Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Mª del Pilar Calzado Sobrino, Tumbo Menor de Castilla (siglo xiii). Estudio Histórico, Codicológico, Diplomático y Edición | Ead., Tumbo Menor de León (siglo xiii). Estudio histórico, codicólogico, diplomático y edición

Hélène Sirantoine
Référence(s) :

Mª del Pilar Calzado Sobrino, Tumbo Menor de Castilla (siglo xiii). Estudio Histórico, Codicológico, Diplomático y Edición, Cuenca, UCLM, 2016, 672 p.

Ead., Tumbo Menor de León (siglo xiii). Estudio histórico, codicólogico, diplomático y edición, Cuenca, UCLM, 2016, 448 p.

Texte intégral

1Créé en 1170, l’ordre militaire de Saint-Jacques se vit rapidement doté de possessions prestigieuses. Dès 1174, Alphonse VIII de Castille lui faisait don de la forteresse frontalière d’Uclés. Dans le royaume de León, Alexandre III confirmait en 1179 la donation du couvent de San Marcos. Ces deux établissements furent amenés à devenir chacun la maison principale de l’Ordre dans leurs royaumes respectifs, avant que la réunion de la Castille et du León en 1230 ne donne la main définitivement à Uclés. Ce statut décida aussi du lieu de conservation des archives de l’institution. Ainsi, lorsqu’au milieu du xiiie siècle une partie de cette documentation fut copiée au sein de deux cartulaires, connus sous les noms de Tumbo menor de Castilla et Tumbo menor de León, cette initiative représentait, selon l’opinion de l’auteure des ouvrages dont on rend compte ici, un premier effort d’organisation archivistique pour l’ordre de Saint-Jacques.

2Le Tumbo menor de Castilla nous est parvenu complet et rassemble, dans ses 235 folios, 305 des documents conservés à Uclés, couvrant une période allant de 1119 à 1232. Un court prologue et un bref colophon ne permettent ni d’en préciser la date exacte de rédaction, ni d’en identifier les commanditaires et scribes. L’analyse paléographique permet cependant de proposer une datation du 3e quart du xiiie siècle, et de souligner la multiplicité des mains qui ont participé à sa confection. Organisé en quatre livres introduits par un laconique incipit, et correspondant chacun plus ou moins strictement à une catégorie d’expéditeurs — privilèges royaux (livre I), documentation privée (livres II et III), documentation pontificale (livre IV) —, le Tumbo présente également des rubriques, un index complet, et il est illustré par la copie de signes externes (chrismons, seings), par des initiales dessinées, et par une enluminure bien connue accompagnant la copie de la donation par Alphonse VIII de la forteresse à l’ordre de Saint-Jacques.

3Le Tumbo menor de León nous a quant à lui été transmis incomplet, tronqué en début et en fin de codex. Comme dans le cas du tumbo castillan, les 132 folios du codex ne présentent la copie que d’une sélection de 196 des actes conservés à San Marcos, dont la chronologie s’étale de 1118 à 1245. En l’absence d’auteur et/ou de commanditaire nommé, l’écriture — en une seule main — permet de dater le manuscrit du milieu du xiiie siècle. Il partage encore avec son homologue castillan la présence de rubriques et d’initiales dessinées, la copie des signes de validation, et une organisation en quatre livres. Il est cependant cette fois difficile de distinguer une logique d’organisation de ces livres, qui présentent une grande diversité de typologie des expéditeurs.

4Avec la publication conjointe de l’édition des deux premiers cartulaires de l’ordre de Saint-Jacques, María del Pilar Calzado Sobrino propose un complément appréciable pour l’étude des ordres militaires hispaniques. Malgré les nombreux travaux auxquels l’institution a donné lieu, ces cartulaires n’avaient en effet jusqu’ici pas été édités en tant que tels. Une partie de leur contenu, consistant essentiellement en donations secondaires et privées délaissées des collections diplomatiques préalablement publiées, se trouve ainsi pour la première fois éditée. Par ailleurs, l’édition paléographique choisie par l’auteure respecte l’ordre dans lequel la documentation a été copiée au sein du cartulaire. L’édition fait aussi place à tous les éléments contenus dans les deux manuscrits : pièces introductives et conclusives, index, notes marginales contemporaines et modernes. Ces deux ouvrages semblent donc se placer dans la mouvance de la nouvelle histoire des cartulaires, attentive aux processus de cartularisation.

5Le lecteur curieux de cette histoire-là se verra par moments frustré par l’étude introductive qui précède l’édition de chacun des cartulaires. Leur étude codicologique est soignée, porte une grande attention à la description physique des codices (couleur des folios, épaisseur du velin, description de la reliure, marginalia) et place l’analyse du côté d’une histoire de la culture matérielle. L’étude diplomatique consiste en tables de correspondances mettant en relation l’ordre des actes tels qu’ils furent copiés dans les deux tumbos et leur ordre chronologique, et en statistiques relatives aux types documentaires, types d’expéditeurs et répartition chronologique. Ne s’agissant pas d’une édition critique, cette introduction ne fait pas place à une analyse archéologique de la documentation copiée, qui n’est pas comparée aux originaux conservés. On remarquera toutefois qu’un certain nombre de notes attachées à l’édition pallie ce manque.

6En revanche, les sections « étude historique » des deux ouvrages recensés sont, somme toute, insatisfaisantes. Elles concernent l’histoire des archives de chaque établissement, depuis l’époque médiévale jusqu’à leur transfert à l’Archivo Histórico Nacional. Ces apartés sont en eux-mêmes intéressants dans la perspective de l’histoire archivistique. Les extraits de rapports de visites et recommandations pour améliorer la conservation des archives offrent un point de vue que l’on trouve rarement dans ce type de publication. Le problème est pourtant que les tumbos eux-mêmes sont absents de cette histoire — ou y apparaissent à peine, comme au détour de la mention (p. 35) d’un inventaire des archives d’Uclés du xviiie siècle, qui énumère les codices d’abord, en incluant les tumbos, puis les documents individuels conservés. Il aurait été cependant éclairant de lire comment ces cartulaires ont été d’abord conçus, puis inventoriés, et donc perçus, au fil des siècles. Mais le lecteur reste dans l’expectative, et cette histoire des archives de San Marcos et d’Uclés se fait sans les tumbos objets de ces deux publications. Leur contextualisation dans l’histoire de l’Ordre était elle aussi attendue. D’autres auteurs déjà ont proposé de lire leur confection dans le cadre de la réunion des royaumes de Castille et León après 1230. Par ailleurs, au vu de la compétition durable entre les maisons d’Uclés et de San Marcos pour la direction de l’Ordre, les similarités et différences entre les deux manuscrits pouvaient difficilement être anodines. Enfin, cette étude « historique » ne replace à aucun moment la confection des deux tumbos dans l’histoire plus générale des cartulaires hispaniques, objets qui se multiplièrent au xiiie siècle comme outils tant d’administration que de pouvoir.

7On relève encore d’autres manques techniques et éditoriaux dans ces deux éditions, tels que l’absence d’index onomastique et toponymique, et le choix d’une bibliographie finale ne présentant qu’une sélection des ouvrages cités, alors même que ceux-ci sont systématiquement abrégés dans l’édition.

8Si la composition d’un cartulaire peut être due à différentes raisons, elle n’est jamais insignifiante. Or, ici, on n’apprend que peu de choses sur les circonstances dans lesquelles les dignitaires de l’ordre de Saint-Jacques décidèrent qu’une copie de certains de leurs actes était opportune, qui plus est dans deux cartulaires par bien des points parallèles. En ce sens, les deux ouvrages dont on rend compte ici fournissent deux outils incomplets (par l’absence de certains éléments attendus, tels qu’index et bibliographie) et imparfaits (par l’absence d’étude du processus de cartularisation). Ils mettent cependant à disposition une documentation jusqu’ici non présentée sous cette forme, et non intégralement éditée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Sirantoine, « Mª del Pilar Calzado Sobrino, Tumbo Menor de Castilla (siglo xiii). Estudio Histórico, Codicológico, Diplomático y Edición | Ead., Tumbo Menor de León (siglo xiii). Estudio histórico, codicólogico, diplomático y edición », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7972

Haut de page

Auteur

Hélène Sirantoine

University of Sydney

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals