Navigation – Plan du site
Miscellanées

Siğilmāsa : approche typo-technologique du bâti, processus de formation du site et gestion des matières premières

Siğilmāsa: enfoque tipotecnológico de las construcciones, proceso de formación del yacimiento y gestión de las materias primas
Siğilmāsa: a typo-technological approach to building, site formation processes and handling of raw materials
Romain Mensan, François-Xavier Fauvelle, Elarbi Erbati et Laurent Bruxelles
p. 185-206

Résumés

Cet article présente quelques-uns des résultats de la mission franco-marocaine à Siğilmāsa. Constatant la mauvaise visibilité des vestiges et leur difficile interprétation, nous commençons par livrer une étude géomorphologique, complétée par des sondages géoarchéologiques, afin de mieux comprendre la topographie du site. L’observation, en élévation et lors de la fouille, de deux qualités de pisé (pisé orangé et pisé gris), accompagnée de datations directes, permet quant à elle de poser l’existence d’une évolution technologique de la construction et de la placer dans un cadre stratigraphique enfin clarifié. Enfin, nous posons l’hypothèse d’une relation entre processus de formation du site et disponibilité des matières premières (galets, limons, terre…) mis en œuvre dans les différents pisés observés.

Haut de page

Texte intégral

Caractères généraux du site de Siğilmāsa

  • 1 La mission franco-marocaine à Siğilmāsa, dirigée par François-Xavier Fauvelle et Elarbi Erbati, es (...)
  • 2 Fauvelle, Erbati, Mensan, 2014.

1Le site de Siğilmāsa1, ville islamique médiévale aujourd’hui ruinée, se trouve dans l’oasis du Tafilalet (sud-est du Maroc), à proximité de la ville de Rissani (fig. 1). Sur les images satellitaires et aériennes, on voit clairement des vestiges sur un vaste terrain vague bordé, à l’ouest, par le lit de l’oued Ziz (fig. 1) et, à l’est, par la seguia Šurfā’ qui ourle les faubourgs de Rissani. La zone archéologique, d’environ six cents mètres de large pour quelque deux kilomètres du nord au sud, est relativement vierge d’occupations récentes, hormis quelques infrastructures modernes (terrain de football, gare, caserne, école…) situées le long de la route d’accès à Rissani qui partage la zone en deux. Les vestiges ne sont pas uniformément répartis. Des prospections systématiques ont montré qu’ils se concentrent du côté nord de la route sur environ un kilomètre, et sur trois cents à quatre cents mètres du côté sud2. Le site ne doit donc pas son apparence préservée au fait d’être une réserve archéologique, mais bien plutôt au fait qu’il constitue aujourd’hui, en cet endroit de la vallée du Ziz, la plaine d’inondation de cet oued. Il est par ailleurs couramment employé comme décharge publique et comme zone de prélèvement de sable éolien destiné à la fabrication de béton pour les infrastructures modernes.

Fig. 1. — Situation géographique et topographique du site de Siğilmāsa : a.– l’oued Ziz ; b.– emprise de la zone archéologique de Siğilmāsa ; c.– seguia Šurfā’

Fig. 1. — Situation géographique et topographique du site de Siğilmāsa : a.– l’oued Ziz ; b.– emprise de la zone archéologique de Siğilmāsa ; c.– seguia Šurfā’

DAO : R. Mensan, 2015.

  • 3 Ibid., pp. 8-10, pour un historique des opérations archéologiques sur le site de Siğilmāsa.
  • 4 Voir en particulier Messier, 1997 et Id., 2015.
  • 5 Fauvelle, Erbati, Mensan, 2014, p. 15.
  • 6 Fauvelle et alii, sous presse.
  • 7 Lightfoot, Miller, 1996 ; Messier, 2001.
  • 8 Cressier, Garcia-Arenal (dir.), 1998 ; Garcin, Arnaud, Denoix (dir.), 2000.

2Depuis 2011, une équipe franco-marocaine dirigée par E. Erbati (INSAP) et F.-X. Fauvelle (CNRS) a repris des fouilles sur ce site qui avait fait l’objet de nombreuses interventions archéologiques antérieures3, notamment américaines4. Les travaux de l’équipe franco-marocaine ont permis de dégager un premier plan phasé de répartition des vestiges de Siğilmāsa montrant que le site présente plusieurs ensembles urbains distincts dans le temps et déconnectés dans l’espace. Ces premiers résultats, appuyés sur la prospection systématique, l’imagerie à distance, les rapports des anciennes fouilles, l’individualisation de niveaux d’occupation et une série cohérente de datations directe effectuées sur les élévations, plaident en faveur d’un modèle urbain à la fois polycentrique et se développant par essaimage dans le paysage au gré des phases d’abandon et de reconstruction5. Une étude typologique de plusieurs segments de murailles couplée à des datations directes effectuées sur des traverses de bois constructif encore solidement en place dans les élévations a confirmé, parallèlement, l’attribution de ces murailles à trois ensembles urbains distincts appartenant respectivement aux xe, xiie-xiiie et xive siècles6. Ce modèle est en désaccord profond avec les résultats présentés dans les publications issues des opérations archéologiques antérieures, lesquelles avancent l’idée d’une vaste cité qui se serait développée par aggradation in situ au sein d’un périmètre de plusieurs kilomètres de côté7. Cette dernière hypothèse repose, selon nous, sur une confusion entre d’une part la reconnaissance de l’extension des vestiges de toutes époques et, d’autre part, la reconstitution d’un seul ensemble urbain correspondant à des vestiges supposés contemporains les uns des autres. Si ce modèle peut à la rigueur s’appliquer à la ville européenne ou à certaines villes islamiques de al-Andalus, du Maghreb et d’Égypte8, il ne paraît être, à Siğilmāsa, en adéquation ni avec les données observables ni avec les contraintes liées à une architecture quasi exclusivement de pisé, qui implique une péremption du matériau et une reconstruction périodique des structures.

  • 9 Van Staëvel, 1999.
  • 10 Bazzana, 1999.
  • 11 Par exemple Font Arellano, 2007, pour la péninsule Ibérique ; Van Staëvel, 1999.
  • 12 Ajakane et alii, 2007 ; Terrasse, 1938 ; Boussalh, 2007 ; Gentilleau, 2007.
  • 13 Terrasse, 1936 ; Jacques-Meunié, 1962.

3Le pisé ou ṭabīya en arabe, terme désignant aussi bien le matériau (un sédiment armé de galets ou autres éléments durs) que la technique consistant à damer ce matériau dans un coffrage de bois par lits superposés et le produit final de cette mise en œuvre9, est en effet l’élément le plus visible à Siğilmāsa, qu’il s’agisse des élévations encore en place ou des vestiges enfouis. Le pisé est par ailleurs une technique bien documentée dans les sources anciennes10, dans les sources médiévales islamiques11, comme dans l’architecture médiévale et dans l’architecture actuelle des régions présahariennes du Maroc12, y compris au Tafilalet13. Les alentours de Rissani permettent du reste d’observer nombre de ksour intégralement bâtis en pisé à côté desquels subsistent les ruines de leurs avatars antérieurs, abandonnés quelques décennies ou quelques siècles en arrière. Nos enquêtes dans plusieurs ksour indiquent un cycle de reconstruction/restauration du bâti de l’ordre d’un siècle et demi. En l’absence de vestiges de murs en dur dans les divers secteurs de fouille quelles que soient les époques concernées, il y a tout lieu d’admettre que le même processus de péremption et de reconstruction du pisé s’est déployé tout au long de l’histoire de Siğilmāsa.

4Cette longue durée de l’emploi du pisé sur le site ouvre la voie à un examen typo-technologique de la variabilité des pisés selon les époques, réflexion qui peut être croisée avec des hypothèses sur la gestion des matières premières et l’histoire du paysage dans lequel s’inscrit le site. Tel est l’objet du présent article. L’objectif en est d’autant plus pertinent, nous semble-t-il, que le site présente d’une façon générale un très mauvais état de conservation qui ne permet que difficilement d’observer des niveaux d’occupation intacts et du mobilier en place. Dans ce contexte, les vestiges de murs, même à l’état d’arases, constituent de potentiels « fossiles directeurs » que nous avons pu dater. Dans l’état actuel de nos recherches, il ne nous est pas encore permis de corréler de façon fine des horizons archéologiques avec les périodes dynastiques de l’histoire du Maroc. Pour cette raison, il n’en sera fait mention que de façon cursive tout au long du texte. Par ailleurs, l’état de conservation du site ne permet que très rarement de retrouver des éléments de mobilier archéologique en place (tous les types mobiliers sont en général ubiquistes dans la séquence), ce qui a interdit jusqu’à présent de corréler les séries mobilières avec la séquence des occupations.

5Après un rappel du contexte géologique et géomorphologique du site, nous l’appréhenderons au travers de sa topographie actuelle et des résultats de nos investigations géoarchéologiques. Les parties suivantes seront consacrées à nos principaux résultats concernant la caractérisation du bâti de Siğilmāsa et son intégration dans notre séquence chronologique. Enfin, la dernière partie tentera de mettre en perspective ces données dans le cadre d’une reconstitution du processus de formation du site.

Contexte géologique et géomorphologique du site

  • 14 Margat, 1959.

6La morphologie des environs immédiats du site est aujourd’hui extrêmement plane. Les cours d’eau sont à peine inscrits en contrebas de la surface topographique et les rares éminences sont toutes d’origine anthropique (levées de terre, déblais, tell archéologique, anciens ksour…). Les formations superficielles, constituées de limons blanchâtres sont, elles aussi, très homogènes. Les recherches hydrogéologiques menées dans les années 1950, confirmées et complétées par nos propres travaux, ont néanmoins permis de distinguer différentes formations sédimentaires14.

Les schistes carbonifères

7Le substrat de schistes carbonifères constitue le soubassement géologique de toute la région. Il n’affleure pas naturellement mais il est régulièrement atteint par les aménagements hydrauliques tels que les puits car il constitue le mur de la nappe phréatique superficielle : l’essentiel de l’eau exploitable (et certainement abondante) se situe en effet à la base des limons, au contact avec les schistes. La profondeur d’apparition de ces schistes est très variable selon les secteurs du paysage de Siğilmāsa, entre un à deux mètres et jusqu’à plus de quinze mètres à partir de la surface actuelle.

Les formations fluviatiles

  • 15 Ibid.

8Déposées sur le substrat carbonifère, les formations fluviatiles constituent la quasi-totalité des affleurements des environs du site. En surface, on ne perçoit que des limons blanchâtres déposés par les inondations des oueds. Cependant, en profondeur, d’autres formations sédimentaires identifiées comme des formations conglomératiques ont été recoupées par les travaux hydrauliques15.

Les formations conglomératiques

  • 16 Ibid.

9Les formations conglomératiques sont constituées de galets fortement cimentés par un encroûtement calcitique orangé. Elles sont composées de roches de diverses natures : on retrouve ainsi dans ces galets tout le cortège lithologique des formations qui affleurent dans la partie méridionale de l’Atlas. Deux formations ont été distinguées : l’une, affleurante, est observable en rive gauche du Ziz et autour du site archéologique ; la deuxième, à environ 10 m sous la surface actuelle, ne s’observe que recoupée par le creusement de puits. Ces conglomérats correspondent à des formations détritiques grossières déposées par les oueds. Organisées en paliers, ce sont d’anciennes terrasses alluviales étagées qui scandent l’encaissement du réseau hydrographique dans les schistes carbonifères. Cette alternance peut être corrélée aux modifications de régimes que les cours d’eau ont connues au gré des variations climatiques quaternaires. Ainsi, selon Margat, les conglomérats supérieurs correspondraient à une haute terrasse et, en contrebas, le second niveau de conglomérat pourrait représenter une moyenne terrasse16.

Le remblaiement limoneux

10Le remblaiement limoneux est une formation relativement homogène qui correspond à des limons de débordement des oueds. On distingue quelques passées légèrement plus détritiques (limono-sableuses) mais quasiment jamais de galets. Ces limons fossilisent un paysage différencié, développé au cours du Quaternaire. Les conglomérats de la moyenne terrasse des oueds sont cachetés par 12 à 15 mètres de limons. Les conglomérats de la haute terrasse sont aujourd’hui sub-affleurant et ne sont souvent localement recouverts que par une couverture limoneuse infra-métrique.

Topographie et géoarchéologie du site

La topographie actuelle

  • 17 Ibid.

11Le quart nord-est du terrain vierge décrit plus haut laisse observer un relief topographique qui domine la plaine de près d’une dizaine de mètres. Il recouvre l’affleurement de conglomérats de la haute terrasse qui devait former, il y a encore quelques siècles, une butte dominant le lit du Ziz17 (fig. 2). Ce relief est localisé entre le Ziz et la seguia Šurfā’, juste au sud de leur diffluence, et il déborde en partie au sud de la route d’entrée dans Rissani. Cette éminence a une morphologie et une composition qui ne peuvent s’expliquer par une mise en place naturelle. En effet, les conglomérats de la haute terrasse sont recouverts par une forte accumulation de limons, de galets, de blocs de schistes carbonifères de toute taille, le tout emballant de nombreux vestiges archéologiques (murs plus ou moins ruinés, fragments de céramiques présentant généralement une épaisse glaçure verte à beige qui est une production locale de tout-venant, ossements, rejets d’activité métallurgique, etc.). En outre, aucune structure sédimentaire permettant d’expliquer l’accumulation naturelle d’une telle masse de sédiments n’a pu être observée. Il s’agit donc à l’évidence d’un tell archéologique de grande taille formé par des siècles d’occupations successives et que nous avons pu circonscrire sur le terrain par une prospection systématique (fig. 1). La moitié sud du terrain consacré par la tradition locale comme « zone archéologique » nous paraît, jusqu’à preuve du contraire, dépourvue de restes bâtis, de signes d’accumulation anthropique ou même de vestiges mobiliers en surface.

12L’observation du paysage environnant le site archéologique ainsi que sa topographie actuelle laissent à penser que le complexe urbain de Sjilmāsa a été implanté à l’origine sur une haute terrasse du Ziz constituée par un conglomérat de galets. Le relief observable sur la partie nord-est de la zone archéologique est issu des phases successives d’occupation du site aujourd’hui démantelées.

Fig. 2. — Coupe géomorphologique du site de Siğilmāsa, d’après Margat 1959, modifiée

Fig. 2. — Coupe géomorphologique du site de Siğilmāsa, d’après Margat 1959, modifiée

DAO : R. Mensan, 2015.

Sondages géoarchéologiques

13Afin de vérifier ce modèle d’implantation du site dans son paysage, nous avons, préalablement à la fouille proprement dite, procédé à l’ouverture d’une vingtaine de sondages géoarchéologiques mécanisés (fig. 3). Dans un contexte de très forte dégradation du site ne permettant pas la reconnaissance immédiate des occupations successives, l’objectif principal de cette opération était d’atteindre systématiquement la formation conglomératique constituant le substrat du site et d’observer les variabilités stratigraphiques ainsi que les différents types de vestiges conservés. Nous avons privilégié le quart nord-est du site, où la topographie indique à l’évidence le potentiel archéologique. Les sondages ont été réalisés à l’aide d’une tractopelle avec un godet de 80 cm de largeur. La profondeur maximale atteinte est de 3,50 m et nous avons systématiquement pu atteindre le conglomérat, vérifiant ainsi l’hypothèse d’installation initiale du site sur la haute terrasse. Tous les sondages ont été dûment localisés et documentés.

Fig. 3. — Répartition des différents sondages géoarchéologiques

Fig. 3. — Répartition des différents sondages géoarchéologiques

DAO : F.-X. Fauvelle et R. Mensan, 2014.

14Les différentes coupes stratigraphiques relevées nous ont permis d’évaluer la profondeur des vestiges enfouis ainsi que leur conservation. De manière générale, sur l’ensemble des sondages ouverts, le mètre supérieur de la stratigraphie est totalement remanié et aucun vestige en place n’a pu être reconnu. Des niveaux de sables éoliens viennent sceller d’importants niveaux de démolition constitués de dalles de schistes de petit module, de restes d’adobe et de galets. En dessous, des vestiges de bâti commencent à apparaître, très mal conservés et difficilement reconnaissables, constitués d’adobe et associés à des dalles de schistes. Dans le bas de la stratigraphie, au contact du substrat conglomératique, des structures bien identifiables par leur couleur orangée ont été reconnues (fig. 4). Il s’agit de vestiges de murs en pisé dont le matériau contient des galets extraits de la terrasse. Ces murs sont systématiquement fondés sur le substrat, ont des longueurs conservées très importantes, mais présentent une faible élévation. Certains sondages ont également livré d’importants dépotoirs, notamment sur la partie haute du tell.

Fig. 4. — Exemple de sondage géoarchéologique : a.– mur en pisé orange au contact du substrat ; b.– comblement et démolition

Fig. 4. — Exemple de sondage géoarchéologique : a.– mur en pisé orange au contact du substrat ; b.– comblement et démolition

Cliché et DAO : R. Mensan.

15Les principaux matériaux durs de démolition qui composent le relief de la partie nord-est du site sont des galets que l’on retrouve présentant tous une pellicule de calcite orangée. Ces galets proviennent donc des conglomérats sous-jacents. Ils ont été extraits de la terrasse supérieure qui affleure autour du site et ont été utilisés dans la construction des murs en pisé. On les observe encore dans les imposantes murailles visibles sur le site. En phase de destruction, le démantèlement du bâti a libéré les galets encroûtés que l’on retrouve aujourd’hui sur l’ensemble du tell.

16Les limons, quant à eux, se retrouvent sous forme d’adobe utilisé également pour des constructions. Ils ont été prélevés sur place dans la mince couverture qui recouvre les conglomérats de la haute terrasse. Ils ont pu aussi être importés des secteurs alentour (rive droite du Ziz et rive gauche de la seguia Šurfā’), où la séquence limoneuse est plus développée. Enfin, on observe une fraction non négligeable de sable éolien accumulé et fixé du fait de la présence de murs ruinés. Aujourd’hui encore, d’importantes accumulations de sables se déposent en position d’abri, d’où la présence d’engins mécaniques venant prélever ce sable et mettant en danger la conservation du monument (fig. 5).

Fig. 5. — Muraille du xe siècle (dans l’axe central de la photo, orientée au sud)

Fig. 5. — Muraille du xe siècle (dans l’axe central de la photo, orientée au sud)

Cliché : Mission archéologique franco-marocaine 2011.

Le bâti de Siğilmāsa : pisé orangé et pisé gris

17Les investigations géoarchéologiques menées sur le tell nous ont permis de définir les différents matériaux utilisés que l’on est susceptible de trouver sur le site. Les principaux faits archéologiques que l’on a pu reconnaître, et surtout qui sont le mieux conservés, sont le bâti. Les stratigraphies relevées montrent que ces matériaux proviennent du démantèlement de phases successives de constructions ayant alimenté le tell. L’analyse de ce bâti est l’une des clefs de compréhension du processus de formation du site.

Le bâti conservé en élévation

Un complexe architectural postmédiéval

  • 18 Messier, 1997, pp. 77-82 ; Id., 2015, pp. 73-80, 99-101, 120-124 (coupe stratigraphique p. 121), 1 (...)

18Dès l’abord, on remarque sur le site un ensemble dense d’élévations qui semblent avoir conservé leur hauteur d’origine (fig. 6). Les habitants actuels de Rissani y voient les ruines les plus significatives de Siğilmāsa à l’époque de sa grandeur. Les murs présentent des lignes horizontales et des trous de boulin régulièrement espacés qui sont les marqueurs de la technique du pisé. Ce sont ces élévations que l’on repère le plus aisément sur images satellitaires et aériennes. Dans de nombreux cas où ils subsistent et ne se sont pas effondrés par suite de l’érosion, les murs dessinent de vastes espaces quadrangulaires fermés. Dans quelques cas, le parement de ces murs a conservé un enduit de plâtre blanc. Dans l’un de ces espaces clos, les fouilles conduites dans la première moitié des années 1990 ont révélé, sur un très faible développement stratigraphique (de l’ordre de 60 cm), plusieurs sols chapés, des vestiges mobiliers attribués par les fouilleurs à l’époque médiévale, ainsi qu’une structure bâtie adossée au mur sud et un dispositif de glissière au sol que les fouilleurs ont interprété, respectivement, comme un miḥrāb et un aménagement destiné à mouvoir un minbar. Ces éléments ont conduit à émettre l’hypothèse que cet espace aurait correspondu à différentes phases de la grande mosquée de Siğilmāsa depuis les origines midrarides du site islamique jusqu’au xviiie siècle, avec une phase importante de développement aux époques almoravide et almohade18. C’est du reste ainsi qu’est présenté ce bâtiment aux visiteurs. Intrigués par la relative fraîcheur des vestiges en élévation, nous avons procédé à des datations directes sur des fragments de bois de traverses de banchage encore solidement en place dans les murs (fig. 6). Le premier échantillon (SIJ-2011-E6), prélevé dans le mur nord de ce qui est présenté dans la littérature comme la madrasa d’époque « filalienne » et alaouite (xvie-xviiie siècles), a été daté de façon classique (radiométrique) ; il a livré la date non calibrée 340 +/-30 BP, soit cal. AD 1450-1640 à deux sigma (Beta 312419). Le second échantillon (SIJ-2014-E2), prélevé dans le mur de qibla de ce qui est présenté dans la littérature comme la mosquée depuis l’époque almoravide jusqu’à l’époque alaouite, a été analysé par datation AMS ; il a livré le résultat non calibré 210 +/-30 BP, soit les intervalles cal. AD 1650-1690, 1730-1810, 1920+. Les deux résultats ne présentent pas de recouvrement chronologique mais indiquent tous deux, sans ambiguïté, l’appartenance de la structure à la période postmédiévale. Si l’on ne peut exclure que certains des niveaux archéologiques fouillés à l’intérieur de cet espace clos correspondent à ceux d’une mosquée ancienne, force est d’admettre que les murs sont, eux, ceux d’un bâti postmédiéval.

Fig. 6. — Vue de l’intérieur de l’espace postmédieval

Fig. 6. — Vue de l’intérieur de l’espace postmédieval

Cliché : Z. Mseffer, 2010.

19Cependant, il est possible de suggérer des différences entre deux phases ou deux fonctions à l’intérieur de cet ensemble architectural postmédiéval. En effet, quelques élévations mieux conservées que d’autres, peut-être du fait de la présence de chaux dans le sédiment, paraissent témoigner d’un plus grand investissement technique. Tel est par exemple le cas des murs qui ferment l’espace interprété comme la grande mosquée par les travaux antérieurs. Cette différence d’investissement peut témoigner d’une différence fonctionnelle compatible avec l’investissement que l’on attend d’un bâtiment cultuel ou élitaire. Les datations effectuées par nous sur ces élévations les mieux investies techniquement pourraient même confirmer l’idée d’un phasage différentiel. Il nous paraît cependant indiscutable que ce phasage des élévations du complexe architectural ici évoqué prend place au sein de la période postmédiévale, et concerne des phases du xvie et xviiie siècle respectivement. Toutes ces données feront l’objet d’observations approfondies, qui seront livrées dans des publications à venir.

Les murs d’enceinte de Siğilmāsa

  • 19 Fauvelle et alii, sous presse.

20Ainsi qu’il a été rappelé en introduction, nous avons connaissance aujourd’hui sur le site de trois segments de muraille appartenant à trois ensembles spatiaux et chronologiques distincts, datant respectivement des xe, xiie-xiiie et xive siècles. Ces segments de muraille ayant été traités dans un précédent article19, nous ne reviendrons pas dessus. Mais relevons ici que deux de ces murailles ont fait l’objet par nos soins de sondages destinés à établir leur mode de fondation.

21Le premier sondage (S001) a été réalisé au pied d’un segment de muraille situé à l’ouest du site et reconnu sur 300 m de long. Nous avons atteint sa fondation à 1 m de profondeur de la surface actuelle ; son élévation maximale conservée est de 5 m. Il est bâti en pisé orangé constitué de limon emballant une fraction grossière de galets hétérométriques. Il est fondé directement sur le substrat conglomératique caractérisé par des galets cimentés par un encroûtement carbonaté orangé (fig. 7). Un micro-charbon prélevé (SIJ-2011-E1) dans le sédiment de la semelle du mur a été analysé au radiocarbone (AMS) et a livré la datation : 1100+/-30 BP = cal AD 890-1020 (Beta 312418) calibrée à deux sigma (95 %). Il est certain qu’un tel échantillon, qui ne provient pas d’un bois constructif mais d’un reste organique pouvant avoir été remployé dans le sédiment, ne fournit qu’une date post quem.

Fig. 7. — Sondage 001, au pied du segment de muraille daté du xe siècle : a.– élévation en pisé orangé constitué de limon et galets ; b.– semelle de fondation de la muraille ; c.– substrat conglomératique

Fig. 7. — Sondage 001, au pied du segment de muraille daté du xe siècle : a.– élévation en pisé orangé constitué de limon et galets ; b.– semelle de fondation de la muraille ; c.– substrat conglomératique

Cliché et DAO : R. Mensan.

22Le deuxième sondage (S018) a été ouvert au pied du segment de muraille de 230 mètres linéaires qui délimite la partie nord du site, sans toutefois que d’autres vestiges n’indiquent de quelle façon se referme son périmètre. Nous avons atteint sa fondation à 3 m de profondeur de la surface actuelle et son élévation maximale conservée est de 6 m. Elle est bâtie en pisé de galets hétérométriques emballés dans un limon de couleur orangée reposant elle aussi directement sur la terrasse conglomératique. À ce niveau de fondation, on retrouve le parement originel de la muraille recouvert d’un épais enduit blanc. Un fragment de bois (SIJ-2011-E9) prélevé dans une traverse encore en place dans l’élévation de cette muraille a été analysé au radiocarbone (AMS) et a livré la datation 880+/-30 BP = cal AD 1160-1260 (Beta 312420) calibrée à deux sigma (95 %).

23Un troisième segment de muraille, situé en partie sud du site, n’a pas fait l’objet de sondage, mais il a été daté du xive siècle par une analyse au radiocarbone (AMS) sur un fragment de bois prélevé dans une traverse encore en place dans l’élévation.

Le bâti enfoui : séquence chrono-stratigraphique

  • 20 Messier, 1997, pp. 75-77.

24Suite à plusieurs sondages exploratoires, nous avons ouvert en 2012, et fouillé en 2012-2014, un grand secteur (appelé secteur A) de fouille extensive afin de caractériser les différentes occupations du tell et d’en préciser la stratigraphie (fig. 8). La majorité des vestiges en place identifiés à la fouille sont des structures construites dont la fonction est parfois difficilement interprétable, mais qui ont des typologies très variables. On observe des sols, des murs arasés et des structures fermées de type bassin. De tels bassins avaient, dans une partie voisine du site, déjà été identifiés lors des fouilles antérieures20. Ces structures hydrauliques étant décaissées dans les niveaux archéologiques, elles sont encore difficiles à caler en chronologie relative et pour l’instant impossible à dater directement. Néanmoins, nous avons pu, à partir des vestiges de sols et de murs, établir que les vestiges de bâti enfouis du secteur A de Siğilmāsa s’échelonnent entre le viiie et le xiiie siècle.

Fig. 8. — Secteur A : a.– fenêtres de fouilles A1, A2, A6, A7 et A8 ; b.– fenêtre de fouille A4

Fig. 8. — Secteur A : a.– fenêtres de fouilles A1, A2, A6, A7 et A8 ; b.– fenêtre de fouille A4

Cliché : mission archéologique franco-marocaine 2014.

25La plus ancienne occupation datée dans le secteur A est un sol à base de galets et de limon orangé, avec un niveau de préparation pluri-centimétrique alternant adobe et graviers (fig. 9). Ce sol a été très bien individualisé à la fouille. Il présente divers aménagements eux aussi bien repérés : trous de poteaux, rigole ou tranchée de fondation, foyer creusé dans le sol. Une datation a été effectuée sur un charbon prélevé dans ce foyer (SJ2012-A1-SOLE-DE-FOYER), qui a livré le résultat suivant (Beta 334178) : 1250+/-30BP = cal AD 680-830, 840-870 (2 sigma). Ce sol est associé à un mur dont la fondation, très robuste, est en pisé orangé armé de très gros galets pluri-décimétriques. Il est fondé directement sur la terrasse conglomératique qui est le substrat de la première occupation du site. Plusieurs autres structures de même type ont été retrouvées sur l’ensemble de la surface fouillée. Elles sont elles aussi fondées systématiquement sur le substrat. Ces structures sont très visibles à la fouille du fait de leur couleur orangée provenant de l’utilisation des galets issus de la terrasse conglomératique. D’autres sols typologiquement identiques à ce sol du viiie-ixe siècle ont également été très bien individualisés en position stratigraphiquement sus-jacente. Eux aussi présentent un niveau de préparation alternant adobe et graviers. L’un de ces sols a livré, sur un charbon en provenance d’un foyer posé à son contact (SIJ-2014-E9), la datation suivante (Beta 396374) : 1140+/-30BP = cal AD 775-790, 800-980 (2 sigma). Pour l’instant, nous interprétons ces différents sols comme des phases successives de reprise dans une même phase d’occupation des viiie-xe siècles.

26Plus haut encore dans la séquence, la deuxième occupation datée dans ce secteur est caractérisée par un niveau de sol dont il reste des vestiges de dallage en carreaux de céramique peinte (fig. 9). Un micro-charbon prélevé dans le mortier de fixation du dallage (SIJ-2013-E5-UA801) a livré le résultat suivant (Beta 362158) : 710+/-30BP = cal AD 1260-1290 (2 sigma). Ce dallage bien organisé est associé et lié par une plinthe et un revêtement d’enduit à un segment de mur très mal conservé bâti en blocs équarris de schiste ardoisier scellé avec un mortier de terre. Dans ce même niveau, ont été mis au jour diverses structures en brique crue ainsi que d’autres structures en blocs de schiste, telles que des bases de murs et bases de piliers carrés. De manière générale, ce niveau de la séquence est situé moins d’un mètre sous la surface du sol actuel. C’est la dernière occupation médiévale de ce secteur.

27Une troisième occupation a pu cependant être reconnue et datée. Il s’agit de la base de puissants murs en pisés gris généralement arasés au niveau de la surface actuelle du site (fig. 9). Dans un cas, nous avons pu trouver la connexion avec une élévation encore visible sur le site. Un de ces murs enfouis a pu être daté directement grâce au bois de traverse prélevé (SIJ-2014-E6) dans les trous de boulins servant initialement à retenir les banches de la construction en pisé. La datation donne (Beta 383610) : 250+/-30BP = cal AD 1530-1550, 1635-1670, 1780-1800, 1945+. Ce résultat est intéressant à plusieurs titres. D’une part parce qu’il confirme que ces murs en pisé gris sont stratigraphiquement et chronologiquement postérieurs aux murs en pisé orangé. Ensuite parce qu’il montre clairement qu’il s’agit de structures postmédiévales. Enfin, parce que leur état taphonomique (leur enfouissement archéologique dans le secteur A) permet d’évacuer l’attribution chronologique la plus récente (xixe ou xxe siècle) et de les rattacher au complexe architectural voisin des xvie-xviiie siècles.

Fig. 9. — Séquence chronostratigraphique du secteur A

Fig. 9. — Séquence chronostratigraphique du secteur A

a.– sol à base de galets et de limon orangé ; b.– fondation d’un mur en pisé orangé ; c.– sol avec vestiges de dallage en carreaux de céramique peinte ; d.– embase de pilier carré en blocs de schiste et mortier de terre ; e.– élévation en pisé gris transgressant les occupations précédentes et scellant la stratigraphie.

DAO : R. Mensan, 2015. Clichés : mission archéologique franco-marocaine 2013-2014.

Synthèse sur les pisés et la chronologie des occupations

  • 21 Van Staëvel, 1999.

28Un article de Jean-Pierre Van Staevel consacré à la nomenclature de l’architecture de terre dans l’Occident musulman médiéval décrit à fort juste titre le pisé comme l’ouvrage banché résultant de la mise en œuvre de matériaux divers en composition variable, au moyen d’un coffrage de bois amovible21. Nous ne nous en écartons pas, si ce n’est pour employer ici des catégories descriptives du sédiment (granulométrie et couleur) et des matériaux de fraction grossière appelés ici armature.

29Deux grandes catégories de pisé ont donc été reconnues pour l’instant sur le site. Le premier, appelé « pisé gris » dans cet article, est constitué d’un sédiment de terre comportant une armature de tout-venant constitué de céramiques, galets, ossements, etc. Ce pisé n’est représenté que dans les élévations en place et dans le niveau supérieur de la séquence archéologique du secteur A. Les datations permettent de les attribuer sans ambiguïté et de façon récurrente à la période postmédiévale, c’est-à-dire du xvie siècle à aujourd’hui (en excluant pour des raisons taphonomiques les deux siècles les plus récents). Le second, appelé « pisé orangé » dans cet article, est constitué d’un sédiment de limon et d’une armature de galets et de graviers à granulométrie régulière. La couleur orangée provient de la calcite qui cimente les galets prélevés en position primaire dans le conglomérat. À l’heure actuelle, au terme de trois campagnes de fouille (2012, 2013, 2014), ce pisé orangé n’a été reconnu que dans les vestiges de murailles du xe au xive siècle ainsi que dans les niveaux archéologiques les plus profonds datés des viiie au xe siècle.

30Ces deux pisés peuvent être repositionnés dans la séquence des occupations archéologique du secteur A que nous avons fouillées. En effet, on remarque clairement que les trois occupations identifiées sur le secteur A, respectivement des viiie-xe, xiiie et post-xvie siècles, livrent des constructions typologiquement très différentes. Les premiers occupants construisent des bâtiments en pisé orangé directement au contact du substrat et qui sont associés à des sols bâtis en mortier utilisant également des galets. L’occupation suivante, datée du xiiie siècle, est caractérisée par des murs assisés en blocs de schiste liés par un mortier de terre et par un sol en dallage de carreaux de céramique. Ce type de structures en soubassements de pierre est tout à fait susceptible de supporter des murs en adobe malheureusement absents en raison de la très forte dégradation de ce niveau. Enfin, la dernière occupation, qui scelle la stratigraphie du site dans ce secteur, est un complexe de murs en pisé gris dont certains vestiges sont encore en élévation. Aucun sol n’a pu être reconnu par nos travaux dans le secteur A pour cette dernière occupation, mais les recherches futures permettront le cas échéant d’établir des connexions avec les sols dégagés par les équipes qui nous ont précédés.

Processus de formation du site et gestion des matières premières

31L’hypothèse développée dans cette dernière partie est que le changement typologique du pisé survenu au cours du temps à Siğilmāsa reflète un changement de matériau qui s’inscrit dans une évolution du paysage causée principalement par le cycle d’abandon et de reconstruction du pisé (fig. 9).

32Commençons par noter que les deux types de pisé que nous avons signalés précédemment présentent des différences de matériaux employés qui vont au-delà de la couleur. Le pisé orangé a une matrice de limon du Ziz. Il est armé de graviers ou de galets triés, présentant parfois un gradient volumétrique dans l’élévation de la structure. Il témoigne, dans certains cas, d’un investissement technologique proprement exceptionnel, comme dans le cas d’un long mur mis au jour dans notre secteur A et qui est en connexion avec un niveau de sol du viiie siècle (fig. 9). Le pisé gris, quant à lui, a une matrice de terre beaucoup moins homogène et généralement beaucoup plus friable. Il contient une armature très hétérogène constituée de graviers et de galets non triés, de tessons de céramique, d’ossements, de charbon, coquilles et autres débris de tout-venant. Enfin, comme il a déjà été dit, toutes les élévations en pisé orangé observées jusqu’à présent (murs mis au jour en fouille ou sondages pratiqués au pied des murailles) reposent directement sur le conglomérat qui constitue le socle rocheux du site. Quant aux élévations en pisé gris, elles sont observables dans le complexe architectural des xvie-xviiie siècles, et nous en repérons les fondations en affleurement sous le niveau de surface actuel du site, ayant fait intrusion et ayant perturbé les niveaux antérieurs au xiiie siècle.

33Il nous apparaît donc que les différences typologiques et technologiques de ces deux grandes variétés de pisé reflètent à la fois la topographie du site aux différentes époques de construction et les matériaux disponibles comme matrice et armature du bâti. En d’autres termes, les premiers occupants du site se sont établis sur la terrasse conglomératique et ont bâti en employant les limons et les galets prélevés en position primaire dans cette même terrasse. Par contraste, les bâtisseurs post xvie siècle ont élevé leurs murs sur un tell archéologique déjà puissant de plusieurs mètres et ont employé comme matériaux le sédiment hétérogène issu du démantèlement des occupations antérieures. Au xiiie siècle s’intercale, dans notre secteur A, un bref état architectural que nous ne pouvons caractériser pour l’instant que par des bases en blocs de schiste ayant probablement soutenu des murs d’adobe. De quelle façon cet état architectural reflète la gestion des matières premières et a contribué à la formation du site est une question qui restera à éclaircir. L’ouverture dans le futur d’autres secteurs du site où ce niveau du xiiie siècle aura été mieux conservé permettra d’y répondre.

 

34Le présent article s’appuie sur les observations géomorphologiques réalisées par Jean Margat, les confirme et les prolonge par des observations géoarchéologiques effectuées depuis 2012, tout en présentant des nouvelles séries d’observations archéologiques, relatives d’une part aux élévations en place sur le site, d’autre part aux élévations trouvées en fouille. D’une façon nous semble-t-il originale, en tout cas étayée par des descriptions techniques et des datations directes, est proposée ici une séquence de développement du site de Siğilmāsa qui associe étroitement évolution de la morphologie du site, changement typologique du pisé et gestion des matières premières mises en œuvre. Le site dans ses états architecturaux successifs nous apparaît ainsi, au terme de cette analyse, comme le produit d’une évolution du paysage urbain dans laquelle intervient le processus de construction / érosion / reconstruction du pisé, qui mobilise à chaque étape des matériaux localement présents, y compris issus des constructions antérieures. De façon arythmique, les matériaux disponibles localement (les limons et galets de la terrasse alluviale, d’abord, la terre et la fraction grossière de tout-venant, ensuite) évoluent sur un site sujet à une aggradation discontinue, modifiant au cours des siècles tant l’apparence du pisé (de l’orange au gris) que son système de fondation (sur la terrasse conglomératique, d’abord, sur les sédiments sus-jacents, ensuite). Il est encore trop tôt pour corréler cette histoire locale à des observations à l’échelle régionale ou aux sources écrites anciennes, relatives à Siğilmāsa. Mais son caractère prédictif sur le site livre aujourd’hui une clé interprétative qui peut servir de guide lors de la fouille. Il permet en outre de s’affranchir de préconceptions architecturales (sur les modèles constructifs almoravides ou almohades, par exemple), généralement valides et commodes mais qui, à Siğilmāsa, comme du reste pour les référentiels mobiliers, se sont avérés inutilisables n’ayant tout simplement jamais permis d’identifier des structures et de reconnaître des niveaux. Nous espérons contribuer de la sorte à éclairer l’archéologie d’un site où les solutions techniques mises en œuvre semblent avoir été plus souvent locales qu’importées.

Haut de page

Bibliographie

Ajakane, Rabha, Kamel, Said, Mahjoubi, Rachida, El Faleh, El Mâti, Vallet, Jean-Marc, Bromblet, Philippe, Jacques-Meunié, Denise, Noack, Yves, Borschnek, Daniel (2007), « Caractérisation des matériaux de construction des remparts de la médina de Mèknes : exemple de la muraille de Sidi-Baba (Meknès, Maroc) », dans Hubert Guillaud, Claire-Anne de Chazelles, Alain Klein (éd.), Les constructions en terre massive, pisé et bauge. Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, Montpellier, Éditions de l’Esperou, pp. 23-32.

Bazzana, André (1999), « LArchitecture de terre au Moyen Âge, considérations générales et exemple andalou », dans L’architecture de terre en Méditerranée, Actes du colloque (Rabat, Maroc, 27 au 29 novembre 1996), Rabat, Université Mohamed V, série colloques et séminaires (80), pp. 169-190.

Boussalh, Mohamed (2007), « L’inventaire systématique par photographies aériennes des architectures de terre des vallées présahariennes du Maroc », dans Hubert Guillaud, Claire-Anne de Chazelles, Alain Klein (éd.), Les constructions en terre massive, pisé et bauge. Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, Montpellier, Éditions de l’Esperou, pp. 313-322.

Chazelles, Claire-Anne de (2003), « Témoignages croisés sur les constructions en terre crue : textes latins et données archéologiques », Techniques et Culture, 41, pp. 1-27.

Cressier, Patrice, García-Arenal, Mercedes (dir.) [1998], Genèse de la ville islamique en al-Andalus et au Maghreb occidental, Madrid, Casa de Velázquez – Consejo Superior de Investigaciones Científicas.

Fauvelle, François-Xavier, Erbati, Elarbi, Mensan, Romain (2014), « Sijilmâsa : cité idéale, site insaisissable ? Ou comment une ville échappe à ses fouilleurs », Études et Essais du Centre Jacques Berque, 20, 17 p.

Fauvelle, François-Xavier, Erbati, Elarbi, Mensan, Romain, Daussy, Axel (sous presse), « The walls of Sijilmâsa, a medieval Islamic city in Morocco: contribution to the identification of typological and functional variability of the pisé technique in different sectors of the archaeological site ».

Font Arellano, Juana (2007), « La tapia dans les textes hispaniques », dans Hubert Guillaud, Claire-Anne de Chazelles, Alain Klein (éd.), Les constructions en terre massive, pisé et bauge. Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, Montpellier, Éditions de l’Esperou, pp. 53-69.

Garcin, Jean-Claude, avec la collaboration de Jean-Luc Arnaud et Sylvie Denoix (dir.) [2000], Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, École française de Rome.

Gentilleau, Jeanne Marie (2007), « Constructions en pisé dans la vallée du Draa au Maroc », dans Hubert Guillaud, Claire-Anne de Chazelles, Alain Klein (éd.), Les constructions en terre massive, pisé et bauge. Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, Montpellier, Éditions de l’Esperou, pp. 145-155.

Jacques-Meunié, Denise (1962), « Sur l’architecture du Tafilalt et de Sijilmassa (Maroc saharien) », Comptes-Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 106, pp. 132-147.

Lightfoot, Dale R., Miller, James A. (1996), « Sijilmassa: the rise and fall of a walled oasis in medieval Morocco », Annals of the Association of American Geographers, 86, pp. 78-101.

Margat, Jean (1959), « Note sur la morphologie du site de Sijilmassa », Hespéris, 47, pp. 254-261.

Messier, Ronald (1997), « Sijilmasa. Five seasons of archaeological inquiry by a joint Morrocan-American mission », Archéologie islamique, 7, pp. 61-92.

Messier, Ronald (2001), « Le plan de Sijilmassa révélé par GIS », dans Actes des premières journées nationales d’archéologie et du patrimoine, t. III : Archéologie, Rabat, pp. 99-107.

Messier, Ronald, Miller, James A. (2015), The last civilized place : Sijilmasa and its Saharan destiny, Austin, University of Texas Press.

Terrasse, Henri (1936), « Note sur les ruines de Sijilmassa », Revue africaine, 368-369, pp. 581-589.

Terrasse, Henri (1938), Kasbah berbères de l’Atlas et des oasis. Les grandes architectures du Sud marocain, Paris [réimp. Arles, Actes Sud, 2010].

Van Staëvel, Jean-Pierre (1999), « Réflexions à propos de la nomenclature médiévale de l’architecture de terre en Occident musulman : l’exemple du tabiya », dans L’architecture de terre en Méditerranée, Actes du colloque (Rabat, Maroc, 27 au 29 novembre 1996), Rabat, Université Mohamed V, série colloques et séminaires (80), pp. 95-107.

Haut de page

Notes

1 La mission franco-marocaine à Siğilmāsa, dirigée par François-Xavier Fauvelle et Elarbi Erbati, est un programme inscrit dans une coopération entre l’INSAP (Rabat, Maroc) et le laboratoire Traces (Toulouse, France), et soutenu par la Commission consultative des fouilles du ministère français des Affaires étrangères. Il bénéficie de l’appui du Centre Jacques-Berque de Rabat et du soutien financier de la Maison des Sciences de l’Homme de Toulouse et de l’université fédérale de Toulouse. C’est également une action inscrite dans la programmation de la Casa de Velázquez. Les auteurs remercient les rapporteurs anonymes qui ont permis d’améliorer le texte sur plusieurs points.

2 Fauvelle, Erbati, Mensan, 2014.

3 Ibid., pp. 8-10, pour un historique des opérations archéologiques sur le site de Siğilmāsa.

4 Voir en particulier Messier, 1997 et Id., 2015.

5 Fauvelle, Erbati, Mensan, 2014, p. 15.

6 Fauvelle et alii, sous presse.

7 Lightfoot, Miller, 1996 ; Messier, 2001.

8 Cressier, Garcia-Arenal (dir.), 1998 ; Garcin, Arnaud, Denoix (dir.), 2000.

9 Van Staëvel, 1999.

10 Bazzana, 1999.

11 Par exemple Font Arellano, 2007, pour la péninsule Ibérique ; Van Staëvel, 1999.

12 Ajakane et alii, 2007 ; Terrasse, 1938 ; Boussalh, 2007 ; Gentilleau, 2007.

13 Terrasse, 1936 ; Jacques-Meunié, 1962.

14 Margat, 1959.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Messier, 1997, pp. 77-82 ; Id., 2015, pp. 73-80, 99-101, 120-124 (coupe stratigraphique p. 121), 125-127.

19 Fauvelle et alii, sous presse.

20 Messier, 1997, pp. 75-77.

21 Van Staëvel, 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Situation géographique et topographique du site de Siğilmāsa : a.– l’oued Ziz ; b.– emprise de la zone archéologique de Siğilmāsa ; c.– seguia Šurfā’
Crédits DAO : R. Mensan, 2015.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-1.png
Fichier image/png, 244k
Titre Fig. 2. — Coupe géomorphologique du site de Siğilmāsa, d’après Margat 1959, modifiée
Crédits DAO : R. Mensan, 2015.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3. — Répartition des différents sondages géoarchéologiques
Crédits DAO : F.-X. Fauvelle et R. Mensan, 2014.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 4. — Exemple de sondage géoarchéologique : a.– mur en pisé orange au contact du substrat ; b.– comblement et démolition
Crédits Cliché et DAO : R. Mensan.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Fig. 5. — Muraille du xe siècle (dans l’axe central de la photo, orientée au sud)
Crédits Cliché : Mission archéologique franco-marocaine 2011.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig. 6. — Vue de l’intérieur de l’espace postmédieval
Crédits Cliché : Z. Mseffer, 2010.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 7. — Sondage 001, au pied du segment de muraille daté du xe siècle : a.– élévation en pisé orangé constitué de limon et galets ; b.– semelle de fondation de la muraille ; c.– substrat conglomératique
Crédits Cliché et DAO : R. Mensan.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 886k
Titre Fig. 8. — Secteur A : a.– fenêtres de fouilles A1, A2, A6, A7 et A8 ; b.– fenêtre de fouille A4
Crédits Cliché : mission archéologique franco-marocaine 2014.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 9. — Séquence chronostratigraphique du secteur A
Légende a.– sol à base de galets et de limon orangé ; b.– fondation d’un mur en pisé orangé ; c.– sol avec vestiges de dallage en carreaux de céramique peinte ; d.– embase de pilier carré en blocs de schiste et mortier de terre ; e.– élévation en pisé gris transgressant les occupations précédentes et scellant la stratigraphie.
Crédits DAO : R. Mensan, 2015. Clichés : mission archéologique franco-marocaine 2013-2014.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7825/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Mensan, François-Xavier Fauvelle, Elarbi Erbati et Laurent Bruxelles, « Siğilmāsa : approche typo-technologique du bâti, processus de formation du site et gestion des matières premières »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-2 | 2017, 185-206.

Référence électronique

Romain Mensan, François-Xavier Fauvelle, Elarbi Erbati et Laurent Bruxelles, « Siğilmāsa : approche typo-technologique du bâti, processus de formation du site et gestion des matières premières », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7825 ; DOI : 10.4000/mcv.7825

Haut de page

Auteurs

Romain Mensan

Université Toulouse-Jean Jaurès (Traces), France

François-Xavier Fauvelle

Université Toulouse-Jean Jaurès (Traces), France

Elarbi Erbati

INSAP, Rabat, Maroc

Laurent Bruxelles

INRAP, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals