Navigation – Plan du site
Dossier. Pour faire une histoire des listes à l'époque moderne

Les énumérations testamentaires

Être et avoir dans le vice-royaume du Pérou au xviie siècle
Las enumeraciones testamentarias. Ser y tener en el virreinato de Perú en el siglo xvii
Lists of heirs. To be and to have in the Viceroyalty of Peru in the 17th century
Aude Argouse
p. 41-60

Résumés

La liste a quelque chose d’égalisant. Elle place sur un même plan conceptuel les objets qu’elle énumère. Dans le contexte d’une ville coloniale du vice-royaume du Pérou, Cajamarca, l’effet liste de l’énumération testamentaire de testatrices et testateurs indien(ne)s paraît avoir été sciemment utilisé par le corrégidor pour permettre aux Espagnols, installés dans ce qui était d’un point de vue juridique un pueblo de indios, de pérenniser leur droit d’être là et de lutter contre leur paupérisation. Ce droit est fragilisé par la retentissante hostilité des franciscains et des caciques. Sur le plan des luttes par écrit, les énumérations testamentaires, en plaçant côte à côte les dettes, créances et les biens, brouillent les frontières entre les êtres, qu’ils soient indiens ou pas, et révèlent une hiérarchie des biens qui est fonction des liens affectifs que les disposant(e)s éprouvent à l’égard de légataires ou de cessionnaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plus de 90 % des disposants sont enfermos en cama, et une petite majorité sont des femmes.

1Quelques centaines d’actes testamentaires d’Indien(ne)s de Cajamarca, dans le vice-royaume du Pérou, ont été rédigés dans la seconde moitié du xviie siècle. La plupart se trouvent dans une même liasse de greffier, datés entre 1678 et 1688. Bien que les différents cahiers qui composent la liasse soient dépourvus d’index, les actes testamentaires sont aisément identifiables par une annotation en marge, testamento, memoria testamentaria ou memoria, qui fait rarement défaut. Dépassant peu souvent trois pages, ces actes sont mis par écrit à l’approche de la mort à la demande de disposant(e)s indien(ne)s, alité(e)s et malades1. Les circonstances de leur élaboration, à savoir une mort proche, leur confère une aura particulière et peu d’entre eux sont révoqués par la suite. Il s’agit par conséquent de l’expression des dernières volontés de centaines de femmes et d’hommes indiens, dictés à un greffier en présence de témoins qui apposent leur signature à côté de celle du garant de la foi publique.

  • 2 Ce travail est une première incursion dans l’histoire des listes. Je tiens à remercier Clara Cheval (...)

2Cependant, l’examen du contenu des clauses et de leur disposition permet de voir que le greffier indien connaît le droit des successions en vigueur dans le monde hispano-catholique. Ce n’est donc pas vers une étude des successions testamentaires dans le monde andin que cet ensemble d’actes nous conduit mais, comme nous le verrons ici, vers une réflexion à propos de l’utilisation des énumérations testamentaires et, plus particulièrement, la dimension contractuelle des clauses dispositives, dans l’entreprise politique de légitimation de la présence de non Indiens dans les Andes2. Une histoire des listes, telle que l’on peut l’entreprendre avec ce type de clauses, permet alors de mettre en regard la puissance subversive de l’énumération testamentaire en tant qu’outil d’un changement radical, d’une part, et la capacité des Indien(ne)s à utiliser ce lieu textuel pour exister dans l’espace politique. Cela nous invite à interroger la compatibilité entre l’idée de la fin de l’être et celle d’une énumération des avoirs, c’est-à-dire des créances, dettes et biens, au sein de la société coloniale.

Liste et pression contextuelle

  • 3 Eco, 2009, p. 113. La liste pratique se différencie de la liste poétique, cette dernière ayant une (...)
  • 4 « Les listes pratiques […] confèrent de l’unité à un ensemble d’objets qui, bien que dissemblables, (...)
  • 5 Ibid., p. 114.
  • 6 Voir Espinoza Soriano, 2002.
  • 7 Voir le Registre n° 11 des Archives du couvent San Francisco de Lima (ASFL).
  • 8 Ce dispositif légal est mis en place dès les lois de Burgos en 1513. Il est inséré dans le Livre VI(...)
  • 9 Voir Cerutti, 2012 et Herzog, 2003.
  • 10 Le corregimiento fait 28 000 km². Pour une description historique voir Pereryra Plasencia, 1996, pp (...)
  • 11 Voir Vargas Ugarte, 1954, pp. 282-284 ; Glave, 2008, pp. 85-106 ; Id., 1989, p. 193 ; Ramírez, 1986 (...)

3Les clauses dispositives du testament catholique forment, selon Umberto Eco, une énumération qu’il range parmi les listes pratiques3. L’énumération, qui confère de l’unité à un ensemble d’objets possédés, obéit alors à une pression contextuelle4. Quelque chose précède l’énumération testamentaire et lui attribue sa forme, son but et sa matière. La mort proche du De cujus est la condition résolutoire qui lui donnera effet. L’énumération testamentaire se situe dans le moment particulier où la mort devient tangible et où l’être est en passe de devenir caduc. Le testament est le viatique pour l’éternité de celui ou de celle qui a énuméré ses biens, déclaré ses avoirs au présent (Ytem tengo : « idem j’ai »). Pour Umberto Eco, l’énumération testamentaire, en tant que liste pratique, n’est donc jamais incongrue « pourvu qu’on en identifie le critère d’assemblage5 ». Pour saisir la portée des énumérations testamentaires des Indien(ne)s de Cajamarca, il faut, à la lumière des indications de Umberto Eco, revenir sur la pression contextuelle qui entoure leur production dans les registres d’écritures publiques : la mutation historique de Cajamarca qui, de village d’Indiens (pueblo de indios) de droit, devient villa coloniale de fait6. Ainsi que le révèlent les archives consultées, l’impulsion sensible du changement vient vraisemblablement du vœu formulé en 1617 par l’évêque de la ville de Trujillo, située à quelque 150 km de Cajamarca, sur la côte. S’alarmant de l’abondante présence d’Espagnols dans le pueblo de indios, chef-lieu (cabecera) de l’encomienda cédée à vie à la maison des comtes d’Altamira, l’évêque envoie un prêtre qui puisse leur célébrer les messes7. Un dispositif légal instaure en effet une interdiction : celle pour les Espagnols, noirs, métis et mulâtres de vivre dans les pueblos de indios8. L’envoi du prêtre s’accompagne ensuite de requêtes et suppliques adressées au roi pour modifier la nature de Cajamarca en villa. Cela lèverait l’interdiction et permettrait aux familles de métis et d’Espagnols, considérés comme des étrangers à la condition fragile, de pérenniser leur appartenance à la localité, de valider l’acquisition de terres et de consolider leur vecindad, c’est-à-dire leur droit d’être là9. Ce droit est formellement reconnu en 1644 par l’action du juge liménien Pedro de Meneses qui, sur place, procède à une régularisation des titres de propriétés des non Indiens de la juridiction10. Mais, en 1658, cette régularisation est remise en cause par une inspection menée par le franciscain Francisco de la Huerta Gutiérrez, envoyé par le nouveau vice-roi qui voit, dans l’action de son prédécesseur, une atteinte portée aux intérêts des Indien(ne)s11. Ainsi, pour faire société — en l’occurrence villa — les Espagnols de Cajamarca ont besoin de légitimer leur droit d’être là et de légaliser l’acquisition des terres, la plupart du temps achetées à des Indien(ne)s sans la licence royale qui valide la vente.

  • 12 C’est une locution que l’on trouve à plusieurs reprises dans les suppliques des franciscains. Voir (...)
  • 13 Voir Bouysse Cassagne, 1991, pp. 7-24.
  • 14 Voir Caillavet et Minchom, 1992, pp. 115-132 et Argouse, 2011 a, pp. 401-427.

4Tandis que se déroulent les campagnes d’extirpation des idolâtries orchestrées par les jésuites, les franciscains se montrent tout à fait hostiles à cette idée et entament, dès 1618, une querelle juridique devant le vice-roi du Pérou, le Conseil des Indes et le roi pour réclamer l’exclusion des Espagnols — les non Indiens — de Cajamarca. Les moines arguent que le pueblo de indios, qui a vocation à assurer la conversion des Indiens et leur éducation dans la foi catholique, ne peut admettre la présence d’intrus qui « pervertissent le fruit12 » de leur mission. Sans les désigner toujours clairement, leurs requêtes visent souvent les métis, indésirables produits des relations entre Indiens et Espagnols, littéralement voués à l’ignominie13. Les métis sortent cependant de l’ombre de cet interdit religieux et réclament, à partir des années 1660, un for spécifique qui reconnaisse leur statut14.

