Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Terres d’exil, terres d’asile (Europe méridionale, xixe-xxie siècle)

Débat autour de l’ouvrage de Konstantina Zanou et Maurizio Isabella (dir.), Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the Long 19th Century, Londres, Bloomsbury, 2016

Delphine Diaz
p. 323-326

Texte intégral

1Dirigé par Konstantina Zanou et Maurizio Isabella, Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the Long 19th Century est issu d’une série d’ateliers et de conférences organisés à Nicosie et à Londres, entre 2011 et 2012. L’ouvrage se propose de repenser la Méditerranée comme catégorie d’analyse historique, en reprenant à son compte un héritage braudélien qu’il compte néanmoins adapter et réinterpréter. Alors que, selon les auteurs, l’œuvre de Fernand Braudel avait pu porter une image statique de la mer Méditerranée, il s’agit ici de chercher à réintroduire les hommes, leurs itinéraires et leurs interactions politiques, saisis entre les différentes rives de la Méditerranée. Quant au cadre chronologique choisi, il vise à remettre le long xixe siècle à l’honneur dans l’étude de cet espace. Si le concept de « diaspora » est mis en avant dans le titre, une acception souple et même extensive de celle-ci est retenue, aussi bien dans l’introduction que dans les différentes contributions qui composent l’ouvrage. En dépassant une vision judéo-centrée de la « diaspora », les auteurs rappellent que le terme permet aussi de décrire le fonctionnement spatial de deux autres groupes que les Juifs, à savoir les Grecs et les Arméniens (p. 4) ; on aurait pu s’interroger toutefois sur l’application de ce concept à d’autres communautés, dès lors qu’une acception très large du terme est posée dans l’introduction. Par ailleurs, si dans sa conception traditionnelle la diaspora se définit par la dispersion dans l’espace de groupes par rapport à un centre, les auteurs se proposent de montrer que dans le cas des diasporas méditerranéennes, ce sont souvent les périphéries qui ont déterminé le devenir du centre, et non l’inverse.

2Composé de dix contributions, l’ouvrage Mediterranean Diasporas présente le xixe siècle comme un âge des révolutions et des mobilités, mais aussi, dans le contexte géographique spécifique de la Méditerranée, comme un moment d’émergence de l’orientalisme. Suivant une progression chronologique, les premiers chapitres abordent la décennie cruciale des années 1820 et se centrent sur la construction d’une « internationale libérale ». Juan Luis Simal montre combien les événements espagnols du Trienio liberal (1820-1823) ont déclenché une nouvelle ère dans l’Europe méditerranéenne, comme l’attestent les mobilités qu’ils ont provoquées entre les péninsules italienne et ibérique, et comme en témoigne également la floraison de mémoires et de livres épistolaires destinés à souligner le caractère crucial de cette expérience politique. Grégoire Bron s’attache lui aussi à mettre en évidence les interrelations entre les révolutions ibériques et italiennes : environ 2 000 libéraux italiens sont partis en exil après 1820-1821, dont la moitié vers l’Espagne. C’est avant tout l’admiration pour la constitution de Cadix qui explique, selon Grégoire Bron, le fait que les exilés italiens aient choisi de s’installer en Espagne, même s’ils ont fait l’épreuve de bon nombre de désillusions à leur arrivée. Après son séjour en Espagne, le général Pepe, ancien commandant en chef de l’armée napolitaine libérale, trouve la constitution de Cadix aussi complexe qu’inconsistante et appelle de ses vœux l’établissement d’un suffrage direct et non indirect, comme le prévoyait pourtant ce texte.

3L’exil politique et le volontariat militaire ont connu de nouveaux développements dans les années 1830 : beaucoup de volontaires italiens se sont alors enrôlés dans la péninsule ibérique, en y demeurant jusqu’en 1848. L’examen de plusieurs itinéraires individuels suggère combien il est nécessaire de reconnecter les rives de la Méditerranée, mais aussi de réhabiliter la péninsule ibérique comme espace de circulations au cours du premier xixe siècle. Retracées par Gabriel Paquette, les tribulations du poète portugais Almeida Garrett (1799-1854) en sont une illustration. Lui qui plaidait pour la constitution de 1822, qui avait fait du Portugal une monarchie constitutionnelle, doit, après la restauration du néo-absolutisme l’année suivante, partir en exil en Grande-Bretagne et en France. Aussi bien à Londres qu’à Paris, Almeida Garrett élabore sa pensée politique en contact avec d’autres exilés venus d’« Europe du Sud », un concept géographique présent sous sa plume, contrairement à celui de « Méditerranée ».

4Les réflexions autour de la Méditerranée comme espace politique fleurissent néanmoins dans les écrits de certains révolutionnaires italiens, tel Vittorio Barzoni (1767-1843), écrivain lombard, avocat enthousiaste de la présence britannique en Méditerranée. D’ailleurs, le nouveau contexte géopolitique qui peut expliquer cette prise de position est à plusieurs reprises éclairé : le xixe siècle s’ouvre par la prise de possession par la Grande-Bretagne de Malte, de la Sicile entre 1806 et 1815, des îles ioniennes après 1809, mais aussi de l’île de Corfou entre 1815 et 1864, et s’achève par la prise de Chypre en 1878. À cette emprise territoriale croissante de la Grande-Bretagne répondent en écho les liens intellectuels et les mobilités politiques de plus en plus intenses qui relient celle-ci à la rive méridionale de la Méditerranée. Ainsi, la contribution de Ian Coller retrace l’itinéraire de Hassuna D’Ghies, originaire de Tripoli, partisan d’une modernisation de l’Empire ottoman qu’il envisageait comme une stratégie de résistance face à la domination européenne. Après avoir été envoyé à Paris à l’âge de vingt et un ans, D’Ghies s’est établi en 1822 en Angleterre où il a rencontré Jeremy Bentham, dont il est même devenu l’un des protégés.

5Outre l’ombre portée de la Grande-Bretagne, analysée par Ian Coller, c’est aussi celle de l’Empire russe, autre acteur géopolitique majeur dans la Méditerranée du xixe siècle, que Konstantina Zanou met quant à elle en évidence. Le dernier quart du xviiie siècle a vu s’affirmer l’intérêt de l’Empire pour la mer Méditerranée, après la fin de la guerre russo-ottomane en 1774 qui avait consacré l’emprise russe sur une partie de la Mer noire. La formation d’une « République septinsulaire », qui a réuni entre 1800 et 1807 les sept îles ioniennes, a encore conforté l’influence de l’Empire tsariste dans cet espace. Ont joué un rôle décisif dans cet État semi-indépendant des personnages aussi importants que les Corfiotes Jean Capodistria, devenu secrétaire général de la République septinsulaire, et Andrea Mustoxidi, qui y a quant à lui assumé la fonction d’historiographe officiel. Konstantina Zanou montre que ces deux acteurs majeurs de la guerre d’indépendance grecque ne percevaient pas la cause des Grecs comme incompatible avec l’esprit de la restauration monarchique et de la Sainte Alliance, même si cette relation idyllique entre les deux hommes et la Russie du tsar Alexandre Ier a vite fait long feu. Un autre apport de cette contribution consiste à déconstruire l’image traditionnelle selon laquelle la construction d’une Grèce indépendante aurait été le résultat d’une diffusion des Lumières depuis l’Europe de l’Ouest vers l’Europe du Sud-Est : Konstantina Zanou montre qu’elle a été en réalité le produit d’une longue confrontation d’idées et d’intermédiaires en Méditerranée.

6La seconde moitié du xixe siècle est quant à elle abordée à travers trois contributions, qui ont toutes partie liée avec l’Empire ottoman. Durant l’ère des Tanzimat (1839-1876), apparaît en 1867 le groupe des « Jeunes Ottomans ». Parmi ses membres, Mustafa Fazıl Pasa, petit-fils de Mehmet Ali, étudié par Andrew Arsan, devient ministre en 1862, avant de partir en exil en France en 1866. À Paris, il publie en son nom en février 1867 un pamphlet dans lequel il se dit le représentant du « grand parti de la jeune Turquie », et signe en août de la même année les statuts de la société des Jeunes Ottomans. Si ses membres se rassemblent alors qu’ils sont expatriés à l’étranger, ce n’est pas pour autant qu’ils forment un groupe replié sur lui-même ; ils nouent à Paris de fructueux contacts avec d’autres exilés politiques, comme avec les leaders de l’insurrection polonaise de 1863. Au cours de cette période qui voit se conjuguer les efforts de modernisation et de libéralisation politique dans l’Empire ottoman, s’affirme aux marges de celui-ci un nationalisme albanais. Chez les deux intellectuels albanais que sont Girolamo De Rada (1814-1903), originaire de Calabre, et Shemseddin Sami Frashëri (1850-1914), né dans le sud-est de l’Albanie, la défense de la nation albanaise ne doit pas être lue comme un projet séparatiste, qui se fonderait sur la volonté exclusive de rompre avec l’Empire ottoman et de créer un État-nation ; elle fonctionne davantage comme une réaction à la désintégration graduelle de l’Empire. Le devenir de l’Empire ottoman et de ses minorités se trouve également au centre de la contribution de Vangelis Kechriotis qui s’intéresse aux Grecs orthodoxes de Cappadoce, tout en croisant les biographies de deux leaders appartenant à ce groupe, Pavlos Carolidis et Emmanouil Emmanouilidis.

7En entrelaçant le récit de ces parcours de vie, le livre Mediterranean Diasporas ne propose pas une histoire de la Méditerranée, mais une histoire dans la Méditerranée et au-delà, comme l’annonçait d’ailleurs l’introduction. Cette histoire ne peut s’écrire sans faire intervenir d’autres États et acteurs qui se sont investis dans le devenir politique des Méditerranéens, pour la cause des Grecs dans les années 1820, ou encore pour « l’homme malade de l’Europe » qu’était l’Empire ottoman au xixe siècle, pour reprendre l’expression du tsar Nicolas Ier. La notion de « diaspora » aurait néanmoins mérité d’être davantage utilisée et définie, ou du moins couplée avec d’autres concepts qui s’avèrent centraux pour comprendre les itinéraires migratoires et politiques évoqués, comme ceux d’exil, de volontariat politique ou encore de voyage et de pérégrination. La méthodologie utilisée pour reconstituer ces parcours peut elle aussi être interrogée : les différents chapitres entremêlent ou comparent des itinéraires biographiques exemplaires des circulations en Méditerranée qui ont été porteuses de nouveautés politiques. Ces circulations auraient peut-être gagné à être appréhendées par le biais de groupes plus représentatifs des « diasporas » en question, et pas seulement à travers l’étude de trajectoires individuelles. Par ailleurs, une cartographie des lieux de passage les plus fréquentés par ces diasporas méditerranéennes mériterait d’être plus nettement dessinée, certains espaces pourtant essentiels, comme le littoral méditerranéen français ou encore la péninsule italienne, demeurant ici hors champ. Ces remarques n’enlèvent néanmoins rien à la force de cet ouvrage qui remet en perspective les circulations politiques entre les rives de la Méditerranée au cours d’un long xixe siècle, sans privilégier les points de vue ou les espaces attendus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Diaz, « Débat autour de l’ouvrage de Konstantina Zanou et Maurizio Isabella (dir.), Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the Long 19th Century, Londres, Bloomsbury, 2016 »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-1 | 2018, 323-326.

Référence électronique

Delphine Diaz, « Débat autour de l’ouvrage de Konstantina Zanou et Maurizio Isabella (dir.), Mediterranean Diasporas. Politics and Ideas in the Long 19th Century, Londres, Bloomsbury, 2016 », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8023 ; DOI : 10.4000/mcv.8023

Haut de page

Auteur

Delphine Diaz

Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals