Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Terres d’exil, terres d’asile (Europe méridionale, xixe-xxie siècle)

Présentation

Presentación
Presentation
Delphine Diaz, Romy Sánchez et Jeanne Moisand
p. 311-313

Résumés

Si la récente « crise migratoire » ou « crise de l’asile » connue par le monde méditerranéen et l’Europe a contribué à jeter un éclairage médiatique sur les millions de migrants et demandeurs d’asile qui rejoignent les côtes de l’Europe méridionale au péril de leur vie, cette couverture médiatique a tendu en revanche à occulter l’inscription de ces mobilités dans le temps long. Ce dossier se propose d’étudier de manière conjointe les migrations et exils qui ont mis en mouvement les populations d’Europe méridionale, du xixe siècle à nos jours, en montrant que cette partie du continent a été tour à tour terre d’exil et terre d’asile, tout en mettant en lumière des espaces traditionnellement considérés comme périphériques dans l’histoire de l’exil politique européen. En s’intéressant de près aux espaces de la migration et aux itinéraires collectifs et individuels d’exilés qu’il s’attachera à reconstituer, le dossier cherchera à explorer des perspectives de recherche qui permettent de renouveler l’histoire des populations en mouvement, à travers une approche par classe d’âge ou par genre, ou par l’articulation d’une perspective historique avec une approche anthropologique des espaces et des sociétés d’accueil.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les trois coordinatrices de ce dossier sont membres du programme « Jeunes Chercheu (...)
  • 2 Karen Akoka, « Distinguer les réfugiés des migrants au xxe siècle : enjeux et usag (...)
  • 3 Hélène Thiollet (dir.), Migrants, Migrations, 50 questions pour vous faire votre opinion, (...)

1À partir de l’été 20151, la « crise migratoire » connue par le monde méditerranéen et l’Europe a contribué à jeter un éclairage sur les millions de migrants et demandeurs d’asile qui ont rejoint les côtes de l’Europe méridionale au péril de leur vie. La couverture médiatique de ces migrations, aussi intense que sélective, a tendu à mettre l’accent sur le caractère supposé brusque et inédit de ces mouvements migratoires. Dans le même temps, elle a contribué à occulter l’inscription dans le temps long de ces mobilités contraintes qui ont traversé les rives de la Méditerranée vers l’Europe. Alors que de nombreux chercheurs en sociologie et en science politique suggèrent de voir dans ces récents événements, plutôt qu’une crise « migratoire », une crise des politiques d’asile des pays de l’Union européenne2, certains soulignent également que l’histoire contemporaine de l’Europe a été depuis deux siècles scandée par des déplacements contraints massifs d’hommes et de femmes3, contredisant l’image erronée d’un brutal « trop-plein ».

  • 4 Konstantina Zanou, Maurizio Isabella, Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the L (...)

2S’il ne s’agit pas ici de contribuer spécifiquement à l’histoire des migrations depuis l’Afrique et le Moyen-Orient vers les rives européennes, ce dossier se proposera d’étudier de manière conjointe les migrations et exils qui ont mis en mouvement les populations en Europe méridionale, du xixe siècle à nos jours, en montrant que cette partie du continent a été tour à tour terre de départ et terre d’asile. En écho à un récent ouvrage collectif sur les « diasporas méditerranéennes4 » au cours du long xixe siècle, les articles et contributions réunis dans ce dossier cherchent à mettre en lumière des espaces traditionnellement considérés comme marginaux ou périphériques dans l’histoire de l’exil et de l’asile en Europe, soit qu’il s’agisse de pays, soit qu’il s’agisse de régions et même de villes. Ainsi, Grégoire Bron propose de revisiter l’histoire du Portugal en suivant l’itinéraire des partisans du libéralisme, contraints de quitter le pays pour se disperser à travers la Grande-Bretagne, la France et la Belgique, entre la première invasion napoléonienne de 1807 et le début de la Regeneração en 1851. Il montre ainsi que l’exil a participé au mouvement profond de politisation du pays, tout en jouant un rôle dans les espaces d’accueil où les Portugais ont parfois contribué à radicaliser les luttes politiques.

  • 5 Paolo Cuttitta, « La frontière Lampedusa. Mises en intrigue du sécuritaire et de l’humanit (...)

3Tandis que certains pays d’Europe méridionale ont été oubliés ou du moins négligés dans le récit traditionnel qui a été fait de l’histoire des migrations au xixe siècle, Jeanne Moisand propose également de décentrer le regard depuis l’échelle des États-nations vers celle des régions ou des villes. Dans une interview réalisée avec Inma Boj, directrice du Museo d’història de la immigració de Catalunya (Sant Adrià de Besòs), elle revient sur l’histoire migratoire d’une région de passage, la Catalogne, dont la capitale, Barcelone, a récemment fait preuve d’une notable mobilisation politique au profit de l’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés. S’il est nécessaire de déplacer la focale à l’échelle de la ville, qui peut s’avérer un espace de refuge plus accueillant que le pays dans lequel elle se situe, comme l’atteste le cas barcelonais, ce numéro porte également une attention particulière aux espaces frontaliers, marqués par le rejet, le transit et l’internement d’« indigènes » ou d’étrangers en déplacement. L’article proposé par Romy Sánchez sur Ceuta s’intéresse à ce vestige d’un empire colonial révolu, enclave territoriale transformée en bagne colonial de l’Empire espagnol entre la fin du xviiie siècle et la fin du xixe siècle, avant de devenir avant-poste frontalier de l’Union européenne, symbole à lui seul de la fracture Nord/Sud. Grâce à une approche comparative, Louise Tassin se penche aussi sur deux lieux emblématiques de cette fracture, Lampedusa, en Italie, et Lesbos, en Grèce, dont les noms sont désormais intimement associés aux représentations de « migrants » débarqués ou naufragés, qui participent à la construction d’un « spectacle de la frontière5 ».

  • 6 Maëlle Maugendre, Les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) : des femmes entre assuje (...)

4Tout en étudiant de près les espaces de la migration et les itinéraires individuels et collectifs d’exilés à travers l’Europe méridionale, ce dossier cherche à explorer des perspectives de recherche qui permettent de renouveler l’histoire des populations en mouvement. L’approche par la classe d’âge ou par le genre s’avère fructueuse, comme le met en valeur l’interview de Célia Keren et Maëlle Maugendre qui ont jeté par leurs recherches un nouvel éclairage sur les mobilités depuis l’Espagne après la Guerre civile6 : l’une à travers l’étude des femmes réfugiées espagnoles en France entre 1939 et 1942 ; la seconde grâce à l’histoire des évacuations d’enfants espagnols entre 1936 et 1940. Enfin, l’articulation d’une perspective historique avec une approche anthropologique, adoptée par Louise Tassin dans son étude croisée des deux îles méditerranéennes citées plus haut, ouvre un autre champ fécond pour renouveler l’appréhension des espaces et sociétés d’accueil dans le monde méditerranéen.

Haut de page

Notes

1 Les trois coordinatrices de ce dossier sont membres du programme « Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs » ANR AsileuropeXIX.

2 Karen Akoka, « Distinguer les réfugiés des migrants au xxe siècle : enjeux et usages des politiques de classification », dans Michel Agier, Anne-Virginie Madeira (dir.), Définir les réfugiés, Paris, Presses universitaires de France, 2017, p. 47 sqq.

3 Hélène Thiollet (dir.), Migrants, Migrations, 50 questions pour vous faire votre opinion, Paris, Armand Colin, 2016.

4 Konstantina Zanou, Maurizio Isabella, Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the Long 19th Century, Londres, Bloomsbury, 2016.

5 Paolo Cuttitta, « La frontière Lampedusa. Mises en intrigue du sécuritaire et de l’humanitaire », Cultures & Conflits, 99/100, automne/hiver 2015, pp. 99-115.

6 Maëlle Maugendre, Les réfugiées espagnoles en France (1939-1942) : des femmes entre assujettissements et résistances, thèse de doctorat en histoire contemporaine, sous la direction de Sylvie Chaperon et de François Godicheau, soutenue en 2013 à l’université de Toulouse, inédite ; Célia Keren, L’évacuation et l’accueil des enfants espagnols en France : cartographie d’une mobilisation transnationale (1936-1940), thèse de doctorat en histoire contemporaine, sous la direction de Laura Lee Downs, soutenue en 2014 à l’EHESS, Paris, inédite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Diaz, Romy Sánchez et Jeanne Moisand, « Présentation »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-1 | 2018, 311-313.

Référence électronique

Delphine Diaz, Romy Sánchez et Jeanne Moisand, « Présentation », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8017

Haut de page

Auteurs

Delphine Diaz

Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Romy Sánchez

Université Caen-Normandie

Articles du même auteur

Jeanne Moisand

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals