Navigation – Plan du site
Dossier. Les sociétés démocratiques en France et en Espagne : fragilités et mutations
Contrepoint

Hiérarchie et similitude

Les transformations de la représentation politique en France
Jerarquía y similitud. Las transformaciones de la representación política en Francia
Hierarchy and similarity. Major changes in political representation in France
Philippe Portier
p. 167-182

Résumés

Le mécanisme de la représentation a été central dans la configuration de la société politique moderne. Cet article entend suivre le destin de cette notion dans l’espace politique occidental. Un premier moment s’attache à analyser les conditions de son émergence : on montrera qu’elle est introduite pour faire pièce au modèle de la légitimité descendante, lui-même lié à ce que Claude Lefort appelle la politique de l’incarnation, sans qu'il soit question, pour autant, d'abolir totalement l'éthos de la hiérarchie. Un deuxième moment s’arrête sur sa décrédibilisation contemporaine. Il s’agit, en se fixant sur les « nouvelles formes du politique », de saisir l’effet dissolvant du principe égalitaire sur les logiques oligarchiques de la représentation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte s’inspire de réflexions antérieures développées avec Catherine Colliot-Thélène, dans Coll (...)
  • 2 Kantorowicz, 1989.

1Le monde occidental a connu, sur le terrain de l’agencement du politique, une grande transformation avec l’entrée dans les temps modernes1. Jusqu’au xvie-xviie siècle, le pouvoir prolonge la juridiction de Dieu. Issu d’une désignation providentielle, inscrit dans la « grande chaîne de l’être », il se donne alors pour mission de conduire les hommes selon la loi morale, en association avec l’Église. L’une des grandes métaphores du temps est la métaphore pastorale : le prince, « fontaine de paix et de justice », est le berger qui conduit le troupeau des hommes sur le chemin de la bona vita, et du salut. Porté par l’affirmation de la souveraineté du sujet, le tournant moderne, qui trouve son point d’aboutissement dans la Révolution française, introduit une toute autre configuration. Le pouvoir venait d’en haut ; il trouve son principe dans le peuple désormais, dont il aura charge de traduire les volontés dans le droit, et de préserver les libertés subjectives. Au régime de l’incarnation, dans lequel le pouvoir se présentait sous le concept d’un corpus mysticum faisant le lien avec l’Éternel2, se substitue celui de la représentation, qui le place au service simplement des attentes de la population qu’il dirige.

  • 3 Agamben, 2006, pp. 100-101.

2Comment donner forme à cet idéal de la représentation ? Giorgio Agamben dessinait récemment deux modèles possibles3. Le premier s’exprime sous la formule de la sécularisation. Ici, le monde présent s’attache encore au monde ancien. Le pouvoir politique moderne se transforme dans ses finalités, en se défaisant de son lien traditionnel à la loi divine. Demeurent cependant les structures de la période antérieure. On maintient en l’état, en particulier, la distribution inégalitaire du pouvoir. Le régime représentatif, tout en s’établissant en dehors de l’ordre numineux, pérennise l’opposition du clerc, qui détient le pouvoir de décider, et du profane qui, après la chiquenaude électorale, se trouve fixé en fait dans l’obéissance à son propre mandataire : « La sécularisation, explique le juriste italien, est une forme de refoulement qui laisse intactes les forces qu’elle se limite à déplacer d’un lieu à un autre ». Le second modèle répond au schéma de la profanation. Giorgio Agamben précise que ce moment voit « ce qui était sacré ou religieux se trouver restitué à l’usage ou à la propriété des hommes ». Dans ce schéma, les modes d’organisation, issus de l’âge ancien, connaissent un processus d’érosion. Le moment de la profanation s’emploie à abolir la distance que maintient le moment de la sécularisation : le mandant conquiert une autonomie dont il impose la puissance à son représentant.

3Le schéma idéal typique de Giorgio Agamben fournit un cadre d’analyse fécond pour approcher la trajectoire politique des sociétés démocratiques — et, en leur sein, de la société française que nous ciblerons plus spécialement — dans l’espace occidental. Son premier moment, qui court du xviiie au début du xxe siècle, affirme une continuité. Sans doute le politique est-il porté désormais par une philosophie atomistique, qui rompt avec la logique antérieure de l’hétéronomie. Il reste que la révolution ne se déploie pas jusqu’à l’extrême de ses possibles. Alors même qu’ils affirment l’équivalence des êtres, ceux qui la promeuvent, comme inquiets de leur propre audace, font tout pour en conjurer les effets anomiques : discours, règles et pratiques se coalisent pour exhausser les représentants au-dessus du peuple qu’ils représentent. Le second moment, dont on repère les prémices dès la fin du xixe siècle, indique une rupture. À la faveur de l’institution du suffrage universel, et plus globalement de l’accélération de la dynamique égalitaire, le dispositif de gouvernementalité se défait, au moins tendanciellement, de son tropisme oligarchique : la distance se réduit alors entre le mandataire et son mandant. Là s’exprime, au fond, toute la différence entre le temps de la « sécularisation » et le temps de la « profanation » : le premier maintient, résolument, le principe de hiérarchie ; le second consacre, progressivement, le principe de similitude.

Le moment hiérarchique de la représentation

4Rien ne demeure vraiment au xixe siècle, sauf dans les cénacles traditionalistes, de l’imaginaire de la hiérarchie divinement instituée, propre aux « sociétés aristocratiques » : la Révolution a établi, sur les décombres des statuts, un régime nominalement égalitaire de citoyenneté. Pour autant, sauf peut-être dans les espaces socialisants, la conscience sociale n’adhère pas encore à l’idée d’un pouvoir totalement partagé : se donnant à un aréopage de la compétence, le monde « démocratique » installe le peuple alors à l’écart du cercle de la décision. Comme le notait André Siegfried, l’effacement des hiérarchies sacrales s’accompagne, dans cette première modernité, de la « ratification de l’autorité sociale évidente ».

L’effacement de la hiérarchie sacrale

5Dans le temps d’avant la modernité, la relation entre le prince et son peuple est toute de verticalité descendante. Sans doute relève-t-on déjà des différenciations : différenciations entre le politique et le religieux, que la Réforme grégorienne au xie siècle, pourtant portée par un acte de puissance pontificale, a contribué à produire ; différenciations entre le droit positif et le droit religieux, que favorise la réception, aux xiie-xiiie siècles, du droit romain et de la philosophie aristotélicienne. Rien là, toutefois, de cet « art des séparations » dont a parlé Michaël Walzer pour décrire la société révolutionnée : tous les ordres de réalité sont attachés à une architectonique qui trouve son point de soutien dans la figure divine elle-même.

  • 4 Bloch, 1983.
  • 5 Rousseau, Le contrat social, Livre I, chap. ii.

6D’abord, dans la civilisation chrétienne, le prince ne procède pas de la décision des hommes. C’est de Dieu qu’il tient son autorité. Le peuple ici ne dispose que d’une faculté d’acclamation, nullement d’une puissance d’institution. Cette architecture trouve à s’appuyer sur le dispositif du sacre. Le cérémonial d’Église, en la cathédrale de Reims, décrit la modification de celui qui, des mains de l’archevêque, reçoit l’onction : le rituel le saisit au départ dans son corps mortel : le roi se prosterne devant le Dieu tout-puissant, à la manière du pénitent ; mais le voici qui entre bientôt, après l’apposition des mains et l’écoulement des huiles, dans son corps immortel. Il devient de la sorte « vicaire de Dieu sur la terre ». Toute une littérature du reste envisage son royaume terrestre comme le noviciat du royaume céleste. Le prince est, en un sens, le serviteur de ses sujets. C’est même sa fonction de leur apporter la paix et la justice et, parfois par le seul fait de les toucher, la guérison4. Cette rencontre n’abolit pas la distance. Jamais le roi n’affirme sa ressemblance avec ceux qu’il dirige. Il les rejoint par un effet de sa munificence, ce que les Grecs appelaient la synkatabasis, où s’exprime, quoique dans la caritas, l’asymétrie de la relation politique. Dans Le contrat social, Rousseau présente ainsi le fonctionnement de ce modèle pastoral, dont il souhaite le renversement : « Les pâtres sont d’une nature supérieure à celle de leur troupeau. Les pasteurs d’hommes qui sont leurs chefs sont aussi d’une nature supérieure à celle de leur peuple5 ».

  • 6 Portier, 2016.

7Mais la verticalité se révèle pareillement dans la conception de l’exercice du pouvoir. Le prince n’est pas à lui-même son propre principe : venu de Dieu, il doit admettre sa dépendance à son endroit. Ce n’est que métaphoriquement, pour désigner son incommensurabilité avec ses sujets, et marquer sa souveraineté, très tôt dans l’histoire, à l’égard de l’empereur et du pape, qu’il se réclame d’une substance numineuse. Il n’est rien là qui produise une déification : même au temps de la monarchie absolue, les théologiens royaux — Bossuet au premier chef — ne cesse de rappeler au monarque qu’il est soumis à la loi de la raison émanée du Créateur. D’ailleurs, dans les miroirs politiques du temps, deux figures antinomiques du gouvernant, héritées l’une et l’autre du récit biblique, se font face. D’un côté, la figure qu’il faut rejeter : celle du roi qui s’estime « délié des lois », et régit le monde selon sa seule hybris. De l’autre, la figure qu’il faut révérer : celle du roi qui régit le monde selon la règle supérieure. Sa voluntas se trouve soumise à la ratio. Ainsi le gouvernant se trouve-t-il contraint, comme l’expliquait Tocqueville, par un « cercle invisible » de références morales et religieuses, mais aussi d’habitudes sociales et juridiques dont l’inscription dans l’histoire longue signale la composition providentielle. Dans cet ordre-là, l’institution politique s’ajointe à l’institution religieuse. Viendront bientôt, sans doute, les restrictions gallicanes. Elles n’empêchent pas l’essentiel : la coalition continuée des deux puissances, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, au service de la justice et du salut6.

  • 7 Durkheim, 2007, p. 144.

8L’âge moderne impose une désubstantialisation de l’acteur politique : à compter du xvie-xviie siècle, sous l’effet à la fois de la pluralisation des opinions confessionnelles, de l’urbanisation des sociétés et de l’apparition en leur sein de la bourgeoisie commerciale, un imaginaire se construit qui fait prévaloir l’ordre sur le salut, et donne au politique un « caractère temporel de plus en plus accusé7 ». L’invention de ce modèle s’opère en deux temps. D’abord, le pouvoir se délie de la loi de Dieu. Machiavel est ici une figure centrale : à la vertu des Anciens, qui attachait le prince à l’ordre naturel des choses, il substitue la virtu, qui permet d’affronter les turbulences de l’histoire. Cette virtuosité, qui tient dans la capacité d’user, au moment propice, des techniques du pouvoir, des arcani imperii, s’inscrit dans un univers de sens tout d’immanence : il s’agit pour le chef, confronté à l’imprévisibilité de la fortuna, de conserver le pouvoir, en assurant l’ordre social, au prix même d’une déconnexion de la volonté et de la raison. D’une certaine manière, à partir de la fin des guerres de religion, la monarchie absolue elle-même se trouve partiellement affectée par ce nouveau discours : le moment baroque de la royauté maintient certes l’institution divine du prince, il le met cependant, autant qu’au service de la loi morale, au service de l’ordre public, dans le cadre déjà d’une politique rationnelle de gestion des populations.

  • 8 Hobbes, Le Léviathan, chap. xii, §8.
  • 9 Hazard, 1963, p. 118.

9Le prince se trouve attaché ensuite à la volonté du peuple. C’est déjà le cas dans la philosophie républicaine de la civitas. La philosophie du contrat social prolonge l’intention. Hobbes déjà le déclare dans le Léviathan : Rex est populus8. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, en son article 3, en introduira le principe dans la sphère même de l’objectivité juridique : « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément ». Ce deuxième temps de la politique moderne ne laisse pas les dirigeants sans contraintes limitatives : celles-ci sont constituées par les libertés que les hommes ont, en le formant, imposé au pouvoir politique de respecter. Il peut demeurer certes quelques traces de l’âge numineux : la Déclaration américaine d’Indépendance de 1776 fait référence au Créateur, mais aussi la Déclaration des droits de l’homme de 1789 qui se place « sous les auspices de l’Être suprême ». Il ne s’agit que du « Dieu si lointain, dilué et pâle9 », qui laisse aux hommes la possibilité de constituer à leur gré les cadres de leur propre existence. Cette horizontalisation du politique conduit-elle à l’abolition des supériorités ? Nullement, dans un premier temps en tout cas.

L’avènement de l’institution notabiliaire

  • 10 Sartori, 1973, p. 212.

10On rêve parfois, du côté des républicains inspirés par la lecture d’Oceana de James Harrington ou par celle du Contrat social de Rousseau, d’une délibération agoréenne. La solution n’est pas retenue. L’espace du politique, situé dans les frontières de la grande nation, ne le permettrait pas, ni d’ailleurs dit-on, l’incapacité du peuple. Il faut marquer, clairement, « le caractère absolu de la rupture entre l’expérience démocratique antique et sa réincarnation moderne10 » : contre la démocratie de la plèbe, la mobocracy, doit prévaloir ce que Thomas Jefferson appelait la « démocratie véritable », régie par une élite de la compétence.

  • 11 Sur l’histoire du tirage au sort comme procédé de sélection des dirigeants politiques, Sintomer, 2 (...)
  • 12 Manin, 1995, p. 108.

11Négativement, il s’agit de restreindre la puissance du peuple. Mais comment, alors même qu’on le prétend souverain ? En opposant un double obstacle à l’expansion de son pouvoir : le vote et le cens. La remarque sur le vote n’est qu’apparemment paradoxale. À la suite d’Aristote dans ses Politiques, la pensée du xviiie siècle repère, une fois écartée la transmission lignagère des fonctions, deux voies d’accès au pouvoir : le tirage au sort et l’élection. Le tirage au sort est perçu alors comme une procédure égalitaire. Il n’introduit en effet, dans l’aléa de la désignation, aucun critère de compétence : le gouvernant peut trouver son origine dans le milieu des déshérités de la fortune tout autant que dans celui des privilégiés de la culture. L’élection est saisie, quant à elle, comme une technologie sélective : elle permet, dit-on, de choisir les meilleurs. On pense que les votants, probablement, élèveront à la sphère de la décision étatique ceux que distinguent, dans la sphère de la société civile, leur réussite économique ou leur excellence culturelle. On sait la solution adoptée. Nulle voix ne s’élèvera, au moment des révolutions atlantiques, pour demander l’adoption du premier. On ne tardera d’ailleurs pas à perdre le souvenir de ce mécanisme-là de choix des dirigeants11. C’est du côté de l’élection que se situeront les inventeurs de l’ordre nouveau : « On décida alors du règne sans partage d’un mode de sélection réputé aristocratique12 ».

  • 13 Référence est faite ici à l’Institut de France, créé en 1795. Il regroupe les différentes Académie (...)
  • 14 Tudesq, 1985, p. 108.

12À la procédure élective s’adjoint un dispositif censitaire. Il faudra attendre la deuxième moitié du xixe siècle pour que le suffrage universel masculin soit introduit dans le droit politique des pays occidentaux. En France, il s’enracine, après une tentative de papier dans la Constitution montagnarde du 24 juin 1793, au moment de la Révolution de 1848. Pour la Suède, 1906. Pour l’Italie et l’Allemagne, 1919. Comment s’agence, avant l’universalisation du droit de suffrage, la participation politique ? La Monarchie de Juillet peut fournir une illustration. Elle distingue deux niveaux de citoyenneté, en fonction de l’impôt acquitté : en 1830, il faut avoir franchi la limite des 300 francs annuels pour être électeur, 1 000 francs pour être éligible. Une loi de 1831 ajoute cependant un complément capacitaire : les officiers de l’armée et de la marine, les juges et les avocats, les correspondants de l’Institut13 reçoivent aussi le droit de suffrage. On en mesure l’effet aisément. Aux élections législatives de 1846, le corps électoral n’est constitué que d’un pour cent de la population globale ; les circonscriptions électorales, qui servent de base au scrutin uninominal, ne comptent pas plus de 600 inscrits ; 84 % des députés sont élus avec moins de 400 voix14.

13Positivement, il s’agit bien de préserver la puissance du notable. Celui-ci conjugue deux propriétés. Le distingue d’abord sa prééminence sociale. L’étude de la composition des parlements européens révèle clairement l’incidence du dispositif censitaire. Certes, il est, au xixe siècle, des différences entre les sociétés politiques : en Prusse, l’élection porte à la chambre souvent de hauts commis de l’État, qui disposent de surcroît d’une propriété foncière ; en France, sous la Monarchie de Juillet comme sous le Second Empire, ce sont plutôt les représentants des intérêts commerciaux qui l’emportent, bien que ne disparaissent nullement les élites traditionnelles du bloc agraire liées au légitimisme. Toujours en tout cas, le vote constate l’évidence d’une supériorité statutaire, éprouvée comme telle dans la circonscription électorale. D’ailleurs, il n’est guère de concurrence localement. Par exemple, lors des élections de 1846, en France, plus de la moitié des députés sont élus au premier tour, sans même affronter d’opposant. Le régime des campagnes électorales traduit cette absorption du politique dans le social : le candidat n’évoque pas vraiment les enjeux politiques ; il préfère rappeler son enracinement local, la notoriété de sa famille, et, contre l’assurance du vote, promettre à ses électeurs, selon l’échange dyadique propre aux systèmes encore clientélistes, une allocation de biens matériels ou symboliques (interventions au centre, emplois pour la parentèle, obtention de marchés…).

  • 15 Selon l’expression de Rousselier, 1997.
  • 16 Weber M., 1971, p. 298.

14Le notable se singularise également par son indépendance politique. À la Chambre où se détermine, en partie, la politique de la nation, il laisse parler sa conscience. Nulle structure ne vient le diriger. Souvent, il évolue au gré des échanges d’arguments. Nicolas Rousselier évoque le « parlement de l’éloquence15 », à propos de la Troisième République. Il existe avant 1880 bien sûr. Cette autonomie procède de l’organisation même de la vie parlementaire tout au long du xixe siècle : le député ne tient pas son statut, alors, d’un parti politique. C’est à lui seul qu’il doit et son élection et son revenu. Son élection ? Comme on l’a vu, elle ne fait que prolonger dans l’ordre politique le capital d’enracinement social dont il est doté. Nul parti n’impose sa candidature. Ce n’est qu’après la victoire, éventuellement, qu’il rejoindra tel ou tel cénacle d’idées, le plus souvent très informel, sans abdiquer cependant sa propre liberté d’action. Ajoutons du reste que les groupes parlementaires, nés dans les années 1900, ne se structureront vraiment que dans les années 1930, en imposant alors, à gauche plus qu’à droite, la discipline de vote. Son revenu ? Pour être attaché à la fonction politique (si elle lui permet de peser sur la politique du pays, elle assoit aussi son statut de notable local), le parlementaire, généralement, « ne vit pas de la politique ». Comme le note Max Weber, « il ne s’y consacre qu’à titre de profession secondaire16 », trouvant dans la sphère de ses activités privées l’essentiel de ses moyens d’existence. L’indemnité parlementaire n’apparaît qu’à la fin du xixe siècle, avec l’émergence de la démocratie de partis.

  • 17 Agulhon, 1979, p. 72.
  • 18 Weber E., 1983.

15Ce modèle va bientôt s’éroder, sous l’effet de deux processus étroitement corrélés. Le processus de démocratisation, d’une part. Sans doute, le passage au suffrage universel ne bouleverse-t-il pas immédiatement la distribution des pouvoirs. Dans plusieurs régions, la politique s’agencera durant quelques années encore, parfois quelques décennies, autour d’un registre d’énonciation locale, lui-même organisé autour d’un éthos communautaire. Reste que, selon des rythmes différenciés, la « politisation », comme manifestation d’un intérêt global pour la politique, s’étend, contraignant les candidats à faire campagne sur des enjeux nationaux, à construire des programmes politiques, à entretenir des agents électoraux17. Le processus de nationalisation, d’autre part. Les campagnes, qui constituent un peu partout en Europe jusqu’aux années 1930, la structure de base de la société, ont longtemps vécu repliées sur elles-mêmes. Absence de voies de communication, éloignement de la civilisation urbaine, économie du troc : tout se conjuguait pour enclore la vie sociale dans un cercle d’interactions courtes. La fin du xixe siècle voit les terroirs s’ouvrir sous l’effet de divers « agents du changement18 » — le développement des transports, l’expansion des écoles, la diffusion des journaux, l’accélération des migrations, la réinstallation de la conscription, l’interaction économique villes/campagnes —, dont l’effet est de transformer les « paysans en Français ou en Italiens ». La politique n’en reste pas indemne : dans la nouvelle conjoncture, les électeurs se dissocient de l’institution notabiliaire, pour opiner, tendanciellement au moins, à un niveau de généralité jusqu’alors assez introuvable.

Le moment démocratique de la représentation

  • 19 Ostrogorski, 1993, p. 41.

16Dès le tournant du xixe siècle et du xxe siècle, une innovation se produit : le jeu politique se reconfigure autour des formations partisanes. Il s’agit, alors que s’universalise le droit de suffrage, de capter les voix des citoyens en leur proposant des programmes qui leur conviennent et des candidats qui leur ressemblent. Dans son livre pionnier La démocratie et les partis politiques, Moïsei Ostrogorski résume ainsi la situation : les partis ont pour fonction d’amener « la foule des hommes, proclamés arbitres de leurs destinées politiques, à remplir leur fonction de souverain19 ». Très vite, cependant, l’intention se heurte à la réalité : lors même qu’ils ont été institués pour accompagner la dynamique de l’égalité, on voit les partis se retourner contre elle en se soumettant derechef à la loi d’airain de l’oligarchie.

L’expansion des partis

17Les formations partisanes n’ont pas toutes, certes, les mêmes principes d’organisation : à la structure décentralisée des partis de cadres, plutôt fixés à droite, s’oppose la structure pyramidale des partis de masses que porte davantage la mouvance socialiste. Ensemble cependant, elles reconfigurent l’espace du politique : avec elles, s’impose un autre régime de la conquête et de l’exercice du pouvoir, tout entier agencé autour de la professionnalisation des rôles politiques.

  • 20 Berger, 1976 ; Michelat, Simon, 1977.

18La conquête des charges ? L’accès aux postes politiques procédait dans le système notabiliaire des ressources sociales du candidat. L’entrée dans l’ère de la démocratie partisane, elle-même liée à la reconnaissance du suffrage universel, modifie le dispositif. Deux points méritent ici attention. Les conditions de la candidature, d’une part. À droite et au centre, en France en tout cas, on se passera encore quelque temps sans doute de la labellisation partisane. D’abord, parce que ses candidats entendent faire valoir auprès des électeurs, plus que leur affiliation nationale, leur enracinement local. Ensuite, parce que les formations politiques sont, de ce côté de l’échiquier politique, des structures molles, qui fonctionnent souvent comme des agrégats de notables indépendants les uns des autres. Enfin, parce que le discours de la droite a longtemps été adossé à une conception conciliatrice et donc anti-partisane de la politique20. Il n’en va pas de même à gauche. Les partis jouent là, dès la fin du xixe siècle, un rôle décisif dans la présentation des candidats. Trois raisons, symétriquement opposées à celles par lesquelles on a expliqué la relative discrétion de la droite en matière d’attribution d’étiquette, se conjuguent pour expliquer cette inclination. Une raison sociale : la gauche éprouve le besoin de compenser le déficit de ressources personnelles de ses candidats, issus de milieux souvent plus modestes, par des ressources nationales. Une raison organisationnelle : la gauche a su construire des structures partisanes solides qui entendent bien peser sur la compétition électorale. Une raison idéologique : la gauche adhère volontiers à l’idée suivant laquelle la politique est fondée sur la rencontre conflictuelle de forces qu’il convient de visibiliser.

  • 21 Rokkan, 1970.
  • 22 Lambert, 1985.

19Les conditions de la campagne évoluent d’autre part. Le régime notabiliaire dépolitisait ce moment. On se satisfaisait alors d’un échange purement social : le notable fournit, contre la promesse du vote, sa capacité d’intervention au centre. Avec l’entrée dans la démocratie de partis, le vote s’inscrit désormais dans un registre d’énonciation nationale. Les choses évoluent, d’abord, du côté du postulant. À mesure que la vie sociale se désenclave, la parole, celle en tout cas des candidats aux fonctions parlementaires, se reconstitue autour de clivages expressément politiques. Stein Rokkan en a dressé la typologie (cléricaux/anticléricaux, centre/périphérie, ruraux/urbains, bourgeois/ouvriers)21. Dans leur diversité, ces positions se trouvent consignées d’ailleurs dans un instrument neuf de persuasion, la profession de foi. Celle-ci, que la loi Barodet en France (1886) fait même obligation aux candidats de rédiger, et d’adresser à l’administration centrale, traduit un nouveau rapport au peuple : par les éléments programmatiques qu’elle contient, et sur lesquelles est censée se construire la décision de vote, elle introduit une dimension d’horizontalité dans la démocratie représentative. Mais les choses évoluent aussi du côté de l’électeur. Celui-ci, progressivement, réorganise son rapport au politique, même dans les campagnes. On le voit clairement en France. Sans doute, toutes les régions ne se placent-elles pas sous le même régime d’existence politique. Il est certaines zones qui maintiennent longtemps le citoyen dans l’ordre des allégeances communautaires : le Morbihan gallo est de celles-là jusque dans les années 192022. D’autres en revanche, comme le Var, connaissent un passage plus rapide au politique, sous l’effet de l’activation d’une sociabilité méridionale qui favorise, en même temps que la contestation des dominations notabiliaires, l’individualisation des comportements électoraux.

  • 23 Manin, 1995.

20L’exercice des charges ? Avant l’avènement de la démocratie partisane, les pays occidentaux s’organisent, comme il a été dit, suivant le « régime de l’éloquence ». Jusqu’aux années 1850, les débats ont lieu d’ailleurs en fin d’après-midi pour permettre aux parlementaires de vaquer, dans la journée, à leurs activités sociales. Ce modèle s’efface au tournant du xixe et du xxe siècle. Sous l’effet de deux facteurs. Intervient, d’une part, la partisanisation de l’activité parlementaire. Élus souvent désormais, même à droite à partir des années 1920, avec l’appui d’une formation politique, les élus nationaux sont amenés, de plus en plus nettement à mesure qu’on avance dans le xxe siècle, à conformer leurs votes aux positions de leur mouvement d’affiliation. Cette mutation s’opère à la faveur de la création, dans les années 1900-1930 selon les pays, de groupes parlementaires, eux-mêmes liés à des formations partisanes, qui, sur la plupart des sujets, imposent une discipline de vote à leurs membres23. Il importe de signaler que l’expansion de ce modèle du contrôle des conduites connaît des rythmes différenciés. Sur le terrain géographique, il se constitue plus tôt au nord qu’au sud de l’Europe, en raison de la cristallisation de la social-démocratie. Sur le terrain politique, en France du moins, il s’impose plus volontiers à gauche qu’à droite, en raison des modes de structuration et de fonctionnement différenciés de leurs partis respectifs, et de la permanence à droite de cursus fortement notabiliaires.

  • 24 Sur le parcours de cette professionnalisation, Offerlé (dir.), 1999.

21Pèse, d’autre part, la professionnalisation de l’engagement politique : les élus nationaux se mettent à « vivre alors pour et par la politique », selon l’expression de Max Weber24. Un premier indice en a été donné plus haut. L’universalisation du droit de suffrage conduit les acteurs politiques à rationaliser le mode de pénétration de l’électorat : ils produisent des programmes, font des tournées de circonscription, multiplient les meetings. Leur élection les transforme in eodem sensu. Les parlementaires se distancient du monde ordinaire. Ils exercent, de plus en plus fréquemment, leur fonction à temps plein, bien que, souvent, rien ne les empêche de s’adonner à l’exercice d’une activité privée. Ils s’engagent dans de véritables carrières politiques. Parfois du reste, dans les pays à État fort comme la France, les trajectoires sont à ce point professionnalisées qu’elles se présentent sous la forme d’un cumul de positions électives conquises dans les différentes strates, locales puis nationales, de la structure politique. Il y a lieu d’ajouter qu’avec le temps, les élus nationaux s’investissent dans des missions de plus en plus spécialisées. Longtemps, ils se présentaient au nom d’une compétence universelle. La création des commissions parlementaires dans les années 1890-1910 les conduit à prendre pied sur des terrains sans cesse plus particuliers d’implication.

  • 25 Michels, 1971.
  • 26 Pudal, 1989.

22Même si, comme l’a montré très vite Roberto Michels, la réalité ne colle pas toujours à son concept25, cette nouvelle configuration s’ancre de toute évidence dans l’éthos égalitaire. D’abord, la classe politique connaît, dès le tournant du xixe et du xxe siècle, une mutation sociale. Elle s’ouvre, du fait de la logique même du suffrage universel, aux représentants des classes moyennes, que l’époque censitaire ne connaissait pas : des médecins, des journalistes, des avocats, des vétérinaires, des professeurs — les « classes nouvelles » de Gambetta. La montée en puissance des partis socialistes et communistes va même favoriser une certaine ouverture aux catégories populaires26. De surcroît, l’acteur politique se voit contraint, désormais, par le contrat électoral qu’il passe avec les votants. Il est placé en relation immédiate avec le peuple auquel il fait promesse d’accomplir un programme. Initialement en tout cas, l’institution partisane, qui donne l’investiture mais peut aussi la retirer, constitue la garantie de ce pacte.

La revanche des sujets

  • 27 Manin, 1995.
  • 28 Le mouvement se manifeste dès les années 1930.

23On défend parfois l’idée que cette démocratie des partis s’est effacée dans les années 1960-1970 pour laisser place à une démocratie d’opinion, ou du « public27 ». Des nouveautés sans doute sont apparues au cours des quatre dernières décennies. Le pouvoir se situe désormais, plus qu’au parlement, du côté du pôle exécutif28, et le peuple s’exprime, autant que par l’élection, par le truchement des sondages d’opinion. On aurait tort de croire cependant à un changement complet de régime. Les partis, apparus dans les années 1870-1900, demeurent en effet, et avec le soutien financier des États, des structures fondamentales de la société politique. Ils forment encore, d’abord, des foyers de structuration de l’opinion publique. Ils constituent, aussi, des structures d’encadrement de la classe politique. Jusque dans les années 1930, il est possible, en France en tout cas, d’être élu, à droite et au centre gauche, sans l’appui préalable d’un parti. Ce serait impossible aujourd’hui, sauf au niveau des petites communes parfois régies par des maires indépendants.

  • 29 Mineur, 2010.
  • 30 Rosanvallon, 2006.
  • 31 Une enquête (janvier 2013) du Cevipof les montre à 70 % dans cet état d’esprit.
  • 32 Ogien, Laugier, 2014.
  • 33 Ibid.
  • 34 Le Mouvement Cinq étoiles obtient 23 % des suffrages exprimés aux élections de 2013 ; Podemos obti (...)

24Cette démocratie de partis a été contestée depuis son avènement. C’est là un élément consubstantiel à la démocratie représentative : l’absent, qu’on dit souverain, ne se satisfait jamais de la présence que lui donnent ses représentants29. Il est cependant des périodes qui accentuent cette insatisfaction. L’entre-deux-guerres, au xxe siècle, marque un moment clé de ce point de vue. Au cours de ces dernières décennies, mais sur l’assise probablement d’un autre système de sens, le mouvement n’a fait que s’accentuer : la politique s’est installée dans l’« âge de la défiance30 ». On le voit en s’arrêtant sur les perceptions de nos contemporains. Les citoyens ne font plus guère crédit à leurs dirigeants. Non seulement ils les estiment incapables de répondre aux demandes de leurs mandants31, mais ils les jugent même, dans le sud de l’Europe plus que dans le nord, majoritairement corrompus. On le relève aussi en s’arrêtant sur les pratiques de nos concitoyens : l’époque est marquée par un affaissement du militantisme partisan, une accentuation de la volatilité électorale, un développement de l’abstentionnisme. Elle connaît aussi l’éclosion de mouvements inédits de protestation, tels, en 2011, le 15-M (ou mouvement des Indignés) en Espagne et Occupy Wall Street aux États-Unis ou, en 2016, Nuit Debout en France32, qui développent une critique commune de la « dictature des marchés » et de ses conséquences politiques, sociales et écologiques33. On a vu aussi se former des forces politiques alternatives, notamment Cinq étoiles en Italie, créé en 2009, et Podemos en Espagne, fondé en 2014, installés l’un et l’autre sur la scène institutionnelle, après des succès significatifs aux élections34. Ces deux organisations (qui, bien que constituées en parti pour pouvoir concourir aux élections, préfèrent se présenter comme des mouvements politiques) n’ont pas totalement les mêmes profils. Podemos ne partage pas la passion technophile de Cinq étoiles, se montre plus ouvert à l’accueil de l’étranger et, inspiré par Ernesto Laclau, plus attentif à la dynamique des luttes sociales. Les leaders non plus ne sont pas semblables (Pablo Iglesias, en Espagne, est universitaire ; le mentor de Beppe Grillo, Gianroberto Casaleggio, était entrepreneur), ni leurs électorats (celui de Cinq étoiles est plus composite socialement et moins à gauche politiquement). Les convergences sont là cependant qui tiennent dans leur dessein d’arracher le pouvoir à la logique de l’appropriation oligarchique. Au plan doctrinal, ils proposent ensemble une critique de l’économie néo-libérale et affichent une volonté de rendre justice, par une extension des droits subjectifs, aux revendications du « peuple » contre la « caste » politico-économique qui le dirige. Au plan institutionnel, refusant la démocratie représentative qui prive les citoyens de leur souveraineté, ils promeuvent en leur sein une forme de démocratie directe, appuyée sur des procédures de délibération sans médiation et même, en tout cas dans le mouvement de Beppe Grillo, sur l’usage intensif de l’outil numérique.

  • 35 Gaxie, 1980. Voir aussi, dans le même sens, et avec des données évidemment actualisées, Costa, Ker (...)

25La défiance, qu’exprime a contrario le succès de ces nouveaux mouvements, procède d’une insatisfaction devant l’inefficacité du système jusqu’alors en place. Si l’opinion se détourne de ses élites politiques, c’est parce qu’elles ne lui semblent plus en mesure de répondre à ses attentes de sécurité : à ses yeux, les gouvernants souffrent, face à l’ampleur des problèmes, d’une impotence tout à la fois matérielle et symbolique, que renforce l’écart entre l’ordre de la politicité (le cadre territorial de la nation) et l’ordre de la normativité (les règles portées par la mondialisation juridique et économique). Mais la défiance est également la face inversée d’une requête d’égalité. Les citoyens considèrent que l’ordre démocratique ne répond pas à sa promesse d’isonomie. L’examen de la sociologie de la classe politique confirme leur impression. Observons d’abord la provenance des élus. Si l’on se fixe sur l’exemple français en particulier, on se rend compte que la représentativité des élus est moins forte qu’hier. Sans doute la gauche et la droite n’ont-elles pas au Parlement les mêmes zones d’implantation sociale. Il reste que la polarité dominante se situe clairement du côté du pôle supérieur de l’espace social, avec une prédilection (qui n’existe pas dans d’autres pays comme le Grande-Bretagne et les États-Unis) pour le personnel issu du secteur public35. Qu’en est-il de la trajectoire des élus ? La notion de classe politique n’est pas un simple topos journalistique. Elle renvoie à une catégorie sociologique : l’accès au métier politique sépare les élus de leurs électeurs. Non seulement par le niveau de vie qu’il permet d’obtenir, mais aussi parce qu’il les établit dans une carrière à part, marqué par un double cumul. Un cumul longitudinal, d’abord : le personnel politique occupe souvent les postes qu’on lui confie dans la longue durée, souvent sans retour dans la vie ordinaire, sachant que parfois, pour les assistants parlementaires devenus députés, leur trajectoire ne leur a pas permis d’avoir une vie professionnelle extra-partisane. Un cumul horizontal, ensuite, repérable en France plus qu’ailleurs (en tout cas jusqu’à présent), qui amène les élus à associer, au cours de la même période, des positions locales et nationales, dans une perspective qui leur permet de trouver des lieux de repli en cas d’échec électoral.

  • 36 Blondiaux, 2008.
  • 37 Dollez, Hastings (dir.), 2003.

26À la critique de la démocratie représentative correspond la promotion d’une démocratie plus délibérative, et parfois participative. Portées par la logique tocquevillienne de l’égalité que favorise l’élévation du niveau des compétences scolaires36, les populations se montrent de plus en plus réticentes vis-à-vis des mécanismes de délégation. Deux voies ont été suivies pour rendre le système plus ouvert à la voix populaire et refonder le sujet de la démocratie. D’une part, on s’est employé à élargir l’accession au métier d’élu. La limitation du cumul des mandats traduit bien cette volonté de voir les élites circuler davantage, comme d’ailleurs le développement volontariste de la parité. Les programmes de démocratisation interne de la vie partisane, qu’illustrent, au plan national, l’organisation des primaires ou, comme lors des législatives de 2017 en France, le choix des candidats du parti d’Emmanuel Macron, La République en marche, parmi les postulants émanés de la société civile, répondent au même dessein. Sans doute faut-il souligner aussi que les trajectoires d’accès au pouvoir ont évolué au cours de ces dernières années : elles se sont relocalisées. Le système notabiliaire avait en son temps valorisé, partout en Europe, les autorités sociales du ressort de l’élection, auxquelles on confiait tout d’abord des mandats locaux, avant de les propulser au niveau central. À cette formule « ascendante » s’est bientôt superposée une formule « descendante » : les partis ont voulu imposer, dans les circonscriptions, des hommes nouveaux, parfois dépourvus des insignes de légitimité locale37. Les résistances des populations semblent avoir imposé un retour au statu quo ante, marqué par une « féodalisation » des carrières, en lien avec le désir de proximité d’un corps électoral qui n’entend plus, aujourd’hui, se laisser déposséder de sa liberté de choix.

  • 38 Rosanvallon, 2006.
  • 39 Colliot-Thélène, 2011.
  • 40 Cardon, 2010.

27D’autre part, on s’est attaché à recomposer l’exercice du métier de citoyen. On a vu, du coup, les systèmes politiques et notamment le système français tenter de contrebalancer la démocratie électorale-participative par des mécanismes de contre-démocratie, appuyée sur les idées de surveillance, de notation, de vigilance. Des formules plus actives, moins intermittentes, de délibération ou même de participation (sous la forme du budget participatif par exemple), se sont imposées. Comme l’a noté Pierre Rosanvallon, au peuple électeur du contrat social s’est ajouté un peuple surveillant, veto, juge, mais aussi conseiller (à défaut d’être décideur)38. Cette inventivité citoyenne, si elle peut nourrir toute une désobéissance civile, peut prendre des formes diverses : tantôt à travers l’intervention sur le forum (referendums locaux, comités de quartier, États généraux ou comités d’éthique comme il est arrivé sur les questions de bioéthique ou d’environnement, conférences de citoyens, rôle des sondages, observatoires divers, ou occupation de l’espace de la rue comme il est arrivé avec Nuit Debout, dont certains des acteurs se prévalent maintenant de la théorie de l’activation démocratique d’un John Dewey) ; tantôt à travers l’intervention dans le prétoire (action en justice au nom de la défense des droits subjectifs, dénonciation des acteurs politiques corrompus, question prioritaire de constitutionnalité)39. Il faudrait aussi scruter les apports de la démocratie virtuelle, qui, à travers Internet, a ouvert sur une activation réticulaire de la parole publique, même si souvent cette parole, issue de la société civile, s’exprime, loin de tout échange transparent, à l’intérieur d’espaces de pensée et de sociabilité segmentés, assez hermétiques les uns par rapport aux autres40.

 

  • 41 Rancière, 1998.

28Nous voici de retour à l’hypothèse initiale. Ce parcours nous aura confrontés à une forme de « profanation du politique », au sens d’Agamben : la césure entre le clerc et le profane, qu’a pérennisée, en régime cependant de modernité, la représentation libérale, semble aujourd’hui plus poreuse qu’hier, en tout cas plus discutée. L’espace du sacré politique s’ouvre à ceux qui, hier encore, campaient à sa périphérie. Cet élargissement de la sphère politique au nom même du principe démocratique dessine-t-il un ordre inédit de la liberté ? Il faut probablement nuancer le propos, à partir d’un double argument : d’une part, la structure représentative demeure très largement le mode d’agencement de nos existences politiques, avec ses effets de captation du pouvoir. Jacques Rancière a bien expliqué que faussement « politiques », les éléments de démocratie participative laissent le peuple en dehors du cercle de la formation de la volonté collective, et renforcent en fait, à distance de toute auto-législation, la « police » de la représentation41. D’autre part, la requête participative prend souvent des formes incarnatives avec la vague populiste, qu’illustre, en France, l’expansion du Front national. On ne saurait y voir un prolongement de ce processus d’égalisation des conditions qu’on a essayé de décrire. C’est même tout le rebours : son propre est bien d’essayer de reconstituer, à partir d’une réactivation de la conception substantielle de la nation, quelque chose de l’organicité perdue.

Haut de page

Bibliographie

Agamben, Giorgio (2006), Profanations, Paris, Payot-Rivages.

Agulhon, Maurice (1979), La République au village, Les Révolutions du Var de la Révolution à la Deuxième République, Paris, Seuil.

Berger, Suzanne (1976), Les paysans contre la politique, Paris, Seuil.

Bloch, Marc (1983), Les rois thaumaturges [1924], Paris, Gallimard.

Blondiaux, Loïc (2008), Le nouvel esprit de la démocratie, Paris, Seuil.

Cardon, Dominique (2010), La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Seuil, coll. « La république des idées ».

Colliot-Thélène, Catherine (2011), La démocratie sans démos, Paris, PUF.

Colliot-Thélène, Catherine, Portier, Philippe (dir.) [2012], La métamorphose du prince. Culture et politique dans l’espace occidental, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Costa, Olivier, Kerrouche, Éric (2007), Qui sont les députés français ? Enquête sur des élites inconnues, Paris, Presses de Sciences-Po.

Dollez, Bernard, Hastings, Michel (dir.) [2003], Le parachutage politique, Paris, L’Harmattan.

Durkheim, Émile (2007), De la Division du travail social [1893], Paris, PUF.

Gaxie, Daniel (1980), « Les logiques du recrutement politique », Revue française de science politique, 30 (1), pp. 5-45.

Hazard, Paul (1963), La pensée européenne au xviiie siècle, de Montesquieu à Lessing, Paris, Fayard.

Hobbes, Thomas, Le Léviathan [1651], Londres, Penguin Books, Pelican Classics, 1968.

Kantorowicz, Ernst (1989), Les Deux Corps du Roi, Paris, Gallimard.

Lambert, Yves (1985), Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Le Cerf.

Manin, Bernard (1995), Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy.

Michelat, Guy, Simon, Michel (1977), Classe, religion et comportements politiques, Paris, Presses de la FNSP.

Michels, Roberto (1971), Les partis politiques. Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties [1911], Paris, Gallimard.

Mineur, Didier (2010), Archéologie de la représentation politique, Paris, Presses de Sciences Po.

Offerlé, Michel (dir.) [1999], La profession politique aux xixe et xxe siècles, Paris, Belin.

Ogien, Albert, Laugier, Sandra (2014), Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, Paris, La Découverte.

Ostrogorski, Moséi (1993), La démocratie et les partis politiques [1903], Paris, Fayard.

Portier, Philippe (2016), L’État et les religions en France, Une sociologie historique de la laïcité, Paris, PUF.

Pudal, Bernard (1989), Prendre Parti. Une sociologie politique du Parti communiste Français, Paris, PFNSP.

Rancière, Jacques (1998), Aux bords du politique, Paris, Gallimard.

Rokkan, Stein (1970), Citizens, Elections, Parties, Oslo, University Press.

Rosanvallon, Pierre (2006), La contre-démocratie, La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil.

Rousseau, Jean-Jacques, Le contrat social [1762], Paris, Gallimard, collection « La Pléiade », 1969.

Rousselier, Nicolas (1997), Le Parlement de l’éloquence, la souveraineté de la délibération au lendemain de la grande guerre, Paris, Presses de Sciences Po.

Sartori, Giovanni (1973), Théorie de la démocratie, Paris, Armand Colin.

Sintomer, Yves (2011), Petite histoire de l’expérimentation démocratique, Paris, La Découverte.

Tudesq, André-Jean (1985), « Les comportements électoraux sous le régime censitaire », dans Daniel Gaxie (dir.), Explication du vote. Un bilan des études électorales en France, Paris, Presses de la FNSP, pp. 106-125.

Weber, Eugen (1983), La France des terroirs, La modernisation de la France rurale, Paris, Fayard.

Weber, Max (1971), Économie et Société, Paris, Plon, t. I.

Haut de page

Notes

1 Ce texte s’inspire de réflexions antérieures développées avec Catherine Colliot-Thélène, dans Colliot-Thélène, Portier (dir.), 2012.

2 Kantorowicz, 1989.

3 Agamben, 2006, pp. 100-101.

4 Bloch, 1983.

5 Rousseau, Le contrat social, Livre I, chap. ii.

6 Portier, 2016.

7 Durkheim, 2007, p. 144.

8 Hobbes, Le Léviathan, chap. xii, §8.

9 Hazard, 1963, p. 118.

10 Sartori, 1973, p. 212.

11 Sur l’histoire du tirage au sort comme procédé de sélection des dirigeants politiques, Sintomer, 2011.

12 Manin, 1995, p. 108.

13 Référence est faite ici à l’Institut de France, créé en 1795. Il regroupe les différentes Académies, dont l’Académie Française, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’Académie des Sciences, et l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

14 Tudesq, 1985, p. 108.

15 Selon l’expression de Rousselier, 1997.

16 Weber M., 1971, p. 298.

17 Agulhon, 1979, p. 72.

18 Weber E., 1983.

19 Ostrogorski, 1993, p. 41.

20 Berger, 1976 ; Michelat, Simon, 1977.

21 Rokkan, 1970.

22 Lambert, 1985.

23 Manin, 1995.

24 Sur le parcours de cette professionnalisation, Offerlé (dir.), 1999.

25 Michels, 1971.

26 Pudal, 1989.

27 Manin, 1995.

28 Le mouvement se manifeste dès les années 1930.

29 Mineur, 2010.

30 Rosanvallon, 2006.

31 Une enquête (janvier 2013) du Cevipof les montre à 70 % dans cet état d’esprit.

32 Ogien, Laugier, 2014.

33 Ibid.

34 Le Mouvement Cinq étoiles obtient 23 % des suffrages exprimés aux élections de 2013 ; Podemos obtient 20,6 % des suffrages exprimés aux élections législatives de 2015.

35 Gaxie, 1980. Voir aussi, dans le même sens, et avec des données évidemment actualisées, Costa, Kerrouche, 2007.

36 Blondiaux, 2008.

37 Dollez, Hastings (dir.), 2003.

38 Rosanvallon, 2006.

39 Colliot-Thélène, 2011.

40 Cardon, 2010.

41 Rancière, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Portier, « Hiérarchie et similitude »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-2 | 2017, 167-182.

Référence électronique

Philippe Portier, « Hiérarchie et similitude », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7810 ; DOI : 10.4000/mcv.7810

Haut de page

Auteur

Philippe Portier

École Pratique des Hautes Études, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals