Navigation – Plan du site
Dossier. Pour faire une histoire des listes à l'époque moderne

Présentation

Gregorio Salinero et Christine Lebeau
p. 9-13

Texte intégral

  • 1   Les journées détudes sur lhistoire des listes ont été organisées conjointement avec Miguel Ánge (...)

1Chaque historien de l’époque moderne a eu affaire avec quelque spécimen de liste : registres paroissiaux, registres fiscaux, classement d’impétrants à un bénéfice ecclésiastique, recensements, catalogue de passagers pour les Indes occidentales, liste de condamnés, rôle de prisonniers, de déportés ou d’amnistiés, index ou simple inventaire1. Le dénombrement vise parfois à être exhaustif ; d’autres fois, il prétend seulement à une énumération incomplète. On sait que la forme de la liste est très ancienne et qu’elle constitue une « technologie intellectuelle » (selon la formule à succès de Jack Goody, Pouvoirs et savoirs de l’écrit, trad. de Claire Maniez, Paris, 2007) sur laquelle s’appuient la pensée et l’organisation sociale. Ainsi, dès le IIIe millénaire avant Jésus-Christ, apparaissaient des listes administratives en écriture cunéiforme sumérienne et acadienne. En revanche, il est apparu que l’époque moderne est bien le temps des listes, une époque marquée par le gonflement sans précédent de leurs usages, leur omniprésence dans les secteurs judiciaires ou fiscaux, dès le xvie siècle ; mais aussi par leur développement dans les domaines intellectuels ou culturels, notamment aux xviie et xviiie siècles. En sorte que, par-delà l’infinie diversité des formes prises par les listes et les objectifs explicites de celles-ci, il s’est agi de savoir ce que sont les listes, en prenant en compte le destin de ces énumérations, leurs réemplois et leurs contre-emplois.

2C’est précisément en cela que nous avons tenté de contribuer à faire une histoire des listes : comment les fonctions historiques des listes peuvent-elles rendre compte de l’omniprésence de celles-ci tout au long de l’époque moderne ? Certains moments sont d’authentiques phases de « guerre des listes », ainsi les années de la Ligue ou celles de la Révolution française, quand les effets et la place des listes constituent un enjeu politique à part entière. Parfois, la litanie des références est plus inattendue : listes d’anges, de signes ou d’animaux. On ne saurait réduire un substantif d’usage si général à la désignation de listes de genres ou d’espèces, tels que tous les chevaux du monde, tous les poissons des océans, tous les coquillages. Ce sont bien souvent ces catalogues de genre (saisis par une fièvre qui prétend consigner l’infini) que représentent les listes figurées, par exemple dans les œuvres d’art commentées par Umberto Eco dans Vertige de la liste (Flammarion, Paris, 2009). La liste vise d’ordinaire à consigner des exemplaires et des individus. Il advient qu’ils soient représentés en listes par le truchement d’un objet, d’une espèce ou d’un lieu : saint Pierre par des clés, la reine de Saba par un esclave lové à ses pieds… Autant de formes rhétoriques et d’encodages qu’il convient de décrypter.

3La liste est l’un des produits privilégiés des conflits et des négociations. Indépendamment de son contenu et de la diversité de ses formes, elle est toujours une énumération, hiérarchiquement ordonnée ou non, ouverte ou close, et qui vise à un objectif explicite : faire payer l’impôt, poursuivre des délinquants, accréditer des prédicateurs… Ce but recouvre généralement la forme de l’évidence tout en masquant des enjeux et des fonctions multiples. Nous tenterons ainsi de révéler dans ce dossier la face cachée de la production de certaines de ces listes. On l’a dit, les sujets doivent payer l’impôt à leur roi. Ceux qui sont sur les registres fiscaux sont redevables du juste montant affiché dans la liste. Mais la production de trois padrones de vecinos pour la ville espagnole d’Alcántara, durant la seconde moitié du xvie siècle, démontre aussi que ceux qui ont procédé aux répartitions de l’impôt et qui assurent sa levée ont réduit leurs propres versements tout en augmentant leur rétribution. La confection des nouveaux registres n’a pas été motivée seulement par les exigences d’une monarchie impécunieuse.

4Dans la république italienne de Lucques, l’activité du Magistrato dei Segretari, mise en évidence par Matteo Giuli, relève tout à la fois de l’appareil de services secrets, de l’instrument de police politique et de l’inquisition d’État. Au fil des quatre siècles de son existence, de 1371 à 1799, cette institution étend ses compétences aux domaines les plus divers en ayant toujours davantage recours aux listes. M. Giuli complète ainsi par cette contribution son livre intitulé Il governo di ogni giorno: l’amministrazione quotidiana in uno stato di antico regime, Lucca, xvii-xviii secolo (Rome, 2012), qui étudie en détail l’administration de la République lucquoise.

5Un exemple différent nous est fourni par le texte d’Aude Argouse : on y voit comment les corrégidors (les magistrats locaux) de Cajamarca, dans le Pérou colonial, semblent avoir utilisé les énumérations testamentaires pour permettre aux Espagnols, établis dans ce qui était d’un point de vue juridique un simple pueblo de indios, de pérenniser leur droit à être installés sur le territoire de ce bourg indigène.

6Les listas de memorias découvertes par Isabel Testón et Rocío Sanchez Rubio pour consigner la mémoire d’autres listes de passagers pour les Indes de Castille sont produites pour répondre à des préoccupations d’ordre
mnémotechnique, tout comme pour partie le cas étudié plus loin par Markus Meumann. Ces considérations fonctionnelles ne sauraient toutefois suffire pour faire une histoire des listes. D’autant que généralement, les historiens picorent dans les listes des informations utiles à nourrir les thématiques de leurs travaux, tout en négligeant d’en faire l’histoire.

7Les listes peuvent aussi apparaître sans conteste comme l’une des formes de la majesté divine. Il ne manque pas de surprendre que le Dieu des chrétiens se décline en une liste : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. De même, l’une des bases morales de la doctrine consiste en dix commandements : tu ne croiras pas en un autre Dieu que moi ; tu ne feras pas d’idole ; tu n’useras pas du nom de Dieu pour tromper ton voisin… Entre autres choses, l’administration de la foi consiste à réaliser une collection des âmes sous la forme des registres de baptêmes, de mariages ou de décès. De toute évidence, celle-ci fait preuve très tôt d’une formidable modernité soulignée par divers auteurs (Isabelle Brian et Thierry Amalou notamment) aux nombreux travaux desquels il nous soit permis de renvoyer. Ainsi, dès 1633, la liste des prédicateurs de Paris fut publiée dans la Gazette de Théophraste Renaudot au milieu d’informations des plus diverses et de pages de publicités pour les libraires du temps.

8La majesté du prince se concrétise elle aussi dans la liste. Les énumérations de titulatures, telle celle de Charles Quint, en constituent sans doute l’une des illustrations les plus remarquables. Elles expriment tout autant l’autorité des princes et leur ambition que leur pouvoir réel. On sait que l’extension de la majesté comprend les serviteurs et les officiers du prince. C’est ce dont témoignent les listes étudiées ici par Guillaume Gaudin, qui analyse le recensement et la compilation de l’ensemble des charges civiles et des bénéfices ecclésiastiques pourvus aux Indes par Philippe IV de Castille durant les premières décennies du xviie siècle. Quelquefois, la liste manque ou s’avère incomplète, tel que ce fut le cas pour les chambellans de la cour des Habsbourg de Vienne entre la fin du xviie et le milieu du xviiie siècle.

9D’autres listes de majesté visent à traduire celle-ci plus directement dans les faits. En abordant les effets de la liste de proscription du 24 mars 1594 — établie contre les Ligueurs parisiens après la conversion d’Henri IV et son entrée dans la ville —, Marco Penzi nous rappelle à quel point la liste publique est le fait du prince. Bien que d’esprit modéré, la précédente marqua d’infamie tous ceux qui y figuraient ainsi que leurs successeurs. Le châtiment en effigie s’avéra politiquement plus efficace que la répression judiciaire. Le nouveau roi pouvait sceller son alliance avec ses sujets qui, dans leur très grande majorité, n’étaient pas sur la liste. Ajoutons que la période troublée de la Révolution française connaît, elle aussi, un essor sans précédent de la production des listes jusqu’à saturation de l’espace public. Selon le livre de Jean Luc Chappey (Ordres et désordres biographiques : dictionnaires, listes de noms et réputation des Lumières à Wikipédia, Paris, 2013) : « La rédaction, la publication et la diffusion des listes de noms constitue l’un des facteurs majeurs des dynamiques politiques à partir de 1789 ». Il ne fait pas de doute que d’autres moments et d’autres domaines connaissent une fièvre aussi forte. En ce sens, l’époque moderne est bien le temps des listes.

10En tant qu’acte probatoire, la liste est un produit aux formes sans cesse réinventées. Dans le cas des « foules de guerres », les dégâts occasionnés durant les xvie et xviie siècles par le passage des troupes dans les états de Savoie-Piémont, ces documents oscillent entre la narration des faits, l’énumération des atrocités et l’inventaire particulier des dégradations. L’action de la Chambre des comptes étudiée par Julien Alerini dans sa thèse (La Savoie et le « Chemin espagnol », les communautés alpines à l’épreuve de la logistique militaire, 1560-1659, thèse soutenue à l’université Paris I en décembre 2012) et qui visait à recenser les violences militaires afin d’exonérer des prélèvements fiscaux les communautés touchées par ces circulations de part de d’autre des Alpes est analysée sous un nouvel angle. Quand les inventaires manquaient, les dédommagements ne pouvaient être que collectifs. Dans la plupart des cas, c’est la qualité des participants aux enquêtes (les notables de la communauté, généralement les syndics et autres membres de la noblesse) qui conférait leur valeur aux enregistrements de ces « foules de guerres ». En d’autres circonstances, l’acte probatoire n’est pas l’aboutissement mais le préalable à l’action administrative ou judiciaire.

11S’il est en tout cas un « vertige » de la liste moderne, il faut le chercher davantage dans les périodes de surproduction de celles-ci que dans la recherche de l’exhaustivité dont elles témoignent. Les travaux de Miguel Ángel Melón Jiménez (notamment dans son ouvrage Los tentáculos de la Hidra. Contrabando y militarización del orden público en España 1784-1800, Madrid – Cáceres, 2009) témoignent de la frénésie des listes qui gagne l’administration espagnole des frontières : elle en produit sans relâche, au tournant des xviiie et xixe siècles, jusqu’au point d’enregistrer sous cette forme, avec un luxe infini de détails, l’intérieur des maisons des contrebandiers, les marchandises qu’ils recèlent tout aussi bien que les reproches faits à chacun des agents des douanes. Le texte fourni ici par l’auteur illustre parfaitement comment ces montagnes de listes ne manquent pas d’être couronnées par des listes qui renvoient à des listes, des listes de listes, et des listes de listes de listes… Il est d’autres périodes marquées par la production continue de tels textes.

12La fonction mnémotechnique de la liste d’évènements ou de noms se retrouve enfin pour partie dans le cas étudié ici par Markus Meumann : celui de l’ouvrage Sculptura Historiarum Et Temporum Memoratrix publié à Nuremberg en 1697 et qui présente les évènements de l’histoire universelle sous la forme d’une liste accompagnée d’illustrations. C’est cette dernière caractéristique qui nous a conduits à placer ce texte en contrepoint des articles du présent numéro.

13La liste affiche donc toujours quelque objectif. Mais seule, elle ne peut rien. Elle souffre ainsi d’une forme de faiblesse qui la conduit à servir au contraire exact de ce pourquoi elle est conçue : la réversibilité de la liste. Une illustration de ce mécanisme nous est fournie par le « papier rouge », une forme de liste noire, qui comportait les noms des Politiques parisiens hostiles à l’alliance avec les troupes espagnoles à l’automne 1591 et que le gouvernement des Seize voulait liquider, faire pendre — lettre P —, daguer — lettre D — ou chasser — lettre C —. Par un retournement politique spectaculaire, figurer sur le « papier rouge » (une liste P.D.C.) devint une forme de certificat de patriotisme ; une distinction pour ceux qui avaient été promis à la mort tels que Pierre de l’Estoile. Cette réversibilité a été mise en évidence pour d’autres domaines. Ainsi, Mathilde Monge a bien montré ailleurs (Des communautés mouvantes. Les « sociétés des Frères Chrétiens » en Rhénanie du Nord [Juliers, Berg, ville de Cologne] v. 1530-1694, thèse soutenue à l’université Paris I en novembre 2011) comment les listes de proscription des anabaptistes allemands se muent en garants d’appartenance aux communautés exilées dans la mémoire collective de ces groupes. Le présent numéro, destiné à ébaucher une simple « histoire des listes » en s’appuyant sur des exemples significatifs, sélectionnés à une période clé, laisse envisager néanmoins de nouvelles perspectives autour du sujet de l’inversion des listes, qui permettraient d’aller plus loin encore dans l’étude des mécanismes qui y président et du fonctionnement des listes lui-même.

Haut de page

Notes

1   Les journées détudes sur lhistoire des listes ont été organisées conjointement avec Miguel Ángel Melón Jiménez, Universidad de Extremadura.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregorio Salinero et Christine Lebeau, « Présentation »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 9-13.

Référence électronique

Gregorio Salinero et Christine Lebeau, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5723

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals