Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. La valorisation de la recherche publique en sciences humaines et sociales : retours d’expérience

Le Palais-Gallien de Bordeaux, exemple de valorisation d’un site archéologique en cours d’étude

David Hourcade
p. 269-274

Texte intégral

1L’archéologue responsable d’opération n’est, a priori, ni un animateur culturel, ni un médiateur scientifique : c’est un chercheur. Parfois, sa formation ou sa situation professionnelle en font également un enseignant, convaincu de la nécessité de porter un regard pédagogique sur son objet d’étude et de rendre les conclusions de ses recherches accessibles au « grand public ». Aussi n’est-il pas rare qu’il prononce des conférences, dirige des visites lors des Journées du patrimoine ou soit sollicité pour des expositions temporaires. Le plus souvent, ce travail de médiation et de valorisation n’est cependant qu’épisodique ou marginal. En revanche, dans le cadre du programme d’étude du Palais-Gallien de Bordeaux, celui-ci a dès le début des recherches occupé une place prépondérante dans la conception et le planning du projet.

2Le Palais-Gallien de Bordeaux est un amphithéâtre antique. Son nom actuel est lié à des légendes médiévales qui en faisaient le palais de la belle Galiane, princesse romaine ou concubine espagnole de Charlemagne selon les récits. Datant du début du IIe s. ap. J.-C., il a été construit de façon originale : ses maçonneries d’opus vittatum mixtum supportaient des superstructures de bois (escaliers, planchers, gradins, etc.). Ses dimensions — environ 163 m de long pour le grand axe et 111 m pour le petit axe — permettaient d’accueillir près de 20 000 spectateurs et en faisaient l’un des édifices de spectacle les plus grands d’Aquitaine. De ses vestiges (classés monuments historiques depuis le milieu du xixe siècle) ne subsistent que quelques murs, parfois imposants, qui s’élèvent encore par endroits sur une vingtaine de mètres de hauteur. Les uns sont conservés dans des parcelles privées, servant de mur d’appui aux maisons ou de clôture aux jardins ; les autres — les plus célèbres — ont été sauvés de l’urbanisation et préservées sur une parcelle municipale accessible au public. Une partie du site est donc propriété de la ville de Bordeaux.

  • 1 Les ruines se situent dans le quartier Fondaudège. On y accède par la rue du Colisée ou la rue du D (...)
  • 2 L’Office du Tourisme municipal ne propose que quelques visites guidées, uniquement sur rendez-vous.

3Malgré l’extraordinaire état de conservation de certains murs et bien qu’il s’agisse de l’unique vestige d’époque romaine aisément accessible de Bordeaux, cet amphithéâtre est peu et mal connu des Bordelais. Situé légèrement en dehors de l’hyper-centre historique de la ville, il est également à l’écart des principaux circuits de visite urbains proposés aux touristes1. Le site, en accès libre durant l’été, est fermé le reste de l’année2.

4C’est ce manque de visibilité et d’attractivité qui a conduit la ville de Bordeaux à porter un regard nouveau sur ce site considéré, d’un point de vue touristique, comme endormi. L’enjeu n’était pas uniquement culturel mais aussi économique et financier : la sauvegarde et la valorisation du patrimoine, notamment archéologique, s’inscrivent d’autant plus au cœur du débat sur l’aménagement du territoire bordelais que la municipalité possède le label « ville d’art et d’histoire » et qu’une partie de son bâti est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco.

5Par chance, les services de l’État, et plus précisément la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Aquitaine et le Service régional de l’Archéologie, ont été associés à cette initiative. Ce sont eux qui ont incité la Ville, propriétaire du site, à compléter cette valorisation par un réexamen du dossier scientifique. En effet, l’amphithéâtre, bien que fouillé dans les années 1950-1960, n’avait jamais fait l’objet d’une publication de synthèse : le déficit de connaissances, tant d’un point de vue chronologique et historique qu’architectural, était patent. C’est pourquoi le Service Régional de l’Archéologie (SRA) Aquitaine et la Direction générale des affaires culturelles (DGAC) de la ville de Bordeaux ont contacté les chercheurs de l’Institut Ausonius en vue d’élaborer un programme de recherche permettant à la fois l’étude et la valorisation du site.

  • 3 La convention a été prorogée en 2013 et 2014 pour permettre la poursuite des recherches.

6Ce programme, financé par la ville de Bordeaux, l’État (DRAC Aquitaine) et Ausonius, a fait l’objet d’une convention tripartite pour la période 2010-20123. Porté par un archéologue/historien et associant une cinquantaine de chercheurs, il avait quatre objectifs : dater la construction de l’amphithéâtre, étudier son architecture particulière, écrire l’histoire longue de son remploi et en restituer un modèle numérique 3D. À ce questionnement scientifique s’ajoutaient un volet pédagogique (la formation des étudiants stagiaires des universités bordelaises) et un volet valorisation/médiation.

7Dès l’origine, l’ensemble des partenaires a convenu que la valorisation et la médiation devaient concerner aussi bien le site en lui-même que les recherches qui y étaient menées : leurs cadres, leurs méthodes et leurs résultats. En effet, cette focalisation sur les recherches en cours — qui laissaient espérer de possibles découvertes — constituait selon nous le meilleur moyen d’attirer un public nombreux — riverains, promeneurs ou touristes — sur un site qu’il croyait déjà connaître ou dont il pensait ne rien pouvoir apprendre de nouveau. Elle donnait également à voir à ce même public la méthodologie de l’archéologue et permettait d’intégrer au discours de médiation la notion d’« hypothèse de travail », omniprésente et fondamentale dans le raisonnement scientifique. Elle permettait, enfin, de faire patienter le propriétaire/financeur, avide d’informations nouvelles, en satisfaisant régulièrement sa curiosité.

8Nous avions conscience également que le contenu et les formes de la médiation devaient s’adapter à l’état de conservation des vestiges et à l’histoire du monument. Le principal problème était de rendre compréhensible et lisible un édifice ruiné et morcelé. Pour y arriver, on a donc privilégié l’utilisation de restitutions 3D, aussi bien sous forme de maquette que de modèle numérique virtuel.

9D’un point de vue scientifique, le dernier écueil concernait le contenu du discours à médiatiser pour qu’il soit en adéquation avec les attentes du public et du financeur, mais aussi et surtout avec la réalité du site. Les fouilles archéologiques ont en effet montré que, hormis les quelques murs de l’amphithéâtre encore visibles, il ne subsistait plus rien d’antique sur la parcelle municipale. Transformé en carrière au Moyen Âge, puis en dépotoir à l’époque moderne, le lieu a été massivement fouillé et restauré à la fin du xixe siècle et au milieu du xxe siècle. Plus qu’un simple monument d’époque romaine, c’est donc un lieu à l’histoire mouvementée qui s’offre potentiellement à la vue et à l’intérêt du public. En conséquence, c’est autour de ce concept de temps long — qui va de la construction de l’amphithéâtre à sa ruine et à son remploi — que nous avons choisi d’organiser le discours et les actions de valorisation : le devenir de l’édifice et du lieu, de l’Antiquité à nos jours, thématique au cœur de la problématique de recherche, a servi de fil conducteur à l’ensemble des expositions et discours de médiation présentés. Cette décision permettait également de montrer au public toute la diversité des champs d’investigation possibles.

10Les temps et lieux de la valorisation ont été multiples. Pour répondre aux enjeux définis en amont, la plupart des actions de médiation ont été menées sur le site, lors des fouilles archéologiques qui avaient lieu chaque année durant l’été. Le temps de post-fouille, c’est-à-dire de l’étude des données recueillies, était utilisé pour d’autres formes de valorisation, généralement hors site.

  • 4 Afin de ne pas empiéter sur les prérogatives de l’Office du Tourisme, ces visites ne concernaient e (...)

11Lors des campagnes de fouille estivales, il a rapidement été décidé que le site serait ouvert au public. Ainsi, plusieurs visites guidées du chantier étaient proposées quotidiennement4. Conjointement, afin d’assurer la publicité des recherches archéologiques en cours, un dossier de presse et de nombreux communiqués ont été envoyés par le service de communication de la municipalité aux différents organes de presse locaux, régionaux et nationaux. La couverture médiatique de la reprise des recherches a été importante et les articles de presse écrite, ainsi que les interviews radiophoniques et les reportages télévisuels, nombreux. Parallèlement, afin d’avertir les riverains, des panneaux d’information étaient installés aux abords immédiats du chantier.

12Parfois, afin d’attirer sur le site un public différent, les ruines du Palais-Gallien ont servi de cadre à d’autres événements artistiques nocturnes. Ainsi, chaque année, durant l’été, au moins trois projections cinématographiques ont eu lieu dans le cadre du festival Ciné-sites, assuré par le Centre Jean-Vigo Événements. Associés à la programmation et à la présentation des films, les chercheurs ont profité de ces séances pour présenter un rapide bilan des recherches en cours, accompagné d’une première restitution numérique 3D de l’amphithéâtre. Deux étés de suite, le service culturel de la mairie de Bordeaux a sollicité la compagnie Maïeutique Théâtre pour l’organisation d’un spectacle de danse contemporaine in situ. Réutilisant des images et des sons captés lors des fouilles, ces performances artistiques ont réussi le pari, osé, d’associer les recherches scientifiques à une œuvre contemporaine et d’apporter un regard original sur l’édifice.

  • 5 L’aspect monumental du site était suggéré grâce à une scénographie appropriée : photographies des m (...)
  • 6 Présentée dans le cadre du colloque Aquitania « Monumental ! », son financement a été assuré par le (...)
  • 7 Une maquette en résine, réalisée par le LaBRI (université de Bordeaux) grâce à une imprimante 3D, m (...)
  • 8 Réalisé par Aquitaine Online à partir de photos numériques HD prises lors du chantier, ce module pe (...)
  • 9 Lors de son passage à l’Archéopôle d’Aquitaine, l’exposition a été présentée en partenariat avec le (...)

13En dehors des périodes de fouilles, la valorisation des recherches s’est faite de façon plus classique. Plusieurs expositions temporaires ont ainsi été montrées au public. Si les premières comprenaient une scénographie importante5 et présentaient du mobilier archéologique, la dernière s’est résumée à une simple « expo-panneaux », plus facilement itinérante6. À chaque fois, l’exposition était enrichie d’une restitution 3D de l’amphithéâtre7, voire d’une visite virtuelle et interactive du chantier de fouille8. Des aménagements avaient également été prévus pour les publics scolaires9.

  • 10 Certains des résultats ont été fournis au nouveau CIAP (Centre d’interprétation d’architecture et d (...)
  • 11 Financé par le LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux et la Ville de Bordeaux, le court métrage (...)
  • 12 « Palais-Gallien : regards-croisés sur l’amphithéâtre de Burdigala » est l’œuvre de S. Gallo.

14À partir de 2012, le programme de recherche tirant à sa fin, la valorisation a cherché à atteindre un autre type de public et s’est davantage adressée à la communauté des archéologues et des historiens : plusieurs communications et publications scientifiques ont livré un nouveau bilan des recherches effectuées depuis 201010. Le grand public n’a pas été oublié pour autant, puisque deux documentaires vidéos ont été réalisés sur le Palais-Gallien : si le premier se veut très pédagogique et dresse un bilan des résultats obtenus11, le second porte un regard moins spécialisé sur le travail des chercheurs12.

  • 13 Depuis l’arrêt des fouilles, les chiffres ont de nouveau chuté ; preuve que c’est bien la présence (...)

15Les résultats de ces actions de valorisation menées pendant plus de trois ans ont globalement été très positifs, voire spectaculaires. L’ouverture du chantier de fouilles aux visites pendant la période estivale a permis de faire progresser la fréquentation du site de plus de 400 % par rapport aux années précédentes, plaçant le Palais-Gallien sur le podium des monuments de Bordeaux les plus visités13. L’importante couverture médiatique des fouilles a également assuré la publicité du site, ainsi que celle des activités du laboratoire de recherche, à un niveau inégalé jusque-là, notamment à l’échelle locale et régionale. Nul doute non plus que le souci constant de valoriser le site et les recherches a conduit les scientifiques à porter un regard neuf sur leurs travaux et leurs pratiques pédagogiques.

  • 14 Les pratiques d’échanges avec les « services de communication » sont relativement éloignées des hab (...)
  • 15 I. de Miranda (2010), « Se former à la médiation en archéologie. Un enjeu qui s’impose », Nouvelles (...)
  • 16 C’est l’expérience que nous avons connue avec les deux documentaires vidéos. Non prévus à l’origine (...)

16L’implication importante de la Ville de Bordeaux dans ce volet du programme de recherche explique en grande partie sa réussite, mais elle incite aussi à quelques mises en garde. En premier lieu, il nous semble que le chercheur doit veiller à ce que le discours de médiation scientifique qu’il propose ne devienne pas seulement un élément, parmi d’autres, d’un plan de communication14, ce qui tend à réduire son rôle à celui de simple prestataire au service du commanditaire/financeur. Or, à de multiples occasions pendant ces années, nous avons perçu à quel point le temps du politique n’est pas celui de la recherche ni même celui de la valorisation des recherches. Par ailleurs, et c’est l’un des principaux acquis de cette expérience, il faut accepter l’idée, d’une part, qu’un chercheur en SHS n’est pas un professionnel de la communication et, d’autre part, que « la médiation en archéologie ne s’improvise pas »15: la bonne volonté et l’enthousiasme du chercheur, souvent médiateur néophyte, ne suffisent pas16. Insistons : tout projet de valorisation doit pouvoir s’appuyer sur une équipe compétente, aguerrie et nombreuse. C’est seulement à cette condition, d’ailleurs, que les scientifiques peuvent mener, dans la sérénité, leurs recherches à leur terme. Durant les trois années du programme, le responsable d’opération a consacré un temps considérable à répondre aux journalistes, à préparer des dossiers de presse et des expositions, avec parfois le sentiment que ces tâches retardaient les progrès de l’enquête proprement scientifique. Enfin, cette expérience de collaboration avec une collectivité territoriale nous a appris que la fluidité et l’efficacité des relations entre institutions partenaires dépendent largement du facteur humain : la réussite du programme Palais-Gallien doit beaucoup au rôle quotidien joué par Alberto Puig, conservateur en chef du Patrimoine à la DGAC de la ville de Bordeaux, hélas disparu avant la fin du projet.

Haut de page

Notes

1 Les ruines se situent dans le quartier Fondaudège. On y accède par la rue du Colisée ou la rue du Docteur-Albert-Barraud.

2 L’Office du Tourisme municipal ne propose que quelques visites guidées, uniquement sur rendez-vous.

3 La convention a été prorogée en 2013 et 2014 pour permettre la poursuite des recherches.

4 Afin de ne pas empiéter sur les prérogatives de l’Office du Tourisme, ces visites ne concernaient en théorie pas le site dans son ensemble, mais uniquement le chantier. Dans la pratique, vu la configuration du lieu, l’écueil n’a pas toujours pu être évité.

5 L’aspect monumental du site était suggéré grâce à une scénographie appropriée : photographies des moellons des murs grandeur nature, plan des modules et des installations rappelant la forme de l’amphithéâtre, reproductions à taille humaine de mosaïques de combats de gladiateurs.

6 Présentée dans le cadre du colloque Aquitania « Monumental ! », son financement a été assuré par le LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux (programme financé par l’ANR dans le cadre des « Investissements d’avenir » - n°ANR-10-LABX-52).

7 Une maquette en résine, réalisée par le LaBRI (université de Bordeaux) grâce à une imprimante 3D, montrait un premier état de restitution, bientôt rendu obsolète par l’avancée de nos recherches. Elle a été remplacée par un modèle numérique 3D, d’une durée de 3 minutes, réalisé par la cellule Archéotransfert de l’UMS Archéovision.

8 Réalisé par Aquitaine Online à partir de photos numériques HD prises lors du chantier, ce module permettait une visite à 360° de l’intérieur des sondages. Outre son aspect ludique et pédagogique, cette animation permettait de rendre visibles des zones de fouilles rebouchées et inaccessibles au moment de l’exposition.

9 Lors de son passage à l’Archéopôle d’Aquitaine, l’exposition a été présentée en partenariat avec les archéologues de l’Institut de recherches archéologiques préventives (INRAP) ; les ateliers pédagogiques créés pour l’occasion à destination des publics collégiens et lycées ont bénéficié de l’accompagnement des chercheurs.

10 Certains des résultats ont été fournis au nouveau CIAP (Centre d’interprétation d’architecture et du patrimoine) de Bordeaux.

11 Financé par le LabEx Sciences Archéologiques de Bordeaux et la Ville de Bordeaux, le court métrage « Palais-Gallien : autopsie de l’amphithéâtre antique de Bordeaux » a été réalisé par C. Baisson, S. Gallo et E. Jean-Courret.

12 « Palais-Gallien : regards-croisés sur l’amphithéâtre de Burdigala » est l’œuvre de S. Gallo.

13 Depuis l’arrêt des fouilles, les chiffres ont de nouveau chuté ; preuve que c’est bien la présence des chercheurs et l’opportunité des visites qu’offre leur présence qui attirent dans un premier temps le public.

14 Les pratiques d’échanges avec les « services de communication » sont relativement éloignées des habitudes des chercheurs.

15 I. de Miranda (2010), « Se former à la médiation en archéologie. Un enjeu qui s’impose », Nouvelles de l’Archéologie, 122, p. 22. La valorisation passe par un nécessaire travail d’équipe car il y a un risque que le chercheur, archéologue ou historien, éprouve des difficultés à s’extraire de son hyperspécialité pour avoir une vision globale de son objet d’étude.

16 C’est l’expérience que nous avons connue avec les deux documentaires vidéos. Non prévus à l’origine, ils se sont se greffés sur le projet de valorisation alors que le programme de recherche était en voie d’achèvement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Hourcade, « Le Palais-Gallien de Bordeaux, exemple de valorisation d’un site archéologique en cours d’étude »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-1 | 2016, 269-274.

Référence électronique

David Hourcade, « Le Palais-Gallien de Bordeaux, exemple de valorisation d’un site archéologique en cours d’étude », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-1 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7022 ; DOI : 10.4000/mcv.7022

Haut de page

Auteur

David Hourcade

Centre archéologie préventive de Bordeaux Métropole – UMR 5607 (Ausonius, Bordeaux)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals