Navigation – Plan du site
Dossier. Pour faire une histoire des listes à l'époque moderne
Contrepoint

« Le monde dans une noix »

Une liste en images pour servir à l’apprentissage de l’histoire
«El mundo en una nuez»: una lista en imágenes para facilitar el aprendizaje de la historia
«The world in a nutshell»: a pictorial list as an aid to learning history
Markus Meumann
p. 161-179

Résumés

En 1697 parut chez le libraire Johann Daniel Tauber à Nuremberg un livre de grand format, richement illustré de 48 gravures sur cuivre en folio et intitulé Sculptura Historiarum Et Temporum Memoratrix. L’ouvrage, qui présente sous forme d’abrégé chronologique les principaux événements de l’histoire universelle depuis la création du monde, ne suit pas seulement un ordre strictement chronologique mais est façonné selon des critères mnémotechniques. Pour permettre aux lecteurs d’apprendre et de retenir aisément les faits historiques, ceux-ci sont classés par millénaires, par siècles et puis par décennies. L’histoire ici est donc conçue comme une liste des principaux faits historiques. Cette liste virtuelle prend corps avant tout dans les illustrations regroupées en 48 planches-tableaux dont chacune représente un millénaire — ou, respectivement, un siècle —, qui à leur tour sont divisées en dix vignettes ; ces dernières illustrant selon le cas un siècle (quand il s’agit d’un millénaire) ou bien une décennie (quand il s’agit d’un siècle). Ces planches peuvent donc être vues elles-mêmes comme des listes en images. Cela devient le plus évident quand, en 1700, elles furent copiées en qualité inférieure et publiées seules, sans récit explicatif, sous le titre Die Welt in einer Nuß (« Le monde dans une noix »).

Haut de page

Texte intégral

L’histoire, une liste virtuelle d’événements : la Sculptura Historiarum et Temporum Memoratrix

  • 1 Sculptura Historiarum, 1697.
  • 2 « Zu sonderen Behuf und Belustigung So wol der studirenden Jugend/ als auch anderer Liebhaber der G (...)

1En 1697 parut chez le libraire Johann Daniel Tauber à Nuremberg un livre de grand format, richement illustré de 48 gravures sur cuivre en folio et intitulé Sculptura Historiarum Et Temporum Memoratrix: Das ist/ Gedächtnuß-hülfliche Bilder-Lust/ Der Merckwürdigsten Welt-Geschichten aller Zeiten/ Von der Erschaffung der Welt Bis Auf das gegenwärtige Jahr (« Sculpture mémorative de l’histoire et des temps : ceci est une voluptueuse imagerie et aide-mémoire des plus importants faits historiques du monde et de tous temps »)1. Le dessein de cet ouvrage était de donner une vue d’ensemble des événements les plus marquants de l’histoire du monde, commençant selon la convention de l’époque qui suit la tradition biblique par la création du monde 4 000 ans avant la naissance de Jésus-Christ. D’après le sous-titre, il fut destiné particulièrement « au divertissement de la jeunesse étudiante ainsi que d’autres amateurs d’histoire2 ».

  • 3 Sur la tradition de l’ars memorativa, voir parmi d’autres : Yates, 1966 ; Carruthers, 1990 ; Berns (...)
  • 4 Sculptura Historiarum, 1698. À l’exception de la page de titre et du frontispice, les éditions de 1 (...)

2Comme le montre l’adresse à la « jeunesse étudiante », l’ouvrage répond avant tout à des fins didactiques et, par conséquent, respecte les principes de l’ars memorativa baroque3. Comme l’indique le titre principal en latin, l’ouvrage est strictement façonné selon des critères mnémotechniques. Le sous-titre modifié de la deuxième édition, parue un an plus tard, en 1698, qui parle de « l’art mnémotechnique aussi profitable que plaisant », montre encore plus clairement ce fait4. Le récit suit un ordre rigoureusement chronologique afin de permettre aux lecteurs d’apprendre et de retenir aisément les faits historiques. Ceux-ci sont classés par millénaires, par siècles, puis par décennies à partir du troisième millénaire, c’est-à-dire le deuxième millénaire avant Jésus-Christ.

  • 5 Sur la pratique d’attribuer au siècle une épithète ou même un « génie », voir Brendecke, 1999, pp.  (...)
  • 6  « Das Christliche », « das Barbarische », « das Rechtliche », « das Wider-Christliche oder Muhamme (...)
  • 7 « Das Kaiser-Fränkische », « das Kaiser-Schwäbische », « das Habspurgische oder Oesterreichische », (...)
  • 8  « Das Hußitische », « das Reformations =Seculum », « ein Eißernes oder Martialisches » (ibid.).
  • 9  « Wegen der vielen und grossen Kriege/ so sich in demselben geeußert » (ibid.).
  • 10 Parival, Abrégé de l’histoire de ce siècle de fer. Né à Kaufbeuren en Bavière, Schmidt poursuivit d (...)

3Dans le but de faciliter l’apprentissage de l’histoire dans son cours chronologique, l’auteur choisit de caractériser chacun des siècles après Jésus-Christ par une épithète5. Ainsi, le quatrième siècle est nommé « Le chrétien », le cinquième siècle s’intitule « Le barbare », le sixième est « Le légal », le septième « Le contre-chrétien ou mahométan », le huitième « L’iconoclaste », le neuvième « Le carolingien », et le dixième porte le nom de « L’impérial-saxon »6. Les premiers siècles du second millénaire sont aussi intitulés d’après les dynasties impériales régnantes, donc « Le franque », « Le souabe », « Le habsbourgeois » et « Le bohémien »7. À partir du quinzième siècle, les qualificatifs font allusion aux événements ou bien aux principales évolutions censés caractériser une époque. Le quinzième siècle est donc nommé « Le hussite » ; le seizième est « Le siècle de la Réforme ». Le dix-septième, celui des contemporains, porte la dénomination de « Siècle de fer ou martial »8, « à cause des nombreuses et grandes guerres qui s’y sont manifestées »9. L’auteur, Gregor Andreas Schmidt (1655-1696), juriste et historien, a probablement emprunté l’expression à un ouvrage de langue française, l’Abrégé de l’histoire de ce siècle de fer, de l’historiographe lorrain Jean-Nicolas de Parival (1605-1666/67), publié en 165310.

  • 11 Dans le catalogue de la Staatsbibliothek de Berlin, cet exemplaire (dont est extraite la fig. 1), a (...)
  • 12 Ainsi, les événements historiques représentés en vignette et figurant sur les planches-tableaux dan (...)

4Suivant l’ordre strictement chronologique du récit, l’histoire est donc conçue comme une liste des principaux faits historiques. Elle s’étend dans un espace de mémoire qui n’est pas l’espace de la mémoire électronique d’un ordinateur mais celui de la mémoire physiologique du lecteur de l’ouvrage ou bien de celui qui étudie l’histoire. Cela devient évident quand on jette un coup d’œil à l’« Index et présentation sommaire des faits principaux » (« Register und Summarische Vorstellung aller vornehmsten Sachen »), placé à la fin du volume, et où sont présentés sous forme de liste en deux colonnes les événements les plus importants de chaque millénaire (fig. 1, p. 16411). Ainsi, cet index sous forme de liste éclaire encore une fois la structure de l’ouvrage12.

Fig. 1. — Première page de l’« Index et présentation sommaire des faits principaux », Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Fig. 1. — Première page de l’« Index et présentation sommaire des faits principaux », Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048

  • 13 L’étude la plus profonde de l’œuvre de Weigel se trouve chez Bauer, 1982. Voir aussi l’article « We (...)
  • 14 Pour une description détaillée du frontispice et de son programme iconographique, voir Bauer, 1982, (...)

5Comme nous allons le démontrer, l’idée de l’histoire comme liste virtuelle des principaux événements prend corps dans les illustrations fournies par le graveur Christoph Weigel (1654-1725) de Ratisbonne13. L’importance de ces gravures est déjà indiquée dans le titre de l’ouvrage par l’expression « Bilder-Lust » (ou « voluptueuse imagerie »), et leur richesse picturale s’annonce dès le frontispice14 (fig. 2, p. 165).

Fig. 2. — Frontispice, Sculptura Historiarum, éd. de 1697

Fig. 2. — Frontispice, Sculptura Historiarum, éd. de 1697

Ex. de la Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, cote Ge 2° 7

6Ces illustrations se trouvent regroupées en 48 planches-tableaux dont chacune représente un millénaire ou, respectivement, un siècle, qui à leur tour sont divisés en dix vignettes ; ces dernières illustrant selon le cas un siècle (quand il s’agit d’un millénaire) ou bien une décennie (quand il s’agit d’un siècle). Dans une représentation scénique gravée, chacune de ces vignettes met en scène un événement singulier retenu pour être le plus caractéristique du siècle ou de la décennie. En outre, celui-ci est commenté par trois ou quatre mots latins placés au-dessous de la vignette (voir par exemple la fig. 3, p. 166, qui décrit le Ier millénaire ap. J.-C.).

Fig. 3. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Fig. 3. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048

7Par analogie avec le récit, les deux premiers millénaires après la genèse — c’est-à-dire le quatrième et le troisième millénaire avant Jésus-Christ — ne sont représentés que sommairement et ne contiennent pas (en dehors de la planche du millénaire) de planches individuelles pour les siècles. En revanche, à partir du troisième millénaire — le second avant Jésus-Christ —, les planches représentant les millénaires sont suivies de dix autres représentant un siècle, de sorte que chaque vignette représente finalement une décennie. La conformité de cette structure, moyen mnémotechnique en correspondance avec le récit, subit pourtant une variation lorsqu’il s’agit de représenter un événement décisif entre tous : la naissance du Christ et, par conséquent, le tournant de la chronologie. Cet événement valut un traitement graphique particulier : l’illustration de la naissance du Christ est plus grande que toutes les autres, et le siècle correspondant n’est représenté que par cinq images — au lieu de dix le reste du temps. En outre, une page intercalée marque la transition avec les deux siècles suivant la naissance de Jésus-Christ. Après cette rupture, la représentation des siècles adopte de nouveau la structure connue sauf que, naturellement, le deuxième millénaire après Jésus-Christ ne contient que sept siècles. À part cela, les illustrations des siècles postérieurs à Jésus-Christ ne se distinguent pas des précédentes dans leur organisation.

8Pour faire mention au moins dans un cas exemplaire de l’énoncé pictural, nous énumérons ici les sujets des dix vignettes caractérisant les décennies du dix-septième siècle (fig. 4, p. 168) : assassinat d’Henri IV en 1610 (qui représente également le siècle entier sur la planche du millénaire) ; défenestration de Prague en 1618 ; prise de la flotte espagnole chargée d’argent par le flibustier néerlandais Piet Heyn en 1628 ; mort de Gustave Adolphe de Suède pendant la bataille de Lützen en 1632 ; décapitation de Charles Ier d’Angleterre en 1649 ; abdication de la reine Christine de Suède en 1654 ; défaite des turcs face aux troupes impériales près de Mogersdorf en Styrie en 1664 ; progressions victorieuses françaises aux Pays-Bas pendant la guerre de Hollande ; déblocage de Vienne en 1683 et, pour finir, découverte de la conspiration des Jacobites contre Guillaume d’Orange, alors roi d’Angleterre, en 1696 (la soi-disant Fenwick conspiracy). C’est avec cette date que la présentation imagée se termine, tandis que le récit offre quelques coups d’œil sur l’année 1697 lors de laquelle le livre fut publié.

Fig. 4. — Planche représentant le xviie siècle, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Fig. 4. — Planche représentant le xviie siècle, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048

  • 15 L’édition de 1698 contient des « instructions au relieur/brocheur » qui révèlent que cet ordre est (...)

9Comme les planches des siècles ne se succèdent pas directement mais introduisent chacune un récit décrivant le siècle correspondant15 — de sorte qu’elles sont espacées toujours d’environ vingt pages —, l’auteur crut utile d’ajouter aux vues d’ensemble des millénaires des tables récapitulatives qui résument les sujets de chaque vignette de toutes les dix planches des siècles. Dans ces tables récapitulatives qui suivent la même répartition graphique de la page que les planches-tableaux, le caractère de liste de ces planches se révèle de toute évidence puisque les images sont à présent transformées en liste réelle, c’est-à-dire écrite ! La figure 5 (p. 169) montre le premier millénaire après la naissance du Christ (correspondant à la planche en fig. 3, p. 166).

Fig. 5. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ sous forme de liste écrite, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Fig. 5. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ sous forme de liste écrite, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048

10De plus, une table synoptique placée au début du volume (fig. 6, p. 170), avant le récit et les planches des millénaires, récapitule une nouvelle fois les plus importants événements de chacun des cinquante-sept siècles depuis la création du monde jusqu’à l’époque contemporaine, représentés dans les six planches des millénaires.

Fig. 6. — Table synoptique montrant les principaux faits historiques des 57 siècles, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Fig. 6. — Table synoptique montrant les principaux faits historiques des 57 siècles, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98

Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048

  • 16 Strasser, 2000, pp. 27-32 (avec reproduction des images mnémotechniques).

11Ces listes en forme de tables, tout aussi décorées que les planches elles-mêmes qui peuvent être vues comme des listes en images, prouvent que la structure de la Sculptura Historiarum Et Temporum Memoratrix ne se conforme pas au modèle mnémotechnique des manuels allemands d’histoire illustrés du xviie siècle destinés à l’usage des écoles, tels ceux de Johann Justus Winckelmann (1620-1699) et de Johannes Buno (1617-1697)16. Ceux-là sont richement illustrés, mais ils emploient les images dans un sens différent et suivent un autre modèle mnémotechnique de type plutôt allégorique, puisqu’ils utilisent les images comme des aide-mémoire ou bien comme des lieux (loci) de mémoire, ne montrant pas des événements historiques réels mais, par exemple, des animaux symbolisant un enchaînement de consonnes, qui à leur tour représentent des dates.

  • 17 Voir Brendecke, 1999, pp. 75-96 ; Burkhardt, 1971, pp. 11-35.
  • 18 Ibid., pp. 44-57.
  • 19 La Istoria Universale Provata con monumenti, e figurata con simboli de gli antichi, E dedicata all’ (...)
  • 20 Voir Tubach, 1993.
  • 21 Neu-eröffneter Historischer Bilder-Saal / Das ist : Kurtze / deutliche und unpassionirte Beschreibu (...)
  • 22 Hruby, 1991, cols. 537-559.

12En revanche, les images de la Sculptura Historiarum aussi bien que le récit suivent un ordre strictement décimal que l’on retrouve souvent dans l’historiographie érudite de l’époque. L’habitude de structurer l’histoire d’après un schème centenaire s’établit au cours du xvie siècle dans l’histoire ecclésiastique17. Pendant la seconde moitié du xviie siècle, la répartition de l’histoire par siècles devint le schème de périodisation prédominant qui fut introduit dans l’histoire du droit aussi bien que dans l’histoire universelle18. Un fameux exemple en est le Discours sur l’histoire universelle de Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704), paru en 1681. Néanmoins, la Sculptura Historiarum se distingue de ces récits d’histoire universelle par son ordre strictement décimal autant que par la richesse et le positionnement de ses images. Par exemple, l’Istoria universale de l’ecclésiastique romain Francesco Bianchini (1662-1729) qui, parue la même année (1697) que la Scuptura Historiarum, suit sur le plan du récit un ordre chronologique comparable mais n’a que très peu d’illustrations ; en outre, celles-ci ont une fonction plutôt symbolique19. Ceci vaut également pour la Allgemeine Schau-Bühne der Welt de Hiob Ludolf (1624-1704), une histoire du xviie siècle structurée par années et illustrée de quelques images20. Même le Neu-eröffneter historischer Bilder-Saal d’Andreas Lazarus Imhof (1656-1704), publié en quatre tomes entre 1692 et 1695, qui misa également sur les images pour apprendre l’histoire à la jeunesse étudiante (à laquelle il est dédié tout comme la Sculptura Historiarum), comme l’indique le titre, ne connaît pas de représentation imagée systématique du cours chronologique de l’histoire21. Au contraire, les images sont placées dans le texte en ordre discontinu. Ce qui veut dire que dans tous ces ouvrages, contrairement aux planches-tableaux de la Sculptura Historiarum, les images ne forment pas de système mnémotechnique autonome qui pourrait être lu à part du texte22.

  • 23 Voir Siegel, 2009.
  • 24 Les tables chronologiques sont récemment devenues l’objet d’une étude approfondie : Steiner, 2008.

13En revanche, l’ordre graphique des planches-tableaux de la Sculptura Historiarum et surtout les tables synoptiques qui explicitent l’ordre décimal et le but mnémotechnique des vignettes montrent que la Sculptura Historiarum se situe dans la tradition des tables chronologiques d’histoire universelle. Celles-ci jouissaient d’une popularité croissante au xvie siècle, car elles concrétisaient l’idée d’organiser et de présenter le savoir sous forme de liste, une proposition faite par Pierre de la Ramée (1515-1572) dès le milieu du siècle23. Il s’agissait de grands tableaux présentés sous forme de planches ou bien encore de livres représentant l’histoire universelle ; ils étaient assez répandus à l’époque moderne, surtout pendant la seconde moitié du xviisiècle et la première moitié du xviiie, et servaient également à l’enseignement de l’histoire, surtout dans les écoles supérieures24.

Une table chronologique en images : Die Welt in einer Nuß

  • 25 Voir note 13, p. 163.
  • 26 Die Welt in einer Nuß [vers 1700].
  • 27 Vorbericht vom Gebrauch der Welt in einer Nuß [vers 1700].
  • 28 Pour Faber, voir Will, 1755, pp. 369 et sqq. Voir aussi Benz, 2004, p. 142, et Bauer, 1982, col. 86 (...)

14La proximité ostensible des planches-tableaux de la Sculptura Historiarum avec les tables chronologiques devint tout à fait évidente quand, probablement en 1700, elles furent copiées avec une qualité inférieure par le graveur Weigel, devenu lui-même libraire-éditeur à Nuremberg25, et publiées seules, sans récit explicatif, sous le titre Die Welt in einer Nuß (« Le monde dans une noix »)26. Les 43 planches (il manque, par rapport à la Sculptura Historiarum, les tables synoptiques devenues redondantes à cause de la suppression du texte) montrent le même programme pictural que celles de la Sculptura Historiarum, mais elles sont considérablement réduites en taille et réalisées bien plus pauvrement sur le plan artistique (fig. 7, p. 174). Cette simplification, comme le fait que les tables ne soient plus accompagnées d’un texte explicatif, semble due à l’intention de populariser cette œuvre. Toutefois, une sorte de mode d’emploi fut publié à part sous forme d’un « Rapport préliminaire pour l’usage du monde dans une noix27 » rédigé par Samuel Faber (1657-1716), qui avait probablement aussi achevé le récit de la Sculptura Historiarum après la mort de Gregor Andreas Schmidt des suites d’un accident en 169628. Théoriquement, ce rapport aurait pu être relié aux planches dans un seul volume. Mais dans tous les exemplaires conservés dont nous avons connaissance, il est relié en un tome séparé, ce qui correspondait aux intentions du libraire. Comme nous le révèle le sous-titre, l’idée était d’assembler les planches en un grand tableau et de les afficher au mur — ce qui les rapproche encore une fois des tables chronologiques d’histoire universelle qui elles aussi étaient destinées à être affichées.

Fig. 7. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ, Die Welt in einer Nuß, éd. de vers 1700

Fig. 7. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ, Die Welt in einer Nuß, éd. de vers 1700

Ex. de la Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, cote M: Gb 335 [1]

  • 29 Voir Siegel, 2009, pp. 23 et sqq.
  • 30 Voir Hess, 2006, pp. 170-192 ; Strasser, 2000, pp. 39-50.

15Apparemment, les initiateurs de cette édition destinée à l’usage scolaire comptaient plus sur les images que sur le texte pour atteindre les buts didactiques de la méthode mnémotechnique. Les seuls éléments textuels conservés dans Le monde dans une noix étaient les brèves explications placées à l’intérieur des planches, directement sous les vignettes. Le titre qui indiquait que toute l’histoire du monde se trouvait comprimée en un petit manuel in-quarto fut probablement emprunté à l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien29. Toutefois, les vignettes subirent aussi une révision par rapport à la Sculptura Historiarum : elles furent traduites du latin en allemand, puis versifiées. Cette combinaison d’image et de texte rimé se situe évidemment dans la tradition mnémotechnique de l’emblématique30. Mais, vraisemblablement, elle avait aussi pour but de simplifier le livre et de le rendre plus populaire afin de l’adapter à l’usage scolaire.

  • 31 Will, 1757, pp. 532 et sqq. Voir aussi Bauer, 1982, col. 886.
  • 32 Orbis terrarvm in nuce, 1722.
  • 33 Le monde dans une noix, 1722. Le traducteur, Matthias Kramer (1640-1729), professeur de langues occ (...)
  • 34 Faits Memorables de guerre et de paix.

16Dans cette variante moins coûteuse et donc plus populaire, les planches-tableaux de la Sculptura Historiarum furent utilisées dans l’enseignement de l’histoire à l’école et, selon plusieurs auteurs, devinrent le manuel scolaire d’histoire le plus utilisé et le plus répandu de la première moitié du xviiie siècle dans le Saint-Empire, au moins dans sa partie protestante31. De plus, les planches furent plusieurs fois rééditées, sous des titres et en des éditions différentes, dont une version publiée en 1722 apparemment destinée à la partie catholique du Saint-Empire (c’est-à-dire que toute référence à la Réforme fut éliminée)32 ; il y eut même une édition en français, tirée de cette dernière version et intitulée Le monde dans une noix, qui se trouvait par exemple dans la bibliothèque de la Marquise de Pompadour33. La même année, une suite, qui actualisait le manuel, fut publiée sous le titre Denckwürdige Kriegs- und Friedens-Begebenheiten des 18ten Jahrhunderts (« Faits mémorables de guerre et de paix pendant le xviiie siècle ») et aussi traduite en français34.

  • 35 Sculptura Historiarum, 1726.

17La Scuptura Historiarum elle-même, rééditée sous forme quasiment identique en 1698 et en 1701, fit l’objet d’une nouvelle réédition en 172635. À la différence des trois premières éditions, celle de 1726 avait moins de texte. En revanche, elle était enrichie d’autres planches graphiques de fonction mnémotechnique, représentant par exemple des médailles commémoratives montrant des portraits de princes. En outre, la suprématie des images dans le cadre de l’apprentissage mnémotechnique de l’histoire dans cette édition se manifeste non seulement par le changement de la relation entre texte et image en faveur de la dernière, mais aussi par le classement des gravures. Contrairement aux trois premières éditions dans lesquelles les gravures étaient insérées dans le texte et marquaient le début d’un nouveau chapitre — selon l’ordre des millénaires et des siècles —, les gravures de l’édition de 1726 sont reliées l’une après l’autre à la fin du livre. De plus, elles sont dépliables, de sorte qu’on pouvait regarder et mémoriser les vignettes en lisant le texte explicatif, qui de toute façon n’était plus qu’un commentaire des images. Ici, le primat des images ne se révèle pas aussi clairement que dans Le Monde dans une noix ; le texte n’en perd pas moins son autonomie et son importance mnémotechnique : il occupe une fonction plutôt complémentaire, voire de serviteur par rapport aux images. Ainsi, cette réédition tardive de la Sculptura Historiarum de 1726 doit être considérée comme un prolongement — ou bien une variante — de Die Welt in einer Nuß plutôt que de la Sculptura Historiarum originale. En effet, le texte s’y trouve subordonné aux images et aux élargissements graphiques qui suivaient directement le programme graphique de la version du Monde dans une noix de 1722.

  • 36 La dernière édition des Historische Bilder de Buno avait été publiée en 1705. Voir Strasser, 2000, (...)

18Les promoteurs de cette stratégie qui misait entièrement sur la prédominance des images sur le texte furent sans doute le graveur et marchand d’art Christoph Weigel de Nuremberg puis, dès 1726, la veuve de celui-ci. Leur dynamisme et leur habilité en affaire ne font aucun doute. Leur calcul d’obtenir un succès de vente en publiant les images — dont la production coûtait sensiblement plus cher que celle du texte, ce qui rendait désirable de les publier plusieurs fois — de façon indépendante, hors de leur contexte d’origine, se réalisa pleinement. Outre cela, la ressemblance des planches avec les tables chronologiques d’histoire universelle, ou encore leur caractère de liste, est très vraisemblablement la raison pour laquelle Le monde dans une noix devint l’un des manuels scolaires les plus importants de la première moitié du xviiie siècle. Grâce à cet effet de ressemblance, les planches restèrent en usage dans l’enseignement scolaire quand d’autres ouvrages mnémotechniques comme ceux de Buno, qui jouaient la carte des images allégoriques, s’avéraient démodés depuis 20 ou 30 ans36.

  • 37 Q.D.B.V. Johann David Köhlers Historiarum P.P.O. auf der Georg-Augustus Hohen Schule zu Göttingen, (...)
  • 38 Ibid.

19Tout de même, vers la fin des années 1730 au plus tard, il semble que l’usage des planches mnémotechniques, et probablement l’usage des images en général dans l’apprentissage de l’histoire, fut profondément critiqué. Dans la préface de la dernière actualisation de Die Welt in einer Nuß, publiée en 1739, Johann David Köhler (1684-1755), professeur d’histoire à l’université d’Alt-dorf, puis à Göttingen, qui avait écrit déjà la préface de l’édition de 1722, conclut par une critique assez massive du primat des images sur le texte. En dernière page de la préface, il prétend que les planches de Die Welt in einer Nuß ne sont qu’une « bouillie de lait pour enfants » (« eine Milchspeise für Kinder ») dont la seule légitimation est qu’elle provoque « un appétit insatiable à des plats plus consistants »37. Ce serait, selon lui, l’histoire écrite par des historiens qui savent dessiner la vraie image de l’histoire38.

  • 39 Tandis que l’éditeur Weigel annonça une continuation de la dernière édition jusqu’en 1757, celle-là (...)

20Apparemment, il n’était pas le seul à penser ainsi. Malgré l’annonce d’une suite annuelle des planches-tableaux à la fin de l’avant-propos, l’édition introduite en 1739 resta définitivement la dernière39. Pour l’apprentissage de l’histoire, on utiliserait dorénavant plutôt des tables chronologiques, c’est-à-dire des listes écrites des principaux événements historiques, présentés sous forme de tableau.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Die Welt in einer Nuß oder die Historien von Anfang der Welt sampt deren Zeit-Rechnung biß auff unsere Zeit auf eine besondere und ganz leichte Art kurz zusammen zufassen oder ausgebreitet in einem Augenblick auf einer einzigen Tafel zu wiederhohlen fürgeschrieben und fürgebildet, auch Neu hervorgebracht, Christoph Weigel, Nuremberg s.d. [vers 1700] ; Orbis terrarvm in nuce, sive Compendium Historiae Civilis Chronologicum in sculptura memoriali *** Die Welt in einer Nuß oder Kurtzer Begriff der merckwürdigsten Welt-Geschichte in einer Gedächtnüs-hülfflichen Bilder-Lust ausgefertiget Durch Christoph Weigeln Kupferstechern und Kunsthändlern in Nürnberg der Kais. Reichs=Post über wohnhafft, Nuremberg, 1722 ; Le monde dans une noix, c’est-à-dire un Abrégé de l’histoire chronologique des événements les plus remarquables du monde représentés par tables et figures en fine taille douce Trad. de l’Allemand en Français par Matthias Cramer, Nuremberg, 1722.

Faits Memorables de guerre et de paix pendant le xviiie Siècle, après la naissance de notre S. J. Ch. par Des Annales En Taille Douce Traduittes du Latin en François, Par C. Faudras. Aux depens & par le burin De Christophle Weiguel, graveur en taille douce, & Marchand des plus Curieuses Estampes, Nuremberg, [1722].

Gedenckwürdigkeiten des ietzt lauffenden achtzehenden Jahr-Hunderts nach Christi Geburt als eine Fortsetzung der Welt in einer Nuß in Gedächtnis-hülflichen Bilder-Tafeln mit Einer historischen Erklärung, zum angenehmen Behuff der Historien liebenden Jugend nebst Johann David Köhlers P.P. Vorrede vom Gebrauch und Nutzen der Bilder bey der Historie ausgefertiget. Erster Theil von An. 1701-1720, Nuremberg, 1739 [sans pagination].

Parival, Jean Nicolas de, Abrégé de l’histoire de ce siècle de fer, contenant les misères et calamitez des derniers tems, jusques au couronnement du Roy des Romains Ferdinand IV, fait vers la fin de l’esté de l’an MDCLIII, Leyde, 1653.

Sculptura Historiarum Et Temporum Memoratrix: Das ist Gedächtnuß-hülfliche Bilder-Lust Der Merckwürdigsten Welt-Geschichten aller Zeiten Von Erschaffung der Welt Bis Auf das gegenwärtige 1697. Jahr Zu sonderen Behuf und Belustigung So wol der studirenden Jugend als auch anderer Liebhaber der Geschichten solche desto leichter zu begreiffen Mit nutzlich-richtig-und wahrhafften Erzehlungen in einer sehr angenehmen Erfindung und neu eingerichteten bequemen Ordnung in Kupfer gebracht Von Christoph Weigel Kupferstecher in Regenspurg auch allda zu finden, Nuremberg, 1697 [Verzeichnis der Drucke des 17. Jahrhunderts (VD17), sigle 39:122940Z].

Sculptura Historiarum Et Temporum Memoratrix: Oder Nutz- und Lust-bringende Gedächtnuß-Kunst Der Merckwürdigsten Welt-Geschichten aller Zeiten / Von Erschaffung der Welt Bis Auf das gegenwärtige 1697. Jahr / Mit nutzlich-richtig-und wahrhafften Erzehlungen / in einer sehr angenehmen Erfindung / und neu eingerichteten bequemen Ordnung / Zu sonderem Behuf und Belustigung So wol der studirenden Jugend / als auch anderer Liebhaber der Geschichten / solche desto leichter zu begreiffen / in Kupfer gebracht Von Christoph Weigel / Kupferstecher in Nürnberg, Nuremberg, 1698 [Verzeichnis der Drucke des 17. Jahrhunderts (VD17), sigle 12:6555673k].

Sculptura Historiarum Et Temporum Memoratrix. Das ist: Gedächtnüß-Hülfliche Bilder-Lust Der Merckwürdigsten Welt-Geschichten Aller Zeiten Von Erschaffung der Welt biß auf Gegenwärtige Zeit Zu besondern Behuff und Belustigung So wohl der studierenden Jugend als auch anderer Liebhaber Derer Historien solche ordentlich zu fassen Und nach der Jahr-Rechnung leichte zu behalten In Einer sehr angenehmen Erfindung und bequemen Einrichtung Mit Gründlichen Erzehlungen Von neuen ausgefertiget durch Johann David Köhlern, P.P. Und in Kupfer gebracht Von Christoph Weigeln, Nuremberg, 1726.

Vorbericht vom Gebrauch der Welt in einer Nuß Oder der Historien vom Anfang der Welt, samt deren Zeit-Rechnung bis auf unsre Zeit Wie man solche Auf eine besondere und ganz leichte Art kurz zusammen fassen Oder ausgebreitet in einem Augenblick auf einer einzigen Tafel wiederhohlen könne fürgeschrieben und fürgebildet Auch neu hervorgebracht, Nuremberg, [vers 1700].

Will, Georg Andreas, Nürnbergisches Gelehrten-Lexicon, Nuremberg –Altdorf, t. I : 1755, t. III : 1757.

Bibliographie

Bauer, Michael (1982), « Christoph Weigel (1654-1725), Kupferstecher und Kunsthändler in Augsburg und Nürnberg », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 23, col. 694-1186.

Benz, Stefan (2004), « Modelle barocker Geschichtsschreibung in und über Franken », dans Dieter J. Weiß (éd.), Barock in Franken, Dettelbach, pp. 133-196.

Berns, Jörg Jochen, Neubert, Wolfgang (éd.) [1993], Ars memorativa. Zur kulturgeschichtlichen Bedeutung der Gedächtniskunst 1400-1750, Tübingen.

Bray, Laurent (2000), Matthias Kramer et la lexicographie du français en Allemagne au xviiie siècle. Avec une édition des textes métalexicographiques de Kramer, Tübingen.

Brendecke, Arndt (1999), Die Jahrhundertwenden. Eine Geschichte ihrer Wahrnehmung und Wirkung, Francfort-sur-le-Main – New York.

Burkhardt, Johannes (1971), Die Entstehung der modernen Jahrhundertrechnung. Ursprung und Ausbildung einer historiographischen Technik von Flacius bis Ranke, Göppingen.

Carruthers, Mary (1990), The Book of Memory – A Study of Memory in Medieval Culture, Cambridge.

Cornette, Joël (1993), Le roi de guerre, Paris.

Dixon, Susan M. (2005), « Francesco Bianchini’s Images and his Legacy in the Mid-Eighteenth Century: From Capricci to Playing Cards to Proscenium and back », dans Valentin Kockel et Brigitte Sölch (éd.), Francesco Bianchini (1662-1729) und die europäische gelehrte Welt um 1700, Berlin, pp. 83-106.

Griggs, Tamara (2007), « Universal History from Counter-Reformation
to Enlightenment », Modern Intellectual History, 4, pp. 219-247.

Hess, Gilbert (2006), « Text und Bild in der Frühen Neuzeit: Die Emblematik », dans Torsten Hoffmann et Gabriele Rippl (éd.), Bilder: Ein (neues) Leitmedium?, Göttingen.

Hruby, Ingrid (1991), « Andreas Lazarus von Imhof u.a.: Neu = eröffneter Historischer Bilder = Saal / Das ist / Kurtze / deutliche und unpassionirte Beschreibung Der Historiae Universalis », dans Theodor Brüggemann et Otto Brunken (éd.), Handbuch zur Kinder- und Jugendliteratur. Von 1570 bis 1750, Stuttgart.

Meumann, Markus (2012), « Der Zeitgeist vor dem Zeitgeist. Genius saeculi als historiographisches, mnemonisches und gegenwartsdiagnostisches Konzept im 17. und 18. Jahrhundert », dans Achim Landwehr (éd.), Frühe Neue Zeiten. Zeitwissen zwischen Reformation und Revolution, Bielefeld, pp. 283-318.

Rieger, Stefan (1997), Speichern / Merken. Die künstlichen Intelligenzen des Barock, Munich.

Siegel, Steffen (2009), Tabula. Figuren der Ordnung um 1600, Berlin.

Steiner, Benjamin (2008), Die Ordnung der Geschichte. Historische Tabellenwerke in der Frühen Neuzeit, Cologne – Weimar – Vienne.

Strasser, Gerhard F. (2000), Emblematik und Mnemonik der frühen Neuzeit im Zusammenspiel: Johannes Buno und Johann Justus Winckelmann, Wiesbaden.

Tubach, Jürgen (1993), « Ludolf (Leutholf), Hiob », dans Traugott Bautz (dir.), Biographisch-bibliographisches Kirchenlexikon, Nordhausen, t. V, col. 317-325.

Van der Aa, A. J. (1969), Biographisch Woordenboek der Nederlanden (7 vol.), Amsterdam, 1853-1969, t. VI.

Van der Meer, W. (1997), Biografische Index van de Benelux/ Index Biographique des Pays des Benelux/ Biographischer Index der Benelux-Länder (4 vol.), Munich.

Völker, Harald (2001), « Matthias Kramer als Sprachmeister, Didaktiker und Grammatiker für die französische Sprache in Deutschland », dans Wolfgang Dahmen (éd.), « Gebrauchsgrammatik » und « Gelehrte Grammatik ». Französische Sprachlehre und Grammatikographie zwischen Maas und Rhein vom 16. bis zum 19. Jahrhundert, Tübingen, pp. 167-250.

Vollmer, Hans (dir.) [1942], Allgemeines Lexikon der bildenden Künste von der Antike bis zur Gegenwart, t. XXXV, Leipzig.

Yates, Frances A. (1966), The Art of Memory, Londres.

Haut de page

Notes

1 Sculptura Historiarum, 1697.

2 « Zu sonderen Behuf und Belustigung So wol der studirenden Jugend/ als auch anderer Liebhaber der Geschichten… » (Sculptura Historiarum, 1697).

3 Sur la tradition de l’ars memorativa, voir parmi d’autres : Yates, 1966 ; Carruthers, 1990 ; Berns et Neubert (éd.), 1993 ; Rieger, 1997.

4 Sculptura Historiarum, 1698. À l’exception de la page de titre et du frontispice, les éditions de 1697 et de 1698 sont identiques.

5 Sur la pratique d’attribuer au siècle une épithète ou même un « génie », voir Brendecke, 1999, pp. 123-130 ; Meumann, 2012, pp. 283-318.

6  « Das Christliche », « das Barbarische », « das Rechtliche », « das Wider-Christliche oder Muhammedische », « das Bilderstürmerische », « das Carolinische oder Carl-Kaiserische », « das Kaiser-Sächsische » (Sculptura Historiarum, 1697).

7 « Das Kaiser-Fränkische », « das Kaiser-Schwäbische », « das Habspurgische oder Oesterreichische », « das Böhmische » (ibid.).

8  « Das Hußitische », « das Reformations =Seculum », « ein Eißernes oder Martialisches » (ibid.).

9  « Wegen der vielen und grossen Kriege/ so sich in demselben geeußert » (ibid.).

10 Parival, Abrégé de l’histoire de ce siècle de fer. Né à Kaufbeuren en Bavière, Schmidt poursuivit des études en philosophie et jurisprudence à Jena et Altdorf. En 1686, il entra au service de la ville de Nuremberg, d’abord en fonction de syndic, puis dès 1693 comme conseiller au tribunal municipal après avoir obtenu son doctorat à Altdorf en 1688. Voir Will, 1757, pp. 532 et sqq. Voir aussi le chapitre intitulé « Siècle de guerre, siècle de fer », dans Cornette, 1993, pp. 23 et sqq. Concernant la biographie et l’œuvre de Parival, voir Van der Meer, 1997, t. III, p. 1091 ; Van der Aa, 1969, pp. 30 et sqq.

11 Dans le catalogue de la Staatsbibliothek de Berlin, cet exemplaire (dont est extraite la fig. 1), auquel manque la couverture avec l’année d’impression et portant la cote 2° Px 9048, est daté de 1697. Comme le frontispice porte le sous-titre modifié de la deuxième édition de 1698 (« Nutz- und Lust-bringende Gedächtnuß-Kunst » au lieu de « Gedächtnuß-hülfliche Bilder-Lust »), il s’agit très vraisembablement de l’édition de 1698. De toute façon, les pages reproduites ici dans les fig. 1, et 3 à 6 sont identiques dans les deux éditions (voir note 4, p. 162).

12 Ainsi, les événements historiques représentés en vignette et figurant sur les planches-tableaux dans cette liste sont accentués en utilisant « des caractères un peu différents » (« Zu bemercken / daß/ was mit etwas veränderter Schrifft gedrucket worden / zu gleich in der Bilder-Tafel abgeschildert zu sehen sey », Sculptura Historiarum, 1697, « Index et présentation sommaire des faits principaux », voir le haut de la fig. 1 reproduite dans cet article, p. 164).

13 L’étude la plus profonde de l’œuvre de Weigel se trouve chez Bauer, 1982. Voir aussi l’article « Weigel, Christoph » dans Vollmer, 1942, pp. 277 et sqq.

14 Pour une description détaillée du frontispice et de son programme iconographique, voir Bauer, 1982, col. 867.

15 L’édition de 1698 contient des « instructions au relieur/brocheur » qui révèlent que cet ordre est conforme aux intentions de l’auteur ou, respectivement, du graveur-libraire.

16 Strasser, 2000, pp. 27-32 (avec reproduction des images mnémotechniques).

17 Voir Brendecke, 1999, pp. 75-96 ; Burkhardt, 1971, pp. 11-35.

18 Ibid., pp. 44-57.

19 La Istoria Universale Provata con monumenti, e figurata con simboli de gli antichi, E dedicata all’Eminentiss. e Reverendiss. Principe Pietro Othoboni Cardin. Vicecancelleriere Signor suo Clementissimo Da Francesco Bianchini Veronese Dottore di S. Th., Cher. Lett., e Can. nella Insigne Coll. die S. Maria ad Martyres nella Rotonda. In Roma, Stampata à spese dell’ Autore nella Stamperia di Antonio de Rossi dietro San Silvestro in Capite à strada della Vite. MSCXCVIII. Con licenza de’ Superiori. Voir Griggs, 2007 ; Dixon, 2005.

20 Voir Tubach, 1993.

21 Neu-eröffneter Historischer Bilder-Saal / Das ist : Kurtze / deutliche und unpassionirte Beschreibung Der Historiae universalis, Von Anfang der Welt biß auf unsere Zeiten / in ordentliche und mercksame Periodos und Capitul eingetheilet / Darinnen die fürnehmste Geschichten / Kriege / Schlachten / und andere Begebenheiten / in mehr als 900. Kupfferstücken gar kennlich fürgestellet werden / also / daß aus solchen allein / eine General-Cognition / von der gantzen Historie und deren Chronologischen Aufeinanderfolgung / zu erlangen ist: Der Lehr-begierigen Jugend zu sonderbaren Nutzen und Erleuchterung also herausgegeben. Erster Theil / Enthaltend die Geschichten von Anfang der Welt / biß auf die Geburt JEsu Christi / und bald darauf erfolgten Tod Kaysers Augusti, Mit 250 Kupferstucken. Cum Privilegio Caesareo nicht nachzudrucken / noch ausser dem Authore zu continuiren. Zu finden bey Johann Jonathan Felsecker in Nürnberg. Gedruckts zu Sulzbach bey Abraham Lichtenthaler. Anno M. DC. XCII (t. II à IV parus en 1693-1695). Le premier volume de la 3e édition de 1703 est dédié « particulièrement à la jeunesse étudiante pour sa délectation et son bénéfice » (« absonderlich der studirenden Jugend zu sonderbarer Ergötzung und Nutzen »).

22 Hruby, 1991, cols. 537-559.

23 Voir Siegel, 2009.

24 Les tables chronologiques sont récemment devenues l’objet d’une étude approfondie : Steiner, 2008.

25 Voir note 13, p. 163.

26 Die Welt in einer Nuß [vers 1700].

27 Vorbericht vom Gebrauch der Welt in einer Nuß [vers 1700].

28 Pour Faber, voir Will, 1755, pp. 369 et sqq. Voir aussi Benz, 2004, p. 142, et Bauer, 1982, col. 866.

29 Voir Siegel, 2009, pp. 23 et sqq.

30 Voir Hess, 2006, pp. 170-192 ; Strasser, 2000, pp. 39-50.

31 Will, 1757, pp. 532 et sqq. Voir aussi Bauer, 1982, col. 886.

32 Orbis terrarvm in nuce, 1722.

33 Le monde dans une noix, 1722. Le traducteur, Matthias Kramer (1640-1729), professeur de langues occidentales à Nuremberg, Ratisbonne et Erlangen, jouissait d’une certaine célébrité à l’époque. Voir Bray, 2000 ; Völker, 2001, notamment pp. 170-173.

34 Faits Memorables de guerre et de paix.

35 Sculptura Historiarum, 1726.

36 La dernière édition des Historische Bilder de Buno avait été publiée en 1705. Voir Strasser, 2000, p. 81.

37 Q.D.B.V. Johann David Köhlers Historiarum P.P.O. auf der Georg-Augustus Hohen Schule zu Göttingen, « Vorrede von Gebrauch und Nutzen der Bilder bey Erlernung der Historie », dans Gedenckwürdigkeiten des ietzt lauffenden achtzehenden Jahr-Hunderts [sans pagination].

38 Ibid.

39 Tandis que l’éditeur Weigel annonça une continuation de la dernière édition jusqu’en 1757, celle-là ne parut jamais. Voir Bauer, 1982, col. 885.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Première page de l’« Index et présentation sommaire des faits principaux », Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98
Crédits Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/5803/img-1.png
Fichier image/png, 511k
Titre Fig. 2. — Frontispice, Sculptura Historiarum, éd. de 1697
Crédits Ex. de la Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, cote Ge 2° 7
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/5803/img-2.png
Fichier image/png, 8,9M
Titre Fig. 3. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98
Crédits Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/5803/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 4. — Planche représentant le xviie siècle, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98
Crédits Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/5803/img-4.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Fig. 5. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ sous forme de liste écrite, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98
Crédits Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/5803/img-5.png
Fichier image/png, 6,4M
Titre Fig. 6. — Table synoptique montrant les principaux faits historiques des 57 siècles, Sculptura Historiarum, éd. de 1697/98
Crédits Ex. de la Staatsbibliothek zu Berlin, cote 2° Px 9048
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/5803/img-6.png
Fichier image/png, 6,3M
Titre Fig. 7. — Planche représentant le Ier millénaire après Jésus-Christ, Die Welt in einer Nuß, éd. de vers 1700
Crédits Ex. de la Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, cote M: Gb 335 [1]
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/5803/img-7.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Markus Meumann, « « Le monde dans une noix » »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 44-2 | 2014, 161-179.

Référence électronique

Markus Meumann, « « Le monde dans une noix » », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 44-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/5803 ; DOI : 10.4000/mcv.5803

Haut de page

Auteur

Markus Meumann

Centre d’histoire des Lumières (Halle)

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals