Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44-1MiscellanéesTolède vue par les chroniqueurs R...

Miscellanées

Tolède vue par les chroniqueurs Rodrigo Jiménez de Rada et Pero López de Ayala, rapprochés de leurs prédécesseurs, de langue arabe, latine ou romane

Toledo visto por los cronistas Rodrigo Jiménez de Rada y Pero López de Ayala, en relación con sus predecesores, de lengua árabe, latina o romana
Toledo as viewed by chroniclers Rodrigo Jiménez de Rada and Pero López de Ayala, with reference to their Arabic, Latin or Roman-speaking predecessors
Jean-Pierre Molénat
p. 179-197

Résumés

Jiménez de Rada et López de Ayala, l’un et l’autre en rapport de manière plus ou moins étroite avec la cité du Tage, rapportent l’histoire de la ville et son organisation après 1085, en y introduisant de notables distorsions. Celles-ci sont difficiles à comprendre autrement qu’en prenant en compte la volonté des auteurs d’effacer certains aspects de l’histoire urbaine, dont le plus notable est la persistante arabisation d’une partie importante, sinon majoritaire, de la population chrétienne de la ville, désignée comme « mozarabe », après sa reprise sur les musulmans et l’exode de la presque totalité de ceux-ci.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gautier-Dalché, 1973.
  • 2 Maintenant publiée : Molénat, 1997.

1Nous souhaitons dédier ce travail à la mémoire de Jean Gautier-Dalché (1913-2010), le maître et l’ami, dont le pénétrant article consacré à Tolède à la fin du xiiie siècle1 a guidé les premiers pas de notre recherche sur l’urbs regia2, et qui a inspiré en grande partie la présente contribution.

  • 3 Communication présentée au colloque sur les identités urbaines, tenu à l’université d’Évora, les 13 (...)
  • 4 Anales Toledanos I y II (1993) et Anales Toledanos (2007).
  • 5 Crónica de la población de Ávila (1943, 1966).
  • 6 Rucquoi, 2003 ; Monsalvo Antón, 2010 b ; Gautier-Dalché, 1979.
  • 7 Les régions situées au sud du Système Central, et donc Tolède, ne sont pas concernées par Monsalvo (...)
  • 8 DRH, texte (1987) et trad. (1989).
  • 9 López de Ayala, Crónica (1994-1997), le titre donné par G. Orduna soulignant l’unité de conception (...)

2Il convient, concernant l’identité tolédane à la fin de la période médiévale3, de signaler en premier lieu l’absence d’une chronique urbaine qui traite de la ville elle-même, les Anales Toledanos4 ne pouvant nullement être considérées comme telle. À la différence de la chronique d’Avila5, dont il a été montré l’exception qu’elle constitue dans le domaine castillan6, il s’agit plutôt là d’une chronique générale (ou plutôt d’un ensemble de chroniques), parlant à peine de la ville dont elle a reçu le nom7. On abordera donc ici l’identité de la ville, telle qu’elle a été perçue par deux de ses plus illustres représentants, qui sont en même temps les auteurs de deux œuvres majeures de l’historiographie castillane du Moyen Âge — respectivement le De rebus Hispaniae (ou Historia gothica)8 et la Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique su hermano hjos del rey don Alfonso Onceno9 — et deux personnages clés de l’histoire de la ville : l’un, Rodrigo Jiménez de Rada, son archevêque dans la première moitié du xiiie siècle, et l’autre, Pero López de Ayala, ayant vécu de 1332 à 1407, alcalde mayor de la cité, soit son chef politique, outre sa fonction de grand-chancelier de Castille, à la fin du xive siècle.

  • 10 Gorosterratzu, 1925 ; Ballesteros Gaibrois, 1943 ; Grassotti, 1972.
  • 11 Contreras y López de Ayala, 1972 ; Garcia, 1983.
  • 12 Pour l’histoire de l’implantation des Ayala à Tolède et leur alliance avec l’une des familles mozar (...)

3On notera tout d’abord que l’un et l’autre peuvent être considérés, à plus ou moins juste titre, comme des étrangers implantés dans la ville. Rodrigo Jiménez de Rada, malgré les noms de Rodrigue de Tolède ou El Toledano qu’on lui donne fréquemment, est un Navarrais de naissance, naturalisé tolédan seulement par la concession du titre archiépiscopal10. De même, le chancelier Ayala était natif de la province basque de l’Álava11, où il conservait ses intérêts, même si sa famille, outre ses ancestrales possessions du Nord, était également implantée dès avant lui sur la Meseta méridionale et les rives du Tage, la séparation entre les deux branches de la famille et leurs possessions alavaises et néo-castillanes ne s’étant opéré précisément qu’à la succession du chancelier12.

  • 13 Hernández, 2003, spécialement le résumé p. 15.

4Tout dans l’action de Jiménez de Rada à Tolède vise à effacer la trace de la période islamique de l’histoire de la ville, à commencer par la construction de la nouvelle cathédrale, remplaçant l’ancienne, qui avait été la grande-mosquée de la cité musulmane antérieurement à 1085. On a souligné, dans l’action du Toledano — et les écrits font partie au premier chef de l’action — « la projection de son image comme le véritable restaurateur de la grandeur gothique de Tolède13 ».

  • 14 López de Ayala, Crónica (1994), t. I, año 2, chap. xvii, xviii, xix, pp. 55-63.

5Pero López de Ayala consacre trois chapitres entiers de la chronique du roi Cruel14 à parler de l’histoire de Tolède, depuis la conquête musulmane, « quando se perdió España », selon l’expression consacrée qu’il utilise, jusqu’à son époque, et aux particularités de son organisation. Curieusement, c’est par la conquête chrétienne réalisée par Alphonse VI, en 1085, qu’il commence, pour revenir ensuite à la conquête musulmane de 711 et terminer par les singularités de la ville qui subsistent jusqu’à son temps : l’absence d’un concejo, les six églises mozarabes et les deux alcaldes, l’un pour les mozarabes et l’autre des Castillans, le tout présentant à nos yeux un curieux mélange de renseignements certainement authentiques et d’affabulations probablement légendaires.

6L’un et l’autre choniqueurs parlent évidemment de deux événements fondamentaux dans l’histoire de leur ville : la conquête islamique du viiie siècle et celle réalisée par Alphonse VI de León et Castille en 1085. Pour la première, autant le récit de Jiménez de Rada est succinct, autant celui de López de Ayala est développé.

  • 15 DRH (1989), Liv. III, chap. xxiii, p. 154 ; ibid. (1987), p. 110 : « maiores Cordube ad Toleti pres (...)
  • 16 DRH (1987), Liv. III, chap. xxiv, p. 111 : Ṭāriq « Cum enim Toletum uenisset, inuenit eam fere habi (...)

7Plus exactement, le prélat ne parle pas du tout des circonstances de la prise de Tolède par Ṭāriq b. Ziyād, se contentant de dire, à propos de celle de Cordoue, amplement développée au contraire, que l’élite des habitants de la ville avait cherché refuge à Tolède15 puis ajoutant que, lorsque Ṭāriq arriva à Tolède, il la trouva presque vide d’habitants car beaucoup avaient fui à Amaya, d’autres aux Asturies, d’autres encore vers les montagnes. Ṭāriq garnit la ville des Arabes qui allaient avec lui et des Juifs qu’il y avait trouvés, et il marcha sur Guadalajara16.

  • 17 Ibn abīb, Kitāb al-tārīẖ (1991), n° 407, p. 141 : « ʿAbd Allāh b. Wahb nous a rapporté, d’après al (...)
  • 18 Aẖbār Maǧmūʿa (1867), texte p. 14 / trad. p. 27 ; Dozy, 1881, t. I, p. 52. Si les conclusions de Do (...)
  • 19 Ibn ʿAbd al-akam, Futūḥ Miṣr wa-l-Maġrib wa-l-Andalus (1922), p. 207 ; ibid. (1947), texte p. 94 / (...)
  • 20 Ibn al-Qūṭiyya, Tārīẖ iftitāḥ al-Andalus (1926), texte p. 9 / trad. p. 6 ; ibid. (1857), pp. 9-10 ; (...)
  • 21 Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifā (1971) et ibid. (1986).
  • 22 Makkī, 1957, spécialement p. 215.
  • 23 Pseudo-Ibn Qutayba, Al-imāma wa-l-siyāsa (1997), p. 237 ; voir aussi la traduction partielle de Gay (...)
  • 24 Ibn ʿIḏārī, al-Bayān al-Muġrib (1951) et trad. (1904).
  • 25 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fī l-tārīẖ (1987), t. IV, p. 269, et trad. (1901), p. 45.
  • 26 Al-Nuwayrī, Nihāyat al‑arab, dans Ibn aldūn, Kitāb al-ʿIbar, trad. partielle de Slane, dans Histo (...)
  • 27 Ibn Abī l-Fayyād, Kitāb al-ʿIbar (1979), pp. 29-127, éd. d’un fragment conservé (p. 45) et sa trad. (...)

8La briéveté du prétendu Toledano à ce sujet répond au laconisme des chroniqueurs arabes, qu’ils appartiennent à al-Andalus ou à d’autres contrées de la dār al-Islām, les plus concis à ce propos étant : le Grenadin Ibn Ḥabīb (m. 852-53) et son Kitāb al-tārīẖ, qui constitue la plus ancienne source arabe d’al-Andalus qui soit parvenue jusqu’à nous17 ; la compilation anonyme connue sous le nom des Aẖbār Maǧmūʿa, sur la date de la composition desquels il n’y a pas consensus, et dont le récit de la conquête pouvant remonter au milieu du ixe siècle offre une des sources fondamentales de son histoire18 ; l’Égyptien Ibn ʿAbd al-Ḥakam (m. 871) et ses conquêtes de l’Égypte, du Maghreb et d’al-Andalus19 ; le Cordouan Ibn al-Qūṭiyya (m. 977) et son histoire de la conquête d’al-Andalus20 ; l’Africain Ibn al-Kardabūs (Tozeur, m. fin xive s.) auteur du Kitāb al-iktifā’21 ; ou encore le Pseudo-Ibn Qutayba (sans doute un Égyptien, descendant de Mūsā b. Nuṣayr, vivant au début du ixe siècle)22, qui ne parle pas du tout de la prise de Tolède par Ṭāriq, mais seulement du trésor découvert par Mūsā dans la ville des rois23. Même si Ibn ʿIḏārī (Marrakech, m. vers 1295), dans son Bayān al-Muġrib24, Ibn al-Aṯīr (Irak, m. vers 1232-33), dans le Kāmil fī al‑ta’rīẖ25,,et al-Nuwayrī (Égypte, m. 1332), avec la Nihāyat al‑arab26 développent un peu plus, ils ne sont pas beaucoup plus prolixes. Seul l’Andalousien Ibn Abī l-Fayyād (m. 459 H/1066) ajoute une importante précision, divergeant notablement des autres versions, lorsqu’il dit que Ṭāriq à son arrivée à Tolède en a expulsé tous les chrétiens, et non pas qu’il ait trouvé la ville désertée27.

  • 28 Ibn ʿIḏārī, al-Bayān al-Muġrib (1951), t. II, p. 12, et trad. (ibid., 1904), t. II, p. 18. Notre tr (...)
  • 29 L’auteure d’une étude récente, qui considère la chronique castillane de 1344 comme la version la pl (...)
  • 30 Gayangos, 1840, p. 282 ; Aẖbār Maǧmūʿa (1867), app. 2-1, p. 184.

9La similitude du De Rebus Hispaniae avec le Bayān al-Muġrib du Maghrébin Ibn Iḏārī28 et le Kāmil fī l-tārīẖ de l’Irakien Ibn al-Aṯīr, avec notamment la mention des juifs, indique qu’ils doivent remonter à une source commune, étant donné que les deux derniers sont postérieurs au premier, et que l’on n’a pas lieu de penser qu’ils aient pu lire Rodrigo Jiménez de Rada. Cette source est peut-être Aḥmad al-Rāzī29, et plus probablement le Muqtabis I d’Ibn Ḥayyān, partie de l’ouvrage qui reste à ce jour disparue mais dont des extraits ont été conservés dans le Nafḥ al-Ṭīb d’al-Maqqarī30. Précisément, ce compilateur maghrébin du xviie siècle cite le passage de l’historien andalousien du xie, où celui-ci évoque la prise de Tolède par Ṭāriq b. Ziyād, avec les deux précisions de la ville abandonnée de ses habitants et du rassemblement des juifs, qui ne figurent pas dans les Aẖbār Maǧmūʿa :

  • 31 Al-Maqqarī, Nafḥ al-tīb (1995), t. I, p. 255 ; ibid. (2004), t. I, pp. 264-265. Notre trad.

Ibn Ḥayyān dit : Ṭāriq parvint à Tolède, la capitale du royaume des Goths. Il la trouva abandonnée de ses habitants qui avaient fui et s’étaient réfugiés dans une ville située derrière la montagne. Il rassembla les juifs à Tolède et y laissa une troupe de ses soldats, et poursuivant les habitants de Tolède en fuite, il atteignit la rivière des pierres (Wadī l-ḥiǧara), puis il franchit la montagne31

  • 32 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fī l-tārīẖ (1987), t. IV, p. 269, et trad. partielle, ibid. (1901), p. 46. No (...)
  • 33 Bien que, depuis Gayangos, on admette que la Crónica del moro Rasis soit une traduction castillane (...)
  • 34 « Despues de esto, Tarife, por mui grant seso e por buena ventura ovo de saber lugar por donde ovo (...)

10Dans le Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, s’agissant de Ṭāriq : « comme il trouva la ville de Tolède abandonnée, il y installa les Juifs avec un certain nombre de ses soldats et marcha en personne contre Guadalaxara32 ». Jiménez de Rada ajoute seulement la fuite des habitants vers Amaya, les Asturies et les montagnes. Curieusement, la Crónica del moro Rasis, version supposée33 de l’œuvre d’Aḥmad al-Rāzī, bien que notablement plus prolixe, ne dit rien de plus précis34.

  • 35 González Palencia, 1926-1930, cité par Molénat, 1995. Falque, 2003, concernant l’usage des sources (...)

11Il n’y a pas de doute que Jiménez de Rada ait pu lire les œuvres de ses prédécesseurs andalousiens, notamment celles d’Aḥmad al-Rāzī et d’Ibn Ḥayyān (aujourd’hui perdues, ou non redécouvertes dans leur intégralité), soit par lui-même, soit, avec plus de vraisemblance encore, par l’intermédiaire des clercs arabophones (« mozarabes ») de Tolède, pour ne rien dire des « notaires de l’arabe » de la ville, rédacteurs des 1200 documents tolédans en langue et écriture arabe qui nous sont parvenus35.

  • 36 Gil, 1973, t. I, pp. 15-54 ; Crónica Mozárabe de 754 (1980, éd. de López Pereira) ; López Pereira, (...)
  • 37 Crónica de 754 (1851).
  • 38 Crónica de 754 (1885).
  • 39 Collins, 1991 (p. 52), allant jusqu’à nier toute valeur historique aux sources arabes de la conquêt (...)
  • 40 Crónica de 754 (1980), n° 53, pp. 70-71 : « non ut pastor, sed ut mercennarius ». López Pereira (Cr (...)
  • 41 Crónica de 754 (1980), n° 54, pp. 70-71. Noter cependant qu’il y a divergence chez les auteurs cont (...)

12Il semblerait résulter d’une première lecture rapide que Jiménez de Rada ait ignoré le texte que l’on désigne maintenant plutôt comme la Crónica mozárabe de 75436, après qu’on l’avait appelé la chronique d’Isidore de Béja, ou d’Isidoro Pacense37, ou « L’Anonyme de Cordoue38 », et que nous préférons nommer simplement la « chronique de 754 », étant donné l’inexistence du supposé évêque de Béja, l’absence de tout indice clair sur le lieu où il fut rédigé et l’ambiguïté du terme « mozarabe ». Il est considéré comme le témoignage le plus fiable sur l’époque de la conquête arabe, parce que le plus proche des événements39, d’où l’archevêque aurait pu tirer des renseignements importants concernant Tolède, qui ne se trouvent pas dans les sources arabes : la fuite devant l’invasion de l’évêque métropolitain Sinderedus qui, abandonnant ses ouailles, s’en va jusqu’à Rome, se comportant non comme un pasteur, mais comme un mercenaire40 ; la « paix trompeuse » accordée par le conquérant, qui paraît signifier une soumission par « capitulation » et non une conquête par la violence ; et le fait qu’après cette soumission étaient demeurés dans la ville certains anciens et nobles personnages, lesquels, lorsqu’ils prirent la fuite, furent exécutés sur l’ordre de Mūsā et le conseil d’Oppas, fils du roi Egica41.

  • 42 DRH (1987), Liv. IV, chap. iii, p. 118 : « Postquam uero urbs regia fuit non irruptione set federe (...)
  • 43 « Clerus et Christiani eiecti cum aliis, qui in Hispaniis seruituti barbarice mancipati elegerunt d (...)

13Pourtant, quelques pages plus loin, Jiménez de Rada déclare bien que la ville avait été occupée par les Arabes par traité et non par la force, même si ensuite les Sarrasins violèrent cet accord42. Il introduit ainsi le transfert aux Asturies des reliques et de certains livres saints, et maintient en même temps dans la ville un certain nombre de chrétiens, avec leurs prêtres, et la pratique du culte selon le rite d’Isidore et de Léandre, conservé à son époque dans six paroisses de la ville43.

  • 44 « Hiis diebus, Sinderedus, de quo diximus, urbis regie presul et primas aduentum Arabum expauescens (...)
  • 45 Crónica de 754 (1980), n° 53, pp. 70-71. De même, la mention des inscriptions dûes au roi Wamba (vo (...)

14De même, en un autre endroit, Jiménez de Rada parle effectivement du départ de Sinderedus, qu’il semble placer avant l’arrivée des Arabes et dans la crainte de ceux-ci, se comportant non comme un berger mais comme un mercenaire44. Les mots utilisés par lui montrent, sans l’ombre d’un doute, que Jiménez de Rada a bien utilisé la chronique de 75445.

  • 46 Jiménez de Rada, Historia Arabum (1993), p. 17, et ibid. (2006).

15Curieusement, l’autre œuvre de l’archevêque intitulée Historia Arabum ne mentionne pas la prise, ou simplement, l’occupation, de Tolède par Ṭāriq, dans le survol plutôt rapide auquel il se livre de l’époque de la conquête de la Péninsule par les musulmans46.

  • 47 La forme « Tarif » s’explique probablement, chez un prédécesseur de López de Ayala, plutôt que par (...)
  • 48 Crónicas Asturianas (1985) ; Chroniques asturiennes (1987).
  • 49 Crónica Najerense (1966) et ibid. (2003).
  • 50 Voir Gayangos, 1840, t. I, p. 533, n. 25, sur l’histoire de la procession à l’église de Santa Leoca (...)
  • 51 Izquierdo Benito, 2009 et Id., 2010, ne mentionne pas, ne serait-ce que comme une légende d’origine (...)
  • 52 Lucas de Tuy, Chronicon Mundi (2003), intro. p. LXIX.

16Par contre, le récit donné par López de Ayala de la prise de Tolède par Ṭāriq b. Ziyāḍ, qu’il nomme Tarif Abenziet47 plus haut dans son récit, car il n’en parle pas à propos de Tolède, fourmille de précisions que l’on ne trouve pas dans les sources arabes mais dont certaines, encore absentes dans les chroniques asturiennes du ixe siècle48 et dans la Crónica Najerense49 au xiie, sont déjà dans le Cronicon Mundi de Lucas de Tuy50 : ainsi de l’embuscade tendue aux habitants de Tolède qui se rendaient en procession à l’église de Santa Leocadia hors la ville, histoire dont nous ne connaissons pas l’origine mais qui est en contradiction évidente avec la version selon laquelle le conquérant aurait trouvé la ville à peu près désertée51. Si Lucas de Tuy empruntait à la version rotense de la chronique d’Alfonso III une partie de ce qu’il dit sur la conquête de Tolède, la mention de la trahison des juifs, par contre, est un ajout de sa part52 et, devons-nous ajouter, par conséquent, également l’histoire de l’embuscade tendue aux habitants qui se rendaient en procession à l’église de Santa Leocadia située en dehors des murailles de la ville.

  • 53 Crónica « Profética », publiée dans Gómez Moreno, 1932, spécifiquement p. 625, et dans Crónicas Ast (...)
  • 54 Martin, 1984, spécifiquement p. 218 ; le même texte dans Id., 1997. Cet auteur montre aussi qu’un d (...)

17L’alcalde mayor de la ville et grand-chancelier du royaume se trompe également sur la date de la conquête arabe, en indiquant celle de 714 de J.-C. et 752 de l’ère de César. Il reprend là une datation qui, à travers certaines versions des chroniques asturiennes, qui indiquent le 3 des ides de novembre de la era 752 (soit le 13 novembre 714), pour l’entrée des Arabes dans la Péninsule53, trouve son origine dans une chronique franque de Septimanie, la Chronologia regum gothorum, où elle s’explique, selon toute vraisemblance, par une confusion entre la date de l’entrée des musulmans dans la Péninsule et celle de leur arrivée dans le sud de la Gaule54.

18La conquête, ou reconquête, de la ville par Alphonse VI en 1085, et ses suites, sont largement évoquées par chacun des deux chroniqueurs.

  • 55 Voir DRH (1987), livre VI, chap. xxiii, pp. 137-138 : « Quod Mezquita Maurorum facta est Ecclesia C (...)
  • 56 Ibn Bassām, Al-ḏaẖīra, t. VII (4e partie, vol. 1), pp. 167-168. Trad. dans Vlaminckx, 1985, pp. 179 (...)
  • 57 Lévi-Provençal, 1931 et Id., 1948.
  • 58 Molénat, 1997, pp. 27-28.

19Pour Jiménez de Rada, qui n’écrit qu’à un siècle et demi de distance, on attendrait une relation relativement précise et exacte des événements, même en tenant compte des préjugés idéologiques qui informent son récit. On en retiendra deux épisodes bien connus et d’ailleurs étroitement liés, qui illustrent les doutes que l’on peut nourrir sur la véracité de sa narration. Le premier concerne la responsabilité du viol de la grande-mosquée de Tolède et de sa consécration comme cathédrale, sujet évidemment très sensible pour l’archevêque55. On sait que selon ce dernier, ce fut le résultat d’un coup de force effectué en l’absence du roi Alphonse VI par l’archevêque élu, Bernard de Sédirac, à l’instance de la reine Constance, avec la connivence de quelques chevaliers chrétiens. On a une version toute différente de l’événement chez l’écrivain musulman Ibn Bassām de Santarem56 qui en attribue toute la responsabilité au souverain, en dépit des conseils que lui prodiguait le mozarabe Sisnando Davidiz. Malgré l’avis contraire d’Évariste Lévi-Provençal57, on préférera la version d’al-Šantarinī à celle du Toledano, pour plusieurs raisons, dont l’une est que l’homme de Santarem, décédé en 1147, était bien plus proche de l’événement que l’archevêque, d’un siècle postérieur58, et une autre que l’on ne voit pas pourquoi l’écrivain musulman aurait fait la part belle au mozarabe passé au service du « tyran » chrétien.

20L’autre épisode, lié au précédent, concerne, dans le récit de Jiménez de Rada, la réaction d’Alphonse VI devant le fait accompli de la christianisation de la grande-mosquée de Tolède. Le souverain serait accouru depuis le Nord de ses états et, dans sa colère, aurait voulu livrer aux flammes les coupables, l’archevêque et la reine. Mais, à une lieue de la ville, il rencontre « les Arabes » de Tolède qui le supplient de n’en rien faire, dans la crainte que l’on ne les tienne pour responsables de la mort du prélat et de la souveraine. Et le roi accepte de leur céder, et de pardonner aux deux coupables, heureux d’avoir eu la mosquée, sans avoir rompu la parole qu’il avait donnée. Parmi les énigmes que pose ce passage, la plus grosse est celle que constitue l’identité de ces « Arabes de Tolède ». Selon toute vraisemblance, il faut entendre par là les musulmans demeurés dans la ville après sa conquête. Mais contrairement à une opinion qui reste répandue de nos jours, les musulmans semblent avoir quitté la ville en grand nombre, dès avant qu’elle ne fût livrée au pouvoir chrétien, ainsi que l’exprime le même Ibn Bassām dans sa Ḏaẖīra et, s’il en restait ensuite assez pour justifier le maintien de la grande-mosquée, ils devaient être en bien petit nombre.

21Les intentions du chroniqueur nous paraissent claires, lorsqu’il se livre à la distorsion du premier épisode et, probablement, à l’invention du second : il y a évidemment le souci de faire porter la faute sur les « Français » ou, dirions-nous plutôt pour éviter l’anachronisme, les « Francs » dans les langues de l’époque (Francos / Ifranǧ), soit les gens du versant Nord des Pyrénées, venus du pays de langue occitane pour l’archevêque, ou de Bourgogne pour la reine. Mais il y a surtout celui de magnifier la personne du roi, garant du maintien dans la ville de sa population musulmane. Il y a aussi là une intention de propagande pour dire, de manière indirecte, que les musulmans, contre toute évidence, sont restés et n’ont pas pris la fuite devant les violences de l’occupation chrétienne, ou féodale si l’on préfère ce terme.

  • 59 DRH (1987), Livre I, chap. iii, p. 14, et trad. (1989), p. 66.
  • 60 DRH (1987), Livre I, chap. viii, p. 23, et trad. (1989), p. 74.

22Jiménez de Rada mentionne en quelques mots la fondation de Tolède par les deux consuls romains Tolemon et Brutus, cent huit ans avant le début du règne de Jules César, au temps de Ptolémée Evergète, roi d’Égypte59, et le choix de Tolède par les Goths comme le centre de leur empire (« apud Toletum sede uite et imperii locauerunt60 »). Le nom de la ville revient naturellement avec fréquence dans le récit de l’histoire du royaume wisigothique, sans qu’elle soit évoquée autrement que comme le lieu du décès des souverains et le site de réunion des nombreux conciles. Mais le prélat insiste à plusieurs reprises sur la primatie du siège épiscopal.

  • 61 DRH, livre III, chap. xii, texte (1987), pp. 91-92, trad. (1989), pp. 134-135 : « De reparationes v (...)

23Nous n’insisterons pas sur l’histoire du siège épiscopal de Tolède chez Jiménez de Rada, avec la série des conciles célébrés dans l’Urbs regia durant l’époque des rois wisigoths, qui occupe tout le livre II et partie du III du De Rebus Hispaniae. Plus fugace est la mention d’une « restauration » de la ville par le roi Wamba, sans autres détails que la citation de deux inscriptions aux portes de la ville, empruntée à la chronique de 75461. Cela, on le comprend aisément, intéresse moins le prélat que les fastes ecclésiastiques.

24De même que l’histoire du siège primatial de Tolède concernait particulièrement l’archevêque du xiiie siècle, c’est sur l’organisation administrative de la ville après la conquête chrétienne que l’on attendra l’alcalde mayor de la fin du xve siècle.

  • 62 « … mando fazer un alcaçar, el qual es oy alli, e un muro del alcaçar fasta el monesterio que dizen (...)

25Pero López de Ayala, en ce qui concerne l’organisation de la ville entre la conquête de 1085 et son temps, exprime pour une part des contre-vérités manifestes, ou des points très douteux. Ainsi, sur la question de l’alcázar royal dominant la ville, il affirme que ce fut Alphonse VI qui en ordonna la construction, qui ne fut achevée qu’au temps d’Alphonse X62.

  • 63 Delgado Valero, 1987, pp. 195-229, « La Alcazaba o al-Ḥizām ». Bien que cette auteure fasse preuve (...)
  • 64 Ainsi, avant López de Ayala, selon la Primera Crónica General, Alphonse VI établit son trône à Tolè (...)
  • 65 « E puso el rrey por alcayde del dicho alcaçar al Çid Ruy Diaz. E este fue el primero alcayde que a (...)

26Or, l’on sait bien qu’une ville musulmane d’al-Andalus possédait nécessairement un réduit fortifié, siège du pouvoir, dénommé al-qaṣaba, et qu’à Tolède (ou plutôt à Ṭulayṭula), cette forteresse se situait bien à l’emplacement où se dresse jusqu’à aujourd’hui l’Alcázar63, reconstruit une nouvelle fois après les événements bien connus de 1936. On pourrait comprendre, à la rigueur, que le « mando fazer » signifie non pas l’ordre de construire une forteresse entièrement nouvelle, mais celui de réparer, de reconstruire en mieux, quelque chose qui existait déjà auparavant64. Plus douteuse encore pourrait paraître l’affirmation du chroniqueur, selon laquelle Alphonse VI établit, comme capitaine de cette forteresse, le Cid, Rodrigo Díaz de Bivar, qui en fut le premier alcaide et en délégua la garde à Alvar Yáñez, lequel « tenait » l’alcázar65.

  • 66 Chronica Adefonsi Imperatoris (1950), n° 97, p. 76 ; ibid. (1990), t. II, vol. 2, p. 196. Monterde (...)

27Pourtant, les textes, tant narratifs, avec la Chronica Adefonsi Imperatoris, que diplomatiques, avec les documents émanés de la reine Urraca, confirment au moins la présence d’Alvar Áñez comme dux christianorum, ou princeps toletanus, et sa défense de la cité, lors de l’attaque infructueuse livrée par les Almoravides en 1109, ce qui implique la détention de l’alcázar royal66.

28Mais il y a aussi chez López de Ayala des réalités que l’on ne peut que difficilement remettre en question, de par la coïndicence entre ce que montrent les documents et ce qui a du être son expérience en tant qu’alcalde mayor de la ville : ainsi de la présence des mozarabes, jouissant de leur droit propre, appuyé par la concession du fuero des mozarabes de Tolède et concédé par Alphonse VI en 1101 (que López de Ayala ne mentionne pas), avec l’existence des deux alcaldes de Tolède, l’un des mozarabes et l’autre des Castillans, avec prééminence du premier, jugeant au civil et au criminel, alors que le second ne jugeait qu’au civil.

  • 67 « E llamase en Toledo, castellano, todo aquel que es de tierra de los señorios del rrey de Castilla (...)
  • 68 « … ca los moros eran conçejo, e tenian la çibdat », « ca los moros que tenian toda la çibdat eran (...)

29Également notable est l’indication qu’à Tolède étaient considérés comme « castillans » tous les sujets du roi de Castille originaires d’une terre où l’on ne jugeait pas selon le fuero juzgo67. Plus problématique est, non pas la phrase selon laquelle Tolède n’était pas un concejo, car on peut comprendre que la ville ne disposait pas d’une autonomie municipale, étant sous la dépendance directe du souverain, mais l’explication que donne à deux reprises de cette réalité López de Ayala, en répétant que les moros étaient le concejo et tenaient la ville68. Il est évidemment impossible pour nous de penser qu’à un quelconque moment entre 1085 et la fin du xive siècle les musulmans, puisque telle est la signification du terme moro en castillan médiéval, mudéjares, selon la terminologie moderne, c’est-à-dire soumis au pouvoir chrétien, aient pu gouverner la ville de façon autonome.

  • 69 Echevarría et Mayor, 2010.
  • 70 Molénat, 2012, et Id., 2013.

30Sans doute peut-on admettre que les moros tolédans, bien que peu nombreux, disposaient d’une organisation communautaire susceptible de régler leurs affaires religieuses et de droit civil, bien que l’on n’en ait pas trouvé trace dans la documentation actuellement disponible, mais qui est toujours susceptible d’être mise au jour. Ainsi, une organisation communautaire des mudéjars tolédans du début du xve siècle, qui n’est pas celle de l’aljama, mais seulement celle d’une confrérie, est-elle apparue récemment69. Malgré l’importance exceptionnelle du document publié, du point de vue de l’emploi de la langue arabe comme du maintien d’une anthroponymie fidèle aux canons arabes traditionnels70, il ne concerne pas le point abordé ici. Pourtant, même si l’on admet son existence, cette organisation communautaire restait enclavée et soumise au pouvoir chrétien, celui du roi et de ses représentants dans la ville, et d’aucune façon ne pouvait « tenir » la ville. La seule manière de comprendre de façon acceptable les mots du chroniqueur serait de penser qu’en écrivant « los moros » il avait en vue les mozarabes, par une confusion relativement fréquente. Mais cela encore est difficile à admettre parce que López de Ayala parle bien, à quelques lignes de distance, des mozarabes tolédans, de leurs églises et de leur alcalde… On resterait donc là devant une énigme, une erreur dont il était à priori impossible d’apercevoir, et l’origine, et la raison d’être.

  • 71 Id., 1997, p. 349.
  • 72 Ibid., pp. 345-348.

31Mais, en réfléchissant sur la question de savoir à quoi pouvait donc servir ce qui apparaît aujourd’hui comme une énorme contre-vérité, on peut penser en avoir trouvé la réponse. Dire que les moros « tenaient la ville » (sous-entendu après la conquête par Alphonse VI) est une façon indirecte de nier l’importance de l’élément « mozarabe » dans l’histoire et l’identité urbaine. López de Ayala ne pouvait occulter l’existence du fait mozarabe à Tolède jusqu’à son époque, avec notamment la survivance des paroisses de rite mozarabe, ou wisigothique, qui ne disparaîtront qu’à la fin du xve siècle, ou la juridiction de l’alcalde des mozarabes, dont il était peut-être le successeur71 puisque s’il était attesté comme alcalde mayor de Tolède dans les années 1380-90, avant de laisser la charge à son fils du même nom, il est difficile de dire de laquelle des deux fonctions d’alcalde mayor de la ville il était titulaire, et ce même si la distinction était encore valide de son temps. Mais dire que les moros « tenaient » la ville était une façon indirecte d’affirmer cependant que ce n’était pas les descendants des chrétiens « arabisés » qui avaient le rôle prépondérant dans la ville. Et il n’est pas indifférent de remarquer que ce maquillage de l’identité urbaine est effectué à l’époque — la seconde moitié du xive siècle — où précisément cette identité mozarabe traditionnelle disparaît avec l’abandon de l’écriture arabe, qui survivait jusqu’au milieu du siècle dans les signatures notariales, et la pleine intégration dans la noblesse castillane — et l’écart pris par eux à l’égard de la ville— des lignages issus de l’élite mozarabe, qui dominaient à Tolède depuis le milieu du xiie siècle et spécialement dans la seconde moitié du xiiie siècle et la première moitié du suivant. On a spécialement en vue par là les Álvarez de Toledo, descendants d’une lignée que l’on peut suivre à Tolède depuis le milieu du xiie siècle, et dont la branche principale, établie avec la « révolution trastamare » loin de la ville, sur les seigneuries de Valdecorneja et Oropesa, ne laissait au xve siècle qu’une branche mineure sur la maison ancestrale de Tolède72, cependant que d’autres lignées d’origine « mozarabe », non moins anciennes, s’étaient éteintes dans les troubles et les pestes du xive siècle.

32En conclusion, chaque auteur, tout en utilisant ses prédécesseurs, incline le récit selon qu’il lui convient, en fonction de ses besoins et des circonstances de son temps, oubliant ce qui ne lui paraît pas pertinent, et ajoutant éventuellement quelque chose de son cru. Les chroniqueurs musulmans ne vont pas parler du transfert des reliques de Tolède vers les Asturies, après la conquête de la ville royale, sujet qui ne présente aucun intérêt pour eux. Mais que cette question apparaisse chez les chroniqueurs chrétiens ne signifie par conséquent pas nécessairement qu’elle soit une invention.

  • 73 Rappelons que les documents notariés tolédans, rédigés en castillan depuis le début du xive siècle, (...)

33Les distorsions répondent également aux circonstances de l’époque où vit l’auteur, et où il rédige son œuvre. Ce n’est de toute évidence pas un hasard si López de Ayala se livre à la singulière opération consistant à escamoter les mozarabes dans la Tolède des xiie-xive siècles au profit des musulmans, à l’époque, la seconde moitié du xive siècle, où l’identité mozarabe s’évanouit dans la ville, notamment avec la perte de la langue arabe, au moins chez les chrétiens73, et le départ vers d’autres horizons des lignées qui connaissent le plus éclatant succès.

Haut de page

Bibliographie

Aẖbār Maǧmūʿa, éd. et trad. Emilio Lafuente Alcántara, sous le titre Ajbar Machmuâ. Crónica anónima del siglo XI, Madrid, 1867 (réimp. fac.-sim., Breinigsville, 2011) ; trad. partielle dans Reinhart Pietr Dozy, Recherches sur l’histoire et la littérature de l’Espagne pendant le Moyen Âge, Leyde (3e éd.), 1881.

Anales Toledanos I y II, éd. et comment. Julio Porres Martín-Cleto, Tolède, 1993.

Anales Toledanos, dans Enrique Flórez (éd.), España Sagrada, t. XXIII : Iglesia de Tuy, vol. 2, pp. 368-406, Guadarrama, 2007, 3e éd. (1e éd. 1767).

Arcas Campoy, María, Serrano Niza, Dolores (2004), « Ibn Ḥabīb al-Ilbīrī », dans Jorge Lirola Delgado et José Miguel Puerta Vílchez (dirs.), Biblioteca de al-Andalus, t. III, pp. 219a-227b, Almería.

Ballesteros Gaibrois, Manuel (1943), Don Rodrigo Jiménez de Rada, Barcelone – Madrid.

Catalán, Diego (2002), El Cid en la historia y sus inventores, Madrid.

Chronica Adefonsi Imperatoris, éd. Luis Sánchez Belda, Madrid, 1950 ; éd. Emma Falque, Juan Gil et Antonio Maya Sánchez, sous le titre Chronica Hispana saeculi XII. Pars 1, pp. 109-248, Turnhout, 1990.

Chronicon Moissiacense, éd. G. H. Pertz, dans MGH, Scriptores, t. I : Annales et Chronica Aevi Carolini, Leipzig, 1925, pp. 280-313.

Chroniques Asturiennes (fin ixe siècle), éd. critique, trad. et comment. Yves Bonnaz, Paris, 1987.

Contreras y López de Ayala, Juan, marqués de Lozoya (1972), Introducción a la biografía del canciller Ayala, Bilbao (2e éd.).

Collins, Roger (1991), La conquista árabe, 710-797, Barcelone (1e éd. Oxford, 1989).

Crego Gómez, María (2001), « Primeras noticias sobre Ṭulayṭula: Ibn Ḥabīb e Ibn ʿAbd al-Ḥakam », Qurṭuba. Estudios andalusíes, 6, pp. 59-75.

Crego Gómez, María (2007), Toledo en época omeya (ss. viii-x), Tolède.

Crónica de 754, « Isidorus Pacensis. Chronicon », éd. Jacques-Paul Migne, dans Patrologie Latine, t. XCVI, Paris, 1851 ; Anonyme de Cordoue. Chronique rimée des derniers rois de Tolède et de la conquête de l’Espagne par les Arabes, éd. Jules Tailhan, Paris, 1885 ; « Chronica Mvzarabica », dans Corpvs Scriptorvm Mvzarabicorvm, éd. Juan Gil, Madrid, 1973, t. I, pp. 15-54 ; Crónica Mozárabe de 754, éd. et trad. José Eduardo López Pereira, Saragosse, 1980 ; Continuatio Isidoriana Hispana. Crónica Mozárabe de 754, étude, éd. critique et trad. José Eduardo López Pereira, León, 2009.

Cronica del moro Rasis, versión del Ajbār mulūk al-Andalus de Aḥmad Ibn Muḥammad Ibn Mūsà al-Rāzī, 889-955; romanzada para el rey don Dionís de Portugal hacia 1300 por Mahomad alarife, y Gil Pérez, clérigo de don Perianes Porcel, éd. Diego Catalán et María Soledad de Andrés, Madrid, 1975.

Crónica de la población de Ávila, éd. Manuel Gómez Moreno, Boletín de la Real Academia de la Historia, 113, 1943, pp. 11-56 ; éd. Amparo Hernández Segura, Valence, 1966.

Crónica geral de Espanha de 1344, éd. Luís F. Lindley Cintra, Lisbonne, 1954, t. II.

Crónica general de España de 1344. Edición crítica del texto español de la Crónica de 1344 que ordenó el Conde de Barcelos don Pedro Alfonso, éd. Diego Catalán et María Soledad de Andrés, Madrid, 1971, t. I.

Crónica Najerense, éd. Antonio Ubieto Arteta, Valence, 1966 ; trad. Juan Estévez Sola, Madrid, 2003.

Crónicas Asturianas. Crónica de Alfonso III (Rotense y «A Sebastián»). Crónica Albeldense (y «Profética»), éd. et trad. Juan Gil Fernández, José Luis Moralejo et Juan Ignacio Ruiz de la Peña, Oviedo, 1985.

Primera Crónica General de España (2 vol.), éd. Ramón Menéndez Pidal et Diego Catalán, Madrid, 1977.

Delgado Valero, Clara (1987), Toledo islámico: ciudad, arte e historia, Tolède.

Dozy, Reinhardt Pietr (1881), Recherches sur l’histoire et la littérature de l’Espagne pendant le Moyen Âge, Leyde (3e éd.).

Echevarría, Ana, Mayor, Rafael (2010), « Las actas de reunión de una cofradía islámica de Toledo, una fuente para el estudio de los mudéjares toledanos. Años 1402 a 1414 », Boletín de la Real Academia de la Historia, 207 (2), pp. 257-293.

Falque, Emma (2003), « Lucas de Túy y Rodrigo Jiménez de Rada: el uso de las fuentes », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 26, pp. 151-161.

Garcia, Michel (1983), Obra y personalidad del Canciller Ayala, Madrid.

Gautier-Dalché, Jean (1973), « À Tolède à la fin du xiiie siècle, les enseignements d’un contrat de mariage et d’un testament », dans Économies et sociétés au Moyen Âge, Mélanges offerts à E. Perroy, Paris, pp. 183-198.

Gautier-Dalché, Jean (1979), « Fiction, réalité et idéologie dans la Crónica de la Población de Ávila », Razo. Cahiers du Centre d’Études Médiévales de Nice, 1, pp. 24-32.

Gayangos, Pascual de (1840), History of the Muhamedan Dynasties in Spain, Londres, t. I (comprenant la trad. partielle de al-Maqqarī, Nafḥ al-tīb, et de Pseudo-Ibn Qutayba, Al-imāma wa-l-siyāsa, app.).

Gayangos, Pascual de (1852), Memoria sobre la autenticidad de la crónica denominada del moro Rasis, Real Academia de la Historia, Madrid.

Gómez-Moreno, Manuel (1932), « Las primeras crónicas de la reconquista. El ciclo de Alfonso III », Boletín de la Academia de la Historia, 100, pp. 562-627.

González Palencia, Ángel (1926-1930), Los Mozárabes de Toledo en los siglos xii y xiii (4 vol.), Madrid.

Gorosterratzu, Javier (1925), Don Rodrigo Jiménez de Rada, gran estadista, escritor y prelado, Pampelune.

Grassotti, Hilda (1972), « Don Rodrigo Ximénez de Rada, gran señor y hombre de negocios en la Castilla del siglo xiii », Cuadernos de Historia de España, 55-56, pp. 1-302.

Guichard, Pierre (1990), L’Espagne et la Sicile musulmanes aux xie et xiie siècles, Lyon.

Hernández, Francisco J. (2003), « La hora de don Rodrigo », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 26, pp. 15-71.

Ibn ʿAbd al-akam, Abū al-Qāsim ʿAbd al-Raḥmān b. ʿAbd Allāh, Futūḥ Miṣr wa-l-Maġrib wa-l-Andalus, éd. Charles Torrey, Yale, 1922 (réimp. sous le titre The History of the Conquests of Egypt, North Africa and Spain, New Jersey, 2002) ; éd. et trad. partielle Albert Gateau, sous le titre Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, Alger, 1947 (2e éd. revue et augmentée).

Ibn Abī l-Fayyād, Abū Bakr, Kitāb al-ʿIbar (1979), éd., trad. et comment. Camilo Álvarez de Morales, « Aproximación a la figura de Ibn Abī l-Fayyād y su obra historica », Cuadernos de Historia del Islam, 9, pp. 29-127.

Ibn al-Aṯīr, Abū l‑Ḥasan ʿAlī al‑Šaybānī, al-Kāmil fī l-tārīẖ, éd. Carl J. Tornberg, Leyde, 1867 et suivantes (réimp. Beyrouth, 1965-67, 12 vol.) ; trad. partielle Edmond Fagnan, sous le titre Annales du Maghreb et de l’Espagne, Alger, 1901 (réimp., s. l., 2006).

Ibn Bassām al-Šantarīnī, Abū l-Ḥasan ʿAlī, Al-ḏaẖīra fī maḥāsin ahl al-Ǧazīra (8 vol.), éd. Iḥsan ʿAbbās, Beyrouth, 1979.

Ibn abīb, ʿAbd al-Malik, Kitāb al-tārīẖ (La historia), éd. Jorge Aguadé, Madrid, 1991.

Ibn aldūn, ʿAbd al-Raḥmān, Kitāb al-ʿIbar (7 vol.), Beyrouth, 1992 ; trad. partielle William Mac Guckin de Slane, sous le titre Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale (4 vol.), éd. rév. par Paul Casanova, Paris, 1956.

Ibn ʿIḏārī, al-Marrākušī, al-Bayān al-Muġrib, sous le titre Histoire de l’Espagne musulmane de la conquête au xe siècle, éd. Georges-Séraphin Colin et Évariste Lévi-Provençal, Leyde, 1951, t. II ; trad. Edmond Fagnan, sous le titre Histoire de l’Afrique et de l’Espagne intitulée Al‑Bayano’l‑Mogrib, t. II, Alger, 1904.

Ibn al-Kardabūs, al-Tawzarī, Kitāb al-iktifā’, sous le titre Ta’riẖ al‑Andalus (K. al‑Iktifā’ fī aẖbār al‑ẖulafā’, partie consacrée à al‑Andalus), éd. Aḥmad Muẖtār al-ʿAbbadī, Madrid, 1971 ; trad. Felipe Maíllo Salgado, sous le titre Historia de al‑Andalus (Kitāb al‑Iktifā’), Madrid, 1986.

Ibn al-Qūṭiyya, Abū Bakr b. ʿUmar, Tārīẖ iftitāḥ al-Andalus, trad. M. A. Cherbonneau, sous le titre Histoire de la conquête de l’Espagne par les musulmans traduite de la Chronique d’Ibn El-Kouthya, Paris, 1857 ; trad. John Harris Jones, sous le titre Ibn Abd-el-Hakem’s History of the Conquest of Spain, Goettingen, 1858 ; éd. et trad. Julián Ribera, sous le titre Historia de la conquista de España de Abenalcotía el Cordobés seguida de fragmentos históricos de Abencotaiba, etc., Madrid, 1926 ; trad. David James, sous le titre Early Islamic Spain. The History of Ibn al-Qūṭīya, Londres, 2009.

Izquierdo Benito, Ricardo (2009), « ¿De complejo palatino a arrabal islámico? », dans AA.VV., La Vega Baja de Toledo, Tolède, pp. 95-109.

Izquierdo Benito, Ricardo (2010), « La presencia musulmana en Vega Baja », dans Alfonso García (coord.), Espacios urbanos en el Occidente mediterráneo (ss. vi-viii), Tolède, pp. 113-120.

Jiménez de Rada, Rodrigo, De Rebus Hispaniae, sous le titre Roderici Ximenii de Rada Historia de rebus Hispanie sive Historia Gotica, éd. Juan Fernández Valverde, Turnhout, 1987 ; trad. Juan Fernández Valverde, sous le titre Historia de los hechos de España, Madrid, 1989 (cité DRH).

Jiménez de Rada, Rodrigo, Historia Arabum, éd. José Lozano Sánchez, Séville, 1993 (2e éd.) ; trad. et étude de Matthias Maser, sous le titre Die Historia Arabum des Rodrigo Jiménez de Rada. Arabische Traditionen und Identität der Hispania im 13. Jahrhundert. Studie-Übersetzung-Kommentar, Berlin, 2006.

Lévi-Provençal, Évariste (1931), « Alphonse VI et la prise de Tolède (1085) », Hespéris, 12, pp. 33-49 ; reproduit dans Id. (1948), Islam d’Occident, Paris, pp. 109-135.

López de Ayala, Pero, Crónica del Rey don Pedro y del Rey don Enrique su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno (2 vol.), éd. Germán Orduna, Buenos Aires, 1994-1997.

López Pereira, José Eduardo (1980), Estudio crítico sobre la Crónica Mozárabe de 754, Saragosse.

López Pereira, José Eduardo (2009), Continuatio Isidoriana Hispana. Crónica Mozárabe de 754, León (éd. critique, étude et trad.).

Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, éd. Emma Falque, Turnhout, 2003.

Makkī, Maḥmūd ʿAlī (1957), « Egipto y los origenes de la historiografía arabigo-española », Revista del Instituto de Estudios Islámicos en Madrid, 5, pp. 157-248.

al-Maqqarī, Abū l-ʿAbbās Aḥmad, Nafḥ al-tīb, trad. et adapt. partielles Pascual de Gayangos, sous le titre The History of the Muhammedan Dynasties in Spain, t. I, Londres, 1840 ; éd. partielle Reinhardt Dozy, Gustave Dugat, Ludolf Krehl et William Wright, sous le titre Analectes sur l’histoire et la littérature des Arabes d’Espagne par al-Makkarī (2 vol.), Leyde, 1855-1861 (réimp. Amsterdam, 1967) ; éd. Maryam Qāsim Ṭawīl et Yūsuf ʿAlī Ṭawīl, Beyrouth, 1995 (10 vol.) ; éd. Iḥsān ʿAbbās, Beyrouth, 2004 (2e éd.) [8 vol.].

Martin, Georges (1984), « La chute du royaume wisigothique d’Espagne dans l’historiographie chrétienne des viiie et ixe siècles », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 9, pp. 207-233.

Martin, Georges (1997), « Un récit (La chute du royaume visigothique d’Espagne dans l’historiographie chrétienne des viiie et ixe siècles) », Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11, pp. 11-42.

Menéndez Pidal, Ramón, Primera Crónica General de España, éd. Diego Catalán, Madrid, 1977.

Molénat, Jean-Pierre (1994), « L’arabe à Tolède, du xiie au xvie siècle », Al-Qanṭara, 15, pp. 473-496.

Molénat, Jean-Pierre (1995), « Le problème de la participation des notaires mozarabes de Tolède à l’œuvre des traducteurs », En la España Medieval, 18, pp. 39-60.

Molénat, Jean-Pierre (1997), Campagnes et monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid.

Molénat, Jean-Pierre (2012), « Les noms des mudéjars revisités à partir de Tolède et de Lisbonne », En la España Medieval, 35, pp. 75-98.

Molénat, Jean-Pierre (2013), « Les noms des mudéjars revisités à partir de Tolède et du Portugal », dans Christian Müller et Muriel Roiland-Rouabah, Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d’Islam, Mélanges offerts à Jacqueline Sublet, Beyrouth, pp. 437-460.

Monsalvo Antón, José María (2010 a), « La imagen de las ciudades y regiones altomedievales de León y Castilla en las crónicas generales (de Sampiro a la Estoria de España) », dans Representaciones culturales de la ciudad medieval, dossier publié dans la revue Studia Historica-Historia Medieval, 28, pp. 83-123.

Monsalvo Antón, José María (2010 b), « Ávila del rey y de los caballeros. Acerca del ideario socia y político de la Crónica de la Población », dans Jon Andoni Fernández de Larrea Rojas et José Ramón Díaz de Durana Ortiz de Urbina (éd.), Memoria e Historia. Utilización política en la Corona de Castilla al final de la Edad Media, Madrid, pp. 163-199.

Monterde Albiac, Cristina, Diplomatario de la reina Urraca de Castilla y León (1109-1126), Saragosse, 1996.

al-Nuwayrī, Aḥmad, Nihāyat al‑arab fī funūn al‑adab, éd. et trad. part. Mariano Gaspar Remiro, sous le titre Historia de los musulmanes de España y África por En-Nuguairi (2 vol.), Grenade, 1917-1919 ; éd. Ḥusayn Naṣṣār et ʿAbd al-ʿAzīz al-Ahwānī, Le Caire, 1983.

Oliver Pérez, Dolores (2012), « Ajbār Maŷmūʿa (colección de noticias históricas) », dans Jorge Lirola Delgado et José Miguel Puerta Vílchez (dir.), Biblioteca de al-Andalus, t. I, pp. 57b-77a, Almería.

Pérez Álvarez, María Ángeles (2012), « Ibn Abī l-Fayyād, Abū Bakr », dans Jorge Lirola Delgado et José Miguel Puerta Vílchez (dir.), Biblioteca de al-Andalus, t. I, pp. 356a-358a, Almería.

Pseudo-Ibn Qutayba, Al-imāma wa-l-siyāsa, éd. H̱alīl al-Munassiq, Beyrouth, 1997 ; trad. et adapt. partielles Pascual de Gayangos, dans The History of the Muhammedan Dynasties in Spain, Londres, 1840, t. I, app. E, pp. l-xc ; trad. esp. Julián Ribera, dans Historia de la conquista de España de Abenalcotía el Cordobés seguida de fragmentos históricos de Abencotaiba, etc., Madrid, 1926, pp. 105-162.

Rucquoi, Adeline (2003), « Les villes d’Espagne : de l’histoire à la généalogie », dans Hanno Brand, Pierre Bonnet et Martial Staub (éd.), Memoria, communitas, civitas. Mémoire et conscience urbaine en Occident à la fin du Moyen Âge, dossier publié dans la revue Beihefte der Francia, 55, pp. 145-166.

Sánchez-Albornoz, Claudio (1944), El « Ajbār Maŷmūʿa ». Cuestiones historiográficas que suscita, Buenos Aires.

Sánchez-Albornoz, Claudio (1974), En torno a los orígenes del feudalismo, Buenos Aires (2e éd.).

Vlaminckx, Kristine (1985), « La reddition de Tolède (1085 A.D.) selon Ibn Bassām aš-Šantarīnī », Orientalia Lovaniensia Periodica, 16, pp. 179-196.

Haut de page

Notes

1 Gautier-Dalché, 1973.

2 Maintenant publiée : Molénat, 1997.

3 Communication présentée au colloque sur les identités urbaines, tenu à l’université d’Évora, les 13 et 14 octobre 2011, dont il n’a pas été prévu de publier les actes, et augmentée pour cette publication.

4 Anales Toledanos I y II (1993) et Anales Toledanos (2007).

5 Crónica de la población de Ávila (1943, 1966).

6 Rucquoi, 2003 ; Monsalvo Antón, 2010 b ; Gautier-Dalché, 1979.

7 Les régions situées au sud du Système Central, et donc Tolède, ne sont pas concernées par Monsalvo Antón, 2010 a.

8 DRH, texte (1987) et trad. (1989).

9 López de Ayala, Crónica (1994-1997), le titre donné par G. Orduna soulignant l’unité de conception de l’œuvre.

10 Gorosterratzu, 1925 ; Ballesteros Gaibrois, 1943 ; Grassotti, 1972.

11 Contreras y López de Ayala, 1972 ; Garcia, 1983.

12 Pour l’histoire de l’implantation des Ayala à Tolède et leur alliance avec l’une des familles mozarabes de la ville, voir Molénat, 1997, en particulier : « L’établissement des Ayala à Tolède », pp. 170-171.

13 Hernández, 2003, spécialement le résumé p. 15.

14 López de Ayala, Crónica (1994), t. I, año 2, chap. xvii, xviii, xix, pp. 55-63.

15 DRH (1989), Liv. III, chap. xxiii, p. 154 ; ibid. (1987), p. 110 : « maiores Cordube ad Toleti presidium confugisse ».

16 DRH (1987), Liv. III, chap. xxiv, p. 111 : Ṭāriq « Cum enim Toletum uenisset, inuenit eam fere habitatoribus destitutam; plures enim ad Amayam, alii ad Asturias, alii confugerant ad montana. Taric autem ex Arabibus quos secum duxerat et Iudeis quos Toleti inuenerat muniuit Toletum. Exinde iuit Guadalfaiaram… ».

17 Ibn abīb, Kitāb al-tārīẖ (1991), n° 407, p. 141 : « ʿAbd Allāh b. Wahb nous a rapporté, d’après al-Layṯ b. Saʿd, que lorsque Ṭāriq, le client de Mūsā b. Nuṣayr, conquit Tolède, il y trouva la table de Salomon, fils de David… » (notre trad.). Crego Gómez, 2001, donne, pp. 62-63, une trad. du passage, où le nom de Ṭāriq n’apparaît pas. Sur Ibn Ḥabīb, voir Arcas Campoy et Serrano Niza, 2004.

18 Aẖbār Maǧmūʿa (1867), texte p. 14 / trad. p. 27 ; Dozy, 1881, t. I, p. 52. Si les conclusions de Dolores Oliver Pérez, présentées dans plusieurs articles qu’elle synthétise dans Oliver Pérez, 2012, sont exactes, les informations contenues dans la première partie des Aẖbār Maǧmūʿa relative à la conquête ont été réunies au milieu du ixe siècle, au temps de l’émir ʿAbd al-Raḥmān II. Au contraire, Claudio Sánchez-Albornoz retardait la rédaction de cette partie à la seconde moitié du xe siècle ou au premier tiers du xie (Sánchez-Albornoz, 1944, pp. 52, 75). Il est important de maintenir le pluriel du titre (signifiant « Notices réunies… »), soulignant l’hétérogénéité de la composition.

19 Ibn ʿAbd al-akam, Futūḥ Miṣr wa-l-Maġrib wa-l-Andalus (1922), p. 207 ; ibid. (1947), texte p. 94 / trad. p. 95 : « cependant que T’âriq marchait sur Tolède, où il entra. Son premier soin fut de réclamer la Table, qui avait appartenu à Salomon, fils de David, à ce que prétendent les “Gens de l’Écriture” ».

20 Ibn al-Qūṭiyya, Tārīẖ iftitāḥ al-Andalus (1926), texte p. 9 / trad. p. 6 ; ibid. (1857), pp. 9-10 ; et ibid. (2009), p. 52 : « He (Ṭāriq) continued his advande to Istija [Écija], and to Cordova; then on to Toledo; then on to the pass called Fajj Ṭāriq [Ṭāriq’s Pass], by which he entered Galicia ».

21 Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifā (1971) et ibid. (1986).

22 Makkī, 1957, spécialement p. 215.

23 Pseudo-Ibn Qutayba, Al-imāma wa-l-siyāsa (1997), p. 237 ; voir aussi la traduction partielle de Gayangos, 1840, app. E, p. LXXII ; et celle de Ribera (1926), pp. 105-162 (« Narración de la conquista de España tomada del libro “al-imamato ua as-siasato”, de Abencotaiba »), spécifiquement p. 109.

24 Ibn ʿIḏārī, al-Bayān al-Muġrib (1951) et trad. (1904).

25 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fī l-tārīẖ (1987), t. IV, p. 269, et trad. (1901), p. 45.

26 Al-Nuwayrī, Nihāyat al‑arab, dans Ibn aldūn, Kitāb al-ʿIbar, trad. partielle de Slane, dans Histoire des Berbères (1951), app., t. I, p. 349. Al-Nuwayrī fait explicitement référence au Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, qu’il copie. Ce passage ne figure pas dans l’édition et traduction partielle d’al-Nuwayrī, Nihāyat al‑arab (1917-19). Voir aussi l’édition de Naṣṣār et al-Ahwānī, ibid. (1983), t. XXIV, p. 48. Nous n’avons pu avoir accès à l’édition de Abū Ḍayf Aḥmad (1984 ou 1985).

27 Ibn Abī l-Fayyād, Kitāb al-ʿIbar (1979), pp. 29-127, éd. d’un fragment conservé (p. 45) et sa trad. (p. 78). La traduction du même fragment avait été publiée, d’après un brouillon de Melchor Martínez Antuña, par Claudio Sánchez-Albornoz (Sánchez-Albornoz, 1974, t. II, app., pp. 277-284) ; ainsi, p. 279 : Tāriq « había entrado ya en la ciudad de Toledo, y desalojado de ella a todos los cristianos que había allí ». Voir aussi Pérez Álvarez, 2012.

28 Ibn ʿIḏārī, al-Bayān al-Muġrib (1951), t. II, p. 12, et trad. (ibid., 1904), t. II, p. 18. Notre traduction : « Ṭāriq trouva à Tolède une ville abandonnée, où ne demeuraient que des juifs en petit nombre. Le gouverneur avait fui avec ses hommes pour se réfugier dans une autre ville, située derrière la montagne. Ṭāriq partit à leur poursuite, après avoir organisé les juifs et laissé avec eux à Tolède certains de ses hommes et compagnons… ».

29 L’auteure d’une étude récente, qui considère la chronique castillane de 1344 comme la version la plus fidèle de l’œuvre d’al-Rāzī, rappelle que cette chronique mentionne la fuite de la population de Tolède et dit que Ṭāriq confia la ville aux juifs (Crego Gómez, 2007, p. 28). C’est attribuer ces deux informations à Aḥmad al-Rāzī. On peut ajouter que ce passage de la Crónica de España de 1344 est à peu près identique à celui publié par Gayangos (Gayangos, 1852, p. 72) et inclus par les éditeurs les plus récents (Cronica del moro Rasis, 1975, pp. 354-355) seulement au titre de la version factice et interpolée de Gabriel Rodríguez de Escabias, datant du xviie siècle, comme à celui de la version portugaise (Crónica geral de Espanha de 1344, 1954, p. 337).

30 Gayangos, 1840, p. 282 ; Aẖbār Maǧmūʿa (1867), app. 2-1, p. 184.

31 Al-Maqqarī, Nafḥ al-tīb (1995), t. I, p. 255 ; ibid. (2004), t. I, pp. 264-265. Notre trad.

32 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fī l-tārīẖ (1987), t. IV, p. 269, et trad. partielle, ibid. (1901), p. 46. Notre trad.

33 Bien que, depuis Gayangos, on admette que la Crónica del moro Rasis soit une traduction castillane de la traduction portugaise, réalisée à la fin du xiiie siècle-début du xive, de l’œuvre du chroniqueur du xe siècle, père de l’historiographie andalousienne, Aḥmad al-Rāzī, Tārīẖ mulūk al-Andalus, la comparaison entre les extraits de celui-ci relatifs à la conquête d’al-Andalus cités par al-Maqqarī dans son Nafḥ al-ṭīb (dans les diverses éditions du texte arabe, comme dans les traductions de Gayangos et Lafuente Alcántara) et les passages correspondants de la Crónica del moro Rasis, nous amènent à douter qu’il s’agisse effectivement d’une « traduction ». On dirait plutôt que l’on est en présence d’une œuvre « inspirée par ». De même pour la Crónica de Espanha de 1344, « inspirée » à son tour par la Crónica del moro Rasis. On verra maintenant à ce sujet notre communication au congrès tenu à Madrid et Alcalá de Henares, en juin 2013, El Magreb y la Península Ibérica (647-756 d. C.). Conmemoración del Pacto de Tudmir en 713, intitulée : «En busca del relato de Aḥmad al-Rāzī sobre la conquista de al-Andalus», à paraître.

34 « Despues de esto, Tarife, por mui grant seso e por buena ventura ovo de saber lugar por donde ovo de ganar á Toledo. Et despues que España primeramente fué poblada fasta aquel tiempo, nunca en villa nin castillo á que lo dixesen en verdat, que tomassen tan gran tesoro, nin tanta joyas, nin tales como él alli tomó. Et todos los christianos salieron de Toledo, et fuieron á una cibdat que estaba al pie de la sierra, á que se puso nombre despues la Messa, porque se tomó en ella la messa de Salomón. Et quando los judios vieron que se perdian, et toda la tierra se perdia, vinieronse todos para Tarife, et rogaronle que les diesse donde poblasen, et él tovo por bien de les dar á Toledo, et dioselo et encerrólos hy et pusso hy homes que tuviessen las fortaleças de la villa en derredor, et dexólos y señor de su mano. Et de si fuesse sobre Aguadalfaxara… » (Gayangos, 1852, app. 2, p. 72). Gayangos ne doute pas de l’authenticité de cette partie (voir ibid., p. 24).

35 González Palencia, 1926-1930, cité par Molénat, 1995. Falque, 2003, concernant l’usage des sources fait par Jiménez de Rada, ne s’intéresse pas aux sources arabes.

36 Gil, 1973, t. I, pp. 15-54 ; Crónica Mozárabe de 754 (1980, éd. de López Pereira) ; López Pereira, 1980 ; et Id., 2009.

37 Crónica de 754 (1851).

38 Crónica de 754 (1885).

39 Collins, 1991 (p. 52), allant jusqu’à nier toute valeur historique aux sources arabes de la conquête.

40 Crónica de 754 (1980), n° 53, pp. 70-71 : « non ut pastor, sed ut mercennarius ». López Pereira (Crónica Mozárabe de 754, 1980, p. 71, n. 8 ; et López Pereira, 2009, p. 227, n. 8) relève qu’il s’agit d’une allusion à l’Évangile selon saint Jean (10, 12).

41 Crónica de 754 (1980), n° 54, pp. 70-71. Noter cependant qu’il y a divergence chez les auteurs contemporains sur la lecture et l’interprétation du passage.

42 DRH (1987), Liv. IV, chap. iii, p. 118 : « Postquam uero urbs regia fuit non irruptione set federe ab Arabibus occupata, quod tamen fedus Sarraceni postea irruperunt» ; et trad. en castillan (1989), p. 163 : « después que la ciudad regia fue ocupada por los árabes, no con un ataque, sino mediante un tratado —tratado que luego incumplieron los sarracenos ».

43 « Clerus et Christiani eiecti cum aliis, qui in Hispaniis seruituti barbarice mancipati elegerunt degere sub tributo, permissi sunt uti lege et ecclesiasticis institutis et habere pontifices et euangelicos sacerdotes, apud quos uiguit officium Isidori et Leandri et uiguet hodie in VI parrochiis Toletanis ». Voir la traduction du passage en castillan, amendée pour la reddition de la ville aux Arabes, dans la Primera Crónica General de España (1977, t. II, pp. 325-326).

44 « Hiis diebus, Sinderedus, de quo diximus, urbis regie presul et primas aduentum Arabum expauescens et Witize insolenciis fatigatus, Romane patrie ses dedit oues deserens ut mercenarius, non ut pastor » (DRH, 1987, Liv. III, chap. xviii, p. 101). La référence aux insolentia de Witiza semble placer le départ du prélat sous le règne de celui-ci, et donc avant l’arrivée effective des Arabes.

45 Crónica de 754 (1980), n° 53, pp. 70-71. De même, la mention des inscriptions dûes au roi Wamba (voir plus bas).

46 Jiménez de Rada, Historia Arabum (1993), p. 17, et ibid. (2006).

47 La forme « Tarif » s’explique probablement, chez un prédécesseur de López de Ayala, plutôt que par une confusion entre Ṭāriq et son prédécesseur Ṭarīf, par la mauvaise lecture d’un manuscrit arabe, avec confusion du qāf et du fā’, écrits sans point en position finale, selon la remarque dont nous sommes redevable à notre collègue et ami de l’IRHT, section arabe, Lahcen Daaïf. Alors que Jiménez de Rada écrit correctement « Taric », aussi bien dans le DRH que dans l’Historia Arabum, les formes « Tarif » ou « Tariffe » se trouvent déjà à la fin du xiiie siècle dans la Primera Crónica General de España (1977, t. I, chap. 556-557, pp. 308 sqq), dans la Crónica del moro Rasis, supposée résulter d’une traduction d’Aḥmad al-Rāzī, effectuée de l’arabe au portugais aux premières années du xive siècle (Gayangos, 1852, app. 2, p. 72, considérant cette partie comme authentique), dans la Crónica geral de Espanha de 1344 (1954, t. II, chap. ccv, p. 337) et dans sa version castillane (Crónica general de España de 1344, 1971, p. 141). Mais le fait que la forme « Tarif » se trouve déjà dans la Primera Crónica General de España exonère les prétendus « traducteurs » portugais au moins de cette erreur et la met au débit des « nègres » d’Alphonse X, peut-être des clercs tolédans encore partiellement arabophones, dans la seconde moitié du xiiie siècle.

48 Crónicas Asturianas (1985) ; Chroniques asturiennes (1987).

49 Crónica Najerense (1966) et ibid. (2003).

50 Voir Gayangos, 1840, t. I, p. 533, n. 25, sur l’histoire de la procession à l’église de Santa Leocadia à l’extérieur de la ville. Mais on trouve également chez le Tudense non seulement la présence des juifs dans la ville, mais le fait qu’ils trahirent, ouvrant les portes de la ville aux Sarrasins, tandis que les chrétiens allaient en procession à l’église Santa Leocadia hors-les-murs (Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, 2003, p. 222).

51 Izquierdo Benito, 2009 et Id., 2010, ne mentionne pas, ne serait-ce que comme une légende d’origine douteuse, l’histoire de l’embuscade tendue aux Tolédans se rendant en pélerinage à l’église de Santa Leocadia hors-les-murs, dans la zone aujourd’hui appelée Vega Baja, dont des fouilles récentes ont montré qu’elle était peuplée dans le courant du viiie siècle.

52 Lucas de Tuy, Chronicon Mundi (2003), intro. p. LXIX.

53 Crónica « Profética », publiée dans Gómez Moreno, 1932, spécifiquement p. 625, et dans Crónicas Asturianas (1985). Crónica de Alfonso III, version rotensis, avec note à la traduction : « año 714, adición errónea en algunos manuscritos de Rot » (Crónicas Asturianas, 1985, pp. 122 et 201). La Najerense donne la même date pour l’invasion musulmane (Crónica Najerense, 2003, p. 109).

54 Martin, 1984, spécifiquement p. 218 ; le même texte dans Id., 1997. Cet auteur montre aussi qu’un document asturien de 812 connaît la date correcte de 711 (era 749) pour l’invasion. Une autre version de la chronique de Moissac rapporte toute l’invasion arabe, du règne de Witiza à la prise de Carcassone et de Nîmes, sous l’année 715 (Chronicon Moissiacense, p. 290, l. 31-46).

55 Voir DRH (1987), livre VI, chap. xxiii, pp. 137-138 : « Quod Mezquita Maurorum facta est Ecclesia Christianorum » ; ce qui devient dans la trad. (ibid., 1989), p. 248 : « Sobre la dote de la Iglesia toledana ».

56 Ibn Bassām, Al-ḏaẖīra, t. VII (4e partie, vol. 1), pp. 167-168. Trad. dans Vlaminckx, 1985, pp. 179-196, et dans Guichard, 1990, pp. 122-123.

57 Lévi-Provençal, 1931 et Id., 1948.

58 Molénat, 1997, pp. 27-28.

59 DRH (1987), Livre I, chap. iii, p. 14, et trad. (1989), p. 66.

60 DRH (1987), Livre I, chap. viii, p. 23, et trad. (1989), p. 74.

61 DRH, livre III, chap. xii, texte (1987), pp. 91-92, trad. (1989), pp. 134-135 : « De reparationes vrbis toletane: […] eleganter cuitatem Toleti miro et exquisito opere renouauit… », en 12 lignes, dont quatre occupées par le texte des deux inscriptions. Voir aussi Crónica de 754, n° 35, éd. López Pereira, 1980, pp. 52-55.

62 « … mando fazer un alcaçar, el qual es oy alli, e un muro del alcaçar fasta el monesterio que dizen de Sant Pablo […] E commo quier que luego el dicho alcaçar de Toledo non fue acabado, saluo que fizieron alli commo castillo defendedero, do podria el alcayde tener algunas conpañas, enpero despues por tienpo fue labrado segund oy esta. Ca el rrey don Alfonso, fijo del rrey don Ferrando que gano a Seuilla, mando labrar todo lo mejor que alli es » (López de Ayala, Crónica [1994], t. I, año 2, chap. xvii, pp. 55-56).

63 Delgado Valero, 1987, pp. 195-229, « La Alcazaba o al-Ḥizām ». Bien que cette auteure fasse preuve de beaucoup de prudence, elle dit néanmoins (ibid., p. 206) : « se podría hablar, pues de un alcázar emplazado aproximadamente donde el actual ».

64 Ainsi, avant López de Ayala, selon la Primera Crónica General, Alphonse VI établit son trône à Tolède, avant d’y établir un bon alcázar, là où il n’y avait que des murs de terre : « fasta que establesciesse y segura morada con buen alcaçar, que non auie y estonces sino uno de paredes de tierra » [nous soulignons] (Primera Crónica General de España, 1967, t. II, chap. 869, p. 540). Clara Delgado cite le passage, en indiquant qu’il a donné lieu à l’interprétation selon laquelle l’alcázar fut édifié par Alphonse VI (Delgado Valero, 1987, n. 256, p. 246).

65 « E puso el rrey por alcayde del dicho alcaçar al Çid Ruy Diaz. E este fue el primero alcayde que ally fue e ouo. E el Çid dexo por si un cauallero suyo muy bueno que dezian don Aluar Hañez Minaya que tenia el alcaçar » (López de Ayala, Crónica [1994], t. I, año 2, chap. xvii, pp. 55-56).

66 Chronica Adefonsi Imperatoris (1950), n° 97, p. 76 ; ibid. (1990), t. II, vol. 2, p. 196. Monterde Albiac, 1996, doc. 97, p. 103. Catalán, 2002, pp. 99-100, n. 44.

67 « E llamase en Toledo, castellano, todo aquel que es de tierra de los señorios del rrey de Castilla, do non se juzga por el Libro Juzgo » (López de Ayala, Crónica [1994], t. I, año 2, chap. xix, p. 63).

68 « … ca los moros eran conçejo, e tenian la çibdat », « ca los moros que tenian toda la çibdat eran el conçejo » (Ibid., t. I, año 2, chap. xvii, p. 56).

69 Echevarría et Mayor, 2010.

70 Molénat, 2012, et Id., 2013.

71 Id., 1997, p. 349.

72 Ibid., pp. 345-348.

73 Rappelons que les documents notariés tolédans, rédigés en castillan depuis le début du xive siècle, restent signés en arabe jusqu’au milieu du même siècle (Molénat, 1994). Pour la persistance de l’emploi écrit de l’arabe chez les musulmans, au début du xve siècle, voir Echevarría et Mayor, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Molénat, « Tolède vue par les chroniqueurs Rodrigo Jiménez de Rada et Pero López de Ayala, rapprochés de leurs prédécesseurs, de langue arabe, latine ou romane »Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-1 | 2014, 179-197.

Référence électronique

Jean-Pierre Molénat, « Tolède vue par les chroniqueurs Rodrigo Jiménez de Rada et Pero López de Ayala, rapprochés de leurs prédécesseurs, de langue arabe, latine ou romane »Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-1 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mcv.5563

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Molénat

C.N.R.S. - I.R.H.T. (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search