Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52-2Actualité de la rechercheComptes rendusAlicia Sánchez Lecha, Madres e hi...

Actualité de la recherche
Comptes rendus

Alicia Sánchez Lecha, Madres e hijos. Historia de la maternidad e inclusa provincial de Zaragoza. Siglos xix y xx

Héloïse Elisabeth Ducatteau
Référence(s) :

Alicia Sánchez Lecha, Madres e hijos. Historia de la maternidad e inclusa provincial de Zaragoza. Siglos xix y xx, Saragosse, Diputación provincial de Zaragoza et Institución Fernando el Católico, 2020, 308 p.

Disponible en open access : https://ifc.dpz.es/publicaciones/ebooks/id/3884

Texte intégral

1La petite enfance dans la capitale aragonaise. Co-éditée par deux organismes connus des Saragossien-nes, la publication contribue au savoir historique sur l’enfance, domaine en essor depuis plusieurs années. L’autrice est cheffe du département des archives au sein de la Députation provinciale saragossienne. Elle expose ici le rôle de la maternité et de l’orphelinat de la ville durant les deux derniers siècles. Le titre n’inclut pas deux autres villes aragonaises traitées dans le livre : Tarazona et Catalayud. Le prologue explique que toute la documentation s’est retrouvée à la fin des années 80 à la Députation provinciale après avoir été conservée dans l’ex-maternité provinciale Paseo María Agustín 38. Ces réserves documentaires n’ont eu de cesse depuis de faire des émules : enfants, petit-enfants en quête de leur passé familial. Le nombre annuel de demandes pour consulter ces archives oscille entre 30 et 100. C’est sans doute lié au fait qu’elles se retrouvent au même emplacement que celles du foyer Pignatelli qui recueillait aussi des orphelin-es. L’autrice déclare au début s’être permise de glisser des morceaux de textes à la première personne en anonymisant les noms et en changeant le contexte. Cette fictionnalisation, peu courante dans les textes scientifiques, nous humanise les trajectoires.

2Deux travaux assez précurseurs sont à noter : Antonio Bilbao, Destrucción y conservación de los expósitos, Málaga, 1790 ; et Antonio Arteta, Disertación sobre la muchedumbre de niños que mueren en la infancia, y modo de remediarla, y de procurar en sus cuerpos la conformidad de sus miembros, robustez, agilidad y fuerzas competentes, Zaragoza, Imprenta de Mariano Miedes,1801. Un extrait du deuxième document se trouve dans les annexes de l’ouvrage présent. Ils nous renseignent sur les conditions pré-partum et post-partum. Beaucoup de femmes enceintes involontairement tentaient des avortements très risqués et/ou masquaient leur ventre violemment à l’aide de ceinturons, causant des malformations fétales. Les nourrissons abandonnés à la naissance, quand ils ne l’étaient pas dans la rue, étaient conduits jusqu’à l’orphelinat sous-alimentés, les conditions empirant quand ils venaient des villages des alentours.

3L’autrice distingue différents profils de femmes qui venaient à la maternité. Celles qui vivaient une maternité dite ouverte, en principe mariées, venaient accoucher et repartaient avec leur enfant. Elles pouvaient recevoir de la famille. Pour les plus défavorisées d’entre elles, les coûts étaient supportés par la Députation provinciale. À l’inverse, dans le cas de la maternité dite fermée, les femmes venaient accoucher mais devaient renoncer à garder leur enfant après. Il s’agissait alors souvent de femmes célibataires. Le préjugé persiste que la majorité d’entre elles était des prostituées, alors que ce n’était pas le cas généralement. Une partie d’entre elles avait été violée, une autre partie vivait en concubinage et ne pouvait se marier en raison de la non-possibilité de divorcer d’un précédent mariage avant la loi de 1932 annulée en 1939, puis celle de 1981, qui perdure. Les familles cherchaient à cacher ces grossesses jugées honteuses en les envoyant à la Maternité dès 6 mois et demi de grossesse quand elles ne forçaient pas les femmes enceintes à avorter. Quasiment, aucune donnée n’est restée concernant les nourrissons de la Maternité fermée alors que pour la Maternité ouverte, pour les années 80 et 90, des informations sur l’état clinique nous sont parvenues. Les nouveaux nés des différents orphelinats de Saragosse, Catalayud et Tarazona se retrouvaient à l’âge scolaire au jardin Pignatelli de Saragosse. À l’âge adulte, leur nom de famille était Gracia (« Grâce » du nom de l’hôpital) ou expósito/expósita (« enfant recueilli dans un hospice après avoir été abandonné par ses parents alors qu’il était nouveau-né ») comme cela est indiqué pages 44 et 45.

4Alicia Sánchez Lecha nous détaille également l’histoire architecturale des organismes à l’aide de plans. La Maternité et l’orphelinat étaient auparavant inclus dans l’Hôpital Notre-Dame de Grâce. Détruit par un incendie en 1809, tous et toutes les patient-e.s sont transféré-es à l’Hôpital des Convalescent-e.s rebaptisé Notre-Dame de Grâce et toujours existant, dorénavant à proximité du Musée du feu et des pompiers. À partir de la fin du xixe siècle, la Maternité s’installe dans un bâtiment construit plus d’un siècle avant sous la baguette de Julián Yarza Ceballos. Dès 1938, la Maternité et l’orphelinat, lequel avait été incorporé dans Maison de la Miséricorde, se trouvent dans un nouvel édifice de Teodoro Ríos Balaguer. En 1971, l’orphelinat sera inséré dans la Cité scolaire Pignatelli et la Maternité une dizaine d’années plus tard retrouvera les bancs de l’Hôpital Notre-Dame de Grâce.

5En définitive, cette étude retient l’attention car Saragosse n’est pas souvent au centre des recherches actuelles. Si les études de genre sont florissantes, dans le domaine historique, il est généralement surtout question d’histoire de l’éducation, politique mais moins des conditions d’existence des maternités et orphelinats. Les annexes qui regroupent le projet de 1932, les règlements successifs seront utiles non seulement pour les historien-ne.s de la société mais aussi les historien-ne.s de la langue espagnole. Les photographies mettent en lumière les indications données. Atout rare dans les ouvrages académiques : au lieu des notes de bas de page, des notes sur les côtés facilitent la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Elisabeth Ducatteau, « Alicia Sánchez Lecha, Madres e hijos. Historia de la maternidad e inclusa provincial de Zaragoza. Siglos xix y xx »Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 52-2 | 2022, mis en ligne le 13 octobre 2022, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/mcv/17029 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mcv.17029

Haut de page

Auteur

Héloïse Elisabeth Ducatteau

Sciences Po (campus de Nancy)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search