Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Le financement de la recherche sur projets : pourquoi et comment ?

Le financement de la recherche sur projet, facteur d’évolution de l’Institut universitaire de France

Marie-Claude Maurel
p. 347-348

Texte intégral

  • 1   « Il est créé un Institut universitaire de France qui a pour mission le développement de la reche (...)

1Conçu pour devenir un instrument de promotion de l’excellence individuelle en matière de recherche, l’Institut universitaire de France (IUF), créé en 1991, a représenté une avancée majeure dans la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche, en offrant aux lauréats des conditions d’accueil inhabituelles : délégation de recherche de cinq ans, décharge du service d’enseignement et versement d’une dotation financière à des fins de recherche, sans parler d’une reconnaissance de la qualité scientifique des candidats retenus, accordée par un jury exigeant1.

  • 2   Lors de sa création, l’IUF accueillait chaque année une promotion composée de 15 seniors et de 25 (...)

2Une des principales singularités de l’IUF, au début de la décennie 1990, à savoir la nomination sur le seul critère de l’excellence scientifique du candidat, s’est progressivement muée en un dispositif institutionnel élargi à un plus grand nombre d’enseignants-chercheurs2, tandis que les modalités d’évaluation s’alignaient progressivement sur les exigences standards de la recherche sur projet. Du fait de son insertion dans un système d’enseignement supérieur et de recherche en pleine mutation, l’IUF a dû s’adapter tant sur le plan des dispositions réglementaires que sur celui des procédures de sélection des candidats à la délégation de recherche, notamment du fait de la forte progression des postes ouverts, visant à revaloriser les carrières scientifiques afin de les rendre plus attractives.

3Le mode de sélection sur projet, qui n’existait pas au départ, a été introduit en 1994, supprimé en 1998, subrepticement réintroduit en 2001 et systématiquement réaffirmé à partir de la campagne de recrutement 2003. C’est devenu un élément déterminant de l’évaluation qui tend à rapprocher le mode de désignation des lauréats de l’IUF des autres dispositifs de sélection sur projets, qu’ils soient nationaux ou internationaux. À la différence de beaucoup d’autres modes de soutien de la recherche, qu’elle soit fondamentale ou appliquée, les candidats ne sont pas contraints de répondre à des appels à projet thématiques mais sont libres de proposer leur propre projet scientifique pour une durée de cinq ans.

4La reconnaissance de l’excellence académique est l’aboutissement d’une compétition inscrite dans un cadre normatif. La mission d’évaluer, de comparer et de traduire en classement les candidats est confiée à deux jurys distincts (pour les « juniors » et pour les « seniors »), indépendants et souverains, dont les membres sont nommés par arrêté ministériel sur proposition d’une commission de désignation. Les lauréats sont sélectionnés au terme d’une évaluation exigeante par un jury pluridisciplinaire qui comporte au moins deux cinquièmes d’universitaires étrangers. La pertinence et la faisabilité du projet présenté par le candidat interviennent dans l’appréciation émise, selon des critères comparables à ceux qui sont utilisés par les instances d’évaluation telles que les comités de l’ERC. Le dossier de chaque candidat est évalué par deux rapporteurs, spécialistes de la discipline, selon une grille de critères relatifs à la qualité du parcours scientifique du candidat, et à la pertinence et à la faisabilité du projet présenté. Les notes et les avis émis par les évaluateurs font ensuite l’objet d’une discussion en deux sous-jurys (sciences de la matière, de la nature et du vivant, d’une part, humanités et sciences sociales, d’autre part), et d’une délibération en séance plénière afin d’établir le classement final des lauréats.

5Les modes d’évaluation de la production scientifique étant pluriels, il peut sembler ambitieux de vouloir juger de l’excellence indépendamment des cadres disciplinaires. Le croisement des regards disciplinaires, systématiquement pratiqué au sein des sous-jurys, présente l’avantage de mieux évaluer l’intérêt des recherches interdisciplinaires et de celles qui ouvrent de nouveaux fronts de la connaissance. À l’évidence, un tel mode de sélection repose sur la qualité des pairs qui composent le jury. Le choix des membres des jurys se fonde sur des critères exigeants : parcours académique de haut niveau, indépendance d’esprit, aptitude à évaluer l’originalité et l’innovation, sens de l’équité. Le bon fonctionnement du jury requiert de chacun de ses membres le respect des règles d’évaluation, de la souveraineté de chaque discipline, ainsi que de leur capacité à délibérer. C’est grâce à ce dispositif rigoureux de sélection des meilleurs candidats et projets que l’IUF peut remplir sa fonction d’encouragement et de soutien à une recherche de haut niveau au sein des universités.

6Parmi les membres de l’IUF, on compte ainsi de nombreux savants ayant obtenu une reconnaissance scientifique internationale ou nationale de tout premier plan. Instrument souple de promotion de l’excellence individuelle, le dispositif d’accueil de l’IUF favorise aussi l’autonomie des juniors, la prise de risque, la créativité et l’innovation de l’ensemble de ses membres. C’est dire que dans une compétition scientifique désormais mondiale, le rôle de cette institution constitue un incontestable atout pour la visibilité du système d’enseignement supérieur et de recherche.

Haut de page

Notes

1   « Il est créé un Institut universitaire de France qui a pour mission le développement de la recherche de haut niveau dans les universités » (article 1 du décret du 26 août 1991).

2   Lors de sa création, l’IUF accueillait chaque année une promotion composée de 15 seniors et de 25 juniors. Ils ont été rejoints par 40 autres et ainsi de suite chaque année, ce qui a assuré la montée en puissance du dispositif d’accueil des universitaires nommés pour une période de cinq ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Maurel, « Le financement de la recherche sur projet, facteur d’évolution de l’Institut universitaire de France »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-1 | 2017, 347-348.

Référence électronique

Marie-Claude Maurel, « Le financement de la recherche sur projet, facteur d’évolution de l’Institut universitaire de France », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7549 ; DOI : 10.4000/mcv.7549

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Maurel

Directrice de recherche au CNRS, ancienne administratrice de l’IUF

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals