Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Littérature

Juan Carlos Cruz Suárez, Hans Lauge Hansen (eds), La memoria novelada I. Hibridación de géneros y metaficción en la novela española sobre la guerra civil y el franquismo | Juan Carlos Cruz Suárez, Hans Lauge Hansen (eds), La memoria novelada II. Ficcionalización, documentalismo y lugares de memoria en la narrativa memorialista española | Juan Carlos Cruz Suárez, Hans Lauge Hansen, Antolín Sánchez Cuervo (eds), La memoria novelada III. Memorias transnacional y anhelos de justicia

Catherine Orsini-Saillet
Référence(s) :

Juan Carlos Cruz Suárez, Hans Lauge Hansen (eds), La memoria novelada I. Hibridación de géneros y metaficción en la novela española sobre la guerra civil y el franquismo, Bern, Peter Lang, 2010, 270 p.

Juan Carlos Cruz Suárez, Dian González Martín (eds), La memoria novelada II. Ficcionalización, documentalismo y lugares de memoria en la narrativa memorialista española, Bern, Peter Lang, 2013, 301 p.

Juan Carlos Cruz Suárez, Hans Lauge Hansen, Antolín Sánchez Cuervo (eds), La memoria novelada III. Memorias transnacional y anhelos de justicia, Bern, Peter Lang, 2015, 381 p.

Texte intégral

1Un même titre, La memoria novelada, réunit trois volumes qui ont l’ambition de former une trilogie. Ils sont le résultat d’un projet de recherche collectif mené depuis l’université d’Aarhus (Danemark) qui a fédéré un ensemble de chercheurs et a structuré un réseau qui se fait connaître en 2010 lorsque se tient le congrès international qui donnera son titre au volume I : Memoria novelada. Hibridación de géneros y metaficción en la novela española sobre la guerra civil y el franquismo (2000-2010). Le volume II, Memoria novelada II. Ficcionalización, documentalismo y lugares de memoria en la narrativa memorialista española, est issu d’un second congrès qui s’est tenu à l’université de Salamanque du 12 au 14 décembre 2011 (Lugares de la memoria: entre ficcionalización y documentalismo). Il est suivi du dernier tome, La memoria novelada III. Memoria transnacional y anhelos de justicia, élaboré à partir d’une partie des communications présentées à Madrid, lors du congrès international des 11-13  novembre 2013 : Memoria y narración. Influencias transnacionales y contextos locales. Remarquons d’emblée que cette trilogie naît d’une série de rencontres dont les intitulés invitent à dépasser le cadre de la memoria novelada. Nous nous intéresserons prioritairement à ce qui fait son unité : le roman de la mémoire espagnol, de la guerre et du franquisme, à une époque charnière de mutation et de changement de siècle.

2L’objet d’étude initial est défini dès l’introduction du volume I : la production romanesque espagnole qui aborde la problématique de la mémoire historique, centrée, dans un premier temps, sur la question de la guerre civile et du franquisme. Celle-ci connaît un boom éditorial dans la première décennie du xxie siècle qui avait été annoncé par des signes avant-coureurs à la fin du siècle précédent. Cette explosion fait écho au débat mené dans la société civile, entendu par les gouvernements de Aznar puis de Zapatero, débat qui s’érige en réponse aux politiques de la mémoire ou de la desmemoria menées depuis la Transition, assimilées à un pacte du silence ou de l’oubli condamnable, pour certains, ou justifié par une politique de réconciliation nationale nécessaire au vivre en paix, pour d’autres. La prégnance du débat et les enjeux pour toute la société espagnole donnent à ce projet une forte légitimité.

3Dans les trois volumes, la littérature, la prose narrative surtout, est conçue comme une forme de discours social qui participe, avec d’autres, à une réflexion sur l’écriture de l’Histoire, sur l’écriture de la mémoire, sa récupération, sa reconstruction, sur le sens que prend, dans le présent, la représentation du passé. Elle est analysée en rapport avec d’autres types de discours, issus majoritairement des sciences sociales ; sa fonction, sa valeur performative, la place qu’elle occupe dans la société, sont donc les questions fondamentales qui sont abordées avec un déplacement progressif des approches. Quel que soit le volume, le contexte est toujours défini avec une grande précision : celui du changement de millénaire, période pendant laquelle, en Espagne, s’élèvent des voix critiques vis-à-vis d’une Transition dont le caractère modélique est mis en cause, des voix qui dénoncent le pacte de l’oubli et les conséquences d’une (pseudo)-réconciliation ; mais aussi le contexte d’une mémoire globale, avec une perspective transnationale dans le dernier tome, qui propose donc un point de vue renouvelé.

4Dans le premier volume, il s’agit majoritairement de dégager des traits formels qui caractérisent ce que Hans Lauge Hansen nomme, dans le troisième volume, la « novela actual de memoria » et définit comme « la novela […] que a partir del 2000 se ha desarrollado en diálogo con el movimiento social de la recuperación de la memoria » (p. 123) mais de comprendre aussi le phénomène tel qu’il surgit dans un cadre national bien documenté et à une époque charnière. De l’ensemble des contributions se dégagent des constantes : l’hybridation entre fictionnel et le factuel, la prégnance du schéma de l’enquête, les dispositifs métafictionnels et des titres s’imposent comme des exemples paradigmatiques (Soldados de Salamina de J. Cercas, El vano ayer et ¡Otra maldita novela sobre la guerra civil! d’I. Rosa et, dans une moindre mesure, Mala gente que camina de B. Prado). Trois modes de représentation du passé sont distingués par Elina Liikanen qui propose une classification mettant en rapport la forme des romans avec la mimesis, l’auto-réflexivité et les enjeux éthiques. Cette contribution est un travail pionnier qui sera judicieusement complété dans le dernier tome par Hans Lauge Hansen qui croise les modes narratifs et les modes éthiques (exemple du lien qui peut se tisser entre les volumes).

5Dans les ouvrages suivants, ces problématiques entrent en résonance avec les questions éthiques, politiques et morales. La notion de lieu de mémoire, empruntée à l’historien français Pierre Nora, détermine l’originalité de l’approche du second volume plus que les questions de fictionnalisation et documentalisme (qui renvoient à la mimesis, à la frontière entre le fictionnel et le factuel). Il s’agit dès lors de mettre l’accent sur la fonction d’une littérature capable de s’ériger en lieu de mémoire, c’est-à-dire d’incarner une mémoire, d’inscrire des événements passés dans une mémoire culturelle (au sens où l’entend Assman) et dans un temps présent (passé et présent s’éclairant mutuellement) avec une fonction sociale de transmission. L’introduction insiste sur la « responsabilité » de cette littérature qui entretient une « relation dialogique complexe » avec le monde. Ce sont les relations entre le passé et le présent telles qu’elles sont représentées dans le récit qui sont approfondies (pensons au chronotope composé « passé-présent » mis en lumière par Hans Lauge Hansen) mais aussi la capacité du texte littéraire à « faire » justice quand cette reconnaissance n’a pas lieu par la voie législative (Celia Fernández Prieto). Finalement, la fonction de la littérature est aussi de devenir un « lieu de reconnaissance » pour les victimes et leurs familles.

6La dernière livraison inscrit délibérément la réflexion dans un cadre transnational, ce qui invite à des regards comparatistes (avec l’Allemagne et les pays d’Amérique latine) mais aussi à envisager une culture globale de la mémoire. Dès l’introduction, l’accent est mis sur la « raison pratique », l’intention morale, politique, éthique, sur les valeurs véhiculées par cette « littérature mémorialiste » (progressivement, cette expression, « literatura memorialista », plus englobante, tend à remplacer « memoria novelada »). C’est le rôle de l’écrivain, sa responsabilité, la fonction de la littérature de la mémoire qui sont interrogés quand cette dernière contribue à faire émerger l’expression d’un « désir de justice » comme force de résistance, dans un cadre transnational où plane l’ombre d’Auschwitz comme référence obligée. Le volume montre comment les débats sur l’histoire de la Shoah influencent la perception du passé national mais aussi comment les caractéristiques d’autres périodes de Transition, dans des pays comme le Chili ou l’Argentine, ont pu avoir des répercussions sur la façon dont l’Espagne a géré son passé dictatorial (voir la contribution de Cristina Luz García Gutiérrez). Cette inscription du débat sur la mémoire en Espagne dans un cadre global est particulièrement bien étudiée par Ana Bungård (qui prend soin d’en indiquer les limites en insistant sur les particularités nationales) et Hans Lauge Hansen. Tous deux soulignent que le changement de millénaire coïncide avec un tournant de la mémoire de l’Holocauste et avec une influence décisive d’un discours global d’une mémoire cosmopolite, en citant des travaux récents d’Aleida Assmann, Raquel Macciuci et Ulrich Winter. Moins attendue est la vision du devoir de mémoire proposée par Reyes Mate dès l’ouverture du volume. Il reprend cette notion si fréquemment invoquée quand il s’agit des épisodes les plus tragiques de l’Histoire récente pour en renouveler l’approche en l’envisageant dans sa dimension trans- ou post- nationale — notamment dans un cadre européen.

7Dans ce troisième volume, les études dépassent très largement la période de la guerre civile et du franquisme pour s’ouvrir à la mémoire de l’exil et de certains mouvements migratoires (dans la cinquième et dernière partie, « Memorias del exilio y la emigración ») ; la prose narrative espagnole n’est plus l’unique objet d’étude puisque le théâtre, le cinéma et les musées sont présents dans la quatrième partie (« Memorias en escena »). Ce sont donc les trois premières sections qui articulent le titre commun « Memoria novelada » et l’approche éthique et transnationale spécifique à ce dernier tome. Elles montrent bien ce qui différencie les romans antérieurs aux années quatre-vingt-dix et ceux qui sont publiés après 2000, non plus seulement en raison de l’évolution du débat national mais en lien avec les débats sur la mémoire qui pensent le local en rapport avec le global.

8La richesse du volume et de l’ensemble tient également à la variété des œuvres analysées et à la complémentarité des contributions : celles qui définissent le cadre méthodologique et conceptuel, celles qui adoptent une démarche panoramique et, enfin, celles qui posent la loupe sur un cas d’espèce. Certains noms reviennent de façon incessante car ils s’imposent désormais comme des modèles, des jalons pour l’histoire de la littérature (Javier Cercas et Isaac Rosa étaient attendus), d’autres titres, moins étudiés parce que plus récents ou plus confidentiels, trouvent la place qu’ils méritent (Ayer no más de A. Trapiello ou Capital de la gloria d’E. Zúñiga).

9Si les approches spécifiques à chacun des volumes sont clairement exprimées, bien délimitées et permettent une gradation dans les analyses avec une ouverture salutaire vers les questions d’éthique et de justice, l’élargissement de l’objet d’étude ne semble pas contrôlé : la périodisation stricte du premier volume (2000-2010) disparaît des sous-titres suivants et le corpus analysé fait des incursions dans le dernier tiers du xxe siècle ; alors que le titre commun annonce qu’il ne sera question que de prose narrative — « memoria novelada » —, certaines contributions s’aventurent sur les chemins de la poésie, du théâtre ou du cinéma (jetant des regards en direction du cône sud) ; enfin, la problématique de la mémoire historique initialement centrée sur la guerre civile et le franquisme s’élargit allant jusqu’à inclure la mémoire autobiographique d’un auteur français, Emmanuel Carrère. Le dernier chapitre du troisième volume est représentatif de cette dérive puisque les deux dernières contributions adoptent une perspective civilisationniste ou sociologique. On remarque donc qu’un hiatus s’ouvre entre le titre, La memoria novelada, et le contenu des ouvrages. Chacun d’eux comprend des parties ou des articles qui sortent du cadre annoncé alors que les communications pouvaient être légitimes dans le cadre, légèrement différent, du symposium où elles ont été prononcées.

10Nous retiendrons néanmoins que cet ensemble contient probablement les contributions les plus éclairantes sur le roman de la mémoire espagnole des dernières années. Il met en lumière le changement qui s’est opéré au début du xxie siècle dans les débats sur la mémoire historique en Espagne (en faisant la distinction entre le niveau national et le niveau local) et dans un cadre international qui prend en compte des politiques mémorielles issues d’autres périodes de transition et le discours sur la mémoire de l’Holocauste. La littérature y est considérée comme une forme de discours social qui participe aux grands débats de la nation et propose une réflexion d’ordre éthique. Les contributions dressent également une cartographie de la littérature de la mémoire, à partir des modes narratifs privilégiés, des traits formels et des postures éthiques véhiculés par les textes. Cette trilogie constitue un ouvrage de référence pour quiconque s’intéresse au lien entre littérature et mémoire historique, en Espagne et au-delà de ses frontières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Orsini-Saillet, « Juan Carlos Cruz Suárez, Hans Lauge Hansen (eds), La memoria novelada I. Hibridación de géneros y metaficción en la novela española sobre la guerra civil y el franquismo | Juan Carlos Cruz Suárez, Hans Lauge Hansen (eds), La memoria novelada II. Ficcionalización, documentalismo y lugares de memoria en la narrativa memorialista española | Juan Carlos Cruz Suárez, Hans Lauge Hansen, Antolín Sánchez Cuervo (eds), La memoria novelada III. Memorias transnacional y anhelos de justicia », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7993

Haut de page

Auteur

Catherine Orsini-Saillet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals