Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Terres d’exil, terres d’asile (Europe méridionale, xixe-xxie siècle)

L’exil libéral portugais du début du xixe siècle (1808-1834)

Grégoire Bron
p. 315-321

Texte intégral

  • 1 Luis Reis Torgal, Isabel Nobre Vargues, « Os exílios políticos », dans José Matoso (dir.), Históri (...)

1Dans les premières décennies du xixe siècle, la crise de l’Ancien Régime et l’essor du libéralisme au Portugal plongent le pays dans une agitation politique chronique qui, à trois reprises, contraint des libéraux à émigrer. Pendant la période napoléonienne, surtout à partir des invasions françaises du pays entre 1807 et 1811, les partisans des envahisseurs, ainsi que les libéraux soupçonnés de leur être favorables, sont contraints à l’exil, que les premiers passent en France et les seconds en Angleterre. En 1823, la contre-révolution qui met un terme à la première période constitutionnelle portugaise, le Triénio vintista (1820-1823), entraîne de nouveaux départs vers les mêmes destinations. Enfin, en 1828, le coup d’État contre-révolutionnaire par lequel le prince D. Miguel renverse le régime parlementaire établi deux ans plus tôt par le roi légitime, son frère D. Pedro, également empereur du Brésil, provoque la plus importante émigration libérale portugaise de la Restauration, qui se disperse essentiellement en Angleterre, en France et en Belgique. Depuis l’exil, les libéraux portugais organisent une expédition militaire qui débarque au Portugal en 1832 et qui réussit, après une guerre civile de deux ans, à implanter définitivement un régime constitutionnel dans le pays, entraînant l’émigration des partisans contre-révolutionnaires du prince D. Miguel, qui se réfugient surtout dans la péninsule italienne1.

2Comme l’atteste l’expédition de 1832, les exilés portugais n’abandonnent pas leur engagement politique à l’étranger. Comme les émigrés libéraux italiens ou espagnols, ils continuent de promouvoir la cause de la liberté portugaise en menant une action de propagande politique et de pédagogie libérale par leurs publications et en échafaudant des projets révolutionnaires pour le Portugal, dont l’expédition de 1832 n’est que l’exemple réussi. En outre, leur libéralisme est très internationaliste, de sorte qu’ils se montrent solidaires des autres causes libérales contemporaines, collaborent aux complots des autres exilés, prennent la plume ou l’épée en leur faveur et participent aux luttes progressistes des pays où ils trouvent refuge. Un tel développement d’activités politiques à l’étranger exerce un impact fort à la fois sur l’évolution du libéralisme portugais et sur la vie politique des pays où les exilés les développent. En effet, alors qu’au Portugal même, le libéralisme ne peut paraître au grand jour que pendant les périodes constitutionnelles de 1820-1823 et, dans une moindre mesure, de 1826-1828, l’exil est, jusqu’en 1834, le lieu où il se développe et d’où il s’impose. Mais en se développant à l’étranger, il suscite également les réactions des sociétés d’accueil, qui oscillent entre solidarité et sentiments de différenciation.

L’exil et la formation de la société libérale portugaise

  • 2 Camara dos Deputados (éd.), Documentos para a história das Cortes Geraes da Nação Portugueza, Lisb (...)

3Entre 1808 et 1828, l’exil libéral portugais est numériquement faible et socialement limité aux élites des Lumières finissantes. Les émigrés de la période napoléonienne s’élèvent à quelques officiers militaires, nobles et roturiers, qui ont commandé les troupes portugaises enrôlées dans l’armée française et à une poignée d’hommes de lettres qui ont exprimé leurs critiques vis-à-vis du gouvernement absolu. De même, à la chute du régime constitutionnel en 1823, conséquence d’une répression politique que la monarchie restaurée limite au strict minimum, seules sont contraintes à l’exil quelques dizaines de personnalités qui se sont particulièrement distinguées dans la révolution et dans son organisation : quelques nobles libéraux, quelques hauts officiers et des intellectuels bourgeois2.

4L’appartenance de ces exilés aux élites sociales et culturelles du tournant du xviiie siècle facilite l’établissement de contacts avec les sociétés où ils fixent leur séjour. Les nobles progressistes, parfois officiers, jouissent souvent de relations familiales parmi l’aristocratie française et leur fortune souvent considérable leur permet de mener une brillante vie mondaine dans les salons. Les officiers qui ont servi Napoléon entretiennent des relations avec les élites bonapartistes françaises. À Londres, les intellectuels bourgeois sont accueillis par la riche communauté des marchands portugais et ils y établissent rapidement, comme à Paris, des contacts avec le monde des lettres, comme ceux de Francisco Solano Constancio, médecin et publiciste émigré dès 1807, avec le cercle de la Revue encyclopédique à Paris, ou ceux du révolutionnaire de 1820 José da Silva Carvalho avec les amis de Bentham à Londres. Ainsi les deux premiers temps forts de l’exil portugais ont surtout pour conséquence de renforcer la présence lusitanienne dans les espaces de sociabilité cosmopolites hérités du xviiie siècle. C’est dans ces conditions sociales que les exilés développent des activités politiques à l’étranger.

  • 3 Henrique de Campos Ferreira Lima, « O General português António Figueira de Almeida, herói da Guer (...)

5Celles-ci prennent la forme de réunions politiques dans l’espace public, comme celles où les libéraux portugais proscrits se retrouvent, dès les années 1810, à la City of London Tavern de Londres, dans le quartier de la City, ou celles qui ont lieu, dans les années 1820, dans la boutique de l’éditeur-libraire franco-portugais Aillaud, quai Voltaire, à Paris. Souvent les libéraux portugais complotent avec les exilés espagnols et participent à leurs tentatives de pronunciamientos militaires. Parfois leur engagement libéral s’exprime sous la forme du volontariat militaire international en faveur des indépendances latino-américaines ou grecque, comme l’illustre le général Figueira de Almeida, exilé de 1823, qui s’engage dans les troupes philhellènes3. Mais la principale activité à laquelle s’adonnent les exilés portugais des deux premières vagues d’émigration consiste à animer le débat intellectuel sur le libéralisme et à faire de la propagande politique à destination du Portugal.

  • 4 José Augusto França, Le Romantisme au Portugal. Étude de faits socio-culturels, Paris, Klincksieck (...)
  • 5 José Tengarrinha, História da imprensa periódica portuguesa, Lisbonne, Portugália editora, 1965.

6À l’étranger, les publicistes libéraux portugais participent activement au débat d’idées, de sorte que l’émigration contribue particulièrement à l’évolution idéologique du libéralisme portugais. En exil, ils discutent les travaux de Ricardo, Malthus ou Sismondi et développent leur réflexion en matière d’économie politique ; ils découvrent la pensée de Benjamin Constant ou de François Guizot et renouvellent leurs conceptions de la représentation politique ; ils lisent Mme de Staël, Chateaubriand ou Lord Byron et s’engagent dans la promotion d’une esthétique romantique visant à créer une culture réellement nationale4. Mais à côté de cette œuvre théorique, publiée dans différentes langues, les exilés attachent une importance particulière à l'édition de journaux politiques destinés à un public portugais. Entre 1808 et 1820, ils publient à Londres cinq périodiques politiques et, à Paris entre 1815 et 1820, deux revues politiques et une revue culturelle. Après la floraison de titres que favorise la révolution de 1820 au Portugal même, la presse politique lusitanienne renaît à l’étranger. Avant 1828, quatre titres reparaissent à Londres, tandis qu’à Paris à partir de 1826 les Novos Anais das Ciências prolongent la revue culturelle qui y avait déjà été éditée entre 1818 et 18225.

  • 6 Aux quelques 2 500 libéraux qui quittent le Portugal au moment du coup d’État absolutiste en 1828 (...)

7Ainsi, jusqu’en 1828, l’exil favorise le développement à l’étranger du débat public d’idées impossible au Portugal. Ce sont encore les élites de la république des lettres qui le promeuvent et l’animent. Mais leur entreprise de pédagogie libérale et de propagande contribue également à l’émergence d’une embryonnaire opinion publique portugaise. Grâce à la contrebande maritime d’imprimés depuis l’Angleterre, leur production est relativement bien diffusée au Portugal même. Elle contribue, dans une mesure impossible à vérifier mais attestée, à la politisation des classes moyennes émergentes qui participent, en 1828, à la résistance au coup d’État de D. Miguel et doivent quitter le pays une fois la contre-révolution victorieuse, donnant à l’exil libéral de 1828 à 1832 un caractère plus massif. Il touche en effet au moins cinq mille personnes6, parmi lesquelles se trouvent non seulement les élites libérales qui, de retour en exil, reprennent généralement leurs activités précédentes, mais également des petits propriétaires et notables locaux qui émigrent souvent avec femmes et enfants, ou des soldats et des étudiants, qui tous fuient une répression politique implacable.

  • 7 Terenzio Mamiani Della Rovere, « Parigi or fa cinquant’anni », Nuova Antologia, 2e série, 29 (20), (...)

8Une fois à l’étranger, ces exilés issus de groupes sociaux plus modestes sont cantonnés dans les ports anglais de la Manche et dans des dépôts de réfugiés en Bretagne et en Normandie, puis en Belgique. Ceux qui ne trouvent pas de toit chez l’habitant ou dont les ressources propres sont insuffisantes pour vivre dans la capitale doivent se contenter des logements de fortune ouverts pour les accueillir et où les conditions sont souvent miséreuses. Cela ne refroidit pas l’engagement politique de nombreux exilés, qui s’exprime dans les nouvelles formes de mobilisation de la société civile émergente. Dans les dépôts de réfugiés, entre eux, ils parlent politique de façon informelle, élaborent des représentations théâtrales patriotiques ou sont recrutés pour les projets insurrectionnels espagnols. Dans les villes de provinces françaises, ils fréquentent les notables libéraux locaux et leurs réceptions, établissent, comme au Havre ou à Laval, des relations avec les libéraux qu’ils côtoient dans les cafés et alimentent l’agitation politique dans les théâtres, par exemple à Brest en 1829, où l’exécution de l’hymne des exilés portugais provoque une manifestation de l’opposition à Charles X. Pendant les révolutions de 1830 à Paris et en Belgique, les réfugiés portugais montent sur les barricades, publient des adresses patriotiques aux nouveaux régimes, contribuent à l’agitation urbaine, trinquent à la liberté de tous les peuples lors des banquets politiques ou assistent aux funérailles libérales, comme à celles du général Lamarque en juin 1832, où le général Saldanha prononce une allocution7.

9L’émigration de ces libéraux favorise ainsi l’émergence d’une société civile portugaise à l’étranger, d’autant plus animée qu’elle discute en permanence les décisions du gouvernement constitué en exil par les élites libérales portugaises. En effet, comme le coup d’État de D. Miguel a renversé un régime constitutionnel établi par un souverain légitime et reconnu par toutes les puissances, le corps diplomatique portugais coupe en 1828 tout contact avec Lisbonne et grossit les rangs de l’émigration. Le plus important d’entre ces diplomates, le marquis de Palmela, ambassadeur à Londres, en prend la tête et crée dans la capitale britannique une régence provisoire au nom de la charte constitutionnelle de 1826, qui s’établit en 1830 sur la petite île de Terceira aux Açores, reprise aux partisans de D. Miguel l’année précédente. Ce gouvernement en exil s’applique à organiser l’expédition militaire qui, en 1832, pourra finalement appareiller pour le Portugal. Mais il prend également en charge les secours aux réfugiés cantonnés dans les dépôts. À cet égard, la lenteur des préparatifs militaires et les conditions de vie souvent misérables des exilés les plus démunis suscitent une vague de protestation contre le gouvernement émigré, qu’illustre la spectaculaire floraison de pamphlets politiques de l’exil libéral portugais entre 1828 et 1832. Alors que, comme avant 1826, les élites intellectuelles de l’émigration éditent à nouveau plusieurs périodiques politiques en portugais comme le Chaveco liberal ou le Paquete de Portugal à Londres, les exilés moins célèbres se saisissent également de ce moyen d’expression et publient d’éphémères journaux comme le Pelourinho (9 numéros en 1831-32) ou le Courrier des Emigrés portugais (publication bilingue, probablement à Rennes, deux numéros en 1831), dans lesquels ils accusent le gouvernement provisoire de tendances aristocratiques. Ils participent ainsi à l’émergence d’une opposition plus idéologique, tendanciellement démocratique, qui commence de s’exprimer à partir de 1830. Celle-ci n’empêche cependant pas ses promoteurs d’obéir aux ordres de la régence, qui, à partir de la fin de 1831, enjoint tous les exilés mâles à se préparer à partir en guerre contre le régime de D. Miguel. L’exil favorise ainsi, en l’absence de parlement et de législation portugaise sur la presse et les associations, en dehors du territoire national, l’apprentissage du débat public et l’affirmation du rôle de censure du gouvernement exercée dans un régime libéral par l’opinion publique, à laquelle se réfèrent de très nombreux pamphlets et articles de l’exil.

Les exilés portugais sous l’œil des sociétés d’accueil

  • 8 Archives nationales de France, F7 12102, no 1674, lettre d’Henri Gisquet à Casimir Perier, 1er oct (...)

10La configuration particulière de l’émigration portugaise permet de canaliser vers le gouvernement provisoire en exil le ressentiment politique et matériel des libéraux portugais, que les émigrés d’autres nations dirigent généralement contre les autorités des pays où ils trouvent refuge. En conséquence, les Portugais sont relativement bien vus des autorités de leurs pays d’accueil, avant comme après les révolutions de 1830 en France et en Belgique et la victoire des whigs en Angleterre, en novembre de la même année. Les tensions que provoque l’arrivée de plusieurs dizaines d’entre eux dans de petites villes de province française comme Saint-Malo, Laval ou Fougères sont systématiquement minimisées par les gouvernements, même en France sous le règne de Charles X, tandis qu’après la révolution de 1830, même un adepte aussi convaincu des mesures policières à l’égard des réfugiés étrangers que le préfet de police de Paris Henri Gisquet peut affirmer à son ministre que « [les exilés portugais] se sont toujours distingués par leurs habitudes paisibles et leur bonne conduite. Ils méritent le témoignage d’intérêt particulier8 ». Contrairement aux turbulents Espagnols ou Italiens, les réfugiés portugais incarneraient la figure des « bons réfugiés ».

11Cela favorise le développement au sein des sociétés d’accueil d’un fort courant de sympathie à leur égard. Outre la simple charité dont font preuve les populations des ports anglais ou des villes de provinces belges et françaises vis-à-vis des exilés démunis, la solidarité envers les libéraux portugais est indissociablement politique et humanitaire. Elle repose sur la conviction que D. Miguel est un tyran qui massacre son peuple et règne par la terreur. Largement diffusée par une intense campagne de presse des libéraux portugais relayée par les périodiques de leurs amis politiques à Paris ou à Londres, une telle représentation est partagée à la fois par les libéraux et révolutionnaires de tous les pays et de toutes tendances, et par certains pans de la noblesse légitimiste, mais constitutionnaliste. Pour ces derniers, les exilés sont les fidèles défenseurs de la légitimité d’un roi qui avait compris qu’il devait gouverner avec la nation. Pour les libéraux, le coup d’État de D. Miguel aurait été dirigé depuis les cabinets de la Sainte-Alliance et de Londres contre la liberté portugaise. Il témoigne de l’affrontement européen entre la liberté et le despotisme. En conséquence, les libéraux développent à l’égard des réfugiés portugais une solidarité révolutionnaire internationaliste, alimentée par une conception unitaire de la liberté en Europe, qu’ils défendent autant chez eux qu’à l’étranger. Cette solidarité s’inscrit ainsi dans le contexte révolutionnaire européen du début des années 1830, où les patriotes les plus engagés appellent à une guerre révolutionnaire sur tout le continent sous la direction de la France, qui réaliserait la Sainte-Alliance des Peuples contre la Sainte-Alliance des rois et permettrait la refondation de l’Europe sur le principe de liberté. Mais pour tous, la simple humanité réclame, comme l’affirment dans l’arène parlementaire Lafayette et Chateaubriand à Paris et les whigs à Londres, de venir en aide aux loyaux Portugais.

12L’ampleur de ce courant de solidarité internationale trouve une manifestation particulièrement imposante dans l’engagement de plusieurs milliers de volontaires anglais, français, belges ou internationaux dans l’armée libérale qui combat dans la guerre civile de 1832-1834. Pourtant, les libéraux portugais n’ont pas que des amis à l’étranger. Les ultras et une grande partie des tories, qui dirigent les gouvernements français et anglais jusqu’en 1830, sont favorables à D. Miguel. Ils voient dans les réfugiés libéraux des démagogues dangereux pour toute religion, toute société et tout gouvernement. Sous ces plumes françaises et anglaises, commence alors à s’affirmer l’idée que les exilés n’ont rien à voir avec la nation portugaise, qui a choisi son roi absolu et son catholicisme intransigeant, rejetant le libéralisme comme un produit de l’étranger, porteur de guerre civile. Alors qu’au Portugal, la situation militaire est longtemps défavorable aux libéraux portugais et qu’aucun soulèvement populaire ne témoigne d’adhésion de la nation à l’armée des exilés, de tels propos alimentent l’idée que le Portugal, pays arriéré qui ne serait pas prêt pour la liberté apportée par les exilés, aurait réellement adhéré au régime sanguinaire de D. Miguel.

 

  • 9 Manuela Tavares Ribeiro, Portugal e a revolução de 1848, Coimbra, Minerva, 1990.

13La victoire militaire de 1834, qui provoque l’exil de plusieurs milliers de partisans de la monarchie absolue, ne met pas un terme à l’émigration libérale. Jusqu’à la stabilisation du régime constitutionnel en 1851, l’opposition entre les différentes tendances du libéralisme suscite plusieurs crises révolutionnaires et courtes guerres civiles, qui poussent vers l’étranger les vaincus du moment, tantôt les libéraux conservateurs, tantôt les démocrates. Comme leurs prédécesseurs, ces exilés participent, par leurs publications et leur engagement, à la vie politique et intellectuelle de leur pays d’accueil. À cet égard, l’émigration démocratique portugaise en France, qui adhère avec enthousiasme à la révolution de 1848, est déterminante pour l’émergence du socialisme lusitanien9. Néanmoins, les effectifs de l’exil ne sont plus aussi importants qu’à la fin des années 1820 et, malgré des restrictions légales souvent sévères, les institutions parlementaires permettent la tenue d’un débat politique public au Portugal même. Aussi, après 1834, l’exil ne joue plus un rôle aussi déterminant pour l’affirmation de la société civile libérale portugaise que dans les premières décennies du xixe siècle.

Haut de page

Notes

1 Luis Reis Torgal, Isabel Nobre Vargues, « Os exílios políticos », dans José Matoso (dir.), História de Portugal, t. V: O Liberalismo, Lisbonne, Círculo dos Leitores, 1993.

2 Camara dos Deputados (éd.), Documentos para a história das Cortes Geraes da Nação Portugueza, Lisbonne, Imprensa Nacional, 1883, t. I, pp. 849-851 et 873-874. La plupart des exilés émigrent seuls et par crainte d’une condamnation qui en réalité n’est que rarement prononcée. Mais, après leur départ, la monarchie absolue ne tolère pas leur retour.

3 Henrique de Campos Ferreira Lima, « O General português António Figueira de Almeida, herói da Guerra de Independência da Grécia », Boletim do Arquivo histórico-militar, 9, 1939, pp. 253-264.

4 José Augusto França, Le Romantisme au Portugal. Étude de faits socio-culturels, Paris, Klincksieck, 1975.

5 José Tengarrinha, História da imprensa periódica portuguesa, Lisbonne, Portugália editora, 1965.

6 Aux quelques 2 500 libéraux qui quittent le Portugal au moment du coup d’État absolutiste en 1828 (Vargues, Torgal, 1993, op. cit., p. 69), s’en ajoutent en tous cas autant, qui émigrent entre 1828 et 1832. Arquivo do Tribunal das Contas, Cartorios avulsos, cx 51-61 ; Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Ministério dos Negócios estrangeiros, cx 162 et 193.

7 Terenzio Mamiani Della Rovere, « Parigi or fa cinquant’anni », Nuova Antologia, 2e série, 29 (20), 15 octobre 1881, p. 594 ; John Athelstane Smith Carnota, comte de, Memoirs of field-marshal the duke de Saldanha, with selections from his correspondence, Londres, J. Murray, 1880, t. I, pp. 234-235.

8 Archives nationales de France, F7 12102, no 1674, lettre d’Henri Gisquet à Casimir Perier, 1er octobre 1831.

9 Manuela Tavares Ribeiro, Portugal e a revolução de 1848, Coimbra, Minerva, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Bron, « L’exil libéral portugais du début du xixe siècle (1808-1834) »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-1 | 2018, 315-321.

Référence électronique

Grégoire Bron, « L’exil libéral portugais du début du xixe siècle (1808-1834) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8021 ; DOI : 10.4000/mcv.8021

Haut de page

Auteur

Grégoire Bron

Université de Neuchâtel

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals