Navigation – Plan du site
Dossier

De l’autre côté du monde : langues véhiculaires et communication interethnique dans l’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise

Al otro lado del mundo: lenguas vehiculares y comunicación interétnica en el océano Índico en la época del descubrimiento portugués
On the other side of the world: vehicular tongues and inter-ethnic communication in the Indian Ocean at the time of the Portuguese discoveries
Luís Filipe Thomaz
p. 113-131

Résumés

En arrivant dans l’océan Indien, à la fin du xve siècle, les Portugais se servirent surtout de l’arabe pour communiquer avec les autorités locales. Nombre d’entre eux connaissaient cette langue depuis que le Portugal avait occupé des places-fortes sur la côte marocaine. Découvrant bientôt que la langue de culture de l’Inde était le persan plutôt que l’arabe, quelques Portugais apprirent cette langue, ce qui facilita leurs contacts diplomatiques en Inde et au-delà. En Asie du Sud-Est, la langue de commerce était le malais, utilisé jusqu’aux côtes de la Chine. Le portugais se répandit ensuite graduellement dans tout l’océan Indien et devint langue véhiculaire aux côtés du malais. Au xviie siècle, il supplanta le malais dans ce rôle et plusieurs traités entre les Anglais ou les Hollandais et des potentats locaux furent même rédigés en portugais. D’autres langues véhiculaires jouèrent un rôle plus effacé, comme le swahili, sur la côte orientale africaine ou le tétun à Timor.

Haut de page

Texte intégral

1L’aire géographique dont nous nous occuperons ici est l’océan Indien historique, qui ne coïncide pas exactement avec l’océan Indien des géographes. En effet, la moitié méridionale de celui-ci, grosso modo au sud de l’équateur, ne fut guère utilisée par la navigation commerciale avant l’expansion maritime des Hollandais qui, pour éviter la présence portugaise le long des côtes indiennes, commencèrent à traverser l’océan en droiture, depuis le cap de Bonne Espérance jusqu’au détroit de la Sonde. En revanche, les mers plus ou moins intérieures délimitées à l’est par les Moluques, les Philippines, Formose, les Ryukyu et le Japon, quoique plutôt ouvertes sur le Pacifique, se lient historiquement au domaine de navigation de l’océan Indien. Du moins en fut-il ainsi à partir des premiers siècles de notre ère, lorsque le commerce entre l’Inde et la Chine commença à emprunter les détroits de Malacca et de la Sonde, au lieu de traverser par terre l’isthme de Kra qui unit la Péninsule Malaise à l’Indochinoise. Dans ce vaste domaine maritime, la navigation utilise les moussons qui, alternant au cours de l’année, garantissent le voyage de retour dans un délai de six mois. C’est grâce à elles que l’aire océanique qui nous intéresse put, à l’instar de la Méditerranée, être utilisée comme voie de commerce depuis la haute Antiquité.

2Au moment de sa découverte, c’est-à-dire de son exploration par les Portugais, dans les dernières années du xve siècle et la première moitié du xvie, ce domaine commercial était normalement parcouru par tronçons, avec plusieurs relais, de sorte qu’aucun peuple n’y était omniprésent. Il n’y avait donc pas de langue dont on pût se servir partout dans les affaires et la communication, et la situation linguistique de ce vaste espace était fort complexe. Nous allons cependant tenter de la décrire en suivant le trajet de la découverte portugaise. Quelques observations théoriques préalables nous y aiderons.

3Les concepts d’acrolecte et de basilecte, introduits en 1965 par W. Stewart, nous semblent insuffisants pour décrire les situations qui se présentent à nous dans cette partie du monde. Aussi adopterons-nous la division tripartite proposée cinq ans plus tard par D. Bickerton, qui introduisit le concept de mésolecte. Dans les deux cas, il ne s’agit pas de dialectes, c’est-à-dire de variantes régionales d’une langue, mais plutôt de niveaux de langue, qui peuvent être utilisés dans une même région par les mêmes locuteurs, quoique dans des situations différentes. Par basilecte on entend le niveau basique de la communication, qui n’exige en général que quelque 500 vocables, complétés au besoin par des modulations de la voix, par des gestes et autres expédients extralinguistiques. Cette réduction lexicale s’accompagne parfois d’une simplification grammaticale, voire de changements phoniques qui, poussés à l’extrême, peuvent donner naissance à une nouvelle langue et susciter une situation de diglossie. Tel fut sans doute le cas des langues romanes par rapport au latin littéraire, et tel semble avoir été aussi l’origine de la plupart des dialectes créoles. Le mésolecte est, quant à lui, le registre moyen de la langue, qui assure la communication nécessaire dans la vie quotidienne et requiert un lexique d’environ 2 000 mots, qu’en principe toutes les langues possèdent, quoique certains locuteurs puissent ne pas en faire usage dans sa totalité. En revanche, l’acrolecte, qui permet l’expression de toutes les subtilités des domaines juridique, scientifique, philosophique et théologique, n’existe que dans les idiomes traditionnellement utilisés comme langues de culture. Il exige un stock lexical de l’ordre de 20 000 mots, pouvant aller jusqu’à 150 000 dans le cas de langues particulièrement riches comme le sanskrit. Il va sans dire qu’il n’y a pas de solution de continuité entre ces trois niveaux de langue, l’acrolecte et le basilecte n’étant que les deux extrémités d’un continuum.

  • 1 Nous reproduisons la définition donnée par Condominas, 1980.

4D’autre part, une langue définit toujours un espace social — c’est-à-dire un espace déterminé par l’ensemble des relations caractéristiques d’une communauté1 —, car elle crée d’elle-même une relation potentielle de communication. Réciproquement, l’existence d’un espace social au sein duquel sont acceptées et observées des normes communes implique l’existence d’un instrument de communication linguistique qui assure leur transmission dans l’espace et dans le temps. Il est à remarquer qu’un espace social ne correspond pas toujours à un espace géographique cohérent, car un groupe culturel et linguistique ne se dispose pas nécessairement d’une façon compacte dans l’espace physique. Comme on sait, maintes minorités ethniques, comme les Arméniens ou les Gitans, gardent leur propre langue, en dépit de leur dispersion en petits groupes au sein d’autres ensembles ethniques ou nationaux. L’intégration sociale s’accomplit alors sur plusieurs niveaux, engendrant des espaces sociaux emboîtés. Dans ces cas, la « petite tradition », qui s’exprime dans une langue vernaculaire qui peut ne pas dépasser le niveau du mésolecte, coexiste avec une « grande tradition », d’extension géographique plus vaste mais cimentée par un acrolecte de compréhension socialement plus réduite. Pensons, par exemple, au rôle du latin dans l’Europe médiévale, à celui du sanskrit en Inde ou de l’arabe littéraire dans le monde musulman. Dans certains cas, l’intégration comprend trois niveaux, comme dans l’Italie du Moyen Âge où des dialectes locaux définissaient les espaces sociaux restreints de la vie quotidienne, tandis que le toscan, utilisé comme langue littéraire, dessinait un espace culturel pan-italien et le latin, langue de l’enseignement supérieur et de la liturgie, unissait l’Italie au reste du monde occidental. Des langues comme le toscan et le latin rentraient ainsi, chacune à son niveau, dans la catégorie de ce qu’on appelle souvent les « langues véhiculaires ».

5Bien que généralement incluses dans cette même catégorie, les langues de commerce ou de contact constituent un cas assez différent. Dans cette fonction, la langue ne définit plus un espace social. Elle sert simplement à assurer les relations extérieures du groupe, notamment en ce qui concerne la circulation des biens matériels, sans engendrer de systèmes de relations susceptibles de caractériser un groupe. Ainsi, un réseau maritime ou caravanier ne constitue-t-il pas un super-espace social, mais simplement un système de communication entre plusieurs espaces géographiques et sociaux, même si son fonctionnement est assuré par une ethnie unique, possédant sa propre langue, comme les Juifs, les Gitans ou, en Asie du Sud-Est, les Chinois. Ses besoins lexicaux sont en principe limités, ce qui explique qu’une langue de contact puisse se réduire à un basilecte.

6Parmi les facteurs qui ont pu faciliter la communication entre différents espaces sociaux, il faut mentionner un phénomène que certains auteurs, comme St. Kellman et D. Schwarzer, ont décrit sous le nom de translingualisme et qui consiste en l’aptitude à passer d’un dialecte à un autre de la même langue, voire d’une langue à une autre d’une même famille. C’est sans doute ainsi que se forma, dans les ports de la Méditerranée médiévale, la lingua franca ou « langue franque », jargon fait d’un mélange de dialectes romans, surtout italiens et français, parsemé de mots grecs et arabes. Son nom provient de celui des Francs, donné dans le Levant, à l’époque de Charlemagne, à tous les Occidentaux. La distinction entre l’ethnonyme « Franc, Franque » et l’adjectif commun « franc, franche », synonyme de « libre », n’existant qu’en français, l’expression eut tendance à se généraliser dans le sens de « langue libre », c’est-à-dire « langue de contact » ou « langue internationale ».

Les Portugais à la découverte de l’Inde

  • 2 On en trouvera une reproduction dans Albuquerque, 1989.
  • 3 Bouchon et Amilhat-Szary (éd.), 2004.
  • 4 Diário da Viagem de Vasco da Gama, p. 47.

7En pénétrant dans l’océan Indien à la fin de 1497, les Portugais n’étaient guère renseignés sur ce qui s’y passait. On disposait certes de la grande mappemonde dessinée en 1459 à Venise par Fra Mauro à la demande de Dom Alphonse V (r. 1439-1481), très riche en légendes explicatives2, qui incorporait les renseignements rapportés vers 1441 par Nicolò de’ Conti3. Mais, à part ce que l’on avait naguère appris par Marco Polo et par les voyageurs franciscains des xiiie et xive siècles, on devait connaître bien peu de détails concrets sur la grande Asie. Au moins se doutait-on que s’y trouvaient des musulmans et que, par conséquent, on y parlait l’arabe. Nombre de Portugais connaissaient cette langue, car plusieurs d’entre eux avaient séjourné dans les places fortes de la côte marocaine occupées par le Portugal à partir de 1415, et certains avaient même été captifs des Maures en Barbarie. C’est justement l’un de ces anciens captifs, Fernão Martins, qui fit le truchement à bord de l’armada de Vasco da Gama4.

8Vasco da Gama pénétra dans les mers « jamais sillonnées par autrui », pour reprendre l’expression de Camões, dès qu’il eut dépassé le Rio do Infante (de nos jours Great Fish River, à 33º 30º S), dernier point atteint par Bartolomeu Dias dans son voyage de 1488. La région était peuplée par les Hottentots, dont les Portugais ne comprenaient évidemment pas la langue, et c’est au moyen de signes et de gestes qu’ils se firent entendre. Un peu plus loin, sur ce qui est aujourd’hui la côte du sud du Mozambique, on parlait des langues bantoues étroitement apparentées à celles de la côte occidentale de l’Afrique. C’est ce qui permit à un certain Martim Afonso, qui avait séjourné au Congo, de servir d’interprète, se faisant comprendre du moins en partie, grâce à son translingualisme et non par l’usage d’une langue véhiculaire.

9Quelques jours après cette rencontre, l’armada doubla le Cabo das Correntes, limite traditionnelle de la navigation des musulmans, un degré à peu près au sud du Tropique du Capricorne. Un peu plus loin, dans la région du delta du Zambèze, les Portugais eurent, pour la première fois, vent de ces navigateurs. Voilà pourquoi les hommes de Vasco da Gama donnèrent au bras du fleuve où ils mouillèrent l’ancre le nom de Rio dos Bons Sinais (« fleuve des bons signes »).

10À Mozambique, à 15º S, la petite flotte rencontra finalement le premier cheikh musulman, vassal du sultan de Kilwa, chef de la confédération swahili (voir carte 1). Celle-ci était constituée d’un chapelet de villes maritimes islamisées qui s’était formé graduellement à partir du viiie siècle, à la faveur de migrations venues du Golfe Persique, renforcées par des réfugiés persans arrivés en 975, puis par d’autres vagues migratoires. Leur civilisation s’était cristallisée au xive siècle, avec comme ciment le swahili ou souahéli, une langue ou plutôt un ensemble de dialectes bantous saupoudrés de mots arabes et persans et écrits en caractères arabes.

11Malgré l’origine iranienne d’une partie des colonisateurs et de la dynastie shīrāzi qui régnait toujours à Kilwa, il semble que le persan ait été depuis longtemps tombé en désuétude, et les sources portugaises du xvie siècle ne soufflent mot de son usage. En revanche, l’arabe, qu’accréditait la religion, gardait toujours sa fonction, du moins parmi les lettrés. Aussi, Fernão Martins, l’intermédiaire de Vasco da Gama, eut-il beau jeu de déployer son savoir à Mozambique ainsi qu’à Mombasa et, finalement, à Malindi. La diglossie étant déjà très nette à l’époque dans tous les pays arabophones et les dialectes arabes du Maghreb assez différents de ceux du Proche-Orient, on peut penser qu’il connaissait aussi l’arabe littéral, outre la langue vernaculaire du Maroc. Quoi qu’il en soit, le récit de l’expédition, dû à un anonyme qui était du voyage, ne laisse entrevoir aucune difficulté de communication entre les nouveaux venus et les gens du pays.

Carte 1.— L’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise

Carte 1.— L’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise

Réalisation : Damien Rietz et César Itier

  • 5 Voir Carvalhão Buescu, 1983.

12Au fur et à mesure que la présence lusitanienne prenait racine dans la région, nombre de Portugais s’établirent dans le pays et apprirent le swahili qui se laissa imprégner d’emprunts lexicaux portugais. Le nom de cette langue, qui dérive de l’arabe sāhil, au pluriel sawāhil « côte », montre bien le caractère côtier et urbain qu’elle présentait à ses débuts, quoique plus tard, à la faveur de la traite négrière, elle ait pénétré dans l’intérieur des terres jusqu’en Ouganda, au Burundi et au Congo. Elle conserva néanmoins son caractère essentiellement véhiculaire, et, de nos jours encore, dans les trois pays où le swahili est langue officielle (Kenya, Ouganda et Tanzanie), il n’est la langue maternelle que d’environ 1 % de la population. Toutefois, il ne semble pas que les autorités portugaises ou les missionnaires, à qui l’on doit pourtant des grammaires et des dictionnaires de maints idiomes asiatiques et africains5, se soient intéressés à cette langue dont à notre connaissance ne subsiste aucune description ancienne élaborée par des Portugais. Sans doute son caractère de langue islamique y contribua-t-il, car on savait bien que, même hors des pays où la charia est loi et l’apostasie punie par la mort, les musulmans se convertissent très difficilement. On préférait donc comme champ de travail missionnaire les espaces sociaux païens. Les archives de Goa conservent néanmoins des manuscrits en swahili rédigés à Kilwa en 1711, qui passent pour les plus anciens documents dans cette langue.

  • 6 Barros, Da Ásia, décade I, liv. VIII, chap. vi et liv. X, chap. i-ii.

13D’autre part, tout porte à croire que l’arabe avait gardé dans la région sa fonction de langue diplomatique et de culture, c’est-à-dire d’acrolecte. On sait par exemple que la chronique officielle du sultanat de Kilwa était écrite en arabe. Aujourd’hui perdue, elle n’est connue que par le résumé qu’en donne le chroniqueur portugais João de Barros6, qui connaissait l’arabe et le persan et se servit de plusieurs chroniques dans ces deux langues, qui concernaient l’Afrique orientale, l’Iran, l’Asie centrale et l’Inde musulmane.

  • 7 Diário da Viagem de Vasco da Gama, p. 37.
  • 8 Radulet et Thomaz (éd.), Viagens portuguesas à Índia, pp. 12-13, 65-67, 71-72, 80, 87, 95, 104, 116 (...)

14Quand, au bout de presque un an de voyage, la flotte de Vasco da Gama surgit dans un ancrage voisin de Calicut, une surprise agréable l’attendait : deux Maures tunisiens qui parlaient un mélange d’espagnol et de dialecte génois saluèrent les nouveaux venus depuis un bateau qui s’avança à leur rencontre. Les Portugais en furent émus presque jusqu’aux larmes, n’imaginant pas que « et notre étonnement était tel, que nous l’entendions et ne voulions pas le croire : que si loin de Portugal il y eût un homme qui comprît notre langue »7. Pour eux, apparemment, les différents idiomes romans faisaient encore figure de simples dialectes d’une même langue, qui était la leur. Plus tard, ils rencontrèrent d’autres gens originaires du bassin méditerranéen, qui parlaient aussi une espèce de langue franque, comme celle qui était pratiquée dans les échelles du Levant depuis l’époque des Croisades. Leur présence en Inde montre bien que le monde musulman gardait encore son rôle de couloir du Vieux Monde, par où circulaient marchandises, hommes et idées. Les Européens mettraient encore du temps à les remplacer dans cette fonction. Le pilote gujarati fourni à Vasco da Gama par le sultan de Malindi parlait lui-même, selon certains témoignages, un peu d’italien8. Pas plus qu’en Afrique Orientale il n’y eut donc à Calicut de problèmes de communication, quoique les sources dont on dispose ne permettent pas de faire la part du rôle qu’y jouèrent l’arabe et le roman.

15Au Kerala ou Malabar, où se situe Calicut, au contraire de ce qui se passait dans le reste de l’Inde, où la langue de communication était le persan, l’arabe était assez répandu, comme en témoignent les nombreux emprunts que lui a faits la langue locale, le malayalam. À sa diffusion avait contribué non seulement le commerce avec le monde méditerranéen par la voie de la mer Rouge mais aussi la présence de nombreux marchands arabes, pour la plupart d’origine égyptienne, auxquels s’étaient joints quelques réfugiés de Grenade, conquise en 1492 par les Rois Catholiques, qui essayaient de faire fortune aux Indes.

  • 9  Zinadim, Historia dos Portugueses no Malabar.
  • 10 Al-Makki al- Āṣasafi al-Ulughkahni hājji ad-Dabir, 1970-1974.
  • 11 Cortesão et Teixeira da Mota, t. I, pp. 7 sqq. ; Milano, 1991.

16En dépit de tous les efforts des Portugais, le commerce par la voie de la mer Rouge, et avec lui les contacts entre le Kerala et le monde musulman, ne cessèrent pas. On ne s’étonnera donc pas d’apprendre que vers 1570 un appel au jihad contre les Portugais suivi d’une chronique de leurs méfaits au Malabar y aient été composés en arabe par un certain Zayn al-Dīn al-Macbarī9. Le commerce entre le Kerala et l’Égypte était en bonne partie exploité par des Gujaratis et faisait escale dans les ports du Gujarat. C’est peut-être pour cette raison que l’on dispose également d’une chronique très détaillée de ce sultanat aux xve et xvie siècles, rédigée elle aussi en arabe10. La première carte maritime portugaise montrant, quoique d’une façon encore fruste, la quasi-totalité de l’océan Indien, le planisphère dit « de Cantino », daté de 1501, présente une graduation en isbas et une toponymie en bonne partie arabe qui trahissent l’origine d’une partie de l’information qui y est consignée11. Ceci permet d’entrevoir le rôle joué par les pilotes arabes dans les premiers temps de l’expansion portugaise en Orient.

  • 12 Publié par Sousa, Documentos Arabicos, doc. XXXIV, pp. 127 sqq.

17L’arabe était aussi connu en Asie du Sud-Est où un premier État musulman, le sultanat de Samudra-Pasai, s’était formé dans les dernières années du xiiie siècle, et où l’islam s’était ensuite répandu à la faveur de l’hégémonie maritime de Malacca, fondée en 1403 et islamisée à partir de 1414. Pour des raisons liturgiques et juridiques, l’arabe y fut étudié dès les débuts de l’islamisation. La première expédition portugaise envoyée à la recherche de Malacca, en 1508, n’eut donc pas de problèmes de communication à Pasai ni à Malacca, d’autant que son capitaine, Diogo Lopes de Sequeira, qui avait servi au Maroc, connaissait l’arabe. La lettre du sultan de Pasai, que Lopes apporta au roi du Portugal en 1508, est, elle aussi, rédigée dans cette langue12.

Aux Indes

  • 13 Bouchon, 1973.
  • 14 Veiga e Sousa, 1996-2000 ; Ramusio, Navigazioni e Viagi, t. II, pp. 537 sqq.
  • 15 Thomaz, 2004a et 2005.

18Entre-temps, les Portugais avaient pris pied au Malabar où, en 1503, ils avaient bâti une petite forteresse à Cochin pour défendre le raja local, qui les avait accueillis, des menaces de Calicut, dont les musulmans avaient fait la fortune et qui veillait donc aux intérêts de ces derniers. Au Malabar, l’arabe n’était couramment parlé que par les Pardeshis ou étrangers, que les Portugais désignaient le plus souvent par Mouros da Meca, quoiqu’ils fussent pour la plupart originaires d’Égypte. C’étaient eux qui avaient la haute main sur le riche trafic des épices. Les Mappilla — les métis et indigènes convertis à l’islam, généralement appelés dans les textes portugais Mouros da Terra, qui agissaient comme compradores des Pardeshis — s’exprimaient plus volontiers en langue locale, le malayalam, un idiome de la famille dravidienne13. On connaît le cas de Portugais qui apprirent le malayalam à la perfection, tels Duarte Barbosa, auteur d’une somme géographique de l’Asie rédigée vers 1514 et publiée en version italienne par Ramusio en 155014, ou encore Diogo Pereira, par sobriquet le Malabar, qui joua un rôle important en tant que médiateur entre les Portugais et plusieurs souverains du Kerala15. Selon le témoignage du chroniqueur Gaspar Correia, ce dernier « parlait le malabare mieux que les Malabars eux-mêmes », ce qui n’est peut-être qu’une hyperbole, mais peut aussi signifier qu’il avait appris la langue littéraire, plus raffinée que celle qui était normalement parlée par le peuple.

  • 16 On le trouve déjà comme titre de quelques personnalités dans un document de 1499 que nous avons pub (...)
  • 17 Cunha Rivara, 1857.

19Le malayalam, qui à l’époque pouvait encore être regardé comme un simple dialecte du tamoul, n’était pas une langue véhiculaire, car il n’était ni compris ni parlé hors de son espace propre, dans le sud de l’Inde. Il joua néanmoins un rôle assez important dans l’histoire du lexique portugais et, par l’intermédiaire de celui-ci, dans celle de maintes langues européennes. La raison en est que, jusqu’à la conquête de Goa en 1510, donc pendant une douzaine d’années, la présence portugaise aux Indes se limita au Malabar, région où étaient produites la plupart des épices indiennes et où affluaient, prêtes à réembarquer vers la mer Rouge ou vers Lisbonne, celles de l’Asie du Sud-Est. Ce fut par conséquent au Malabar que les Portugais prirent connaissance de toute une gamme de réalités indiennes, des plantes et des fruits aux institutions et aux croyances locales, auxquelles ils donnèrent des noms empruntés au malayalam. Ainsi le fruit dit en malayalam maņņa devint ainsi manga « mangue » en portugais, tandis que le terme « bétel », en portugais bétele, qui désigne les feuilles du Piper betle que l’on utilise pour envelopper les noix d’arec que l’on mâche en Inde, provient du malayalam vițțala. Le nom de mandarins qu’on donne aux hauts fonctionnaires ou conseillers des potentats asiatiques, qui en dernière analyse remonte au sanskrit mantrin « qui souffle des mantras, conseiller », semble aussi avoir été emprunté par le portugais au malayalam16. Bref, le rôle historique du malayalam en Orient est en tout parallèle à celui du taino en Amérique, qui fournit au castillan, et par son truchement à la plupart des langues européennes, le nom de plusieurs fruits, arbres, plantes, objets et institutions du Nouveau Monde. À la suite du transfert à Goa, vers 1530, de la résidence des vice-rois et du siège des organes de gouvernement encore sis à Cochin, le centre de la présence portugaise en Orient passa de l’Inde dravidienne à l’Inde aryenne, et le konkani, parlé à Goa, prit la relève du malayalam comme source d’emprunts pour désigner tout ce qui était propre au pays. À la fin du xvie siècle, le jésuite anglais Thomas Stephen, connu à Goa comme Tomás Estêvão, et à qui l’on doit la romanisation du konkani, rédigea à l’usage des missionnaires une grammaire de cette langue17.

  • 18 Renou, 1956 ; Filliozat, 1992.

20Tandis que l’arabe utilisé sur les côtes de l’Inde comme langue de commerce y constituait un adstrat, dans toute la moitié nord du sous-continent le sanskrit était plutôt un substrat, que sa fonction d’acrolecte maintenait en vie18. À l’époque de la découverte portugaise, il y avait déjà plusieurs siècles que le sanskrit avait perdu sa fonction de langue véhiculaire, si tant est qu’il ne l’ait jamais eue après l’époque où la langue parlée s’était suffisamment écartée du sanskrit pour que celui-ci demeure intelligible. Quoi qu’il en fût, depuis la conquête musulmane au xiiie siècle, le persan lui avait succédé en tant que langue diplomatique et de culture, ne lui laissant que son rôle de langue sacrée des hindous. C’est pourquoi, pendant les premières décennies de leur présence en Inde, les Portugais ne se sont même pas rendu compte de son existence. Les transcriptions qu’ils donnent de noms des dieux, de concepts religieux, d’institutions hindouistes, etc. montrent clairement que même les plus grands connaisseurs portugais de la civilisation hindoue, qui ont traduit les premiers textes de la littérature indienne classique, se sont servis d’adaptations en tamoul ou en marathi et non de textes sanskrits. La première référence au sanskrit dans des textes occidentaux apparaît dans une lettre de Saint François Xavier datée de 1545. Ce sont ensuite les jésuites, comme toujours attentifs à la culture des élites, qui s’y intéressèrent. La première grammaire sanskrite, rédigée en latin, a été écrite par un jésuite allemand au service du patronage portugais de l’Orient, le père Heinrich Roth (1620-1668). Par une analogie heureuse autant qu’expressive, les Portugais appelaient le plus souvent cette langue « le latin des brames ». C’est au motif de cette analogie que le père Roberto de Nobili, jésuite italien au service du patronage portugais dans le sud de l’Inde, demanda à Rome de célébrer la messe en sanskrit.

  • 19 Lopes, 1897.

21Comme nous l’avons mentionné, dans le nord de l’Inde, comme en Iran et en Asie Centrale, la langue internationale était à cette époque le persan, que l’anglais ne remplacerait dans l’administration qu’en 1837. Depuis la conquête musulmane de l’Inde, au xiie siècle, il était aussi devenu la langue de culture du sultanat de Delhi et de ceux qui s’en détachèrent graduellement. Même dans le grand royaume méridional de Vijayanagar, qui redevint indépendant et hindou en 1356, l’influence persane était notoire et les courtisans s’habillaient à la persane. Il n’est pas impossible que ce soit en persan que les voyageurs portugais Domingos Paes, vers 1525, et Fernão Nunes, en 1535, s’entendirent avec les gens de la cour et les pandits qui leur fournirent les renseignements dont ils avaient besoin pour dresser une chronique du royaume depuis ses origines19. Ils étaient tous les deux marchands de chevaux, pour la plupart importés d’Iran et destinés aux royaumes du Deccan, où la langue diplomatique était le persan. Mais comme ils étaient restés longtemps à Vijayanagar, il se peut aussi qu’ils aient appris la langue du pays, le canara ou kannada, ou celle de la famille royale et de la cour, le telugu, toutes les deux d’origine dravidienne.

  • 20 Bouchon et Thomaz, 1988.

22Le persan fut une des langues officielles de l’Empire mongol au xiiie siècle. Par la suite, il fut employé comme langue diplomatique jusqu’au Siam, au centre de la Péninsule Indochinoise. Les Portugais n’eurent de contacts avec les pays de langue officielle persane que dix ans après leur arrivée en Inde, lors de l’expédition d’Alphonse d’Albuquerque à Ormuz, à l’entrée du Golfe Persique, en 1507-1508. Les contacts s’intensifièrent après la conquête de Goa, en 1510, et la réduction définitive du royaume d’Ormuz à la mouvance de la couronne portugaise, en 1515. Le fait que le persan soit une langue indo-européenne et que sa forme parlée ait une structure grammaticale semblable à celle de l’anglais, plus simple que celle du portugais, a peut-être facilité son apprentissage par certains Portugais qui purent ainsi, au besoin, être utilisés comme interprètes. Certains apprirent aussi à l’écrire, ce qui est sensiblement moins facile. Tel fut le cas de l’anonyme du truchement de la première ambassade envoyé par les Portugais au sultanat du Bengale, en 1521, à qui l’on doit une relation détaillée du voyage20, dans laquelle il affirme avoir traduit en portugais la lettre du Sultan au roi du Portugal, écrite en persan. C’est sans doute grâce à l’un de ces interprètes rentré au Portugal que le chroniqueur João de Barros, dont nous avons déjà parlé, put apprendre le persan.

  • 21 Thomaz, 2006.
  • 22 Id., 2004b, pp. 124-125.
  • 23 Gulbenkian, 1979.

23Un peu plus tard, c’était un Persan du nom de Hwāje Pīr Qolī qui remplissait à Goa des fonctions semblables à celles des grands dragomans des échelles du Levant : il hébergeait les ambassadeurs étrangers venus à la cour du vice-roi, tout en les surveillant et en espionnant leurs mouvements. Il traduisit en persan et contresigna les traités de paix et les accords de commerce entre les Portugais et les potentats voisins et rédigea un mémoire sur la Perse à l’attention des autorités portugaises21. Au besoin, on l’envoyait ici ou là, déguisé en marchand, espionner pour le compte de ses maîtres. On connaît d’autres Persans établis à Goa, parfois convertis au christianisme, comme ce fut le cas d’António Fernandes, qui servait de la même manière l’administration portugaise22. Plus tard, après l’ouverture d’une mission à Agra, capitale de l’Empire moghol, les jésuites commencèrent à s’intéresser au persan, dont ils introduisirent l’enseignement dans leurs séminaires. On leur doit aussi une traduction persane des quatre Évangiles23.

24En raison de ce contact avec le persan, le portugais s’enrichit de plusieurs emprunts lexicaux, qui vinrent s’ajouter à quelques rares mots d’origine persane déjà diffusés par le commerce au Moyen Âge, comme tafetá. Quelques-uns furent ensuite transmis à d’autres langues européennes. Celui qui connut la plus grande fortune fut sans aucun doute muçulmano, déjà employé par Garcia de Orta dans ses Colóquios dos simples et drogas da Ásia, imprimés à Goa en 1562.

25Au sein de la horde, le camp des troupes musulmanes, en lisière des grandes villes du nord de l’Inde, s’était engendrée une langue hybride, l’ourdou ou hindoustani, dont la base était le hindi, auquel s’étaient mêlés des mots arabes, turcs et persans, et qui s’écrivait en caractères arabes dans leur forme adaptée au persan. Ses différents dialectes étaient parlés dans la plus grande partie de la plaine Indo-Gangétique. Au moins parmi les musulmans de l’Inde, il devint graduellement langue véhiculaire, pourvue d’un acrolecte fait d’emprunts arabes et persans. C’est à ce titre qu’il attira l’attention des missionnaires portugais, à qui l’on doit une Gramatica indostana, a mais vulgar que se pratica no Imperio do Gram Mogol, para uso dos muitos reverendos padres missionários do dito império, qui eut deux éditions, en 1778 et en 1805. Dans le Deccan se développa un dialecte similaire, le dekhani, moins arabisé et moins persanisé, mais en revanche plus influencé par le marathi et, par le biais de celui-ci, par le sanskrit. Sa littérature, en particulier sa poésie, se développa plus tôt que celle de l’ourdou, qui ne connut guère de production littéraire avant la dislocation de l’Empire moghol, dans la seconde moitié du xviiie siècle. Dans l’usage officiel, toutefois, ni le dekhani ni l’hindoustani ne réussirent à détrôner le persan.

Aux confins du Pacifique

26La situation linguistique était plus simple dans l’archipel asiatique, où le malais était partout employé comme langue véhiculaire, diplomatique et de commerce. Le malais appartient à la famille austronésienne, laquelle s’étend de Madagascar aux îles de Pâques et d’Hawaï, et de Formose à la Nouvelle Zélande. Sa parenté plus ou moins étroite avec la plupart des langues de cette vaste région facilita certainement son emploi comme langue véhiculaire. Le malais est originaire des plaines du sud-est de Sumatra et des petites îles voisines, contrées dites de ce fait Tanah Melayu, « terre des malais » ou « pays malais ». C’est évidemment de là qu’il se répandit sur les côtes de Bornéo et de la péninsule de Malacca, où il devint assez tôt langue vernaculaire, sans que l’on sache dans quelle mesure un transfert effectif de populations y contribua. Quoi qu’il en soit, la distribution des Malais autour des détroits rappelle celle des Grecs d’autrefois autour de la mer Égée. Comme les Grecs, les Malais figurent dans l’histoire comme un peuple de navigateurs et de marchands. À l’instar de la civilisation grecque, la leur a un centre vide, c’est-à-dire ne s’étend pas sur un espace géographique compact et défini, centré sur une capitale terrienne, mais autour d’une mer que l’on peut qualifier de « méditerranée » au sens étymologique du terme. Les établissements malais disséminés sur les côtes d’îles comme Bornéo, surtout à l’embouchure des grands fleuves qui donnent accès à l’intérieur des terres, ou dans leur confluence avec leurs tributaires principaux, permettaient aux Malais de contrôler la quasi-totalité du commerce qui, dans ces pays équatoriaux que couvre une jungle impénétrable, se fait nécessairement par voie fluviale. Les Malais ont ainsi joué en Insulinde un rôle analogue à celui que Phéniciens, Grecs et Carthaginois avaient autrefois joué en Méditerranée : ils achetaient leurs produits aux populations locales, à qui les rattachaient des liens de voisinage, pour les échanger ensuite avec les Malais d’autres établissements, à qui les liait une solidarité ethnique, linguistique et, après l’islamisation, religieuse également.

27La fortune du malais comme langue véhiculaire découle de ce système, que renforça ensuite l’hégémonie maritime du royaume de Shrî Vijaya ou Seri Wijaya, qui du viie au xiie siècle contrôla les détroits de la Sonde et de Malacca par où passait forcément tout le commerce entre l’Inde et l’Extrême-Orient. Sa capitale se trouvait près de l’actuelle Palémbang, au cœur de la Tanah Melayu. Trois inscriptions du viie siècle de notre ère montrent que la langue du peuple y était toujours le malais, quoique la cour parlât sanskrit. La diffusion du malais hors de son territoire originel est attestée un peu plus tard par d’autres trouvailles archéologiques : une inscription malaise de Gandasuli, près de Kedu, à Java central, datée de 832 de l’ère chrétienne, et une autre, datée de l’an 900, trouvée à côté de la Laguna de Bay, près de Manille, dans la lointaine île de Luzon. C’est cette diffusion du malais, enraciné depuis longtemps dans tout l’archipel, qui dota l’Indonésie moderne d’une langue nationale, dite officiellement bahasa indonesia, appellation un tantinet trompeuse, derrière laquelle se cache simplement le dialecte du malais le plus usité dans l’Archipel.

  • 24 Moussay, 1981.
  • 25 Lombard et Thomaz, 1981. C’est après la publication de cet article que nous avons trouvé le glossai (...)

28C’est apparemment l’usage intensif du malais comme langue véhiculaire qui entraîna une simplification de sa grammaire, ce qui, à son tour, facilita son emploi. Cette simplification est surtout évidente en ce qui concerne le nombre réduit d’affixes que conserve cette langue agglutinante par rapport aux autres représentants de la famille austronésienne : 42 seulement, en comptant toutes les combinaisons possibles, tandis qu’en minangkabau24, langue voisine et assez semblable, il y en a 79, et encore davantage en malgache ou en tagalog. La simplification est poussée à l’extrême dans ce qu’on appelle le « malais de bazar », un basilecte dans lequel l’affixation a pratiquement disparu. La Bibliothèque nationale du Portugal conserve deux petits glossaires manuscrits de ce basilecte, compilés au xviiie siècle par un pilote de la ligne de commerce Macao – Malacca25.

  • 26 Thomaz, 1976, p. 52.
  • 27 Id., 2003.

29Les premiers Portugais à apprendre le malais furent les compagnons de Diogo Lopes de Sequeira que celui-ci fut obligé d’abandonner à terre lors de sa visite à Malacca en 1508, à la suite d’une émeute provoquée par les marchands gujaratis de la ville, qui craignaient à juste titre que les Portugais ne s’emparent du prospère commerce avec l’Occident. Ils ne furent récupérés qu’au lendemain de la conquête de Malacca par Alphonse d’Albuquerque, en 1511. L’un d’entre eux, qui connaissait bien la langue et les coutumes du pays, fut alors nommé juge d’un des faubourgs de la ville. Nous savons qu’en 1519 un autre Portugais, Jorge Mesurado, connaissant bien lui aussi le malais, fut envoyé en éclairage chez l’ennemi lors de l’attaque par les Portugais de la position où s’était retranché le sultan dépossédé par Albuquerque26. Curieusement, les plus anciens manuscrits malais conservés sont, selon toute vraisemblance, deux lettres du sultan Abu Hayat de Ternate, aux Moluques, au roi du Portugal, à la suite de la visite de la flotte de Magellan dans l’archipel en 1521. L’une d’elles au moins fut ouverte par le capitaine de Malacca, Jorge de Albuquerque, qui, craignant que personne au Portugal ne puisse la comprendre, en fit faire une traduction27. Ceci montre qu’il y avait à Malacca des gens qui savaient non seulement parler le malais mais aussi l’écrire, ce qui à l’époque se faisait en caractères arabes. L’emploi concomitant du portugais et du malais comme langues véhiculaires, dont on reparlera ci-dessous, permit l’imprégnation des deux langues par des emprunts de l’une à l’autre, dont le nombre avoisine dans les deux cas les deux cents.

  • 28 Id., 2002, pp. 67-76.

30Dans certaines régions de l’Archipel, on utilisait d’autres langues véhiculaires, de portée cependant plus restreinte. C’était le cas du ternatais, une langue papoue, aux Moluques et du tétun à Timor. L’origine de l’usage du tétun comme langue de contact n’est pas tout à fait claire. On peut penser qu’il remonte à la période pré-portugaise, quand la moitié orientale de l’île se trouvait sous la suprématie de celui que les sources portugaises appelaient « l’empereur de Bé-Hali » et dont la langue était le tétun. Après la déconfiture de celui-ci par une coalition de forces rassemblées par un dominicain portugais qui soupçonnait son entente avec le sultan musulman de Macassar, l’hégémonie échut aux rois de Luca et Camenaça, tous deux aussi de langue tétun28. Autant que les citations et les emprunts que l’on trouve dans les textes portugais permettent d’en juger, le malais prédomina jusqu’au xixe siècle, tant que la présence portugaise se limitait au littoral et que l’activité dominante était le commerce. Le tétun prévalut dès que les Portugais se rendirent présents dans l’arrière-pays et que l’agriculture, en particulier celle du café, commença à l’emporter.

  • 29 Ferreira, 1908.

31Le tétun ne fut réduit à la forme écrite qu’à la fin du xixe siècle, quand les jésuites portugais qui dirigeaient le collège de Soibada, dans le royaume de Samoro, entreprirent l’édition d’un résumé de la Bible29. Curieusement, ils le rédigèrent dans le dialecte local, dit tétun térik ou tétun los (« tétun droit », c’est-à-dire, « correct »), doté d’un mésolecte assez riche et prestigieux, et non pas en tétum-praça, la langue véhiculaire très simplifiée et mélangée de portugais que l’on parle à Dili, jadis connue comme Praça, dans le sens de « place forte » ou « place d’armes ». C’est cette forme de tétun, où la conjugaison des verbes a été totalement éliminée et dont plus de la moitié du lexique est d’origine portugaise, qui fut adoptée, au côté du portugais, comme langue officielle après l’indépendance du Timor Oriental en 2002.

  • 30 Forrest, 1973.

32La situation était très différente en Extrême-Orient. Hormis le sud de la Chine, où l’on se servait encore du malais comme langue de commerce, il semble que n’existait pas de langue véhiculaire orale largement comprise, le mandarin étant, comme son nom l’indique, l’apanage des hauts fonctionnaires de l’empire30. Le mandarin se base sur le dialecte chinois du nord, dont ceux du sud diffèrent très considérablement, ce qui rend impossible l’intercommunication orale. On ignore dans quelle mesure les marchands la parlaient aussi ou s’ils se servaient d’interprètes engagés localement, à l’instar des secrétaires-interprètes que l’on recrutait sur place lorsqu’un nouveau fonctionnaire arrivait en poste. L’apparente inexistence d’une langue véhiculaire pour le commerce international découlait peut-être du fait que celui-ci, méprisé par l’idéologie confucéenne et réprimé par les autorités — qui l’assimilaient volontiers à la contrebande, voire à la piraterie — n’était guère significatif. Les marchands portugais et, dans leur sillage, les missionnaires du patronage portugais de l’Orient durent ainsi apprendre, en Chine comme au Tonkin et au Japon, les langues locales, dont ils produisirent maints dictionnaires et grammaires.

  • 31 Loureiro, 1990, p. 42.

33En revanche la langue écrite pouvait être en bonne partie comprise, non seulement par les Chinois, mais aussi par les Japonais, les Coréens et les Annamites, qui se servaient du même système d’écriture, représentant des idées et non pas des sons. Il constituait ainsi une sorte d’« espéranto pour les yeux », utilisé surtout par les lettrés. Ceux-ci aimaient à s’adonner à la 筆談 bitan, « conversation avec le pinceau », y compris avec leurs collègues des pays voisins. Les Portugais le constatèrent avec stupéfaction : « ils écrivent et lisent le chinois — notait en 1548 Jorge Álvares au sujet des Japonais — mais ne savent pas le parler ; ils s’entendent avec les Chinois par écrit ; et les Chinois ne savent point le japonais31 ».

L’émergence d’une langue véhiculaire

  • 32 Lopes, 1969.

34Comme on pourrait s’en douter, eu égard à son extension et à la variété de cultures qui y coexistaient, il n’avait donc pas de langue véhiculaire à l’échelle de l’océan Indien historique. Il n’y avait que des langues véhiculaires régionales dont certaines étaient de plus grande portée que les autres : l’arabe et le swahili en Afrique orientale, l’hindoustani et surtout le persan en Inde, et le malais en Asie du Sud-Est. Le portugais put ainsi, dans une certaine mesure, assumer le rôle de langue véhiculaire, de la côte orientale africaine au Japon32. Quand, dans le dernier lustre du xvie siècle, Anglais et Hollandais arrivèrent aux Indes, l’usage du portugais comme langue du commerce et de la diplomatie y était suffisamment enraciné pour que les nouveaux venus pussent communiquer sans grands problèmes avec les interlocuteurs politiques et les partenaires économiques qu’ils s’étaient choisis. On ne s’étonnera donc pas de les voir célébrer avec les pouvoirs locaux des traités de paix et des accords commerciaux rédigés en portugais. On en trouve maints exemples dans des collections de documents comme le Corpus diplomaticum neerlandicum-indicum de J. E. Heeres ou The English Factories in India de Sir William Foster.

  • 33 Dalgado, 1998. Pour plus de détails, Tomás, 1992.
  • 34 O Novo Testamento de Nossa Senhor e Salvador Jesus Christo traduzido ne Indo-Portugueza, Impressado (...)

35Ces traités sont rédigés en portugais littéraire, tandis que la langue qui se diffusa dans les ports était, comme tout porte à croire, un basilecte grammaticalement simplifié, à l’origine des dialectes créoles portugais qui subsistent jusqu’à nos jours dans la « Província do Norte », c’est-à-dire entre Daman et Bombay, à Ceylan et à Malacca33. D’autres créoles portugais, aujourd’hui tombés en désuétude, ont jadis été utilisés par les missionnaires protestants dans leurs prêches. Ils firent imprimer dans ces dialectes quelques textes, y compris une traduction du Nouveau Testament34. Il semble ainsi que le portugais se soit répandu sous deux formes : un mésolecte, plus riche et assez proche du portugais littéraire, employé comme langue diplomatique, et un basilecte créolisé, utilisé comme langue de commerce et de contact, et ensuite de prêche.

  • 35 Andaya, 1995.

36Contrairement à ce qu’imaginaient les historiens britanniques du xixe siècle, cet emploi généralisé du portugais dans les mers de l’Orient ne signifie nullement que les Portugais aient accaparé ce vaste espace maritime en en excluant systématiquement tous leurs concurrents, mais simplement qu’ils étaient les seuls à y être partout présents. En fait, au-delà de Ceylan, plutôt que des navires de la Couronne ou des agents des monopoles régaliens, c’étaient surtout des aventuriers et des interlopes qui circulaient. Ils sont souvent désignés du nom de lançados, car ils s’étaient pour ainsi dire lancés dans la société native. Il s’agissait en partie de Portugais de souche, en partie de métis ou de convertis, dits topazes, mot d’origine dravidienne qui signifie « bilingues », que l’on peut définir comme des « métis culturels ». Léonard Andaya les a dénommés, fort heureusement, « la tribu portugaise » en Asie du Sud-Est35. On peut se demander si l’interpénétration lexicale entre le portugais et les langues orientales, dont nous avons parlé à plusieurs reprises, aurait été possible sans cette présence informelle, parfois presque imperceptible et, somme toute, assez dépendante de son intégration dans la société locale et de la bonne volonté des autorités du pays. Elle put sans doute assurer des contacts bien plus intimes que les visites des navires appartenant à l’État, ou que la présence dominatrice de celui-ci dans les territoires dont il s’empara. Surtout, devenue presque insaisissable, elle put résister beaucoup plus longtemps aux vicissitudes de l’histoire et traverser impunément les siècles, parfois jusqu’à nos jours, comme il advint à Ceylan, au Bangladesh, au Siam, au Cambodge, voire au cœur de la Birmanie, où subsistent encore quelques « villages francs ». Il en fut de même en Afrique occidentale, où les Hollandais purent facilement venir à bout des forteresses que possédaient les Portugais à Arguim et São Jorge da Mina, mais ne réussirent jamais à déloger les tangomaus — pendants des lançados d’Orient —, qui s’étaient infiltrés un peu partout dans ce qui est aujourd’hui la Guinée-Bissau.

  • 36 Alves, 2005 ; Swellengrebel, s.d.

37Ce qui se passait au xviie siècle à Batavia illustre bien le rôle que jouèrent ces communautés lusophones. La VOC, c’est-à-dire la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales, visait des objectifs mercantiles et non pas religieux. Elle n’envoyait donc pas de missionnaires en Asie. La seule exception étaient les pasteurs chargés de faire passer au calvinisme les catholiques que les Portugais avaient laissés un peu partout derrière eux, de peur qu’ils ne devinssent une sorte de cinquième colonne portugaise au sein de l’empire hollandais. Ils y réussirent en général assez bien. À Batavia, il y eut ainsi deux églises calvinistes pour les chrétiens asiatiques : l’une, où l’on prêchait en malais pour ceux qui étaient originaires de l’Archipel et en parlaient la langue véhiculaire, le malais ; l’autre, où l’on se servait du portugais pour les esclaves et les mardijkers, c’est-à-dire les affranchis, en provenance d’autres parties de l’océan Indien où l’on ne connaissait pas le malais. Curieusement, c’est là que fut entreprise la première traduction de la Bible en portugais, interdite au Portugal par les décrets du Concile de Trente, qui voulait en réserver la connaissance au clergé. Elle est due à João Ferreira de Almeida, un Portugais de Trancoso qui se trouvait à Malacca en 1641 au moment de la conquête de la ville par les forces de la VOC, s’intégra à la communauté hollandaise et embrassa la confession évangélique36. Cette traduction demeure toujours en usage parmi les quelques protestants du Portugal. Ainsi, par l’ironie du sort, les grands paladins du catholicisme devinrent, à leur corps défendant, par le biais de la langue véhiculaire qu’ils diffusèrent, des fauteurs du calvinisme…

Haut de page

Bibliographie

Sources

Anonyme (attribué à Álvaro Velho), Diário da Viagem de Vasco da Gama, éd. de José Pedro Machado (2 vol.), Porto, 1945.

Albuquerque, Martim de, Atlas du Vicomte de Santarém, édition fac-similée des cartes définitives organisée et avec une préface par Martim de Albuquerque, Lisbonne, 1989.

Al-Makki al- Āṣasafi al-Ulughkahni hājji ad-Dabir, Abdullāh Muhammad, Zafar ul Wālih bi Muzaffar wa Ālihi – An Arabic History of Gujarat, trad. de M. F. Lokhandwal (2 vol.), Baroda, 1970-1974.

Barros, João de, Da Ásia de João de Barros (9 vol.), Lisbonne, 1973 (1re éd. Lisbonne, 1552).

Bouchon, Geneviève, Amilhat-Szary, Anne-Laure (éd.), Le Voyage aux Indes de Nicolò de’ Conti (1414-1439), Paris, 2004.

Bouchon, Geneviève, Thomaz, Luís Filipe (éd.), Voyage dans les deltas du Gange et de l’Irraouaddy – Relation portugaise anonyme (1521), Paris, 1988.

Cortesão, Armando, Teixeira da Mota, Avelino, Portugaliae Monumenta Cartographica, Lisbonne, 1960 (6 vol.).

Cunha Rivara, Joaquim Heliodoro da, Grammatica da Lingua Concani, composta pelo Padre Thomaz Estevão e acrescentada por outros padres da Companhia de Jesus, Nova Goa, 1857 (1re éd. Rachol, Goa, 1640).

Ferreira, Pe Manuel F., Resumo da historia sagrada em português e em tétum: para uso das crianças de Timor, Macao, 1908.

Loureiro, Rui, Os Portugueses no Japão no século xvi – Primeiras Informações sobre o Japão – Antologia Documental, Lisbonne, 1990.

Radulet, Carmen M., Thomaz, Luís Filipe (éd.), Viagens portuguesas à Índia (1497-1513). Fontes italianas para a sua história: O Códice Riccardiano 1910 de Florença, Lisbonne, 2002.

Ramusio, Giovanni Battista, Navigazioni e Viagi, éd. de Marica Milanesi (2 vol.), Turin, 1978-1988 (1re éd. Venise, 1550).

Sousa, Frei João de, Documentos Arabicos para a Historia Portugueza, Lisbonne, 1790.

Veiga e Sousa, Maria Augusta da, O Livro de Duarte Barbosa (2 vol.), Lisbonne, 1996-2000.

Zinadim, Historia dos Portugueses no Malabar, por Zinadim, manuscripto arabe do seculo xvi, éd. et trad. de David Lopes, Lisbonne, 1898.

Bibliographie

Alves, Herculano (2005), A Bíblia de João Ferreira Annes deAlmeida, Salamanque.

Andaya, Leonard (1995), « The Portuguese Tribe in the Malay-Indonesian Archipelago in the Seventeenth and Eighteenth Centuries », dans Francis A. Dutra et João Camilo dos Santos (éd.), Proceedings of the International Colloquium on the Portuguese and the Pacific, Santa Barbara, pp. 130-148.

Bickerton, Derek (1975), Dynamics of a Creole System, Cambridge.

Bouchon, Geneviève (1973), Les musulmans du Kerala à l’époque de la découverte portugaise, tiré à part de Mare Luso-Indicum, nº 5, t. II, Genève.

Carvalhão Buescu, Maria Leonor (1983), O estudo das línguas exóticas no século xvi, Lisbonne.

Condominas, Georges (1980), L’espace social à propos de l’Asie du Sud-Est, Paris.

Dalgado, Sebastião Rodolfo (1998), Estudos sobre os Crioulos Indo-Portugueses, Lisbonne.

Filliozat, Pierre-Sylvain (1992), Le Sanskrit, Paris.

Forrest, R.A.D. (1973), The Chinese Language, Londres.

Gulbenkian, Roberto (1979), Os Quatro Evangelhos em Persa da Biblioteca Nacional de Lisboa, o Grão Mongol, os Jesuítas e os Arménios, Lisbonne.

Kellman, Steven (2000), The translingual imagination, Lincoln.

Lombard, Denys, Thomaz, Luís Filipe (1981), « Remarques préliminaires sur un lexique portugais-malais inédit de la Bibliothèque Nationale de Lisbonne », dans Nigel Phillips et Khaidir Anwar (éd.), Papers on Indonesian Languages and Literatures, Londres, pp. 84-96.

Lopes, David, Expansão da Lingua Portuguesa no Oriente, Lisbonne, 1897.

Milano, Ernesto (1991), La Carta del Cantino e la rappresentazione della Terra nei codici e nei libri a stampa della Biblioteca Estense e Universitaria, Modène.

Moussay, Gerard (1981), La Langue Minangkabau, Paris.

Renou, Louis (1956), Histoire de la Langue Sanskrite, Lyon.

Schwarzer, David, Bloom, Melanie, Shomo, Sarah (2006), Research as a Tool for Empowerment: Theory Informing Practice, Charlottesville.

Stewart, William (1964), « Urban Negro speech: Sociolinguistic factors affecting English teaching », dans Roger W. Shuy (éd.), Social Dialects and Language Learning : Proceedings of the Bloomington, Indiana, Conference.

Swellengrebel, J. L. (s. d.), A Portuguese Bible Translator in Java, s. l.

Thomaz, Luís Filipe (1976), « A viagem de António Correia a Pegu em 1519 », Bracara Augusta, t. XXX, 69 (81); aussi paru, en volume séparé, dans la série Separatas do Centro de Estudos de História e Cartografia Antiga, 96, Lisbonne.

Thomaz, Luís Filipe (2002), Babel Loro Sa’e – O problema linguístico de Timor-Leste, Lisbonne.

Thomaz, Luís Filipe (2003), « As cartas malaias de Abu Hayat, sultão de Ternate, a El-Rei de Portugal e os primórdios da presença portuguesa em Maluco », Anais de História de Além-Mar, 4, pp. 381-446.

Thomaz, Luís Filipe (2004a), « O testamento político de Diogo Pereira, o Malabar, e o projecto oriental dos Gamas », Anais de Historia de Além-Mar, 5, pp. 61-160.

Thomaz, Luís Filipe (2004b), « La présence iranienne autour de l’océan Indien au xvie siècle d’après les sources portugaises de l’époque », Archipel, 68, pp. 59-158.

Thomaz, Luís Filipe (2005), « A Man between two Worlds: Diogo Pereira, “The Malabarian” », dans Kenneth MacPherson et Sanjay Subrahmanyam (éd.), From Biography to History – Essays in the History of Portuguese Asia (1500-1800), New Delhi, pp. 121-197.

Thomaz, Luís Filipe (2006), « Hwāje Pīr Qolī et sa brève relation de la Perse », Eurasian studies, 5 (1-2), pp. 357-369.

Thomaz, Luís Filipe (2007), « Gaspar da Gama e a génese de estratégia portuguesa no Índico », dans Simpósio de História Marítima, D. Francisco de Almeida – 1º Vice-Rei Português – Actas do IX Simpósio de História Marítima, Academia de Marinha, Lisbonne, Octobre 2005, Lisbonne, pp. 455-492.

Thomaz, Luís Filipe (2010), « Influências asiáticas no vocabulário português », dans Valeria Tocco (éd.), L’Oriente nella lingua e nella letteratura portoghese, Pise, pp. 95-121.

Tomás, Maria Isabel (1992), Os Crioulos Portugueses do Oriente – Uma bibliografia, Macao.

Haut de page

Notes

1 Nous reproduisons la définition donnée par Condominas, 1980.

2 On en trouvera une reproduction dans Albuquerque, 1989.

3 Bouchon et Amilhat-Szary (éd.), 2004.

4 Diário da Viagem de Vasco da Gama, p. 47.

5 Voir Carvalhão Buescu, 1983.

6 Barros, Da Ásia, décade I, liv. VIII, chap. vi et liv. X, chap. i-ii.

7 Diário da Viagem de Vasco da Gama, p. 37.

8 Radulet et Thomaz (éd.), Viagens portuguesas à Índia, pp. 12-13, 65-67, 71-72, 80, 87, 95, 104, 116, 119, 164, 224-225 et 342.

9  Zinadim, Historia dos Portugueses no Malabar.

10 Al-Makki al- Āṣasafi al-Ulughkahni hājji ad-Dabir, 1970-1974.

11 Cortesão et Teixeira da Mota, t. I, pp. 7 sqq. ; Milano, 1991.

12 Publié par Sousa, Documentos Arabicos, doc. XXXIV, pp. 127 sqq.

13 Bouchon, 1973.

14 Veiga e Sousa, 1996-2000 ; Ramusio, Navigazioni e Viagi, t. II, pp. 537 sqq.

15 Thomaz, 2004a et 2005.

16 On le trouve déjà comme titre de quelques personnalités dans un document de 1499 que nous avons publié dans Id., 2007. Pour plus de détails, voir Id., 2010.

17 Cunha Rivara, 1857.

18 Renou, 1956 ; Filliozat, 1992.

19 Lopes, 1897.

20 Bouchon et Thomaz, 1988.

21 Thomaz, 2006.

22 Id., 2004b, pp. 124-125.

23 Gulbenkian, 1979.

24 Moussay, 1981.

25 Lombard et Thomaz, 1981. C’est après la publication de cet article que nous avons trouvé le glossaire malais-portugais, catalogué sous un autre nom.

26 Thomaz, 1976, p. 52.

27 Id., 2003.

28 Id., 2002, pp. 67-76.

29 Ferreira, 1908.

30 Forrest, 1973.

31 Loureiro, 1990, p. 42.

32 Lopes, 1969.

33 Dalgado, 1998. Pour plus de détails, Tomás, 1992.

34 O Novo Testamento de Nossa Senhor e Salvador Jesus Christo traduzido ne Indo-Portugueza, Impressado ne Officina de Missaõ Wesleyano, Colombo, 1852.

35 Andaya, 1995.

36 Alves, 2005 ; Swellengrebel, s.d.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1.— L’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise
Légende Réalisation : Damien Rietz et César Itier
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/6156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luís Filipe Thomaz, « De l’autre côté du monde : langues véhiculaires et communication interethnique dans l’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-1 | 2015, 113-131.

Référence électronique

Luís Filipe Thomaz, « De l’autre côté du monde : langues véhiculaires et communication interethnique dans l’océan Indien à l’époque de la découverte portugaise », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/6156 ; DOI : 10.4000/mcv.6156

Haut de page

Auteur

Luís Filipe Thomaz

Instituto de Estudos Orientais da Universidade Católica Portuguesa

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals