Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. La recherche scientifique en arts : enjeux, valorisation et perspectives

Le mécénat : un espoir pour la recherche scientifique française en arts du cirque

Philippe Goudard
p. 273-282

Texte intégral

  • 1 Après une carrière internationale d’artiste et de producteur de cirque, Ph. Goudard dirige le progr (...)
  • 2 Gwenola David-Guibert, Jean-Michel Guy, Dominique Sagot-Duvauroux, Les Arts du cirque. Logiques et (...)
  • 3 Philippe Goudard, Le cirque entre l’élan et la chute, Montpellier, Éditions Espace 34, 2011.

1Première sortie au spectacle vivant des Français avec 21 millions de spectateurs annuels, le cirque connaît aujourd’hui dans notre pays un grand succès1. Secteur économique dynamique et créatif, il est composé d’une part des formes traditionnelles, produites sous chapiteau, dans des cirques stables ou à la télévision par des entreprises privées (90 % de l’activité), d’autre part des nouveaux arts du cirque, métissés d’arts dramatique, chorégraphique et aujourd’hui numérique, soutenus par l’État et les collectivités territoriales (10 %)2, mais aussi des pratiques de loisir au développement exponentiel, ou encore des formations professionnelles artistiques, dont l’offre croissante attire un grand nombre de candidats vers des carrières pourtant hasardeuses3.

2On sait moins qu’il existe une recherche scientifique dédiée aux arts du cirque, apparue dans les universités françaises et reconnue aujourd’hui internationalement, mais dont les applications et la valorisation peinent à obtenir d’autres soutiens que ceux de l’enseignement supérieur et de la recherche. Pour elles, le mécénat représente un espoir.

Sciences et cirque : premières explorations

3De l’invention du Cirque moderne par des entrepreneurs de spectacle européens au xviiie siècle, au milieu du xxe, l’étude du cirque fut l’affaire d’érudits. En 1960, la France voit éclore simultanément les nouveaux arts et l’approche scientifique du cirque.

  • 4 Paul Bouissac, « Volumes sonores et volumes gestuels dans un numéro d’acrobatie. Pour une expressio (...)
  • 5 Id., La mesure des gestes : essai sur les problèmes méthodologiques de la description et de la tran (...)
  • 6 Id., La mesure des gestes. Prolégomènes à la sémiotique gestuelle, Berlin, Mouton – De Gruyter, 197 (...)
  • 7 Id., Circus and Culture: A Semiotic Approach, Lanham, University Press of America, 1985 (1re éd. Bl (...)
  • 8 Id., Circus as Multimodal Discourse. Performance, meaning and ritual, Londres, Bloomsbury, 2012.
  • 9 Id., Semiotics at the Circus, Berlin, Mouton – De Gruyter, 2010.
  • 10 Id., The semiotics of Clowns and Clowning. Rituals of transgression and the theory of laughter, Lon (...)

4En précurseur, Paul Bouissac, encouragé par le Pr Claude Lévi-Strauss, est le premier d’entre nous à avoir envisagé scientifiquement le cirque, qu’il pratique avec son Gérard Debord animal circus de 1964 à 1966, après avoir intégré l’Université de Toronto en 1962 comme enseignant-chercheur. On lui doit des travaux majeurs où il pose en pionnier les bases de l’approche cybernétique4, linguistique5, sémiotique6 et culturelle7 du cirque. Il poursuit aujourd’hui une intense activité internationale de publication sur le sens8 et les signes9 du cirque, ou des clowns10.

  • 11 Ph. Goudard, Bilan et perspectives de l’apport médical dans l’apprentissage et la pratique des arts (...)
  • 12 Ph. Goudard, Philippe Perrin, Michel Boura, « Intérêt du calcul de la charge de travail pendant l’a (...)
  • 13 Ph. Perrin, « L’équilibration dans les sports acrobatiques », dans Ph. Goudard et Denys Barrault(...)

5Les travaux que nous débutons en 1988 sous la direction du Pr Michel Boura au laboratoire de physiologie des activités physiques de la faculté de Médecine et l’INSERM de Nancy et, grâce à son directeur Guy Caron, au Centre national des arts du cirque en France, alors que j’étais doctorant en médecine et pratiquais depuis 1974 le cirque comme artiste et producteur au sein de la compagnie « Artistes associés pour la recherche et l’innovation au cirque », ont d’abord porté sur l’étude énergétique et la pathologie dans les différentes disciplines du cirque. Rejoint par Philippe Perrin, aujourd’hui professeur en sciences et techniques des activités physiques et sportives à Nancy, spécialiste de l’équilibration humaine, et le Dr Denys Barrault, alors médecin-chef de l’Institut national des sports et de l’éducation physique à Paris et des équipes olympiques de gymnastique, plongeon et judo, nous fondons la Société française de médecine du cirque en 1990. Les travaux ont alors porté sur les perspectives de l’apport médical dans la pratique des arts du cirque11, l’étude systématique des problèmes de santé, la prophylaxie et les traitements12, les spécificités neuro-motrices des pratiques13, et ont posé l’hypothèse du cirque comme langage.

  • 14 Ph. Goudard, Arts du cirque, arts du risque, instabilité et déséquilibre dans et hors la piste (thè (...)
  • 15 Dominique Jando, «Les numéros de cirque : un chaos organisé pour le plaisir des sens », dans Daniel (...)
  • 16 Ph. Goudard, Le cirque entre l’élan et la chute.

6Après 1995, c’est à l’université Paul-Valéry – Montpellier 3, grâce au Pr Gérard Lieber, que nous étudions le rôle du déséquilibre, de l’impermanence et de l’instabilité, dans les formes, les sources et les disciplines du cirque, mettant en évidence une esthétique du risque14, qui participe à la fascination universelle qu’exerce ce « chaos organisé pour le plaisir des sens15 », où l’émotion provient des trajectoires des objets et des corps16 et où le système cognitif joue un rôle central dans les processus créatifs et la réception des spectateurs.

Les sciences en arts du cirque à l’université en France

7Depuis ces premiers travaux, le nombre de thèses de doctorat touchant aux arts du cirque a considérablement augmenté en France17, le Collectif des chercheurs sur le cirque (CCC) a été créé en 200618 et les doctorants étrangers sont attirés par le dynamisme de la recherche universitaire française en cirque. Plusieurs laboratoires ou unités de formation d’universités françaises s’intéressent périodiquement à différents domaines du cirque (Amiens, Besançon, Bordeaux, Caen, Lyon, Nancy, Orsay, Paris, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Versailles…).

  • 19 Marie-Ève Thérenty, Littérature et cirque, nº 42 de Autour de Vallès, 2012.
  • 20 Richard Étienne, Jean Vinet, Josiane Vitali (éd.), Quelle formation professionnelle supérieure pour (...)
  • 21 <http://www.pulm.fr/>.
  • 22 Nathalie Vienne-Guerrin, Ph. Goudard (éd.), Figures et représentations du clown, Montpellier, PULM, (...)
  • 23 Yvan Nommick, Ph. Goudard (éd.), Musique et cirque, une relation féconde, Montpellier, PULM, à para (...)
  • 24 D. Barrault, Ph. Goudard (éd.), Le cirque, outil de rééducation, Montpellier, PULM, à paraître.
  • 25 Thérèse Pérez-Roux, R. Étienne, J. Vitali (éd.), Professionnalisation des métiers du cirque : des p (...)
  • 26 Gérard Lieber, Ph. Goudard (éd.), Le cirque et la trace, Montpellier, PULM, à paraître.

8Parmi elles, l’université Paul-Valéry – Montpellier 3 a fait dès 1995 le choix de développer, soutenir et valoriser un enseignement et des recherches en arts du cirque, qui la placent au premier rang national et consacrent l’émergence du nouveau champ disciplinaire. Depuis 2008, le laboratoire RIRRA21-Équipe d’accueil 4209, que dirige le Pr Marie-Ève Thérenty, a pris position dans ce champ encore largement inexploré en rassemblant, pour des recherches inédites et pluridisciplinaires, des chercheurs en littérature, cinéma, théâtre, spectacle vivant, musicologie, nouveaux médias, esthétique, études culturelles, arts plastiques… auxquels s’associent régulièrement pour des colloques internationaux ou des publications, des spécialistes venant d’autres domaines des sciences humaines et sociales, de l’éducation, des activités physiques, cognitives ou encore de la médecine. Les bibliothèques de l’université disposent d’un fonds de 2 000 ouvrages et autant de périodiques de cirque, unique au sud de la France. Au Programme transversal cirque (2011-2014) succède aujourd’hui le programme Cirque : histoire, imaginaire, pratiques, reconnu en France et à l’étranger. Aux premiers ouvrages en littérature19 et sciences de l’éducation20, vont succéder dans la collection « Cirque » des Presses universitaires de la Méditerranée21 ceux sur les clowns22, le cirque et la musique23, la médecine du cirque24, les professionnalisations25, les origines du cirque26. Après Une semaine de cirque (2011) et Femmes de cirque (2014), la troisième édition d’Une semaine de cirque a réuni en mars 2016 créateurs, chercheurs, responsables d’institutions et spectateurs pour plusieurs colloques internationaux et spectacles sous le titre Le cirque : du cinéma aux nouveaux médias.

Développements et applications en attente de soutien

9Les entrepreneurs de cirque sont des innovateurs avisés. En France, Alain Pacherie, directeur du cirque Phœnix, fait appel aux nouveaux matériaux et techniques numériques pour augmenter les possibilités performatives des artistes, la capacité d’accueil et l’étonnement du public. En Belgique, Pascal Jacob nous confie aimablement pour cet article :

Dans le cadre du 150e anniversaire de l’entreprise Solvay, nous avons organisé un spectacle commémoratif où nous avons exploré les possibilités d’un fil de 40 mètres de long sans haubans ni cavalettis pour le tendre, conçu à partir d’un équivalent du Kevlar et d’une résistance à toutes épreuves. Nous avons aussi développé une piste surélevée avec un bassin intégré et une surface équipée de « muscles pneumatiques » pour faire apparaître et disparaître l’eau en quelques secondes, mais capables aussi de modifier la planéité du sol et de lui donner de légères courbes de retenue partielle d’eau…

10En Chine, le Groupe Franco Dragone, en association avec le Dalian Wanda Group Corporation Limited de Wang Jianlin, conglomérat chinois dont les investissements se chiffrent en dizaines de milliards de dollars ou d’euros, vient de créer à Wuhan The Han Show, un spectacle de cirque aquatique où les recherches technologiques et artistiques sont destinées à plusieurs villes chinoises. John Ringling (1866-1936) lui-même, fut mécène pour l’art et l’université. Ayant innové et fait fortune au cirque, il réunit une impressionnante collection d’art (Rubens, Poussin, Vélasquez…) et fit construire en 1929-1931 le John and Mable Ringling Museum of Art aujourd’hui intégré au State Museum of Florida, dont les fonds ont été confiés au Performing arts departement de la Florida State University.

11Mais le champ de savoirs et recherches scientifiques au cirque ne saurait se limiter à leurs applications techniques les plus lucratives. La question de l’espace y est centrale, qu’il s’agisse du rapport de l’acrobate aux forces mobilisées pour la prouesse, de la trajectoire des objets ou des corps, de l’itinérance, de l’espace cognitif des artistes et des spectateurs ou des réponses biologiques, logistiques, techniques, économiques et écologiques que les professionnels du cirque leur apportent. La physique, les neurosciences, l’économie, les sciences politiques ou de l’environnement peuvent trouver là un terrain d’expérimentations et d’applications.

12Dans le domaine des sciences de la vie, les résultats des recherches françaises sur la santé au cirque restent en attente des décideurs, d’une proposition de loi analogue à celle du 27 novembre 2015 « visant à protéger les sportifs de haut niveau et professionnels et à sécuriser leur situation juridique et sociale27 ». L’avenir des artistes et des jeunes en formation, main-d’œuvre aujourd’hui mondialisée vouée au turn-over infini en vigueur dans les secteurs de l’industrie culturelle ou du divertissement et des formations, semble moins important que les profits que permettent leur engagement dans la carrière, au péril de leur devenir sanitaire et social.

13Les sciences humaines et sociales ont beaucoup à apporter. Les questions des compétences, de la transmission, de la professionnalisation, des rôles éducatif et social du cirque, sont à aborder sous l’éclairage des sciences de l’éducation, de la psychologie, la sociologie, l’anthropologie. À l’historiographie, servie par les érudits du cirque, peuvent aujourd’hui succéder les recherches historiques indispensables. Les relations du cirque avec les autres arts, littérature, musique, arts plastiques, arts du spectacle vivant, enregistré ou numérique, sont à explorer au-delà de l’approche critique et notamment en ce qui concerne les processus de création et de réception, sous l’éclairage des sciences et techniques cognitives.

  • 28 Ph. Goudard, « Transversal vagabond : cirque et circulation culturelle», conférence du 5 mai 2008, (...)

14Par les situations extrêmes et l’adaptation permanente qu’il implique, le cirque constitue un véritable laboratoire expérimental des processus adaptatifs et créatifs humains, pour inventer des solutions répondant à la diversité de demain, objectif du programme expérimental Transversal vagabond, débuté en 200628, qui cherche un autre modèle de création et d’exploitation du spectacle vivant.

Le numéro d’équilibriste de la recherche scientifique française
en cirque à la recherche de soutiens

  • 29 Edmond Couchot, La Nature de l’art : ce que les sciences cognitives nous révèlent sur le plaisir es (...)

15La recherche en cirque recouvre diverses réalités, artistiques, techniques, scientifiques. Si la similitude des processus de création artistique et scientifique est aujourd’hui admise29, chaque domaine requiert cependant des formations, des compétences et des pratiques très différentes.

16En France, la recherche artistique en cirque dans les cirques privés « traditionnels », consiste essentiellement en adaptations et développements du vocabulaire des figures et du répertoire propres à plaire au public le plus large pour un marché attendant des produits formatés et un profit maximum. Les recherches du cirque « contemporain » ont elles aussi à être en adéquation avec les exigences et critères du marché culturel, étroitement maillé par les organes décisionnels et le système d’expertise des réseaux de diffusion subventionnés national et européen.

17Le ministère français de la Culture et de la Communication et les collectivités territoriales apportent des aides en création, diffusion, fonctionnement, équipement, aux recherches des créateurs du cirque contemporain innovants, tels Johann le Guillerm, Aurélien Bory, Adrien Mondot et Claire Bardainne. Avec 6 740 915 euros en 1999 et 12 483 467 en 2008, le budget consacré au cirque par le ministère de la Culture et de la Communication a presque doublé en dix ans. En 2015, les proportions sont restées les mêmes : le volume global consacré au secteur est d’environ 13 millions d’euros et la part consacrée au CNAC est d’environ un quart de ce montant.

18La recherche scientifique en arts du cirque, quant à elle, est financée par les universités sur les dotations du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche et validée par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. Les programmes bénéficient des salaires, équipements et frais de fonctionnements des laboratoires et unités de recherches. La dotation est de 7 000 € annuels en moyenne à Montpellier. Il faut donc trouver des aides privées ou publiques supplémentaires pour la recherche et sa valorisation.

19HorsLesMurs, Centre national de ressources des arts de la rue et des arts du cirque s’est doté d’une mission recherche de 2011 à 2014, limitée à une communication sur l’existant et à des actions de mise en réseaux de la recherche en cirque. Le Centre national des arts du cirque a depuis 2013, lui aussi, un service de la recherche et du développement, dont les chercheurs attendent de connaître les objectifs, les moyens, les appels d’offres, et qui semble plutôt œuvrer dans les domaines des applications en techniques et matériaux dédiées au cirque que dans la recherche scientifique. La Direction générale de la création artistique du Ministère de la culture a mis en place en juin 2015 une Mission recherche, dont les objectifs et moyens et la place réservée à la recherche scientifique française en cirque sont à ce jour inconnus. Enfin, les syndicats ou fédérations de cirque ne soutiennent pas la recherche scientifique en cirque.

20Par ailleurs, une confusion s’est installée chez de nombreux décideurs, entre approche critique, recherches artistique, scientifique, fondamentale, appliquée, technique, et l’expertise que chacune d’entre elles requiert, majorée par l’inscription des formations professionnelles supérieures en cirque dans le LMD. En Allemagne, lors d’un récent séminaire sur la recherche universitaire en cirque30, nous avons pu constater que, parmi une vingtaine de représentants d’universités européennes ayant un département « recherche en cirque », la majorité comptabilisait ses recherches et chercheurs en cirque parmi les travaux des étudiants de master ou même de licence. Le projet de Creator doctor, qui vise à permettre l’obtention d’un doctorat à partir d’une œuvre artistique, contribue également au flou existant entre recherche scientifique et artistique.

21La Fondation de France, la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation et l’action culturelle de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques soutiennent elles aussi sporadiquement la création et la recherche artistique en cirque. La SACD a développé en 2014 et 2015 Processus cirque, un dispositif innovant de soutien à la recherche artistique et scientifique en cirque (acoustique, matériaux, informatique, histoire…) attribuant huit bourses de 5 000 € par an. Ce programme a paradoxalement suscité une forte opposition d’une partie du réseau institutionnel des décideurs et chargés de diffusion français.

22Il n’existe donc à ce jour en France, en dehors de l’université, pas de politique nationale ou européenne d’incitation, soutien ou valorisation de recherches fondamentales en cirque dans les différents services du Ministère de tutelle des arts du cirque, les Collectivités territoriales, ou les Fédérations, ni aucun mécénat spécifique.

Le cirque et la Fondation BNP Paribas

23La Fondation BNP Paribas, qui vient de fêter ses 30 ans, soutient par son mécénat les Nouveaux arts du cirque depuis 1999 après s’être engagée tôt au côté d’artistes du spectacle vivant tels Angelin Preljocaj, Susan Bruige ou Olivier Py. Après que les banques BNP et Paribas ont fusionné en 2000, elles ont poursuivi ensemble les programmes mis en place en 1984, alors en régie directe par la BNP, et sous l’égide de la Fondation de France par la Fondation Paribas. Aujourd’hui, le montant annuel du budget de mécénat de BNP Paribas atteint 40 millions d’euros, fruit d’une pratique ancrée dans la culture de cette entreprise et des effets bénéfiques du vote, en 2003, de la loi française relative au mécénat, aux associations et aux fondations, dite « loi Aillagon », qui a presque doublé les avantages fiscaux incitant les entreprises à soutenir les projets associatifs.

24Martine Tridde-Mazloum, diplômée de Sciences Po Paris, fut responsable du mécénat du groupe jusqu’à la fin 2014. Au cours de l’entretien qu’elle a eu l’amabilité de nous accorder pour cet article, elle témoigne :

Le but de nos interventions est de conforter une structure afin qu’elle puisse mieux fonctionner, souvent en recrutant un administrateur ou un chargé de production. Pour développer leurs recherches les artistes ont besoin de dégager du temps pour créer. La création en France est souvent financée par l’État et les collectivités, dans l’idée qu’il ne faut pas être rentable, dans un rapport à l’argent diabolisé.

25Elle est pour autant d’accord avec nous sur le fait que le modèle du Cirque du Soleil, ultralibéral et industriel est une démarche éloignée de l’esprit du mécénat :

Notre budget était au départ modéré, nous avons développé des critères, une ligne de travail, dans l’esprit d’une activité généreuse, sans retour sur investissement obligé. Nous sommes arrivés sur la scène du cirque à la fin des années 1990. Au moment du succès de la « non danse », le cirque imposait son image d’art du mouvement. Nous avons alors soutenu Daniel Gulko, Johann le Guillerm, Aurélien Bory. Quinze banquiers autour de la table ! Le Comité de la Fondation n’était pas un comité de poètes, mais j’ai réussi à les faire rêver, grâce à certaines valeurs essentielles au cirque comme la prise de risque au quotidien, la performance, la solidarité, la co-activité, l’audace. Le cirque peut aller où il va grâce à l’audace. Ses valeurs sont identiques à celles de l’entreprise. J’ai ainsi pu mesurer l’importance du bien-fondé d’être là où on ne vous attend pas. Encore faut-il former les décideurs, le public, les artistes à cette rencontre-là.

26Sur la relation de la recherche et du mécénat, elle précise que

s’il existe une vraie générosité, une conscience de la banque d’intervenir en faveur de l’intérêt général, au-delà de sa seule fonction économique, il ne faut pas faire d’angélisme. Une entreprise a besoin de communiquer vers ses clients, ses collaborateurs, ses actionnaires ; le mécénat est l’un des outils de sa communication, en entraînant ces publics vers les artistes qu’elle soutient. Dans le même temps, je suis convaincue que le champ de la recherche non seulement artistique, mais aussi scientifique et technique offre aux entreprises de formidables opportunités de rencontres « du troisième type », tout en traduisant cet esprit d’innovation sans lequel aucune entreprise ne peut prétendre à une insertion réussie dans son environnement.

27Présidente du Centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne depuis janvier 2013, elle semble être la personne capable de dynamiser la mission de recherche de cet établissement public richement doté, pour que la recherche scientifique française en cirque, pionnière et innovante, y soit aujourd’hui soutenue et valorisée internationalement depuis la France.

Chercher pour l’avenir

  • 31 Ph. Goudard, « Être auteure de cirque en 2052 », dans Pourquoi ne pas le dire ? Blog, SACD, 26 sept (...)
  • 32 Michel Pébereau, Jean-Laurent Bonnafé, Fondation BNP Paribas, 30 ans, Dossier de presse, octobre 20 (...)

28Les artistes du cirque possèdent, par essence et nécessité, l’audace de se projeter dans l’avenir, immédiat, de la prouesse, à long terme, de la survie. Phénomène culturel universel, le cirque inclut la recherche permanente d’adaptation et a autant à recevoir de la société qu’il peut lui apporter de modèles innovants pour relever les défis cruciaux de l’avenir. Comme nous avons, dans les années 1970, rêvé le cirque actuel, aujourd’hui, ses scientifiques et créateurs, doivent rêver le cirque de demain, en conjuguant recherches scientifiques et artistiques31, dans des domaines aussi variés que les nouveaux matériaux, la santé, les processus cognitifs, l’éducation, l’économie, le patrimoine, l’environnement, qui tous, concernent le cirque. La grande révolution numérique a émergé au MIT dans les années 1960, par le financement des recherches scientifiques en mathématiques, intelligence artificielle et informatique appliquées aux travaux de la photographe Nancy Burson. La Fondation BNP Paribas montre un grand intérêt pour les nouveaux arts du cirque et de façon générale pour l’expression artistique ; elle soutient par ailleurs des programmes de recherche scientifique, d’éducation et d’action sociale. Des programmes qui sont en résonance avec ce qu’écrivent Jean-Laurent Bonnafé, administrateur général et Michel Pébereau, président d’honneur de BNP Paribas et de la fondation32 : « une banque d’un monde qui change… à l’écoute des mutations de notre société. »

29Son mécénat représente sans aucun doute, au regard des usages publics, un grand espoir pour la recherche scientifique française en cirque.

Haut de page

Notes

1 Après une carrière internationale d’artiste et de producteur de cirque, Ph. Goudard dirige le programme de recherche « Cirque : histoire, imaginaires, pratiques » du laboratoire RIRRA 21 de l’université Paul-Valéry – Montpellier 3 où il est professeur.

2 Gwenola David-Guibert, Jean-Michel Guy, Dominique Sagot-Duvauroux, Les Arts du cirque. Logiques et enjeux économiques ?, Paris, La documentation française, 2006.

3 Philippe Goudard, Le cirque entre l’élan et la chute, Montpellier, Éditions Espace 34, 2011.

4 Paul Bouissac, « Volumes sonores et volumes gestuels dans un numéro d’acrobatie. Pour une expression mathématique des gestes », Langages, 1968, 3 (10), pp. 128-131.

5 Id., La mesure des gestes : essai sur les problèmes méthodologiques de la description et de la transcription des comportements acrobatiques, thèse de lettres soutenue à Paris en 1970 (inédite).

6 Id., La mesure des gestes. Prolégomènes à la sémiotique gestuelle, Berlin, Mouton – De Gruyter, 1973.

7 Id., Circus and Culture: A Semiotic Approach, Lanham, University Press of America, 1985 (1re éd. Bloomington, Indiana University Press, 1976).

8 Id., Circus as Multimodal Discourse. Performance, meaning and ritual, Londres, Bloomsbury, 2012.

9 Id., Semiotics at the Circus, Berlin, Mouton – De Gruyter, 2010.

10 Id., The semiotics of Clowns and Clowning. Rituals of transgression and the theory of laughter, Londres, Bloomsbury, 2014.

11 Ph. Goudard, Bilan et perspectives de l’apport médical dans l’apprentissage et la pratique des arts du cirque en France, thèse de médecine soutenue en 1989 à l’université de Nancy 1 (inédite).

12 Ph. Goudard, Philippe Perrin, Michel Boura, « Intérêt du calcul de la charge de travail pendant l’apprentissage des arts du cirque », Cinésiologie, 1992, 31 (143), pp. 141-150.

13 Ph. Perrin, « L’équilibration dans les sports acrobatiques », dans Ph. Goudard et Denys Barrault (éd.), Médecine du cirque, Montpellier, 2004, pp. 19-27 ; D. Barrault, « Les pertes de figure en acrobatie », dans Ph. Goudard et Maripaule Barberet (éd.), Écrits sur le sable, 1994, 94 (2), pp. 143-152 ; Francis Lestienne, Philippe A. Liverneaux, Francine Thullier, « Perception de l’espace : rôle du mouvement céphalique dans l’orientation du regard », dans Ph. Goudard et M. Barberet (éd.), Écrits sur le sable, pp. 167-179 ; Nikolaus-Maria Holtz, « La jonglerie des chiffres », dans Ph. Goudard et M. Barberet (éd.), Écrits sur le sable, pp. 181-187 ; Ph. Perrin, F. Lestienne, Ph. Goudard, « L’équilibre du funambule », dans Ph. Goudard et M. Barberet (éd.), Écrits sur le sable, pp. 129-134 ; Brice Isableu, Benoît Bardy, « Contrôle de la distribution des masses : modélisation et perspectives au cirque », dans Ph. Goudard et D. Barrault (éd.), Médecine du cirque, Montpellier, 2004, pp. 29-34.

14 Ph. Goudard, Arts du cirque, arts du risque, instabilité et déséquilibre dans et hors la piste (thèse en arts du spectacle soutenue en 2005 à l’université de Montpellier), Lille, ANRT, 2008 ; « Esthétique du risque : du corps sacrifié au corps abandonné », dans Emmanuel Wallon (éd.), Le cirque au risque de l’art, Arles, Actes Sud, 2013 (1e éd. 2002), pp. 23-34.

15 Dominique Jando, «Les numéros de cirque : un chaos organisé pour le plaisir des sens », dans Daniel Noël (éd.), The circus, 1870-1950, Cologne, 2008, p. 346.

16 Ph. Goudard, Le cirque entre l’élan et la chute.

17 Ph. Goudard, Magali Libong, « Bibliographie européenne des arts du cirque », dans Bibliographie européenne des arts du cirque et de la rue, Paris, 2010, pp. 27-30 (en ligne sur <http://horslesmurs.fr/wp-content/uploads/2014/02/Biblio-Européenne-Arts-du-cirque-sept-2009.pdf>).

18 <https://calenda.org/222858?file=1>.

19 Marie-Ève Thérenty, Littérature et cirque, nº 42 de Autour de Vallès, 2012.

20 Richard Étienne, Jean Vinet, Josiane Vitali (éd.), Quelle formation professionnelle supérieure pour les arts du cirque, Paris, L’Harmattan, 2014.

21 <http://www.pulm.fr/>.

22 Nathalie Vienne-Guerrin, Ph. Goudard (éd.), Figures et représentations du clown, Montpellier, PULM, à paraître.

23 Yvan Nommick, Ph. Goudard (éd.), Musique et cirque, une relation féconde, Montpellier, PULM, à paraître.

24 D. Barrault, Ph. Goudard (éd.), Le cirque, outil de rééducation, Montpellier, PULM, à paraître.

25 Thérèse Pérez-Roux, R. Étienne, J. Vitali (éd.), Professionnalisation des métiers du cirque : des processus de formation et d’insertion aux épreuves identitaires, Paris, L’Harmattan, à paraître.

26 Gérard Lieber, Ph. Goudard (éd.), Le cirque et la trace, Montpellier, PULM, à paraître.

27 <www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031535624&>.

28 Ph. Goudard, « Transversal vagabond : cirque et circulation culturelle», conférence du 5 mai 2008, École nationale de cirque de Budapest, Hongrie ; « Transversal Vagabond, cirque chic et pas cher » et « Le risque au cirque : une esthétique? », conférences du 13 décembre 2012 (séminaire transversal du Projet Valeur(s), Le spectacle dans le développement territorial), Le Grand T, Nantes.

29 Edmond Couchot, La Nature de l’art : ce que les sciences cognitives nous révèlent sur le plaisir esthétique, Paris, Hermann, 2012.

30 <https://zirkuswissenschaft.wordpress.com/>.

31 Ph. Goudard, « Être auteure de cirque en 2052 », dans Pourquoi ne pas le dire ? Blog, SACD, 26 septembre 2013 au 1 novembre 2013, <http://www.ca.blog.sacd.fr/index.php/2013/09/26/etre-auteure-de-cirque-en-2052-partie-1/>, <http://www.ca.blog.sacd.fr/index.php/author/philippe-goudard/>.

32 Michel Pébereau, Jean-Laurent Bonnafé, Fondation BNP Paribas, 30 ans, Dossier de presse, octobre 2014, pp. 2-3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Goudard, « Le mécénat : un espoir pour la recherche scientifique française en arts du cirque »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 46-2 | 2016, 273-282.

Référence électronique

Philippe Goudard, « Le mécénat : un espoir pour la recherche scientifique française en arts du cirque », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 46-2 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7260 ; DOI : 10.4000/mcv.7260

Haut de page

Auteur

Philippe Goudard

Université Paul-Valéry - Montpellier 3 (Rirra 21)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals