Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-1MiscellanéesÀ propos de l’original français d...

Miscellanées

À propos de l’original français de la traduction catalane des Grandes Chroniques de France

Sobre el original francés de la traducción catalana de las Grandes Chroniques de France
On the French original of the Catalan translation of the Grandes Chroniques de France
Antoine Brix
p. 163-179

Résumés

Un fragment d’une traduction catalane des Grandes Chroniques de France entreprise au milieu du xive siècle est aujourd’hui conservé aux Archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone. La traduction a vraisemblablement été entreprise à partir d’un exemplaire des Grandes Chroniques qui appartenait au roi Pierre IV d’Aragon. Le propos de cet article est de déterminer à quelle famille de la tradition de l’œuvre se rattachait cet exemplaire royal aujourd’hui perdu, et de préciser le contenu historiographique que celui-ci permit effectivement de transposer en catalan. À l’examen, le manuscrit 682 de la bibliothèque municipale de Cambrai apparaît comme le témoin conservé le plus proche du codex de Pierre d’Aragon, source de la traduction catalane des Grandes Chroniques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ferrer, Cabré, 2012.
  • 2 À propos du Roman des rois de Primat, voir Guenée, 2016. Voir aussi l’édition : Les Grandes Chroni (...)

1Dans un article publié en 2012, Montserrat Ferrer et Lluís Cabré ont donné une nouvelle édition de l’unique fragment connu de la traduction catalane des Grandes Chroniques de France1. Le feuillet esseulé, remployé comme garde du registre 894 de la chancellerie du royaume d’Aragon aujourd’hui conservé aux Archives de la couronne d’Aragon à Barcelone, transmet en effet, en catalan, le prologue du Roman des rois de Primat et les premières lignes à proprement parler de cet ouvrage qui fut à l’origine des Grandes Chroniques2.

  • 3 Documents par l’historia de la cultura catalana, pp. 196-197, n. 1.
  • 4 Pour un aperçu du succès des Grandes Chroniques, on peut se reporter à Guenée, 1987, ainsi qu’à la (...)

2Le fragment de Barcelone avait déjà fait l’objet d’une transcription au début du xxe siècle ; toutefois, relégué aux notes de bas de page des Documents publiés par Antoni Rubió y Lluch, le texte catalan des Grandes Chroniques n’avait guère été mis en valeur3. Il faut donc savoir gré à Montserrat Ferrer et Lluís Cabré d’avoir conféré à ce témoignage de la circulation des Grandes Chroniques au-delà des frontières du royaume de France la visibilité qu’il mérite. Le panorama des travaux consacrés à ce qui fut le texte historiographique français le plus largement diffusé de à la fin du Moyen Âge s’en trouve indéniablement enrichi4.

  • 5 Ferrer, Cabré, 2012, pp. 659-660.

3Selon l’hypothèse défendue par les deux chercheurs dans leur article de 2012, la traduction des Grandes Chroniques vers le catalan fut entreprise au milieu du xive siècle ; le traducteur aurait eu recours à un manuscrit qui ne paraît pas conservé, et qui appartenait alors au roi Pierre IV d’Aragon5. Le projet de traduction pouvait ainsi se prévaloir de l’aval et du soutien d’un prince qui était aussi comte de Barcelone.

Les Grandes Chroniques de France de Pierre IV d’Aragon

  • 6 Documents per l’historia de la cultura catalana, p. 117, no CI.
  • 7 Guyot-Bachy, Moeglin, 2005.

4En effet, Pierre d’Aragon s’était procuré, dès avant l’âge de vingt ans, un exemplaire français des Grandes Chroniques de France ; un document daté du samedi 27 mars 1339 atteste ainsi l’achat par le roi d’un liber canonicarum regum Francie (sic, recte cronicarum) et d’une copie du Roman de Meliadus à son trésorier Ramon Boïl6. À cette époque, plusieurs options avaient été mises à l’essai pour prendre la suite de l’ouvrage racontant l’histoire des rois de France depuis leurs origines troyennes et composé à l’abbaye bénédictine de Saint-Denis ; aucune, cependant, ne s’était encore imposée, et des continuations concurrentes se rencontrent ainsi dans les manuscrits produits au cours de la première moitié du xive siècle7. D’un codex à l’autre, le Roman des rois de Primat, s’interrompant au récit de la mort de Philippe Auguste (1223), était accompagné de continuations portant le propos jusqu’à la fin du règne de Louis IX (1270), de Philippe III (1285) ou de Philippe V (1322).

  • 8 Documents per l’historia de la cultura catalana, p. 198, no CC.

5Le manuscrit de Pierre IV devait contenir une histoire qui s’interrompait en 1285, à la mort de Philippe le Hardi. C’est ce qu’indique la description que donne le roi lui-même de son manuscrit après l’avoir perdu. Le mardi 30 novembre 1361, il charge Francesc de Perellós, un homme de son entourage alors à Paris, de se procurer par quelque moyen nécessaire un exemplaire des Grandes Chroniques similaire au volume égaré, lequel conservait une histoire des rois de France qui « continua de .i. rey en altre tro aquell rey qui vench a Gerona ». Ce « roi qui vint à Girone » correspond bien entendu à Philippe III, lequel mourut au retour d’une expédition dans la péninsule Ibérique. Pierre d’Aragon, par ailleurs, préférait qu’on lui trouvât une version mise à jour des Grandes Chroniques, « hoc encara tro a aquest rey qui huy es, si s troba »8. En 1361, une histoire dont le propos s’interrompait en 1285 ne rapportait finalement que des événements anciens, effacés de la mémoire des vivants.

  • 9 Omont, 1901, pp. 609-610.
  • 10 L’indication de Ferrer, Cabré, 2012 est d’autant plus surprenante que les deux auteurs de l’articl (...)

6Le manuscrit perdu de Pierre d’Aragon revêt une importance particulière dans l’hypothèse de Montserrat Ferrer et Lluís Cabré : c’est vraisemblablement le texte contenu dans ce volume précis, extrait de la collection du roi, qui aurait été traduit, et dont seul le fragment de Barcelone subsiste aujourd’hui. L’exemplaire français des Grandes Chroniques perdu en 1361, à l’origine de la traduction catalane, devrait être assez similaire, selon les auteurs de l’article de 2012, à l’actuel manuscrit nouv. acq. fr. 10043 de la Bibliothèque nationale de France, codex produit dans les premières décennies du xive siècle et réputé conserver le texte des Grandes Chroniques jusqu’à la mort de Philippe III. Il est vrai, la notice du catalogue établie à l’occasion de l’entrée de ce volume dans les collections de la Bibliothèque nationale signale que l’on y trouve une copie des Grandes Chroniques de France « s’arrêtant à l’année 1286 », ce qui précisément correspond au contenu de l’exemplaire perdu par Pierre d’Aragon9. Toutefois, le codex acquis par Pierre IV en 1339 n’avait rien de semblable au manuscrit nouv. acq. fr. 10043 : en dépit des indications de Henri Omont, ce dernier volume ne conserve pas le texte des Grandes Chroniques10.

  • 11 Voir l’édition : Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXI, pp. 80-102.
  • 12 Voir l’édition de ce prologue : Wailly, 1847, pp. 405-407.

7Le codex nouv. acq. fr. 10043 de la Bibliothèque nationale de France transmet en réalité une histoire des rois de France peu connue encore, et que l’on rencontre également dans le manuscrit fr. 2815 de la même institution. Il s’agit de la concaténation de séquences issues du Ménestrel d’Alphonse de Poitiers, du Roman des rois de Primat et d’une Chronique des rois de France jusqu’en 1286, unique partie de l’ouvrage qui lui soit spécifique11. Le prologue de l’œuvre, quant à lui, est repris au Ménestrel d’Alphonse de Poitiers12, et ne peut donc être à l’origine du texte catalan conservé par le fragment de Barcelone, traduction du prologue du Roman des rois.

8La lecture de l’étude de Montserrat Ferrer et Lluís Cabré suscite également l’interrogation relativement au rôle actif et à l’interventionnisme du traducteur. En comparant de façon synoptique le texte catalan au texte français tel qu’il fut édité par Paulin Paris dans les années 1830, les deux chercheurs ont mis en évidence des différences significatives. La responsabilité n’en est pas clairement imputée au traducteur catalan lui-même, mais on peut s’étonner que l’article de 2012 n’envisage pas davantage que les variations observées entre le texte catalan et l’édition des Grandes Chroniques de Paulin Paris puissent résulter de l’utilisation, par le traducteur, d’un texte altéré par rapport à celui qui fut imprimé au xixe siècle. En effet, c’est cette dernière hypothèse qui, une fois considérée et mise à l’essai, permet de cerner précisément l’ensemble de manuscrits des Grandes Chroniques de France dont était issu l’exemplaire de Pierre IV d’Aragon qui servit de fondement à la traduction catalane.

  • 13 Il s’agit d’une appellation purement conventionnelle. Rien n’indique que cette version des Grandes (...)

9Utilisant le texte des Grandes Chroniques qu’a édité Paulin Paris, Montserrat Ferrer et Lluís Cabré n’ont pas eu l’occasion de noter que les particularités du texte catalan offraient, pour la quasi-totalité d’entre elles, un parallélisme exact avec des variantes relevées dans un manuscrit dont Paulin Paris n’avait pas connaissance. Jules Viard, qui dans l’entre-deux-guerres a donné une nouvelle édition des Grandes Chroniques de France, a reproduit le prologue de l’œuvre tel qu’il existe dans le manuscrit 782 de la bibliothèque Sainte-Geneviève, plus ancien exemplaire conservé des Grandes Chroniques (1274). Il a en outre consigné dans les notes de son édition les variantes relevées dans quelques manuscrits, en particulier celles d’un exemplaire qui avait appartenu dans le deuxième quart du xive siècle à Jean de Normandie, fils du roi Philippe VI et futur roi Jean II. Ce codex conservé à la British Library sous la cote Royal 16 G VI transmet une version des Grandes Chroniques dont les leçons particulières trouvent presque systématiquement une correspondance dans la version catalane. Les deux exemples fournis ci-dessous indiquent suffisamment la parenté qui existe entre les Grandes Chroniques catalanes et la version dite « de Jean de Normandie »13.

 

Texte catalan, éd. M. Ferrer et Ll. Cabré Ms. Londres, BL, Royal 16 G VI Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard
Bé sàpien donchs tuit que no y ha res ajustat del seu, ans és tot dels antichs faedors qui tractaren e·l faeren e l’ordonaren segons les istòries et los feits dels reys, sí que aquell qui aquesta obra fa no y met res del seu, mas aplega de diverses volums dels antichs faedors açò qu·él met en aquesta present obra. Et de part d’éls diu ço que ell diu, et la veu sua és lo dit dels dits doctorsa. Bien sachent donques tuit qu’il n’i a rien du sien ajousté, ains est touz des anciens aucteurs qui traiterent et compilerent les hystoires selonc les fais des roys, si que cil qui ceste euvre fait n’i met rien de soi, mais conqueut et atrait [d]esb divers volumes as anciens aucteurs ce qu’il met en ceste presente euvre. Et de par eulz dit ce que il dit, et sa vois est leurs meismes languesc. Bien sachent que il n’i a riens dou sien ajousté, ainz est tout des anciens actors qui tretierent et compilerent les hystoires selonc les faiz des rois, et de par iaus dit il ce que il parole, et sa voiz est leur meisme langue […]d.
Lo començament d’aquesta istòria serà pres de l’alt linatge dels troians, d’on ella és devalada per successió de tempse. Le commencement de ceste hystoire sera prins a la haute lignie des Troiens, dont elle est descendue par succession de tempsf. Li commencemenz de ceste hystoire sera pris à la haute lignie des Troiens, dont ele est desendue par longue successiong.
a. Ferrer, Cabré, 2012, p. 662, l. 65-75.
b. Le ms. a « les ».
c. Ms. Londres (British Library [BL], Royal 16 G VI, fo 3va).
d. Les Grandes Chroniques de France, t. I, p. 3.
e. Ferrer, Cabré, 2012, p. 663, l. 94-97.
f. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI, fo 3va).
g. Les Grandes Chroniques de France, t. I, p. 4.
  • 14 À ce propos, voir infra, dans la transcription complète du texte catalan.
  • 15 Voir la comparaison synoptique consignée en annexe, p. 000.

10Ainsi que cela apparaît clairement, le traducteur catalan n’a pas ajouté ex ingenio suo l’incise « sí que aquell qui […] aquesta present obra » ; cette séquence correspond très précisément à ce qui se trouve dans le manuscrit de Londres, « si que cil qui […] ceste presente euvre ». Certes, la phrase suivante, dans la traduction catalane, s’écarte quelque peu du texte français en faisant référence au « dit dels dits doctors »14 ; toutefois, il est certain, au regard des parallélismes textuels qu’une comparaison synoptique permet de multiplier, que la traduction catalane des Grandes Chroniques de France a été établie à partir d’un manuscrit qui conservait cette œuvre historiographique dans la version textuelle de Jean de Normandie15.

Les manuscrits de la version de Jean de Normandie

  • 16 Guenée, 1987.

11Que sait-on des exemplaires conservés de cette version ? Ils ne sont à la vérité pas très nombreux, et il est intéressant de noter qu’ils sont, pour une fraction significative d’entre eux, relativement précoces dans la tradition manuscrite des Grandes Chroniques. Cet ouvrage, ainsi que cela avait déjà été mis en évidence par Bernard Guenée, n’a pas connu de grande diffusion avant la fin du xive siècle16 ; aussi, la fréquence relativement importante de la version de Jean de Normandie dans les témoins les plus anciens permet d’expliquer plus aisément l’entrée d’une copie de cette version dans la collection du roi d’Aragon à la fin des années 1330.

  • 17 Concernant le long processus d’élaboration, à l’abbaye de Saint-Denis, d’un corpus d’historiae lat (...)

12Le Roman des rois dans la version de Jean de Normandie se caractérise en général par une fidélité plus grande aux originaux latins rassemblés, compilés ou composés à Saint-Denis depuis l’époque de Suger17. Les variantes significatives qui distinguent cette version du Roman des rois du texte édité par Jules Viard témoignent ainsi d’un effort consenti dans un but précis : rendre plus exactement l’esprit et la lettre du manuscrit lat. 5925 de la Bibliothèque nationale, codex copié au milieu du xiiie siècle à l’abbaye de Saint-Denis que Primat s’employa à mettre en roman quelques années plus tard. Il est malaisé de déterminer à quelle date précisément et dans quelles circonstances cette version du Roman des rois a été mise au point ; elle est de toute façon antérieure à 1339, puisque à cette date Ramon Boïl en possédait une copie qu’il vendit à Pierre IV d’Aragon.

  • 18 Ms. Paris (Bibliothèque nationale de France [BnF], fr. 4955) – Aix-en-Provence (Bibliothèque munic (...)

13Les témoins du Roman des rois dans la version de Jean de Normandie forment une famille de manuscrits dans lesquels cette œuvre est associée à des continuations diverses ; plusieurs d’entre eux transmettent des états du texte que ne peut avoir utilisés le traducteur catalan. Ainsi, trois exemplaires des Grandes Chroniques produits au xve siècle, tous en deux volumes, doivent être d’emblée écartés18. À la suite du Roman des rois dans la version de Jean de Normandie, ils conservent en effet une chronique des rois de France très abrégée, retraçant en quelques feuillets l’histoire des souverains depuis Louis VIII jusqu’à Charles V. Cet ensemble textuel est nécessairement postérieur à 1380, date du dernier événement relaté.

  • 19 Van den Gheyn, Bacha, Wagemans, 1919, pp. 132-133, no 6936.

14Le manuscrit 14561-14564 de la Bibliothèque royale de Belgique, dont la copie remonte au début du xive siècle, conserve une fraction seulement du Roman des rois dans la version de Jean de Normandie : l’histoire des rois de France s’interrompt en effet au récit du règne de Charles le Chauve. L’ouvrage de Primat, précédé dans ce volume de la lettre apocryphe d’Aristote à Alexandre, est suivi par des extraits tirés d’autres textes, notamment des Récits d’un ménestrel de Reims19. Semblable assemblage d’œuvres différentes ne correspond pas à la description donnée par Pierre IV de son manuscrit dans sa lettre de 1361.

  • 20 Delisle, 1907, p. 316 se trompe lorsqu’il affirme que « [l]e texte du manuscrit [lui] a paru être (...)

15La version de Jean de Normandie du Roman des rois est encore conservée par le manuscrit nouv. acq. fr. 28876 de la Bibliothèque nationale, un codex sans doute produit pour le bibliophile Jean de Berry, dont les emblèmes héraldiques sont peints dans le volume20. Ce manuscrit ne contient que le Roman des rois et la biographie de Louis VIII, mais une réclame au bas du dernier feuillet, appelant le début de l’histoire de Louis IX, témoigne de ce que la suite a été perdue — qu’elle ait été consignée sur quelques feuillets seulement ou qu’un deuxième volume à proprement parler, dont on ignore le contenu exact, ait entièrement disparu. Par conséquent, il est malaisé de dater la composition de l’ensemble textuel que conservait à l’origine le manuscrit nouv. acq. fr. 28876.

  • 21 J'ai consacré à l'étude de ce texte encore inconnu du catalogue de la production historiographique (...)

16Une fois tous ces volumes écartés, subsistent trois manuscrits qui conservent le Roman des rois dans la version de Jean de Normandie : Cambrai, BM, 682 ; Londres, BL, Royal 16 G VI ; et Reims, BM, 1469. Le manuscrit de Londres, ainsi que l’on a déjà eu l’occasion de le signaler, a été produit dans les années 1330 ou 1340 pour Jean de Normandie, et le Roman des rois y est continué par une histoire de Louis VIII et une biographie de Louis IX. Sans doute produit dans la deuxième moitié du règne de Charles VI, l’exemplaire de Reims se révèle être une copie du manuscrit de Londres. L’histoire des rois de France y a néanmoins été poursuivie au-delà des événements de 1270 par l’adjonction d’une biographie de Philippe III unique, qui peut-être n’existait pas avant la production de ce manuscrit au début du xve siècle21. À ce titre, le manuscrit de Reims ne doit pas être assimilé au volume que possédait Pierre IV d’Aragon au milieu du xive siècle, et qui fut employé pour traduire les Grandes Chroniques vers le catalan.

17Le volume le plus intéressant pour le propos de cet article est assurément celui de Cambrai. Ce manuscrit de la première moitié du xive siècle contient en effet le Roman des rois dans la version de Jean de Normandie, ouvrage auquel succèdent les biographies de Louis VIII, Louis IX et Philippe III. Son contenu correspond donc exactement à la description que donne Pierre IV de son manuscrit en 1361 ; il a été produit à l’époque où Ramon Boïl sans doute se procura l’exemplaire qu’il revendit en 1339 au roi d’Aragon ; et il présente les mêmes leçons particulières de la version de Jean de Normandie que la traduction catalane. En conséquence, le manuscrit 682 de la bibliothèque municipale de Cambrai constitue sans doute le témoin conservé le plus proche du manuscrit qui ornait la bibliothèque du roi Pierre d’Aragon.

La matière historiographique passée dans la traduction catalane des Grandes Chroniques

  • 22 Ferrer, Cabré, 2012, p. 660.

18Identifier la famille textuelle à laquelle appartient le manuscrit à l’origine de la traduction des Grandes Chroniques de France en catalan permet de préciser le contenu exact de cette traduction aujourd’hui perdue, et du manuscrit que le roi Pierre IV voulait remplacer en 1361 ; ainsi que l’ont noté Montserrat Ferrer et Lluís Cabré, en effet, comprendre à quels textes le roi d’Aragon avait accès permet de se faire une idée plus juste du matériau historiographique dont il disposait au moment où la Crònica general était en train d’être élaborée dans son entourage22.

19Composé dans le troisième quart du xiiie siècle, le Roman des rois du moine Primat s’interrompt au récit des événements de l’année 1223, soit au moment où meurt le roi Philippe Auguste. Les biographies de Louis VIII, Louis IX et Philippe III, qui figuraient dans l’exemplaire de Pierre d’Aragon, et qui sans doute furent traduites en catalan, sont ainsi des continuations. Le manuscrit 682 de la bibliothèque municipale de Cambrai conserve bien, au-delà de la version particulière du Roman des rois dont les leçons particulières se retrouvent dans le prologue catalan, trois biographies royales spécifiques.

  • 23 Les Grandes Chroniques de France, t. VII, pp. 1-24.

20Deux versions de la biographie de Louis VIII existent dans les plus anciens manuscrits conservant des continuations du Roman des rois, qui datent des premières décennies du xive siècle. Les codices appartenant à la famille du manuscrit de Cambrai transmettent la vie du père de Louis IX dans la version qui fut la plus largement diffusée par la suite, lorsque les Grandes Chroniques rencontrèrent un succès important ; à ce titre, c’est elle qui a été publiée lors des trois campagnes d’édition des Grandes Chroniques conduites depuis le xviiie siècle, depuis celle des mauristes jusqu’à l’entreprise de Jules Viard dans l’entre-deux-guerres23.

  • 24 Voir Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XVII, pp. 302-311.

21L’autre version de la biographie de Louis VIII, sans doute composée à partir du même original latin rédigé à Saint-Denis à la fin du xiiie siècle24, se rencontre notamment dans les manuscrits Castres, BM, 3, et Paris, BnF, fr. 2615 : elle se distingue par une plus grande prolixité. Il y a tout lieu de penser, dès lors, que les Grandes Chroniques catalanes contenaient une traduction de la version définitive, plus concise, de la biographie de Louis VIII. Elles auraient correspondu, de ce point de vue, à la masse des exemplaires français qui furent produits à partir de la fin du xive siècle, parmi lesquels on ne rencontre guère la version plus prolixe.

  • 25 Jones, 2007, pp. 64-66.
  • 26 À propos du remploi par Joinville de cette Vie de saint Louis, voir Boutet, 2017, pp. 238-255.
  • 27 Voir l’édition de cet état traductif : Les Grandes Chroniques de France, t. X, pp. 2-188.
  • 28 Les Grandes Chroniques de France, t. VII, pp. 25-282.

22Ensuite, les Grandes Chroniques catalanes transmettaient, afin de poursuivre le récit au-delà de l’année 1226, une biographie de Louis IX. Trois états traductifs différents de la Vita sancti Ludovici de Guillaume de Nangis se rencontrent dans les exemplaires des Grandes Chroniques de France produits dans les premières décennies du xive siècle25. Les manuscrits 3 de Castres et fr. 2615 de la Bibliothèque nationale, évoqués il y a un instant, en conservent un, qui a en outre été utilisé par Joinville dans sa Vie de saint Louis26 ; les manuscrits de Cambrai et de Londres en transmettent un second27 ; enfin, la vie de Louis IX telle que la conserve le manuscrit 782 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève est celle que privilégièrent les exemplaires produits ultérieurement ; moyennant quoi, elle fut plébiscitée par les éditeurs modernes des Grandes Chroniques de France28.

23La biographie de Louis IX telle qu’elle apparaît dans les manuscrits de Cambrai et de Londres, et conséquemment telle qu’elle aurait été traduite en catalan, est assurément la version française respectant le plus fidèlement la Vita sancti Ludovici latine de Guillaume de Nangis. De ce fait, un texte très marqué par son origine sandionysienne est passé en catalan, et l’on peut regretter de ne savoir quel sort le traducteur réserva à ces éléments de piété typiques de la royauté capétienne et de l’historiographie produite à Saint-Denis. On doit noter, d’ailleurs, que cet état traductif de la Vita sancti Ludovici se démarque des autres par le peu d’attention accordée à certains événements ou personnages extérieurs à l’histoire du royaume de France proprement dite, à l’instar de la conquête de Majorque par le roi Jacques Ier d’Aragon ou l’action de sainte Élisabeth de Hongrie.

  • 29 Ibid., t. VIII, pp. 1-122.

24Enfin, il convient de se demander quelle biographie de Philippe III possédait le roi Pierre IV d’Aragon, et serait conséquemment passée en catalan. Dans le manuscrit de Cambrai, l’histoire de Philippe III est une adaptation assez libre de la Vita Philippi regis de Guillaume de Nangis, certains épisodes ayant été ajoutés à partir d’autres sources. À l’exception du manuscrit de Reims, postérieur à la traduction et déjà évoqué plus haut, la tradition des Grandes Chroniques ne conserve qu’une seule version de cette biographie. Il s’agit donc de celle qui fut copiée à de nombreuses reprises lors de l’essor du succès des Grandes Chroniques à partir de la fin du xive siècle, et transcrite par les différents éditeurs modernes29.

  • 30 Guyot-Bachy, Moeglin, 2005, p. 394 ; Guyot-Bachy, 2003 ; Les Grandes Chroniques de France, t. VIII (...)

25La biographie de Philippe III telle qu’elle existe dans le manuscrit de Cambrai se distingue cependant sur un point : l’ultime paragraphe de ce texte tel que le conservent les autres témoins des Grandes Chroniques manque, qui décrit l’agencement de la tombe du roi. Cette description, précisément, ne se retrouve pas dans l’original latin de Guillaume de Nangis ; il s’agit d’une addition faite à partir d’une continuation de la Chronique française du même Guillaume. En effet, la tombe de Philippe III à Saint-Denis fut élevée dans les années 1308-1310, et ne peut donc avoir été enregistrée avant cette date30. La mise au point du texte transmis par le manuscrit de Cambrai est-elle antérieure, ou le copiste a-t-il simplement choisi de ne pas recopier ce dernier paragraphe ? Il n’est pas possible de répondre assurément à cette question dans l’état actuel de la recherche ; aussi, l’explicit précis des Grandes Chroniques catalanes ne peut faire l’objet d’aucune déduction logique : on ne sait s’il s’agissait de la querelle entre Philippe IV et les moines de Saint-Denis à propos de la multiplication et la dispersion des sépultures royales à travers l’Île-de-France, ou de la description de la tombe de corps de Philippe le Hardi suivie d’un récapitulatif généalogique.

 

26En tout état de cause, il est certain que les Grandes Chroniques de Pierre IV, si elles servirent effectivement d’original à la traduction catalane qui fut donnée de cette œuvre au milieu du xive siècle et dont il ne subsiste que le fragment de Barcelone, ne s’apparentaient pas au texte aujourd’hui conservé par le manuscrit nouv. acq. fr. 10043 de la Bibliothèque nationale de France. C’est vers les quelques exemplaires conservant le Roman des rois dans la version de Jean de Normandie qu’il convient désormais de se tourner ; parmi eux, le manuscrit 682 de la bibliothèque municipale de Cambrai est assurément l’un des codices qui s’apparentent le plus étroitement à l’exemplaire royal perdu que mit à profit le traducteur catalan.

27Cette histoire des rois de France, dans une version particulièrement fidèle au canon historiographique latin mis au point à Saint-Denis, avait trouvé au milieu du xive siècle des lecteurs à la cour d’Aragon. Les moyens que Pierre IV mit en œuvre pour remplacer son exemplaire perdu témoignent de ce que le roi lui-même s’était pris d’intérêt pour les Grandes Chroniques. Le souvenir des conflits entre rois d’Aragon et rois de France qui marquèrent la fin du xiiie siècle, tant par-delà les Pyrénées qu’en mer Tyrrhénienne, et dans lesquels la papauté fut impliquée, est peut-être à l’origine de cette appétence personnelle du roi d’Aragon en matière d’histoire du royaume de France. Quoi qu’il en soit, le goût pour un ouvrage historiographique relativement long, retraçant sans ellipses ni raccourcis, depuis ses origines troyennes jusqu’à ses derniers développements, l’histoire du lignage aux fleurs de lys, n’était peut-être pas partagé très au-delà de la cour de Pierre IV ; en tout cas, la traduction catalane des Grandes Chroniques ne rencontra guère de succès. Ce n’est qu’à la faveur d’une reconstitution du corpus textuel dont est issu l’unique fragment survivant de cet ouvrage qu’il est possible de déterminer quelle matière historiographique exactement fut un temps disponible, à défaut d’avoir été véritablement diffusée, pour quelques lecteurs catalanophones désireux de se familiariser avec l’histoire ancienne et récente d’un royaume voisin.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, éd. d’Antoni Rubió y Lluch, Barcelone, Institut d’estudis catalans, 1908, t. I.

Les Grandes Chroniques de France, éd. de Jules Viard, Paris, Société de l’histoire de France, 1920-1953, t. I-X.

Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, Imprimerie royale [puis impériale], 1818 et 1855, t. XVII et XXI.

Bibliographie

Bourgain, Pascale (1999), « La protohistoire des Chroniques latines de Saint-Denis (BNF, lat. 5925) », dans Françoise Autrand, Claude Gauvard et Jean-Marie Moeglin (éd.), Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale » (59), pp. 375-394

Boutet, Dominique (2017), Poétiques médiévales de l’entre-deux, ou Le désir d’ambiguïté, Paris, Honoré Champion, coll. « Essais sur le Moyen Âge » (64).

Brix, Antoine (inédite), Itinéraires et séjours des rois d’encre. Histoire médiévale de la fortune littéraire des Grandes Chroniques de France. xiiie-xvie siècles, thèse de doctorat soutenue en 2018 à l’Université catholique de Louvain.

Delisle, Léopold (1907), Recherches sur la librairie de Charles V, Paris, H. Champion, t. I.

Ferrer, Montserrat, Cabré, Lluís (2012), « La traducció catalana (c. 1351) de les Grandes Chroniques de France », Anuario de estudios medievales, 42 (2), pp. 653-668.

Guenée, Bernard (1987), « Histoire d’un succès », dans François Avril, Marie-Thérèse Gousset et Bernard Guenée (éd.), Les Grandes Chroniques de France. Reproduction intégrale en fac-similé des miniatures de Fouquet. Manuscrit français 6465 de la Bibliothèque nationale de Paris, [Paris], P. Lebaud, pp. 81-138.

Guenée, Bernard (2016), Comment on écrit l’histoire au xiiie siècle. Primat et le Roman des roys, Jean-Marie Moeglin (éd.), Paris, CNRS.

Guyot-Bachy, Isabelle (2003), « La Chronique abrégée des rois de France de Guillaume de Nangis. Trois étapes de l’histoire d’un texte », dans Sophie Cassagnes-Brouquet, Amaury Chauou et Lionel Rousselot (éd.), Religions et mentalités au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », pp. 39-46.

Guyot-Bachy, Isabelle, Moeglin, Jean-Marie (2005), « Comment ont été continuées les Grandes Chroniques de France dans la première moitié du xive siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 163 (2), pp. 385-433.

Jones, Chris (2007), Eclipse of Empire? Perceptions of the Western Empire and its Rulers in Late-Medieval France, Turnhout, Brepols, coll. « Cursor Mundi » (1).

Omont, Henri (1901), « Catalogue des manuscrits Ashburnham-Barrois récemment acquis par la Bibliothèque nationale », Bibliothèque de l’École des chartes, 62, pp. 555-610.

Spiegel, Gabrielle M. (1978), The Chronicle Tradition of Saint-Denis. A Survey, Brookline – Leyden, Classical Folia Editions, coll. « Medieval Classics. Texts and Studies » (10).

Van den Gheyn, Joseph, Bacha, Eugène, Wagemans, Émile (1919), Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque royale de Belgique, Renaix, J. Leherte Courtin, t. X.

Wailly, Natalis de (1847), « Examen de quelques questions relatives à l’origine des Chroniques de Saint-Denys », Mémoires de l’Institut royal de France, 17 (1), pp. 379-407.

Haut de page

Annexe

On a choisi de confronter ici le texte catalan, repris à l’article de Montserrat Ferrer et Lluís Cabré, aux Grandes Chroniques telles qu’elles apparaissent dans le manuscrit 682 de la bibliothèque municipale de Cambrai. Le texte du prologue dans le témoin cambrésien contient un certain nombre de fautes, particulièrement à la fin. Le prologue du manuscrit de Cambrai a donc été corrigé à l’aide du manuscrit Royal 16 G VI de la British Library. Celui-ci ne peut, directement ou indirectement, par le truchement de ses copies, avoir servi le traducteur : à différents endroits, le scribe de Londres a omis plusieurs mots qui apparaissent bien dans les Grandes Chroniques catalanes.

L’usage des italiques, tant dans le texte catalan que dans le texte français, met en évidence des passages sensiblement différents du texte français édité successivement par Paulin Paris et Jules Viard, et communs au fragment de Barcelone et à la version de Jean de Normandie. On a en outre relevé, dans le texte catalan, certaines leçons fautives dont on peut retrouver le pendant dans le texte du manuscrit de Cambrai, ainsi que de rares éléments originaux qui semblent spécifiques à la traduction.

 

Texte catalan Ms. Cambrai, BM, 682
Aquel qui aquesta obra comença, a tots cells qui aquesta istòria legiran, saluts en Nostre Senyor. Per ço con moltes gens duptaven de la generacióa del rey de Ffrança et de qual linyatge ells són venguts, començà a ffer aquesta obra per manament de tal hom qui no·s poch ne·s dech rebuyar. Mas per ço com sa sciència et la simplea de son enguiny no basta a tractar tan alta obra com és aquesta istòria, per ço prega al començament a tots aquells qui aquest libre legiran que açò qu·éls hi trobaran de deffaliment qu·éls o soffiren cortesament e no [vullen] vilanament rependre, car, així com ell ha damunt dit, lo deffaliment de la sciència et de la parleria que en ell és et la simplea de son enguiny lo deuen escusar per rahó. Cil qui ceste euvre comance, a touz ceus qui ceste estoire liront, saluz en Nostre Seigneur. Por ce que plusors genz dotoient de la genealogie des rois de France et de quel original et de quel lignie il sont descendu, emprist il ceste euvre a fere par le comandement de tel home qu’il ne pot ne ne dut refuser. Més por ce que sa lestreure et la simplece de son engin ne soufist pas a trestier d’euvre de si haute estoire, il proie au comencement a touz ceus qui ce livre liront que ce que il i trouveront a blasmer, que il le seuffrent courtoisement sanz vilenement reprendre, car, si com il a devant dit, li defaut de lettreure et de loqance qui en lui sont et la simplece de son engin le deivent escuser par resonb.
E axí sàpien tuit que ell tractarà al pus breument que porà, car longa paraula e confusa plau poch a aquells qui la hoen, mas la breu paraula tost dita plau als entenents. Per què aquesta istòria serà scrita segons la letra et la ordonança de les Canòniquesc de la abadia de monsènyer sant Danís de Ffrança, on les istòries et tots los feits dels reys de Ffrança són scrits. Car d’alí deu hom pendre et transladar de l’original de les istòries. E si él pot trobar en les canònices d’altres esglésies cosa qui ffaça al tractar, él porà bé ajustar segons la pura veritat de la letra, et menys de res tolre si no és cosa qui faça confusió, et menys de res ajustar si ja no són alguns accidents. E per ço que nigun no·l tingue a munçonger de ço qu·él dirà, prega a tots aquells qui aquesta istòria legiran qu·éls guarden en les Canònices de monsènyer sant Danís, et allà podran provar per la letra si diu veritat o monçonega. Si sachent tuit que il tretera au plus brement qu’il porra, car longue parole et confuse plaist petit a çaus qui l’[es]coutentd. Més la brief parole et apertement dite plaist aus entandanz. Si sera ceste estoire descrite selonc la lettre et l’ordenance des croniques ete de l’abbaye de monseignor saint Denis en France, ou les estoires e les faiz de touz les rois de France sont escrit. Qar la doit l’en prandre et puiser l’original de l’estoire. Et se il peut trover es croniques d’autres eglises chose qui vaile a la besoigne, il li pourra bien adjouter selonc la pure verité de la lettre, sanz riens oster, se ce n’est chose qui face confusion, et sanz riens ajouter d’autre matire, se ce ne sont aucunes incidences. Et por ce que l’en ne le tiengne a mençoingier de ce que il dira, il proie a touz ceus qui ceste estoire liront que il regardent es croniques de monseigneur saint Denis. La porra l’en esprover par la lestre se il dit voir ou mençoinge.
Per què cascú pot saber que aquesta obra és profitosa a fer conèxer a les bones gens la gesta dels reys de Ffrança e per mostrar a tots d’on ve l’altea del món, car açò és eximpli de fer bona vida als reys et als prínceps qui han terra a governar. Car diu un gran doctor que aytal istòria és memòria de vidaf. E, donchs, porà cascun trobar bé et mal, bell et leix, sen et folia, et fer de son pro per los eximplis de la istòria. Et de totes les altres coses que y ligiran en aquest libre, emperò si totes no aprofitaven, totes vegades la pus gran partida se’n porà retenir e·s porà ajudar d’ella. Si peuvent chascun bien savoirg que ceste euvre est profitable [a faire congnoistre]h aus vaillanz genz la geste des rois de France, et por monstrer a touz don[t]i vient la hautece du monde, qar ce est essamples de bone vie mener, mesmement au rois et a princes qui ont terres a governer. Qar uns vaillant mestres dit que tele estoire est miroir de vie. Ci pourra donques chascuns trover bien et mal, bel et let, sans et folie, et fere son preu de tout par les essamples de l’estoire. Et de toutes ces choses que l’en lira en ce livre, se eles ne profitoient toutes, toutevoies la plus grant partie en puet edier.
Bé sàpien donchs tuit que no y ha res ajustat del seu, ans és tot dels antichs faedors qui tractaren e·l faeren e l’ordonaren segons les istòries et los feits dels reys, sí que aquell qui aquesta obra fa no y met res del seu, mas aplega de diverses volums dels antichs faedors açò qu·él met en aquesta present obra. Et de part d’éls diu ço que ell diu, et la veu sua és lo dit dels dits doctorsj. Per ço prega aquell qui aquesta obra fa a tots cells qui aquest libre ligiran qu·éls no·l tinguen presumptuós de ço que ha aquesta obra empresa, per ço com ell és de fort petit affer. Bien sachent donques tuit qu’il n’i a rien du sien ajouté, ainz est touz des anciens aucteurs qui treterent et compilerent les estoires selonc les fez des rois, si que cil qu[i]k ceste euvre fet n’i met rien de soi, més conqueut et atrait desl divers volumes aus ancians aucteurs ce qu’il met en ceste presente euvre. Et de par eus dit ce que il dit, et sa voiz est lors mesmes langues. Por ce, prie cil qui fet ceste euvre a touz ceus qui ce livre liront que il ne le tiengnent am presencieus de ce que il a ceste euvre enprise, por ce que il est de trop petit afere.
E per ço com tres generacions són estades dels reys de Ffrança aprés qu·éls començaren a ésser, serà tota aquesta istòria departida en iii libres principals. El primer libre parlarà de la generació Merovea; el segon, de la generacion Pepín; e el terç, de la generació Uch Chapetn. E axí serà cascun libre departit en diverses libres segons lurs vides e los feits de diversos reys. E seran ordonats los libres per capítols per pus planament entendre la matèria e sens confusió. Lo començament d’aquesta istòria serà pres de l’alt linatge dels troians, d’on ella és devalada per successió de temps. Et por ce que trois generacions ont esté des rois de France puis que il comencerent a estre, sera toute ceste estoire devisee en trois livres principaux. Ou primer livre pallera de la genealogie Merovés ; eto ou secont de la generacion Pepin ; et ou tiers de la generacion Hue Chapet. Si sera chescuns livres divisiéz en divers livres selonc les vies et les fez des divers rois. Et seront ordené li livre par chapitres por plus pleinement entandre la matire et sanz confusion. Li comencement de ceste estoire sera pris a la haute ligniee des Troiens, don[t]p ele est descendue par succession de temps.
  Ci comencent li chapitre du premier livreq.
[C]erta cosa és que los reys de Ffrança, per los quals lo regne és gloriós e nomenat, devalaren del noble linatge de Troya. Glorioses foren en victòrias, nobles en nomenada, et en la fe christiana ferms et devots. Jatsia açò que aquella nació sia fort fera e cruel contra sos enamichs, segons que·l nom o signiffique, sí és ella misericordiosa et de bon ayre vers sos sotsmeses et vers aquells que ella sotsmet per batalla, perquè ells antigament no·s combatien tant per créxer son regne et sa senyoria, com faïen per haver glòria de victòria. Certainne chose est que li rois de France, par lesquiex li riaumes est glorieus et renoméz, descendirent de la noble lignie de Troie. Glorieus furent en victores, noble en renomee, en la foi crestiene fervent et devost. Et jasoit ce que cele nacion soit fort et fiere et cr[u]euser contre ses enemis, selonc ce que li nons le signifies, si est ele misericors et debonere vers ses sougiéz et vers ceus que ele somet par bataille, qar il ne se combatoient pas ancienement tant por acroitre leur reaume et leur seignorie com il fesoi[e]ntt por aquerre la gloire de vitoire.
Et açò no fo sens rahó Ffrança nomenada senyora sobre totes altres nacions, car ella no soffrí longament la servitut de les ídoles ne dels menyscreens, depuys que ella hoý la santa preïcació de veritat, mas tant tost obeý a son creador can ella hoý sos missatgers, e a Déu offerí et sacrifficà les primícies; et en lo començament de son regne ab gran amor et ab gran devoció demanà la fe christiana, et desiyava més lo multiplicament de la fe que no faïa lo creximent de la senyoria terenal. Car despuys que ella obeý a son Creador, li ha donat Nostre Senyor una prerogativa, et ha un aventatge sobre totes altres terres et nacions: que null temps despuys que ella fo convertida et començà a servir a son Creador, no fo [hora] que la fe no fos pus fermament e més dretament tenguda que en niguna altra terra, et per ella és multiplicada e sostenguda et defesa santa Esgleya. Si ne fu pas sanz reson France dame renomee seur autres nacions, qar ele ne soufri pas longuement le servitute des ydoles ne de mescreant[i]seu, puis qu’ele oï la sainte predicacion de verité, més tost obeï a son creator quant ele oï ses messages, et a Deu offri et sacrifia les premices et le comencementv de son regne. En si grant amour et en si grant devocion reçuist la foi crestiene quew ele disirroit plus le montepliment de la foi que ele ne faisoit l’acroissement de la segnorie terrianne. Car puis cele eure qu’ele obeï a son Sauveur, li a Nostre Sires doné une prerogativex et i avantage seur toutes autres terres et nacionsy : que onques puis que ele fu convertie et ele comança a servir a son creatour, ne fu que la foi n’iz fust plus fermement et plus droitement tenue que en nule autre terre. Par li est monteploié etaa soutenue et deffendueab sainte Eglise.
E si niguna altra nació fa a santa Esgleya mal o greuye, en Ffrança ne ve fer son complangiment, et en Ffrança ha son reffugi et son socors, e de Ffrança ve la espada et la lança per què sancta Esgleya és venyada. E Ffrança, com leal filla, socorac sa mare en tota necessitat; és tot dia aparelada a ella ajudar. Et se nule autre nacion fai[t]ad a sainte Eglise forfet ou grief, en France en vient fere sa complainte, en France vient a refuige et a secoursae, de France vient [l’es]peeaf et li glaives par quoi sainte Eglise est venchiee. Et France, come loiaus fille, se[court]ag sa mere en touz besoinz ; si a touz jorz la sele mise por li eider et secourre.
E donchs, si la fe és pus fermament e pus dretament tenguda, no és sens rahó. Se la foi i est donques plus fermement et plus droitement tenue, ce n’est pas sanz resons.
La primera és que sant Denís, lo gloriós màrtir et apòstol de Ffrança, per lo qual ministeri et preïcació ella fo primerament convertida, la sosté et la empara com sa pròpria partida, per la introducció del qual li fo liurada. La primere si est que misires saint Denis le glorieus martirs et apostres de France par cui mistere et predicacion ele fu primierement convertie, la soutient et garanti[st]ah come [s]aai propre partie, qui por entreduire e[n]aj la [foi]ak li fu lievree.
La segona rahó és que la font de clericia, per qui sancta Esgleya és sostenguda et il·luminada, floreix a París. Axí com alguns ho volen dir, clericia et cavalleria són tot dia d’un acort que la u no pot sens l’altre, et tot dia són ensemps tengudes et encara, la mercè de Déu, no·s departexen. Car en iii regions han habitat ensemps en diversos temps. En Grècia regnaren primerament, car en la ciutat d’Atenes fou trobada philosofia e exida flor de cavalleriaal. De Grècia vengren depuix a Roma. E de Roma són vengudes en Ffrança. Déus per sa gràcia vulla que longament hi sien mantengudes a laor et glòria de son beneït nom, qui viu et regna per tots temps sens fi. Amén. La seconde reson peut estre qar la fonteneam de clergie par qui sainte Eglise est soutenue et enluminee florist a Paris, si com aucun veulent dire, clergie et chevalerie sont touz jourz si com d’un acort que li uns ne peut sanz l’autre, touz jourz se sont ensamble tenues et encores, Dieu merci, ne se departent eles mie. Car en tr[o]isan regions ont abité ensemble en divers tens. En Grece regnerent primierement, qar en la cité d’Athenes fu jadis li p[ui]sao de filosofie, et en [G]re[c]eap la fleur de la chevalerie. De Grece vindrent puis a Rome. De Rome sont venues en France. Diex par sa grace veille que longuement i soient maintenues a la loange et a la gloire de son benooit non, qui vit et regne par touz les sicles des siecles. Amen.
  […]aq
[Q]uatrecens e iiii anys ans que la ciutat de Roma fos fundada, regnava Príam en Troya la gran. E tramès Paris, fill primogènit seu, en Grècia per tolre Elena, la muller del rey Menalaus, per venjar-se d’une honta que·ls grechs li havian feta. Los grecs, qui forenar Quatre cenz et quatre anz avant que la cité de Rome fu fondee, regnoit Prianz en Troie la grant. Il envoia Paris, l’ainné de ses fiz, en Griece por ravir Elaineas, la fame au roi Menalax, por soi vencher d’une honte que li Griec li avoient jadis fete. Li Grezois, qui mout furent courroucié de ceste chose, se murent et vindrent assegier Troie.
a. Le traducteur rend « genealogie » par « generació » ; il fait de même plus loin, traduisant tout à la fois « genealogie » et « generacion » par « generació ».
b. Les mots « escuser par reson » manquent dans le ms. de Londres (BL, Royal 16 G VI).
c. Cette forme n’est pas une coquille : on retrouve ici, transposé en catalan, le mot latin employé dans la reconnaissance de dettes du roi Pierre IV à destination de son trésorier Ramon Boïl, à qui il avait acheté le liber canonicarum regum Francie sans doute employé par le traducteur. Il est à noter c’est à un correcteur que l’on doit cette séquence ; le copiste avait quant à lui écrit « la letra et la ordonança de la abadia de monsènyer sant Danís de Ffrança » (Cabré, Ferrer, 2012, p. 665). Le correcteur a ajouté en marge « de les Canòniques et », introduisant d’ailleurs ce « et » aberrant que l’on rencontre également dans le texte français du ms. de Cambrai.
d. Ms. Cambrai (BM, 682) : « acoutent » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « escoutent ».
e. Ce « et » est aberrant ; il n’apparaît pas dans le ms. de Londres (BL, Royal 16 G VI).
f. Rendre « miroir de vie » par « memòria de vida » ne résulte peut-être pas de la volonté du traducteur, qui s’emploie par ailleurs à produire un véritable calque du modèle français. Soit, ainsi que le supposent Ferrer, Cabré, 2012, p. 662, n. 32, le modèle français avait mémoire, soit une erreur de lecture s’est glissée dans la tradition au moment de la traduction même ou au cours de la transmission du texte catalan, dont on ignore tout.
g. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « Si puet bien chascun savoir »
h. Ms. Cambrai (BM, 682) : « a fere por fere cognuistre » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « a faire congnoistre ».
i. Ms. Cambrai (BM, 682) : « donr » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « dont ».
j. Il n’est pas impossible que le traducteur ait cherché ici à clarifier le sens de la phrase ; l’accumulation des pronoms personnels et des adjectifs possessifs renvoyant à des antécédents relativement éloignés ne favorise pas l’intelligence de la phrase française correspondante.
k. Ms. Cambrai (BM, 682) : « que » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « qui ».
l. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « les ».
m. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « pour ».
n. Voir supra l’usage du mot « generació » dans le premier paragraphe du prologue catalan.
o. Ce mot est absent du ms. de Londres (BL, 16 G VI).
p. Ms. Cambrai (BM, 682) : « donc » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « dont ».
q. L’insertion de cette rubrique résulte d’une erreur : sans doute le rubricateur disposait-il d’une liste des rubriques à insérer qui lui indiquait que la première réserve rencontrée dans le texte devait accueillir ces mots. Ceux-ci sont en réalité destinés à la réserve suivante, qui est en tête de la table des chapitres du livre Ier. Ici, à cet endroit du prologue, la réserve devait permettre de signaler, à l’instar de ce que l’on rencontre dans certains manuscrits des Grandes Chroniques, le début du prologue de l’« auteur », à différencier du prologue précédent, dit « du traducteur ».
r. Ms. Cambrai (BM, 682) : « crieuse » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « forte et crueuse et fiere ».
s. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « li nous senefie ».
t. Ms. Cambrai (BM, 682) : « fesoint » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « faisoient ».
u. Ms. Cambrai (BM, 682) : « mescreantse » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « mescreantise ».
v. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « commandement ».
w. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « quant ».
x. Les Grandes Chroniques de France, t. I, p. 5 : « li a Nostre Sires doné par sa grace une prerogative ».
y. Ibid., t. I, p. 5 : « seur toutes autres terres et seur toutes autres nations ».
z. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « ne ».
aa. Ce « et » ne figure pas dans le ms. de Londres (BL, Royal 16 G VI).
ab. Les Grandes Chroniques de France, t. I, p. 5 : « par lie est moutepliée, par lie est soustenue, par lie est deffendue ».
ac. Ce mot a fait l’objet d’une correction difficilement déchiffrable dans le fragment de Barcelone (Cabré, Ferrer, 2012, p. 665). Le copiste avait originellement écrit segons, ce qui constitue un calque de la leçon aberrante du ms. de Cambrai.
ad. Ms. Cambrai (BM, 682) : « faire » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « fait ».
ae. Plutôt que « en France en vient fere sa complainte, en France vient a refuige et a secours », le ms. de Londres (BL, Royal 16 G VI) porte : « en France en vient l’en especiaument faire sa complainte et a refui et a secours ».
af. Ms. Cambrai (BM, 682) : « la pee » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « l’espee ».
ag. Ms. Cambrai (BM, 682) : « selonc » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « secourt ».
ah. Ms. Cambrai (BM, 682) : « garantitist » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « garantist ».
ai. Ms. Cambrai (BM, 682) : « la » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « sa ».
aj. Ms. Cambrai (BM, 682) : « est » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « en ».
ak. Ms. Cambrai (BM, 682) : « sus » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « foi ».
al. Un écart sensible existe entre cette phrase et la phrase française équivalente, dans laquelle ne figurent pas les verbes précis du texte catalan ; l’impression qui en résulte est celle d’une certaine familiarité du traducteur avec le motif de la translatio studii et imperii.
am. Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « La seconde raison puet estre tele : quant la fontaine ».
an. Ms. Cambrai (BM, 682) : « trais » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « troiz ».
ao. Ms. Cambrai (BM, 682) : « plus » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « puis ».
ap. Ms. Cambrai (BM, 682) : « trete » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « Grece ».
aq. Le ms. de Cambrai (BM, 682) place ici une table des chapitres du premier livre du Roman des rois.
ar. Le fragment de Barcelone se termine ici.
as. Les Grandes Chroniques de France, t. I, pp. 9-10 : « pour ravir la royne Hélène ».
Haut de page

Notes

1 Ferrer, Cabré, 2012.

2 À propos du Roman des rois de Primat, voir Guenée, 2016. Voir aussi l’édition : Les Grandes Chroniques de France, t. I-VI.

3 Documents par l’historia de la cultura catalana, pp. 196-197, n. 1.

4 Pour un aperçu du succès des Grandes Chroniques, on peut se reporter à Guenée, 1987, ainsi qu’à la thèse de doctorat soutenue en 2018 par l’auteur de ces lignes : Brix, inédite.

5 Ferrer, Cabré, 2012, pp. 659-660.

6 Documents per l’historia de la cultura catalana, p. 117, no CI.

7 Guyot-Bachy, Moeglin, 2005.

8 Documents per l’historia de la cultura catalana, p. 198, no CC.

9 Omont, 1901, pp. 609-610.

10 L’indication de Ferrer, Cabré, 2012 est d’autant plus surprenante que les deux auteurs de l’article de 2012 appuyent largement leurs recherches sur les travaux de Spiegel, 1978, laquelle signale explicitement que le ms. nouv. acq. fr. 10043 n’est pas un exemplaire des Grandes Chroniques de France.

11 Voir l’édition : Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XXI, pp. 80-102.

12 Voir l’édition de ce prologue : Wailly, 1847, pp. 405-407.

13 Il s’agit d’une appellation purement conventionnelle. Rien n’indique que cette version des Grandes Chroniques a été réalisée spécialement pour Jean de Normandie ; bien plus, certains des exemplaires conservant la « version de Jean de Normandie » sont probablement antérieurs au codex produit pour ce prince.

14 À ce propos, voir infra, dans la transcription complète du texte catalan.

15 Voir la comparaison synoptique consignée en annexe, p. 000.

16 Guenée, 1987.

17 Concernant le long processus d’élaboration, à l’abbaye de Saint-Denis, d’un corpus d’historiae latines des rois de France, voir Bourgain, 1999.

18 Ms. Paris (Bibliothèque nationale de France [BnF], fr. 4955) – Aix-en-Provence (Bibliothèque municipale [BM], 426) ; ms. Paris (BnF, fr. 15484-15485) ; ms. Vatican (Biblioteca apostolica vaticana [BAV], Ottob. lat. 2635 – Reg. lat. 689).

19 Van den Gheyn, Bacha, Wagemans, 1919, pp. 132-133, no 6936.

20 Delisle, 1907, p. 316 se trompe lorsqu’il affirme que « [l]e texte du manuscrit [lui] a paru être celui du ms. 2813 ». Les mss Paris, BnF, fr. 2813 et nouv. acq. fr. 28876 relèvent de deux familles différentes de la traditio textus des Grandes Chroniques.

21 J'ai consacré à l'étude de ce texte encore inconnu du catalogue de la production historiographique sandionysienne un article qui paraîtra prochainement dans Le Moyen français.

22 Ferrer, Cabré, 2012, p. 660.

23 Les Grandes Chroniques de France, t. VII, pp. 1-24.

24 Voir Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XVII, pp. 302-311.

25 Jones, 2007, pp. 64-66.

26 À propos du remploi par Joinville de cette Vie de saint Louis, voir Boutet, 2017, pp. 238-255.

27 Voir l’édition de cet état traductif : Les Grandes Chroniques de France, t. X, pp. 2-188.

28 Les Grandes Chroniques de France, t. VII, pp. 25-282.

29 Ibid., t. VIII, pp. 1-122.

30 Guyot-Bachy, Moeglin, 2005, p. 394 ; Guyot-Bachy, 2003 ; Les Grandes Chroniques de France, t. VIII, pp. 120-122.

a Le traducteur rend « genealogie » par « generació » ; il fait de même plus loin, traduisant tout à la fois « genealogie » et « generacion » par « generació ».

b Les mots « escuser par reson » manquent dans le ms. de Londres (BL, Royal 16 G VI).

c Cette forme n’est pas une coquille : on retrouve ici, transposé en catalan, le mot latin employé dans la reconnaissance de dettes du roi Pierre IV à destination de son trésorier Ramon Boïl, à qui il avait acheté le liber canonicarum regum Francie sans doute employé par le traducteur. Il est à noter c’est à un correcteur que l’on doit cette séquence ; le copiste avait quant à lui écrit « la letra et la ordonança de la abadia de monsènyer sant Danís de Ffrança » (Cabré, Ferrer, 2012, p. 665). Le correcteur a ajouté en marge « de les Canòniques et », introduisant d’ailleurs ce « et » aberrant que l’on rencontre également dans le texte français du ms. de Cambrai.

d Ms. Cambrai (BM, 682) : « acoutent » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « escoutent ».

e Ce « et » est aberrant ; il n’apparaît pas dans le ms. de Londres (BL, Royal 16 G VI).

f Rendre « miroir de vie » par « memòria de vida » ne résulte peut-être pas de la volonté du traducteur, qui s’emploie par ailleurs à produire un véritable calque du modèle français. Soit, ainsi que le supposent Ferrer, Cabré, 2012, p. 662, n. 32, le modèle français avait mémoire, soit une erreur de lecture s’est glissée dans la tradition au moment de la traduction même ou au cours de la transmission du texte catalan, dont on ignore tout.

g Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « Si puet bien chascun savoir »

h Ms. Cambrai (BM, 682) : « a fere por fere cognuistre » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « a faire congnoistre ».

i Ms. Cambrai (BM, 682) : « donr » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « dont ».

j Il n’est pas impossible que le traducteur ait cherché ici à clarifier le sens de la phrase ; l’accumulation des pronoms personnels et des adjectifs possessifs renvoyant à des antécédents relativement éloignés ne favorise pas l’intelligence de la phrase française correspondante.

k Ms. Cambrai (BM, 682) : « que » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « qui ».

l Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « les ».

m Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « pour ».

n Voir supra l’usage du mot « generació » dans le premier paragraphe du prologue catalan.

o Ce mot est absent du ms. de Londres (BL, 16 G VI).

p Ms. Cambrai (BM, 682) : « donc » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « dont ».

q L’insertion de cette rubrique résulte d’une erreur : sans doute le rubricateur disposait-il d’une liste des rubriques à insérer qui lui indiquait que la première réserve rencontrée dans le texte devait accueillir ces mots. Ceux-ci sont en réalité destinés à la réserve suivante, qui est en tête de la table des chapitres du livre Ier. Ici, à cet endroit du prologue, la réserve devait permettre de signaler, à l’instar de ce que l’on rencontre dans certains manuscrits des Grandes Chroniques, le début du prologue de l’« auteur », à différencier du prologue précédent, dit « du traducteur ».

r Ms. Cambrai (BM, 682) : « crieuse » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « forte et crueuse et fiere ».

s Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « li nous senefie ».

t Ms. Cambrai (BM, 682) : « fesoint » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « faisoient ».

u Ms. Cambrai (BM, 682) : « mescreantse » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « mescreantise ».

v Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « commandement ».

w Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « quant ».

x Les Grandes Chroniques de France, t. I, p. 5 : « li a Nostre Sires doné par sa grace une prerogative ».

y Ibid., t. I, p. 5 : « seur toutes autres terres et seur toutes autres nations ».

z Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « ne ».

aa Ce « et » ne figure pas dans le ms. de Londres (BL, Royal 16 G VI).

ab Les Grandes Chroniques de France, t. I, p. 5 : « par lie est moutepliée, par lie est soustenue, par lie est deffendue ».

ac Ce mot a fait l’objet d’une correction difficilement déchiffrable dans le fragment de Barcelone (Cabré, Ferrer, 2012, p. 665). Le copiste avait originellement écrit segons, ce qui constitue un calque de la leçon aberrante du ms. de Cambrai.

ad Ms. Cambrai (BM, 682) : « faire » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « fait ».

ae Plutôt que « en France en vient fere sa complainte, en France vient a refuige et a secours », le ms. de Londres (BL, Royal 16 G VI) porte : « en France en vient l’en especiaument faire sa complainte et a refui et a secours ».

af Ms. Cambrai (BM, 682) : « la pee » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « l’espee ».

ag Ms. Cambrai (BM, 682) : « selonc » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « secourt ».

ah Ms. Cambrai (BM, 682) : « garantitist » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « garantist ».

ai Ms. Cambrai (BM, 682) : « la » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « sa ».

aj Ms. Cambrai (BM, 682) : « est » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « en ».

ak Ms. Cambrai (BM, 682) : « sus » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « foi ».

al Un écart sensible existe entre cette phrase et la phrase française équivalente, dans laquelle ne figurent pas les verbes précis du texte catalan ; l’impression qui en résulte est celle d’une certaine familiarité du traducteur avec le motif de la translatio studii et imperii.

am Ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « La seconde raison puet estre tele : quant la fontaine ».

an Ms. Cambrai (BM, 682) : « trais » ; ms. Londres, BL, Royal 16 G VI : « troiz ».

ao Ms. Cambrai (BM, 682) : « plus » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « puis ».

ap Ms. Cambrai (BM, 682) : « trete » ; ms. Londres (BL, Royal 16 G VI) : « Grece ».

aq Le ms. de Cambrai (BM, 682) place ici une table des chapitres du premier livre du Roman des rois.

ar Le fragment de Barcelone se termine ici.

as Les Grandes Chroniques de France, t. I, pp. 9-10 : « pour ravir la royne Hélène ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Brix, « À propos de l’original français de la traduction catalane des Grandes Chroniques de France »Mélanges de la Casa de Velázquez, 51-1 | 2021, 163-179.

Référence électronique

Antoine Brix, « À propos de l’original français de la traduction catalane des Grandes Chroniques de France »Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 51-1 | 2021, mis en ligne le 02 mars 2021, consulté le 18 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/mcv/14083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mcv.14083

Haut de page

Auteur

Antoine Brix

首都师范大学历史学院 (École d’histoire, Université normale de la capitale, Pékin)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search