Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Littérature

Isabelle Fauquet, Héros et nouveaux modèles. L’exemplarité dans le roman espagnol d’aujourd’hui

Catherine Orsini-Saillet
Référence(s) :

Isabelle Fauquet, Héros et nouveaux modèles. L’exemplarité dans le roman espagnol d’aujourd’hui, Rennes, PUR, 2017, 300 p.2017

Texte intégral

1Le titre et le sous-titre de l’ouvrage signé par I. Fauquet annoncent d’emblée une réflexion qui articule deux notions — le héros et l’exemplarité — qui ne vont pas de soi si l’on a en mémoire, d’un côté, la « disparition du héros » (Ángeles Encinar) dans le roman espagnol des années 70-80 et, par ailleurs, si l’on pense la période contemporaine à l’aune d’une postmodernité caractérisée par l’incrédulité d’un sujet fragmenté face aux grandes idéologies. Alors que l’idée même de « héros exemplaire » semble anachronique, l’ouvrage promet une plongée dans les formes romanesques les plus récentes pour réhabiliter ces notions anciennes et montre qu’elles réapparaissent, avec un sens nouveau, au début du xxie siècle. Ce que le titre et le sous-titre ne révèlent pas en revanche, c’est qu’I. Fauquet souligne de façon convaincante comment, grâce à ces héros d’aujourd’hui — vecteurs d’exemplarité —, la prose narrative espagnole actuelle connaît un retour à des formes d’engagement qui en fait une littérature profondément responsable, soucieuse de l’éthique. Là encore, alors que l’expression « littérature engagée » pourrait renvoyer à une conception dépassée de la littérature, I. Fauquet réussit à montrer comment le roman contemporain rénove les modalités de l’engagement passant de ce qui était une « littérature engagée » de type sartrienne à des formes d’« engagement littéraire ». En questionnant ces trois notions clefs — héros, exemplarité, engagement —, I. Fauquet caractérise les formes romanesques qui ont émergé en Espagne au tournant du siècle dernier comme prolongement et dépassement de la postmodernité. Elle en dégage les traits saillants, en particulier le fort ancrage dans le réel, et montre comment ces nouvelles écritures du réel brouillent les catégories établies (les pactes de lecture, les frontières génériques, la distinction entre discours fictionnels et discours factuels, par exemple) pour constituer de nouvelles formes de réalisme, qui exigent un dépassement des catégories traditionnelles de l’analyse textuelle.

2Cette réflexion prend appui sur un ensemble de textes publiés entre 1998 et 2004 : El lápiz del carpintero de Manuel Rivas (1998), Soldados de Salamina de Javier Cercas (2001), Sefarad d’Antonio Muñoz Molina (2001), La voz dormida de Dulce Chacón (2002), El caballero del jubón amarillo d’Arturo Pérez Reverte (2003), Hay algo que no es como me dicen de Juan José Millás (2004) et Ventanas de Manhattan d’Antonio Muñoz Molina (2004). Le corpus est ambitieux, représentatif de la variété de la prose narrative espagnole à l’époque considérée : depuis la plus pure tradition romanesque qui puise aux sources de la littérature feuilletonesque ou du réalisme social, jusqu’à des formes qui nous conduisent aux frontières du roman, en passant par le roman de la mémoire, le récit de voyage, le roman-mosaïque… Il rassemble des titres au succès retentissant et d’autres qui passèrent plus inaperçus, des textes qui se veulent populaires et d’autres plus exigeants.

3Par-delà les flottements génériques, le travail met en relief deux types d’exemplarité à l’œuvre en littérature, selon qu’elle se fonde sur le savoir et vise sa transmission — l’exemplarité cognitive — ou sur l’action — l’exemplarité pragmatique, celle qui peut agir sur le comportement du lecteur. Ces deux types sont clairement définis dès l’introduction, dans des pages qui posent fermement les hypothèses avec un souci de contextualisation. Après un préambule qui trace l’évolution du concept de l’exemplarité, son apparition ou son déclin au fil du temps, jusqu’à la période actuelle, l’étude se déploie en trois parties.

4La première — « Formes de la littérature exemplaire contemporaine » — interroge le rapport de la littérature au savoir et ses modes de transmission. I. Fauquet propose de distinguer deux types de récits qui révèlent deux rapports au savoir différents. Le récit antagonique, avec sa structure binaire, ne problématise guère la question de la transmission et s’appuie sur un dispositif didactique sans ambiguïté, faisant peu appel à l’esprit critique du lecteur. En revanche, le second type — le récit indiciaire — met en scène et questionne l’accès à la connaissance en ayant recours au schéma de l’enquête. I. Fauquet montre alors comment le roman contemporain est capable d’interroger le réel, qu’il s’agisse d’enquêter sur le passé ou sur un fait divers d’actualité ; que l’enquête soit exhibée par la structure du récit ou « escamotée », inscrite en filigrane dans le texte, et reconstruite par un lecteur actif.

5La seconde partie — « L’exemplarité du personnage » — se construit logiquement autour du personnage puisque celui-ci est le vecteur naturel de la transmission (de valeurs pré-construites ou révélées par des parcours en construction) et qu’il entre en relation avec le lecteur via des processus d’identification et d’éventuels effets de communion, affective ou idéologique. Cette section de l’ouvrage fait donc passer de l’exemplarité cognitive à l’exemplarité pragmatique lorsque le texte devient exemple « pour quelqu’un » et propose au lecteur des comportements modéliques qui peuvent entrer en résonance avec son univers extradiégétique. C’est aussi une redéfinition du héros qui est proposée car si le roman contemporain peut encore être peuplé de héros au sens traditionnel, ce sont le plus souvent des personnages communs, banals, qui partagent la condition du lecteur, qui se voient investis de comportements admirables. On comprend alors comment ce type d’exemplarité permet à la littérature actuelle de renouer avec des formes d’engagement.

6Ce sera la question centrale de la dernière partie — « Exemplarité et engagement » — qui délaisse la catégorie du personnage pour s’intéresser à des romans qui ne présentent pas de figures héroïques, ni même exemplaires, mais dans lesquels l’instance narratrice est mise en scène (souvent sous les traits d’un écrivain ou d’un journaliste qui entretient des rapports plus ou moins ambigus avec la figure de l’auteur). I. Fauquet montre comment ces narrateurs à la première personne gagnent la confiance du lecteur et produisent un discours qui, avec la pleine conscience de son pouvoir et de ses limites, interroge le monde et sa représentation depuis une subjectivité pensante capable de s’inclure dans une communauté. Si la littérature s’attache de nouveau à dire le réel, elle ne croit néanmoins plus en sa capacité à être ce miroir que l’on promenait naguère le long d’un chemin pas plus qu’elle n’a foi en sa capacité à transformer le monde. I. Fauquet souligne de façon convaincante ce qui sépare l’engagement sartrien des formes les plus actuelles en distinguant « la littérature engagée » de « l’engagement littéraire », fondé sur des valeurs, une responsabilité individuelle et subjective, la volonté d’apporter des réponses éthiques sans asséner de vérités globalisantes et universelles.

7Un des grands apports de l’ouvrage est de dégager certaines des lignes de force de la prose de fiction de l’Espagne actuelle, en montrant comment elle entre en relation avec la postmodernité qui la précède, en expliquant les circonstances de son évolution et en faisant la démonstration de l’émergence d’un nouveau paradigme. Le corpus est suffisamment varié pour être représentatif. On regrettera néanmoins la présence d’une seule femme qui n’est pas de nature à donner la mesure de la richesse de la production féminine, et surtout l’absence d’analyse sur les romans d’Antonio Muñoz Molina dans les deux premières parties de l’ouvrage. Au-delà de la résurgence du héros et de contre-modèles, nous retiendrons surtout comment le roman espagnol contemporain renoue avec la question de l’exemplarité et avec des formes d’engagement, sans parti pris idéologique mais avec la conviction que la littérature joue un rôle dans la cité et que « l’éthique est immanente à la création textuelle ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Orsini-Saillet, « Isabelle Fauquet, Héros et nouveaux modèles. L’exemplarité dans le roman espagnol d’aujourd’hui », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 47-2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/7998

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals