Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. La recherche scientifique en arts : enjeux, valorisation et perspectives

Entre théâtre et université : histoire d’un parcours commun

Entretien
Anne Goalard et Catherine Naugrette
p. 265-271

Texte intégral

  • 1 C. Naugrette est professeur d’histoire et d’esthétique du théâtre à l’Institut d’études théâtrales (...)

Catherine Naugrette : Je propose qu’on effectue un bilan de parcours sur les diverses expériences qui nous ont réunies et qui ont amené à faire collaborer l’université avec des lieux de création théâtrale et artistique, dans une dimension de valorisation de la recherche, en alliant recherche universitaire et création artistique1.

Le Festival de Théâtre universitaire de Nanterre

  • 2 A. Goalard est Déléguée générale du Festival Reims Scènes d’Europe, en même temps que professeur as (...)

Anne Goalard : Depuis 1993, il y a eu beaucoup de coopérations : dans le cadre du Festival du Théâtre universitaire de Nanterre, de divers colloques, dans l’élaboration de contenus pédagogiques pour des enseignants, dans la réalisation de la revue électronique du Théâtre de la Colline sur les écritures contemporaines, enfin pour la création de nouveaux diplômes universitaires2… On peut revenir sur la manière dont la nécessité de développer des collaborations avec une université s’est mise en place. C’est parti d’un constat que j’ai fait avec Denis Bretin, au Théâtre des Amandiers de Nanterre : nous trouvions que les lieux de création, tels que les Amandiers, étaient comme des sanctuaires, très isolés de leur environnement. Cette constatation portait, de manière générale, sur le rapport au monde de ces institutions. Très vite, nous avons proposé au directeur de l’époque, Jean-Pierre Vincent, d’imaginer des supports, des manifestations, des événements qui permettraient de nouer des collaborations avec le secteur de la recherche. Mais pas simplement : avec le secteur universitaire dans son ensemble, la création universitaire, et avec ce qu’à l’époque j’appelais « le domaine de la pensée ». Sur l’ensemble des propositions qui lui ont été faites, Jean-Pierre Vincent n’a pas réagi, de mon point de vue, comme si c’était une nécessité. Les propositions qu’il a faites d’accueillir des intellectuels pour les colloques, des penseurs, des auteurs, dans un domaine qui n’était pas simplement celui de la création théâtrale, mais un domaine plus large, concernaient des gens qui étaient très proches de lui : comme si la réconciliation des deux univers ne se posait pas, au profit d’un fonctionnement autonome.

CN : … parce qu’il était sans doute influencé par une expérience commencée au Théâtre national de Strasbourg, celle d’un collectif de dramaturges ?

AG : Oui. Du coup, la recherche propre aux artistes lui semblait auto-suffisante. Et l’institution ne lui semblait pas avoir besoin de médiation. De fait, malgré cela, il a quand même accepté qu’on organise — et c’est la première collaboration qu’on ait eue toutes les deux — le Festival de Théâtre universitaire de Nanterre.

CN : Sans doute parce qu’il avait la mémoire cette fois d’une autre expérience, mythique, celle du Festival de Nancy…

AG : Pour lui, l’expérience était une fois encore liée à ses proches. Il connaissait en particulier très bien Jack et Monique Lang. De manière générale, ses relations avec la recherche universitaire existaient surtout lorsque les universitaires étaient eux-mêmes des artistes, ce qui faisait que des relations s’établissaient surtout dans son réseau. Il me semble que développer le Festival de Théâtre universitaire de Nanterre a modifié pour lui ce rapport : plus de vingt ans avaient passé depuis le Festival universitaire de Nancy, la relation avec la création n’était plus la même, celle du théâtre universitaire avec la création non plus. Il s’est ouvert à de nouveaux acteurs, les enseignants. Il avait aussi une profonde bienveillance, un véritable enthousiasme pour ces tout jeunes créateurs.

Un espace de liberté

CN : Je me souviens que j’avais écrit un article sur le Festival pour Théâtre public, assorti d’un entretien avec Jean-Pierre Vincent. Une réflexion qu’il avait faite m’avait frappée : il y avait chez lui une certaine défiance envers le présent, voire une nostalgie de cette époque, puisqu’il disait que par rapport aux années 1970, il n’y avait plus dans les années 1990 d’exception étudiante. Les étudiants ne manifestaient plus des goûts différents des jeunes gens de leur époque, notamment en matière de culture, d’investissement côté recherche ou de fréquentation des théâtres… Est-ce que cela s’est vérifié dans le Festival de Théâtre ou pas ? En tout cas, ce qui s’est vérifié pour moi, c’est que cet espace du Festival, pour les jeunes étudiants qui s’y produisaient, mais aussi pour nous tous, côté théâtre, côté université, était un moment privilégié : il n’y avait aucun enjeu financier ou autre, c’était un moment gratuit, pendant lequel on pouvait se livrer tout entier à la recherche expérimentale, à la création. C’était cet espace-là qui était donné, ouvert, et donc exceptionnel.

AG : C’est très juste. Il y avait une générosité, à la fois de la part de l’institution, de l’équipe, de la technique, de nous tous, et de la part des universitaires invités. Un certain nombre d’artistes m’ont marquée parce qu’ils donnaient beaucoup, même s’ils n’avaient pas la réputation d’être très généreux. Je pense par exemple à Pascal Rambert, qui était d’une immense fraîcheur, sans a priori, qui n’attendait pas que les étudiants soient à un endroit particulier, à une place particulière : il attendait d’être invité à entrer dans la création. De fait, en étant invité, il manifestait beaucoup d’intérêt et donnait beaucoup dans les échanges avec les étudiants. Cela vaudrait presque la peine de faire une petite étude sur « que sont-ils devenus, qu’est-ce qui les a marqués », chez les étudiants qui ont présenté des projets dans le cadre du Festival universitaire, et qui ont été retenus (beaucoup présentaient des projets qui ne l’étaient pas).

Innovation et émergence

CN : Il y en a certains dont on retrouve aujourd’hui les noms dans le domaine de la création théâtrale aussi bien que du côté de la recherche universitaire. Par exemple Christine Letailleur, dont on se souvient qu’elle avait réalisé un montage à partir de Heiner Müller, qui est devenue metteur en scène. On pourrait citer aussi Nicolas Lyotard, avec son spectacle sur Kafka, puis le fameux Platon/Godard, réalisé avec Michèle Foucher. Voilà qui a été très formateur.

AG : Très formateur, et même, pour moi, exemplaire d’une manifestation dans le domaine de l’émergence, dont on peut mesurer les effets des années plus tard. Des deux personnes citées, l’une est artiste associée à Rennes depuis quelques années, l’autre dirige aujourd’hui le Théâtre de Nogent. Je pense aussi aux étrangers. L’année où l’on a travaillé sur l’ouverture internationale du Festival, on a accueilli des Anglais et des Allemands. Le premier groupe d’Allemands qu’on a reçu, pour un spectacle qui s’appelait Ungunstram qui venait de Giessen, est aujourd’hui un groupe très connu, qui s’appelle Rimini Protokoll. Quant aux Anglais, il s’agit du groupe Gob Squad, issu de l’université de Nottingham, qui est un groupe également reconnu en Allemagne, puisqu’ils ont migré de Nottingham à Berlin.

CN : Il y a eu d’autres effets aussi, dans la mesure où, du point de vue de l’université, l’ouverture à l’international du Festival a permis de découvrir d’autres façons d’aborder la chose théâtrale à l’université. Ainsi, la découverte de Giessen c’était celle de l’approche universitaire du théâtre appliqué, en lien avec les nouvelles technologies, ce qui ne se pratiquait pas du tout en France. N’oublions pas que c’était le tout début de l’utilisation d’Internet et de l’utilisation des nouvelles technologies sur scène. Dans un spectacle intitulé Join Medusa, les étudiants étaient sur scène en direct avec leur université et ils improvisaient à partir de ce qu’ils recevaient sur leur ordinateur. C’était très en avance, et cela nous ouvrait des possibles… qui ont depuis largement été exploités sur les scènes théâtrales, alors même qu’ils n’ont toujours pas été mis en œuvre dans les études théâtrales et les universités, faute de moyens. On est seulement en train d’y venir, vingt ans après, avec l’idée des doctorats en recherche-création, ce qui se pratique depuis longtemps dans certains pays.

AG : Cela n’avait d’ailleurs pas été tout à fait simple techniquement de se connecter à Internet, à une époque où il n’y avait pas comme aujourd’hui des fournisseurs d’accès. Il fallait en outre une connexion qui ne soit pas simplement expérimentale, mais assez fiable pour permettre de présenter tout un spectacle qui se passait à Paris et à Giessen, en même temps.

Je ne sais pas s’il y a eu un rapport de cause à effet, mais en tout cas, Jean-Pierre Vincent s’est ensuite intéressé à l’utilisation des nouvelles technologies pour ses propres spectacles, je pense en particulier à Karl Marx, qu’il a monté l’année suivante. Je m’en souviens d’autant mieux que c’est moi qui avais été en charge de connecter le Théâtre des Amandiers à Internet, via l’université de Nanterre, qui avait déjà une connexion, ce qui n’était pas le cas du théâtre.

D’un Festival à l’autre

CN : C’est dommage que le Festival n’ait pas pu durer plus de cinq ans, jusqu’en 1998. Pendant cette période-là, il y a eu quelque chose qui s’est passé. Mais en définitive, je me disais que d’un bout à l’autre de notre parcours commun, et de ton parcours, il y a de part et d’autre l’expérience d’un festival, puisque tu es maintenant en charge du Festival de Reims Scènes d’Europe qui nous a permis, sous une forme différente bien sûr, d’associer de nouveau l’université à la création artistique, et de faire se rencontrer des publics et des acteurs différents, en direction des jeunes.

AG : Pour moi, la boucle est complètement bouclée. À l’époque du Festival de Nanterre, j’avais déposé le premier projet européen dans le cadre du projet Culture 2000, qui s’appelait « Kaléidoscope », grâce auquel on avait le financement pour faire venir les étudiants allemands et anglais, pour qu’ils puissent présenter leur travail, pour qu’on puisse les accompagner, etc. De la même manière, l’université était complètement partie prenante : l’université de Nanterre était notre partenaire principal dans le dépôt de ce projet européen. Aujourd’hui, dans le cadre du Festival Universitaire de Reims, le programme Erasmus Plus implique l’université, des jeunes et des créateurs. Après plusieurs années passées sur d’autres projets, pour moi la boucle se reboucle quant au lien entre l’université et la création, sur des programmes européens.

CN : … Dans le cadre d’un Festival qui est cette fois professionnel et pluridisciplinaire.

AG : C’est un Festival dont l’originalité consiste à fédérer toutes les scènes rémoises de toutes les disciplines — à Reims il y a une scène de musique actuelle, un Opéra, un Centre dramatique national, une scène nationale, un Centre de recherches musicales, un FRAC, etc. Et au-delà de ce premier cercle de partenaires du Festival Scènes d’Europe, il y a un deuxième cercle avec d’autres partenaires en France et à l’étranger.

  • 3 « Le coût et la gratuité », Colloque International et Université d’été européenne organisés par la (...)
  • 4 « Écrire pour le théâtre aujourd’hui : modèles de la représentation et modèles de l’art », Colloque (...)

CN : Dans ce contexte, nous avons pu prolonger nos actions communes entre la Sorbonne Nouvelle, la Comédie de Reims et le Festival, notamment au plan de la recherche et des publications. Le directeur de la Comédie de Reims, Ludovic Lagarde, est ainsi intervenu en ta compagnie lors d’une université d’été de l’école doctorale Arts & Médias de Paris 3, qui s’est déroulée à Venise en 2010 autour du thème du coût et de la gratuité dans les arts et médias3, notamment pour présenter le projet européen des Young Performing Arts Lovers, consistant à faire circuler des jeunes étudiants en Europe afin de découvrir des spectacles. De même, Ludovic Lagarde ainsi que l’auteur attaché à la Comédie de Reims, Olivier Cadiot, ont été invités lors d’un colloque organisé en 2012 par l’IRET (l’Institut de recherches en Études théâtrales) de la Sorbonne Nouvelle sur les « Nouveaux modèles de la représentation4 ».

  • 5 « Les nouveaux matériaux du théâtre », Colloque international organisé par la Sorbonne Nouvelle, l’ (...)

AG : À la suite de quoi nous avons coorganisé entre le théâtre et l’université un colloque en lien avec le Festival Scènes d’Europe, qui s’est déroulé à la Comédie de Reims en février 2014, pendant le Festival, et dont le thème sur « Les nouveaux matériaux du théâtre5 » était inspiré du colloque précédent, dont il constituait en quelque sorte la suite.

Un même objet

CN : Cela nous amène ainsi à évoquer un autre type de coopération et de réalisation partagée entre cette entreprise culturelle qu’est un théâtre et cet établissement d’enseignement et de recherche qu’est une université, c’est-à-dire l’organisation de manifestations scientifiques. Les colloques de l’INHA et de Reims sont en ce sens l’aboutissement de toute cette riche période où nous avons pu monter entre Paris 3 et le Théâtre national de la Colline, dont tu étais devenue en 1996 la secrétaire générale, toute une série de colloques portant sur les écritures contemporaines, côté recherche universitaire, côté création, on dirait aussi aujourd’hui recherche artistique. Dans la mesure même où notre groupe de recherche s’attachait, sous l’impulsion de Jean-Pierre Sarrazac, au drame moderne et que la mission de la Colline portait sur les textes contemporains, nous partagions un même objet.

  • 6 Parmi ceux-ci, on peut par exemple citer : « Dialoguer. Un nouveau partage des voix », Colloque int (...)
  • 7 Michel Vinaver, Côté texte / Côté scène, Hors Série 1 de Registres, Revue d’études théâtrales, Pres (...)

AG : La démarche de recherche et celle de la création ont été totalement en symbiose. Du coup, nos actions communes ont pu nourrir nos deux institutions et prendre différentes formes. Il y a eu les colloques6, dont une partie se déroulait toujours dans les murs du théâtre, en lien avec les spectacles et les créateurs, et plus profondément avec le projet artistique mené par Alain Françon à la Colline et la constitution d’un répertoire du xxe siècle. Il y a eu également cet atelier de lecture que tu as ouvert en licence, qui travaillait avec le Comité de lecture de la Colline, en lien avec les textes reçus par le théâtre et lus par le Comité. Puis les publications, celles des colloques ainsi que la revue électronique du théâtre dont plusieurs numéros ont été pris en charge par des chercheurs et ensuite publiés en version papier dans la revue de l’Institut d’études théâtrales, Registres. On peut citer le numéro consacré à Michel Vinaver7, l’un des principaux auteurs vivants montés à la Colline, dont tu as été la rédactrice, côté théâtre, côté université. Ce sont ainsi toute une série d’échanges qui ont porté leurs fruits à plein d’endroits.

Ce n’était pas évident au départ. Il y avait du côté de l’institution théâtrale une défiance très forte. Comme si la recherche se situait du côté des créateurs et comme si les universitaires développaient une activité un peu hors sol qui ne nourrissait pas la création. Ce malentendu s’est dissipé avec le temps et a aujourd’hui totalement disparu, notamment avec Ludovic Lagarde.

CN : La forme des manifestations que nous organisons a également évolué. La parole est davantage donnée aux artistes, sous forme de tables rondes et d’entretiens, de conversations. Par ailleurs, leur thématique est établie en lien avec la programmation artistique. Il peut se faire qu’elle émane des artistes eux-mêmes, comme lors de notre dernier colloque sur les nouveaux matériaux du théâtre, qui fut totalement conçu en concertation entre la Comédie de Reims et notre groupe de recherche.

AG : La relation artistes-chercheurs y était très juste.

Formation et médiation

CN : Il y a encore un autre aspect, un autre fruit pourrait-on dire de ces collaborations entre université et institution théâtrale. De notre long parcours commun et des actions partagées, notamment dans le cadre de la coopération entre Paris 3 et la Colline sous la direction Françon, est issu ce qui constitue aujourd’hui l’un des diplômes les plus performants de l’Institut d’Études théâtrales, à savoir le Master professionnel des métiers de la production théâtrale. C’est en effet dans le droit fil de notre collaboration qu’il nous est venu le projet de créer il y a dix ans ce master, que nous avons monté ensemble, toi du côté de l’institution et moi du côté de l’université. La première promotion a d’ailleurs eu pour parrain Alain Françon, dont elle a pris le nom.

AG : L’idée était en effet de former des étudiants pour devenir des accompagnateurs d’artistes, ce qui n’existait pas de cette manière-là. Il n’y avait pas de diplôme universitaire qui, à ce niveau, valorise autant la dimension de création : la compétence autant que la connaissance artistique, en même temps que des savoirs plus techniques et administratifs. Dans un secteur en crise, le taux d’intégration professionnel de ce diplôme est aujourd’hui exceptionnel, puisqu’il avoisine les 100 %.

CN : On retrouve ici le plein succès de cette dimension de formation qui caractérise, lorsqu’elle est réussie, le partage des compétences et des actions entre le monde artistique et le monde universitaire.

AG : On a décrit un certain nombre de collaborations entre les Études théâtrales de Paris 3 et l’institution théâtrale, qu’il s’agisse du Théâtre national de la Colline puis du CDN de Reims, aux retombées fructueuses et multiples. La première et non la moindre consista à créer les conditions d’un dialogue entre les artistes et les universitaires, d’une reconnaissance mutuelle. Fondé sur un rapprochement des enjeux autour d’objets communs, ce dialogue a débouché sur de nombreux acquis, en particulier l’instauration d’un référentiel commun, fondé sur des questionnements et des concepts partagés.

D’un tel rapprochement, on observe le fruit aujourd’hui chez les nouvelles générations d’artistes et de chercheurs, pour lesquelles tout est moins cloisonné, davantage désenclavé. La recherche fait ainsi médiation, non seulement d’ailleurs pour les universitaires et les artistes, mais aussi pour les spectateurs. La collaboration du théâtre avec l’université permet également, pour finir, d’établir une médiation entre les œuvres dramatiques et les publics, en leur offrant des passerelles afin d’approfondir les données de leur propre expérience esthétique.

Haut de page

Notes

1 C. Naugrette est professeur d’histoire et d’esthétique du théâtre à l’Institut d’études théâtrales de la Sorbonne Nouvelle, où elle dirige le Master Théâtre. Elle est également présidente de la section Arts du Conseil national des universités.

2 A. Goalard est Déléguée générale du Festival Reims Scènes d’Europe, en même temps que professeur associée à l’Institut d’études théâtrales de la Sorbonne Nouvelle.

3 « Le coût et la gratuité », Colloque International et Université d’été européenne organisés par la Sorbonne Nouvelle en partenariat avec l’École normale supérieure et les universités Ca’ Foscari di Venezia, degli Studi di Udine, degli Studi di Pisa, Lunds Universitet, l’Ústav divadelnej a filmovej vedy SAV de Slovaquie et l’Université de Montréal, Centre de congrès de San Servolo (Italie), 6-10 juin 2011, resp. Laurent Creton, Catherine Naugrette et Bruno Péquignot.

4 « Écrire pour le théâtre aujourd’hui : modèles de la représentation et modèles de l’art », Colloque international organisé par la Sorbonne Nouvelle et l’université du Québec à Montréal, INHA, 29-31 mars 2012, resp. Joseph Danan et Catherine Naugrette.

5 « Les nouveaux matériaux du théâtre », Colloque international organisé par la Sorbonne Nouvelle, l’UQAM et la Comédie de Reims, Paris-Reims, 19-21 février 2015, resp. Joseph Danan, Anne Goalard et Catherine Naugrette.

6 Parmi ceux-ci, on peut par exemple citer : « Dialoguer. Un nouveau partage des voix », Colloque international organisé par la Sorbonne Nouvelle, le Théâtre national de la Colline et le CET de Louvain-la-Neuve, 24-27 mars 2004, resp. Jean-Pierre Sarrazac et Catherine Naugrette.

7 Michel Vinaver, Côté texte / Côté scène, Hors Série 1 de Registres, Revue d’études théâtrales, Presses de la Sorbonne Nouvelle, automne 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Goalard et Catherine Naugrette, « Entre théâtre et université : histoire d’un parcours commun »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-2 | 2016, 265-271.

Référence électronique

Anne Goalard et Catherine Naugrette, « Entre théâtre et université : histoire d’un parcours commun », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7257 ; DOI : 10.4000/mcv.7257

Haut de page

Auteurs

Anne Goalard

Festival Reims Scènes d’Europe, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

Catherine Naugrette

Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals