Navigation – Plan du site
Dossier. Les sociétés démocratiques en France et en Espagne : fragilités et mutations

Éducation, représentation, tripartisme : la loi du milieu

Educación, representación, tripartismo: la ley del medio
Education, representation, three-party system: the middle of the road
Hervé Le Bras
p. 121-132

Résumés

La démocratie représentative est confrontée à un dilemme, voire à une contradiction : tous les citoyens sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres, soit qu’on les élise pour leurs compétences supérieures, soit qu’une fois élus sans mandat impératif, ils aient plus de pouvoir que les autres. La représentation ajoute un biais supplémentaire du fait des modes de scrutin qui avantagent certains partis. L’article montre comment cela se produit actuellement en France. Le basculement d’un bipartisme droite-gauche vers un tripartisme du fait de la montée de l’extrême droite fausse le résultat des élections en raison des reports entre les deux tours. La tendance qui se trouve au milieu, en l’occurrence la droite, bénéficie des reports des deux côtés, de l’extrême droite quand elle est opposée à la gauche et de la gauche quand elle est opposée à l’extrême droite, comme on le détaille dans le cas des élections départementales. Ce même mécanisme explique la victoire du candidat Fillon à la primaire de droite car il se situait entre les deux extrêmes, Juppé proche du centre, et Sarkozy proche de l’extrême droite. Les candidatures à la primaire de gauche ont aussi intégré le mécanisme, mais sans doute en vain car les deux candidatures extrêmes sont dans ce cas hors du jeu, Macron vers le centre et Mélenchon vers l’extrême gauche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Manin, 1995.

1Dans une société où l’éducation est sinon universelle, du moins très largement répandue, tout citoyen devrait avoir à peu près une chance égale de faire partie de la représentation nationale. C’était le cas dans l’Athènes classique où les citoyens qui jouissaient d’une éducation assez semblable (notamment pour être passés par l’éphébie) avaient une chance égale d’accéder à une charge publique car la plupart d’entre elles, sauf les plus techniques, étaient tirées au sort1. Or, le niveau éducatif des Français a considérablement augmenté au cours des années récentes. L’éducation y est obligatoire jusqu’à 16 ans. La proportion d’élèves qui terminent leur scolarité sans diplôme est certes trop élevée mais ne dépasse pas 10 %, ce qui laisse 90 % aux diplômés. La proportion de bacheliers qui n’atteignait pas 30 % au cours des années 1960 frise maintenant les 70 %. Les conditions paraissent donc réunies pour que chacun ou presque puisse accéder à une magistrature publique. Au contraire, les députés et les sénateurs appartiennent de plus en plus à une élite restreinte, ce dont les accusent les populistes dans toute l’Europe. Pourquoi une telle situation prévaut-elle ? Comment les populistes ainsi confortés dans leurs récriminations faussent-ils le jeu démocratique en s’installant comme tierce force entre la droite et la gauche, ce qui transforme notre régime en tripartisme ? Les difficultés de la représentation politique se développent ainsi sur deux fronts, celui de l’accès des citoyens aux fonctions politiques et celui de la représentation des tendances politiques au sein des assemblées politiques.

Les raisons de la représentation

  • 2 La mer Noire actuelle.

2Deux raisons principales ont imposé le principe de la représentation dans les démocraties modernes : le nombre élevé des citoyens et la volonté de choisir les plus éduqués. Sur la première question, les auteurs anciens et classiques sont clairs. Aristote ne s’en préoccupe pas puisque les cités ont un petit nombre de citoyens, au plus 15 000 pour Athènes, la plus importante d’entre elles. Quand le nombre des citoyens s’accroît trop, une fraction d’entre eux est envoyée fonder une colonie, qui devient une nouvelle cité. Les Grecs essaimèrent ainsi sur tous les rivages de la rive nord de la Méditerranée et à l’ouest du Pont Euxin2 jusqu’en Crimée. Au sujet du nombre de citoyens, Platon est dans la même ligne qu’Aristote puisqu’il le fixe à 5 040 dans sa cité idéale. Plus près de nous, Montesquieu maintient l’exigence d’un petit nombre de citoyens dans une démocratie ou République pour une raison d’efficacité : le temps requis pour que l’ensemble des citoyens prenne une décision s’allonge si le territoire est étendu car il faut les consulter. Aussi, les Républiques doivent conserver une petite taille (« médiocre » dirait Montesquieu). Les monarchies sont plus vastes car les décisions ne demandent plus l’approbation de tous mais de corps constitués tels que la noblesse qui peuvent résider auprès du souverain. Enfin, dans les empires, immenses, la décision étant le fait d’un seul, l’empereur, il n’y a pas de limitation de dimension. Rousseau, pourtant si souvent en désaccord avec Montesquieu partage son avis sur ce point. Dans le Contrat social, il restreint la dimension d’une République à 10 000 citoyens, en souvenir sans doute de son origine genevoise, mais surtout car, au-delà de ce nombre, la démocratie directe, donc le contrôle des citoyens sur les charges, n’est plus possible. La seule correction qu’il acceptait était le mandat impératif, impossible à mettre en œuvre concrètement car les hommes politiques doivent le plus souvent faire face à des situations qui n’avaient pas été prévues au moment de leur élection.

  • 3 Hamilton, Madison, Jay, 2012.

3La seconde raison qui explique mais ne justifie pas le recours à la représentation, donc à l’élection de représentants des citoyens pour légiférer, est moins avouable. Elle a fait l’objet de débats entre les pères fondateurs de la démocratie américaine. Les uns souhaitaient que la future chambre des représentants reflète exactement la composition sociale et démographique du pays, ce qui est la signification du terme « représentatif » en statistiques. Les autres dont Alexander Hamilton désiraient au contraire que les élus et le premier d’entre eux, le Président, soient des personnalités d’une grande compétence et d’une haute valeur morale. Ils craignaient, sans toujours l’avouer explicitement, que la République tombe aux mains de démagogues. Aristote ne les aurait pas contredits qui y voyait le principal danger de la démocratie. Les citoyens pauvres plus nombreux que les riches pouvaient chercher à dépouiller ces derniers. Le sens du mot démocratie en grec n’est d’ailleurs pas aussi irénique qu’en français. Demos signifie certes le peuple dans sa forme égalitaire (par opposition à laos qui désigne un peuple hiérarchisé et souvent en formation guerrière). Mais kratos se traduit par force ou par violence. Démocratie signifie donc, en ce sens, la violence du peuple. En plaidant pour des représentants compétents, Hamilton pensait à des représentants éduqués, plus éduqués que le bas peuple. Ainsi, les représentants permettraient d’éviter la démagogie. Leur éducation favoriserait la prise de décisions mûrement réfléchies, tandis que le peuple commun agissait d’habitude sous l’emprise d’émotions3.

Les conséquences sociales de la montée de l’éducation en France et dans le Monde

4Dans la plupart des États modernes, le nombre important de citoyens donne toute sa force au premier argument en faveur de l’élection de représentants par opposition à une démocratie directe, bien que le débat ne soit pas clos à la suite de l’apparition de nouveaux modes de communication et de débat du fait d’Internet. Au contraire, la seconde raison, l’ignorance dans laquelle se trouverait la masse du peuple ne peut plus être invoquée. L’éducation a fait des progrès formidables dans le monde entier, y compris dans les pays développés, où elle s’est intensifiée et généralisée au cours des dernières décennies.

  • 4 Delannoi, Dowlen, 2010.

5Ainsi, en France, alors qu’au recensement de 1982 75 % des ouvriers qui constituaient encore plus d’un tiers de la population active ne possédaient aucun diplôme supérieur au certificat d’étude ou au brevet, trente ans plus tard, à l’enquête de recensement de 2012, plus des deux tiers des ouvriers sont titulaires d’un CAP, d’un BEP et souvent d’un bac technique ou technologique. Le même progrès éducatif se retrouve chez les autres catégories populaires comme les employés et chez les classes moyennes, celles des « catégories intermédiaires » de l’INSEE. En principe, donc, l’obstacle de l’ignorance de la majorité des citoyens ne peut plus être allégué pour la sélection d’une représentation politique. L’immense majorité des citoyens peut exercer une charge élective. Des propositions de consultation par tirage au hasard réapparaissent d’ailleurs récemment4. Pourtant, l’écart s’est accentué entre la classe politique devenue une véritable profession avec son cursus honorum et le reste de la nation. Il y a plusieurs raisons à ce détestable état de fait.

  • 5 INSEE, 2015.

6C’est d’abord une belle chose d’acquérir des diplômes, mais c’est encore mieux de trouver un emploi correspondant au niveau de compétence qu’ils sanctionnent ou garantissent. Or, les entreprises et les administrations n’ont pas modifié la structure de leurs emplois au rythme où ces nouveaux diplômés arrivaient sur le marché du travail. Cela a eu plusieurs conséquences. D’abord, les salaires des diplômés à leur premier emploi ont baissé en raison de la concurrence que leur nombre nourrissait. Alors qu’en 1982, à son premier engagement, un jeune titulaire d’un bac +5 gagnait trois fois plus qu’un jeune sans diplôme, l’écart n’était plus que de 1 à 1,7 en 20145. Les salaires des jeunes sans diplômes ont progressé plus vite que le niveau de vie moyen tandis que ceux des bacs +5 ont régressé.

7Un dérivatif à la difficulté des diplômés à s’insérer sur le marché du travail est la déqualification. De nombreux jeunes ont finalement accepté un travail qui ne demandait pas une compétence aussi élevée que celle qu’ils avaient acquise et qui leur avait été certifiée par le diplôme. Il en est résulté une amertume, voire une rancœur qui se retourne contre la société en général accusée de ne pas tenir les promesses de l’éducation qu’elle prodiguait.

8Plus gravement, les mécanismes de recrutement ont été faussés. Le fait que beaucoup de candidats postulent à un emploi a pour conséquence que plusieurs sont également aptes à l’occuper. Comment choisir entre les ex-aequo ? Des critères autres que la compétence et le diplôme ont alors fait la différence. Un lien personnel, familial ou local avec le recruteur a pu entrer en ligne de compte désavantageant ceux qui avaient un réseau social plus faible, par exemple les immigrés, ou ceux qui venaient de l’extérieur. Il ne s’agissait pas de piston en ce sens qu’aucun candidat ne passait devant un autre possédant un profil supérieur, mais seulement qu’en cas d’égalité des candidats, d’autres critères que le diplôme et la compétence intervenaient. Cela, ajouté à la baisse du salaire de première embauche et à la déqualification, a créé un mobile supplémentaire de mécontentement.

9Enfin, les individus ne se comparent pas seulement au sein d’une même génération mais entre générations. Force est alors de constater que les jeunes actuels, à diplôme égal ou supérieur à celui de leurs parents ont un moins bon début de carrière et des perspectives plus incertaines. Là où un bac avait suffi trente ans auparavant, il faut maintenant au moins une licence.

10On liste ici une à une les causes d’insatisfaction qu’a engendré la montée en puissance de l’éducation, mais pour les intéressés, elles forment un tout qui les a conduits à rejeter un système où ils ne trouvaient pas la place que promettait leur éducation. Ils se sont alors tournés vers des mouvements ou des partis qui proposaient de renverser le système, autrement dit des partis populistes. Le profil des électeurs du FN répond bien à cette description : ils sont plus fréquemment issus de milieux populaires ou petits bourgeois et déjà engagés dans la vie active. En effet, aux dernières élections par exemple, les jeunes âgés de moins de 25 ans ont voté pour le FN un peu moins que la moyenne nationale. Les adultes de 25 à 55 ans, donc ceux qui étaient actifs, ont voté nettement plus que la moyenne (et les personnes âgées de plus de 60 ans nettement moins, mais c’est une autre histoire).

Contradictions territoriales

11Le raisonnement qui précède saute sans transition de l’échelle nationale à l’échelle individuelle, de la statistique à la psychologie. Au niveau global, les séries statistiques décrivant la progression de l’éducation et du nombre de diplômés, l’évolution des salaires au premier emploi, la montée des votes populistes, constituent un important matériel empirique. Mais les déductions qui viennent d’en être tirées sur les comportements des individus sont conjecturales. Un test de leur véracité consiste à se placer à une échelle intermédiaire entre l’individu et l’État ou le pays entier, celle des territoires, en l’occurrence les 4 000 anciens cantons français pour lesquels on dispose à la fois de données sociales et de résultats électoraux récents. En toute logique, là où l’éducation a le plus progressé, les frustrations devraient être les plus élevées si l’on s’en tient aux arguments développés plus haut. Or c’est l’inverse. Là où la proportion de jeunes sans diplômes est la plus faible, soit dans le grand Ouest et dans le Sud-Ouest, de la Loire aux Pyrénées, les suffrages en faveur de l’extrême droite sont aussi les plus faibles. Inversement, dans une vaste zone au nord d’une ligne Le Havre-Belfort et sur le rivage méditerranéen jusqu’à cent kilomètres de profondeur, là où les scores du FN sont les plus élevés, la proportion de jeunes sans diplômes est importante ainsi que le chômage et les inégalités de revenus. Les différences entre les cantons suivent ainsi une relation inverse de celle qui a été postulée pour les individus pour lesquels un haut niveau d’éducation était censé engendrer un fort vote FN.

12Ce n’est pas tout, car une nouvelle inversion se produit quand on scrute les mêmes quantités non plus dans l’espace concret des cantons mais selon la dimension des communes. Si l’on excepte l’agglomération parisienne, on tombe sur la relation suivante : plus une commune a une population importante, plus le chômage est important, plus la proportion de sans-diplômes augmente, plus l’inégalité des revenus s’accroît, et moins le FN récolte de suffrages, ce qui correspond cette fois au raisonnement initial et inverse le résultat constaté au niveau géographique des cantons. On peut bien sûr proposer des explications qui rendent compte de ces nouvelles observations, mais les aurait-on prodiguées si l’on n’avait pas eu connaissance des données dont on vient de parler ?

13De même qu’on a simplifié l’effet des causes d’insatisfaction engendrées par la progression de l’éducation en les groupant dans un sentiment global, les causes sociales qui viennent d’être évoquées forment un système. Les sans-diplômes étant beaucoup plus touchés par le chômage et ayant des revenus plus faibles, il n’est pas étonnant de retrouver ces trois causes ensemble au niveau géographique. On pourrait leur ajouter l’éclatement des familles soumises à ces difficultés. Effectivement dans les régions qui se portent le plus mal, les familles monoparentales sont plus fréquentes, ainsi que dans les grandes agglomérations. La précarité forme système, chaque cause interférant avec les autres au point de former un tout où elles deviennent indissociables.

  • 6 Braconnier, Mayer, 2015.

14Comment mettre ce système en relation avec la fréquence du vote FN qui lui correspond dans le découpage régional mais non selon la taille des communes ? L’idée simple selon laquelle ce sont les plus pauvres, les exclus, qui voteraient pour l’extrême droite ne tient pas la route comme l’ont montré les enquêtes effectuées par Cécile Braconnier et Nonna Mayer : les plus déshérités s’inscrivent moins souvent sur les listes électorales et s’abstiennent de voter plus souvent que la moyenne6. Le vote populiste est alors le fait des électeurs qui sont à proximité ou au contact des plus mal lotis. À nouveau, se pose la question de faire le saut vers une explication comportementale : est-ce la peur de tomber dans cet état de déréliction, peur que documentent les enquêtes eurobaromètre avec la question « craignez-vous de tomber en état de pauvreté ? » à laquelle 45 % des Français répondent positivement ? Est-ce le sentiment d’un recul de l’État, d’un abandon, étant donné les dysfonctionnements et la misère qui s’étalent quotidiennement sous les yeux ?

  • 7 Fourquet, 2016.

15Les explications courantes parlent de « fracture territoriale », ce qui décrit la chose mais ne l’explique pas. Cette fracture est attribuée à la raréfaction des services publics en dehors des grandes agglomérations mais aussi dans les espaces péri-urbains. Explication à nouveau peu convaincante car la mobilité des Français a beaucoup augmenté avec la généralisation de l’auto qui les a rapprochés des services. Sans la démocratisation automobile, les centres commerciaux feraient faillite. Quant aux personnes qui ne sont pas motorisées, des jeunes mais surtout des personnes âgées dont la proportion est nettement plus fréquente dans les zones rurales, leurs suffrages vont beaucoup plus rarement que la moyenne au FN comme on l’a vu plus haut, ce qui rend caduc le rôle prêté à l’éloignement des services dans la montée du vote FN. Tout au plus, des enquêtes fines de l’IFOP ont-elles montré que le vote FN diminuait un peu à proximité des gares de banlieue, donc des facilités de transport7.

Le tripartisme

  • 8 Le total fait 98 % et non 100 % en raison d’arrondis et surtout de la présence de candidats région (...)

16La conclusion la moins pessimiste qu’on puisse tirer des explications précédentes est que chacune contient une part de vérité, sans doute assez minime, et que d’autres causes nous échappent. Quoi qu’il en soit, leur conséquence, tout comme la raison de notre interrogation, est un vote FN élevé qui a progressé par paliers : 0,2 % aux élections législatives de 1978, 12,4 % aux Européennes de 1984, puis aux présidentielles suivantes, 18,5 % à la présidentielle de 2002 et à celle de 2012, enfin 28 % aux trois dernières élections (européennes, départementales et régionales). Ce dernier pourcentage qui met le FN assez proche de l’ensemble de la droite (33 % aux élections régionales de 2015) et même de la gauche (37 %)8 crée une situation politique nouvelle qui fausse un dispositif essentiel de nos démocraties, le bipartisme ou le partage entre une majorité et une opposition. Le dispositif électoral à deux tours de scrutin a été forgé essentiellement pour favoriser le bipartisme. Au premier tour, droite et gauche s’égayent en différentes tendances. Les deux parvenues en tête s’affrontent au second tour. Le but est d’éliminer de la représentation nationale les partis les plus faibles et d’augmenter l’avance, en termes d’élus, du parti qui a obtenu le plus de suffrage. D’autres dispositifs permettent d’atteindre un objectif voisin, par exemple en Allemagne, l’élimination des partis n’ayant pas obtenu 5 % des suffrages ou, en Angleterre, le scrutin uninominal à un seul tour.

17La montée du FN change la donne. Les élections présidentielles françaises en apportent la preuve. Tant que le parti de Jean-Marie Le Pen plafonnait à 12 %, plusieurs candidats de gauche et plusieurs candidats de droite pouvaient s’affronter (par exemple Chirac et Balladur en 1995) sans craindre d’être tous éliminés du second tour. Avec un FN à 18 %, l’affaire s’est compliquée comme Lionel Jospin en a fait l’amère expérience en 2002, éliminé par Jean-Marie Le Pen. Désormais, avec 28,5 % des suffrages, le FN est pratiquement certain de figurer au second tour si la gauche ou la droite ou les deux partent en ordre dispersé. Vraisemblablement, cette évidence a pesé pour l’adoption par la gauche puis par la droite de primaires destinées justement à éviter un foisonnement de candidatures dans le même camp. Le jeu démocratique n’est donc pas faussé à ce stade puisqu’une réponse a été trouvée (encore faut-il qu’elle soit acceptée par tous les protagonistes, ce qui n’a pas été le cas d’une large fraction de la gauche en 2017). Mais dans le cas des élections législatives, cantonales (départementales) et régionales, la démocratie est irrémédiablement faussée par le tripartisme.

Malheur aux extrêmes

  • 9 Le Bras, 2016.

18Les élections départementales de 2015 avec 1 995 nouveaux cantons à pourvoir de deux représentants (un homme et une femme du même parti) élus au suffrage universel à deux tours ont fourni une démonstration des biais causés par le tripartisme. Alors qu’en termes de suffrages le FN avait engrangé 28 % des suffrages, la droite 34 % et la gauche 36 % (le solde allant à quelques régionalistes, autonomistes ou indépendantistes), la droite a eu 1 196 élus, la gauche, 765 et le FN, 34. Soit en pourcentages : 60 %, 38 % et 1,5 %, respectivement. L’élimination presque totale du FN est assez logique, mais le bénéfice obtenu par la droite alors qu’elle était devancée par la gauche au premier tour est plus surprenant à première vue. Il s’explique cependant en termes quasi mécaniques par les reports entre les deux tours lors des trois types possibles de duels qui ont eu lieu au second tour dans trois cantons sur quatre. Le nombre de cantons où chacun de ces duels a eu lieu est en effet suffisamment élevé pour que l’on puisse énoncer des règles générales9. Elles sont les suivantes :

  • en cas de duel droite-FN, les voix de gauche du premier tour étaient appelées à se reporter sur le candidat de droite en vertu du principe du front républicain qu’applique la gauche pour faire barrage à l’extrême droite. Les reports des électeurs de gauche ont obéi à une logique simple : plus le candidat FN avait une chance de l’emporter, plus les reports ont été massifs. Quand le candidat de droite devançait celui du FN de plus de 25 % des suffrages, seuls 13 % des électeurs de gauche se sont déplacés au second tour et ils ont plutôt voté pour le FN. À l’autre extrémité, quand le candidat FN dépassait celui de droite au premier tour, deux électeurs de gauche sur trois du premier tour sont venus voter à droite au second tour, permettant dans la plupart des cas à la droite de l’emporter.
  • en cas de duel gauche-FN, aucune consigne n’était donnée aux électeurs de droite du premier tour, en application de la doctrine du « ni-ni » instaurée par Nicolas Sarkozy : ne voter ni pour le candidat du FN, ni pour celui de la gauche. L’injonction sarkozienne a été peu suivie. Quel que soit l’écart entre la droite et la gauche, 30 % des électeurs de droite du premier tour ont voté FN au second tour. Mais le comportement des 70 % restants est beaucoup plus intéressant. Lorsque le candidat de gauche dépassait de plus de 25 % celui du FN au premier tour, 20 % seulement des électeurs de droite du premier tour ont voté pour la gauche au second tour. Mais lorsque le candidat du FN était arrivé en tête au premier tour, 55 % des électeurs de droite s’étaient reportés sur le candidat de gauche, assurant presque toujours son élection (le FN n’a gagné que 19 cantons sur 288 où des duels de ce type avaient lieu). Les électeurs ont donc pratiqué un front républicain implicite en contradiction avec les recommandations de Sarkozy.
  • en cas de duel gauche-droite, fait qui s’est répété dans 668 cantons, l’apport des voix FN du premier tour a permis souvent au candidat de droite arrivé second de repasser en tête. Lorsque la gauche dépassait la droite de plus de vingt points, 55 % des voix du FN au premier tour sont passées à droite au second tour. Quand, au contraire, la droite devançait la gauche d’au moins vingt points, seuls 20 % des électeurs FN du premier tour se sont déplacés pour voter à droite au second tour. Dans tous les cas, l’apport d’électeurs FN à la gauche au second tour a été négligeable. Grâce à l’apport de l’extrême droite, les candidats de droite qui n’étaient arrivés en tête du premier tour que dans 243 cantons sur 688 ont finalement emporté 379 cantons.

19Dans le cas des triangulaires, les transferts de voix ont été plus modestes mais, dans le même sens, ils ont avantagé le candidat arrivé en premier quand celui était menacé par le candidat FN ou quand ce dernier était en tête. Alors, sur les 25 triangulaires où le FN était arrivé en tête au premier tour, il n’en a gagné que 2 au second tour, souvent à cause du désistement du candidat de gauche moins bien placé que celui de droite.

20Au total, le FN qui était en tête dans 138 circonscriptions au premier tour ne l’a emporté finalement que dans 34. Mais il n’a pas été le seul à souffrir de l’arithmétique électorale très particulière du tripartisme. Les candidats de gauche ont en effet pâti des reports du FN en direction de la droite bien plus que des quelques désistements au nom du front républicain. Alors qu’ils étaient en tête au premier tour dans 212 circonscriptions qui ont donné lieu à une triangulaire, ils n’en ont emporté que 139.

21La précision quasi systématique, voire quasi mathématique des déplacements de voix entre les deux tours s’est vérifiée six mois plus tard à l’occasion des élections régionales. Leur résultat au second tour a été exactement celui que l’on pouvait attendre en appliquant au partage des voix au premier tour les coefficients de report trouvés lors des élections départementales. Bien que la droite ait encore un peu fléchi (33 % des suffrages du premier tour) et la gauche légèrement monté (37 %), le FN restant à 28 %, à l’arrivée, la droite a gagné dans 7 régions, la gauche dans 5 et le FN dans aucune. L’application des mêmes coefficients de report avec les mêmes scores par commune que ceux observés aux régionales lui donnerait une nette majorité à l’Assemblée nationale alors qu’elle rassemble moins du tiers des voix. Une simulation dans laquelle la droite tomberait à 28 % des voix et le FN monterait à 33 % donnerait le même résultat.

22Que le nombre de conseillers départementaux ou que le nombre de députés ne corresponde pas à une répartition proportionnelle, c’est le rôle du scrutin majoritaire à deux tours destiné à fabriquer des majorités consistantes. Mais que le parti qui obtient la majorité des sièges soit celui qui a compté le moins d’électeurs est choquant et n’est pas susceptible de renforcer la réputation de la démocratie.

In medio stat virtus (potestas ?)

23On se souvient de la doctrine des médiétés d’Aristote qui recommande de préférer la moyenne aux extrêmes. Les électeurs semblent appliquer le même principe. Ils ne se bornent pas à le mettre en œuvre lors des élections prévues par la loi. Ils en font aussi usage lors des primaires. Les primaires de la droite de novembre 2016 en donnent un bon exemple. Alors que deux candidats situés chacun à l’un des extrêmes du spectre de la droite dominaient les sondages, Sarkozy au voisinage de l’extrême droite et Juppé à celui du centre gauche, c’est un troisième larron, Fillon, intermédiaire entre les deux, qui l’a emporté à la surprise générale des commentateurs politiques et plus encore des sondeurs qui ne l’avaient pas vu venir. Tandis que Juppé caracolait en tête depuis des mois avec environ 40 % des intentions de vote au premier tour et Sarkozy autour de 32 %, Fillon qui n’était crédité que de 12 % un mois avant le scrutin s’est imposé dès le premier tour avec 44 % des suffrages. Cette fois, il n’a pas été question de reports entre les deux tours, mais pour ainsi dire de reports avant le premier tour. Sans doute les 40 % d’électeurs qui prévoyaient de voter Juppé le préféraient-ils aux autres, de même que ceux qui penchaient pour Sarkozy le mettaient-ils en tête, mais les uns comme les autres ont craint que si l’un des deux candidats extrêmes était élu, la droite n’éclate en deux composantes irréconciliables, à l’image de ce qui était en train de se produire à gauche entre Mélenchon et le parti socialiste et de ce qui s’était produit durant des décennies entre les socialistes et les communistes. C’est bien beau de désigner un candidat unique de la droite (ou de la gauche), encore faut-il que tout le monde le soutienne dans son parti. Dans leur for intérieur, les électeurs de la primaire ont donc fait passer leur préférence pour la droite avant leur préférence pour le candidat. La similitude avec les élections départementales qui faisaient l’objet du paragraphe précédent n’est pas complète mais un certain parallélisme existe négativement : les électeurs de droite comme ceux de gauche font passer le candidat du bord opposé avant le candidat du FN. Alors que les électeurs de la primaire cherchent à conserver l’unité de leur parti, ceux des départementales cherchent à éviter une victoire du FN. Les choix politiques sont ainsi hiérarchisés dans chaque cas. La configuration générale de l’élection passe avant le choix d’un candidat à l’intérieur d’un parti.

24À plus petite échelle, la primaire de gauche a suivi le même parcours. Elle était déjà au centre de la gauche, emboîtée entre le parti de Macron qui avait rallié des responsables socio-démocrates et le parti des insoumis de Mélenchon qui dérivait vers l’extrême gauche. Dans cet espace étroit qui leur restait, les socialistes ont joué la même partition que la droite. Valls était à l’aile droite, Montebourg à l’aile gauche. Le duel qui s’annonçait a été déjoué par Hamon qui s’est faufilé à leur centre. La similitude va plus loin. De même que Fillon n’était pas au centre de la droite mais plus proche de sa droite, Hamon est plus proche de la gauche de la gauche que de son centre, ce qui n’est pas étonnant de la part d’un ancien frondeur. Une élection habituelle ne menace pas le système démocratique, mais est plutôt faite pour l’illustrer. Dans une primaire, au contraire, le maintien de la tendance est en jeu. Il s’agit à la fois de dégager un champion et de serrer les rangs pour éviter l’éclatement que les affrontements entre candidats pourraient provoquer. Les primaires favorisent ainsi la pureté de la ligne politique au détriment du placement sur l’échiquier politique global.

25Ce faisant, avec un candidat de gauche penchant nettement à gauche et un candidat de droite penchant nettement à droite, un énorme espace est dégagé au centre. Il a été occupé en France par Macron avec une rapidité et une efficacité remarquables. La présidentielle de 2007 avait présenté une configuration similaire mais à plus basse intensité. Durant la campagne, Sarkozy avait dérivé vers l’extrême droite et Royal vers sa gauche. Au premier tour, Bayrou, au centre, en avait profité, accaparant 18,4 % des suffrages. Mais il n’avait pas le talent de Macron et le système était moins vermoulu. Il n’avait pas accédé au second tour.

26On peut tirer un enseignement général de ces péripéties. L’erreur est d’assimiler ou de réduire la démocratie à l’élection. Non seulement, l’élection galvanise les mauvaises passions comme on l’a montré dans le cas du Front national, mais en plus, elle suppose un réglage fin des partis, soit sous la forme d’une opposition entre une droite et une gauche, aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne quand les scrutins sont de type majoritaire, soit sous la forme d’alliances entre des partis nombreux quand le scrutin est de type proportionnel, en Suisse et aux Pays-Bas par exemple. Lorsque la société change, un déphasage se produit entre l’électorat, les partis et le mode de scrutin. Or, la société a beaucoup changé dans les pays d’Europe occidentale du fait de la montée de l’éducation qui a été discutée au début de ce travail. Dès lors, la machinerie politique des élections et des partis n’est plus adaptée. On le voit actuellement en France, en Espagne, en Autriche ou en Grèce pour ne citer que quelques exemples. Les élections ne sont qu’une modalité de la mise en place de la démocratie, et à ce titre le mode de scrutin doit faire l’objet d’études systémiques et mécaniques. La démocratie ne se résume pas à l’élection mais englobe le respect des libertés fondamentales et d’un espace public où elles peuvent se pratiquer. En confondant élection et démocratie, nos systèmes politiques se sont détraqués.

Haut de page

Bibliographie

Braconnier, Cécile, Mayer, Nonna (éd.) [2015], Les inaudibles. Sociologie politique des précaires, Paris, Presses de Sciences Po.

Delannoi, Gilles, Dowlen, Oliver (éd.) [2010], Sortition: Theory and practice, Charlottesville (Virginia) – Exeter (UK), Imprint Academic.

Hamilton, Alexander, Madison, James, Jay, John (2012), Le fédéraliste, Paris, Garnier, éd. d’Anne Amiel [trad. des textes de 1787 et 1788].

Fourquet, Jérôme (2016), Présidentielles 2017 : le rapport de forces à cinq mois du scrutin, Paris, IFOP.

INSEE (2015), Enquête emploi.

Le Bras, Hervé (2016), Le nouvel ordre électoral : tripartisme contre démocratie, Paris, Seuil, coll. « La République des idées ».

Manin, Bernard (1995), Principe de la représentation démocratique, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Manin, 1995.

2 La mer Noire actuelle.

3 Hamilton, Madison, Jay, 2012.

4 Delannoi, Dowlen, 2010.

5 INSEE, 2015.

6 Braconnier, Mayer, 2015.

7 Fourquet, 2016.

8 Le total fait 98 % et non 100 % en raison d’arrondis et surtout de la présence de candidats régionalistes qui ne sont guère classables dans les trois catégories de l’extrême droite, de la droite et de la gauche.

9 Le Bras, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Le Bras, « Éducation, représentation, tripartisme : la loi du milieu »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-2 | 2017, 121-132.

Référence électronique

Hervé Le Bras, « Éducation, représentation, tripartisme : la loi du milieu », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7760

Haut de page

Auteur

Hervé Le Bras

EHESS, Collège d’études mondiales

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals