Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Humanités numériques : conservatoire des savoirs et répertoire de la mémoire pour le temps présent

Présentation

Frédérique Langue
p. 275-280

Résumés

Au-delà de la multiplicité des discours portant sur les humanités numériques, ce dossier revient sur une expérience précurseure mais pas toujours reconnue à sa juste valeur : l’Amérique latine, de la période coloniale au contemporain, temps présent compris, et les sources et enjeux de la mise à disposition d’une mémoire et de l’écriture de son histoire online. Il inclut également, outre un état des lieux pour le chercheur en SHS, des réflexions croisées sur les conditions nouvelles de production et de diffusion du savoir, notamment dans le domaine de l’histoire et de ses pratiques épistémologiques. Se trouve posée la question de la gouvernance numérique et des relations entre recherche et accès libre, en d’autres termes de la communication scientifique pensée par ses acteurs, autrement dit les différents publics qui constituent les Digital Humanists, aussi bien chercheurs que conservateurs de ce patrimoine numérique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dacos, Marin (2012), « La longue traîne et les textes en ligne », Blogo-Numericus, mis à jour 22/1 (...)

1Confronté à l’inflation des interprétations et gloses diverses à l’endroit des humanités dites numériques (Digital Humanities, Humanidades digitales, Digital Studies), l’historien s’intéressant un tant soit peu au numérique ne peut que constater qu’après la liberté et l’innovation grisantes des premiers temps, les humanités numériques semblent avoir atteint leur étiage aussi bien du point de vue des positionnements scientifiques que des réalisations numériques de type institutionnel. Dans le cas français, le projet de Loi pour une République numérique (2016) a certes valeur de reconnaissance, mais aussi de délimitation du champ des possibles, comme des stratégies à mettre en œuvre en vue du libre accès aux publications scientifiques (dans son article 30). Au-delà des discours visant à constituer les humanités numériques en discipline et des mosaïques d’expériences réunies dans de nombreux ouvrages collectifs, ces dernières demeurent en effet un outil pour l’historien, à la fois exceptionnel de par les possibilités de diffusion et d’analyse offertes, et évolutif à l’instar du media qui les inspire. Le terme permet en ce sens de « décrire la mobilisation d’instruments, d’outils, de paradigmes ou de corpus numériques en sciences humaines et sociales ». Cette caractéristique apparaît clairement dans le programme de la conférence Digital Humanities 2017 qui s’est tenue à Montréal en août 2017 sur le thème « Access/Accès »1.

  • 2 Le texte d’E. Le Roy Ladurie a été repris dans Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard, 197 (...)

2Dans un contexte où l’acte de mémoire s’est fait injonction dans l’espace public, les humanités numériques ont, de toute évidence, leur rôle à jouer. À la confluence des archives d’hier et de demain, répertoire fluctuant de connaissances et de données désormais visualisables pour le plus grand nombre, condition sine qua non de la diffusion des savoirs scientifiques, les humanités numériques historiennes présentent un intérêt manifeste dans un temps présent investi par les usages politiques voire les politiques publiques du passé. En témoigne le débat récent, dans la presse et par tribunes interposées, sur l’Open Access et les revues en ligne, débat plombé trop souvent par le conservatisme universitaire et des enjeux de pouvoir révolus. L’« historien-programmeur », tel que l’évoquait Emmanuel Le Roy Ladurie en 1968 dans une tribune du Nouvel Observateur, puis William J. Turkel et Alan MacEachern, serait-il encore à inventer2 ?

  • 3 Interview de M. Dacos, idem.
  • 4 Voir <http://tcp.hypotheses.org>.
  • 5 L’une des meilleures réalisations est « La Boîte à Outils des Historiens » (<http://www.boiteaoutils.info>) de Franziska Heimbur</http> (...)
  • 6 Langue, Frédérique (2012), « Humanidades Digitales e investigación americanista: de las redes inve (...)
  • 7 Smyrnaios, Nikos, Ratinaud, Pierre (2013), « Comment articuler analyse des réseaux et des discours (...)

3Un constat s’impose : ce n’est pas le numérique stricto sensu qui révolutionne la diffusion des savoirs, mais le Web3. Un très grand nombre de rencontres, ateliers, « non colloques » à l’opposé des discours magistraux et dans une perspective collaborative et informelle (les ThatCamp désormais internationalisés, et point de départ en 2010 de l’un des premiers manifestes des humanités numériques4), de projets visant à pérenniser le savoir en ligne (la TGIR Humanum), d’outils en ligne5, mais aussi cette impression en demi-teinte que nous évoquions plus haut : les SHS sont encore peu présentes sur Twitter, un peu plus dans le cas latino-américain/américaniste6, sans connaître d’évolution sensible sur ce point même si d’autres réseaux sociaux (Facebook) ou académiques (Academia, Research Gate) se sont imposés par leur ergonomie virtuelle, propice aux débats, contribuant à structurer le débat entre acteurs et communautés. Ce type de réseau a suscité tout à la fois mobilisation et mémorialisation — comme le démontre l’analyse structurale des réseaux — sans atteindre nécessairement à l’individualisme stigmatisé par leurs contempteurs. En ce sens, l’expression « réseaux sociaux-numériques » (RSN) ou celle d’ « infomédiation » (surtout dans le cas de Twitter) s’avère des plus juste. Par ailleurs, nous assistons à une surenchère des blogs ou carnets de recherche, souvent très pointus, fondés sur l’auto publication, peu centrés en définitive sur les activités de veille indispensables à la diffusion de la recherche7.

  • 8 Langue, Frédérique, Giudicelli, Christophe (2010), « Nuevo Mundo Mundos Nuevos, première revue évo (...)
  • 9 Dacos, Marin, Mounier, Pierre (2010), L’édition électronique, Paris, La Découverte/Repères. Mounie (...)

4Des habitudes ont été prises, des mainmises établies (cf. les institutions « fermées » dominant les revues et imposant un modèle éditorial unique, situation fréquente en Amérique latine ou en Espagne). De même le frein au libre accès n’a-t-il pas toujours été levé, circonstance fort heureusement à relativiser selon les modèles de revues exclusivement électroniques et multilingues, telle Nuevo Mundo Mundos Nuevos, première revue évolutive américaniste sur le Web, à laquelle nous avons consacré de très longues années alors même que ce modèle n’était pas valorisé et dont il faut se souvenir que son essor définitif a coïncidé avec son passage sur la plateforme toujours résolument innovante et ouverte qu’est Revues.org8. Le projet de revues en ligne tirant parti des potentialités du Web, d’écritures multimédia à inventer (non plus en termes de catégories immuables mais de flux), semble toutefois avoir vécu dans tous les cas de figure connus, la marge de liberté indispensable à cette véritable prise de risque ayant en grande partie disparu au profit d’une institutionnalisation restrictive de pratiques numériques conçues exclusivement comme ingénierie au service des SHS (à différencier toutefois des sciences de l’information)9.

  • 10 Le Deuff, Olivier (dir.) [2014], Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humain (...)
  • 11 Mounier, Pierre (2014), contributions postées sur le blog Homo numericus : <http://www.homo-numericus.net>.

5Dans ce cyberespace contrasté, nous avons souhaité revenir sur les modalités de réception des humanités numériques par les historiens (latino) américanistes et autres, en revenant sur certaines initiatives pionnières mais toujours autant d’actualité, mais aussi sur certaines initiatives récentes qui, sans exception, tendent à mettre en miroir mémoire(s) et histoire. Ces humanités numériques sont non seulement facteurs de diffusion de la recherche mais également porteuses d’une révolution critique (mais non disciplinaire dans la mesure où elles se font support et outils aussi bien en SHS que dans des disciplines scientifiques) dans la mesure où elles ouvrent des espaces collaboratifs. Une question demeure : ne faudrait-il pas évoquer plutôt des « humanités digitales » puisque le glissement se fait peu à peu vers cette expression qui n’est pas sans cultiver un effet de proximité avec les digital studies, afin d’éviter toute redondance et accorder à ces « sciences du numérique » appliquées aux sciences (SHS et autres) un statut ouvert et réflexif, fondé à la fois sur la diffusion, la communication, le partage et la valorisation et orienté à la médiation des savoirs10 ? La relation entre histoire et humanités numériques serait en effet « singulière et multiple11 ».

  • 12 Voir la première commission de ce type, créée au Chili en 1990, dite Commission Rettig, du nom de (...)
  • 13 <http://www.historizarelpasadovivo.cl> (édité par Anne Pérotin-Dumon).

6Selon quelles modalités s’effectue la réception des humanités numériques en Amérique latine et plus généralement à l’endroit des mondes ibériques ? Plutôt que d’introduire ce dossier par des réflexions épistémologiques, il nous a semblé prioritaire d’insister d’entrée sur la pratique historienne des humanités numériques sur un espace précurseur à bien des égards. Quels en sont les positionnements et les débats réactualisés (Víctor Gayol et Jairo Antonio Melo Florez) ? L’approche à deux mains d’Isabel Povea et de Ricardo Fagoaga diversifie à cet égard l’éventail mexicain par des références au passé plus lointain et à ses implications insoupçonnées sur le long terme, sur des questions très diverses, thématiques environnementales comprises. Les voies nouvelles ouvertes à l’interprétation et à la compréhension d’un passé traumatique (dictatures latino-américaines, Opération Condor) par le dévoilement des archives dites « déclassifiées » du gouvernement américain (Frédérique Langue) ou par des sites gouvernementaux et des institutions militant en faveur des droits humains, de la vérité et de la « réconciliation »12, complètent les sites exploratoires tel que Historizar el pasado vivo en América Latina depuis le Chili13, devenu une référence lors de sa mise en ligne pour l’histoire d’un temps présent latino-américain.

7Les « politiques publiques » du passé vont cependant au-delà de la patrimonialisation des dépôts d’archives, qui répond à des défis autres que la seule conservation d’un patrimoine immatériel. En écho aux réalisations décrites pour l’espace latino-américain, nous avons choisi de (re)visiter certains de ces sites conservatoires de la mémoire contemporaine, d’en cerner les enjeux, de décrypter les politiques publiques du passé et leur versant digital, et même, les « cuisines » de la politique moderne (le péronisme revisité par Nicolás Quiroga), ses réseaux et écritures, ses médiations, histoire visuelle comprise, l’interopérabilité des données, la pérennisation de l’éphémère y compris sous forme de flux : le Web et ses réseaux créent en effet un nouvel « espace public », avec ses codes et des pratiques évolutives, voire ses « e-commémorations ». Le thème des archives, constamment en arrière-plan de ce débat, tend à recentrer la discussion non seulement sur leur disponibilité mais aussi la « sélection » préalable des documents mis en ligne (hasards de la communication de documents papier ou déjà numérisés auxquels les chercheurs peuvent cependant être confrontés même dans les archives nationales les plus illustres). Dans ce contexte quelque peu aléatoire, il s’avère indispensable, comme le suggère Jean-Pierre Dedieu, de replacer l’outil numérique voire informatique au centre du dispositif de production de nouveaux savoirs et non plus seulement d’analyse de données ou de la dernière mode en la matière, la « fouille de texte et de données » (text and data mining). Repenser les conditions contemporaines de production des savoirs via le Web herméneutique tel que les premiers travaux menés depuis le CERN ont contribué à l’établir, fonder une épistémologie afin de créer les conditions d’élaboration d’une « recherche contributive », sont par conséquent des enjeux majeurs des humanités numériques ou, plus précisément, des Digital Studies abordées par Vincent Puig en liaison avec l’essor des datas. Le numérique n’est, en effet, guère réductible à un média. Le Web s’est imposé avant tout comme un Web de données, qui fait la part belle à un processus de transindividuation. Approfondir la possibilité de rupture épistémologique qui en résulte et l’émergence de nouveaux objets d’études, de nouvelles catégories et de nouvelles formes d’éditorialisation des données, tel est le sens de la contribution d’Alexandre Gefen.

  • 14 Dacos, Marin (2013), « La stratégie du Sauna finlandais. Les frontières de Digital Humanities. Ess (...)

8Précisons enfin que les auteurs de ce dossier sont tous, à des degrés divers et de par leurs compétences mixtes (scientifique et informatique), des avatars de cet « historien programmeur » célébré par Le Roy Ladurie mais encore non advenu si l’on en croit Jean-Pierre Dedieu. À des titres divers, ils s’inscrivent ou se sont inscrits dans cette démarche collaborative essentielle à ces « savoirs et technologies de la connaissance » (B. Stiegler), qui demeurent pour les années à venir, l’un des défis majeurs des humanités numériques. Il ne s’agit pas de renoncer à ce « goût de l’archive » décrit par Arlette Farge ou, à l’inverse, de revenir sur des réalisations acquises de longue date à l’échelle du Web, ou encore à se situer dans le cadre d’une diffusion élargie des savoirs et d’une « histoire publique » aux implications et aux enjeux bien différents en termes d’usages du passé. Ce dossier viserait bien plutôt à susciter des réflexions épistémologiques à même de dépasser la frontière persistante entre l’historien et le « programmeur » voire la sanctuarisation d’une discipline à venir, par un détour par rapport aux multiples conférences, colloques et gloses autour des humanités dites numériques, afin de privilégier un retour au « concret » revendiqué explicitement par J.-P. Dedieu, loin des « gourous » de la « discipline », et tel que le revendiquent la majorité de ces contributions. Il se veut une incitation à préserver un savoir humaniste, à créer et préserver des cyberespaces divers (sites conservatoires de la mémoire contemporaine, voire « lieux de mémoire » sur le Web) qui dépasseraient l’apparent monopole anglophone et s’inscriraient par conséquent dans le cadre de la « stratégie du sauna finlandais » évoquée par Marin Dacos. Dans le même ordre d’idées, il se veut une invitation à « dépasser les frontières », en d’autres termes à prendre en compte les réalisations numériques au-delà du cadre hexagonal, à tout le moins francophone, cadre par trop privilégié si ce n’est exclusif pour une majorité d’historiens, que ce soit à l’occasion de rencontres thématiques ou de publications ciblées. La question de la gouvernance numérique, de l’économie contributive et des relations entre recherche et accès libre, sous-jacente à la deuxième partie des contributions ici réunies, en d’autres termes de la communication scientifique pensée par ses acteurs et de son modèle de développement (voir le projet OPERAS), de la démocratisation de l’accès numérique au savoir, réflexion encore insuffisamment systématisée, est également un défi majeur pour les différents publics qui constituent les Digital Humanists14.

Haut de page

Notes

1 Dacos, Marin (2012), « La longue traîne et les textes en ligne », Blogo-Numericus, mis à jour 22/12/2016, <http://bn.hypotheses.org/11783>. Voir le dossier très complet de la revue Diacronie. Studi di Storia Contemporanea, 10 (2) : « Digital History: la storia nell’era dell’accesso », <https://diacronie.revues.org/2750>. Et l’interview de Marin Dacos dans la Lettre de l’InSHS de juillet 2016, Direction de l’Information Scientifique et Technique – CNRS, <http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs42.pdf>, p. 12, ainsi que Livre blanc — une science ouverte dans une République numérique — Guide stratégique, Marseille, OpenEdition Press, 2017, <http://books.openedition.org/oep/1706>.

2 Le texte d’E. Le Roy Ladurie a été repris dans Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard, 1973. Mounier, Pierre, (dir.) [2012], Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press, <http://press.openedition.org/226> ; Langue, Frédérique (2013), « “El historiador será programador o no será”. Acerca del ThatCamp París 2012 », Red-historia, 3, <http://historiapolitica.com/redhistoria/2013/02/el-historiador-sera-programador-o-no-sera>. Un autre aperçu des questions soulevées dans : Clavert, Frédéric, Noiret, Serge (2013), L’histoire contemporaine à l’ère numérique / Contemporary History in the Digital Age, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang S.A. Sur la fouille de données (big data, data mining) à destination de la recherche, voir l’éclairant carnet de la BNF : <https://bnf.hypotheses.org/tag/humanites-numeriques>.

3 Interview de M. Dacos, idem.

4 Voir <http://tcp.hypotheses.org>.

5 L’une des meilleures réalisations est « La Boîte à Outils des Historiens » (<http://www.boiteaoutils.info>) de Franziska Heimburger et Émilien Ruiz.

6 Langue, Frédérique (2012), « Humanidades Digitales e investigación americanista: de las redes investigadoras a los usos de Twitter », Red-historia. Recursos digitales para la historia, <http://historiapolitica.com/redhistoria/2012/08/humanidades-digitales-e-investigacion-americanista-de-las-redes-investigadoras-a-los-usos-de-twitter>.

7 Smyrnaios, Nikos, Ratinaud, Pierre (2013), « Comment articuler analyse des réseaux et des discours sur Twitter », tic&société, 7 (2), <http://ticetsociete.revues.org/1578>, DOI : 10.4000/ticetsociete.1578 [consulté le 11 novembre 2016] ; Quiroga, Nicolás (2011), « Blogs de historia: usos y posibilidades », Historia crítica, 43, <http://historiacritica.uniandes.edu.co/indexar.php?c=Revista+No+43>.

8 Langue, Frédérique, Giudicelli, Christophe (2010), « Nuevo Mundo Mundos Nuevos, première revue évolutive américaniste sur le web : la “fin de l’histoire” ou “une nouvelle ère” ? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, numéro spécial Anniversaire Une décennie américaniste en ligne, <http://nuevomundo.revues.org/59931>, DOI : 10.4000/nuevomundo.59931 [consulté le 19 décembre 2016].

9 Dacos, Marin, Mounier, Pierre (2010), L’édition électronique, Paris, La Découverte/Repères. Mounier, Pierre (2015), « Une “utopie politique” pour les humanités numériques ? », Socio, 4, <http://socio.revues.org/1451>, DOI : 10.4000/socio.1451 [consulté le 10 juillet 2016].

10 Le Deuff, Olivier (dir.) [2014], Le temps des humanités digitales. La mutation des sciences humaines et sociales, FYP éditions, 2014 ; Journal du CNRS, 284, printemps 2016.

11 Mounier, Pierre (2014), contributions postées sur le blog Homo numericus : <http://www.homo-numericus.net>.

12 Voir la première commission de ce type, créée au Chili en 1990, dite Commission Rettig, du nom de son président (<http://www.gob.cl/informe-rettig/>). Documents disponibles sur le site Memoria chilena (Bibliothèque nationale du Chili) : <http://www.memoriachilena.cl/602/w3-article-85802.html>.

13 <http://www.historizarelpasadovivo.cl> (édité par Anne Pérotin-Dumon).

14 Dacos, Marin (2013), « La stratégie du Sauna finlandais. Les frontières de Digital Humanities. Essai de Géographie politique d’une communauté scientifique », Blogo Numericus, <https://bn.hypotheses.org/11138>. Et sur France Culture, « Zoom sur les humanités numériques », émission du 30/05/2016, <http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/marin-dacos-edition-electronique-ouverte>. Speicher, Lara (2017), « OPERAS – Open Access in the Scholarly Research Area through Scholarly Communication », UCL Library Services, <http://blogs.ucl.ac.uk/ucl-press/2017/07/operas-open-access-in-the-scholarly-research-area-through-scholarly-communication/#.WXykyRjpOwQ>. The Open Edition Team (10/5/2017), « Le consortium européen OPERAS lance une enquête sur les usages de l’accès ouvert », LEO, <http://leo.hypotheses.org/13382?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Présentation »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-2 | 2017, 275-280.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7890

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals