Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-2Actualité de la rechercheComptes rendusEvelyne Sanchez, El juez, el nota...

Actualité de la recherche
Comptes rendus

Evelyne Sanchez, El juez, el notario y el caudillo. Análisis de un juicio verbal en Tlaxcala durante la Revolución

Frédérique Langue
Référence(s) :

Evelyne Sanchez, El juez, el notario y el caudillo. Análisis de un juicio verbal en Tlaxcala durante la Revolución, Madrid, Casa de Velázquez, 2019, 127 p.

Texte intégral

1Essai d’histoire régionale inscrit dans un processus majeur de transformation des structures économiques et sociales, la Révolution mexicaine de 1910, l’ouvrage d’Evelyne Sanchez met en scène, d’entrée, les protagonistes d’une histoire en définitive assez proche d’une micro histoire et de ses paradigmes indiciaires. Il propose, de ce fait, un éclairage extrêmement précis du fonctionnement des liens sociaux dans une société rurale —pour près des trois quarts de la population très diversifiée dans ses statuts sociaux —, celle du Mexique du centre, plus précisément de la région de Tlaxcala — confrontée à un bouleversement « modernisateur » des instances de pouvoir pendant la Révolution de 1910. On y assiste en effet à une reconfiguration de l’administration de la justice et des intérêts traditionnellement en jeu dans cette partie du pays.

2Véritable enquête de terrain archivistique, cette approche s’appuie en premier lieu sur le « millefeuille » (compte tenu des catégories mobilisées à cette occasion) constitué par le procès intenté par deux femmes « du peuple » (gente ordinaria), Rafaela Hernández et Mariana Vázquez, pour la propriété d’une maison ainsi que par un conflit opposant des villageois pour la propriété de terres ejidales. L’ouverture des archives locales au cours de ces dernières années avait ouvert la voie à des recherches plus ciblées, notamment à l’endroit de la vie quotidienne pendant l’événement extra ordinaire que constitua la Révolution, de ces oubliés voire des invisibles de l’histoire tels que les a étudiés Alain Corbin, de ces groupes « subalternes » qui trouvent dans la conjoncture révolutionnaire l’occasion de se manifester et de s’exprimer.

3Au fil de la narration qui fonde ce procès « verbal » de 1916 émergent en effet les trois figures majeures du pouvoir judiciaire, politique et militaire, le juge, le notaire et le caudillo, notable proche des « agraristes » de Puebla, et chef de guerre local n’hésitant pas à s’appuyer sur son armée privée. Comme le souligne l’auteure, le conflit est en fait double, associant un conflit de juridiction à un conflit de légitimité, confrontant justice rendue par les tenants du pouvoir judiciaire (justicia letrada) à des formes de justice plus proches de la médiation (justicia lega). Deux juges s’affrontent, sous l’arbitrage du gouverneur de la région et les pressions du caudillo local. Les attendus du procès vont mettre en scène les réseaux de pouvoir et les formes de solidarité locales entre les vecinos, du pueblo de Santa Apolonia Teacalco à l’ensemble du municipe (municipio). Les documents d’archives en illustrent également le fonctionnement, comme cela a été souligné, dans un contexte de modernisation des structures politico-administratives et tout particulièrement de la justice incarnée par le juge de Zacatelco, l’exécutif en la personne du secrétaire du gouvernement local, ou le juge de Nativitas, davantage impliqué dans les réseaux de pouvoir.

4L’examen des sources mobilisées est ici essentiel, montrant le caractère hybride de ce procès, entre « un appareil juridique définissant des règles » et des intérêts privés, pas nécessairement représentatifs des classes populaires à la fin du Porfiriat. En de telles circonstances, l’analphabétisme se trouve contourné par une « culture orale », indienne en particulier, partie intégrante du processus de tension et de négociation ouvert par le procès, d’autant que les « procès verbaux » étaient alors monnaie courante. Même cette « justice en transition », dans laquelle la séparation des pouvoirs n’était par ailleurs pas clairement établie, le juge pouvant être notaire, élément clé de cette étude, ne pouvait les ignorer. La révolution dans le domaine judiciaire se concentra par conséquent sur les juridictions de première instance, confiées à des professionnels du droit, du moins en cas de présence du titulaire, et non d’un substitut relevant du tribunal de district. À cet égard, l’ouvrage ne manque pas d’analyser dans le détail l’évolution de la législation dans le domaine civil, en soulignant les déphasages à l’échelle locale et notamment les conflits de juridictions et les rivalités diverses entre municipes qui émaillent cette « transition juridique ».

5Comme en d’autres lieux, la Révolution rendit paradoxalement plus difficile le recours à des juges de première instance. Elle conduisit de même à une fragilisation du pouvoir municipal, ouvrant la voie à des « stratégies locales de récupération (de terres) et d’accommodements », en d’autres termes à la montée en puissance d’une « nouvelle génération de caudillos régionaux, d’origine plus humble que leurs prédécesseurs ». Comme le souligne précisément l’auteure dans les dernières lignes de son ouvrage, et au-delà des personnages qui en furent les acteurs, ce procès sui generis permet de reconsidérer la signification généralement attribuée au concept, très débattu dans l’historiographie américaniste, de « transition juridique ». Au sens d’un passage d’un système juridictionnel à « l’empire de la loi » et à la justification des décisions, on peut considérer que la promulgation des Codes civil et pénal contribua de fait à clarifier la situation, limitant la possibilité de négociation entre les parties sous la supervision du juge. En revanche, si l’on se situe dans la perspective de la professionnalisation de la justice au niveau des tribunaux de districts, le contexte révolutionnaire dans sa réalité quotidienne semble bien plutôt ouvrir un débat qui se prolongera jusqu’aux années 1940 et à la mise en œuvre de la très discutée réforme agraire. Cet essai très dense montre en définitive que ce procès « verbal » conduit dès lors à poser le phénomène révolutionnaire de 1910 non comme une exception sur la voie de la modernisation de la justice et de l’administration publique, mais, au contraire, comme le retour à une normalité, certes altérée, et antérieure au Porfiriat. Le débat entre « l’Ancien Régime et la Révolution » tel que l’avait initié F. X. Guerra reste donc ouvert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Evelyne Sanchez, El juez, el notario y el caudillo. Análisis de un juicio verbal en Tlaxcala durante la Revolución »Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 51-2 | 2021, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mcv/15601 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mcv.15601

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search