  • 15 Pour une analyse de la figure juridique et sociale du don, nous renvoyons, outre le travail de Maus (...)

5La période qui s’étend de 1617 à 1682, lorsque l’église des Espagnols de Cajamarca est édifiée par le corregidor Francisco de Espinossa, est ainsi traversée par une tension croissante entre deux systèmes politiques et économiques, entremêlés de fondements religieux : le système de l’encomienda, hérité du Moyen Âge castillan, et celui, naissant, de relations économiques sans entraves qui puissent assurer la liberté du commerce et des échanges. L’encomienda est accompagnée d’un ensemble de relations sociales reposant sur la dette, la fidélité et la charité dont le don, notamment par la transmission testamentaire des biens entre soi, est l’une des expressions15. L’autre système a pour fondement idéologique le crédit, la confiance et la justice sociale au sein duquel l’aliénation des biens par le contrat de vente, c’est-à-dire littéralement sa transmission à un étranger, est une pratique favorisée. L’opposition doctrinale entre les franciscains et les corregidors de Cajamarca, qui soutiennent les demandes des vecinos, illustre par conséquent une crise des vertus cardinales et théologales, la justice et la charité, et se trouve être une traduction locale des tensions idéologiques issues de la Réforme catholique.

  • 16 À ce sujet voir l’analyse de testaments féminins de la ville de Quito dans Salomon, 1988, pp. 325-3 (...)
  • 17 Il est difficile d’arrêter des chiffres avec certitude, d’autant plus qu’ils sont l’objet de discus (...)
  • 18 Pour un plus ample développement autour de ce greffier, voir Argouse, à paraître.
  • 19  Ce travail se situe dans ce que les organisateurs de la journée d’étude qui l’a inspiré, intitulée (...)

6Dans ce contexte, l’usage du testament par les Indiens et Indiennes de Cajamarca, l’effet liste qu’il induit par l’accumulation des clauses et sa consignation sur le registre public du greffier indien du corps de ville répondent à une double nécessité née de ces tensions : d’une part, la nécessité politique de la transformation historique de Cajamarca, pueblo de indios devenue ville (villa) coloniale, pour lutter contre la paupérisation des Espagnols et des métis et, d’autre part, la nécessité pour les testateurs indien(ne)s d’obtenir une justice individualisée. C’est en effet grâce à ces clauses que les Indiens du commun établissent un ordre qui leur convient et entrent en résonance avec la volonté de transformation de la nature du lieu exprimée par certains des vecinos16. L’inscription de soi dans le registre d’écritures publiques, moyen de listes de biens possédés, acquis et cédés, définit un espace politique où l’échange devient possible entre Indiens et non Indiens. Il est alors significatif que, pour le dernier tiers du xviie siècle, plus de 900 actes testamentaires soient recensés dans les fichiers onomastiques des archives de Cajamarca, qui compte alors environ 10 000 habitants17. Parmi les auteurs des actes, la moitié sont des Indiennes ou des Indiens et près de 365 sont authentifiés par le même greffier (escribano de cabildo), lui-même indien18. Quelle est alors la place des énumérations testamentaires, issues de documents à vocation non littéraire, parmi les « outils privilégiés de la modernité19 » dans le contexte mouvant de Cajamarca, dans le vice-royaume du Pérou ? Après un rapide point sur la place du testament dans l’historiographie des Andes, nous verrons pourquoi l’énumération testamentaire des biens et des personnes, de la part des Indien(ne)s, œuvre pour la transformation de la localité.

Les testaments dans l’historiographie des Andes

  • 20 Je me suis interrogée sur le caractère judiciaire ou non du testament. Ainsi que le fait remarquer (...)

7L’énumération se trouve insérée dans le contexte plus large du testament, un acte juridique à vocation judiciaire, destiné à produire effet après la mort de son auteur20. L’acte testamentaire a été traditionnellement un document de choix pour, d’une part, les historiens de la transmission héréditaire et, d’autre part, les études sur la mort catholique. Les protocoles notariaux sont utilisés comme des réservoirs d’information destinés à comprendre les comportements sociaux depuis l’intérieur, c’est-à-dire depuis des sujets agissants.

  • 21 On peut citer comme référence les travaux de J. Poloni Simard qui permettent de porter à la connais (...)
  • 22 Sur la notion du común de indios, nous renvoyons à Penry, 2000, pp. 219-237.
  • 23 Il s’agit de deux communautés politiques qui bénéficient de privilèges juridiques différenciés. Sur (...)

8Au sein des études andines, la plupart des travaux sur la production testamentaire portent sur les élites indiennes et réduisent au silence l’expression du reste des Indien(ne)s. Représentées par les caciques, les élites sont en grande partie étudiées à travers l’information issue des testaments qu’elles ont laissés dans les archives21. Par conséquent, la question de l’accès à ces instruments juridiques par les élites indiennes ne se pose pas vraiment puisqu’il est admis par l’historiographie que les caciques et nobles indigènes vivent à la mode espagnole et adoptent ses usages. Leur adhésion à des habitudes juridiques venues de Castille semble aller de soi. En revanche, les protocoles de notaires retiennent moins l’attention des historiens, le plus souvent ethno-historiens, intéressés à l’étude des Indien(ne)s ordinaires, celles et ceux que l’on nomme Indiens du commun et qui dépendent d’un cacique22. Bien qu’il existe ici un obstacle matériel de taille — la rareté des sources écrites dont ils sont auteurs, tels les testaments —, ce constat est aussi le fruit d’une dichotomie qui suit la séparation entre les deux républiques qui forment la société coloniale : la République des Indiens et celle des Espagnols23. Idéologiquement séparées, ces deux républiques le sont cependant beaucoup moins dans les faits, ainsi que le montre la présence des métis, nés de l’union charnelle des corps indiens et espagnols.

  • 24 Voir par exemple Suárez, 2001.
  • 25 Pour une étude récente de la figure du protecteur des Indiens dans le Mexique colonial, voir Cunill(...)
  • 26 Voir en particulier Poloni Simard, 1997 et 1999.

9L’accès des femmes et hommes indiens du commun aux instruments juridiques d’origine espagnole est alors entendu comme s’opérant plutôt à travers les réseaux de confiance — de crédit et de dettes — instaurés pour faire circuler les sommes d’argent24 : les Indien(ne)s sont redevables d’une dette permanente à l’égard du Roi, en raison du tribut qui doit être régulièrement versé aux caisses royales. Les artisans sont intégrés à l’expansion réticulaire du crédit, plus ou moins forcés, ainsi que le montrent des testateurs de Cajamarca qui font état de créances de plusieurs années. Ceux qui travaillent dans les ateliers de textiles réclament le paiement des journées de travail. Les Indiens et Indiennes auraient recours aux dispositifs juridiques des Espagnols car ils leur apportent des garanties : conservés dans les registres d’écritures publiques, les documents sont autant de preuves des prêts d’argent ou de biens, des transferts et acquisitions de la propriété des terrains, maisons et terres cultivables. Parmi les instruments juridiques, l’historiographie s’est alors montrée sensible au testament, qui passe pour être l’un des plus accessibles étant donné qu’il peut être établi sans l’assistance de la figure tutélaire du protecteur des Indiens, qui officie le plus souvent pour les caciques au nom du commun des Indiens25. Le « testament indigène » a ainsi été considéré comme instrument au service de « stratégies de survivance des Indiens » qui auraient cherché à maintenir leurs patrimoines familiaux hors de portée des convoitises des vecinos espagnols26.

  • 27 Id., 1997.
  • 28 La sixième Partida est consacrée aux testaments.
  • 29Durston, 2008, pp. 41-70.
  • 30 Voir le testament de Francisca Lachos, Archivo Departamental de Cajamarca (ADC), Escribanos, vol. 4 (...)
  • 31 Voir entre autres Estenssoro Fuchs, 2004 et Itier, 1995.
  • 32 Voir entre autres Béligand, 1997 et Pizzigoni, 2007.
  • 33 Sur la spécificité de ce corpus, voir Argouse, 2012.

10Les testaments des Indiens du commun sont donc examinés comme des « indicateurs de transformation » de la société indigène qui permettent de « mesurer l’intensité et l’importance de la différenciation sociale », de dépasser l’opposition entre caciques et Indiens du commun et d’« offrir quelques traits de l’hétérogénéité et de la stratification sociale », selon les termes de Jacques Poloni Simard27. Cependant, la question de la spécificité réelle des testaments des Indiens et Indiennes du vice-royaume du Pérou par rapport à ceux d’autres royaumes espagnols reste posée, notamment si l’on examine les énumérations qu’ils contiennent. D’un point de vue matériel et formel, il n’existe pas, en effet, de testament que l’on puisse qualifier d’indigène, au moins pour le vice-royaume du Pérou. Les actes testamentaires suivent rigoureusement les préceptes du droit castillan tels que les Siete Partidas les énoncent en matière successorale28. Ils sont rédigés en castillan et, à notre connaissance, aucun testament rédigé en langue indienne n’a été recensé29. Parmi les actes de notre corpus, la présence d’un interprète n’est pas un usage fréquent et semble même réservée aux élites indiennes30. Il est possible que leur rédaction en castillan soit due au fait qu’il est considéré comme la langue laïque, par opposition au quechua, langue usitée par les missionnaires franciscains dans leur mission évangélisatrice31. Cette hypothèse surgit dans le contexte historique de Cajamarca et des tensions évoquées plus haut comme possible explication d’une des différences les plus notables entre la production testamentaire des Indiens et Indiennes du Pérou de celle des Indiens et Indiennes du Mexique32. En somme, en raison de leur rareté, ces documents sont envisagés comme de précieux révélateurs des pratiques culturelles indiennes. Cependant, leur spécificité ne semble pas tenir au fait que les auteurs des actes soient indien(ne)s mais au fait que ces acteurs du passé n’ont souvent laissé dans les archives écrites aucune autre trace qui témoigne de l’expérience d’une génération33.

  • 34 Voir notamment Elliott, 1990.

11De son côté, l’histoire économique nous est fort utile pour décrire l’émergence d’une société moderne en Amérique dans laquelle biens et personnes circulent dans le cadre d’un marché transatlantique ouvert dès le xvie siècle mais subissant le repli sur soi des grandes villes américaines au xviie siècle, à l’image des villes européennes34. Dans ce contexte global, la pratique du crédit permet d’assurer le fonctionnement du marché interne, il est censé irriguer une société cyanosée par le manque de liquidités et la diminution de la main-d’œuvre. L’activité des notaires et greffiers est fortement sollicitée et leurs protocoles constituent une source incontournable pour l’étude du crédit et de la dette.

  • 35  La bibliographie est abondante. On peut citer notamment pour la France Poisson et alii, 2002 ; pou (...)
  • 36 Voir Herzog, 2001 et, pour les Indes orientales, Stoler, 2010.

12Cette approche, qui permet de voir dans l’augmentation de la production testamentaire un fait social, conduit également à substituer l’étude des conditions de production de ces actes dans un contexte donné à celle des comportements sociaux. Le testament, par sa dimension locale et individuelle, se prête assez bien à ce changement de perspective et bénéficie de la longue tradition des études sur l’activité notariale et sur le rôle des notaires en société35. En suivant les travaux sur l’écriture, l’intérêt se tourne de plus en plus vers ce qui se passe entre le scripteur et l’auteur, souvent illettré. Il s’agit par conséquent de prendre en compte la dimension locale de la production de ces actes, d’une part, et la capacité du droit en vigueur à créer les catégories sociales, les groupes sociaux et les classifications sociales, d’autre part36. La liste, indique alors Jack Goody,

  • 37 Goody, 1979, p. 150.

suppose un certain agencement matériel […] elle a un commencement et une fin bien marqués, une limite, un bord, tout comme une pièce d’étoffe […]. Et ces limites, tant externes qu’internes, rendent les catégories plus visibles et en même temps plus abstraites37.

  • 38 Il s’agit d’une référence implicite à J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, et à la performativité (...)
  • 39 L’escribano público de cabildo qui met par écrit, avec ou sans l’aide de scribes, et authentifie le (...)

13Le moment de l’énumération et de sa mise par écrit s’impose donc au regard de l’historien. Dans le cadre d’une histoire des listes, la question peut ainsi être formulée pour les disposants indiens de Cajamarca : que sont-ils en train de faire quand ils énumèrent dans un testament leurs dévotions catholiques38, ainsi que leurs filiations, biens, dettes et créances, en présence d’un greffier39 ?

L’énumération testamentaire comme instrument d’une transformation historique : dire et montrer

  • 40 Derrida, 1995, pp. 14-16.

14Il faut se tourner vers les opérations de consignation et de conservation des actes pour en saisir le fondement. Par consignation, nous nous référons à ce que Jacques Derrida désigne comme le premier rapport de forces qui donne naissance à l’archive, le second étant la conservation40. En se dirigeant vers ces moments — consignation et conservation — une nouvelle question surgit : à qui servent les listes ainsi constituées au cœur des centaines d’actes apposés sur les registres de l’écriture publique de Cajamarca ? En réalité, il s’agit aussi de savoir qui oblige, c’est-à-dire qui « lie avec », par l’opération de consignation et de conservation de ces informations au cœur des actes testamentaires.

  • 41 Voir le jugement de residencia d’Antonio de Quintanilla, Archivo General de Indias (AGI), Escribaní (...)
  • 42 ADC, Escribanos, vol. 42, fos 31 et sqq.
  • 43 Cela est attesté par un candidat au poste de greffier de Cajamarca, Fernando Antonio de Zevallos y (...)
  • 44 Cette visibilisation des faits et gestes de tout un chacun est utile, à l’échelle des carrières des (...)
  • 45 L’usage du papier timbré, depuis 1638 dans le vice-royaume, n’est pas systématique. Pour les actes (...)

15Un document daté du 2 janvier 1672 permet de comprendre que l’augmentation significative de la pratique testamentaire des Indiens répond à la volonté politique du plus haut magistrat de la région, le corregidor Antonio de Quintanilla41. Dans cet acte, le soin de la mise par écrit des testaments des Indiens et de la conservation des registres de l’écriture publique est expressément remis aux greffiers capitulaires (escribanos de cabildo) indiens nommément désignés42. Ceci afin d’éviter les trop nombreux procès et querelles survenus à la suite de réclamations fondées sur des testaments douteux. Les énumérations, correctement agencées et conservées, serviront à un meilleur gouvernement des Indiens et Indiennes et rendront transparentes les circulations de leurs biens en soustrayant leur administration aux seuls caciques. Ces derniers ont en effet tendance à ne pas mettre par écrit les échanges impliquant leurs Indiens, de sorte qu’ils échappent aux magistrats et notaires espagnols chargés du bon gouvernement de l’administration locale43. Les énumérations testamentaires servent incontestablement à visibiliser des échanges, à les rendre accessibles au regard de tous, à les faire exister44. Leur enregistrement se fait dans les cahiers (cuadernos) des greffiers (escribanos) qui les authentifient de leur signature (rúbrica) placée aux côtés de différentes souscriptions (firmas) des témoins ou, en leur absence, accompagnée de la mention « passé devant moi » (pasó ante mi)45.

  • 46 Pour une étude des relations diplomatiques, on peut renvoyer entre autres à Péquignot, 2009.
  • 47 Ces écritures publiques contiennent certains des alibi dont parle Roland Barthes à propos des écrit (...)

16Cette lecture bureaucratique explique l’inflation testamentaire indigène du dernier quart du siècle par la seule volonté de contrôle des pratiques d’échange. Cependant, une autre lecture, plus pragmatique et approchant les études sur les relations diplomatiques et les gouvernements à distance46 peut être proposée. Elle tient compte de la chronologie des débats juridiques et judiciaires concernant Cajamarca devant le Conseil des Indes. En encourageant les Indiens et Indiennes à faire des testaments, il ne s’agit alors pas seulement de surveiller leurs échanges avec les non Indiens, mais de conférer une légitimation à ces échanges par le recours à l’écriture publique. Autrement dit, la parole prononcée lors de la confection du testament devient, par sa mise par écrit, efficace et crédible. Le procédé de la liste pratique, en tant qu’énumération des biens, dettes et créances, révèle ainsi son efficacité politique dans le contexte historique de Cajamarca, à côté d’autres écrits comme les lettres des vecinos adressées au roi pour obtenir le titre de villa ou de ciudad, les pétitions et suppliques des caciques et des franciscains pour, au contraire, empêcher l’octroi de ce privilège47.

  • 48 ASFL, Registre n° 11, f° 31vº.
  • 49 Cette formule est empruntée au juriste Yan Thomas. Thomas, 2002, pp. 1431-1462.
  • 50 Voir ASFL, Registre n° 11 ainsi que AGI, Escribanía, 516A, fos 120 et sqq.
  • 51 Ainsi que l’atteste par exemple une lettre au Conseil des Indes datée du 23 décembre 1666. AGI, Esc (...)
  • 52  Ils demandent aussi à l’évêque de Trujillo d’intercéder auprès du roi pour obtenir le titre de vil (...)

17Depuis 1560 environ, Cajamarca, chef-lieu de province, capitale de corregimiento, considéré selon la nomenclature hispanique comme un pueblo de indios, est une localité dans laquelle seuls les Indien(ne)s sont autorisés
à s’installer. Le pueblo de indios est défini en 1658 par un juge chargé des réparations des dommages faits aux Indiens comme un lieu de rassemblement des Indien(ne)s autour d’une paroisse48. Par cette qualité juridique, les terres des Indiens, ainsi que leurs maisons et terrains urbains, se retrouvent sanctuarisés et leur aliénation est soumise à de fortes restrictions légales49. Mais de nombreux Espagnols s’installent et acquièrent des terrains dans le tracé urbain de sorte que la population de Cajamarca est, dans le premier quart du xviie siècle, également composée de non Indiens. En nombre important, ils n’ont ni église ni corps de ville propres. Malgré ces obstacles administratifs et religieux, ils achètent, construisent et prospèrent à Cajamarca et dans les alentours. Ce fait, observé dès 1617 par l’évêque du diocèse, donne lieu à une querelle judiciaire qui, au début des années 1670, n’est pas réglée50. Cette querelle porte sur la détermination de la nature de Cajamarca en fonction de sa population, indienne ou non indienne, et de la légitimité de la présence des non Indiens. Ceux-ci souhaitent voir édifier une paroisse pour légitimer leur présence51. Si, dans leurs missives au Conseil des Indes, les franciscains et les caciques arguent en faveur de leur exclusion, plusieurs corregidors ainsi que les vecinos et les évêques de Trujillo plaident auprès du roi et de son Conseil en faveur de la reconnaissance du statut de villa pour Cajamarca, qui leur octroierait le droit d’être là52.

  • 53 Par le testament, l’expression de la volonté des Indiens et Indiennes ne requiert pas la présence d (...)

18Parmi les obstacles à cette revendication, le régime de cession des terres des Indiens et Indiennes du pueblo aux habitants non indiens est le plus tenace. La pratique testamentaire des Indiens permet alors de contourner l’interdiction de la vente en assurant la transmission des biens par le legs ou par la validation a posteriori de la vente53. Les énumérations concernant les dettes, les créances et les possessions, consignées dans les registres d’écriture publique du greffier capitulaire, servent en effet à avaliser les transferts de biens à des légataires non indiens par les legs. Cette validation a lieu grâce à la reconnaissance a posteriori de ventes extrajudiciaires, c’est-à-dire non cautionnées par l’alcalde ordinaire, comme il se doit s’agissant de vendeurs indiens. La nécessité de la vente est souvent assurée par le remboursement de dettes. Les terres peuvent donc, par le biais de ces énumérations qui les mettent sur le même plan que les dettes et créances, sortir des patrimoines indiens par leur propre volonté et entrer dans un marché local des terres. Les pratiques d’échanges volontaires et non forcés ainsi révélées ou établies par les testaments des Indiens et Indiennes donnent à voir que les habitants de Cajamarca forment une société urbaine dans laquelle semblent prévaloir la confiance et une certaine volonté d’agir pour transformer la localité en villa. On note à ce propos l’emploi, dans les actes testamentaires, de la mention « fait dans la villa de Cajamarca ». Au sein des registres, cette réitération fonctionne comme une déclaration d’intention de la part du greffier puisqu’elle intervient au moment où il reprend la parole, dans l’eschatocole.

  • 54 AGI, Escribanía, 516A, fos 121 et sqq.

19La requête du corregidor en 1672 et les actes testamentaires produits entre 1678 et 1688, la plupart réunis au sein d’une seule liasse d’un même greffier, font ainsi apparaître la complexité et la multiplicité des formes d’échanges dans ce qui devient une ville coloniale. Les indications généalogiques en tête des testaments d’Indien(ne)s, qui peuvent faire apparaître ça et là des noms d’Espagnols ou de métis, suivies des énumérations testamentaires qui concernent des échanges et interactions, ainsi que la mention « fait dans la villa de Cajamarca » participent de cette inscription de soi dans une trouble continuité : les Espagnols de Cajamarca réclament d’être « séparés des Indiens » tout en formant avec eux une seule société qui leur permet d’avoir accès aux terres54. Dans le fond, ce paradoxe illustre la prégnance, tout au long du xviie siècle, de la question de la légitimité de la présence espagnole en Amérique, soulevée en son temps avec âpreté par le juriste de Salamanque Francisco de Vitoria. Ce droit d’être là des vecinos espagnols passe alors par le procédé des énumérations mis en œuvre dans les testaments des Indien(ne)s de Cajamarca.

Être et avoir : effet liste et eschatologie de l’énumération testamentaire

20La crise entre vertus théologales et vertus cardinales, qui caractérise le contexte de la Réforme catholique, semble alors résolue à Cajamarca par le détail des dettes, des créances et des biens des Indien(ne)s et l’effet liste égalisant qu’il procure. En effet, au moment de la rédaction des actes testamentaires se reflète, en même temps qu’elle se joue, la tension conceptuelle entre un acte de charité, la donation, et un acte de justice, l’aliénation contractuelle. Cette dernière rétablit les comptes de l’argent dû ou formalise des ventes passées antérieurement et pour lesquelles le testateur se dit rétroactivement co-contractant volontaire. Certains disposants précisent alors qu’ils souhaitent que la clause serve de preuve de la vente. Par conséquent, si l’on admet que la requête du corregidor a pu donner lieu à une meilleure attention dans la consignation des actes et à un respect accru des règles de leur conservation dans les registres publics — et non sur des papiers libres qui se perdaient, disparaissaient ou étaient volés —, la conceptualisation même de la liste par les auteurs des actes reste à interroger. Qu’ont-ils voulu dire en dictant les clauses dispositives de ces testaments nuncupatifs ?

  • 55 Bien sûr, la question de la collectivité de l’acte reste posée. On peut toujours imaginer que le di (...)
  • 56 La ressemblance avec des actes testamentaires produits en Aragon au xvie siècle, par exemple, est a (...)
  • 57 Recopilación de Leyes de Indias, Livre I, Titre XIII, Loi ix. Voir également Tau Anzoátegui, 1971.
  • 58 Kordic Riquelme et Goic (éd.), Testamentos coloniales chilenos et Retamal Ávila, 2000.
  • 59 ADC, Escribanos, L41, 12 septembre 1686, fº 182.
  • 60 Voir par exemple Alvaro San Félix qui signale que la memoria testamentaria est postérieure au testa (...)

21Il convient avant tout de dissiper l’objection habituelle qui concerne l’autorité des actes : notre corpus, mis par écrit sous les auspices d’un même greffier, montre que les auteurs sont bien les testateurs et que les variations nombreuses que l’on trouve entre les actes relèvent de leur volonté55. Ainsi, si la création de l’effet liste semble tenir à l’usage en vigueur pour ce type d’acte56, l’intention de donner à voir le contenu de la liste des créances, des dettes et des biens est propre à chaque disposant. En d’autres termes, il s’agit de son intention de déclarer ses possessions, sous cette forme de liste, de ses créances, dettes et biens dont l’ordre lui est très vraisemblablement suggéré par le greffier. De même, il faut se déprendre de l’idée que ces testaments, la plupart du temps appelés memorias, seraient des actes très informels, « mémoires simples et sans solennité » ainsi que l’avait exprimé Philippe IV en 1630 à propos des testaments des Indiens57. La lecture des testaments de Cajamarca montre, comme nous l’avons dit, une connaissance des règles énoncées dans les Siete Partidas ainsi qu’une ressemblance avec des actes testamentaires produits à la même époque par des disposants espagnols et métis vivant à Santiago du Chili, par exemple58. En outre, le fait qu’il s’agit de memorias n’enlève rien à leur valeur juridique. On trouve ainsi dans le testament de Balthasar Cachay daté du 12 septembre 1686 la mention « qu’elle [ma memoria] ait force de testament et qu’elle soit valable en procès et en dehors59 ». Ces documents n’empruntent donc pas leur autorité juridique à un acte antérieur60.

  • 61 Goody, 1979, p. 185 ; Estenssorro Fuchs et Castelnau l’Estoile, 1996 ; Loza, 1997.
  • 62 Diccionario de la Real Academia Española, s. v. « enumerar » (<http://lema.rae.es/drae/>).

22Différentes études sur l’usage de l’écrit dans le contexte colonial andin conduisent à interroger ensuite l’ordre de l’énumération, c’est-à-dire la disposition des objets dans les actes, et invitent à rechercher à quelle préoccupation cela renvoie61. Les archives notariales de Cajamarca étant dépourvues d’inventaires après décès, l’ensemble des clauses dispositives forment les inventaires des biens et des dettes des futurs défunts. D’après le dictionnaire de l’Académie royale espagnole, énumérer consiste à énoncer successivement et de manière ordonnée les parties d’un ensemble62. C’est aussi un comptage numérique des choses. Cette énumération testamentaire permet donc à l’auteur d’ordonner, de classer, d’identifier et de déterminer différents objets qui lui sont liés au moment où il les énonce : ses relations personnelles, ses terres et ses meubles. Cette dernière catégorie est assez peu systématique, tandis que les deux premières le sont. Les biens, terres ou meubles, dévoilent divers degrés d’attachement selon qu’on les lègue ou qu’on demande à les vendre par nécessité. De leur côté, les dettes et créances témoignent des relations construites, des promesses, des attentes suscitées par la volonté. L’ensemble correspond à l’auteur, le représente et permet de le singulariser parmi d’autres disposants.

  • 63 Voir par exemple les testaments de Costanza Lachos rédigés à sept ans d’intervalle, en 1679 et 1686 (...)

23En termes d’effet liste, on relève un usage constant de l’anaphore « Idem declaro » (de même, je déclare). Cette forme itérative réunit dans une même sphère conceptuelle la déclaration d’objets relevant de l’être (être débiteur, être marié, être fils de, être originaire de, être créancier) et de l’avoir (avoir, posséder, hériter, acheter). Quelques cas de rectification en fin d’acte, ou des ratures, montrent que les oublis existent. Ces oublis peuvent être volontaires, ainsi que le dévoile parfois un second testament plus précis, par exemple63. Le greffier est censé demander si rien d’autre ne vient en mémoire. La cohérence des objets de la liste repose sur l’égale importance que leur attribue l’auteur au moment où l’acte est dressé, au moment de dire. C’est par conséquent un exercice de mémoire pratique et affective auquel se livre le disposant, entre dire et taire, faire valoir les apparences ou montrer les choses cachées.

  • 64 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, fº 107vº.
  • 65 Il ne s’agira pas pour autant d’une complète décontextualisation des clauses puisqu’elles sont repr (...)

24Il est intéressant de noter ici que le dictionnaire de Covarrubias indique un fondement différent pour la memoria et le testament : la première repose sur l’effort de mémoire du disposant tandis que le second a pour fondement l’institution d’héritier64. Ce détail de langage n’est pas, à notre connaissance, relevé par les historiens travaillant sur des testaments et des memorias. D’après notre corpus, l’effort de mémoire des choses présentes indique que les relations attendues ne visent pas à l’exhaustivité mais bien à l’établissement d’une liste finie des choses pendantes, en cours, vivantes et vivaces, qui existent en des lieux (notamment les terres). Cette liste pourra par la suite être examinée autrement, réagencée et l’on pourra même en extraire des clauses pour les faire valoir en cas de litige65. C’est sans doute là, dans cette mémorisation instantanée, que se trouve l’aspect pratique du procédé de liste testamentaire : révocable, il correspond à un moment et non à un bilan des choses passées.

  • 66 Estenssoro Fuchs, 2004, p. 217.

25La memoria testamentaria des Indiens pourrait se rapprocher également, d’un point de vue formel, du procédé de la confession et correspondrait à une fusion de la dette et du péché. Juan Pérez Bocanegra, auteur d’un manuel d’instruction pour l’enseignement du catéchisme daté de 1631, précise en effet que les Indiens de Cuzco préparent leur confession en notant leurs péchés au moyen de « quipo, nœuds et memorias, qu’ils apportent pour se confesser66 ». Comme on le pressent, la volonté qui préside à la validité de l’énumération est contrainte par la confession des dettes et par la nécessité de céder des biens. Le mécanisme de la dette se confond en effet dans les marques de la culture franciscaine qui commande de se débarrasser du superflu.

  • 67 Tels qu’ils ont été transcrits par Jara et Mellafe (éd.), Protocolos de los escribanos de Santiago  (...)
  • 68 Ainsi que l’énonce Umberto Eco, ces listes « renvoient à des objets du monde extérieur et ont pour (...)
  • 69 Voir notamment Arnoul et alii, 2010.

26Si l’ordre de l’énumération vient alors d’un usage — on retrouve ce même ordre dans les actes testamentaires précités de Santiago du Chili67 — la complétude de la liste vient de la sensation de n’avoir rien oublié, c’est-à-dire d’avoir énuméré ce qu’il y avait à énumérer, d’avoir accompli l’énumération afin d’être prêt à mourir68. Loin d’être une accumulation verbale, elle est subordonnée à la mémoire faillible du disposant et à sa volonté de donner à voir ou faire disparaître avant de disparaître à son tour. L’ensemble des clauses exhibe, outre une géographie des possessions situées dans divers lieux, un récit de soi, une narration personnelle encadrée dans les formes imposées d’un discours catholique qui va des liens personnels aux possessions, et qui est faite de commandements et de désirs, parfois de regrets, de remords ou de colère, d’orgueil ou de joie, de pardon ou de vengeance. Toutes ces clauses énumérées mêlant être et avoir constituent par conséquent un témoignage de soi, public et révocable jusqu’à la mort de l’auteur69.

  • 70 ADC, Escribanos, L41, 4 février 1681, fº 321rº.

27À l’occasion du testament, les disposants opèrent un choix parmi les biens qui seront vendus — la plupart du temps pour payer les messes ou rembourser des créanciers — et ceux qui seront légués — souvent en échange de services rendus. Aux usages sociaux des biens, tels la terre cultivée ou des outils qui sont légués à des personnes qu’il importe au testateur de voir poursuivre une activité ou disposer de quoi subsister, s’ajoutent des situations particulières qui reflètent l’importance d’une promesse et le désir de la voir tenue. María Hernández, originaire du village voisin de San Pablo, confesse ainsi avoir acheté une maison à Cajamarca parce qu’elle souhaitait pouvoir la léguer à deux de ses petits-enfants venant en représentation de sa fille défunte70. Dans ce cas, la frontière entre le droit sur la chose (la possession) et les relations personnelles (la promesse faite à quelqu’un ou à soi-même) se brouille car la relation avec un bien énonce en réalité la relation avec celui ou celle à qui ce bien est dévolu.

  • 71 Sur l’histoire de ce mot et son rapport avec un rapport d’égalité puis de rejet, voir Benveniste, 1 (...)
  • 72 Sur l’aspect visuel de la liste, voir Goody, 1979, p. 186.
  • 73 Argouse, à paraître.
  • 74 Pour les testaments de Cajamarca, voir Argouse, 2011 b. Par ailleurs, j’ai commencé le même genre d (...)
  • 75 « Écrire, faire des listes, c’est procéder à un recodage linguistique » (Goody, 1979, p. 193).

28La liste testamentaire établit entre les bien-aimés et les réservataires une sorte d’équité dont on perçoit l’utilité dans le contexte d’une ville où près de la moitié des habitants — les non Indiens — est considérée comme hostile par les moines et les caciques71. Le testament, en tant qu’il contient une liste des choses possédées et des relations du disposant, rend visible72 et explicite cette équité, lui donne un corps et un lieu : le registre du greffier. Celui-ci paraît bien être l’outil de la transformation politique de Cajamarca en même temps qu’il est un lieu de justice et d’énonciation de soi par une écriture à vocation non littéraire mais judiciaire73. En effet, témoignage des relations et affects du disposant, la liste testamentaire se présente aussi comme possible supplique : il y a des réclamations, des demandes de faire justice, de récupérer des biens, de faire payer les débiteurs, de régler les dettes74. De la sorte, la liste testamentaire constitue un ensemble de promesses qui obligent les survivants. Si l’énumération est donc bien un ordonnancement programmatique soumis à une condition résolutoire, la particularité de l’énumération testamentaire est de placer cet ordonnancement dans une sorte de présent éternel qui unit l’être et l’avoir. Quatre-vingt dix-huit pour cent des testateurs sont malades et alités, de sorte que la circonstance de la mort fait du testament un acte qui se situe aux frontières de la caducité de l’être. Néanmoins, par le jeu du présent de l’action du verbe (« idem, je déclare »), la liste aplatit le temps sous la surface de l’écrit. Si cette mise en ordre des mots et des choses par la liste induit, comme le suggérait Jack Goody, des modifications à l’intérieur même du psychisme, elle octroie en même temps la possibilité d’un recours au langage écrit pour s’énoncer soi-même à l’adresse de tous, sans limite de temps ni d’espace (« sepan cuanto vieren como yo », dit la formule d’usage placée en tête du testament)75. La question de la continuité de la personne et de ses biens, entre possession de biens et possession de soi, c’est-à-dire d’une possibilité de générer l’écriture d’un récit de soi à travers l’énumération testamentaire, est ainsi soulevée par ces clauses dans le contexte colonial où un disposant indien, soumis à des procédures de justice sommaire, n’avait bien souvent que cet effet liste, provoqué par son énumération volontaire et personnelle et sa consignation dans un registre d’écriture publique, pour se faire justice et préserver sa mémoire tout en sauvant son âme.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Covarrubias Orozco, Sebastián de, Tesoro de la lengua castellana o española, según la impresión de 1611, con las adiciones de Benito Remigio Noydens publicadas en la de 1674, Barcelone, 1987.

Jara, Alvaro, Mellafe, Rolando (éd.), Protocolos de los escribanos de Santiago. Primeros fragmentos, 1559 y 1564-1566 (2 vol.), Santiago du Chili, 1996.

Konetzke, Richard (éd.), Colección de documentos para la historia y la formación social de Hispanoamérica, 1493-1810 (3 vol.), Madrid, 1958-1962.

Kordic Riquelme, Raïssa, Goic, Cedomil (éd.), Testamentos coloniales chilenos, Madrid – Francfort-sur-le-Main, 2005.

Recopilacion de Leyes de los Reynos de las Indias, Madrid, 1681, Impr. Iulian de Paredes (<http://fondosdigitales.us.es/fondos/libros/752/14/recopilacion-de-leyes-de-los-reynos-de-las-indias/>).

Vargas Ugarte, Rubén (éd.), Manuscritos peruanos del Archivo de Indias, Lima, 1938.

Bibliographie

Argouse, Aude (2009), « Archives notariales et témoignages de soi : sens et raison d’être du testament dans les Andes au xviie siècle », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 5, <http://acrh.revues.org/index1500.html>.

Argouse, Aude (2011 a), « Soi tal mestizo abido y tenido por tal desde que nasi: peticiones indígenas de cambio de fuero. Cajamarca, Perú, 1642-1674 », Colonial Latin American Historical Review, 16 (4), automne 2007 [2011], pp. 401-427.

Argouse, Aude (2011 b), « Asignar un pasado al futuro. Los testamentos de indígenas, entre memoria e historia, Cajamarca, Perú, siglo xvii », dans Frédérique Langue et Salvador Bernabéu (éd.), Fronteras y sensibilidades en las Américas, Séville, pp. 45-69.

Argouse, Aude (2012), « Testamentos de indígenas ¿una fuente excepcional? La “voz del pueblo” y el escribano. Cajamarca, Perú, siglo xvii », Temas Americanistas, 29, pp. 200-221.

Argouse, Aude (2014), « Testimonios voluntarios e involuntarios de la vida cotidiana y de la justicia en Valparaíso: los primeros registros de escritura pública, entre cuadernos y pruebas », en María José Correa Gómez (éd.), Justicia y vida cotidiana en Valparaíso, siglo xviii al xx, Santiago du Chili – Viña del Mar, pp. 58-94.

Argouse, Aude (à paraître), « Je le dis pour mémoire ». Testaments d’Indiens, lieux d’une justice ordinaire. Cajamarca, Pérou, xviie siècle, Paris.

Arnoul, Élisabeth, Bardet, Jean-Pierre, Ruggiu, François-Joseph (2010), Les écrits du for privé en Europe (du Moyen Âge à l’époque contemporaine). Enquêtes, Analyses, Publications, Bordeaux.

Barthes, Roland (1972), Le degré zéro de l’écriture suivi de nouveaux essais critiques, Paris.

Béligand, Nadine (1997), « De la forme au contenu. Propriété et parenté indienne à travers les testaments nahua de la Vallée de Toluca à l’époque coloniale », dans Alain Musset et Thomas Calvo (éd.), Des Indes occidentales à l’Amérique latine, Paris, pp. 279-308.

Bellod Fernández de Plasencia, Elena (1997), El testamento mancomunado: estudios de documentos notariales aragoneses desde el siglo xvi hasta la actualidad, Saragosse.

Benveniste, Émile (1966), Problèmes de linguistique générale (2 vol.), Paris.

Bouysse Cassagne, Thérèse (1991), « Être métis ou ne pas être : les symptômes d’un mal identitaire dans les Andes des xvie et xviie siècles », Cahiers des Amériques Latines, 12, pp. 7-94.

Brendecke, Arndt (2012), Imperio e información. Funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid – Francfort-sur-le-Main.

Burns, Katherine (2010), Into the Archives. Writing and power in Colonial Peru, Londres.

Caillavet, Chantal, Minchom, Martin (1992), « Le métis imaginaire : idéaux classificatoires et stratégies socio-raciales en Amérique latine (xvie-xviiie siècles) », L’homme, 32 (122-124), pp. 115-132.

Cerutti, Simona (2012), Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris.

Clavero, Bartolomé (1997), La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris.

Cunill, Caroline (2013), Los defensores de indios de Yucatán y el acceso de los Mayas a la justicia colonial (1540-1600), Merida (Yucatán).

Derrida, Jacques (1995), Mal d’archive. Une impression freudienne, Paris.

Durston, Alan (2008), « Native-Language Literacy in Colonial Peru: The Question of Mundane Quechua Writing Revisited », Hispanic American Historical Review, 88 (1), pp. 41-70.

Eco, Umberto (2009), Vertiges de la liste, Paris.

Elliott, John (1990), Spain and its world (1500-1700), New Haven – Londres.

Espinoza Soriano, Waldemar (2002), « Españoles en la villa de Cajamarca a mediados del siglo xvii », dans Oswaldo Holguín Callo et César Gutiérrez Muñoz (éd.), Sobre el Perú: homenaje a José Agustín de la Puente Candamo, Lima, pp. 511-530.

Estenssoro Fuchs, Juan Carlos (2004), Del paganismo a la santidad. La incorporación de los indios del Perú al catolicismo, Lima.

Estenssoro Fuchs, Juan Carlos, Castelnau L’estoile, Charlotte de (1996), « Les pouvoirs de la parole. La prédication au Pérou : de l’évangélisation à l’utopie », Annales hss, 6, pp. 1225-1257.

Ginzburg, Carlo (1997), Le juge et l’historien. Considérations en marge du procès Sofri, Lagrasse.

Glave, Luis Miguel (1989), Trajinantes: caminos indígenas en la sociedad colonial. Siglos xvi-xvii, Lima.

Glave, Luis Miguel (2008), « Gestiones transatlánticas. Los indios ante la trama del poder virreinal y las composiciones de tierras (1646) », Revista Complutense de Historia de América, 34, pp. 85-106.

Goody, Jack (1979), La raison graphique. Domestication de la pensée sauvage, Paris.

Herzog, Tamar (1997), Mediación, archivos y ejercicio. Los escribanos de Quito (siglo xvii), Francfort-sur-le-Main.

Herzog, Tamar (2001), Rendre la justice à Quito (1650-1750), Paris.

Herzog, Tamar (2003), Defining Nations. Immigrants and citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven – Londres.

Iglesias Saldaña, Margarita (2006), « Mi ánima en carrera de salvación. Imágenes, imaginarios y representaciones en testamentos de mujeres. Chile, siglo xvii », Cyberhumanitis, <http://www.cyberhumanitis.uchile.cl>.

Invernizzi Santa Cruz, Lucía (2002), « El testamento como instrumento de regulación y control de la sociedad chilena del siglo xvii », dans Julio Retamal Ávila (éd.), Estudios coloniales, Santiago du Chili, t. II, pp. 193-205.

Itier, César (1995), Les textes quechuas coloniaux : une source privilégiée pour l’histoire culturelle andine, Paris.

Kellogg, Susan, Restall, Matthew (éd.) [1998], Dead Giveaways. Indigenous Testaments of Colonial Mesoamerica and the Andes, Salt Lake City.

Loza, Carmen Beatriz (1997), « De la classification des Indiens à sa réfutation en justice (Yucay, Andes péruviennes, ca. 1493-1574) », Histoire et Mesure, 12 (3-4), pp. 361-386.

Martínez Carvajal, Luz Ángela (2012), « El testamento barroco en la Capitanía General de Chile : objeto, conciencia y performatividad », Temas Americanistas, 29, pp. 243-255.

Mauss, Marcel (1950), Sociologie et anthropologie. Précédé d’une introduction à l’œuvre de Marcel Mauss par Claude Lévy-Strauss, Paris.

Pardo Rodríguez, Maria Luisa (2002), Señores y escribanos: el notario andaluz entre los siglos xivxvi, Séville.

Penry, Elizabeth (2000), « The Rey Comun: Indigenous Political Discourse in Eighteenth-century Alto Peru », dans Tamar Herzog et Luis Roniger (éd.), The Collective and the Public in Latin America. Cultural Identities and Political Order, Portland, pp. 219-237.

Péquignot, Stéphane (2009), Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid.

Pizzigoni, Caterina (2007), Testaments of Toluca, Stanford.

Poisson, Jean-Paul, Rigaudière, Albert, Mosser, Françoise (2002), Essai de notarialogie, Paris.

Poloni Simard, Jacques (1997), « Testamentos indígenas e indicadores de transformación de la sociedad indígena (Cuenca, siglo xviii) », dans Thérèse Bouysse Cassagne (éd.), Saberes y memorias en los Andes. In memoriam Thierry Saignes, Lima, pp. 279-299.

Poloni Simard, Jacques (1999), La mosaïque indienne. Mobilité, stratification sociale et métissage dans le corregimiento de Cuenca (Équateur) du xvie au xviiie siècle, Paris.

Ramírez, Susan (1986), Provincial Patriachs: land tenure and the economics of power in colonial Peru, Albuquerque.

Ramírez, Susan (1996), The world upside down: cross-cultural and conflict in sixteenth-century Peru, Stanford.

Ramón Acevedo, Emma de (2012), « En el límite de lo admisible: testamentos de Ginés de Toro y Pedro Vélez, escribanos del número de Santiago de Chile », Temas Americanistas, 29, pp. 256-269.

Retamal Ávila, Julio (éd.) [2000], Testamentos de indios en Chile colonial: 1564-1801, Santiago du Chili.

Salinero, Grégoire (2008), « Maîtres écrivains d’Espagne, circulation de l’information et affaires des Indes au xvie siècle », dans Lucien Faggion, Annie Mailloux et Laure Verdon (éd.), Le notaire, entre métier et espace public en Europe, viiie-xviiie siècle, Aix-en-Provence, pp. 97-116.

Salomon, Frank (1988), « Indian women of early colonial Quito as seen through their testaments », The Americas, 3 (44), pp. 325-341.

San Félix, Alvaro (1993), « Testamentos y mortuorias registrados en el asiento de San Luis de Otavalo en los siglos xvi xvii », Sarance, 18, pp. 145-199.

Stoler, Ann Laura (2010), Carnal Knowledge and Imperial Power. Race and the Intimate in Colonial Rule, Los Angeles – Londres.

Suárez, Margarita (2001), Desafíos transatlánticos: mercaderes, banqueros y el estado en el Perú virreinal, 1600-1700, Lima.

Szeminski, Jan (1983), La utopia tupamarista, Lima.

Tau Anzoátegui, Víctor (1971), Esquema histórico del derecho sucesorio del medievo castellano la siglo xix, Buenos Aires.

Thomas, Yan (2002), « La valeur des choses. Le droit romain hors la religion », Annales hss, 6, pp. 1431-1462.

Vargas Ugarte, Rubén (1954), Historia del Perú. Virreinato (siglo xvii), Buenos Aires.

Villalba, Enrique, Torné, Emilio (éd.) [2011], El nervio de la república. El oficio de escribano en el Siglo de Oro, Madrid.

Zemon Davis, Natalie (2003), Essai sur le don dans la France du xive siècle, Paris.

Haut de page

Notes

1 Plus de 90 % des disposants sont enfermos en cama, et une petite majorité sont des femmes.

2 Ce travail est une première incursion dans l’histoire des listes. Je tiens à remercier Clara Chevalier qui, par des suggestions habiles, m’a guidée dans l’élaboration de ce texte à partir de la communication d’origine. Par ailleurs, les conditions de production, ainsi que l’analyse des testaments et mémoires testamentaires qui composent le corpus documentaire sur lequel repose ce travail, ont été étudiées et développées dans ma thèse de doctorat, actuellement en cours de publication. Voir Argouse, à paraître.

3 Eco, 2009, p. 113. La liste pratique se différencie de la liste poétique, cette dernière ayant une finalité artistique.

4 « Les listes pratiques […] confèrent de l’unité à un ensemble d’objets qui, bien que dissemblables, obéissent à une pression contextuelle, c’est-à-dire qu’ils sont apparentés par le fait d’être présents ou attendus tous dans le même lieu, ou par le fait de constituer le but d’un projet donné » (ibid., pp. 113-114).

5 Ibid., p. 114.

6 Voir Espinoza Soriano, 2002.

7 Voir le Registre n° 11 des Archives du couvent San Francisco de Lima (ASFL).

8 Ce dispositif légal est mis en place dès les lois de Burgos en 1513. Il est inséré dans le Livre VI, Titre III, de la Recopilación de Leyes de Indias de 1680.

9 Voir Cerutti, 2012 et Herzog, 2003.

10 Le corregimiento fait 28 000 km². Pour une description historique voir Pereryra Plasencia, 1996, pp. 173-239. Sur l’intervention de P. de Meneses, voir Archivo General de la Nación (AGN), Campesinado, Títulos de Propiedades, L34, C649, s/n.

11 Voir Vargas Ugarte, 1954, pp. 282-284 ; Glave, 2008, pp. 85-106 ; Id., 1989, p. 193 ; Ramírez, 1986, pp. 148-152 et Id., 1996, pp. 75-80.

12 C’est une locution que l’on trouve à plusieurs reprises dans les suppliques des franciscains. Voir ASFL, Registre n° 11.

13 Voir Bouysse Cassagne, 1991, pp. 7-24.

14 Voir Caillavet et Minchom, 1992, pp. 115-132 et Argouse, 2011 a, pp. 401-427.

15 Pour une analyse de la figure juridique et sociale du don, nous renvoyons, outre le travail de Mauss, 1950, à Zemon Davis, 2003 et à Clavero, 1997. On pourra aussi se référer à Benveniste, 1966, t. I, pp. 315-335, sur le don et l’échange dans le vocabulaire indo-européen, qui permet d’établir le lien entre le don et l’étranger (l’hôte) par le mécanisme de la compensation.

16 À ce sujet voir l’analyse de testaments féminins de la ville de Quito dans Salomon, 1988, pp. 325-341.

17 Il est difficile d’arrêter des chiffres avec certitude, d’autant plus qu’ils sont l’objet de discussions pour attester la nature du lieu.

18 Pour un plus ample développement autour de ce greffier, voir Argouse, à paraître.

19  Ce travail se situe dans ce que les organisateurs de la journée d’étude qui l’a inspiré, intitulée « Pour une histoire des listes », ont appelé « Formes, usage et modification des listes ».

20 Je me suis interrogée sur le caractère judiciaire ou non du testament. Ainsi que le fait remarquer C. Ginzburg, une grande partie des sources de l’histoire d’Ancien Régime est judiciaire (voir Ginzburg, 1997). L’acte testamentaire est souvent fait à des fins judiciaires, c’est-à-dire qu’il est produit en justice pour prouver des propriétés, une filiation, des transmissions, cessions, obligations, etc. Ainsi, je l’ai nommé « à vocation judiciaire » (Argouse, 2009).

21 On peut citer comme référence les travaux de J. Poloni Simard qui permettent de porter à la connaissance d’un public francophone les pratiques testamentaires des caciques et Indiens de Cuenca en Équateur. Poloni Simard, 1999. Voir aussi Kellogg et Restall (éd.), 1998.

22 Sur la notion du común de indios, nous renvoyons à Penry, 2000, pp. 219-237.

23 Il s’agit de deux communautés politiques qui bénéficient de privilèges juridiques différenciés. Sur l’utilisation des critères d’identification par les individus, voir Szeminski, 1983. Sur les limites de cette séparation pour comprendre les pratiques sociales, voir en particulier Caillavet et Minchom, 1992.

24 Voir par exemple Suárez, 2001.

25 Pour une étude récente de la figure du protecteur des Indiens dans le Mexique colonial, voir Cunill, 2013.

26 Voir en particulier Poloni Simard, 1997 et 1999.

27 Id., 1997.

28 La sixième Partida est consacrée aux testaments.

29Durston, 2008, pp. 41-70.

30 Voir le testament de Francisca Lachos, Archivo Departamental de Cajamarca (ADC), Escribanos, vol. 42, s/n, 25 janvier 1676.

31 Voir entre autres Estenssoro Fuchs, 2004 et Itier, 1995.

32 Voir entre autres Béligand, 1997 et Pizzigoni, 2007.

33 Sur la spécificité de ce corpus, voir Argouse, 2012.

34 Voir notamment Elliott, 1990.

35  La bibliographie est abondante. On peut citer notamment pour la France Poisson et alii, 2002 ; pour l’Espagne, Pardo Rodríguez, 2002 et Villalba et Torné (éd.), 2011 ; pour l’Amérique hispanique, Herzog, 1997, Invernizzi Santa Cruz, 2002, Kordic Riquelme et Goic (éd.), Testamentos coloniales chilenos, Ramón Acevedo, 2012 et Martínez Carvajal, 2012.

36 Voir Herzog, 2001 et, pour les Indes orientales, Stoler, 2010.

37 Goody, 1979, p. 150.

38 Il s’agit d’une référence implicite à J. L. Austin, Quand dire, c’est faire, et à la performativité des actes de langage.

39 L’escribano público de cabildo qui met par écrit, avec ou sans l’aide de scribes, et authentifie les actes testamentaires est en effet une figure charnière entre le notaire, agissant à titre privé, et le greffier attaché à un tribunal. J’ai choisi de conserver le mot greffier pour le cas de Cajamarca, car cela met en avant les liens de sa fonction avec le pouvoir judiciaire. Sur cette question, voir l’article en français de Salinero, 2008, pp. 97-116.

40 Derrida, 1995, pp. 14-16.

41 Voir le jugement de residencia d’Antonio de Quintanilla, Archivo General de Indias (AGI), Escribanía, 535 B. Natif de Carmona, en Andalousie, Quintanilla demande un droit de passage aux Indes en 1662 et est corregidor de Cajamarca de 1663 à 1675. Voir également AGI, Contratación, 5433, R2, N46.

42 ADC, Escribanos, vol. 42, fos 31 et sqq.

43 Cela est attesté par un candidat au poste de greffier de Cajamarca, Fernando Antonio de Zevallos y Bustamante (AGI, Lima, 198A, N22).

44 Cette visibilisation des faits et gestes de tout un chacun est utile, à l’échelle des carrières des hommes du royaume, à l’exercice distant de la justice du Roi. Voir Brendecke, 2012, pp. 78-82.

45 L’usage du papier timbré, depuis 1638 dans le vice-royaume, n’est pas systématique. Pour les actes du corpus, ils sont faits sur papier simple ; seuls les testimonios, c’est-à-dire des copies authentifiées, sont faits sur papier timbré.

46 Pour une étude des relations diplomatiques, on peut renvoyer entre autres à Péquignot, 2009.

47 Ces écritures publiques contiennent certains des alibi dont parle Roland Barthes à propos des écritures politiques justifiées par le rapport de pouvoir qui les produit. Barthes, 1972, p. 19.

48 ASFL, Registre n° 11, f° 31vº.

49 Cette formule est empruntée au juriste Yan Thomas. Thomas, 2002, pp. 1431-1462.

50 Voir ASFL, Registre n° 11 ainsi que AGI, Escribanía, 516A, fos 120 et sqq.

51 Ainsi que l’atteste par exemple une lettre au Conseil des Indes datée du 23 décembre 1666. AGI, Escribania, 516A, fos 121 et sqq. Voir également un courrier au roi de l’évêque de Trujillo, Antonio de León, daté du 30 août 1678 dans Vargas Ugarte (éd.), Manuscritos peruanos del Archivo de Indias, pp. 127-128. Voir enfin la « Real Cédula al virrey y audiencia de Lima sobre poner cura y parroquia de españoles en el pueblo de Cajamarca », du 21 février 1679, AGI, Lima, 575, fº 134vº, dans Konetzke (éd.), Colección de documentos para la historia, t. III, pp. 670-671.

52  Ils demandent aussi à l’évêque de Trujillo d’intercéder auprès du roi pour obtenir le titre de ville (ciudad) en 1651 (AGI, Escribanía, 516A, fº 143).

53 Par le testament, l’expression de la volonté des Indiens et Indiennes ne requiert pas la présence d’un tuteur légal, comme le protecteur des Indiens, ni l’autorité de l’alcalde, pour être valide.

54 AGI, Escribanía, 516A, fos 121 et sqq.

55 Bien sûr, la question de la collectivité de l’acte reste posée. On peut toujours imaginer que le disposant subit une contrainte, plus ou moins forte. Certains cas l’attestent, d’ailleurs, où un disposant révoque un acte antérieur fait sous la contrainte. Voir par exemple Pedro González, indien forastero, veuf de Clara Eugenia : « …ante el presente escribano otorgue a instancias y persuaciones… » (ADC, Escribanos, L41, 25 avril 1686, fº 520).

56 La ressemblance avec des actes testamentaires produits en Aragon au xvie siècle, par exemple, est avérée. Voir Bellod Fernández de Palencia, 1997.

57 Recopilación de Leyes de Indias, Livre I, Titre XIII, Loi ix. Voir également Tau Anzoátegui, 1971.

58 Kordic Riquelme et Goic (éd.), Testamentos coloniales chilenos et Retamal Ávila, 2000.

59 ADC, Escribanos, L41, 12 septembre 1686, fº 182.

60 Voir par exemple Alvaro San Félix qui signale que la memoria testamentaria est postérieure au testament et tire de lui son autorité. San Félix 1993, p. 149. Katherine Burns mentionne aussi la memoria parmi des papiers de moindre importance. Voir Burns, 2010, p. 80.

61 Goody, 1979, p. 185 ; Estenssorro Fuchs et Castelnau l’Estoile, 1996 ; Loza, 1997.

62 Diccionario de la Real Academia Española, s. v. « enumerar » (<http://lema.rae.es/drae/>).

63 Voir par exemple les testaments de Costanza Lachos rédigés à sept ans d’intervalle, en 1679 et 1686. ADC, Escribanos, vol. 41, 2 octobre 1679, fº 130, et ADC, Testimonios, s/n, 19 octobre 1686.

64 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana, fº 107vº.

65 Il ne s’agira pas pour autant d’une complète décontextualisation des clauses puisqu’elles sont reproduites accompagnées du protocole et de l’eschatocole de l’acte.

66 Estenssoro Fuchs, 2004, p. 217.

67 Tels qu’ils ont été transcrits par Jara et Mellafe (éd.), Protocolos de los escribanos de Santiago ; Retamal Ávila, 2000 ; Kordic Riquelme et Goic (éd.), Testamentos coloniales chilenos. Travaillés entre autres par Invernizzi Santa Cruz, 2002 et Iglesias Saldaña, 2006.

68 Ainsi que l’énonce Umberto Eco, ces listes « renvoient à des objets du monde extérieur et ont pour but purement pratique de les nommer et de les énumérer » (Eco, 2009, p. 113).

69 Voir notamment Arnoul et alii, 2010.

70 ADC, Escribanos, L41, 4 février 1681, fº 321rº.

71 Sur l’histoire de ce mot et son rapport avec un rapport d’égalité puis de rejet, voir Benveniste, 1966, t. I, p. 321. Sur le fait que le procédé de la liste est excluant et hiérarchisant, voir Goody, 1979, pp. 184-197.

72 Sur l’aspect visuel de la liste, voir Goody, 1979, p. 186.

73 Argouse, à paraître.

74 Pour les testaments de Cajamarca, voir Argouse, 2011 b. Par ailleurs, j’ai commencé le même genre d’analyse pour des clauses testamentaires produites dans le port de Valparaiso à la fin du xviie siècle à partir des deux premiers registres disponibles dans les Archives nationales du Chili. Il ressort que les disposants font un usage programmatique de l’espace « à vocation judiciaire » que représentent les clauses testamentaires. Voir Argouse, 2014.

75 « Écrire, faire des listes, c’est procéder à un recodage linguistique » (Goody, 1979, p. 193).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Argouse, « Les énumérations testamentaires »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 41-60.

Référence électronique

Aude Argouse, « Les énumérations testamentaires », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5744 ; DOI : 10.4000/mcv.5744

Haut de page

Auteur

Aude Argouse

Universidad de Chile

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals