jusqu’en Extrême-Orient. Pour les jésuites, le développement de la sphère d’influence portugaise au Japon, par le biais du commerce, permet de créer de meilleures conditions pour faciliter l’évangélisation du pays. Cette alliance entre administrateurs, missionnaires et marchands a des conséquences sur la physionomie de l’Estado da Índia, en permettant le développement de Macao.

Entre tension et acceptation : le rôle commercial des jésuites du Japon au sein de l’empire portugais

Un rôle essentiel pour le maintien du commerce de la soie et le développement de Macao

  • 33 Cette décision s’inscrit dans une stratégie plus générale de reprise en main du sud du pays par le (...)
  • 34 Voir Vu Thanh, 2018, Carvalho, Apologia, p. 93 et Alessandro Valignano, « Apologia », dans Archivu (...)
  • 35 Sur la fondation de Macao, voir Loureiro, 2002 et Barreto, 2006.
  • 36 Sur le calendrier des opérations commerciales et de la navigation entre l’Inde et le Japon, voir B (...)
  • 37 Costa, 2000.
  • 38 Voir Loureiro, 2002, p. 93.
  • 39 Boxer, 1948, p. 9.

10La donation de Nagasaki fait des jésuites les maîtres de la ville pendant une quinzaine d’années, avant que Hideyoshi, alors à la tête du Japon, décide en 1587 de reprendre la ville à la Compagnie de Jésus et d’imposer des gouverneurs (bugyô), nommés par le pouvoir central33. Mais, même après cette date, les jésuites conservent une forte influence à Nagasaki et continuent de jouer un rôle essentiel dans le développement du commerce de la soie entre les marchands portugais et japonais, notamment en faisant office de traducteurs lors des négociations commerciales entre les deux parties34. Mais cette position dominante des jésuites auprès des marchands portugais est également le reflet de leur poids au sein de la société de Macao. Port concédé aux Portugais par les autorités chinoises pour faire office d’entrepôt, Macao se transforme en une base permanente pour les marchands lusitaniens à partir de 155735. Le développement de la ville se fait au départ en dehors des cadres officiels de l’empire portugais. Macao n’est vu que comme une escale indispensable sur la route entre Malacca et le Japon en raison du calendrier des moussons et de celui des foires de Canton où les Portugais s’approvisionnent en soie36. La croissance de Macao est la conséquence du développement du commerce avec Nagasaki37 : en 1564, la ville compte 800 à 900 Portugais et elle se dote d’une forteresse, afin de se protéger contre la piraterie chinoise, importante en mer de Chine38. L’installation de casados est officiellement reconnue par la Couronne lusitanienne en 1586 : la ville se voit dotée à cette date d’un statut municipal, symbolisé par l’élection d’un Sénat, composé de représentants élus et de personnes nommées par le pouvoir portugais39.

  • 40 La participation des jésuites au commerce de la soie remonte cependant à 1556, lorsque le médecin (...)
  • 41 Le visiteur jésuite est chargé d’inspecter les missions en Asie.
  • 42 Valignano détaille le fonctionnement de ce commerce dans le « Sumario de las cosas que pertencen a (...)
  • 43 Sur le collège de Macao, voir Costa, 2009.
  • 44 Lettre de Francisco Cabral à João Alvares, Goa, 10 décembre 1596, dans Wicki, Documenta Indica XVI (...)
  • 45 Lettre de Valignano à João Alvares, Goa, 12 décembre 1596, dans ibid., pp. 629-630.
  • 46 Lettre d’Alberto Laerzio au général Acquaviva, Goa, 24 octobre 1595, dans Wicki, Documenta Indica (...)
  • 47 « Catalogo dos fundadores dos collegios e residencias da Provincia de Jappao e dos bemfeitores da (...)

11Le Sénat de Macao manifeste son soutien de diverses manières aux activités menées par la Compagnie de Jésus au Japon. Ainsi, il signe un contrat avec le visiteur Valignano concernant la participation des missionnaires au commerce de la soie, confirmant la communauté d’intérêts entre les jésuites et les Portugais de Macao40. Le navire de Macao transporte chaque année 1 600 piculs de soie : chaque marchand apporte une contribution au navire et reçoit une somme sur les ventes de soie à Nagasaki au pro rata de ce qu’il a investi41. Le Sénat de Macao autorise les jésuites à investir 50 piculs de soie annuellement42. L’accord est particulièrement favorable pour la Compagnie, puisque la soie des jésuites est toujours considérée comme vendue entièrement. Mais les liens entre la Compagnie de Jésus au Japon et Macao vont au-delà des aspects économiques : Macao sert de véritable base arrière pour la mission japonaise, au point que les Japonais destinés à la prêtrise sont formés dans le collège situé dans la concession portugaise, et non à Nagasaki, pour leur permettre de mieux assimiler les coutumes européennes43. Ce projet rencontre cependant diverses oppositions : d’une part, plusieurs jésuites d’Inde voient d’un mauvais œil l’ouverture d’un tel établissement, craignant qu’il ne concurrence le collège de Goa et ne marque le début d’une émancipation de la mission japonaise par rapport à sa tutelle indienne. D’autre part, Valignano peine à trouver les financements nécessaires pour fonder le collège, qui ne dispose donc pas de revenus réguliers assurant sa pérennité. Les jésuites sont contraints de rechercher l’aide financière du vice-roi des Indes, Matias de Albuquerque (1591-1597)44. Or, Valignano entretient à cette époque de mauvaises relations avec ce dernier, car il a refusé que la Compagnie prenne en charge l’hôpital de Goa, au grand déplaisir du vice-roi45. Celui-ci n’entend donc pas favoriser la mission du Japon et les jésuites sont contraints d’attendre un changement à la tête de l’Estado da Índia pour trouver des fonds en Inde46. Ces dissensions n’empêchent pas le fonctionnement du collège, grâce aux donations de la population locale47. Cette affaire souligne, non seulement l’importance du relais que constitue Macao face à Goa dans le financement de l’évangélisation, mais également l’influence de la Compagnie dans la société urbaine locale. Cette situation n’est pas sans provoquer des tensions et des contestations.

Condamnation du commerce de la soie par les jésuites : vers une remise en cause de l’organisation de l’empire en Extrême-Orient ?

  • 48 Lettre de Francisco Cabral à Acquaviva, Cochin, 15 décembre 1593, dans Wicki, Documenta Indica XVI(...)
  • 49 Lettre de Valignano à Acquaviva, Cochin, 20 décembre 1586, dans Wicki, Documenta Indica XIV, pp. 4 (...)
  • 50 Les donations papales sont difficilement perçues par les jésuites du Japon. Voir ARSI, Japsin 24, (...)
  • 51 Sur les rivalités entre jésuites et franciscains au Japon, voir Tronu, inédite, pp. 114-135 et Cor (...)

12L’engagement de religieux dans des activités commerciales suscite au départ peu de critiques au sein de l’Estado da Índia, le contrat passé entre les jésuites et le Sénat de Macao ayant été approuvé par le vice-roi48. Cette absence de condamnation s’explique par la participation encore limitée de la Compagnie de Jésus dans le commerce de la soie et par l’obtention d’une dispense papale49. La situation évolue à partir des années 1580 : la participation des jésuites au commerce de la soie augmente alors fortement, notamment afin de financer l’ouverture d’établissements scolaires au pays du Soleil levant destinés à former les recrues japonaises intégrées au sein de la Compagnie de Jésus. Elle est également due aux difficultés de versement des subsides fournis par les patrons traditionnels de la mission, à savoir le pape et le roi du Portugal50. Cette augmentation des investissements jésuites dans le commerce de Macao suscite de violentes critiques de la part des franciscains. Venus des Philippines espagnoles au début des années 1580, ces derniers n’hésitent pas à dénoncer la proximité entre les jésuites et les marchands portugais, ainsi que leur influence politique à Nagasaki. Ces critiques ne sont pas sans arrière-pensée, puisque les franciscains s’opposent au monopole détenu par les jésuites sur l’évangélisation du Japon et cherchent à s’implanter dans la principale ville chrétienne de l’archipel51. Mais elles soulignent la montée des oppositions à la Compagnie de Jésus, disposant de relais jusqu’en Europe.

  • 52 Voir la lettre de 1584 adressée au vice-roi Francisco Mascarenhas, dans Boxer, 1989, pp. 175-178.
  • 53 Ibid., pp. 179-181. Il est indiqué que les lettres sont de Philippe II, mais leur date invite à pe (...)
  • 54 Le roi lui-même peut affecter une partie du produit de la vente de la licence de capitaine-majeur (...)
  • 55 « Memorando das mercadorias que os Grandes Navios dos Portugueses normalmente levam da China para (...)
  • 56 Hesselink, 2012, pp. 8-9. Certaines licences peuvent se vendre jusqu’à 20 000 cruzados.
  • 57 Boyajian, 1993, p. 42. Boyajian évalue le commerce levantin à 3 millions de cruzados et le commerc (...)
  • 58 Sur les liens entre réseaux informels et les structures étatiques, voir Grafe, 2014.

13Mis au courant des difficultés financières de la Compagnie de Jésus au Japon, Philippe II autorise cette dernière à continuer ses investissements dans le commerce de la soie. Il n’en est pas de même avec son successeur52 : Philippe III, dans une lettre de 1608 et dans une autre de 1610, interdit aux jésuites toute participation aux activités commerciales en mer de Chine, prévoyant en compensation le versement de 2000 cruzados supplémentaires chaque année, ainsi que le transfert de la moitié du produit d’un voyage de Chine pour régler leurs nombreuses dettes53. Le roi justifie sa décision par des arguments religieux et politiques : tout d’abord, il relève l’incompatibilité entre l’exercice de fonctions spirituelles et les activités commerciales. Ensuite, Philippe III souligne qu’il est conscient de s’opposer à un décret du Sénat de Macao, mais qu’une décision d’une telle importance ne saurait être prise par quelques individus. Il demande que le capitaine-majeur soit garant de ce changement de situation et veille à ce que les jésuites n’embarquent plus de soie à bord du Nau do trato. Cependant, le roi revient sur ces deux décisions ; par ailleurs, aucune d’elle n’a jamais été mise en œuvre concrètement sur le terrain. La distance joue certainement un rôle important, retardant l’application effective de l’ordre royal. Mais les revirements successifs de Philippe III invitent à avancer d’autres arguments et révèlent l’impossibilité d’interdire le commerce des jésuites sans nuire au maintien de la présence portugaise en mer de Chine. En effet, il est vraisemblable que les marchands portugais, par la voix du vice-roi de l’Estado da Índia, aient exprimé leur crainte d’une baisse du commerce de la soie à la suite de cette décision royale. Bien que le roi ne condamne pas l’aide apportée par la Compagnie aux marchands, mais uniquement ses investissements, il est probable que l’absence de participation des jésuites au commerce entre Nagasaki et Macao provoque une réduction de l’aide apportée aux marchands lusitaniens lors des négociations pour la vente de la soie au Japon. Le poids de la Compagnie de Jésus dans la société de Macao est également un autre moyen de pression sur le capitaine-majeur pour que ce dernier ne mette pas en œuvre les décisions royales. Mais, plus généralement, la diminution du commerce de la soie pourrait avoir des conséquences sur l’empire en Asie. En effet, bien que ce soit un commerce privé, de nombreuses taxes sont prélevées au profit du Trésor royal et une partie de ces sommes sont affectées à la défense des forteresses asiatiques, comme Malacca54. Le capitaine-majeur João de Albuquerque évalue ainsi, dans les années 1580, que les marchandises du commerce de Macao génèrent pour la Couronne entre 50 000 et 80 000 taels, ce qui en fait une des sources de revenus les plus importantes pour l’empire en Asie. Rien que pour les droits de mouillage à Macao, les marchands sont tenus de s’acquitter de 3 000 à 4 000 taels pour un navire de 300 tonneaux, sans compter les différentes taxes prélevées sur les marchandises à Goa, Ceylan ou Malacca55. Les ventes de la licence du capitaine-majeur sont également une autre source de revenus importantes pour la Couronne56. Enfin, les produits amenés d’Extrême-Orient sont ensuite transportés jusqu’en Europe et inclus dans le commerce de la Carreira da Índia, dont la valeur annuelle est estimée à 5 millions de cruzados57. Demander l’arrêt de la participation des jésuites au commerce de la soie, alors qu’ils en sont des acteurs essentiels, paraît donc irréaliste. Cet exemple souligne qu’il existe une certaine cohésion entre les élites administratives, les marchands et les religieux en Asie pour la défense de leurs intérêts communs face au pouvoir central58. Mais il démontre aussi une certaine méconnaissance de la part du pouvoir espagnol, à la tête du Portugal depuis 1580, quant au fonctionnement de son empire en Extrême-Orient.

Deux conceptions différentes de l’empire en Asie : les discours contradictoires des jésuites et des franciscains du Japon

Une défense de l’empire portugais : le discours de Luís Cerqueira

  • 59 Arcos, 2002.
  • 60 Sur Luís Cerqueira, voir Costa, inédite.
  • 61 Selon le traité, en échange de 350 000 ducats, Charles Quint renonce à ses prétentions sur les Mol (...)
  • 62 Lettre de Valignano à Acquaviva, Goa, 19 novembre 1595, Wicki, Documenta Indica XVII, pp. 205 et 2 (...)
  • 63 Soulignons cependant que, à la différence de Valignano, Cerqueira n’évoque pas le préjudice commer (...)
  • 64 Lettre à l’Assistant, Nagasaki, 1er mars 1607, ARSI, Japsin 21 I, f139. Soulignons que le dévelo (...)
  • 65 Lettre à l’assistant, Nagasaki, 15 octobre 1608, ARSI, Japsin 21 I, f169vo.
  • 66 Ibid.
  • 67 Lettre de Valignano à Acquaviva, Goa, 19 novembre 1595, Wicki, Documenta Indica XVII, pp. 204-205. (...)

14La situation privilégiée des jésuites dans les sociétés métropolitaines et dans celles d’outre-mer, ainsi que leur implication dans des activités commerciales à l’échelle globale, les amène à prendre position sur ce que doit être l’empire, particulièrement à partir de l’union des deux Couronnes. Leur discours complexe mêle à la fois les intérêts de l’ordre et ceux de l’Estado da Índia, face à une présence espagnole de plus en plus présente au Japon, aussi bien sur le plan commercial que religieux59. L’un des plus fervents défenseurs de l’empire portugais n’est autre que l’évêque Luís Cerqueira (1551-1614), à la tête de la chrétienté japonaise depuis 1598 et membre de la Compagnie de Jésus60. Cerqueira dénonce régulièrement les empiétements des Espagnols des Philippines sur le monopole détenu par les Portugais dans la zone depuis le traité de Saragosse (1529)61. La dénonciation des ambitions des Espagnols de Manille sur le Japon n’est cependant pas une nouveauté62. Mais Cerqueira se montre plus virulent et plus constant dans ses discours à l’encontre des marchands espagnols au Japon63. En effet, ces derniers amènent de la soie en quantité importante, ce qui a pour effet de faire chuter le prix de vente pour l’ensemble des marchands. Le préjudice des Portugais de Macao est ainsi évalué par l’évêque à 50 000 taels en 160664. Et Cerqueira de préciser, quelques années plus tard, qu’il se montre très pessimiste sur la survie de Macao : aussi, la venue des Espagnols des Philippines n’a-t-elle pas seulement des conséquences sur le plan local, mais également pour l’ensemble de l’Estado da Índia65. Ce déclin de ne peut qu’avoir des conséquences pour la Compagnie de Jésus au Japon, qui doit en outre affronter la concurrence des ordres mendiants venus des Philippines. Aussi l’évêque demande-t-il instamment à ce que le roi mette fin à cette situation, tout en se montrant lucide sur le rapport de force au sein de la Monarchie catholique : les affaires asiatiques sont gérées par le conseil du Portugal, qui dispose de bien moins d’influence que le conseil des Indes auprès du souverain66. Cette réaffirmation de la nécessité de respecter la séparation entre les empires ibériques, aussi bien sur le plan religieux que commercial, s’accentue au tournant du xviie siècle, en raison des revirements de la politique royale. Philippe II s’est engagé lors des Cortès de Tomar (1581) à maintenir une stricte séparation entre les empires portugais et espagnol, mais il encourage l’entrée des franciscains espagnols au Japon. Quant à son successeur, la politique générale menée par son valido, le duc de Lerma, participe également à brouiller les frontières entre les deux empires : ce dernier n’hésite pas à affecter les revenus de la carreira da Índia, et notamment ceux du poivre, à d’autres besoins que ceux de l’empire portugais. Cette politique a connu un précédent sous Philippe II, qui avait utilisé les revenus de la vente du poivre pour financer l’armada de 1588, mais elle se généralise à partir de Philippe III67.

  • 68 Veen, 2001.
  • 69 Les Portugais de Macao n’hésitent pas par ailleurs à investir dans le galion de Manille. Voir Souz (...)
  • 70 Boyajian, 1993, p. 64.
  • 71 Souza, 1986, p. 70. Sur la révolte du parian, et plus généralement sur la présence chinoise à Mani (...)

15Les dénonciations de l’évêque se heurtent cependant à la réalité des faits, qui voient la multiplication des liens commerciaux entre Macao et Manille. Loin de la rivalité décrite par Cerqueira, et du déclin programmé de l’enclave portugaise, on observe au contraire la multiplication de diverses formes de coopération entre Portugais et Espagnols en Asie, sous le coup de la pression exercée par les Hollandais en mer de Chine68. Ainsi, le développement du commerce de Manille n’est pas vu comme une menace par les casados de Macao, mais plutôt comme une opportunité, dans la mesure où le commerce du galion n’affecte pas celui entre Lisbonne et l’Inde69 : les produits apportés ne sont en effet pas les mêmes. Par ailleurs, l’argent provenant des Amériques, et injecté en Asie via les Philippines, permet une circulation accrue de capitaux, qui profite également aux marchands lusitaniens. Dès 1590, le commerce entre Macao et Manille atteint un million de cruzados par an, ce qui oblige le gouverneur des Philippines, Gomez Perez Dasmariñas, à rappeler l’interdiction d’échanger entre les deux territoires, sans que cette mesure soit suivie des faits70. Enfin, les Portugais de Macao n’hésitent pas à répondre à la demande des Philippines et à envoyer des munitions après l’attaque du quartier chinois du parian en 160371.

  • 72 Elliot, 1992 ; Cardim et alii (dir.), 2014.

16La cohésion des élites portugaises en Extrême-Orient apparaît plus fragile au tournant du xviie siècle : à partir du moment où les élites marchandes voient dans l’ouverture du commerce avec les Philippines de nouvelles possibilités de s’enrichir, les Portugais de Macao n’appuient que mollement les dénonciations jésuites des divers empiétements espagnols, religieux et commerciaux. Le discours de l’évêque s’inscrit plus généralement dans une veine d’écrits qui insistent sur la décadence de l’empire portugais, dès les années 1580, et il révèle les débats qui ont lieu sur la forme que doit prendre la Monarchie catholique en général, et en Asie en particulier. L’union des Couronnes est perçue comme une source de tension par les jésuites, qui se montrent les défenseurs d’une monarchie composite, au sein de laquelle chaque royaume possède ses propres lois72. Ce discours est combattu par d’autres ordres missionnaires.

Vers un empire intégré ? Le discours des franciscains du Japon

  • 73 « Memorial » de Montilla dans Archivum Franciscanum Historicum [AFH], 1922.
  • 74 La mission franciscaine du Japon dépend de la province San Gregorio des Philippines.
  • 75 Voir Morga, Sucesos de las Islas Filipinas, p. 82 et la lettre de Ieyasu adressée au gouverneur de (...)
  • 76 Comme nous l’avons vu précédemment, cette affirmation est à nuancer.
  • 77 Voir la transcription du « Memorial » de Francisco de Montilla dans Pérez, « Memoriales y otros do (...)
  • 78 Voir la transcription du Memorial adressé à Philippe III en 1608, dans Sánchez Fuertes, « El radic (...)
  • 79 Rubiès, 1996, p. 59.
  • 80 Elliot, 1992, p. 52.

17À l’inverse des jésuites, les franciscains du Japon proposent de revenir sur le principe de la séparation des empires, en mettant l’accent sur les connexions qui peuvent se nouer entre Portugais et Espagnols en Asie, au nom d’une meilleure gestion de l’empire. Ce discours est porté par le procureur franciscain de la province des Philippines à Madrid, Francisco de Montilla73. Ce dernier rédige un Mémorial en 1597 pour contester le monopole jésuite sur l’évangélisation du pays du Soleil levant et, plus généralement les liens entretenus par la Compagnie avec les marchands portugais et leur implication dans le commerce de la soie74. Ce faisant, il discrédite le discours des jésuites affirmant que le développement des relations économiques entre les Philippines et le Japon nuit à Macao. Tout d’abord, le franciscain remarque que ces liens sont nécessaires pour la sécurité des Philippines, qui sont un territoire espagnol, à la différence de la concession chinoise où sont installés les Lusitaniens. Montilla fait allusion aux nombreuses menaces que font peser, d’une part, les pirates japonais sur les Philippines, d’autre part le pouvoir japonais qui montre des velléités d’expansion en direction de Manille75. Ensuite, le procureur souligne que le commerce de Macao ne profite en rien aux intérêts du roi, puisqu’il s’agit d’un commerce privé76. Enfin, il remet en cause le lien existant entre les jésuites et les marchands portugais, notamment pour la question du financement de la mission. Il signale qu’il existe des moyens de baisser le coût de l’évangélisation, notamment pour ce qui est du transport des missionnaires. En effet, étant liés aux Portugais, les jésuites passent par la voie des Indes orientales pour atteindre le pays du Soleil levant. Or, Montilla fait remarquer que la voie des Indes occidentales est plus rapide (un an contre trois ans), et donc moins onéreuse. Il suggère ainsi que tous les missionnaires passent par les Amériques pour arriver au Japon77. Ces arguments sont repris par le franciscain Juan Pobre de Zamora, qui va encore plus loin en soulignant que, dorénavant, Portugais et Espagnols sont dirigés par le même souverain78. Zamora souligne indirectement que le modèle de la monarchie composite, adopté jusque-là, connaît une crise79. Il propose un autre modèle, existant déjà dans l’empire espagnol, sur le modèle de l’Amérique80 : il suggère ainsi que les deux empires aient les mêmes lois. La division du conseil des Indes et de celui du Portugal lui apparaît totalement factice. Au contraire, il faut construire un empire intégré, c’est-à-dire un empire où l’on ne sépare pas les intérêts du Portugal et de l’Espagne et la gestion de leurs empires respectifs, mais où l’on met en œuvre une politique globale qui serve les intérêts de la Monarchie catholique.

  • 81 Borges, 2014. Voir aussi à ce sujet, Dubet, Sabatini, 2009.
  • 82 Elliott, 1977.
  • 83 Le roi interdit ainsi les exportations d’argent vers le Japon. Voir la lettre du vice-roi, marquis (...)

18Ce discours des franciscains du Japon n’est pas nouveau et il emprunte, dans la forme, à ceux développés par les arbitristes, dont les textes se multiplient au début du xviie siècle, aussi bien côté portugais que côté espagnol81. Les arbistristes sont des personnes individuelles qui dénoncent, informent, mais font aussi des propositions adressées au roi, à ses conseils, à ses juntes. Ils entendent influencer l’opinion publique et participer à la réforme de l’empire, au moment où celui-ci connaît des difficultés financières et politiques et où il devient nécessaire de rechercher un nouvel équilibre au sein des territoires de la Monarchie catholique82. Les propositions des franciscains sur la politique globale que mène le souverain ne doivent cependant pas occulter le fait que leur discours a pour objectif, au départ, de faire accepter leur présence au Japon, alors qu’ils ne respectent pas les ordres du pape. Autrement dit, leur discours politique et économique sur l’empire s’insère au sein d’une stratégie générale d’implantation de l’ordre en Asie : l’effacement de la frontière entre les empires ibériques doit également se faire sur le plan religieux. Ce discours ne reçoit qu’un écho mitigé au sein des élites ibériques en Asie. Le projet d’empire intégré, porté quelques années plus tard par le comte-duc Olivares à travers l’union des armes (1624), rencontre des résistances côté portugais. Si les Lusitaniens, et plus particulièrement les marchands de Macao, se montrent ouverts à une forme de coopération, celle-ci se situe uniquement sur le plan commercial, dans la mesure où elle est profitable aux deux parties et participe au maintien de la présence ibérique en mer de Chine. Mais la réception est également circonspecte du côté espagnol : si les franciscains reçoivent de manière générale le soutien des élites des Philippines, il n’en est pas de même des administrateurs de Nouvelle-Espagne ou de métropole. Le développement des liens commerciaux entre le Japon et les Philippines, voire avec l’Amérique comme le suggèrent les disciples de saint François, ne doit pas se faire au préjudice des intérêts de la métropole83. Au final, le discours des franciscains ne parvient pas à résoudre la question de la place du Japon et des liens économiques à entretenir avec un territoire qui ne fait pas partie de l’empire, mais où la présence missionnaire est pensée comme stratégique.

19Les jésuites occupent donc une place essentielle dans la construction de l’empire portugais d’Asie. Loin de n’être que des agents de la papauté, au service de l’extension de la foi, les missionnaires sont également des agents de l’empire, conscients des enjeux politiques et commerciaux dans la zone et dont ils savent jouer pour faire progresser l’évangélisation. Les jésuites présentent la caractéristique d’exercer une pluralité de fonctions qui ne sont pas perçues comme incompatibles. Si ce mélange des genres n’est pas propre à la mission du Japon — on le retrouve au Brésil et en Angola — la particularité réside ici dans les efforts constants déployés par la Compagnie de Jésus pour faire du Japon un espace pleinement intégré à l’empire portugais, à travers la ville de Nagasaki, alors même que le pays n’est pas soumis aux Ibériques. Cette intégration passe par une interdépendance accrue entre missionnaires et marchands, mais également par l’émergence d’un discours dans lequel la survie de la colonie portugaise est étroitement corrélée à son pendant japonais. Ce faisant, les jésuites du Japon ne peuvent que s’opposer à toute tentative d’empiétement sur le monopole, religieux ou commercial, détenu par les Portugais en Asie. Si ce discours s’inscrit contre les tentatives de mise en place d’un empire intégré, tel que suggéré par les franciscains espagnols après l’union des deux Couronnes, il s’avère néanmoins irréaliste face à la montée des concurrences européennes en Extrême-Orient. Enfin, l’alliance entre missionnaires et marchands finit par se retourner contre les Portugais : cette proximité est mal jugée par le pouvoir japonais qui finit par interdire le christianisme en 1614, puis bannit les marchands lusitaniens en 1639. L’empire portugais d’Asie perd alors de son influence en Extrême-Orient.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Carvalho, Valentim, Apologia, éd. de José Eduardo Franco, Lisbonne, Centro cientifico e cultural de Macau, 2007.

Fróis, Luís, Historia de Japam, éd. d’Anabela Mourato, Nuno Camarinhas et Tiago C. P. dos Reis Miranda, Lisbonne, Biblioteca virtual dos descobrimentos portugueses (10), 2002.

Lucena, Afonso de, Erinnerungen aus der Christenheit von Ōmura. De algumas cousas que ainda se alembra o p[adre] Afonso de Lucena que pertencem à christandade de Ōmura [1578-1614], éd. de Josef Franz Schütte, Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1972.

Morga, Antonio de, Sucesos de las Islas Filipinas [1609], Madrid, Polifemo, 1997.

Pérez, Lorenzo, « Memoriales y otros documentos del P. Francisco de Montilla », Archivum Franciscanum Historicum, 15, 1922, pp. 476-507.

Sánchez Fuertes, Cayetano, « El radicalismo evangelico de Fr. Juan Pobre de Zamora. Apéndice », Archivo Ibero-Americano, 42, 1982, pp. 788-807.

Wicki, Joseph (éd.), Documenta Indica X (1575-1577), Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1968.

Wicki, Joseph (éd.), Documenta Indica XIII (1583-1585), Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1975.

Wicki, Joseph (éd.), Documenta Indica XIV (1585-1588), Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1979.

Wicki, Joseph (éd.), Documenta Indica XVI (1592-1594), Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1984.

Wicki, Joseph (éd.), Documenta Indica XVII (1595-1597), Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1988a.

Wicki, Joseph (éd.), Documenta Indica XVIII (1595-1597), Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1988b.

Xavier, François, Correspondance 1535-1552, éd. d’Hugues Didier, Paris, Desclée de Brouwer, 2005.

Bibliographie

Arcos, Maria Fernanda G. de los (2002), « The Philippine Colonial Elite and the Evangelization of Japan », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 4, pp. 63-89.

Barreto, Luís Filipe (2006), Macau: poder e saber. Séculos xvi y xvii, Lisbonne, Presença.

Biedermann, Zóltan (2014), The Portuguese in Sri Lanka and South India. Studies in the History of Diplomacy, Empire and Trade, 1500-1650, Wiesbaden, Harrasowitz Verlag.

Borges, Graça Almeida (2014), « ¿Un imperio ibérico integrado? El arbitrismo y el imperio ultramarino portugués (1580-1640) », Obradoiro de Historia Moderna, 23, pp. 71-102.

Bourdon, Léon (1993), La Compagnie de Jésus et le Japon, Paris – Lisbonne, Centre Calouste Gulbekian.

Boxer, Charles (1948), Fidalgos in the Far East 1550-1770: Fact and Fancy in the History of Macao, La Hague, M. Nijhoff.

Boxer, Charles (1951), The Christian Century in Japan 1549-1650, Berkeley, University of California Press.

Boxer, Charles (1989), O grande navio de Amacau, Macao, Fundação Oriente, Museu e Centro de Estudos Marítimos de Macau.

Boyajian, James C. (1993), Portuguese Trade in Asia under the Habsburgs, 1580-1640, Baltimore – Londres, The Johns Hopkins University Press.

Brockey, Liam Matthew (2014), The Visitor. André Palmeiro and the Jesuits in China, Cambridge (Mass.), The Belknap Press of Harvard University Press.

Cardim, Pedro, Herzog, Tamar, Ruiz Ibáñez, José Javier, Sabatini, Gaetano (dir.) [2014], Polycentric Monarchies. How did Early Modern Spain and Portugal Achieve and Maintain a Global Hegemony?, Eastbourne, Sussex Academy Press.

Cooper, Michael (1972), « The Mechanics of the Macao-Nagasaki Silk Trade », Monumenta Nipponica, 27 (4), pp. 423-433.

Cooper, Michael (1974), Rodrigues the Interpreter, an Early Jesuit in Japan and China, New York – Tôkyô, Weatherhill.

Correia, Pedro Lage Reis (2008), A Concepção de missionação na Apologia de Valignano. Estudos sobre a presence jesuita e franciscana no Japão (1587-1597), Lisbonne, Centro científico e cultural de Macau.

Costa, João Paulo Oliveira e (inédite), O cristianismo no Japão e o episcopado de D. Luís Cerqueira, thèse de doctorat soutenue en 1998, Universidade nova de Lisboa.

Costa, João Paulo Oliveira e (2000), « A Route under Pressure. Communication between Nagasaki and Macao (1597-1617) », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 1, pp. 75-95.

Costa, João Paulo Oliveira e (2009), « The Japanese in the college of Macau (1595-1614) », dans Antoni Üçerler (éd.), Christianity and Cultures: Japan and China in Comparison, 1543-1644, Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, pp. 305-328.

Curto, Diogo Ramada (2007), « Idéologies impériales en Afrique occidentale au début du xviie siècle », dans Luiz Felipe de Alencastro et Francisco Bettencourt (éd.), L’Empire portugais face aux autres empires, xvie-xviie siècles, Paris, Maisonneuve et Larose, pp. 203-247.

Dubet, Anne, Sabatini, Gaetano (2009), « Arbitristas. Acción política y propuesta económica », dans José Martínez Millán et María Antonieta Visceglia (éd.), La monarquía de Felipe III. La corte (vol. III), Madrid, Fundación MAPFRE, pp. 867-870.

Elison, George (1988), Deus Destroyed, the Image of Christianity in Early Modern Japan, Harvard, Harvard University Press.

Elliot, John H. (1977), « Self-Perception and Decline in Early Seventeenth-Century Spain », Past and Present, 74, pp. 41-61.

Elliot, John H. (1992), « A Europe of Composite Monarchies », Past and Present, 137, pp. 48-71.

Gil, Juan (1991), Hidalgos y Samurais. España y Japón en los siglos xvi y xvii, Madrid, Alianza.

Gil, Juan (2011), Los Chinos en Manila (siglos xvi-xvii), Lisbonne, Centro Cientifico e Cultural de Macau.

Godinho, Vitorio Magalhães (1969), L’Économie de l’empire portugais aux xve et xvie siècles, Paris, SEVPEN.

Godinho, Vitorio Magalhães (1982), Les Finances de l’État portugais des Indes orientales (1517-1635), Paris, Fundação Calouste Gulbekian.

Grafe, Regina (2014), « On the Spatial Nature of Institutions and the Insitutional Nature of Personal Networks in the Spanish Atlantic », Culture and History Digital Journal, 3 (1), DOI : http://dx.doi.org/10.3989/chdj.2014.006.

Hall, John Whitney (dir.) [1991], The Cambridge History of Japan, vol. 4, Early Modern Japan, Cambridge, Cambridge University Press.

Hesselink, Reinier H. (2012), « The Capitães Mores of the Japan Voyage: a Group Portrait », International Journal of Asian Studies, 9 (1), pp. 1-41.

Hesselink, Reinier H. (2015), The Dream of Christian Nagasaki. World Trade and the Clash of Cultures, 1560-1640, Jefferson, McFarland.

Jacquelard, Clotilde (2015), De Séville à Manille, les Espagnols en mer de Chine, Paris, Les Indes savantes.

Konrad, Herman (1995), A Jesuit hacienda in Colonial Mexico: Santa Lucia, 1576-1767, México, Fondo de cultura económica.

Kouamé, Nathalie (2016), Le christianisme à l’épreuve du Japon médiéval ou les vicissitudes de la première mondialisation, Paris, Karthala.

Lobato, Manuel (1994), « Épices, conflit et religion. Les Moluques et les Portugais dans la seconde moitié du xvie siècle », dans Nouvelles orientations de la recherche sur l’histoire de l’Asie portugaise, Paris, Centre Culturel Calouste Gulbekian, pp. 133-151.

Loureiro, Rui (2002), « As origens de Macau nas fontes ibéricas », Revista de Cultura, 1, pp. 82-99.

Loureiro, Rui (dir.) [2017], La Découverte du Japon, 1543-1552, Paris, Chandeigne.

Marcocci, Giuseppe (2012), A consciência de um império. Portugal e o seu mundo (sécs. xv-xvii), Coimbra, Imprensa da Universidade de Coimbra.

Marcocci, Giuseppe (2014), « Conscience and Empire: Politics and Moral Theology in the Early modern Portuguese World », Journal of Early Modern History, 18, pp. 473-494.

Möerner, Magnus (1953), The Political and Economic Activities of the Jesuits in the La Plata Region, the Hapsburg Era, Stockholm, Petherson.

Negro, Sandra, Marzal, Manuel (éd.) [2005], Esclavitud, economía y evangelización: las haciendas jesuitas en la América virreinal, Lima, Pontifica universidad católica del Perú.

Newitt, Malyn (2001), « Formal and Informal Empire in the History of the Portuguese Expansion », Portuguese Studies, 17, pp. 1-21.

Oka, Mihoko (2010), The Nanban Trade. Merchants and Missionaries, Tôkyô, University of Tokyo press.

Oslington, Paul (dir.) [2014], The Oxford Handbook of Christianity and Economics, Oxford, Oxford University Press.

Pagden, Anthony (1995), Lords of all the World. Ideologies of Empire in Spain, Britain and France c. 1500-c. 1800, New Haven – Londres, Yale University Press.

Rubiès, Joan Pau (1996), « La idea del gobierno mixto y su significado en la crisis de la Monarquía Hispánica », Historia Social, 24, pp. 57-81.

Souza, George Bryan (1986), The Survival of Empire. Portuguese Trade and Society in China and the South China Sea 1630-1753, Cambridge, Cambridge University Press.

Subrahmanyam, Sanjay (1999), L’Empire portugais d’Asie, 1500-1700, Paris, Maisonneuve et Larose.

Tronu, Carla (inédite), Sacred Space and Ritual in Early Modern Japan: The Christian Community of Nagasaki (1569-1643), PhD dissertation soutenue en 2012, London School of Oriental and African Studies.

Veen, Ernst van (2001), « VOC Strategies in the Far East (1605-1640) », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 3, pp. 85-105.

Vu Thanh, Hélène (2014), « Les liens complexes entre missionnaires et marchands ibériques : deux modèles de présence au Japon (1543-1639) », Le Verger, 5, [disponible en ligne].

Vu Thanh, Hélène (2016), Devenir japonais. La mission jésuite au Japon, 1549-1614, Paris, PUPS.

Vu Thanh, Hélène (2018), « À la frontière de l’Europe et de l’Asie ? Le cas de Nagasaki aux xvie-xviie siècles », e-Spania, 30, [disponible en ligne], DOI : 10.4000/e-spania.28109.

Haut de page

Notes

1 Fróis, Historia de Japam, fo 131.

2 Sur la mission du Japon, voir Boxer, 1951 et Vu Thanh, 2016.

3 Sur la présence espagnole en mer de Chine, voir notamment Jacquelard, 2015. Sur les relations entre les Philippines et le Japon, voir Gil, 1991.

4 Comme le remarque Giuseppe Marcocci, l’empire portugais est souvent absent de l’historiographie consacrée aux empires. Voir notamment Pagden, 1995.

5 Ces aspects ont été traités dans deux précédents articles : Vu Thanh, 2014 et 2018.

6 Sur le Japon à l’arrivée des Européens, voir Hall (dir.), 1991.

7 La thèse de Mihoko Oka est une exception : Oka, 2010.

8 On observe cependant un nouvel intérêt pour cette question. Voir notamment Oslington (dir.), 2014.

9 Ce constat est à nuancer dans le cas des missions en Amérique. Voir notamment Möerner, 1953 ; Konrad, 1995; Negro, Marzal (éd.), 2005. Dans le cas de la Chine, voir Brockey, 2014.

10 Cooper, 1974.

11 Godinho, 1969.

12 Marcocci, 2012 et 2014.

13 Newitt, 2001.

14 Voir Subrahmanyam, 1999, qui n’accorde que quelques pages à l’Extrême-Orient.

15 Lobato, 1994.

16 Des premiers contacts ont probablement eu lieu dès 1542 aux Ryûkyû, actuelle préfecture d’Okinawa. Voir Loureiro (dir.), 2017, p. 16.

17 Ibid., pp. 129-146. C’est d’un voyage effectué en 1546 au Japon qu’Alvarès détient ses informations.

18 Biedermann, 2014.

19 Lettre de François Xavier à Simon Rodrigues, Cochin, 20 janvier 1549, dans Xavier, Correspondance, p. 264.

20 Lettre de François Xavier à Antoine Gomes, Kagoshima, 5 novembre 1549, dans ibid., pp. 353-354.

21 Pour une étude des capitaines-majeurs du Japon, voir Hesselink, 2012.

22 Il existe ainsi un capitaine-majeur pour le Mozambique, mais dont les revenus sont moindres. Le capitaine du Japon peut percevoir des revenus allant jusqu’à 100 000 cruzados dans les années 1560 et 200 000 dans les années 1580. Ibid., p. 10.

23 L’alvará est mise aux enchères à Goa. Voir Godinho, 1982.

24 Lettre de Luís Cerqueira au roi, Nagasaki, 10 octobre 1609, Real Academia de la Historia, Cortes 9/2666, fo 261vo.

25 Bourdon, 1993, pp. 420-421.

26 Ibid., pp. 256-257.

27 Sur les raisons politiques ayant conduit à cette cession, voir Kouamé, 2016, pp. 154-160. Le texte de la donation peut être consulté dans Elison, 1988, pp. 94-95. Le daimyô continue de percevoir certains droits fiscaux. Voir Lucena, 1972, p. 206.

28 Marcocci, 2012, pp. 278-279.

29 Curto, 2007, p. 213.

30 Lettre de Valignano à Acquaviva, Goa, 1er avril 1585, dans Wicki, Documenta Indica XIV, p. 12.

31 Lettre de Francisco Cabral à Acquaviva, Goa, 20 novembre 1595, dans Id., Documenta Indica XVII, pp. 224-225.

32 Ce rôle n’est pas sans susciter des débats au sein de l’ordre. Voir la consulte à Chorão du 6 au 18 décembre 1575, dans Id., Documenta Indica X, pp. 275-277.

33 Cette décision s’inscrit dans une stratégie plus générale de reprise en main du sud du pays par le pouvoir central en construction. Sur les Européens à Nagasaki, voir Hesselink, 2015.

34 Voir Vu Thanh, 2018, Carvalho, Apologia, p. 93 et Alessandro Valignano, « Apologia », dans Archivum Romanum Societatis Iesu [ARSI], Japsin 41, fo 83.

35 Sur la fondation de Macao, voir Loureiro, 2002 et Barreto, 2006.

36 Sur le calendrier des opérations commerciales et de la navigation entre l’Inde et le Japon, voir Boxer, 1948, p. 15.

37 Costa, 2000.

38 Voir Loureiro, 2002, p. 93.

39 Boxer, 1948, p. 9.

40 La participation des jésuites au commerce de la soie remonte cependant à 1556, lorsque le médecin Luís de Almeida lègue sa fortune (4 000 ducats) à l’Ordre qui l’investit immédiatement dans le commerce de la soie afin de procurer des dividendes annuels à la mission japonaise. Voir ARSI, Japsin 23, fo 5v°.

41 Le visiteur jésuite est chargé d’inspecter les missions en Asie.

42 Valignano détaille le fonctionnement de ce commerce dans le « Sumario de las cosas que pertencen a la provincial de la India oriental y al govierno della », écrit pour le Général Mercurian en août 1580, dans Wicki, Documenta Indica XIII, p. 223. Un picul est l’équivalent de 60 kg. Voir Cooper, 1972.

43 Sur le collège de Macao, voir Costa, 2009.

44 Lettre de Francisco Cabral à João Alvares, Goa, 10 décembre 1596, dans Wicki, Documenta Indica XVIII, p. 618.

45 Lettre de Valignano à João Alvares, Goa, 12 décembre 1596, dans ibid., pp. 629-630.

46 Lettre d’Alberto Laerzio au général Acquaviva, Goa, 24 octobre 1595, dans Wicki, Documenta Indica XVII, p. 94.

47 « Catalogo dos fundadores dos collegios e residencias da Provincia de Jappao e dos bemfeitores da mesma Provinçia », ARSI, Japsin 23, fo 6vo.

48 Lettre de Francisco Cabral à Acquaviva, Cochin, 15 décembre 1593, dans Wicki, Documenta Indica XVI, p. 520.

49 Lettre de Valignano à Acquaviva, Cochin, 20 décembre 1586, dans Wicki, Documenta Indica XIV, pp. 428-429. Précisons cependant que les investissements dans le commerce de la soie ne font pas non plus l’unanimité au sein de la Compagnie de Jésus au Japon. Voir par exemple la lettre de Francisco Cabral au général, Macao, 5 octobre 1583, ARSI, Japsin 9 II, fos 167-168.

50 Les donations papales sont difficilement perçues par les jésuites du Japon. Voir ARSI, Japsin 24, fo 17. En 1583, le visiteur Valignano souligne que les rentes prélevées sur la douane de Malacca n’ont pas été versées à la mission depuis neuf ans.

51 Sur les rivalités entre jésuites et franciscains au Japon, voir Tronu, inédite, pp. 114-135 et Correia, 2008.

52 Voir la lettre de 1584 adressée au vice-roi Francisco Mascarenhas, dans Boxer, 1989, pp. 175-178.

53 Ibid., pp. 179-181. Il est indiqué que les lettres sont de Philippe II, mais leur date invite à penser qu’il s’agit d’une erreur et que leur auteur est bien Philippe III.

54 Le roi lui-même peut affecter une partie du produit de la vente de la licence de capitaine-majeur à la réparation des fortifications d’une forteresse. Boxer, 1989, p. 180.

55 « Memorando das mercadorias que os Grandes Navios dos Portugueses normalmente levam da China para Japão (cerca de 1600) », ibid., p. 161.

56 Hesselink, 2012, pp. 8-9. Certaines licences peuvent se vendre jusqu’à 20 000 cruzados.

57 Boyajian, 1993, p. 42. Boyajian évalue le commerce levantin à 3 millions de cruzados et le commerce transatlantique entre 7 et 10 millions de cruzados.

58 Sur les liens entre réseaux informels et les structures étatiques, voir Grafe, 2014.

59 Arcos, 2002.

60 Sur Luís Cerqueira, voir Costa, inédite.

61 Selon le traité, en échange de 350 000 ducats, Charles Quint renonce à ses prétentions sur les Moluques. Ces dispositions sont rapidement combattues par les colons de Nouvelle-Espagne, puis par les Espagnols installés aux Philippines.

62 Lettre de Valignano à Acquaviva, Goa, 19 novembre 1595, Wicki, Documenta Indica XVII, pp. 205 et 217.

63 Soulignons cependant que, à la différence de Valignano, Cerqueira n’évoque pas le préjudice commercial subi également par la Compagnie de Jésus avec le développement du commerce entre les Philippines et le Japon. L’évêque est en effet opposé à la participation des jésuites dans le commerce de la soie. Voir la lettre au général, Nagasaki, 23 mars 1603 dans ARSI, Japsin 20 I, fos 167-167vo.

64 Lettre à l’Assistant, Nagasaki, 1er mars 1607, ARSI, Japsin 21 I, f139. Soulignons que le développement du commerce entre les Philippines et le Japon, voire avec la Nouvelle-Espagne, résulte également d’une demande de la part du pouvoir japonais. Voir la lettre de Tokugawa Ieyasu au gouverneur des Philippines (1602) dans Morga, Sucesos de las Islas Filipinas, pp. 240-241.

65 Lettre à l’assistant, Nagasaki, 15 octobre 1608, ARSI, Japsin 21 I, f169vo.

66 Ibid.

67 Lettre de Valignano à Acquaviva, Goa, 19 novembre 1595, Wicki, Documenta Indica XVII, pp. 204-205. Boyajian, 1993, p. 89.

68 Veen, 2001.

69 Les Portugais de Macao n’hésitent pas par ailleurs à investir dans le galion de Manille. Voir Souza, 1986, p. 69.

70 Boyajian, 1993, p. 64.

71 Souza, 1986, p. 70. Sur la révolte du parian, et plus généralement sur la présence chinoise à Manille, voir Gil, 2011.

72 Elliot, 1992 ; Cardim et alii (dir.), 2014.

73 « Memorial » de Montilla dans Archivum Franciscanum Historicum [AFH], 1922.

74 La mission franciscaine du Japon dépend de la province San Gregorio des Philippines.

75 Voir Morga, Sucesos de las Islas Filipinas, p. 82 et la lettre de Ieyasu adressée au gouverneur des Philippines et condamnant la piraterie japonaise en 1602, ibid., p. 241.

76 Comme nous l’avons vu précédemment, cette affirmation est à nuancer.

77 Voir la transcription du « Memorial » de Francisco de Montilla dans Pérez, « Memoriales y otros documentos del P. Francisco de Montilla », p. 482.

78 Voir la transcription du Memorial adressé à Philippe III en 1608, dans Sánchez Fuertes, « El radicalismo evangelico de Fr. Juan Pobre de Zamora. Apéndice », p. 792.

79 Rubiès, 1996, p. 59.

80 Elliot, 1992, p. 52.

81 Borges, 2014. Voir aussi à ce sujet, Dubet, Sabatini, 2009.

82 Elliott, 1977.

83 Le roi interdit ainsi les exportations d’argent vers le Japon. Voir la lettre du vice-roi, marquis de Guadalcázar, 25 mai 1618, Archivo General de las Indias, Mexico, 29, N.5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Vu Thanh, « Construire l’empire, développer le commerce »Mélanges de la Casa de Velázquez, 50-2 | 2020, 241-261.

Référence électronique

Hélène Vu Thanh, « Construire l’empire, développer le commerce »Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 50-2 | 2020, mis en ligne le 02 octobre 2020, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/mcv/13318 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mcv.13318

Haut de page

Auteur

Hélène Vu Thanh

Université de Bretagne-Sud/IUF – Chercheur résident à la Casa de Velázquez en 2016

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search