Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Humanités numériques : conservatoire des savoirs et répertoire de la mémoire pour le temps présent

Web herméneutique et production de savoir : l’approche des Digital Studies

Vincent Puig
p. 307-314

Texte intégral

  • 1 <https://www.wired.com/2008/06/pb-theory/> [consulté le 21/07/17].
  • 2 Stiegler, Bernard (2014), Digital studies : Organologie des savoirs et technologies de la connaiss (...)
  • 3 L’organologie en musique classe et décrit les instruments, par extension et en référence à l’Organ (...)
  • 4 Rouvroy, Antoinette, Berns, Thomas (2013), « La gouvernementalité algorithmique et perspectives d’ (...)

1À l’heure de l’automatisation généralisée et de ce que Chris Anderson annonçait dès 2008 comme la fin de la théorie1 — c’est-à-dire aussi la fin de la science telle que fondée sur le principe de causalité et largement dominée aujourd’hui par les probabilités et le principe de corrélation — il nous semble intéressant ici, dans la perspective des Digital Studies2 d’explorer comment il est possible de repenser les conditions de production du savoir à l’âge des données produites par les instruments numériques qui constituent notre « organologie3 » contemporaine. Les Études digitales (Digital Studies) proposent, tout en s’appuyant sur les acquis des humanités numériques et des Cultural studies, de s’intéresser aux bouleversements épistémologiques produits par le numérique sur les savoirs, les savoir-faire et les savoir-vivre mais de penser aussi comment cette nouvelle episteme doit reposer sur de nouveaux formats d’interprétation, à la base de ce que nous désignons par le Web herméneutique, favorisant le développement d’une nouvelle économie fondée sur la capacitation et la contribution où le calculable ne nous réduit pas à la gouvernementalité algorithmique4 mais nous ouvre tout au contraire à l’incalculable.

Des médias aux datas

  • 5 Clark, Harry, Halpin, Andy, Wheeler, Michael (2010), « Towards a philosophy of the Web : Represent (...)

2Le numérique n’est pas réductible à un média au sens où l’entendait McLuhan, il produit et combine des datas qui sont les traces de nos comportements, de nos productions et de nos connaissances et qui, par leur composition dynamique, constituent un gigantesque milieu de production des savoirs, ce que certains n’hésitent pas à appeler une intelligence collective5. Cette combinaison dynamique de médias et de datas nous oblige à reconsidérer ou du moins réarticuler l’archéologie des médias telle qu’a pu la penser Friedrich Kittler avec une nouvelle herméneutique des data qui doit s’appuyer sur une forme de tracéologie.

  • 6 Kittler, Friedrich (2015), Médias optiques, Cours Berlinois 1999, Paris, L’Harmattan.
  • 7 Bratton, Benjamin (2016), The Stack, On software and sovereignty, Cambridge – Londres, MIT Press.
  • 8 Auroux, Sylvain (1994), La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

3L’archéologie des médias telle qu’introduite par Friedrich Kittler6 procède par « coupes » et par strates, une démarche qu’il faut mettre en regard du récent livre de Benjamin Bratton sur les couches de l’Internet7. Kittler met à jour les structures techniques qui sous-tendent les médias depuis l’écriture grecque — conditionnée par une grammatisation8 particulière de la voix en 24 lettres mais surtout en 7 voyelles — jusqu’au gramophone, au film, à la machine à écrire et, in fine, jusqu’au numérique qui incorpore l’ensemble de ces modes de discrétisation et de production et les rend intégralement calculables.

  • 9 Gille, Bertrand (dir) [1978], Histoire des techniques : technique et civilisations, technique et s (...)
  • 10 Leroi-Gourhan, André (1945), Milieu et Techniques, Paris, Albin Michel, coll. « Sciences d’aujourd (...)

4Kittler, pionnier de l’esprit « maker », pense en fabriquant des synthétiseurs électroniques. Il pense donc bien les médias de manière organologique, si l’on se souvient que ce mot désigne d’abord l’étude des instruments musicaux, et perçoit sans le nommer leur caractère ambigu, pharmacologique. La photographie peut mettre en péril l’écriture si l’on n’y prend garde. La tentative de Microsoft de mettre la main sur ce nouveau monde de l’image avec le service Corbis bientôt anéanti par Google en est pour Kittler un signe. Les magnétoscopes héritent de la vidéosurveillance : « aux lieux du péril croît aussi ce qui sauve » écrit-il en citant Hölderlin, ce qu’Heidegger concevra comme le Gefahr au cœur du Gestell, la technique comme dévoilement mais aussi comme arraisonnement de la nature et comme péril. Comme ont pu le faire Bertrand Gille9 ou André Leroi-Gourhan10 avant lui, Kittler pense l’évolution propre aux médias, leur histoire technique, leur « technogenèse », plutôt que leur dépendance à l’humain comme le propose McLuhan. Kittler est particulièrement conscient que l’histoire des médias c’est avant tout l’histoire des normes et standards qui métastabilisent (au sens de Simondon) l’évolution technique et en fondent les catégories indispensables à une archéologie qui serait sinon sans repères. Nous voyons avec Kittler à quel point notre capacité à comprendre la norme de production de l’image est capital pour la perception. Aujourd’hui, comprendre l’algorithme est tout aussi important dans le contexte d’une tracéologie des datas, condition d’une herméneutique du numérique.

  • 11 Mazières, Antoine (inédite), Unifying properties of Reverse Engineering across disciplines, thèse (...)
  • 12 <https://projet-episteme.org/> [consulté le 21/07/17].

5La tracéologie est originellement une méthode scientifique liée à l’archéologie. Il s’agit en fait de déterminer la fonction des outils par l’étude des traces qu’ils laissent : dans notre cas, comprendre les algorithmes en analysant les datas qu’ils produisent. Dans un monde idéal ou l’open source serait la règle, l’analyse du code des systèmes algorithmiques permettrait de procéder à la manière de Kittler, mais du fait de la multiplication des boîtes noires et de l’intrication des processus algorithmiques, il est souvent nécessaire pour accéder à la connaissance algorithmique et produire un savoir, d’opérer par « reverse engineering11 », c’est-à-dire de reconstituer, ou au moins de faire des hypothèses sur l’outil en observant les traces qu’il laisse. Une tracéologie numérique suppose également la possibilité de remonter à la source autant que de besoin pour identifier le processus humain ou algorithmique. Notre hypothèse ici est qu’une telle tracéologie devrait ouvrir des perspectives pour développer de nouveaux instruments scientifiques, objets principaux du programme ANR Epistémè12, et même pour repenser l’architecture du Web lui-même, vers ce que nous nommons à l’IRI le Web herméneutique et néguentropique, c’est-à-dire un Web ouvert à l’interprétation, la bifurcation, la diversité et la production de savoir contre l’entropie générale d’un Web qui, s’il semble pris dans un mouvement d’expansion seulement limité par l’énergie qui le produit, tend d’un point de vue informationnel vers un système fermé exclusivement dédié au calcul.

Vers le Web herméneutique

6Le besoin de disposer d’une architecture du Web adaptée à une traçabilité et donc à une interprétation générale n’est pas nouveau. Il s’agit, en quelque sorte, d’un retour aux fondements architecturaux d’un Web qui fut conçu à son origine comme une structure décentralisée et interprétable humainement mais qui a évolué vers une automatisation croissante et vers ce que l’on désigne aujourd’hui comme le capitalisme des plateformes.

7En 1989, dès les premiers travaux menés au CERN par Tim Berners-Lee et Robert Cailliau, puis au moment de la publication du World Wide Web en avril 1993, l’inspiration principale restait le modèle de l’hypertexte accessible à un humain, formalisé dans le protocole HTTP (HyperText Transfer Protocol) et programmable dans le langage HTML (Extensible Hypertext Markup Language). Le succès de ce modèle a conduit à un processus d’automatisation croissant : d’une part l’utilisation du format XML a permis de baliser des ressources complexes (arbres, texte enrichi) dans des langages de représentation parfois spécifiques (MathML, MusicXML, TourML), parfois plus génériques (SMIL, SVG, X3D, JSON) et, d’autre part, on a vu la montée en charge du Web sémantique construit sur les graphes RDF pour automatiser la catégorisation, notamment de machine à machine, passer de l’arbre au graphe, du thésaurus à l’ontologie et finalement s’éloigner toujours plus d’un Web de document au profit d’un Web de données.

8Parallèlement à ce processus d’automatisation du sens, il est intéressant de voir émerger aujourd’hui le besoin de développer des formats d’interprétation et d’annotation tel que Open Annotation et sa récente mise à jour dénommée Web annotation13 qui permet précisément d’accompagner, non pas seulement la diffusion de ressources, mais aussi de documenter des processus de catégorisation automatique, en réalité d’effectuer des opérations herméneutiques sur l’ensemble des ressources du Web. Le format s’inscrit dans la dynamique de l’open linked data en permettant par exemple de typer les relations dans un graphe, d’identifier la destination de l’annotation, de pointer vers des fragments d’images, de texte ou de vidéo (format W3C Media Fragment14), de produire des annotations à descriptions multiples, d’annoter non seulement la ressource mais surtout la relation à la ressource c’est-à-dire la motivation ou l’intention d’annotation ou encore dans quelle mesure cette ressource m’affecte comme lecteur, ce qui nous semble capital dans le processus d’interprétation et de partage de ces interprétations, condition de la production de savoir.

9Open Annotation n’est finalement pas sans lien avec un fondement historique antérieur au Web de Tim Berners-Lee, à savoir le projet Xanadu15 de Ted Nelson, l’inventeur de l’hypertexte et qui n’a cessé de dénoncer les orientations prises par XML et même par SGML. Le projet Xanadu tel que décrit par Nelson en 1960 s’inscrivait dans une logique de transpublishing où la publication pouvait très simplement et très librement reposer sur des éléments de texte dont le lien à la source ne pouvait être brisé. L’hypertexte de Nelson constituait déjà un support d’interprétation.

10On perçoit bien que la logique économique du Web actuel ne respecte plus ces principes de réciprocité, de traçabilité et d’attention à la granularité proposés par Nelson, mais surtout qu’elle ne repose plus du tout sur une logique du document mais bien sur celle des traces. L’hyperlien comme nouvelle forme d’écriture humaine est aujourd’hui considérablement menacé : on s’en remet aux machines pour faire les liens à notre place. Certains sites ou réseaux sociaux interdisent même de faire des liens à l’extérieur de leurs enceintes16. Cependant le souci d’explicitation et d’édition manuelle des liens reste une source d’inspiration pour le développement de formes d’éditorialisation critique du Web et ceci d’autant plus que ce Web critique s’inscrira dans le contexte de nouvelles formes de réseaux sociaux tels que nous les avions étudiées avec Yuk Hui et Harry Halpin17. Une telle conception du réseau social, foncièrement attachée à une dynamique de travail de groupe tout en traçant les apports individuels doit s’appuyer sur une réinvention profonde du Web. Le « Web que nous voulons18 », de ce point de vue, ne pourra pas être seulement un Web sémantique, c’est-à-dire un Web du calcul ; il devra être un Web herméneutique19 mobilisant le calcul au profit de la confrontation des interprétations singulières et incalculables de ses utilisateurs.

Catégoriser l’incalculable ?

11Notre première expérience des protocoles de catégorisation contributive favorisant la transindividuation20 fut initiée de manière empirique dans un dispositif de prise de notes en cours ou en conférence, développé d’abord dans le logiciel Lignes de temps21 en 2009 puis en 2010 dans l’application polemictweet22 construite sur l’API Twitter. Le dispositif fonctionne en trois temps : 1) une présentation du protocole pour bien expliquer aux contributeurs que leurs notes, en l’occurrence leurs tweets, seront ensuite publiées synchronisées à l’enregistrement du cours, 2) l’utilisation de l’interface de participation en direct qui propose l’insertion dans les tweets de quatre balises matérialisées par des couleurs : vert/à retenir, rouge/à débattre, jaune/apport de références, bleu/questions, 3) la publication de l’enregistrement indexé par les tweets permettant de consulter directement les moments à retenir, à débattre, les références ou les questions, et de pouvoir utiliser un moteur de recherche intra-vidéo s’appuyant sur le contenu des tweets.

12Pour aller plus loin dans le processus de transindividuation, nous avons mis en place à partir de 2013 un protocole d’annotation contributive pour le cours de philosophie en ligne de Bernard Stiegler23. À l’issue des ateliers conduits par Paul-Émile Geoffroy, un protocole en quatre catégories s’applique d’abord aux notes écrites puis à leur synchronisation à la vidéo : l’annotation liée à la reformulation et à la compréhension (code vert), le trouble face à une formulation (code rouge), le commentaire et l’interprétation libre (code bleu) et enfin l’indexation descriptive du contenu (mots-clés en jaune). On parle ici de méta-catégories dès lors que celles-ci ne portent pas directement sur le contenu que l’on annote mais sur le sens de la contribution. Par la suite, la simple observation des co-occurrences de ces méta-catégories sur un moment du cours (voir fig. 1) rend compte des possibilités d’échanges entre étudiants et, à partir de là, un moteur de recommandation qu’il est prévu d’ajouter pourra suggérer des mises en relation entre participants.

Fig. 1. — Visualisation des convergences et divergences d’interprétation sur le cours Pharmakon

Fig. 1. — Visualisation des convergences et divergences d’interprétation sur le cours Pharmakon
  • 24 Artisan généticien chinois dans Blade Runer (1982), Oracle afro-américaine dans Matrix (1999).
  • 25 Simondon, Gilbert (2001), L’individuation psychique et collective, Paris, Aubier.
  • 26 Ibid., p. 115.
  • 27 Ibid., p. 119.
  • 28 Ibid., p. 122.

13Un tel dispositif a le mérite d’ouvrir le champ à une traçabilité des processus noétiques en révélant non seulement les consensus mais surtout les dissensus, qui sont le lieu des bifurcations à la base de la production d’un savoir. À l’encontre d’un traitement statistique minimisant l’écart-type, il s’agit au contraire de favoriser le facteur de diversité, le facteur de différenciation, de différance au sens que lui donnait Derrida, le facteur néguentropique au sens de Stiegler. Dans tous les films de science-fiction24, l’ouverture d’une boîte noire, la production d’un savoir passe au bout de la chaîne de traçabilité, au bout de l’enquête, par un gardien du secret qui se distingue par sa différence et qui précisément permet la rupture, la bifurcation. Pour la culture occidentale, il est sage chinois, marabout africain, chaman indien. Dans la tradition catholique, l’incalculable est reçu de l’Esprit (intelligence, conseil, sagesse, science, force, piété, crainte de Dieu) mais ne se mesure que dans ses fruits (charité, joie, paix, patience, bienveillance, bonté, douceur, maîtrise de soi, fidélité). Chez Simondon25, le transindividuel, qu’il décrit comme le lieu de la spiritualité, est le mouvement par lequel l’individu se constitue dans sa relation au groupe dans une articulation transductive entre affectivité et émotivité. Pour Simondon, les fonctions affectives s’orientent selon des bipolarités qui se métastabilisent dans les émotions : les affections26 (gai/triste, heureux/malheureux, exaltant/déprimant, amertume/félicité, avilissant/ennoblissant) ont un sens révélé par l’émotion (et donc par le collectif) comme les sensations (chaud/froid, lumineux/sombre) ont un sens révélé par la perception et l’action (dimension collective). Dans nos recherches sur la catégorisation de l’incalculable, ce mouvement est la condition de production d’un savoir qui, pour Stiegler, repose toujours sur un support technique, d’écriture, de publication et par conséquent de « transindividuation ». Les Études digitales s’intéressent donc à catégoriser les conditions de production du savoir sans basculer dans la production d’ontologies de relations (c’est-à-dire aussi potentiellement dans une calculabilité généralisée à la manière de Facebook) ou dans un calcul illusoire des émotions (« emotional computing »). Dans nos travaux en effet, le protocole de catégorisation des annotations ne se réduit surtout pas à catégoriser les émotions, ni même les affections qui sont des vecteurs, des fonctions, des « indices de devenir27 ». Il répond sans doute à la visée simondonienne de passer de l’émotion à la perception et de la perception à l’émotion28. Mais il a aussi vocation à articuler affection et action, dimension individuelle du devenir psychique avec dimension collective de la production du savoir. Dans le cours Pharmakon, le protocole de transindividuation fondé sur le trouble dépasse radicalement la dialectique simondonienne en révélant l’anamnèse à l’œuvre chez l’esclave de Ménon. L’affectivo-émotivité comme articulation de soi-même avec son individuation, est ici soutenue par une technique, une écriture (la langue, la géométrie, le dessin sur le sable), productrice d’un savoir car le protocole de transindividuation permet de partager les troubles individuels au niveau collectif dans la finalité de l’action et du savoir.

Pour une économie de la contribution

14Les outils de la contribution développés à l’IRI, qui visent en fait à de nouvelles formes d’éditorialisation des données contribuées, héritent tous d’une fonction d’adressage Web généralisée prototypée à l’origine dans l’outil d’annotation vidéo Lignes de temps : à chaque état du logiciel correspond une URL qui assure la traçabilité et ouvre la voie aux fonctions classiques d’édition hypertexte, par exemple l’insertion de l’URL d’un segment vidéo dans un texte ou en note de bas de page. Cette fonction d’adressage Web des états du logiciel et des traces laissées par l’utilisateur donne accès à de nouveaux formats non plus seulement hypertextes mais hypervidéo par recombinaison de ces URL. Ce format favorise le développement d’un discours audiovisuel à partir duquel on peut remonter aux films d’où sont tirés les segments. Les lecteurs d’une bibliothèque peuvent eux-mêmes créer ces mashups au fil de leur consultation du fonds audiovisuel. Leurs créations deviennent des portes d’entrées pour consulter le fonds.

15Dans tous ces systèmes que nous expérimentons à l’IRI depuis 2006 (et depuis 2001 à l’IRCAM) mais dont les fondements théoriques ont été élaborés et prototypés dès 1993 dans le cadre du poste de lecture assisté par ordinateur de la BNF29, se joue en fait la question de la contribution et à travers elle toute la figure de l’amateur30 dont l’étude fut au centre du programme de recherche de l’IRI à sa création au sein du Centre Pompidou. Au-delà d’une simple « participation », ou même d’une « collaboration » (travail collectif), la contribution produit des savoirs dans le rapport de co-individuation entre les participants au projet.

16C’est sur ces bases épistémologiques partagées depuis 2012 par le réseau scientifique Digital Studies31 que le projet Territoire Apprenant Contributif a été entrepris en 2016 et pour une durée de 10 ans sur la communauté d’agglomération de Plaine Commune32. Ici l’objectif est bien de mettre en œuvre des programmes de recherche contributive associant des chercheurs de différentes disciplines aux habitants de l’agglomération afin de poser les bases d’une économie contributive, construite sur un revenu contributif conditionnel et opposant un modèle coopératif à l’ubérisation tendancielle de toutes les activités économiques. L’articulation d’une vision globale, telle que portée par les Études digitales, avec des expérimentations locales est la condition de possibilité nécessaire pour espérer pouvoir freiner l’entropie croissante de notre milieu naturel et technique à l’ère de l’anthropocène.

Haut de page

Notes

1 <https://www.wired.com/2008/06/pb-theory/> [consulté le 21/07/17].

2 Stiegler, Bernard (2014), Digital studies : Organologie des savoirs et technologies de la connaissance, Limoges, Fyp.

3 L’organologie en musique classe et décrit les instruments, par extension et en référence à l’Organon d’Aristote, nous utilisons ce terme pour désigner une organologie générale, qui recouvre les conditions techniques, sociales et biologiques de production du savoir.

4 Rouvroy, Antoinette, Berns, Thomas (2013), « La gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation », Réseaux, 177 (1), pp. 163-196, DOI : 10.3917/res.177.0163.

5 Clark, Harry, Halpin, Andy, Wheeler, Michael (2010), « Towards a philosophy of the Web : Representation, Enaction, Collective Intelligence », Journal of Web science, <http://journal.webscience.org/324/>.

6 Kittler, Friedrich (2015), Médias optiques, Cours Berlinois 1999, Paris, L’Harmattan.

7 Bratton, Benjamin (2016), The Stack, On software and sovereignty, Cambridge – Londres, MIT Press.

8 Auroux, Sylvain (1994), La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

9 Gille, Bertrand (dir) [1978], Histoire des techniques : technique et civilisations, technique et sciences, Gallimard, La Pleïade, 1978.

10 Leroi-Gourhan, André (1945), Milieu et Techniques, Paris, Albin Michel, coll. « Sciences d’aujourd’hui », p. 130.

11 Mazières, Antoine (inédite), Unifying properties of Reverse Engineering across disciplines, thèse de Master 2 soutenue au Centre de recherches interdisciplinaires, Paris.

12 <https://projet-episteme.org/> [consulté le 21/07/17].

13 <https://www.w3.org/annotation/> (parmi les participants : Inria, Hachette, Hypothes.is, Institut Télécom, Library of Congress, Pearson, Sony, Stanford) [consulté le 15/07/17].

14 <https://www.w3.org/2008/WebVideo/Fragments/> [consulté le 15/07/17].

15 <http://www.xanadu.net/> [consulté le 15/07/17].

16 <http://www.linuxjournal.com/content/whats-our-next-fight> [consulté le 15/07/17].

17 Hui, Yuk, Halpin, Harry (2011), « Collective individuation: the future of the social web », Unlike Us Reader, 8, pp. 103-116, <http://www.iri.centrepompidou.fr/wp-content/uploads/2011/02/Hui_Halpin_Collective-Individuation.pdf> [consulté le 15/06/17].

18 Initiative de la Web foundation : <https://webwewant.org/> [consulté le 21/07/17].

19 La discussion et la proposition d’un tel Web herméneutique étaient au cœur des Entretiens du Nouveau Monde Industriel de décembre 2015 : <http://enmi-conf.org/wp/enmi15/> [consulté le 15/06/17].

20 Au-delà de Simondon, Stiegler conçoit la technique comme condition de la transmission de connaissance entre individu et collectif et donc comme condition de production de savoir (processus de transindividuation).

21 <http://ldt.iri.centrepompidou.fr> [consulté le 15/06/17].

22 <http://polemictweet.com> [consulté le 15/06/17].

23 <http://pharmakon.fr> et article de Gwenaëla Caprani sur <http://www.riotice.com/?p=2673> [consultés le 15/06/17].

24 Artisan généticien chinois dans Blade Runer (1982), Oracle afro-américaine dans Matrix (1999).

25 Simondon, Gilbert (2001), L’individuation psychique et collective, Paris, Aubier.

26 Ibid., p. 115.

27 Ibid., p. 119.

28 Ibid., p. 122.

29 <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/42680-la-lecture-assistee-par-ordinateur.pdf>.

30 <https://iri-ressources.org/themes/theme-7.html>.

31 <http://digital-studies.org>.

32 Lettre de mission adressée le 5 mai 2016 à Patrick Braouezec par Emmanuel Macron, Thierry Mandon et Jean-Vincent Placé (<http://recherchecontributive.org>).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Visualisation des convergences et divergences d’interprétation sur le cours Pharmakon
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/7955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Puig, « Web herméneutique et production de savoir : l’approche des Digital Studies »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 47-2 | 2017, 307-314.

Référence électronique

Vincent Puig, « Web herméneutique et production de savoir : l’approche des Digital Studies », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7955 ; DOI : 10.4000/mcv.7955

Haut de page

Auteur

Vincent Puig

Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals