Navigation – Plan du site
Dossier. Pour faire une histoire des listes à l'époque moderne

Mettre en liste les foules de guerre en Savoie

xvi-xviie siècles
Establecer una lista de los daños de guerra en Saboya. Siglos xvi-xvii
Listing «woes of war» in Savoy. 16th-17th centuries
Julien Alerini
p. 119-137

Résumés

L’enregistrement de la violence militaire est une pratique administrative courante dans les États de Savoie-Piémont. La Chambre des Comptes recense les violences militaires afin d’exonérer les communautés touchées des prélèvements fiscaux. Les rapports oscillent entre narration et liste des atrocités. Leur forme n’est pas fixée et dépend des usages et des cultures administratives de leurs auteurs. Les processus administratifs qui sous-tendent cette pratique conditionnent les schémas discursifs sur la violence et sur les objets de la violence, et ils contribuent ainsi à l’élaboration d’un discours et d’une image des méfaits militaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un panorama de cette question, voir Gal, 2012 ; Symcox, 2008 ; Devos et Grosperrin, 1986, et R (...)

1L’État piémonto-savoyard occupe une place particulière puisque, étant à cheval sur les Alpes, il est le principal lieu de passage entre l’Italie et l’Europe. Sa situation géopolitique d’intermédiaire entre l’Europe septentrionale et l’Italie mais aussi les nombreuses entreprises militaires de la dynastie savoyarde au cours de la première modernité ont mis en contact de façon récurrente la population civile avec les militaires. Aux xvie et xviie siècles, les alliances et les aventures militaires des ducs de Savoie ont entraîné de nombreux passages de troupes de part et d’autre des Alpes1. L’État piémoto-savoyard et les communautés d’habitants ont été confrontés à divers titres à la violence des soldats, soit de ceux qui logeaient dans ces communautés, soit des ennemis venus ravager les territoires du duc de Savoie.

  • 2 Schindling, 2001, défend le recours aux sources administratives comme étant les seules permettant d (...)
  • 3 Édits du 20 octobre 1581, Duboin, Raccolta per ordine…, vol. 20, p. 1001, et du 27 mars 1584, ibid.(...)
  • 4 Archives départementales de Savoie (ADS), SA 6425.
  • 5 Duboin, Raccolta per ordine…, vol. 20, p. 1025.
  • 6 Les requêtes et les visites pour les foules de guerre sont conservées à l’Archivio di Stato di Tori (...)

2Deux problèmes se posent. Le premier est celui de la violence militaire à l’encontre des populations civiles, et le second est celui de la narration de cette violence. S’interroger sur la narration de la violence nous renvoie au débat sur les usages de la documentation administrative et sur ceux du témoignage. La question de la pertinence des diverses sources disant la violence militaire a longtemps été débattue, et ce n’est pas ici notre propos2. Le sujet qui nous intéresse est celui des outils de l’État pour appréhender cette violence militaire au cours de la première modernité. Quels sont les moyens de connaissance et aussi de mise en ordre de la société ? Dans cet État, il revient à la Chambre des comptes de Savoie, puis dès 1577 à celle de Turin nouvellement créée, de procéder à l’indemnisation des violences militaires. Cette pratique n’est pas immédiatement normée. Les premiers édits et ordonnances relatifs à la taille, instaurée en 1561, mentionnent des possibilités d’exemption fiscale pour les pauvres et indigents3. Avant 1610, c’est la Chambre des comptes qui procède aux exemptions, ce contre quoi le duc s’insurge. Cependant, la guerre de Provence (1588-1601) contre la France et la mise à sac des territoires savoyards par les troupes de Lesdiguières obligent le duc à accepter cette politique d’exemption fiscale pour les communautés ravagées. Ainsi, en 1598, la totalité des communautés de la basse vallée de la Maurienne ont été exemptées partiellement ou totalement des impôts pesant sur elles4. Il faut attendre l’ordre du 6 septembre 1610 pour que le duc Charles-Emmanuel Ier confirme l’exemption fiscale pour les foules de guerre, associée à l’idée de sinistre naturel que le souverain doit réparer5. Dès lors, la Chambre des comptes construit une archive de ces exemptions, y incluant les demandes d’exemption antérieures à 16106.

  • 7 Bensa, 2006.

3Les ordres ducaux ne spécifient pas comment doit être enregistrée la violence militaire, ils se contentent d’affirmer la nécessité pour la Chambre des comptes de s’informer de cette violence, sans préciser les modalités pratiques de la procédure. Nous observons deux pratiques scripturales. La plus répandue est l’énumération de faits, qui ne constitue pas à proprement parler une liste. Elle n’a pas d’organisation graphique particulière, et ne catégorise pas des objets. Il s’agit seulement des narrations successives des faits de violence. D’autres recensements des violences militaires sont élaborés sous forme de listes de faits et de préjudices. Dans les deux cas, nous sommes face à un inventaire de la violence qui s’inscrit dans une relation entre les communautés et l’État. Nous sommes en présence d’un paradoxe apparent : la liste des foules de guerre ou des violences est la remise en ordre d’une situation de chaos. La liste de ces violences s’inscrit aussi dans un système d’échange entre les communautés et l’État. Elle exprime une rationalité de cet échange et elle définit en même temps les termes de la relation sociale7.

4Notre propos est de comprendre comment plusieurs systèmes administratifs d’enregistrement de la violence cohabitent. Quand et pourquoi mettre en liste les foules de guerre ? Comment et pourquoi s’élaborent ces listes ? Les agents de l’État et des institutions locales réalisent-ils l’inventaire de la violence militaire ? La question de l’inventaire de la violence militaire nous amène à nous interroger sur les formes discursives et sur les technologies administratives de l’État.

5Nous allons d’abord revenir sur la définition des foules de guerres et étudier les procédures administratives de réparation. Ensuite, nous nous intéresserons à l’élaboration du document mettant en liste la violence militaire. Enfin, nous tenterons de discerner les usages administratifs, ainsi que les fonctions mémorielles de cette documentation.

  • 8 Selon le Dictionnaire d’ancien français de Godefroy. Selon Nicot, dans Le Thresor de la langue fran (...)
  • 9 Michaud, 2012, p. 6.

6La forme lexicale violence et ses dérivés ne sont pas, ou que très peu, employés dans la documentation qui circule entre les communautés et la Chambre des comptes. C’est le terme de foules qui est généralement utilisé et qui désigne l’ensemble des violences commises par les soldats. Ce mot n’a pas de définition précise au xviie siècle, il signale ce que l’on subit de la part des soldats. La foule est un piétinement, mais elle signifie aussi l’oppression et la violence8. Une définition objective des foules, comme de la violence, qui nous permettrait de manipuler des niveaux et des espaces de violence, n’est pas possible en raison de la perception subjective que l’on en a9. Plusieurs approches sont possibles : agressions physiques, tant contre les personnes que contre les biens, violences psychologiques de l’intimidation pour rançonner, ou refus de payer, violences financières quand les coûts d’un passage deviennent exorbitants et sont considérés comme une oppression fiscale supplémentaire.

  • 10 Bensa et Fassin, 2002.
  • 11 Ibid., p. 12.
  • 12Farge, 2002.

7La foule de guerre est un événement à l’échelle de la communauté : la présence des militaires a été l’occasion de désordres, qui sont médiatisés devant le souverain afin d’obtenir par une réparation, symbolique ou financière, un retour à l’état antérieur. En quoi le passage de militaires est-il un événement pour des communautés habituées à voir passer des troupes ? Et comment cet événement est-il relaté ? Nous entendons par événement la ligne de partage entre un avant et un après, c’est-à-dire la rupture de sens qu’impose une situation à des acteurs10. Alban Bensa et Éric Fassin définissent l’événement comme une « modification sensible des rapports de force et de la configuration des possibles11 » et, pour exister, l’événement doit nécessairement être médiatisé12. Le déchaînement de violence peut être perçu à juste titre comme une rupture du quotidien, qui fait passer la communauté d’une situation d’ordre et de paix (ou conçue comme telle) au chaos. L’événement de la foule militaire naît d’un dérèglement du comportement des soldats qui vont au-delà de ce qui est permis. Ce passage du licite à l’illicite explique la très grande variété des situations appelées « foules de guerre ».

  • 13 Cuaz, 1995.

8Dès lors que les sinistres, dont font partie les violences militaires, donnent droit à des compensations fiscales par l’État, les autorités communales, ainsi que la Chambre des comptes de Savoie ou de Piémont, s’attachent à enregistrer les foules de guerre. Ainsi, les syndics de communautés ou ceux des étapes militaires inscrivent immédiatement dans leurs comptes ces foules, dont ils ont déjà financé les réparations. Ces danni di guerre patiti ou foules de guerre sont des ravages commis par les soldats, c’est-à-dire un ensemble de destructions qui affectent une partie importante de la communauté. Nous disposons ici d’un outil précieux pour évaluer l’impact des troupes sur les communautés. Ces visites font suite à une demande des communautés, elles ne préjugent pas de la réalité ou non des sinistres, elles ne sont qu’un outil pour aider les auditeurs de la Chambre des comptes à prendre une décision. La constitution de cette archive montre également l’intérêt que l’État savoyard porte à ces questions. La mise en série de ces documents nous offre l’opportunité de dresser un schéma global sur les demandes des communautés concernant les foules de guerre. L’étude particulière de ces visites permet en outre d’appréhender une réalité des violences militaires et de leurs conséquences, et surtout de comprendre leur mise en récit par l’État. Le duché d’Aoste dispose d’institutions politiques et administratives plus autonomes depuis 1536, et c’est une junte, le Conseil des commis, qui administre cette vallée13. C’est lui qui ordonne les visites aux communautés et qui décide des remboursements ou des remises fiscales.

  • 14 « La Communità d’Avigliana che conosce un grandissomi numero d’habitanti rovinati » (AST, art. 472, (...)
  • 15 « … habbiate à visitare, et informare delli danni » (AST, art. 472, mz. 1).
  • 16 AST, art. 472, mz. 2.

9La visite des commissaires ducaux n’est pas une procédure automatique en cas de ravages. Les représentants de la communauté doivent s’adresser au souverain et à la Chambre des comptes, mais c’est au duc que revient la décision de visite. Les syndics agissent au nom de la communauté et, dans la supplique, ils s’effacent au profit de cette dernière. Pour les dommages causés à Avigliana, la supplique commence par « La communauté d’Avigliana qui connaît un grand nombre d’habitants ruinés14 ». La supplique contient déjà un rapide descriptif de la violence subie : destruction des bois et des maisons par des soldats licencieux15. À la suite de cette requête, le duc ordonne aux magistrats de la Chambre des comptes de se rendre sur place : « vous aurez à visiter et à vous informer des dommages16 ». La Chambre n’a pas le pouvoir d’enquêter de son propre chef, le commandement du souverain est indispensable.

  • 17 ADS, 7524, n. 13.
  • 18 Kettering, 1986 ; Harding, 1978, pp. 31-37, insiste plutôt sur la médiation du gouverneur entre les (...)

10Le personnel délégué aux visites n’est pas nécessairement issu de la Chambre des comptes. Pour les destructions faites par les troupes espagnoles à Saint-Jean-de-Maurienne en 1620, le document est établi par le seigneur Desflames, gentilhomme ordinaire de la maison du duc et maître d’hôtel du gouverneur de Savoie Thomas de Savoie, mais l’estimation des dégâts est réalisée par le général de l’étape, Cathelin d’Hostel17. Cette intervention de personnes issues de l’entourage ducal nous renseigne aussi sur le patronage qu’exerce le gouverneur dans cette province. En envoyant un proche, il signale l’intérêt qu’il porte aux souffrances de la communauté et il agit comme protecteur des habitants18. La narration des foules de guerres ne répond donc pas seulement à une nécessité comptable de l’État, elle s’inscrit aussi dans un rapport politique entre le duc, ses sujets et les cours souveraines.

11Les commissaires se rendent dans les communautés ravagées pour s’informer des dommages subis, soit par l’observation directe de ceux-ci, soit par les témoignages des habitants. Les contraintes administratives instaurent des laps de temps plus ou moins longs entre les faits et l’inspection par les commissaires. Les finalités fisco-financières de la démarche orientent aussi la narration.

  • 19 AST, art. 175, mz. 1, n. 1.
  • 20 AHR, Fonds Ville, Conseil des Commis ancien, carton 5, liasse 1, n. 744.
  • 21 AHR, Fonds Ville, Conseil des Commis ancien, carton 5, liasse 1, n. 742.

12Le temps de réaction de l’administration est plus ou moins long. À l’automne 1590, Suse loge des troupes qui provoquent de nombreux dommages, et la visite des délégués de la Chambre des comptes est datée du 31 juillet 159119. En revanche, la communauté de Saint-Pierre en vallée d’Aoste doit attendre quatre ans pour que les Commis évaluent la perte de bêtes suite aux passages de troupes de l’année 163020. Ces distances temporelles posent immédiatement la question de la reconstitution mémorielle de l’événement, et de ses traces matérielles. En 1630, Claude de Lostan, Commis valdôtain, se déplace à Saint-Vincent suite aux violences d’un régiment21. Il visite les différentes paroisses et il prend les dépositions de leurs responsables. Chacune énumère les habitants battus par les soldats et les vols et dégâts dont ceux-ci ont été victimes. Les dommages matériels ne sont pas forcément visibles, et le commissaire doit se contenter du témoignage de personnes ayant autorité et considérées comme honnêtes. Il recoupe les faits par plusieurs témoins, le saccage de la maison du châtelain est ainsi décrit par trois personnes. Le vol ne peut être constaté que sur l’affirmation de témoins, et toute prise d’information repose sur l’enregistrement de ceux-ci.

  • 22 AST, art. 472, mz. 2.

13Certains dégâts matériels, comme les maisons détruites ou brûlées, sont encore visibles plusieurs années après les exactions militaires, et attestent donc la réalité des faits. Mais là encore, il faut que cela soit corroboré par des témoins. La visite à Gravere (val de Suse) en 1602 intervient quatre années après les violences, et la restitution des faits demeure très générale22. L’auditeur Boschi ne retranscrit pas les témoignages, il en fait une synthèse de laquelle il ressort que les troupes de passage ont provoqué des dégâts, mais sans entrer dans les détails. À la fin du procès-verbal, les scripteurs déclarent avoir reçu par écrit les témoignages, qui sont déposés chez le notaire Ambrosio. Ce recours au notaire est vital pour les communautés, qui doivent conserver une trace juridique, à défaut d’être matérielle, de leurs malheurs.

  • 23 AST, art. 175, mz. 1.
  • 24 AST, art. 472, mz. 1, fº 11.

14Ni la preuve ni l’estimation du dommage ne sont fournies par les visites des commissaires. Les faits sont seulement attestés par la qualité des participants et des témoins qui sont les notables de la communauté, généralement les syndics, voire même la noblesse23. Les syndics d’Avigliana sont globalement d’accord sur l’établissement des dommages mais il arrive que, pour certaines maisons, ils ne se mettent pas d’accord sur la réalité du préjudice, et l’auditeur de la Chambre des comptes n’enregistre pas les dommages de cette habitation car les témoignages divergent24. Le ravage de la communauté est donc le produit d’un consensus entre ses représentants et les agents caméraux.

  • 25 ADS, SA 7524, n. 13.
  • 26 AHR, Fonds Ville, Conseil des Commis Ancien, carton 5, liasse 1, n. 742.

15Cette recherche de consensus et les impératifs administratifs conduisent à un schéma narratif commun aux différentes visites. À commencer par l’absence de description de l’événement. Les déclencheurs de la violence ne sont quasiment jamais évoqués. Au mieux, on signale des circonstances exceptionnelles, qui expliqueraient les exactions. L’armée espagnole n’a pas emprunté la route habituelle en Maurienne au mois de juin 1620 à cause des crues de la rivière25. Les soldats ont été contraints de loger dans des granges où ils ont commis des dégâts. Les commissaires commencent par citer la présence de la troupe, dont le commandant est identifié. À Saint-Vincent en 1630, les témoins accusent les soldats du régiment « dit de Broncz » mais les excès n’ont pas de raisons apparentes26. En fait, ni les communautés ni les commissaires ne sont intéressés par cette question car il importe moins de trouver des responsabilités que d’établir un document permettant une remise fiscale.

  • 27 Desachy, 1996.

16De fait, le vocabulaire des témoignages est relativement pauvre et standardisé. Nous retrouvons les formes « sacquages », « desgasts » et « bruslement », et il est parfois mentionné que les soldats « fourragent » la campagne ou que les hommes sont « battus ». Si les actions de fourrager les champs et de brûler les maisons renvoient à des réalités palpables, l’évocation des saccages et des dégâts laisse l’imaginaire du lecteur mettre en scène un ensemble de possibles. Cet imaginaire est sans doute partagé, comme produit d’une culture et d’une image du soldat. Les agents de la Chambre des comptes font une description normative de la violence militaire et ils simplifient les ravages à l’aide de stéréotypes que partagent les élites administratives et municipales27.

17La mise en liste des dommages, et donc l’évaluation plus fine des ravages, n’est pas systématique. Dans l’ensemble, les documents établissant les foules de guerre donnent le sentiment que les foules et la violence sont mises en liste. Mais en y regardant de plus près, trois grands modèles narratifs sont employés par les agents de l’État : la mise en liste des témoignages, l’énumération des foules, et les rôles de pertes ou de dégâts.

  • 28  AST, art. 472, mz. 2, Gravere.

18Nous avons dit que les visites des commissaires ne suivent pas immédiatement l’événement, ce qui dans de nombreux cas aboutit à la disparition des stigmates de la violence des militaires. Or ces visites s’inscrivent dans une pratique administrative en relation avec l’idée d’une répartition de la compensation. À Gravere en 1602, les foules de guerres sont sommairement décrites, et le commissaire de la Chambre des comptes s’attache à relever des témoignages qui confirment la ruine de la communauté28. Ainsi, le sergent et le caporal du fort de Saint-François-de-Suse sont auditionnés comme témoins car ils servent ici depuis neuf années, et ils confirment avoir assisté aux nombreuses ruines de Gravere l’année passée. Vient ensuite le témoignage du capitaine, dont la parole est crédible. Ici, c’est la liste des témoins, dont les dires sont semblables, qui fonctionne comme système descriptif et probatoire des dommages subis. L’absence de liste des dommages établie par le commissaire de la Chambre des comptes signifie que cette dernière ne pourra offrir qu’un dédommagement collectif, car elle ne sait pas quels particuliers ont été touchés par la dévastation militaire ; ce sont les syndics et la communauté qui ont cette connaissance et qui pourront répartir le dédommagement entre les habitants selon une procédure qui leur sera propre.

19Ce qui est mis en liste n’est pas l’ensemble des foules, mais les témoins de ces foules. C’est la liste qui fait sens. Le temps écoulé entre l’événement et la visite du commissaire ducal réduit les traces matérielles de la violence. Les témoignages et la qualité de leurs auteurs se substituent donc aux preuves de la violence. Dans ce système discursif de la violence, il n’y a pas la volonté de préciser qui souffre au sein de la communauté, mais de faire valoir une difficulté de la communauté dans son ensemble à lever les impôts.

  • 29 AST, art. 472, mz. 1.

20Le deuxième modèle narratif ne se résume pas à la simple attestation de dommages par des témoins. Il correspond à une liste de ces violences, généralement paroisse par paroisse, qu’inspecte si possible le commissaire. Cette liste exhaustive des dommages rend compte de l’intégralité des biens et des personnes frappées, car elle est utilisée autant pour l’évaluation financière (combien de contribuables sont touchés, et quelle est la part de l’appareil productif affecté), que pour la répartition des charges au sein de la communauté. Établie par la Chambre des comptes, elle fait foi en cas de litige entre habitants. La description des destructions matérielles par le commissaire est bien plus précise que les témoignages et nous aide à mieux saisir cette dimension de la violence militaire. En 1632, l’auditeur Gastaldo visitant le finage d’Avigliana prend d’abord les témoignages des syndics de chaque communauté et synthétise les dommages subis29. Ce n’est qu’ensuite qu’il établit la liste des maisons ruinées ou abandonnées.

  • 30 ADS, SA 7524, n. 13.

21Cette mise en liste des dommages répond à deux exigences. En premier lieu, elle permet d’identifier nommément les habitants touchés par le ravage et, théoriquement, elle facilite leur indemnisation. C’est le même souci qui habite le seigneur Desflames lors de sa visite à Saint-Jean-de-Maurienne pour les foules espagnoles de 1620. Il établit une liste dont chaque item correspond à un préjudice à la grange ou au champ du paysan qu’il a visité, et pour lequel sont rapidement données la nature du préjudice et la valeur pécuniaire estimée. Remarquons que cette valeur est établie par un auditeur de la Chambre des comptes, et non par le commissaire de la visite30. La liste est ainsi dotée d’une fonction probatoire et justificative pour la Chambre des comptes puisqu’elle atteste la réalité des préjudices, et elle en fixe la valeur financière. Cette liste devient alors un instrument de mesure comptable. De ce fait, elle est aussi investie d’une fonction politique au sein de la communauté puisqu’elle établit des ayants droit au remboursement.

  • 31 Nubola, 1993, pp. 60-64.

22En deuxième lieu, la constitution de listes de dommages intervient dans la réorganisation fiscale. Elle est un instrument de connaissance et de travail pour l’État. L’auditeur Gastaldo se rend à Avigliana en 1632 pour s’informer non seulement des dégâts causés par les soldats, mais aussi de ceux qui ont été provoqués par la crue de la Doire Ripa. Cette visite intervient dans un contexte particulièrement difficile, puisque la région sort à peine de la peste de 1630 qui a causé de nombreux décès et qu’elle a été le lieu d’une bataille entre les troupes françaises et savoyardes (juillet 1630), suivie du sac de la ville. Du 20 au 24 novembre 1632, Annibal Gastaldo reçoit les syndics, tant anciens qu’actuels, qui lui racontent les violences subies et les attestent. Pendant quatre jours, il acte que les communautés du finage ont été ravagées, puis inondées. Les jours suivants sont consacrés à la visite des maisons. L’auditeur consigne chaque maison, l’état dans laquelle elle se trouve, quel est son propriétaire, s’il est vivant ou s’il est sans héritier. Cette exhaustivité peut surprendre, d’autant plus que l’origine des dommages n’est pas mentionnée. Ici, la liste ne vise pas un remboursement particulier des habitants. La multiplicité des sinistres à Avigliana impose une révision de la cote de taille de la communauté. Cette liste s’inscrit dans une démarche d’information de la situation des communautés pour établir leurs capacités contributives tout autant que procéder à des exemptions fiscales momentanées. Ces descriptions ne sont pas sans rappeler les visites pastorales, à ceci près qu’elles ne répondent pas à un questionnaire. Elles partagent un certain nombre de caractéristiques, à commencer par être justement des visites : l’entretien avec les responsables locaux pour prendre connaissance des faits, puis la visite des lieux pour constater, et enfin la mise en liste de ce qui est vu ou entendu. La visite décrit et synthétise des informations qu’une autorité supérieure utilise pour gouverner31.

  • 32 ADS, SA 7467-7472.
  • 33 ADS, SA 7467-7468.
  • 34 ADS, SA 7470.
  • 35 ADS, SA 7471.
  • 36 ADS, SA 7472.

23Le troisième modèle narratif des foules de guerre est celui des rôles administratifs. Ils sont établis par les agents des institutions locales (syndics ou commissaires des étapes) et, par leur nature même, ces documents sont représentatifs de l’usage de la liste dans les pratiques administratives d’Ancien Régime. Cependant, ces documents ne permettent pas d’enregistrer tous les types de violence ou de foules. Entre 1616 et 1620, les syndics de l’étape de Saint-Jean-de-Maurienne ont dressé le rôle des bêtes de voitures fournies par les paroisses pour les passages militaires32. Pour chaque passage, daté, le rôle mentionne chaque propriétaire dont les bêtes ont été réquisitionnées, leur qualité (âne, mule, jument, etc.) et leur effectif. Ce rôle permet d’abord d’établir les dépenses de l’étape, il a donc une fonction comptable. À ces rôles sont associés les rôles des « bestes gastées », c’est-à-dire qui ont été perdues, volées ou qui sont mortes lors du transport des bagages militaires. En 1616 et 1617, les syndics ne présentent qu’un seul document, le rôle des réquisitions, mais ils notent dans la marge les bêtes volées ou tuées par les troupes, ainsi que la valeur de la bête33. Ici, le dommage subi n’est pas mis en liste, mais il est répertorié dans une liste déjà constituée et qu’il amende. Le rôle de 1618-1619 fonctionne différemment34. C’est en fin de cahier qu’est établie la liste des bêtes perdues et de leur propriétaire. Les syndics distinguent les dépenses de la réquisition et les remboursements des bêtes, et ils construisent deux listes, dont une spécifiquement dédiée à la violence des militaires. Pour le passage des Espagnols vers les Flandres en 1620, les syndics procèdent encore différemment. Ils tiennent toujours un « Registre des voitures supportées par l’étappe de Saint Jean de Maurienne, au port des soldats, hardes, et bagages au passage des espagnols, napolitains et millanois, allant en Flandre pour le service de S.M.C.35 », mais qui est assorti du « Roolle des dégats et prix des bestes mortes soufferts par les parroisses dépendantes de l’étappe de Saint Jean de Maurienne au passage des trouppes espagnoles allants en Flandres36 ». En l’espace de quelques années, les syndics de l’étape de Saint-Jean-de-Maurienne procèdent à une autonomisation de la liste des violences.

24La liste des foules sert ici à un usage interne et à un usage externe à la communauté. Elle permet de pointer les habitants lésés et à rembourser, mais elle est aussi à destination de l’État puisqu’elle atteste les dépenses réalisées en son nom. L’usage du rôle permet des manipulations administratives et comptables plus aisées avec les autres documents produits par les syndics, notamment les rôles de taille qui servent à répartir les efforts de la communauté. L’usage du rôle pour décrire les dommages infligés résulte aussi de l’existence préalable d’autres rôles pour administrer les passages militaires. Le contexte administratif conditionne ici la fabrication d’une liste. C’est une narration de la violence à destination de la communauté d’habitants tout autant que de l’État. Elle n’est en aucun cas une doléance, mais seulement la situation comptable des dettes de l’État envers les particuliers et les communautés. La mise en liste des violences résulte d’une exigence comptable de l’État et non de la nécessité d’acter les débordements des soldats afin de mieux les contrôler.

25Ces listes des foules de guerre, que ce soient des rôles ou des visites de commissaires, sont les seuls documents qui attestent de la violence des militaires aux yeux de l’État. Cette construction est une opération de sélection et de définition de la violence. Elle montre la réalité de l’activité administrative des agents de l’État et elle atteste aussi le souci que l’État a de ses sujets.

26Les descriptions des foules de guerre s’inscrivent dans un dialogue entre la communauté, les cours souveraines et le prince, afin de dédommager les populations touchées par ce fléau. Rappelons tout d’abord que les foules ne se résument pas à la violence et à la destruction matérielle. Elles désignent un ensemble de désordres, des actes illicites commis par les soldats, qui ont des conséquences sur l’organisation de la communauté et sur ses finances. C’est un concept globalisant, qui induit l’idée d’une violence physique, psychologique ou économique exercée par les gens de guerre. La foule de guerre est l’objet d’une négociation entre la communauté meurtrie et le pouvoir.

  • 37 Hébert, 1986, pp. 53-68 ; Benedetto, 1959, pp. 3-14, et Cibrario, 1869, p. 175.
  • 38 Zaret, 2000, pp. 68-99. Voir aussi Würgler et Nubola, 2004, et Corrao, 2004.
  • 39 AST, art. 472, mz. 1, n. 47. Voir aussi ADS, SA 5600. Les suppliques et requêtes sont signées par l (...)
  • 40 Follain, 2008, pp. 254-275, et Fontaine, 2003, pp. 174-179.
  • 41 AST, art. 472, mz. 1.
  • 42 Nous n’allons pas jusqu’à affirmer l’existence d’une sphère publique, telle que l’entend Habermas, (...)

27En s’adressant au prince pour demander un dédommagement des foules, les communautés alpines rouvrent un espace de dialogue avec le souverain, qu’Emmanuel-Philibert avait clos en cessant de réunir les assemblées d’État. Ces assemblées, réunies pour accorder un subside au prince, étaient des moments et des lieux d’échanges politiques. Les communautés d’habitants devaient se réunir pour élire leurs représentants et arrêter leur position quant aux subsides. Leurs membres étaient donc appelés à donner leur avis et à faire connaître leurs doléances37. En transformant la fiscalité, et en se reposant sur des commissaires et sur les syndics des communautés pour le prélèvement des nouveaux impôts, Emmanuel-Philibert a limité les possibilités d’expression politique des communautés d’habitants. Les visites pour les catastrophes naturelles et les dévastations militaires ouvrent une nouvelle voie de communication. L’assemblée des habitants écrit directement au souverain pour lui faire part de ses malheurs. Cette adresse directe n’est pas neuve en soi, la pratique de la pétition et de la supplique comme moyen de communication politique est déjà présente au Moyen Âge38. Néanmoins, il ne faut pas imaginer une démocratie complète à l’œuvre au sein de la communauté d’habitants. Les suppliques sont signées par les représentants de la communauté d’habitants39, et rien ne nous dit que l’ensemble des habitants ont participé, ou au moins assisté à l’élaboration du document. Les procès-verbaux des visites signalent rarement la communauté assemblée lors du déplacement du délégué de la Chambre des comptes40. Annibalo Gastaldo fait seulement comparaître les conseillers de la commune d’Avigliana et à aucun moment de sa visite il ne mentionne l’assemblée des habitants41. Les représentants communaux confisquent la parole des habitants, et ils sont seuls à formuler la violence subie. L’espace du dialogue politique se rétrécit donc à celui des représentants de communautés et de la Chambre des comptes, et c’est dans cet interstice qu’est définie la foule de guerre42.

28Le document de la visite rappelle le contenu de la supplique adressée au souverain et débute par l’objet de la démarche. Celle des habitants d’Avigliana est leur extrême pauvreté :

  • 43 « La communità d’Avigliana che consiste in pochissimo numero d’habitanti rovinati, in modo che ben (...)

La communauté de Veillane est constituée d’un petit nombre d’habitants ruinés, de sorte que bien peu peuvent se sustenter à cause de la grande destruction de leurs possessions, dépouillées des arbres et des vignes, leurs maisons démolies pour les fortifications, et par des soldats licencieux, et leurs meubles brûlés43.

  • 44 AST, art. 472, mz. 2, n. 59.
  • 45 « … le danni incomparabili per loro patiti per la guerra, carestia, contagione, tempesta, et altri (...)
  • 46 « … in conformita del detto decreto di S. A. » (ibid.).

29Les faits de violence ne sont là que pour expliquer le dénuement de la population et justifier un dégrèvement fiscal. La supplique doit être suffisamment explicite pour être efficace et requiert donc de ses rédacteurs une connaissance des pratiques et des rhétoriques administratives. Les habitants de Gravere ont dû envoyer deux suppliques pour les foules de 159944. Dans la première, ils se contentent d’évoquer « Les dommages incomparables subis par la guerre, la famine, la contagion, la tempête et autres infortunes45 » qui les empêchent de payer la taille. Si la phrase renvoie explicitement aux fléaux du temps et puise son argumentation dans un fonds théologique, elle manque d’efficacité politico-administrative. Une deuxième requête détaille les foules : saccages des maisons, des fruits de la campagne, des habitants faits prisonniers, des bêtes volées. La supplique oblige donc à exposer avec une certaine précision les dommages subis. Cela signifie que les rédacteurs doivent être au fait des usages administratifs, tout autant que des textes réglementaires. La violence est ici un argument juridique, et présenté comme tel. À la fin de la supplique de Gravere, il est demandé que les auditeurs daignent « en conformité du dit décret de Son Altesse46 » faire suite à la présente demande et prendre les informations nécessaires. Ce rappel de la volonté ducale indique que les rédacteurs se sont certainement inspiré des formules du décret pour écrire leur supplique, lequel cite les dommages de guerre, la disette, la contagion et les catastrophes naturelles comme éléments justifiant les dégrèvements fiscaux. Le discours initial de la communauté n’est pas de dire la violence, mais il reprend les paroles du duc pour obtenir réparation. Cet exemple nous montre combien l’énonciation de la violence et des foules répond avant tout à une stratégie fiscale, la communauté adoptant le discours attendu, ou censé être attendu, par les autorités ducales. La liste n’est donc efficace administrativement que si elle fonctionne en synergie avec l’autre document qu’est la supplique. Elle en est indissociable.

  • 47 Duboin, Raccolta per ordine…, vol. 21, p. 561.
  • 48 Voir l’inventaire Procédures criminelles et civiles, appels et directes (1424-1792), établi par C. (...)
  • 49 Ibid.
  • 50 Laly, 2012, p. 128.

30Au-delà de la violence subie collectivement, nous pouvons imaginer que des exactions commises isolément contre des civils ont fait l’objet de poursuites judiciaires, notamment avec l’instauration d’un prévôt militaire à la fin du xvie siècle47. Malheureusement, les procédures criminelles du Sénat de Savoie contre des soldats sont rarissimes entre 1560 et 166048. Loin de signifier une discipline militaire exceptionnelle aux xvie et xviie siècles, cette absence de procédure en dit long sur l’impunité dont ils jouissent, en raison probablement de la difficulté matérielle à les poursuivre et de la bienveillance des autorités militaires. Pour le xviiie siècle, la répression des soldats s’accroît, nous dénombrons 152 procédures criminelles où ils sont mis en accusation49. Cette augmentation s’explique certainement par un encadrement plus strict des soldats, mais aussi par un essor spectaculaire des procédures criminelles ; celui-ci débute dans les années 1620 où elles sont dix à vingt fois plus nombreuses que celles des années 1560-162050.

  • 51 AHR, Fonds Ville, Conseil des Commis Ancien, carton 4, liasse 6, n. 738.

31Les procédures criminelles sont longues et coûteuses et, pour les habitants, il est plus facile de déplacer des délégués pour des foules de guerre. Le cas de Liverogne en vallée d’Aoste, déjà évoqué, est assez éclairant51. Des soldats hébergés, dont on connaît le nom, puisqu’il est reporté sur un rôle d’hébergement, volent à huit habitants seize vaches et quelques volailles. L’intérêt de ces valdôtains n’est pas de s’engager dans une procédure criminelle au résultat incertain. En déclarant subir une foule de guerre, la communauté déclenche un mécanisme de réparation qui lui est plus favorable et plus rapide. Soucieux de préserver l’outil de production, le Conseil des Commis accorde facilement une réparation. En cela, la Chambre des comptes de Savoie ou du Piémont suit la même politique. Le « risque » pour la victime réside dans une exemption fiscale qui profite à toute la communauté. Il est aussi que la cote de taille individuelle soit d’une moindre valeur que celle du préjudice. Mais cela vaut mieux qu’aucune réparation. Ce choix de collectivisation de la violence subie est donc assez rationnel. Naturellement, certaines violences ne peuvent pas faire l’objet de cette procédure : les agressions et les viols, car ils n’ont pas d’évaluation financière aux yeux de la Chambre des comptes. Ce choix d’une réparation collective a deux conséquences immédiates. D’abord, il replace la communauté comme médiateur politique, ce dont elle sort renforcée, puisque seule interlocutrice du pouvoir. Ensuite, en s’adressant à la Chambre des comptes plutôt qu’aux cours de justice criminelle, les communautés déplacent l’enregistrement de la violence et elles en définissent les contours et les contenus.

32Cette collectivisation de la violence participe à l’élaboration de mémoires partagées de la violence militaire, tant par les habitants que par les agents de l’État, en insérant le discours globalisant des foules de guerre dans les rapports politico-administratifs. Plusieurs mémoires coexistent : celle des institutions et celle des communautés. Mettons-nous d’accord sur cette idée de mémoire de la violence militaire.

  • 52 Candau, 2005, p. 65-76.
  • 53 Sperber, 1996, pp. 8-10 et 115-126.
  • 54 Finley, 1981.

33Plutôt que la notion de mémoire collective, qui pose de nombreux problèmes de définition, nous préférons emprunter à Joël Candau le concept de mémoire partagée, qui a une fonction éminemment politique. Il permet d’éviter de confondre une mémoire collective et le discours sur la mémoire collective52. La construction de la mémoire s’appuie sur le récit, sa structure et l’intérêt que l’on porte à ce récit53, mais elle dépend aussi de l’importance de la répétition des représentations et de leur stabilité54. Les listes et énumérations des foules de guerre participent à la construction de mémoires partagées, et elles permettent de comprendre comment les événements rares que sont les dévastations de guerre se transforment en phénomène intemporel et omniprésent. La répétition du récit est incontestable. Sa forme orale nous échappe, mais les syndics réitèrent le récit des foules de guerres subies régulièrement lors de leurs redditions de comptes chaque année, et en particulier lorsque l’État a des arrérages.

  • 55 AHR, Registres des Pays, séances des mois d’avril et de mai 1605 sur les négociations du Conseil de (...)
  • 56 Nassiet, 2011.

34Il faut évoquer et rappeler les foules pour obtenir leur remboursement ou une exemption fiscale. La longueur des négociations entre les Commis valdôtains et l’Espagne pour le paiement des foules des années 1590 conduit à la narration régulière des foules en Conseil des Commis ou lors de l’Assemblée des États55. Les représentations factuelles de la violence militaire résident avant tout dans la destruction des bâtiments et le vol. Les violences contre les personnes sont indéniables, mais les sources sont plus silencieuses dans ce domaine. La société d’Ancien régime baigne dans la violence56, et celle des militaires n’en est qu’un aspect auquel un ensemble d’images et de faits est associé. La représentation sémantique repose, nous l’avons vu, sur des procédures narratives relativement standardisées et employant un vocabulaire limité. Surtout, cette représentation sémantique ne distingue pas la violence matérielle et les charges financières supportées dans l’emploi de l’expression « foule de guerre ». Cet amalgame est nécessaire à la communauté pour collectiviser les préjudices et obtenir une réparation financière. La perméabilité du groupe au doute est par conséquent très faible, car il n’est pas dans son intérêt de douter de cette violence militaire. Premièrement, parce qu’il faut savoir s’en prémunir et, deuxièmement, parce qu’elle justifie des mécanismes politico-financiers.

  • 57  D. Sperber insiste sur l’importance de l’autorité dans la croyance réflexive et construite d’un in (...)
  • 58 AHR, Fonds ville, Conseil des Commis ancien, carton 3, liasse 2, n. 396.
  • 59 AHR, Fonds ville, Conseil des Commis ancien, carton 3, liasse 2, n. 397.
  • 60 AHR, Fonds ville, manuscrits, vol. 12, n. 753. Lettre du duc de Savoie au Conseil, du 24 août 1651.
  • 61 Lettre de M. de Parelle au Conseil, du 26 août 1655, AHR, Fonds ville, Conseil des Commis ancien, c (...)
  • 62 Sur les pratiques extraordinaires justifiée par la guerre, et qui se transforment en normes, voir l (...)

35L’événement ne fait pas de doute. D’abord lorsqu’il a été vécu par la communauté. Les traces de la violence s’inscrivent dans le paysage et dans les chairs. Les maisons détruites d’Avigliana ou de Saint-Jean-de-Maurienne sont là pour rappeler le traumatisme. Ensuite, l’enregistrement des dépenses est aussi un moyen de fixer l’événement des foules lorsqu’elles n’ont qu’une dimension financière. En consignant la foule par écrit, alors enregistrée chez un notaire ou par un officier ducal, les syndics rendent tangible un événement car il est reconnu par une autorité57. Avec ce processus, la croyance dans la violence n’a plus besoin d’être étayée par un fait matériel, le récit approuvé et diffusé par une autorité reconnue suffit dans la diffusion de cette croyance. La représentation de la violence ne se propage pas seulement à partir des habitants et des communautés. Dans les années 1650, les troupes espagnoles ont à plusieurs reprises envahi le Piémont et en particulier le Canavais et le val de Sézia limitrophes de la vallée d’Aoste. Le Conseil des Commis prend connaissance de ces faits essentiellement par les lettres que le duc de Savoie ou le gouverneur de la vallée leur envoient. En octobre 1650, le gouverneur Parelle informe les Commis des mouvements ennemis dans le Canavais58, puis quelques jours après ordonne l’instauration de gardes aux passages de la vallée en raison de la prise de Bielle par les Espagnols59. La proximité de l’ennemi crée un climat de tension et d’angoisse qui facilite la propagation des représentations de la violence militaire. Le duc de Savoie utilise d’ailleurs cette peur. En août suivant, il informe le Conseil des Commis des ravages commis par les Espagnols en Piémont, et donc de la nécessité de lever trois cents hommes en vallée d’Aoste60. Or le duché est théoriquement exempté de ces levées militaires, mais il y consent en raison du risque encouru d’une attaque ennemie en val d’Aoste. Le gouverneur Parelle réitère cette pratique en 1655, quand il informe des ravages espagnols autour d’Ivrée, à quelques kilomètres de l’entrée de la vallée61, et exige une mobilisation des Valdôtains. Pourtant, la Chambre des comptes de Turin ne conserve pas de traces de ces ravages. Notons ici que le discours de la violence est produit par l’État à destination des instances locales. L’argument de la violence n’est pas seulement employé par les sujets, car il devient aussi une rhétorique de l’État pour mobiliser les ressources locales et justifier des pratiques politiques qui vont à l’encontre des privilèges locaux62. Entre la proximité de l’ennemi et le discours ducal, les Valdôtains intègrent l’idée que les Espagnols sont susceptibles de ravager leur pays. L’émotion alimente la représentation de la violence militaire. L’année 1630 conjugue trois fléaux : la disette qui débute en 1629, la peste dont la virulence est sans précédent, sauf à remonter loin dans le temps, et l’occupation brutale des États de Savoie par l’armée française. La mise en récit de cet archétype des malheurs du temps par divers mémorialistes et témoins, puis la diffusion de ces textes participe enfin à l’idée d’une violence des temps sans égale.

  • 63 Goody, 1984.

36La mise en liste des foules de guerre est une technologie d’enregistrement, de récit et de mémoire63. Elle est le produit d’une culture administrative où le rôle occupe une place importante. Outils politico-administratifs, ces listes deviennent l’incarnation de la mémoire d’une société foulée. En effet, la foule de guerre s’inscrit dans deux temporalités. La première est celle qui est vécue immédiatement par la communauté, qui bascule d’une situation d’ordre à une situation de chaos qui dure plus ou moins longtemps en fonction de la capacité de la communauté à effacer les stigmates de l’événement. La seconde temporalité est celle du processus politico-administratif qu’initie l’événement. La liste de ces foules de guerre participe à la définition des relations entre le souverain et la communauté, où non seulement le tort causé doit être réparé, mais où il autorise aussi l’expression politique des communautés qui, dans les États de Savoie et de Piémont, ont de moins en moins d’espace de dialogue avec le souverain. La conservation, la transmission et l’usage répété dans les longues procédures d’exemption de ces listes pérennisent et amplifient les violences militaires. Mais si l’événement tire sa force de cette idée de rupture du sens commun, la répétition des violences et des foules, et des protocoles politico-administratifs, conduit à une banalisation de la violence militaire et à la création d’un nouveau sens du quotidien, où la violence n’est plus un événement mais une routine. Ce postulat fait des foules un phénomène consubstantiel à la société savoyarde d’Ancien régime, impliquant une adaptation des communautés à la violence militaire, soit par un protocole de résignation — la fatalité des gens de guerre, évoquée par certains mémoires et historiens — qui instaure des mécanismes psychologiques de protection et de mise à distance de l’émotion née de la répétition des situations de violence, soit par des stratégies individuelles et collectives d’évitement ou d’absorption de cette violence.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Duboin, Felice-Amato, Raccolta per ordine di materie delle leggi cioè editti, manifesti, ecc., pubblicati negli stati della Real Casa di Savoia fino all’8 dicembre 1798 (28 vol.), Turin, 1818-1869.

Furetière, Antoine, Dictionnaire universel, Paris, 1690.

Godefroy, Frédéric, Dictionnaire d’ancien français, Paris, 1881.

Nicot, Jean, Le Thresor de la langue francoyse, Paris, 1606.

Bibliographie

Asch, Ronald G. (2000), « “Wo der soldat hinkümbt, da ist alles sein”: Military Violence and Atrocities in the Thirty Years War Re-examined », German History, 18, pp. 291-309.

Benedetto, Maria-Ada (1959), « Les Assemblées d’États dans les domaines de la maison de Savoie », dans Anciens pays et Assemblées d’États, Études publiées par la Sect. Belge de la Commission internationale pour l’histoire des Assemblées d’État, Louvain – Paris, pp. 3-14.

Benigno, Francesco, Scuccimarra, Luca (2007), Il governo dell’emergenza. Poteri straordinari e di guerra in Europa tra xvi e xx secolo, Rome.

Bensa, Alban (2006), « Compter les dons : échanges non marchands et pratiques comptables en Nouvelle-Calédonie kanak contemporaine », dans Natacha Coquery, François Ménant et Florence Weber (éd.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques,
Paris, pp. 79-112.

Bensa, Alban, Fassin, Éric (2002), « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, pp. 5-20.

Buono, Alessandro (2009), Esercito, istituzioni, territorio. Alloggiamenti militari e «case herme» nello Stato di Milano (secoli xvixvii), Florence.

Candau, Joël (2005), Anthropologie de la mémoire, Paris.

Cibrario, Luigi (1869), Origine e progressi delle istituzioni della monarchia di Savoia, sino alla costituzione del regno d’Italia, Florence.

Corrao, Pietro (2004), « Negoziare la politica: i “capituli impetrata” delle communità del regno siciliano nel xv secolo », dans Cecilia Nubola et Andreas Würgler (éd.), Forme della comunicazione politica in Europa nei secoli xv-xviii. Suppliche, gravamina, lettere / Formen der politischen Kommunikation in Europa vom 15. bis 18. Jarhrhundert. Bitten, Beschwerden, Briefe, Bologne, pp. 119-136.

Cuaz, Marco (1995), « La valle d’Aosta fra stati sabaudi e regno d’Italia », dans Stuart J. Woolf (éd.), La valle d’Aosta, Turin, pp. 265-304.

Desachy, Sylvie (1996), « Du capitaine au soldat : comportements guerriers en Rouergue pendant les guerres de religion », dans André Corvisier et Jean Jacquart (éd.), Les malheurs de la guerre. De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, Paris, pp. 27-38.

Devos, Roger, Grosperrin, Bernard (1986), La Savoie de la Réforme à la Révolution française, Rennes.

Farge, Arlette (2002), « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain, 38, pp. 69-78.

Finley, Moses I. (1981), Mythe, mémoire, histoire. Les usages du passé, Paris.

Follain, Alain (2008), Le village sous l’Ancien Régime, Paris.

Fontaine, Laurence (2003), Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales. xviie-xviiie siècles, Grenoble.

Gal, Stéphane (2012), Charles-Emmanuel de Savoie. La politique du précipice, Paris.

Goody, Jack (1984), La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris.

Habermas, Jürgen (2003), L’espace public, Paris.

Harding, Robert (1978), Anatomy of a power elite. The provincial governors of early modern France, Londres.

Hébert, Michel (1986), « Aux origines des États de Provence : “la cavalcade” générale », dans Actes du CXe congrès des sociétés savantes, Montpellier, 1985. Recherches sur les États généraux et les États provinciaux de la France médiévale, Paris, pp. 53-68.

Jouhaud, Christian, Ribard, Dinah, Schapira, Nicolas (2009), Histoire Littérature Témoignage. Écrire les malheurs du temps, Paris.

Kettering, Sharon (1986), Patrons, brokers, and clients in seventeenth-century France, Oxford.

Laly, Hervé (2012), Crime et Justice en Savoie, 1559-1750. L’élaboration du pacte social, Rennes.

Michaud, Yves (2012), La violence, Paris.

Muchembled, Robert (1989), La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du xve au xviie siècle, Paris.

Nassiet, Michel (2011), La violence, une histoire sociale. France, xvie-xviiie siècles, Seyssel.

Nubola, Cecilia (1993), Conoscere per governare. La diocesi di Trento nella visita pastorale di Ludovico Madruzzo (1579-1581), Bologne.

Rosso, Claudio (1994), « Il seicento », dans Giuseppe Galasso (éd.), Il Piemonte sabaudo, Turin, pp. 173-267.

Schindling, Anton (2001), « Das Strafgericht Gottes: Kriegserfarhungen und Religion im Heiligen Römischen Reich Deutscher Nation im Zeitalter des Dreißigjährigen Krieges: Erfarhungsgeschichte und Konfessionalisierung », dans Matthias Asche et Anton Schindling (éd.), Das Strafgericht Gottes, Münster, pp. 11-51.

Sperber, Dan (1996), La contagion des idées, Paris.

Symcox, Geoffrey (2008), Victor-Amédée II. L’absolutisme dans l’État savoyard : 1675-1730, Saint-Julien-en-Genevois.

Townley, Corinne (2006), Fonds du Sénat de Savoie. Série organique des Procédures criminelles et civiles, appels et directes (1424-1792), Chambéry.

Van Horn Melton, James (2002), Cultures of communication from Reformation to Enlightenment. constructing publics in the early modern German lands, Aldershot.

Vassallo, Nicola (2007), « La monarchie de la maison de Savoie face aux catastrophes naturelles : les “atti di visita” pour les ravinements et les tempêtes », dans René Favier (éd.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, Grenoble, pp. 105-129.

Wilson, Peter H. (2000), « The Military and Rural Society in the Early Modern Period: Conference at the University of Rostock, 8-9 October 1999 », German History, 18, pp. 217-223.

Würgler, Andreas, Nubola, Cecilia (2004), « Politische Kommunikation und die Kultur des Bittens », dans Id. (éd.), Forme della comunicazione politica in Europa nei secoli xv-xviii. Suppliche, gravamina, lettere / Formen der politischen Kommunikation in Europa vom 15. bis 18. Jarhrhundert. Bitten, Beschwerden, Briefe, Bologne, 2004, pp. 7-12.

Zaret, David (2000), Origins of Democratic Culture. Printing, Petitions, and the Public Sphere in Early-Modern England, Princeton.

Haut de page

Notes

1 Pour un panorama de cette question, voir Gal, 2012 ; Symcox, 2008 ; Devos et Grosperrin, 1986, et Rosso, 1994.

2 Schindling, 2001, défend le recours aux sources administratives comme étant les seules permettant d’évaluer la violence des soldats. Cette position est vigoureusement contestée par Asch, 2000. Jouhaud et alii, 2009, militent aussi pour une approche anthropologique des textes littéraires afin de mesurer la place de la violence dans la société d’Ancien Régime.

3 Édits du 20 octobre 1581, Duboin, Raccolta per ordine…, vol. 20, p. 1001, et du 27 mars 1584, ibid., p. 24.

4 Archives départementales de Savoie (ADS), SA 6425.

5 Duboin, Raccolta per ordine…, vol. 20, p. 1025.

6 Les requêtes et les visites pour les foules de guerre sont conservées à l’Archivio di Stato di Torino (AST), Camera dei conti – Piémonte, art. 175 et 472. Pour la Savoie propre, les ADS (SA 5420-5422) regroupent les requêtes d’exemption pour les sinistres naturels, les incendies et les foules. La vallée d’Aoste dispose d’institutions autonomes et elle est dirigée par un Conseil des Commis, responsable de la levée des impôts ; ses archives sont conservées aux Archives Historiques Régionales de la Vallée d’Aoste (AHR), en particulier le fonds Ville, Conseil des Commis Ancien. La Savoie n’est pas le seul État à enregistrer la violence militaire, un conseil est aussi créé dans le duché de Milan en 1638, la Giunta per gli eccessi delle soldatesche (voir Buono, 2009, pp. 63-72). Confrontés à la permanence des armées sur leurs territoires et aux plaintes de leurs sujets, ces petits États tentent d’instaurer des instances de régulation et de résolution des conflits entre civils et militaires. Sur la question des sinistres naturels, voir Vassallo, 2007.

7 Bensa, 2006.

8 Selon le Dictionnaire d’ancien français de Godefroy. Selon Nicot, dans Le Thresor de la langue francoyse, « C’est presse de gens allans tumultuairement ensemble », et pour Furetière, Dictionnaire universel, « Presse qui est causée par l’arrivée de plusieurs personnes en un même lieu ». Mais la foule est aussi « Oppression, Vexation indeuë & violente », selon le Dictionnaire de l’Académie française de 1690.

9 Michaud, 2012, p. 6.

10 Bensa et Fassin, 2002.

11 Ibid., p. 12.

12Farge, 2002.

13 Cuaz, 1995.

14 « La Communità d’Avigliana che conosce un grandissomi numero d’habitanti rovinati » (AST, art. 472, mz. 1).

15 « … habbiate à visitare, et informare delli danni » (AST, art. 472, mz. 1).

16 AST, art. 472, mz. 2.

17 ADS, 7524, n. 13.

18 Kettering, 1986 ; Harding, 1978, pp. 31-37, insiste plutôt sur la médiation du gouverneur entre les institutions locales et le pouvoir central.

19 AST, art. 175, mz. 1, n. 1.

20 AHR, Fonds Ville, Conseil des Commis ancien, carton 5, liasse 1, n. 744.

21 AHR, Fonds Ville, Conseil des Commis ancien, carton 5, liasse 1, n. 742.

22 AST, art. 472, mz. 2.

23 AST, art. 175, mz. 1.

24 AST, art. 472, mz. 1, fº 11.

25 ADS, SA 7524, n. 13.

26 AHR, Fonds Ville, Conseil des Commis Ancien, carton 5, liasse 1, n. 742.

27 Desachy, 1996.

28  AST, art. 472, mz. 2, Gravere.

29 AST, art. 472, mz. 1.

30 ADS, SA 7524, n. 13.

31 Nubola, 1993, pp. 60-64.

32 ADS, SA 7467-7472.

33 ADS, SA 7467-7468.

34 ADS, SA 7470.

35 ADS, SA 7471.

36 ADS, SA 7472.

37 Hébert, 1986, pp. 53-68 ; Benedetto, 1959, pp. 3-14, et Cibrario, 1869, p. 175.

38 Zaret, 2000, pp. 68-99. Voir aussi Würgler et Nubola, 2004, et Corrao, 2004.

39 AST, art. 472, mz. 1, n. 47. Voir aussi ADS, SA 5600. Les suppliques et requêtes sont signées par les syndics.

40 Follain, 2008, pp. 254-275, et Fontaine, 2003, pp. 174-179.

41 AST, art. 472, mz. 1.

42 Nous n’allons pas jusqu’à affirmer l’existence d’une sphère publique, telle que l’entend Habermas, 2003, et dont la naissance remonte aux salons de la bourgeoisie du xviiie siècle. Van Horn Melton, 2002, pp. 1-10, critique ce dernier en affirmant l’existence d’une communication politique remontant à la Réforme. Mais l’existence d’une communication politique ne constitue pas de facto une sphère publique et l’émergence d’une opinion publique.

43 « La communità d’Avigliana che consiste in pochissimo numero d’habitanti rovinati, in modo che ben pochi hanno conche sostentarsi causante la gran distruttione de loro possessi spogliati d’arbori, e de viti, demolitioni de loro case per le fortificationi, e da licentiosi soldati, abbruggiamenti de loro mobili » (AST, art. 472, mz. 1, trad. de l’auteur).

44 AST, art. 472, mz. 2, n. 59.

45 « … le danni incomparabili per loro patiti per la guerra, carestia, contagione, tempesta, et altri infortunii » (ibid.).

46 « … in conformita del detto decreto di S. A. » (ibid.).

47 Duboin, Raccolta per ordine…, vol. 21, p. 561.

48 Voir l’inventaire Procédures criminelles et civiles, appels et directes (1424-1792), établi par C. Townley aux ADS, qui inventorie 4 000 procédures. Seulement 10 impliquent des soldats entre 1560 et 1660, et pour l’ensemble des territoires occidentaux du duc (Townley, 2006).

49 Ibid.

50 Laly, 2012, p. 128.

51 AHR, Fonds Ville, Conseil des Commis Ancien, carton 4, liasse 6, n. 738.

52 Candau, 2005, p. 65-76.

53 Sperber, 1996, pp. 8-10 et 115-126.

54 Finley, 1981.

55 AHR, Registres des Pays, séances des mois d’avril et de mai 1605 sur les négociations du Conseil des Commis avec le comte de Fuentes pour le remboursement des foules de guerre espagnoles.

56 Nassiet, 2011.

57  D. Sperber insiste sur l’importance de l’autorité dans la croyance réflexive et construite d’un individu (Sperber, 1996, p. 126).

58 AHR, Fonds ville, Conseil des Commis ancien, carton 3, liasse 2, n. 396.

59 AHR, Fonds ville, Conseil des Commis ancien, carton 3, liasse 2, n. 397.

60 AHR, Fonds ville, manuscrits, vol. 12, n. 753. Lettre du duc de Savoie au Conseil, du 24 août 1651.

61 Lettre de M. de Parelle au Conseil, du 26 août 1655, AHR, Fonds ville, Conseil des Commis ancien, carton 3, liasse 2, n. 424.

62 Sur les pratiques extraordinaires justifiée par la guerre, et qui se transforment en normes, voir l’introduction de Benigno et Scuccimarra, 2007, pp. 7-33.

63 Goody, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Alerini, « Mettre en liste les foules de guerre en Savoie »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 119-137.

Référence électronique

Julien Alerini, « Mettre en liste les foules de guerre en Savoie », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5794 ; DOI : 10.4000/mcv.5794

Haut de page

Auteur

Julien Alerini

Université Paris 1

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals