Navigation – Plan du site
Miscellanées

Auguste et les Segobrigenses stipendiarii celeberrimi

Augusto y los Segobrigenses stipendiarii celeberrimi
Augustus and the Segobrigenses stipendiarii celeberrimi
Patrick Le Roux
p. 155-177

Résumés

Segobriga est une cité stipendiaire chez Pline l’Ancien. Selon les publications récentes fondées sur les fouilles et les inscriptions, la cité fut un municipe de droit latin dès 15 av. J.-C. L’article s’attache à mesurer les raisons d’une contradiction en fonction de la documentation et des méthodes utilisées. Pour l’époque d’Auguste, il n’y a aucun indice que la cité avait obtenu un statut autre que celui de cité pérégrine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pline l’Ancien (= Pline), Histoire naturelle (NH), III, 25 qui classe les Segobrigenses parmi les s (...)
  • 2 Alföldy, 1987, pp. 76-77 et n. 241, définit un étonnement né de l’absence de ce qu’il appelle un «  (...)
  • 3 Abascal, Alberola, Cebrián, 2008, pp. 62-70 principalement.
  • 4 Voir la bibliographie dans Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, pp. 17-18 en particulier dont on détach (...)
  • 5 Le site est localisé au Cerro de Cabeza del Griego, trois kilomètres au sud de Saelices, Cuenca : v (...)

1Caputque Celtiberiae Segobrigenses, écrit Pline l’Ancien1, ce qui n’offre en apparence aucun éclairage aujourd’hui sur le régime juridique et le statut d’époque impériale de la cité de Segobriga et de ses habitants2. Que l’érudit romain se réfère à sa propre expérience acquise lors de sa procuratèle provinciale ou qu’il suive plus probablement en l’occurrence une source augustéenne, le statut de la cité n’est jamais caractérisé par ailleurs. Lorsque l’on interroge les monnaies locales d’époque julienne, il n’y a pas davantage d’informations en dehors de l’adjectif ethnique Segobrigenses3. C’est au point que le statut municipal prêté par des spécialistes à Segobriga et non mentionné dans un document quel qu’il soit, est même daté avec une grande précision dès 15 av. J.-C. malgré un flou complet par ailleurs et est dit « romain » ou « latin » selon les publications de ceux qui se sont investis dans l’étude de l’histoire et de l’archéologie des vestiges conservés et encore à découvrir4. Sur ce plan, Segobriga est a priori comparable à trois autres cités, parmi un grand nombre, dont le statut juridique n’est pas non plus expressément établi dans les documents : Bracara Augusta, Lucus Augusti, Asturica Augusta. Une différence toutefois, Segobriga ne porte aucun surnom à caractère impérial qui se rencontre pourtant dans de nombreuses communautés civiques, qu’elles soient colonie romaine, municipe ou simplement cité stipendiaire. La question inclut en général une réflexion sur l’urbanisme et les monuments5. Il semble improbable aux spécialistes, d’où l’hypothèse du rang de municipe, qu’une ville monumentale de cette ampleur n’ait pas traduit au départ ou au cours de sa première phase d’urbanisation une reconnaissance statutaire justifiant les efforts de ses évergètes et en accord avec le rang officieux de caput Celtiberiae. Le dossier s’apparente, toutes proportions gardées, à celui de Conimbriga qui peut cependant arguer d’un qualificatif Flavien sur une inscription votive, ce qui n’est pas le cas des autres cités, Augustes il est vrai, évoquées ci-dessus, ni de Segobriga dépourvue, à ce jour, de toute référence à un empereur responsable de l’honneur concédé.

2La cité de Celtibérie est donc au cœur de problèmes historiographiques difficiles et sans solution avérée. L’époque d’Auguste, en cette année de commémoration de la mort du fondateur de l’imperium (la monarchie impériale) substitué à la res publica, y offre des matériaux non pour remettre en cause ce qui a été accompli, dont chacun est redevable, mais pour mieux prendre la mesure de questionnaires visant à réexaminer, à la lumière des acquisitions récentes, des résultats qui ne sauraient en l’état actuel être tenus pour satisfaisants.

L’évidence du rang municipal : une construction méthodologique

  • 6 Alföldy, 1987, p. 76, n. 241. Il suggère avec raison un progrès des connaissances relatives aux cit (...)
  • 7 La chronologie n’est pas réellement prise en compte dans le raisonnement. Il convient pourtant de f (...)
  • 8 CIL, II, 3122. Le statut municipal n’est envisagé qu’en raison d’une alternative simple : si Segobr (...)

3En 1987, comme le note G. Alföldy6, l’incertitude laissait la place à des impressions contradictoires sur une condition pérégrine ou au contraire un « statut privilégié », à vrai dire lui aussi imprécis, de Segobriga. Afin de tenter de remédier à une situation peu rationnelle du point de vue de nos disciplines, l’épigraphiste averti qu’il était a établi méthodiquement des critères essentiellement fondés sur ce type de documentation, permettant à son avis de reconnaître, malgré l’absence du mot, un municipium. Le statut municipal pouvait être déduit, suivant cette proposition7, de l’existence de certaines fonctions officielles et d’institutions associées à des relations de notables locaux avec d’autres cités importantes et notamment la capitale provinciale par le biais du flaminat en particulier. L’usage de res publica pour désigner la communauté de Segobriga aurait été une preuve supplémentaire de ce statut municipal8. La démarche était guidée par une double nécessité : celle de tenir compte du hasard et des lacunes de la documentation qui la rendent difficile à utiliser et celle de créer les conditions d’un langage commun des spécialistes par la mise en valeur de critères et normes acceptables universellement. Cet objectif paraissait légitimé par l’uniformisation des institutions sous l’influence de la « municipalisation » dont les provinces Ibériques furent le théâtre précoce quelle que fût la province. Un postulat sous-jacent serait que le pouvoir romain n’avait pas organisé les statuts de manière aléatoire et sans esprit de suite. Il faut ajouter, comme le précise aussi G. Alföldy, que la lecture de Pline l’Ancien, pour utile et indispensable qu’elle soit, soulève des questions liées à sa chronologie et à ses informations qui sont mises parfois en doute par d’autres documents, épigraphiques et archéologiques. Les classifications des oppida que l’érudit curieux établit sans explication ni référence à une époque déterminée rendent plus complexe encore le travail de définition et d’attribution des statuts.

  • 9 Parmi d’autres, Pereira Menaut, 1988, pp. 335-337.
  • 10 Voir aussi, avec quelques nuances, Kremer, 2006. Cette lecture simplifie ou clarifie sans aucun dou (...)
  • 11 Pour une réflexion d’ensemble constituant un utile point de départ, parmi d’autres travaux nombreux (...)
  • 12 Alföldy, 1987, pp. 104-106 principalement. Mais on note à la page 107 une affirmation qui indique q (...)
  • 13 Christol, 1994, pp. 45-63, tout en datant la mise au point de l’ouvrage de Pline de l’époque flavie (...)

4Malgré des réserves en grande partie recevables9, ce qui était une base de réflexion et de discussion plutôt qu’une démonstration irréprochable s’est transformé en règle systématique à la faveur de la confection des nouveaux volumes du CIL II2. Aujourd’hui, il est banal de lire, dans le contexte des provinces ibériques, que le municipe de droit latin a existé dès l’époque d’Auguste et que du fait même de l’octroi du droit latin à l’ensemble des communautés de l’Hispania par Vespasien, toutes les cités de droit latin qui n’en jouissaient pas auparavant eurent rang de municipe : il y avait en somme, dès Auguste, un lien automatique entre bénéfice du droit latin et municipium10. Asturica, Conimbriga, Bracara Augusta et tant d’autres cités que la documentation ne permet pas de désigner expressément comme municipium doivent être définies comme tel. Dans les provinces des Espagnes, la distinction éventuelle entre oppidum latinum et municipium n’aurait pas de raison d’être à partir du moment où des indices de partage généralisé de formes d’organisation comparables sont attestés11. Assurément, la doctrine n’ignore pas une difficulté majeure du point de vue de l’histoire des Espagnes romaines et de la synthèse12 : Ce qui peut apparaître comme le trait majoritaire à partir des Flaviens dans les provinces Ibériques n’est pas transposable pour la période antérieure sur laquelle, en outre, nous manquons de données et de certitudes, notamment en raison des imprécisions chronologiques relatives au tableau plinien13. Le débat n’est pas nouveau.

  • 14 Alföldy, 1987, p. 86. García Fernández, 2001, pp. 97-98, qui souligne l’absence à ce jour d’attesta (...)
  • 15 Les doutes ou scepticismes justifiés ne doivent pas conduire à valider toutes les hypothèses sous p (...)

5Ce que l’analyse actuelle met en valeur est bien un problème de conciliation des données, avec au centre le témoignage à la fois irremplaçable a priori de l’auteur de l’Histoire Naturelle et en contradiction formelle avec des informations monétaires, épigraphiques ou autres. En se limitant à des cités relevant de l’ancienne Celtibérie ou Celtibérie préaugustéenne, Cascantum, Ercavica, Graccurris, Valeria sont classées chez Pline parmi les Latini veteres. Des monnaies attribuent aux trois premières le rang de municipium dès Tibère. Ce n’est pas le cas de Valeria qui pourtant passe pour promue au rang municipal avant même Segobriga14, sûrement à la suite de la notation plinienne concernant l’une et l’autre. Sans mettre systématiquement en doute ce que nous transmet Pline, force est de reconnaître que l’imprécision de certaines de ses catégories politiques et juridiques, assortie de l’absence de repères chronologiques due à un manque d’unification de ses informations au moment de la rédaction sous Vespasien, constitue plus qu’un handicap, une gêne réelle quand il faut choisir rationnellement une solution au cas par cas15.

  • 16 Le Roux, 2010a, pp. 113-121 = Le Roux, 2011a, pp. 591-602.
  • 17 Voir aussi supra n. 10. Cette lecture paraît trop rapide car, malgré García Fernández, 2001, pp. 10 (...)
  • 18 On ne peut que souscrire à cette lecture déjà avancée dans Alföldy, 1987 et soulignée avec force pa (...)
  • 19 La mention limitée à MVN pourrait indiquer qu’il n’y avait pas plusieurs catégories de municipe dan (...)

6La situation des dossiers documentaires doit dissuader aujourd’hui de chercher à construire un système qui, de toute manière, ne saurait valoir pour l’ensemble des provinces ni pour l’ensemble des époques. Plus que les différences entre les types de documents (textes, monnaies, inscriptions) ce sont certaines interprétations considérées comme évidentes qui posent des problèmes. En premier lieu, les conclusions non nécessaires que l’on tire de la mention des tribus : la tribu est personnelle et ne relève pas d’une cité, même si avec le temps s’affirma une tendance à inscrire tous les nouveaux citoyens d’une communauté dans une même tribu, ceux qui étaient déjà titulaires d’une tribu n’ayant cependant aucune obligation d’en changer16. En deuxième lieu, la notion d’oppidum Latinum qui devrait être délaissée au même titre que celle d’oppidum civium Romanorum, malgré Pline, dans la mesure où elle serait, comme dans le cas des villes de citoyens Romains, synonyme de municipium17. En troisième lieu, les dénominations des villes avec ou sans référence à un magistrat à l’origine d’une « promotion » juridique. On notera encore que les listes de Pline traduisent principalement une situation évolutive par l’intermédiaire de la diffusion du droit latin sur lequel la décision de Vespasien attira à nouveau l’attention tout en établissant une distinction entre Latium vetus ou droit latin historique et Ius Latii ou Latium de diffusion récente dans un nouveau contexte18. Si l’on ajoute que les monnaies d’Ercavica ne mentionnent que MVN sans autre titulature officielle pourtant présente à Bilbilis (mun. Augusta) ou à Calagurris (Cal. Iulia) et que les monnaies de Segobriga d’époque postérieure à Auguste continuent à limiter le nom de la cité à celle de ses habitants, les Segobrigenses, il semble que la logique de reconstruction de l’histoire municipale et latine ne soit toujours pas vraiment satisfaisante par manque de données contraignant à des hypothèses qui, insensiblement, se transforment ensuite en affirmations19.

  • 20 Alföldy, 1987, pp. 75-76 sur Segobriga. Voir cependant Goffaux, 2003, pp. 143-161, qui est un des p (...)
  • 21 Malgré P. Sillières qui a créé artificiellement, sans attention suffisante aux problèmes des textes (...)
  • 22 Baelo : Goffaux, 2003 (n. 20), pp. 145-46 ; Conimbriga : ibid., p. 147. Sur Segobriga, voir aussi l (...)
  • 23 Voir surtout p. 174. On sait que Strabon écrivait sous Tibère que les Celtibères avaient été les pl (...)
  • 24 Bracara Augusta : parmi d’autres, Martins, 2006, pp. 213-222 ; Lucus Augusti : González, Carreño, 1 (...)

7Un dernier problème mérite d’être examiné. G. Alföldy tirait argument des vestiges archéologiques d’une ville, de ses inscriptions et de ses monuments pour conclure à un statut « privilégié ». Cependant, les analyses se sont diversifiées plus récemment sur cette question sous l’influence en particulier de l’histoire de l’art et des études archéologiques de terrain20. Sans chercher à dresser un tableau complet, il est aisé de rappeler que la ville de Baelo, stipendiaire chez Pline et municipe Claudien21, a développé un urbanisme précoce au même titre que Conimbriga, cité pérégrine et stipendiaire, dont l’acquisition du droit latin ne date au plus tôt que de Vespasien22. Il apparaît plus clairement aujourd’hui à tous ceux qui s’y intéressent que les questions juridiques ne sont qu’une partie de la mise en place de villes à caractère monumental. Avec raison, il est tenu compte d’évolutions culturelles et sociales consécutives à l’apaisement augustéen devenu durable. Dans ce contexte, des familles et des individus, localement, ont contribué à mettre en place progressivement des urbanismes empruntés aux modèles italiques indépendamment d’une promotion quelconque. Sans doute le monde grec n’est-il pas comparable, mais on ne saurait oublier que les villes monumentales en dehors des colonies y étaient des cités pérégrines au regard du droit public romain. Il n’est pas difficile d’imaginer que dans les régions orientales de l’Espagne Citérieure une tradition déjà longue de mise en place de centres urbains (Saguntum, Edeba, Liria Edetanorum, Ercavica, Bilbilis, Salduba, Segobriga et bien d’autres) a produit son plein effet avec l’avènement de l’empire. Pline en mentionnant que Segobriga est le caput Celtiberiae suggère que cette région, rebelle et sauvage à l’origine, est désormais contrôlée et que ses élites ont bâti une ville digne de leur histoire déjà ancienne et gage d’un changement d’attitude sans référence aucune à la citoyenneté romaine23. On pourrait ajouter que dans le Nord-Ouest les travaux archéologiques récents soulignent également la mise en place précoce sous l’Empire d’un urbanisme renouvelé et inédit dans le seul contexte de fondations destinées à faciliter le contrôle des territoires sans égard pour des statuts juridiques prédéfinis24.

  • 25 Que sait-on du passé préromain de Segobriga ? Très peu de choses précises en dehors d’épisodes asso (...)
  • 26 Voir pour des exemples de magistratures de cités pérégrines peu documentées, Galsterer, 1971, p. 77
  • 27 Le Roux, 1986, pp. 325-350 qu’il convient aujourd’hui de nuancer sur plusieurs points.
  • 28 Voir par exemple, Le Roux, 2010b, p. 75 et p. 78, n. 71. Aussi, Le Roux, 2011b, p. 17. García Ferná (...)

8Il n’y a, à lire la documentation, aucun obstacle à ce que la cité pérégrine stipendiaire ait été gouvernée par des magistrats de nomenclatures semblables à celles des villes latines et romaines. Il n’y avait pas de précédent uniformisé et acclimaté depuis longtemps, à la différence de ce que l’on connaissait dans les cités grecques et dans les cités puniques, qui pût s’imposer, mais la Segobriga préaugustéenne était sûrement gouvernée par un collège dont la dénomination a été adaptée avec l’empire25. Des édiles et des duumvirs ne sont pas à coup sûr les indices d’un statut autre que pérégrin et l’existence d’un noyau de citoyens Romains poussait à ces choix institutionnels26. Il faut l’admettre : pour l’époque augustéenne et plus généralement pour la phase julio-claudienne, nous sommes démunis et aucun « système » ni modèle ne peut prévaloir en l’état actuel de la recherche et des paramètres mis en exergue par les différents travaux. J’ai moi-même cru à tort, sur la foi d’une inscription de Lusitanie et de la lettre de Vespasien aux magistrats de Sabora27, qu’oppidum pouvait révéler un sens juridique applicable à une hiérarchisation affinée des statuts. Comme je l’ai écrit souvent ensuite, oppidum chez Pline et dans la documentation veut dire « ville » au sens physique soit « agglomération urbaine » là où urbs met l’accent sur l’aspect ordonné et la beauté monumentale de la ville28. Quoi qu’il en soit, la notion d’oppidum Latinum n’acquiert pas pour autant un sens évident et unique, celui de municipium Latinum. La seule traduction admissible objectivement est « ville latine » comme oppidum civium Romanorum signifie « ville de citoyens romains » et rien de plus puisque Pline connaissait la dénomination « municipium civium Romanorum » et ne l’a pas retenue sauf exception.

  • 29 García Fernández, 2001, p. 117 dont le raisonnement semble jouer sur les mots.
  • 30 Pline, NH, III, 2 : « Locorum nuda nomina et quanta brevitate ponentur, claritatis causisque dilati (...)

9Il est injustifié de considérer Pline l’Ancien comme peu consciencieux et partisan du moindre effort29. Ses apports sont irremplaçables. Son tableau des provinces de l’empire n’est ni géographique, ni politique, ni juridique mais inclut tout cela et n’a pas pour objectif de mesurer la « romanisation » des communautés ou des peuples mais de rendre compte avec efficacité de l’extension et de la diversité multiforme de l’empire de Rome pour des lecteurs familiers de l’Italie et curieux de l’histoire des terres qui furent le théâtre de l’expansion de la Res publica30. La référence est l’oppidum, notion topographique et urbaine, localisable aisément et expression de la situation des populations dans leur diversité. Les statuts des cités ne sont pas la raison d’être de l’inventaire pas plus que le gouvernement des provinces et leurs subdivisions aléatoires. Les villes sont des agglomérations de populations qui par ailleurs sont classées juridiquement, ce qui traduit l’état de leurs relations avec Rome à un moment donné et rend compte de leur nomenclature, sans que cette donnée revête une importance décisive en dehors même des évolutions toujours possibles. « Stipendiaires », « latines » ou « romaines » sont des éléments parmi d’autres de l’inventaire et non leur colonne vertébrale.

  • 31 Cependant les communautés limitées à un ethnique ou à un toponyme le sont en l’absence d’autres élé (...)
  • 32 On peut rendre compte par là du fait que parlant d’Ilici en III, 19, Pline mentionne un lien avec I (...)

10Colonia, municipium, civitas stipendiaria, fœderata ou libera n’apparaissent que par nécessité ou au hasard d’une notation dans le document utilisé avec ou sans mise à jour et le plus souvent sans relation directe avec le droit civil. L’ordre alphabétique ou régional domine. Seules les colonies romaines sont systématiquement individualisées et inventoriées. Il n’y a donc pas à s’étonner que jamais n’apparaisse ou presque, dans tous les autres cas, le nom des villes avec leur rang politique municipium civium Romanorum, municipium Latinum voire oppidum civium Romanorum, oppidum Latinum ou Latii veteris. Il y a plus. Quand Pline ajoute quod cognominatur ou quae (appellatur) ou une indication de même signification et le nom, il ne précise jamais le statut ni le rang. Sans doute, les villes aux noms multiples ont-elles une dignité estimée supérieure à celles qui se contentent du toponyme unique, mais l’hésitation est permise entre ville latine, ville romaine, colonie ou municipe31. S’il a sûrement eu recours, quand il le pouvait, aux informations des formules provinciales, il n’en est pas esclave ou n’en dispose pas toujours, mais reste fidèle à sa méthode qui implique une adaptation et une simplification des formulae pour éviter nuances et incises qui auraient rendu la description illisible. Enfin, il semble certain que préoccupé par d’autres objectifs, Pline s’en remettait aux documents qu’il avait réunis ville par ville, province par province, étant entendu que chaque documentation n’était plus consultée ensuite, même lorsqu’un détail pouvait le suggérer voire le conseiller32.

  • 33 Les constructions modernes partent, sans motif solide, de l’aboutissement augustéen (Narbonnaise) o (...)

11La conclusion est relativement modeste mais incontestable. Le texte de Pline l’Ancien peut servir de point de départ pour tenter de démêler les statuts des villes au cas par cas. Il n’est pas la solution ni même la meilleure référence plus souvent qu’il serait souhaitable, sachant qu’il couvre principalement la période julio-claudienne assortie de quelques mises à jour. Il est donc aléatoire, en dépit des apparences, d’opérer des rapprochements entre une notation plinienne et des mentions monétaires qui n’obéissent pas à une chronologie identique et ne relèvent pas d’un même espace administratif. L’indifférence plinienne à ce qui était municipe ou ne l’était pas n’autorise pas à affirmer qu’oppidum était l’équivalent de municipium sauf à penser que, contre toute attente, il avait intégré les évolutions flaviennes récentes permettant d’aller en ce sens33. Si toute cité autre que pérégrine était un municipe et que les communautés reposaient toutes sur des institutions identiques, le rang, le statut n’avaient qu’un intérêt anecdotique dont on ne voit pas bien pourquoi Pline a jugé bon de s’en encombrer.

  • 34 Pline, NH, III, 20 et 25.

12Chaque cité doit être examinée d’abord pour elle-même et le dossier de Segobriga sous Auguste en apporte une illustration, d’autant qu’à la différence de Sagonte oppidum civium Romanorum et de Valeria cité Lati veteris comme Saetabis dite Augusta, Segobriga n’est que stipendiaire34. Les fouilles de Segobriga ont livré depuis une trentaine d’années un ensemble monumental imposant sans être exceptionnel. Plus encore qu’à la parution de l’étude de G. Alföldy, l’écart entre les ruines et le texte de Pline semble à certains incompréhensible. Une contre-épreuve existe pourtant : Valeria, dont les vestiges sont mal connus et modestes malgré le statut rapporté par Pline. Comme on le pressent mieux aujourd’hui qu’il y a cinquante ans et comme je l’ai rappelé, les liens entre urbanisation et municipalisation sont très complexes et n’autorisent aucune conclusion a priori. On peut en dire autant des aspects politiques et juridiques.

La date de 15 av. J.-C. et la promotion municipale

  • 35 Voir surtout G. Alföldy et les publications depuis une quinzaine d’années outre les récents recueil (...)
  • 36 Abascal, Alberola, Cebrián, Hortelano, 2010, pp. 21-43. La chronologie terminale du théâtre se fond (...)

13Au nom de raisonnements comparables, en l’absence de documents explicites et datés, G. Alföldy et les historiens du site ont cherché logiquement des justifications à l’hypothèse du statut municipal dès Auguste. Si bien qu’actuellement les publications font comme s’il était établi que Segobriga était devenu un municipe de droit latin en 15 av. J.-C., à la faveur du voyage d’Auguste dont le contenu politique serait illustré et conforté par l’edictum de Paemeiobrigensibus appelé désormais, non sans motif, la Tessera Paemeiobrigensis35. Les données des explorations du site et des monuments conduisent à dater aujourd’hui le développement monumental entre l’époque augusto-tibérienne et la période flavienne. De celle-ci date l’achèvement du théâtre situé dans les dernières années du règne de Vespasien. Les résultats publiés tablent actuellement sur la construction du forum dès le moment de la promotion municipale en 15 av. J.-C. et la mise en place du centre monumental entre cette date et le règne de Tibère sans plus de précision36.

  • 37 Abascal, 2006, pp. 70-75 expose en détail l’ensemble du raisonnement et des arguments à partir de d (...)

14La documentation épigraphique est peu abondante pour les périodes anciennes37. Sans même invoquer les doutes légitimes et sur le contenu et sur l’application à Segobriga des données chronologiques de la tessère Paemeiobrigensis, force est de constater la fragilité des indices. Une fois affirmé le lien entre le départ d’un urbanisme à la romaine et la promotion municipale, les interprétations passent toutes par ce filtre mais s’avèrent plus ou moins exactes ou vraisemblables.

  • 38 Ibid., n° 27 ; voir AE, 2004, 809. Il s’agit d’un fragment inf. g. d’un bloc calcaire jaunâtre, pro (...)

15Le premier fragment mis en exergue est considéré comme l’indice d’une décision d’Auguste au cours de son troisième voyage en 15 av. J.-C.38 :

------ / M. Drus[o L. Pisone cos] / decre[to decurion(um)].

  • 39 Voir en particulier AE, 2003, 981, 982, 984.
  • 40 ILS, 99 (de Rome) date la dédicace par la titulature d’Auguste et les consuls aux kalendes de janvi (...)

16L’interprétation des éditeurs est qu’il s’agit de la mention de la date consulaire de 15 av. J.-C. qui montrerait que le forum de Segobriga était déjà en place et que l’ordo decurionum à l’origine de l’arrêté est le témoin du statut de municipium iuris Latini dès ce moment qui coïnciderait avec la date probable du séjour d’Auguste dans la province. Sur le plan épigraphique, il est étonnant qu’une trace du O ne soit pas conservée, un I étant en revanche possible en raison de la cassure. De même, dans la série des decreto decurionum les seules dont le début ne soit pas restitué indiquent ex d. ou d. d. et donc decre[verunt] n’est pas exclu39. Enfin, s’il s’agit de l’hommage d’une statue à Auguste ou à un personnage important, ce que suggère l’épaisseur du bloc, la datation consulaire n’est pas représentative des formules contemporaines dans un tel contexte40.

  • 41 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 20 ; voir AE, 2003, 986 (avec le commentaire sur la regravure d (...)

17Il faudrait rapprocher le document d’un deuxième, lui aussi provenant d’un remploi tardif au forum, dans le portique méridional. Il s’agit d’un dé en calcaire blanc de la base d’une statue équestre : 108 x 77 x 56,5 cm. Lettres : 4 à 6 cm41.

M. Porcio M. f. // Pup. // Caesaris Augusti / scribae / Segobrigenses / patrono.

  • 42 L’absence de surnom ne permet pas d’en faire d’emblée un membre de l’aristocratie mais un rang de c (...)
  • 43 Un patronus, fonction élective, est d’abord un avocat impliqué dans les questions fiscales et non u (...)
  • 44 C’est précisément en relation avec certains municipes que ce type de dénomination est privilégié po (...)
  • 45 Abascal, Almagro, Cebrián, 2007, p. 7.

18Comme le proposent les éditeurs, l’appellation de Caesar Augustus n’autorise aucune datation autre qu’entre 27 av. J.-C. et 14 ap. J.-C. En outre, un scriba d’un empereur n’était pas attesté jusqu’à cette inscription, ce qui suggère un personnage de rang relativement élevé, d’autant que son titre de patronus, c’est-à-dire de défenseur en cas de procès et de litiges d’origine fiscale en particulier, des Segobrigenses semble attribué pour honorer l’empereur qui n’a pas accepté le patronat42. Le scribe était surtout chargé du trésor et c’est sans doute dans le contexte de questions financières que les relations ayant abouti au patronat se sont développées entre M. Porcius et les Segobrigenses. Si rien ne permet d’affirmer que le personnage était d’origine italique ou provinciale, pas même la tribu, à cette date encore exclusivement personnelle et non assignée par commodité à tous les citoyens d’une cité, rien ne relie non plus le monument à la venue d’Auguste et moins encore à la promotion municipale. Il serait en effet étonnant et pour tout dire incompréhensible que le patronus ait contribué à la création du municipium et que les Segobrigenses, qui n’en font pas état, aient omis tout motif de cet ordre43. L’inscription indique plutôt que Segobriga était toujours une cité pérégrine à la date de l’hommage, d’autant que le nom impérial Iulius ou mieux Augustus sous la forme Iulienses ou Augustani voire une expression telle que municipium Iulium ou Augustum auraient été attendus en ce cas44. On note d’ailleurs une hésitation sur le statut précis du municipe, latin ou romain. Le commentaire de l’inscription n° 20 dit clairement (p. 44) qu’il s’agirait d’un municipe de droit latin. En 2007, le « Guide » notait « se convirtiό en municipium o población de ciudadanos romanos », ce dont on ne voit pas ce que cela veut dire exactement45. L’ambiguïté semble préserver une certaine prudence désormais levée dans la mesure où la Latinité résulte a posteriori de l’influence d’un « système » dont nous avons évoqué la genèse dans la première partie.

  • 46 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 19.

19Un document daté comme précoce est tenu pour une pièce de plus en faveur de la promotion de 15 av. J.-C.46 :

[- Ma]nlio L. f. Gal. [-ca 4 à 5 - / pr]aefecto equ[itum] / ob pluruma m[erita] / in rem publ[icam] / ex d. [d.].

  • 47 L’aile n’est de toute façon pas mentionnée d’où l’absence du mot ala dans l’inscription malgré Sego (...)
  • 48 Res publica oriente vers la caisse publique et vers une aide financière sous une forme ou une autre

20La tribu Galeria est très répandue parmi les citoyens Romains de la province d’Hispania citerior, ce qui n’autorise en rien à dire que l’origine est assurément Segobriga. La charge militaire ne signifie pas qu’il n’y en a pas eu d’autre mais que c’est en cette qualité que le chevalier a mérité de la cité47. Une datation post-claudienne étant donné l’existence d’un cognomen et la formule parallèle de Labitolosa (AE, 1995, 890) sur les merita erga rem publicam n’est pas interdite ni impossible sachant que res publica pour nommer une cité n’est pas réservé aux colonies ni aux municipes48. Ex decreto decurionum n’est pas datable et se rencontre pour des cités pérégrines.

  • 49 Alföldy, 2011, p. 195 en particulier.
  • 50 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 31 = AE, 2001, 1246 (d’apr. AEA, 74, 2001, p. 117-122). La déco (...)

21Il est possible, mais ce n’est pas non plus explicite, que la préférence accordée au droit latin, indépendamment de la question débattue de l’histoire des municipes entre droit romain et droit latin, ait été induite par l’absence d’homogénéité juridique de la population dont le document faisant connaître le nom Spantamicus serait l’emblème49. L’inscription n’est autre que celle placée en litterae aureae sur le pavement du forum50 :

[--- Proc ?]ulus Spantamicus La[-ca 12 à 14-]us forum sternundum d(e) s(ua) p(ecunia) c(urau-).

  • 51 Mais des cognomina tels que Vitulus, Lentulus, Primulus ne sont pas exclus pour autant.
  • 52 La formulation adoptée depuis par les éditeurs de « nom gentilice indigène » (Alföldy, 2011 : « tru (...)
  • 53 Par exemple : Le Roux, 2006, pp. 128-131.
  • 54 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 246 qui ne cite pas AE, 2009, 625, d’apr. ZPE, 168, 2009, pp. 2 (...)

22Selon les éditeurs, [Proc]ulus est probable au regard des statistiques51 et Spantamicus, un unicum, malgré une formation nominale inhabituelle sur le plan des langues locales, correspond le plus probablement à un groupe de parenté ou cognatio, ce qui n’est pas contestable52. Ce n’est pas la première fois que des citoyens locaux accolent à une dénomination latinisée un nom de parenté élargie53. Les exemples reflètent souvent une période de transition politique dans un contexte de droit latin ou pérégrin. Le hasard a voulu par ailleurs que le nom Spantamicus réapparaisse dans une inscription funéraire découverte en 200854. On lit :

M’. Valerius L. (f.) / Spantamicus / h. s. e.

  • 55 Si Spantamicus est un groupe de parenté au forum, il n’y a aucune raison qu’il n’en soit pas de mêm (...)
  • 56 Almagro Basch, 1984, n° 33, pp. 112-114. Il est facile d’associer Argaelus et Duitiq. dans le texte (...)

23Spantamicus n’est pas complet et SP manque, en dépit des éditeurs qui se fondent surtout sur l’inscription du forum pour leur lecture. C’est d’autant plus gênant que le P n’est pas visible non plus sur le texte de 2001. Quoi qu’il en soit, le nom est certainement un nom de groupe de parenté ou cognatio une fois encore et l’absence de cognomen (voir déjà AE, 2009) tend à dater le document d’avant Claude55. Il n’y a aucune raison de penser que Valerius aurait été aussi le gentilice de [Proc]ulus Spantamicus. Les transmissions des noms gentilices dépendaient des unions à l’intérieur d’un groupe cognatique constitué en fonction d’un Ego et il est exclu, semble-t-il, que tous les Spantamici aient eu le même gentilice dont l’attribution répondait à des circonstances diverses. La référence à un groupe de parenté est également présente dans une inscription de Segobriga plus tardive et relative à un dédicant peut-être extérieur à la cité ayant offert une statue au théâtre à un notable56 :

M’. Octavio Titi f. Gal. / Novato / praefecto fabrum / Q. Valerius Argaelus / Duitiq.

  • 57 Alföldy, 1987, pp. 82-83. Surtout, Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, Appendice, pp. 364-365, 375, 38 (...)

24La préfecture n’est pas ici municipale mais équestre. Duitiq(um), de développement bien attesté, est un génitif pluriel archaïque pour Duitiqorum et correspond à la forme grammaticale normale des gentilités et des cognations. Q. Valerius Argaelus est peut-être originaire d’Vxama (Osma) cité de l’ancienne Celtibérie, et devint client ou ami d’Octavius Novatus sans être nécessairement installé à Segobriga. Des liens de nature indéterminée persistaient entre ces communautés sous l’Empire. L’inscription, comme le théâtre, date de l’époque Flavienne57. La mention de termes de parenté collective au génitif pluriel, partagée par la Celtibérie avec d’autres populations de l’Occident ibérique, était toujours comprise à Segobriga à cette époque.

  • 58 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, Index, p. 398.
  • 59 Ibid., n° 22, 23, 24. Il convient aussi de prendre un peu de distance avec les datations à partir d (...)

25Pendant tout le premier siècle de l’empire, qui est aussi celui de la mise en place de la ville monumentale de Segobriga, la cité de Celtibérie offre un visage double selon que l’on regarde l’urbanisme et selon que l’on scrute l’onomastique et la population. Aucun des deux volets ne permet de supposer un satut municipal. L’existence de magistrats de type municipal et d’un ordo decurionum n’éclaire pas davantage la question. Sans doute les inscriptions mentionnent-elles des magistrats sous la forme de l’édile et du quattuorvir58. Le statut de res publica apparaît assez tardivement de même que le flaminat qui n’est pas antérieur à Tibère. Enfin, rien ne relie chronologiquement les aediles et les quattuorviri. Ces derniers sont relativement tardifs et ne disent rien sur la période Auguste-Tibère59.

Caputque Celtiberiae Segobrigenses

26Il faut y revenir. La notation de Pline est jugée sibylline en ce qu’elle n’a pas d’équivalent ailleurs et en ce que le mot même de caput, qui ne peut pas signifier le commencement, n’appartient pas à un vocabulaire officiel strictement codifié mais exprime une manière plinienne de regarder Rome et certaines cités à l’aune de la hiérarchie et de l’histoire. En effet, la reconstruction d’époque augustéenne des provinces et de l’empire a donné naissance à de nouvelles formules et à une nouvelle perception des populations et des sociétés. C’est dans ce contexte que la question du statut augustéen de Segobriga peut acquérir une dimension compréhensible.

27Commençons par relire Strabon sur les Celtibères :

  • 60 Strabon, III, 4, 13 (traduction d’apr. F. Lasserre). La description, empruntée à Posidonius, est pr (...)

Appartiennent encore aux Celtibères les villes de Segobriga et de Bilbilis, près desquelles se battirent Metellus et Sertorius. […] Ceux qui vivent dans les villages sont sauvages — or la majorité des Celtibères est dans ce cas — et les villes mêmes ne peuvent que difficilement contribuer à l’adoucissement des mœurs quand la majeure partie de la population continue à résider dans les forêts au plus grand détriment du voisinage60.

[…]

  • 61 Strabon, III, 4, 19 (traduction d’apr. F. Lasserre).

Certains auteurs, comme nous l’avons dit, veulent que les Celtibères se partagent en quatre peuplades, tandis que d’autres en comptent cinq. Il est impossible de prétendre à l’exactitude dans ce cas, à cause des changements intervenus et parce que ces lieux ne font pas parler d’eux61.

[…]

  • 62 Strabon, III, 4, 20 (traduction d’apr. F. Lasserre).

Le troisième [légat] surveille l’intérieur. Il s’occupe de ceux que l’on appelle déjà les <togati>, comme pour signifier que leur caractère pacifique ainsi que l’adoption de mœurs douces et d’un genre de vie modelé sur celui des Italiques, va de pair avec le port de la toge. Ce sont les Celtibères et non loin d’eux les habitants des deux rives de l’Èbre62

  • 63 Strabon, III, 2, 15 : « La plupart [des Turdétans du Bétis] a reçu le nomen Latinum et ils ont accu (...)

28Le témoignage de Strabon, inspiré en grande partie de Posidonius et marqué par une vision grecque, n’apporte pas non plus les réponses souhaitées mais ouvre sur d’autres éléments de compréhension et d’analyse. Segobriga n’est citée qu’en fonction de la guerre sertorienne et il serait arbitraire de conclure du rapprochement avec Bilbilis que Segobriga avait aussi reçu au temps de Strabon le rang de municipe. La méthode est clairement définie en matière d’histoire et de géographie : ne méritent mention que les lieux qui font parler d’eux en dehors de tout autre critère. Un deuxième apport est celui du lien entre ville et environnement politique. L’influence attendue des agglomérations urbaines est limitée dans un contexte qui ne se prête pas à la paix mais est bénéfique quand la situation est apaisée sans autre considération de nature juridique ou autre. De même, le statut des cités n’est pas mentionné comme caractéristique des évolutions. Il importe surtout que le comportement des populations corresponde à ce que l’on attendrait d’un peuple policé indépendamment de la condition juridique pérégrine, latine ou romaine. C’est à propos des Turdétans et des terres correspondant à la Bétique que Strabon rappelle le rôle du « nomen Latinum » et se contente de dire que la sauvagerie légendaire des Celtibères est en voie d’extinction. Le contenu du nomen Latinum n’est pas précisé et le texte est corrompu si bien qu’il convient d’hésiter aussi entre « stolati » et « togati »63.

  • 64 Voir, sur les incertitudes qui n’ont toujours pas été vraiment levées concernant les liens entre dr (...)
  • 65 Il semble que les conclusions pèchent en matière de droit latin par manque de données, source de co (...)

29Qu’est-ce exactement que ce « nomen Latinum » qui n’est pas l’équivalent du ius Latii et rencontre un écho dans le vocabulaire de Tite-Live ? La réponse est d’autant plus délicate que Strabon ne limite pas ensuite ses exemples aux Turdétans du Bétis et englobe l’Hispania centrale jusqu’à Caesaraugusta et les Celtibères, au moins pour les colonies présentées comme acclimatées dans des territoires autrefois hostiles. La formulation non définie de Strabon, associée au silence de Pline l’Ancien sur une mesure éventuelle de latinisation provinciale globale incluant toutes les cités de Bétique sous Auguste, pousse à ne pas aller au-delà de « Latins » dans la traduction et à y voir une référence à des privilèges non délimités correspondant à un statut de droit latin octroyé au cas par cas à des cités pérégrines sans changement de statut civique64. Le débat est compliqué par les lacunes de nos connaissances. Depuis la Guerre sociale, le ius Latii était une nouveauté assez récente et définissait l’accession à la civitas Romana per honorem pour les magistrats locaux : l’exemple de Nemausus chez Strabon en apporte la meilleure illustration. Le qualificatif de « Latin » chez Strabon, attribué à des cités pérégrines qui étaient gouvernées par des collèges de magistrats et une assemblée de notables, indiquait de nouvelles façons de se gouverner. En ce sens, le droit latin n’était pas une citoyenneté mais ouvrait sur la citoyenneté romaine pour les élites, ce qui différait du nomen Latinum relevant des relations militaires et des alliances entre Rome et les communautés des Prisci Latini et de ceux qui leur avaient été assimilés. La collation du ius Latii concernait chaque cité qui le recevait indépendamment des autres même si la simultanéité du bénéfice s’observe en Transpadane très tôt puis en Narbonnaise65.

  • 66 Cette distinction, qui peut évoquer celle qu’opère ensuite Gaius entre maius et minus, est légitime (...)
  • 67 Pline, NH, XXXVI, 45, 160, qui situe, certainement dès avant Auguste, les gisements dans un rayon d (...)

30Si le raisonnement est recevable, il convient de limiter la Latinité proprement dite de certaines communautés à celles qui auraient été assimilées aux anciennes colonies, avec en particulier le droit à la citoyenneté romaine per honorem. Il s’agirait ainsi des cités de Latium vetus ou antiquitus donatum de Pline dont rien ne dit dans la documentation qu’elles étaient susceptibles, sous Auguste, de devenir des municipes. La mesure de Vespasien aurait eu une nouvelle dimension, celle de conférer à des cités pérégrines la totalité du privilège latin ancien et non plus seulement le commercium et le conubium s’adressant à des situations individuelles et non à des cités. Il faudrait aussi nuancer la communis opinio qui voudrait que l’octroi du droit latin ait concerné des provinces entières. S’il en avait été ainsi pourquoi n’en a-t-on aucune trace parmi les mesures d’Auguste qui n’aurait pas manqué de s’y référer dans ses Res Gestae ? Ce sont des cités qui ont reçu des privilèges partiels, le plus souvent, ou le droit latin proprement dit sous les Julio-Claudiens et le rang municipal ne concernait alors que des communautés ayant obtenu un statut romain66. Dans ces conditions, il est compréhensible que Segobriga soit considérée comme stipendiaire par Pline et ait eu des institutions qui prolongeaient en les latinisant les institutions pérégrines n’ouvrant pas d’emblée sur la citoyenneté per honorem. Après Vespasien, elle fut englobée dans les nouvelles mesures devenant au plein sens du mot une res publica. On ne voit pas pourquoi parmi les celeberrimi stipendiarii, Segobriga devrait être mise à part. Comme il a été dit, caput Celtiberiae indique le « lieu le plus en vue de la Celtibérie » sans autre connotation, ce que traduit l’urbanisme de la ville à l’époque de la rédaction de Pline. Il faut ajouter enfin que l’essor juridique d’une cité et sa promotion municipale ne sont jamais dus à des ressources locales. Le lapis specularis n’est cité qu’au livre XXXVI et non au livre III ni en association avec la prospérité d’une cité67.

  • 68 Voir en premier lieu supra, n. 59. Aucune règle n’établissait qu’une cité pérégrine de l’époque aug (...)
  • 69 Pline, NH, III, 18 ne comptabilise qu’une seule cité fédérée en Espagne Citérieure : on découvre en (...)

31Segobriga, comme Conimbriga ou Bracara Augusta, ne possédait pas de statut dit « privilégié » sous Auguste et rien n’autorise à lui attribuer à cette date le rang de municipium dont l’usage et le rôle n’étaient pas encore bien fixés dans le contexte des cités provinciales en voie de municipalisation et dotées du droit latin coloniaire. La Celtibérie était en outre une région qui avait laissé des empreintes profondes dans la mémoire de Rome : Bilbilis municipe de type italique, c’est-à-dire de citoyens Romains, avait été affectée au conventus de Caesaraugusta. La partie celtibérique du conventus de Carthagène n’était pas très urbanisée. Il n’est pas possible d’envisager non plus un statut de colonie latine qui expliquerait l’absence de toute référence à un municipe. Les quattuorvirs sont plus vraisemblablement la traduction actualisée d’un collège antérieur auquel s’ajoutaient des édiles dès Auguste68. La documentation n’oriente vers aucun privilège augustéen particulier pour une cité qui n’est pas non plus fédérée69. Le statut pérégrin est distinct chez Pline du statut fédéré ou libre dans la présentation générale et n’est pas ensuite précisé au cas par cas. Enfin, l’oppidum, la ville, n’était qu’une partie de la cité. Les populations qui en dépendaient expliquaient sans doute aussi le maintien d’un statut stipendiaire pour Segobriga.

  • 70 La Celtiberia de Pline ne saurait être qu’un territoire réduit par rapport à la Celtibérie historiq (...)
  • 71 Le conubium et le commercium, à la différence du ius Latii, concernent le droit privé et les person (...)

32Le statut pérégrin n’était incompatible au début de l’Empire, en Celtibérie, ni avec la notoriété passée d’une ville ni avec la mise en place d’un nouvel urbanisme dans une agglomération déjà ancienne héritée de l’époque républicaine et gouvernée auparavant selon des institutions peu éloignées dans l’esprit de celles des cités pérégrines. Segobriga n’était désignée comme caput Celtiberiae par Pline qu’en raison de son caractère pérégrin et de son rôle dans la guerre de Sertorius en dehors d’une redéfinition de la Celtibérie même, sachant qu’aucune communauté ne portait par ailleurs le nom de Celtiberi70. Auguste n’est presque certainement pas venu à Segobriga au cours de son séjour en Espagne Citérieure. Le droit latin dit « coloniaire » chez Gaius avait été attribué à diverses cités et lui seul, semble-t-il, définissait les cités latines de l’époque d’Auguste qui n’avaient pas de raison de s’appeler municipium. Des cités pérégrines avaient par ailleurs reçu le conubium et le commercium ce qui n’en faisait pas des cités latines de tradition coloniaire au sens de Pline71. Comme à Baelo, à Conimbriga, à Labitolosa ou à Clunia et Asturica Augusta, le statut pérégrin et stipendiaire ne faisait pas obstacle à la mise en place progressive d’un oppidum doté d’un forum monumental. Plus que le soupçon systématique envers Pline, qui ne facilite pas la tâche de l’historien d’aujourd’hui il est vrai, il est plus profitable de concilier toutes les données disponibles en ne recourant pas à des généralisations ou à des modèles fondés en partie sur des hypothèses non vérifiables.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Abascal Palazόn, Juan Manuel (2006), « Los tres viajes de Augusto a Hispania y su relaciόn con la promociόn jurídica de ciudades », Iberia, 9, pp. 63-78.

Abascal, Juan Manuel, Cebrián, Rosario, Trunk, Markus (2004), « Epigrafia, arquitectura y decoraciόn arquitectόnica del foro de Segobriga », dans La decoraciόn arquitectόnica en las ciudades romanas de Occidente, Murcie, pp. 219-256.

Abascal, Juan Manuel, Almagro-Gorbea Martín, Cebrián, Rosario (2007), Segόbriga ciudad celtibérica y romana, guía del parque arqueolόgico, Tolède.

Abascal, Juan Manuel, Cebrián, Rosario, Trunk, Markus (2007), « Ein augusteiches municipium und seine einheimische Elite : die Monumentalisierung Segobrigas », dans Sabine Panzram (éd.), Städte im Wandel. Bauliche Inszenierung und literarische Stilisierung lokaler Eliten auf der Iberischen Halbinsel. Akten des Internationalen Kolloquiums des Arbeitsbereiches für Alte Geschichte des Historischen Seminars der Universität Hamburg und des Seminars für Klassiche Archäeologie des Universität Trier im Warburg-Haus (Hambourg, 20-22 Oktober 2005), Hambourg, pp. 59-78.

Abascal, Juan Manuel, Almagro Gorbea, Martín, Noguera, José Miguel, Cebrián, Rosario (2007), « Culto imperial en una ciudad romana de la Celtiberia », dans Trinidad Nogales Basarrate et Julián González (éd.), Culto imperial. Política y poder, Actas del Congreso Internacional « Culto imperial : política y poder » (Mérida, 18-20 de Mayo de 2006), Rome, pp. 685-704.

Abascal, Juan Manuel, Alberola, Antonio, Cebrián, Rosario (2008), Segόbriga IV. Hallazgos monetarios, Real Academia de la Historia, Madrid.

Abascal, Juan Manuel, Alberola, Antonio, Cebrián, Rosario, Hortelano, Ignacio (2010), Segobriga 2009. Resumen de las intervenciones arqueolόgicas, Cuenca, pp. 13-20.

Abascal, Juan Manuel, Alföldy, Géza, Cebrián, Rosario (2011), Segobriga V. Inscripciones romanas 1986-2010, Madrid.

Alföldy, Géza (1987), Römisches Städtewesen auf der neukastilischen Hochebene. Ein Testfall für die Romanisierung, Heidelberg.

Alföldy, Géza (2011), « Tausend Jahre epigraphische Kultur im römischen Hispanien : Inschriften, Selbsdarstellung und Sozialordnung », Lucentum, 30, pp. 187-220.

Almagro Basch, Martín (1984), Segobriga II. Inscripciones Ibéricas, latinas paganas y latinas cristianas, Madrid.

Badel, Christophe, Le Roux, Patrick (2011), « Tessères et tabulae dans l’espace domestique », dans Mireille Corbier et Jean-Pierre Guilhembet (éd.), Lécriture dans la maison romaine, Paris, pp. 167-188.

Belo IX : la basilique (2013), études réunies par Pierre Sillières, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez (136).

Beltrán Lloris, Francisco (1999), « Municipium C. R. “oppidum C. R.” y “oppidum Latinum” en la NH de Plinio. Una revisiόn del problema desde la perspectiva hispana », dans Julián González (éd.), Ciudades privilegiadas en el Occidente romano, Séville, pp. 247-267.

Beltrán Lloris, Francisco (2012), « Plinio versus Ptolomeo. Geografía y Etnicidad en la Hispania del Principado », dans Juan Santos y Anguas et Gonzalo Cruz Andreotti (éd.), Marta Fernández Corral et Lourdes Sánchez Voigt (coord.), Romanizaciόn, fronteras y etnias en la Roma Antigua: el caso hispano, Vitoria-Gasteiz, pp. 479-498.

Carrasco Serrano, Gregorio (éd.) [2012], La ciudad romana en Castilla-La Mancha, Cuenca.

Christol, Michel (1994), « Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise », dans Ségolène Demougin (éd.), La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique, Paris, pp. 45-63.

Galsterer, Hartmut (1971), Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel, Berlin.

García Fernández, Estela (2001), El municipio latino. Origen y desarrollo constitucional, Madrid.

Goffaux, Bertrand (2003), « Promotions juridiques et monumentalisation des cités hispano-romaines », Salduie, 3, pp. 143-161.

González Fernández, Enrique, Carreño Gascόn, Maria Covadonga (1998), « La capital del extremo noroeste hispánico: Lucus Augusti y su tejido urbano a la luz de las últimas intervenciones arqueolόgicas », dans Actas do Congresso Internacional «Los orígenes de la ciudad en el Noroeste hispánico» (Lugo, Mayo 1996), Lugo, t. II, pp. 1171-1208.

González Rodríguez, María Cruz, Ramírez Sánchez, Manuel (2011), « Unidades organizativas indígenas del área indoeuropea de Hispania III: addenda », Veleia, 28, 2011, pp. 253-267 et Addendum.

Gozalbes Cravioto, Enrique (2012), « Caputque Celtiberiae Segobrigenses. Observaciones sobre un discutido texto de Plinio », HAnt, 36, pp. 27-42.

Guadán, Antonio Miguel de (1969), Numismática ibérica e ibero-romana, Madrid.

Kremer, David (2006), Ius Latinum. Le concept de droit latin sous la République et lEmpire, Paris.

Le Roux, Patrick (1986), « Municipe et droit latin en Hispania sous l’Empire », RHD, 64, pp. 325-350.

Le Roux, Patrick (2001), « L’edictum de Paemeiobrigensibus : un document fabriqué ? », Minima Epigraphica et Papirologica, 6, pp. 331-363.

Le Roux, Patrick (2006), Romanos de España. Ciudades y política en las provincias [siglo ii a. C. – siglo iii d. C.], trad. espagnole, Barcelone.

Le Roux, Patrick (2009), « Dans les centres monumentaux des cités de la péninsule Ibérique au Haut-Empire : à propos de statues », dans Clara Berrendonner, Mireille Cébeillac et Laurent Lamoine (éd.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, Appendice, pp. 572-594.

Le Roux, Patrick (2010a), « Tribus romaines et cités sous l’Empire. Épigraphie et histoire », dans Marina Silvestrini (éd.), Le tribù romane, Atti della XVIe Rencontre franco-italienne d’épigraphie, Bari, pp. 113-121.

Le Roux, Patrick (2010b), La péninsule Ibérique aux époques romaines (fin du iiie s. av. n.è. – début du vie s. de n.è.), Paris.

Le Roux, Patrick (2011a), La Toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan, Scripta varia I, travaux rassemblés par Sabine Armani, François Cadiou, Patrice Faure, Bertrand Goffaux, Nicolas Mathieu, Milagros Navarro Caballero, Jocelyne Nelis-Clément, Chrostophe Schmidt-Heidenreich, Rennes, pp. 591-602.

Le Roux, Patrick (2011b), « Les cités de la péninsule Ibérique à l’époque romaine : un siècle de mutations », dans José María Álvarez Martínez et Pedro Cruz Mateos (éd.), 1910-2010, El yacimiento emeritense, Actas del Congreso Internacional (Mérida, 10-13 de noviembre de 2010), Mérida, 2011, pp. 9-32.

Le Roux, Patrick (2012), Mémoires hispaniques. Essai sur la pratique de l’histoire, Madrid, Essais de la Casa de Velázquez (4).

Le Roux, Patrick (2015), « Le droit latin entre Pô et Alpes : un bilan », dans Giovannella Cresci Marrone (éd.), Atti del convegno «Trans Padum… usque ad Alpes. Roma tra il Po e le Alpi: dalla romanizzazione alla romanità», Venise, 2015, sous presse.

Martins, Manuela (2006), « Bracara Augusta: a Roman town in the Atlantic area », dans Lorenzo Abad Casal, Simon Keay et Sebastián Ramallo Asensio (éd.), Early Roman Towns in Hispania Tarraconensis, Portsmouth, Rhode Island, pp. 213-222.

Nogales Basarrate, Trinidad, González, Julián (éd.) [2007], Culto imperial. Política y poder, Actas del Congreso Internacional « Culto imperial: política y poder » (Mérida, 18-20 de Mayo de 2006), Rome.

Pereira Menaut, Gerardo (1988), Recensiόn de G. Alföldy, Römisches Städtewesen auf der neukastilischen Hochebene. Ein Testfall für die Romanisierung, Heidelberg, 1987, en Veleia, 5, pp. 335-337.

Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre III, texte établi, traduit et commenté par Hubert Zehnacker, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1998.

Ramírez Sánchez, Manuel (2008), « Parentezco y autorepresentaciόn en las ciudades de la Hispania indoeuropea », dans Clara Berrendonner, Mireille Cébeillac et Laurent Lamoine (éd.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, pp. 155-169.

Sevillano Fuertes, Maria Ángeles, Vidal Encinas, Julio Manuel (2002), Urbs Magnífica. Una aproximación a la Arqueología de Astúrica Augusta (Astorga, León), Museo Romano (Guía-Catálogo), Astorga.

Strabon, Géographie, t. II (Livres III et IV), texte établi et traduit par François Lasserre, Paris, Les Belles Lettres, 1966.

Vives Escudero, Antonio (1924-1926), La moneda hispánica, t. I-IV, Madrid.

Haut de page

Notes

1 Pline l’Ancien (= Pline), Histoire naturelle (NH), III, 25 qui classe les Segobrigenses parmi les stipendiariorum celeberrimi. Strabon, III, 4, 13 situe la ville (polis) chez les Celtibères. Le mot caput est considéré parfois comme ambigu mais il a le sens de chef-lieu, de ville qui dépasse, pour indiquer une prééminence et non de « commencement » (sens non attesté en latin malgré Abascal, Almagro-Gorbea, Cebrián, 2007, p. 7 où est précisé « inicio de la Celtiberia ») de la Celtibérie. Gozalbes Cravioto, 2012, pp. 27-42, dont je n’ai pris connaissance qu’après avoir rédigé mon article, retient également cette idée de « commencement » de la Celtibérie qui ne se justifie ni au regard de la philologie ni du texte plinien dans lequel l’énumération de l’érudit, incomplète de l’aveu même de celui-ci, et son contexte interdisent de toute manière une telle interprétation. Caput relève de la verticalité et non de l’horizontalité. Enfin, ce sont exclusivement les arguments formulés par G. Alföldy qui servent à affirmer, succinctement, que Segobriga possédait le rang de municipe dès 15 av. J.-C. Le raisonnement sur caput, regio et sur un environnement urbain et institutionnel inadapté à une ville stipendiaire repose sur l’idée que Pline l’Ancien avait à l’esprit non les statuts ou les hiérarchies des lieux recensés, mais seulement l’inventaire géographique, ce qui n’est pas illustré par la lecture du livre III.

2 Alföldy, 1987, pp. 76-77 et n. 241, définit un étonnement né de l’absence de ce qu’il appelle un « statut privilégié » malgré une archéologie prometteuse et florissante, reflet d’une ville importante au Haut-Empire. Il faut rappeler d’entrée que « caput » souligne une primauté de fait dans une région donnée et n’implique pas automatiquement un « statut privilégié ». On note que chez Pline, les conventus sont répertoriés par les villes qui en dépendent, le lieu des assises n’ayant jamais droit au titre de caput non officiel de toute manière à l’époque augustéenne et plus largement au Haut-Empire. Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 20 a confirmé récemment, dans un dossier relativement mince encore, que le site fouillé était bien celui qui correspondait aux Segobrigenses et à l’oppidum de la cité.

3 Abascal, Alberola, Cebrián, 2008, pp. 62-70 principalement.

4 Voir la bibliographie dans Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, pp. 17-18 en particulier dont on détachera : Abascal, Cebrián, Trunk, 2004, pp. 219-256 ; Abascal, Almagro, Cebrián, 2007, pp. 59-78 ; Abascal, Almagro, Noguera, Cebrián, 2007, pp. 685-704. On ajoutera aussi désormais, malgré l’absence de mise en question des interprétations dominantes depuis vingt ans : Carrasco Serrano (éd.), 2012, volume qui comporte des mises au point sur l’urbanisation de la région et des études plus ponctuelles sur Segobriga, Valeria, Ercavica, Libisosa ou Tolède.

5 Le site est localisé au Cerro de Cabeza del Griego, trois kilomètres au sud de Saelices, Cuenca : voir, entre autres, Alföldy, 1987, p. 74, n° 15. Comme le montre notre regretté collègue, il n’y avait plus aucune raison de douter que ces ruines étaient bien celles de Segobriga. Le paysage urbain ne doit pas faire illusion car les fouilles bénéficient de conditions particulières dues à l’absence de réoccupation du site au cours du temps. Les éléments conservés le sont ainsi mieux que sur d’autres sites qui, sans les aléas auxquels sont sujettes les ruines, seraient ou équivalents ou tout aussi surprenants. Tarragone, Mérida, Séville, Cordoue, Braga ont sûrement davantage perdu du fait d’un habitat ininterrompu et Conimbriga n’aurait pas laissé de grands vestiges si son emplacement avait été rebâti et non en grande partie abandonné pour Coïmbre appelée alors Aeminium.

6 Alföldy, 1987, p. 76, n. 241. Il suggère avec raison un progrès des connaissances relatives aux cités des provinces ibériques au cours des vingt années écoulées en indiquant que Segobriga ne figure pas du tout dans les listes de l’ouvrage pionnier de Galsterer, 1971.

7 La chronologie n’est pas réellement prise en compte dans le raisonnement. Il convient pourtant de faire attention à une histoire couvrant de fait les époques julio-claudiennes, flaviennes et les débuts de la période antonine.

8 CIL, II, 3122. Le statut municipal n’est envisagé qu’en raison d’une alternative simple : si Segobriga n’était pas municipe (sous-entendu de droit latin), elle ne pouvait appartenir qu’à la catégorie des cités pérégrines, incompatible avec l’épigraphie et les élites qu’elle révélait.

9 Parmi d’autres, Pereira Menaut, 1988, pp. 335-337.

10 Voir aussi, avec quelques nuances, Kremer, 2006. Cette lecture simplifie ou clarifie sans aucun doute les problèmes mais les documents et le droit latin ne permettent pas d’y souscrire sans expliciter le contexte ni sans examen au cas par cas : le droit latin ne pouvait prendre effet que dans une cité non romaine dont le statut restait non précisé sous Auguste.

11 Pour une réflexion d’ensemble constituant un utile point de départ, parmi d’autres travaux nombreux, et appelant des nuances : Beltrán Lloris, 1999, pp. 247-267 et Beltrán Lloris, 2012, pp. 479-498.

12 Alföldy, 1987, pp. 104-106 principalement. Mais on note à la page 107 une affirmation qui indique que, grâce à Pline, les villes d’Ercavica et de Valeria dotées du Latium vetus peuvent être qualifiées de municipes de droit latin alors que l’érudit n’utilise jamais le mot municipium à leur propos. En ce qui concerne les provinces Ibériques, Pline ne signale que le municipium civium Romanorum dont il serait hasardeux de conclure que la précision implique des municipia latina. L’existence républicaine du municipium civium Romanorum doit en dissuader définitivement. Le texte trop commenté des Nuits Attiques, XVI, 13, d’Aulu Gelle sur l’impossible distinction entre municipe et colonie ne peut valoir que pour le municipe romain. En revanche, oppidum civium Romanorum est un symétrique d’oppidum Latinum dans l’Histoire Naturelle sachant qu’oppidum n’est rien d’autre que l’agglomération urbanisée et non un concept juridique : voir García Fernández, 2001, pp. 112-117.

13 Christol, 1994, pp. 45-63, tout en datant la mise au point de l’ouvrage de Pline de l’époque flavienne comme il se doit et en constatant que ses listes (en ordre chronologique pour les colonies romaines, en ordre alphabétique pour les oppida latina) étaient à jour par adjonctions ponctuelles postérieures à un état originel de sa documentation autour de 27 av. J.-C. à ce moment-là, tente de retrouver des strates chronologiques concernant les phases d’urbanisation et de municipalisation de la province. Indépendamment des détails de la démonstration — qui ont suscité quelques réserves légitimes — concernant la Provincia, on peut admettre l’idée d’un texte non refait mais complété aussi pour les provinces Ibériques au livre III, avec une différence, à savoir l’impossibilité pour Pline d’opérer une mise à jour de même type en raison de la complexité des données beaucoup plus grande dans les Espagnes que dans la Narbonnaise dotée du droit latin dès César et Auguste et présentée selon une énumération en deux paragraphes (36 et 37) seulement.

14 Alföldy, 1987, p. 86. García Fernández, 2001, pp. 97-98, qui souligne l’absence à ce jour d’attestation du rang municipal à Valeria.

15 Les doutes ou scepticismes justifiés ne doivent pas conduire à valider toutes les hypothèses sous prétexte que Pline n’apporterait pas une réponse claire tout en ayant eu accès à des informations dites « officielles ».

16 Le Roux, 2010a, pp. 113-121 = Le Roux, 2011a, pp. 591-602.

17 Voir aussi supra n. 10. Cette lecture paraît trop rapide car, malgré García Fernández, 2001, pp. 104-124, les villes de droit latin ne sont pas limitées à une catégorie à la différence des oppida c. R. que Pline a distingués d’emblée des colonies romaines. La notion de ville latine est plus qu’une commodité, une nécessité pour classer les agglomérations et leurs statuts divers, ce que souligne aussi le recours à la notion de municipium Latinum dans la lex Irnitana 30. Pline applique oppidum Latinum à Antibes (NH, III, 35), d’après une information qui remonte à l’époque d’Auguste apparemment puisqu’il s’agit ici d’un périple.

18 On ne peut que souscrire à cette lecture déjà avancée dans Alföldy, 1987 et soulignée avec force par García Fernández, 2001. Voir cependant, désormais, Le Roux, sous presse.

19 La mention limitée à MVN pourrait indiquer qu’il n’y avait pas plusieurs catégories de municipe dans la province.

20 Alföldy, 1987, pp. 75-76 sur Segobriga. Voir cependant Goffaux, 2003, pp. 143-161, qui est un des premiers à avoir proposé un bilan raisonné de la question et à avoir souligné que les deux phénomènes n’entrent pas dans une logique unique ni automatique, étant entendu que de nombreuses cités ont construit un urbanisme civique avant que d’obtenir une élévation de leur statut juridique. Comme on le voit ici aussi, l’historiographie est un repère essentiel pour la réflexion.

21 Malgré P. Sillières qui a créé artificiellement, sans attention suffisante aux problèmes des textes et à l’historiographie, sur la seule base de l’existence d’un urbanisme et de la stratigraphie classique fondée surtout sur la céramique, un oppidum de droit latin dès Auguste à Baelo : voir Le Roux, 2009, Appendice, pp. 592-594. Récemment, Belo IX, 2013, ne prend pas parti et se fonde essentiellement pour les questions historiques sur un éventuel tremblement de terre sous Claude, lequel n’est pas vraiment prouvé par la méthodologie retenue et ne fut certainement pas de grande ampleur. Voir aussi note suivante. Pour le statut de municipe Claudien de Baelo : AE, 1971, 172.

22 Baelo : Goffaux, 2003 (n. 20), pp. 145-46 ; Conimbriga : ibid., p. 147. Sur Segobriga, voir aussi l’analyse et les réserves de B. Goffaux, dans ibid., p. 148 qui souligne que l’appellation d’augustéen recouvre en réalité tout le premier siècle de l’Empire.

23 Voir surtout p. 174. On sait que Strabon écrivait sous Tibère que les Celtibères avaient été les plus sauvages de tous les peuples hostiles à Rome (Le Roux, 2012, pp. 41-42) et qu’il ne leur attribue pas d’emblée l’accès à la citoyenneté romaine.

24 Bracara Augusta : parmi d’autres, Martins, 2006, pp. 213-222 ; Lucus Augusti : González, Carreño, 1998, pp. 1179-1208. Asturica Augusta : Sevillano, Vidal, 2002.

25 Que sait-on du passé préromain de Segobriga ? Très peu de choses précises en dehors d’épisodes associés aux guerres celtibériques et à la « résistance » de Sertorius : voir Alföldy, 1987, p. 74. Ce n’est que par déduction modélisée que l’on parle d’un « castro » puis d’un « oppidum » celtibérique qui se serait développé à partir de la fin des années soixante-dix av. J.-C., mais un premier oppidum au voisinage du site actuel est vraisemblable. Archéologiquement, les vestiges préaugustéens qui ont été découverts sont limités et appartiennent à la période césarienne scandée par les premières émissions monétaires : Abascal, Alberola, Cebrián, Hortelano, 2010, pp. 13-20 qui indiquent que les arasements d’époque augustéenne ont fait disparaître presque complètement les niveaux antérieurs. Enfin, Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, pp. 388-392 (G. Alföldy).

26 Voir pour des exemples de magistratures de cités pérégrines peu documentées, Galsterer, 1971, p. 77.

27 Le Roux, 1986, pp. 325-350 qu’il convient aujourd’hui de nuancer sur plusieurs points.

28 Voir par exemple, Le Roux, 2010b, p. 75 et p. 78, n. 71. Aussi, Le Roux, 2011b, p. 17. García Fernández, 2001, pp. 104-112 en particulier a donc rappelé avec raison que le mot ne correspond jamais en tant que tel à un statut intermédiaire entre colonie ou municipe et civitas. Cette conclusion ne justifie pas que la notion d’oppidum Latinum soit systématiquement l’équivalent de municipium Latinum. Oppidum doit aussi être compris par rapport à un ager qui en dépend.

29 García Fernández, 2001, p. 117 dont le raisonnement semble jouer sur les mots.

30 Pline, NH, III, 2 : « Locorum nuda nomina et quanta brevitate ponentur, claritatis causisque dilatis in duas partes ; nunc enim sermo de toto est. Quare sic accipi velim, ut si vidua fama sua nomina, qualia fuere primordio ante ulla res gestas nuncupentur et sit quaedam in his nomenclatura quidem, sed mundi rerumque naturae. ».

31 Cependant les communautés limitées à un ethnique ou à un toponyme le sont en l’absence d’autres éléments attestés dans leur nomenclature.

32 On peut rendre compte par là du fait que parlant d’Ilici en III, 19, Pline mentionne un lien avec Icosium induit par l’indication immédiatement précédente de la traversée entre Carthagène et Césarée de Maurétanie, suivant donc ici un périple et qu’en V, 20, guidé par une formula, il ne parle que du statut de droit latin accordé à Icosium par Vespasien.

33 Les constructions modernes partent, sans motif solide, de l’aboutissement augustéen (Narbonnaise) ou flavien (Hispaniae) et projettent la situation finale sur les phases qui ont précédé. En bonne méthode, les phases césariennes, augustéennes et julio-claudiennes doivent être définies pour elles-mêmes. En outre, le peu de cas de Pline pour le municipium n’est pas sans signification négative sur la diffusion et l’importance des distinctions modernes pour la période julio-claudienne.

34 Pline, NH, III, 20 et 25.

35 Voir surtout G. Alföldy et les publications depuis une quinzaine d’années outre les récents recueils sur Segobriga (supra n. 1 à 3). Sur l’édit et les questions qu’il soulève, aussi Le Roux, 2001, pp. 331-363 = Le Roux, 2011a, pp. 113-131. Il peut difficilement servir de point d’appui chronologique ou autre, à plus forte raison concernant la région de Segobriga. Dion Cassius, LIV, 19-25 ne témoigne que de la fondation de colonies en 15 av. J.-C. (LIV, 23, 7), ce qui n’implique aucune autre mesure concernant les cités, même au cas par cas. On sait que, sur ce dossier et d’autres, les textes perturbent les données plus qu’ils n’aident à établir les faits, nous l’avons vu. Pour la mise en forme récente du raisonnement relatif au municipe de Segobriga, Abascal, 2006, pp. 63-78. Le document du Bierzo n’est en rien une tessère et ne concerne ni l’hospitium ni un patronat : sur ces documents, voir récemment, Badel, Le Roux, 2011, pp. 167-188.

36 Abascal, Alberola, Cebrián, Hortelano, 2010, pp. 21-43. La chronologie terminale du théâtre se fonde sur une seule monnaie prise dans un sol et sur une inscription (p. 23). On sera réservé sur les débuts des travaux de l’édifice entre la fin d’Auguste et les débuts de Tibère (ibid.).

37 Abascal, 2006, pp. 70-75 expose en détail l’ensemble du raisonnement et des arguments à partir de déductions épigraphiques reprises dans le volume Segobriga V déjà cité (supra n. 2 : Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011).

38 Ibid., n° 27 ; voir AE, 2004, 809. Il s’agit d’un fragment inf. g. d’un bloc calcaire jaunâtre, provenant de la taberna 1 du portique sud du forum et ne conservant d’origine que le bord gauche : 34 x 21 x 27 cm. Lettres : 5 cm.

39 Voir en particulier AE, 2003, 981, 982, 984.

40 ILS, 99 (de Rome) date la dédicace par la titulature d’Auguste et les consuls aux kalendes de janvier de 4 av. J.-C., l’inscription s’achevant par cos. À Segobriga, aucune autre datation consulaire n’est conservée concernant le règne d’Auguste.

41 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 20 ; voir AE, 2003, 986 (avec le commentaire sur la regravure de la tribu et de la fonction). Aussi HEp, 10, 2004 [2000], 301. La date d’apparition du bloc le 23 septembre 2002 correspond au dies natalis Augusti ce qui souligne une fois encore l’existence fréquente de simples coïncidences que doit ignorer l’historien.

42 L’absence de surnom ne permet pas d’en faire d’emblée un membre de l’aristocratie mais un rang de chevalier n’est pas exclu, ce que privilégie également le choix d’une statue équestre. Auguste fut le seul empereur qui accepta d’être patronus de communautés diverses même pérégrines : voir art. « patronus » (Ch. Lécrivain), Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, t. IV, 1, p. 363.

43 Un patronus, fonction élective, est d’abord un avocat impliqué dans les questions fiscales et non un protecteur officiel autoproclamé voué à obtenir des avantages de toute sorte pour une cité.

44 C’est précisément en relation avec certains municipes que ce type de dénomination est privilégié pour l’époque julienne (voir Augusta Bilbilis). Iulia Segobriga ou Augusta Segobriga aurait été le nom officiel de la cité mais, en raison d’une épigraphie insuffisante et peu loquace, les noms complets manquent souvent et il faut se contenter des listes pliniennes très lacunaires sur ce point. Les monnaies portent MVN seul comme à Ercavica sous Auguste et Tibère (Vives, 1924-1926, t. IV, p. 109 et pl. 142 ; aussi de Guadán, 1969, p. 198 et fig. 329-330), ce qui n’est pas non plus très explicite. Le monnayage de Segobriga ignore cette mention de toute façon y compris à l’époque tibérienne et ensuite.

45 Abascal, Almagro, Cebrián, 2007, p. 7.

46 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 19.

47 L’aile n’est de toute façon pas mentionnée d’où l’absence du mot ala dans l’inscription malgré Segobriga V (voir ibid., nº 31).

48 Res publica oriente vers la caisse publique et vers une aide financière sous une forme ou une autre.

49 Alföldy, 2011, p. 195 en particulier.

50 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 31 = AE, 2001, 1246 (d’apr. AEA, 74, 2001, p. 117-122). La découverte du document est datée du 11 juillet 2001. Lettres de bronze fixées au sol par des tenons tenus par du plomb coulé préalablement dans des cavités variables selon les lettres (2 à 4), le nombre des trous n’identifiant pas une lettre à coup sûr.

51 Mais des cognomina tels que Vitulus, Lentulus, Primulus ne sont pas exclus pour autant.

52 La formulation adoptée depuis par les éditeurs de « nom gentilice indigène » (Alföldy, 2011 : « trug stolz seinen einheimischen Gentilnamen Spantamicus ») est ambiguë. L’idée de « fierté » ou d’« orgueil » serait destinée à faire sentir une identité indigène très présente chez un évergète en voie de « romanisation » à l’époque de la construction et de l’ornementation du forum. La terminaison en –icus caractérise des références que l’on rencontre dans des groupes qui désignent une cognatio : voir aussi Ramírez Sánchez, 2008, pp. 168-169, et González Rodriguez et Ramírez Sánchez, 2011, p. 268 (Addendum).

53 Par exemple : Le Roux, 2006, pp. 128-131.

54 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, n° 246 qui ne cite pas AE, 2009, 625, d’apr. ZPE, 168, 2009, pp. 279-282. Bloc en calcaire local partiellement brisé à g. et ébréché par endroits en surface, ce qui rend la lecture difficile, notamment à partir de la photo : 56 x 89 x 33 cm. Lettres : 4,5 cm.

55 Si Spantamicus est un groupe de parenté au forum, il n’y a aucune raison qu’il n’en soit pas de même ici, ce qui a des incidences sur la datation, relativement haute en ce cas. Décidément, les critères sont, par la force de la documentation, toujours aléatoires à un degré ou à un autre quelles que soient les convictions de l’épigraphiste.

56 Almagro Basch, 1984, n° 33, pp. 112-114. Il est facile d’associer Argaelus et Duitiq. dans le texte par comparaison avec une inscription de Leόn (ERPL, 133) : Caecilia / Materna / Caibaliq(um) / Titi uxsor / Vxamens(is) / an(norum) XXVI[II] / ------. Les Argaeli ont un lien avec Vxama Argaela et le génitif pluriel Caibaliqum éclaire Duitiqum malgré M. Almagro Basch qui développe Duitiqu(ensis), dont on ne voit pas bien la justification, ignorant la suggestion Duitiqum qui lui avait été présentée.

57 Alföldy, 1987, pp. 82-83. Surtout, Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, Appendice, pp. 364-365, 375, 380, 384 et 388 qui est à l’origine d’une lignée sénatoriale locale. Concernant le sénateur n° 8, p. 384 avec la fig. 30, il n’est pas répertorié dans mon étude de 2008 (voir AE, 2003, 983) : le caractère fragmentaire m’a dissuadé d’en faire état faute de pouvoir décider s’il s’agissait bien d’un sénateur ignotus d’origine locale ou non. Voir la courte notice, dont les restitutions demeurent hypothétiques et reposent sur le chiffre VI (peu usité épigraphiquement, semble-t-il, pour le sévirat des chevaliers), qui n’est pas assuré, et sur une carrière en ordre descendant qui conviendrait aussi bien à un sénateur extérieur à la cité honoré au forum de la ville. Le sévirat des turmes équestres et la préfecture des féries latines concernaient en principe des sénateurs prestigieux puisqu’on les retrouve dans la carrière d’Hadrien à Athènes (CIL, III, 550 = ILS, 308).

58 Abascal, Alföldy, Cebrián, 2011, Index, p. 398.

59 Ibid., n° 22, 23, 24. Il convient aussi de prendre un peu de distance avec les datations à partir de l’écriture ou de la forme des monuments qui n’ont pas la rigueur ni la précision souhaitées à quelques décennies près, même si le type des lettres en contexte local demeure un critère utile parmi d’autres à la lumière de quelques formulaires. Il est nécessaire de reconnaître que la période julio-claudienne n’est pas non plus, dans le contexte provincial, la mieux servie en ce domaine.

60 Strabon, III, 4, 13 (traduction d’apr. F. Lasserre). La description, empruntée à Posidonius, est préaugustéenne à n’en pas douter.

61 Strabon, III, 4, 19 (traduction d’apr. F. Lasserre).

62 Strabon, III, 4, 20 (traduction d’apr. F. Lasserre).

63 Strabon, III, 2, 15 : « La plupart [des Turdétans du Bétis] a reçu le nomen Latinum et ils ont accueilli chez eux des colonies romaines, si bien qu’il ne s’en faut pas de beaucoup qu’ils soient tous Romains. » On prendra garde toutefois au fait que Strabon dit seulement Λατῖνοί τε οἱ πλεῖστοι γεγόνασι sans que l’on puisse apprécier le caractère technique ou non de la formule. La traduction par « nomen Latinum » n’est sans doute pas celle qui conviendrait : voir Le Roux, 2015 (sous presse).

64 Voir, sur les incertitudes qui n’ont toujours pas été vraiment levées concernant les liens entre droit latin et régime juridique d’une cité, Kremer, 2006, pp. 119-121 : l’application du droit latin supposa assurément des institutions publiques de type civique sans qu’au départ il y ait eu, toutefois, une constitution uniforme accompagnant l’octroi du droit latin. Le débat a été contrarié par la question de la citoyenneté, ce que n’était pas la Latinité. Le nomen, sans doute emprunté par Tite-Live au langage augustéen plutôt qu’à une notion ancienne, désigne une communauté extérieure sans existence politique identifiable en tant que telle. La traduction de F. Lasserre ne saurait convenir dans le passage cité.

65 Il semble que les conclusions pèchent en matière de droit latin par manque de données, source de contradictions qui conduisent à établir des schémas restitués. La question symbolisant cette situation méthodologique est celle du droit d’obtenir la citoyenneté pour les magistrats des colonies latines depuis 124 av. J-C. Ce serait une compensation à la perte du ius migrandi, lui-même, cependant, d’existence non entièrement démontrée : voir, pour un bilan, Kremer, 2006, pp. 111-118. Deux points méritent, selon moi, d’être soulignés : la réalité italique est antérieure à la réalité provinciale et la transposition n’a pas été nécessairement uniforme ni totale. En second lieu, le droit des Latins coloniaires avait fini par être identifié à la civitas per honorem mais il ne concerna que les cités dotées du droit latin rénové, par exemple les cités Latines de Narbonnaise à la suite d’une décision commençant probablement avec César. Rien n’interdit de penser que les autres droits (conubium, commercium) ont pu concerner nombre de cités provinciales, restées pérégrines, avant Vespasien. La « sélectivité » porterait donc sur l’accès à la citoyenneté par les magistratures et induirait l’absence d’uniformité provinciale. C’est dans le cadre des cités que le droit latin fut octroyé au cas par cas avec ou sans implications sur le mode de gouvernement civique, celui-ci n’étant affecté que par la disposition sur la citoyenneté. On comprend mieux pourquoi les auteurs anciens mettent en avant ce seul privilège à partir de la Guerre sociale.

66 Cette distinction, qui peut évoquer celle qu’opère ensuite Gaius entre maius et minus, est légitime si les bénéfices latins ne sont pas de l’ordre d’une citoyenneté personnelle. Quoi qu’il en soit, le texte dit que ces dispositions s’appliquent l’une et l’autre à une cité pérégrine.

67 Pline, NH, XXXVI, 45, 160, qui situe, certainement dès avant Auguste, les gisements dans un rayon d’une centaine de kilomètres autour de Segobriga, en Espagne Citérieure.

68 Voir en premier lieu supra, n. 59. Aucune règle n’établissait qu’une cité pérégrine de l’époque augustéenne devait avoir conservé des magistratures de nom local sans rapport avec les collèges nommés en latin.

69 Pline, NH, III, 18 ne comptabilise qu’une seule cité fédérée en Espagne Citérieure : on découvre en III, 24 qu’il s’agit des Tarracenses (mal connus) du conventus de Caesaraugusta. Le foedus impliquerait un traité d’alliance avec une cité extérieure à la res publica.

70 La Celtiberia de Pline ne saurait être qu’un territoire réduit par rapport à la Celtibérie historique et Segobriga apparaissait comme le plus important voire le seul oppidum digne de ce nom dans une Celtibérie recomposée et peu peuplée. Sinon rien ne justifie la « visibilité » de Segobriga par rapport à d’autres cités des Celtibères des guerres du iie siècle av. J.-C. devenues importantes (Strabon, tributaire de Polybe et de Posidonius : III, 2 ; III, 3, 1 et 4 et surtout 4, 10 à 20). Dans le passé, il s’agissait essentiellement de quatre ou cinq ethnies regroupées par la géographie grecque sous cette dénomination et dispersées ensuite entre les conventus de Clunia, de Caesaraugusta et de Carthago Nova. Pline ne dépend pas ici des Grecs. Il mentionne par ailleurs les Arévaques qui confinent à la nouvelle Celtibérie avec Clunia pour ville principale (NH, III, 27). Le problème est déformé par les questions d’ethnogénèse et d’identités dont Pline ne tient guère compte du fait même de sa documentation.

71 Le conubium et le commercium, à la différence du ius Latii, concernent le droit privé et les personnes et n’ont pas de lien avéré avec le status civitatis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Le Roux, « Auguste et les Segobrigenses stipendiarii celeberrimi  »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 45-1 | 2015, 155-177.

Référence électronique

Patrick Le Roux, « Auguste et les Segobrigenses stipendiarii celeberrimi  », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 45-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/6181 ; DOI : 10.4000/mcv.6181

Haut de page

Auteur

Patrick Le Roux

Université Paris 13

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals