Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. La valorisation de la recherche publique en sciences humaines et sociales : retours d’expérience

Présentation

Presentación
Presentation
Jérôme France et Valérie Fromentin
p. 247-248

Résumés

Le terme de « valorisation » appliqué à la recherche a longtemps été réservé aux sciences « dures », au sens de « valorisation économique ». Avec la généralisation de la recherche sur projet, dont les financeurs attendent un retour sur investissements qui ne se limitent pas à la publication d’articles spécialisés, la valorisation « sociétale », plus répandue en SHS et naguère moins visible a désormais gagné ses lettres de noblesse. Ce dossier, qui est avant tout un dossier d’opinion, présente un ensemble de regards croisés et de retours d’expériences sur une pratique qui prend des formes très variées (diffusion des savoirs, médiation scientifique, transfert d’expertise vers les collectivités, brevets…), et tend à se professionnaliser de plus en plus. Il y est question de la difficulté de vulgariser, d’adapter et de renouveler le message en fonction des publics-cibles, des relations entre les chercheurs et ceux qui les valorisent, de l’importance de montrer « comment la science se fait » et non pas seulement ce qu’elle produit, du « temps du politique » qui n’est pas celui de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Dossier réuni par Jérôme France, professeur d’histoire romaine, directeur de l’UMR Ausonius (CNRS (...)

1Lors de la mise en place, en 2010, du Réseau thématique pluridisciplinaire pour la valorisation en sciences humaines et sociales, la direction de l’InSHS (CNRS) retenait pour définition celle proposée par le président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), Claude Birraux, en décembre 2008 : « La valorisation de la recherche est une activité qui consiste à transformer la recherche en un produit ou service ayant une valeur économique ou une valeur sociétale »1. Longtemps, les activités de valorisation économique — transferts de technologie matérialisés par des brevets, contrats industriels, créations d’entreprises — sont restées l’apanage des sciences dites « dures », alors que la valorisation sociétale, très représentée dans les Sciences humaines et sociales (SHS) et sous des formes variées (expertise/diagnostic auprès d’organismes publics ou privés, « vulgarisation » et médiation scientifique à travers des conférences grand public, des expositions ou des films documentaires) souffrait d’un manque de visibilité, sinon de reconnaissance, faute d’indicateurs fiables. Cette dichotomie tend aujourd’hui à s’effacer, avec le développement et la généralisation à l’ensemble des domaines scientifiques de la « recherche sur projet », dont les financeurs (collectivités territoriales, Agence nationale de la recherche, Commission européenne) attendent des « retours sur investissement » qui ne se limitent pas à la publication d’articles dans des supports spécialisés. Tous les appels à projets ou à propositions, qu’ils soient régionaux, nationaux ou internationaux, comportent désormais un « volet valorisation », économique et/ou sociétale, qui fait l’objet d’une évaluation en amont et en aval, au même titre que le « volet recherche » proprement dit.

2Ce dossier, que la Casa de Velázquez nous a proposé de coordonner, ne prétend pas illustrer de manière exhaustive les activités de valorisation en sciences humaines et sociales. Notre but est de donner, à un moment où ces disciplines connaissent une profonde mutation, un aperçu du paysage actuel de la valorisation, à travers plusieurs retours d’expériences choisis en raison de leur intérêt spécifique et de leur diversité. Qu’il s’agisse de « transfert » (de technologie ou d’expertise) ou de « diffusion de la connaissance », tous les témoignages ici rassemblés ont en commun d’interroger la relation si particulière qui s’instaure et se construit entre les chercheurs et ceux qui les « valorisent » en les aidant à transformer les résultats de leurs travaux en une plus-value identifiable et quantifiable. Car ce qui ressort de cette enquête, c’est que la valorisation de la recherche, longtemps laissée aux seuls chercheurs et, par conséquent, souvent improvisée et inaboutie, s’impose aujourd’hui comme une activité professionnelle à part entière, dont les acteurs (Sociétés d’accélération de transfert de technologie, musées, spécialistes de la médiation, journalistes scientifiques, réalisateurs de documentaires…) sont devenus des partenaires privilégiés, capables non plus seulement de transposer, d’appliquer, de médiatiser une recherche préalable mais aussi, par un surprenant renversement, de la susciter et de l’informer en amont, comme dans l’expérience décrite par Stéphane Audoin-Rouzeau dans sa contribution : la valorisation stimule la recherche car elle provoque ou bouscule les scientifiques en les obligeant à explorer des terrae incognitae. Luc Allemand et Henri-Louis Poirier insistent justement sur le fait que la valorisation scientifique ne s’improvise pas : c’est une affaire de professionnels pour lesquels le projet de valorisation appartient à une chaîne opératoire différente du projet scientifique et doit donc, pour être pertinent, l’accompagner très en amont. Indépendamment de la diffusion des résultats au public dit intéressé, voire au grand public, l’objectif est aussi de montrer la démarche scientifique qui a permis d’y aboutir : c’est dans cet esprit que David Hourcade a conçu la valorisation des fouilles du Palais-Gallien de Bordeaux, et cet aspect est l’un des intérêts de sa contribution. Une autre idée forte, celle du nécessaire « retour sur investissement », avec un impact direct pour la société, est au cœur de la contribution de Nacima Baron, qui montre comment les SHS, surtout quand elles collaborent dans un cadre interdisciplinaire permettant une analyse de l’ensemble des paramètres, peuvent aider à la prise de décision politique, économique ou sociale. Comme en témoigne Hélène Coqueugniot, les SHS participent également aux progrès technologiques, avec des retombées significatives pour d’autres disciplines scientifiques dites « dures ». Enfin, tous les auteurs de ce dossier partagent un même constat : une action de valorisation reflète d’abord les enjeux et les priorités du moment, d’où la nécessité, si elle doit d’inscrire dans la durée, d’en renouveler périodiquement la conception et les contenus, comme le précise si justement Stéphane Audouin-Rouzeau.

Haut de page

Notes

1   Dossier réuni par Jérôme France, professeur d’histoire romaine, directeur de l’UMR Ausonius (CNRS-Université Bordeaux Montaigne), Valérie Fromentin, professeur de langue et civilisation grecques, coordinatrice du LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux, Catherine de Noter, chargée de valorisation pour le LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme France et Valérie Fromentin, « Présentation »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-1 | 2016, 247-248.

Référence électronique

Jérôme France et Valérie Fromentin, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/6985

Haut de page

Auteurs

Jérôme France

UMR Ausonius, CNRS - université Bordeaux Montaigne

Valérie Fromentin

LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals