Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Terres d’exil, terres d’asile (Europe méridionale, xixe-xxie siècle)

Ceuta : quand la barrière de l’Europe était un bagne colonial

Romy Sánchez
p. 331-339

Texte intégral

  • 1 New York Public Library, Moses Taylor Papers, Boîte 308, Victor Hugo à Antonio Zambrana, 1874.

1En 1874, Victor Hugo répond à un représentant des indépendantistes cubains exilés à Paris, Antonio Zambrana, qui avait sollicité son soutien à la cause. L’écrivain déclare : « L’Amérique a son Gibraltar, Monsieur, et il s’appelle Cuba. Cuba n’est même pas une colonie, c’est un bagne espagnol, plus sombre encore que ceux d’Afrique1 ». Bien qu’en guerre contre la métropole espagnole depuis 1868, l’île de Cuba est toujours sous domination européenne, et le demeure jusqu’en 1898. Victor Hugo fait référence dans sa phrase aux bagnes espagnols d’Afrique (Ceuta, Melilla et quelques autres rochers et îlots), sans savoir peut-être que depuis des décennies, les Cubains considérés comme dangereux par les autorités coloniales sont bannis dans ces enclaves ibériques du Maroc. Un siècle et demi plus tard, ces mêmes espaces hérités du temps lointain de la Reconquista sont devenus un point névralgique des migrations méditerranéennes. Ces anciens espaces de relégation sont à présent les barrières de moins en moins franchissables de l’Union européenne. Que reste-t-il aujourd’hui de ce passé de bagne colonial dans ce qu’on appelait les « présides » espagnols d’Afrique ? Les migrations contraintes du xixe siècle dans ces enclaves que beaucoup considèrent comme anachroniques éclairent-elles celles, tout aussi contraintes, d’aujourd’hui ?

Ceuta au XIXe siècle : du « préside » au bagne jusqu’au protectorat

  • 2 Ce terme désigne les postes militaires destinés à protéger les côtes andalouses des incursions des (...)
  • 3 Jean Ier du Portugal (1385-1433) envoie déjà des bannis à Ceuta, préférant les garder ainsi en ter (...)
  • 4 Dictionnaire de la langue française « Le petit Robert », éd. 1996, s. v. « préside » (première occ (...)
  • 5 Ibid. (usage avéré 1924).

2Issu du latin praesidium, la place forte, « presidio » est un terme militaire qui en vient à désigner un bagne pour le cas de Ceuta. Les deux fonctions y sont en effet réunies très tôt, comme dans les autres fronteras2. Ceuta aurait été un préside dès sa conquête par le Portugal au début du xve siècle3, voire depuis la période byzantine qui précède cette domination européenne. S’ajoute à cette première équivalence sémantique le fait que Ceuta représente à elle seule l’imaginaire du préside. Ainsi, dans la première moitié du xixe siècle, le mot « préside » renvoie en français à « une place forte établie par l’Espagne surtout sur les côtes d’Afrique (en particulier au Maroc) et de Toscane, qui servait généralement de lieu de déportation4 ». Par extension, au xxe siècle, il finit par désigner « un territoire colonial de faible importance placé sous la protection d’une armée5 ».

3Ceuta est une presqu’île de la côte nord du Maroc, qui se termine par la Pointe d’Almina, surmontée du fort de Monte Hacho. Ce territoire est symétrique du Peñón de Gibraltar : il se situe à 14 kilomètres des côtes espagnoles, visibles par temps clair. L’enclave de Melilla, située à l’est de Ceuta, près de la frontière algérienne, et donc plus éloignée de la Péninsule, a des liens moins forts que Ceuta avec l’Espagne. Trois autres territoires sont des « plazas de soberanía » espagnoles, sous souveraineté de la Couronne mais n’ayant pas le statut de communautés autonomes acquis en 1978 par Ceuta et Melilla : les peñones de Vélez de la Gomera et d’Alhucemas et les îles Zaffarines. Dans l’imaginaire espagnol, ces possessions — et a fortiori la plus importante d’entre elles, Ceuta — ont toujours été liées au monde militaire et aux guerres, de la Reconquista aux conflits coloniaux du xxe siècle.

  • 6 Pour autant, les relations hispano-maghrébines ne se résument pas à des affrontements durant cette (...)

4À la fin de la Reconquista espagnole, en 1497, Melilla est prise par l’Espagne et devient la première frontera espagnole : cette place militaire avancée en territoire ennemi répond à une politique générale d’expansion et d’affrontement de l’Islam, dans la continuité de la Reconquista et avec une résurgence de l’esprit de croisade. Les Espagnols prennent donc progressivement position sur toute la côte méditerranéenne entre 1497 et 1510. L’objectif est double : neutraliser les pirates barbaresques et contrer l’influence croissante des Ottomans. Mais dès la fin du règne impérial de Charles Quint, ce sont les Indes d’Amérique qui prennent le dessus sur ces possessions africaines. Les frères Barberousse s’installent à Alger en 1516, et les Espagnols cèdent de plus en plus de terrain à la Porte. Quant aux Portugais, ils ont pris Ceuta en 1415 et étendent leur influence sur tout le littoral atlantique marocain, bien que se limitant à des points sur le littoral. Ne parvenant pas à s’emparer de Tanger, le Portugal conserve Ceuta comme garnison relativement isolée et peu rentable. Le territoire devient espagnol en 1580, lorsque Philippe II devient roi du Portugal. À l’indépendance du Portugal, en 1688, Ceuta est définitivement passée à l’Espagne. Au fil du temps, Ceuta devient une position défensive pour les Espagnols, qui ne parviennent pas plus que les Portugais à occuper l’arrière-pays, où les Marocains, hostiles à cette présence, la menacent constamment6.

  • 7 Voir la carte infra.
  • 8 Marie-Claude Lécuyer, Carlos Serrano, La guerre d’Afrique et ses répercussions en Espagne. Idéolog (...)

5Ce n’est qu’à la fin du xviiie siècle que les relations entre Espagne et Maroc s’apaisent relativement : la Couronne de la Ilustración admet que les presidios ne sont qu’une cause de guérilla incessante avec les populations marocaines. Il s’agit dès lors d’essayer de mettre en valeur ces territoires, et en particulier Ceuta, qui possède de nombreuses fortifications et une position idéale dans le détroit de Gibraltar. C’est à cette époque que se développe l’idée de transformer les présides en bagnes. Parallèlement, l’Espagne tente de rivaliser avec la France, qui conquiert l’Algérie en 1830 et s’affirme comme la principale puissance coloniale du Maghreb. Les îles Zaffarines7 sont ainsi conquises en 1848 dans cet état d’esprit, à l’époque où commence une nouvelle dynamique coloniale pour les nations européennes, bien différente de celle qui avait dominé jusqu’alors. C’est aussi durant ces premières décennies du xixe siècle que l’Espagne fait face à la perte de la quasi-totalité de ses territoires américains. Et c’est précisément au Maroc que la Couronne tente de redorer son blason. En 1859, la première « guerre d’Afrique » de l’Espagne prend pour prétexte une querelle frontalière autour de Ceuta afin de réactiver le combat contre les infidèles et d’asseoir une expansion espagnole sur d’autres territoires marocains. L’issue de ce conflit souvent qualifié de « grande guerre pour une petite paix » ne donne que peu de terres à la Couronne. Tout au plus y trouve-t-elle le prestige d’une victoire, celle de Tétouan. Le conflit a coûté très cher et le tribut de guerre que doit payer le Maroc sert surtout à l’Espagne pour rembourser des emprunts britanniques8. En 1863, Ceuta et Melilla deviennent des ports francs afin de favoriser la pénétration économique européenne au Maroc. S’ouvre alors la période connue en Espagne comme celle de l’africanismo, un courant intellectuel faisant revivre la grandeur passée de l’Espagne à travers sa domination de l’Afrique du Nord. Cette dernière impliquerait un goût pour la culture maghrébine, qui serait à intégrer à la nation espagnole tout en rappelant la soumission de ces territoires à la Couronne et leur appartenance supposée « naturelle » à la sphère d’influence ibérique.

  • 9 Manuel Cámara del Río, « El presidio de Ceuta. Presidarios y últimas penas », dans La vida cotidia (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Fernando Villada Paredes, Historia de Ceuta. De los orígenes al año 2000, Ceuta, Instituto de Estu (...)

6À la fin du xixe siècle, Ceuta semble donc avoir trouvé son rôle : point d’entrée économique et culturel de l’Espagne au Maghreb, mais aussi bagne pour les indésirables venus de la Péninsule et d’ailleurs. Avant le xviie siècle, Ceuta était le lieu de bannissement des élites, qui pouvaient même parfois commuer leurs peines contre un séjour à Ceuta9. Au fil des décennies, les prisonniers qui y sont envoyés sont de moins en moins aisés et au début du xviiie siècle, le lieu de confinement devient explicitement une prison pénale pour bannis et forçats, ces derniers étant tenus de construire des fortifications sur la presqu’île. Les réformes bourboniennes de la fin du xviiie siècle renforcent ce système de bannis emprisonnés et assignés à des travaux publics. Cela n’empêche pas certains condamnés de passer la frontière marocaine pour y devenir renégats10. Dans les premières décennies du xixe siècle, les bagnes de Ceuta (il s’agissait en réalité de six sites différents) reçoivent, en plus des prisonniers de droit commun, des libéraux et des carlistes, mais aussi des « séditieux américains ». De fait, dès les premiers remous indépendantistes outre-mer, Ceuta voit arriver dans son bagne des figures du séparatisme américain comme Francisco Isnardi, secrétaire de la Junte révolutionnaire de Caracas en 1811 et fondateur en 1820, lors de la parenthèse libérale du Triennat constitutionnel, du journal El Liberal Africano11.

  • 12 Cámara del Río, 2007, op. cit.
  • 13 Eloy Martin Corrales, « Ceuta, un siglo presa en su penal », en Ceuta en los siglos xix y xx, Ceut (...)

7En 1834, une ordonnance générale des prisons du royaume entreprend la réforme pénitentiaire de tout le territoire espagnol : après avoir été la prison des bannis « peu dangereux », pour éviter qu’ils ne passent aux Arabes, Ceuta devient le bagne de ceux qui purgent une peine de huit ans ou plus. Ce changement de direction est guidé par le fait que Ceuta apparaît de plus en plus comme un lieu isolé, plutôt que comme le carrefour méditerranéen qu’il aurait pu devenir, grâce entre autres à la pêche au thon. En plus du travail obligatoire des bannis, toujours amplement consacré aux constructions militaires et à leur entretien, on y installe des écoles et des ateliers pour former les prisonniers à de nouvelles tâches, en particulier dans le domaine du textile (voiles pour bateaux)12. En 1846, selon Pascual Madoz, il y aurait 2 131 bannis à Ceuta, dont 102 viennent des « territoires américains ». La population totale de l’enclave, qui atteint péniblement les 10 000 individus en 186013, pâtit beaucoup de l’emploi des bannis dans la plupart des travaux publics. À cela s’ajoutent une pression fiscale et une réputation de « cachot de l’Espagne » qui contribuent amplement à la légende noire du territoire. En 1889, l’enclave devient officiellement une « colonie pénitentiaire ». Pour l’occasion, des réformes sont prévues afin d’alléger les conditions de travail des forçats : il s’agirait désormais de les faire travailler à l’air libre plutôt que confinés. Ces mesures restent théoriques jusqu’à la disparition progressive de la prison. En 1894, le nombre de condamnés présents au bagne s’élève à 2 649, parmi lesquels on compte de plus en plus d’anarchistes, qui inquiètent les autorités de la Couronne. En 1911-1912, lors de l’instauration du Protectorat franco-espagnol, le rôle de bagne de Ceuta est considérablement réduit. C’est ce début de colonisation marocaine assumée qui donne à Ceuta les premiers signes de développement urbain et commercial hors de la sphère pénale et de l’image de mouroir de l’Empire.

Des Cubains relégués en Afrique du Nord

  • 14 Cámara del Río, 2007, op. cit.

8Parmi les nombreux usages des bagnes de Ceuta, l’un d’entre eux consiste à y regrouper les « séditieux américains », autrement dit les sujets des territoires américains restés à l’Espagne après 1824 (Cuba et Porto Rico) qui font l’objet de peines de bannissement pour motifs politiques. Même si ces « bannis américains » demeurent minoritaires par rapport aux Espagnols péninsulaires, après l’ordonnance générale des prisons du royaume de 1834, ces dissidents de l’ordre colonial rejoignent les rangs des individus considérés comme « très dangereux » par la Couronne et qui doivent par conséquent être isolés dans la prison de Monte Hacho, presque réservée aux condamnés venus d’Outre-mer14.

  • 15 Olga Portuondo Zúñiga, Cuba: constitución y liberalismo (1808-1841), Santiago de Cuba, Editorial O (...)
  • 16 Romy Sánchez, Quitter la Très Fidèle. Exilés et bannis au temps du séparatisme cubain, 1834-1879, (...)

9Trois ans après ce changement de cap de la politique pénitentiaire de Ceuta, une vague importante de bannis atteint l’enclave. Il s’agit d’un groupe particulier : les bannis du soulèvement de Manuel Lorenzo, en 1837. À l’automne 1836, ce gouverneur de Santiago de Cuba reçoit la nouvelle de la proclamation d’un nouveau régime constitutionnel pour l’Espagne et la diffuse aux habitants de la ville. Le capitaine général de Cuba, Miguel Tacón, ancien combattant loyaliste des guerres d’indépendances américaines et gardien farouche de l’absolutisme dans les territoires d’outre-mer, considère cette attitude « constitutionnelle » (rappelant le Cadix de 1812) comme dissidente et envoie une troupe « pacificatrice » contre les « séditieux » qui mettent en péril la « tranquillité de l’île »15. Une fois ce soulèvement contrôlé, les autorités de Cuba prennent des mesures : 113 individus impliqués sont expulsés ou bannis hors de Cuba, dont 37 vers le bagne de Ceuta16. Face à des destinations choisies ou à la Péninsule, le Maroc semble bel et bien être le pire des sorts. De fait, ce sont les moins gradés — tous sous-officiers — qui partent vers cette destination. Ceuta a déjà acquis son statut de « pire des bagnes ».

  • 17 Robert L. Paquette, Sugar is made with blood: the conspiracy of La Escalera and the conflict betwe (...)
  • 18 A. Ferrer, op. cit.
  • 19 Cité par Vidal Morales y Morales, Iniciadores y primeros mártires de la revolución cubana, Habana, (...)
  • 20 Terme espagnol pour désigner les « mulâtres ».
  • 21 Romy Sánchez, « Les bannis de la commission militaire de Cuba. Des sujets coloniaux proscrits en M (...)

10En 1844, c’est un autre personnel qui débarque à Ceuta. Une conspiration antiabolitionniste a été supposément découverte dans la province de Matanzas : les noirs libres, les esclaves et quelques créoles blancs à tendance réformiste, se seraient mis d’accord pour organiser un soulèvement qui, selon la capitainerie générale, aurait pu mener Cuba à sa perte17. La vague répressive qui condamne ce « péril » comparable à celui d’Haïti — spectre planant constamment au-dessus de Cuba selon les pouvoirs espagnols18 — est sans précédent : 3 076 individus au total font l’objet d’une sentence : 435 d’entre eux sont bannis par la justice espagnole, 78 autres sont fusillés, 1 292 emprisonnés, 14 condamnés à des peines plus légères et 1 230 sont absous19. Parmi les 435 bannis par une commission militaire créée spécifiquement pour la surveillance de « l’Île Très Fidèle » de Cuba, seuls deux sont blancs. Les autres sont tous des noirs ou pardos20 libres (les esclaves sont fusillés ou emprisonnés dans l’île, de peur d’une « contagion révolutionnaire », ou d’un affranchissement une fois hors de Cuba), et même quelques Chinois, puisque dès le début des années 1840, les Espagnols de Cuba font entrer dans l’île des coolies pour remplacer la main-d’œuvre africaine illégale et tarie. Tous ces hommes sont ainsi déportés vers « les bagnes d’Afrique », comme l’indiquent leurs sentences, pour une durée de deux à dix ans, parfois à perpétuité. La majorité des bannissements « africains » sont précisés et indiquent que les bannis vont vers Ceuta21. Il est donc avéré qu’à la fin de l’année 1846 plusieurs centaines de non-blancs libres sont sur la pointe d’Almina, dans le fort-bagne du Monte Hacho. Mis à part quelques Portoricains et Philippins, il est probable que les autres « résidents » du Monte Hacho aient été « supposés blancs ». Cette présence de la ligne de couleur en situation de migration forcée n’est pas sans renforcer le rapport de force colonial qui s’instaure violemment entre Cubains et péninsulaires tout au long du siècle.

  • 22 Voir aussi le cas de Biribi, bagne militaire colonial de 1830 aux années 1970 dans le désert algér (...)
  • 23 Pedro Armengol y Cornet, ¿A las islas Marianas o al golfo de Guinea?: memoria sobre si convendria (...)

11Durant les années 1850, les autorités coloniales de Cuba font face à un nouveau danger : les expéditions annexionnistes, d’« aventuriers » et autres « pirates » qui tentent d’incorporer l’île à sucre aux États-Unis esclavagistes. Ceux-là aussi, blancs majoritairement, sont envoyés à Ceuta, Melilla et aux Zaffarines par les instances de justice extraordinaires de Cuba. En cela, les pouvoirs coloniaux de Cuba, et surtout les directives madrilènes qui les régissent, semblent agir de la même manière que d’autres empires au même moment : la France relègue ses « transportés » de juin 1848 en Algérie et met en place entre 1854 et 1864 les colonies pénitentiaires de Guyane et de Nouvelle-Calédonie22, tandis que l’Empire britannique perfectionne son système dit « de Botany Bay », avec l’Océanie comme « terre de bagne23 ». De même, l’Espagne mélange à Ceuta droits communs et prisonniers politiques, dans le but bien connu des autorités coloniales de ne pas distinguer les indésirables et d’avilir ceux qui se pensent prisonniers d’exception. Or à l’entrée en guerre avec les séparatistes cubains, en 1868, le bannissement à Ceuta semble prendre de l’ampleur.

12Face au déferlement séparatiste, les autorités espagnoles systématisent en effet l’éloignement des indésirables, tout en diversifiant les destinations des bannis : en avril 1869, un navire rempli de 250 « rebelles » fait route vers l’île espagnole de Fernando Póo, au large de la Guinée. Cependant, Ceuta et ses bagnes demeurent une destination de référence pour les récidivistes (incorregibles en espagnol), mais aussi les mambises (combattants séparatistes cubains) et leurs potentiels soutiens. Les bannissements connaissent une recrudescence lors de la troisième et dernière guerre qui oppose les Cubains séparatistes à l’Espagne entre 1895 et 1898. Sont alors envoyés à Ceuta tous ceux qui sont jugés trop dangereux pour demeurer à Cuba et parmi eux, un groupe particulier : les ñáñigos. Cette société secrète, originellement formée par des esclaves noirs du Sud du Nigéria transportés à Cuba, pratique durant tout le xixe siècle (et jusqu’à nos jours) un culte des ancêtres mêlé à une réactivation clandestine des rites religieux africains. À la fin du xixe siècle, ils constituent une véritable corporation, dont les réseaux d’entraide parmi les affranchis apeurent les autorités espagnoles, qui y voient un lien direct avec les rébellions séparatistes24. Dès la fin des années 1870, des groupes de ñáñigos sont arrêtés et délocalisés à l’est de Cuba25. Une fois la dernière guerre anticoloniale commencée, c’est à Ceuta que sont envoyés ces « dangereux » individus. En 1888, un médecin de Ceuta écrit un article sur la présence de ces hommes, après avoir rendu visite à plusieurs d’entre eux dans la prison du Monte Hacho : ils y jouent de leurs tambours et y importent leurs chants et processions26. Mais Ceuta reçoit aussi des Cubains moins surprenants aux yeux des habitants, des créoles d’origine espagnole. Au total, ce sont environ 600 Cubains qui sont bannis à Ceuta dans la dernière décennie du siècle.

  • 27 Ibid.

13Certains anonymes, comme Pablo de la Concepción, laissent un journal de leur détention au Monte Hacho27. Le détenu y narre les conditions de détention puis la joie des Cubains lorsque le 3 octobre 1898 une directive de Madrid enjoint les gardiens des bagnes de Ceuta à libérer les Cubains puisque la guerre a été perdue par l’Espagne. Quant aux « détenus célèbres », la presse de Ceuta aime rappeler dans des articles patrimoniaux du Faro de Ceuta que le futur président de Cuba Alfredo Zayas a fait partie des bannis de Ceuta, tout comme le frère du héros de la guerre d’indépendance Antonio Maceo, le moins connu mais tout aussi héroïque José Maceo Grajales. Selon ces mêmes sources, 300 Cubains seraient enterrés au cimetière Santa Catalina de Ceuta : beaucoup sont donc morts sur place, avant la libération de 1898 et un possible retour aux Antilles.

14Avant la guerre d’indépendance cubaine, l’affirmation de Ceuta comme bagne dont l’usage est — entre autres — colonial, semble confirmer le tournant de la politique impériale de l’Espagne, en quête de nouveaux horizons d’expansion. La création de territoires sous contrôle et la réaffirmation coloniale dans un climat de concurrence européenne dans ce domaine, passe aussi par la gestion des mobilités très contraintes que sont les bannissements, comme le montre l’exemple de Ceuta.

Ceuta hier et aujourd’hui

15La Ceuta contemporaine est désormais connue non pas pour son passé de bagne, mais bien pour son statut de « prison en plein air » pour ceux qui tentent de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique. Militarisation de la frontière, débordements et bavures des garde-frontières lors des assauts de migrants aux barrières frontalières, mais aussi confrontations raciales et religieuses entre populations « cohabitant » dans l’enclave : les motifs de conflits liés aux mobilités contraintes ne manquent pas, et s’ajoutent aux tensions diplomatiques sur les revendications territoriales de Maroc28. Au-delà des chroniques mémorielles dans la presse locale, qui exaltent le lien à raviver entre Ceuta et Cuba29 au nom d’un supposé passé commun, la question de la couleur pourrait jeter un pont entre la Ceuta d’hier et celle d’aujourd’hui : les noirs libres de Cuba qui arrivaient sur les côtes nord-africaines étaient doublement marginalisés parmi les bannis ; on pourrait se demander si les migrants noirs qui butent sur les barrières de Ceuta aujourd’hui sont également victimes d’un redoublement de marginalisation raciste de la part des populations ceutiennes30. Une chose est sûre, à la légende noire du « bagne terrible » des Cubains du xixe siècle a succédé celle de la barrière de l’Europe, avec pour fil rouge le lien colonial et post-colonial. Peut-on comparer ces expériences ? Le bannissement Amérique-Europe n’est pas la même migration forcée que l’immigration clandestine Afrique-Europe, d’autant moins à un siècle et demi de distance. Mais un point de contact entre ces usages de Ceuta comme « territoire-prison », à différentes époques et selon différentes modalités peut être établi, si l’on accepte que l’analogie ne soit pas en dehors du champ historique.

16Dans un récent essai intitulé Sauve qui peut la vie, la sociologue et anthropologue Nicole Lapierre demande :

  • 31 Nicole Lapierre, Sauve qui peut la vie, Paris, Le Seuil, 2015, pp. 187-188.

Peut-on comparer les immigrés d’hier et d’aujourd’hui, ceux venus d’Europe […] et ceux qui arrivent de plus loin […] ? Je le pense. Car comparer ce n’est pas abraser les différences, c’est postuler qu’il y a à la fois du divers et du semblable […]. L’historien Marcel Detienne qui revendique justement la « valeur éthique de l’activité comparative » a raison de déplorer cet entre-soi frileux qui ne peut envisager conjointement que des histoires proches […] c’est précisément le contraire qui est intellectuellement et éthiquement fructueux31.

17Peut-être le simple fait de dévoiler une facette du passé mal connu de Ceuta, a-t-il l’intérêt de mettre en perspective les problématiques actuelles des migrations méditerranéennes avec celles d’autres acteurs, à d’autres époques, mais avec des dynamiques parfois voisines. Une chose est certaine, Ceuta étudiée dans la longue durée permet de considérer cet espace autrement qu’à travers son unique rôle de « barrière de l’Europe », sans pour autant minorer ce dernier.

Carte. — Ceuta et les présides espagnols du littoral marocain

Carte. — Ceuta et les présides espagnols du littoral marocain

DAO : Hugo Vermeren (AsileuropeXIX).

Haut de page

Notes

1 New York Public Library, Moses Taylor Papers, Boîte 308, Victor Hugo à Antonio Zambrana, 1874.

2 Ce terme désigne les postes militaires destinés à protéger les côtes andalouses des incursions des pirates barbaresques. Yves Zurlo, « Ceuta et Melilla : villes espagnoles ou dernières colonies en Afrique ? », Grande Europe, revue de la Documentation française, 28, 2011, en ligne sur <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/pages-europe/d000478-ceuta-et-melilla.-villes-espagnoles-ou-dernieres-colonies-en-afrique-par-yves-zurlo/article>.

3 Jean Ier du Portugal (1385-1433) envoie déjà des bannis à Ceuta, préférant les garder ainsi en territoire portugais, plutôt que de les avoir à l’étranger. Voir Yves Zurlo, Ceuta et Melilla : histoire, représentations et devenir de deux enclaves espagnoles, Paris, L’Harmattan, 2006.

4 Dictionnaire de la langue française « Le petit Robert », éd. 1996, s. v. « préside » (première occurrence 1556, usage avéré 1835).

5 Ibid. (usage avéré 1924).

6 Pour autant, les relations hispano-maghrébines ne se résument pas à des affrontements durant cette période. Jean-Frédéric Schaub a bien montré pour le cas d’un autre préside de la même époque, Oran, combien les négociations et ententes entre Juifs, Musulmans et Catholiques étaient importantes dans certaines zones de ces territoires. Voir Jean-Frédéric Schaub, Les Juifs du roi d’Espagne, Paris, Hachette, 1999.

7 Voir la carte infra.

8 Marie-Claude Lécuyer, Carlos Serrano, La guerre d’Afrique et ses répercussions en Espagne. Idéologies et colonialisme en Espagne, 1859-1904, Paris, PUF, 1976.

9 Manuel Cámara del Río, « El presidio de Ceuta. Presidarios y últimas penas », dans La vida cotidiana en Ceuta a través de los tiempos, VII Jornadas de Historia de Ceuta, Ceuta, Instituto de Estudios Ceutíes, 2007, pp. 87-110.

10 Ibid.

11 Fernando Villada Paredes, Historia de Ceuta. De los orígenes al año 2000, Ceuta, Instituto de Estudios Ceutíes, 2009.

12 Cámara del Río, 2007, op. cit.

13 Eloy Martin Corrales, « Ceuta, un siglo presa en su penal », en Ceuta en los siglos xix y xx, Ceuta, Instituto de Estudios Ceutíes, 2004, pp. 9-38.

14 Cámara del Río, 2007, op. cit.

15 Olga Portuondo Zúñiga, Cuba: constitución y liberalismo (1808-1841), Santiago de Cuba, Editorial Oriente, 2008, t. II.

16 Romy Sánchez, Quitter la Très Fidèle. Exilés et bannis au temps du séparatisme cubain, 1834-1879, thèse sous la direction d’Annick Lempérière, soutenue en 2016 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Annexes), publication en préparation.

17 Robert L. Paquette, Sugar is made with blood: the conspiracy of La Escalera and the conflict between empires over slavery in Cuba, Middletown, Conn., Wesleyan University Press, 1988 ; Aisha K. Finch, « Insurgency at the crossroads: Cuban slaves and the conspiring of La Escalera, 1841-1844 », Ph.D soutenu à l’université de New York en 2007, inédit ; Ada Ferrer, Freedom’s mirror: Cuba and Haiti in the age of revolution, New York, Cambridge University Press, 2014.

18 A. Ferrer, op. cit.

19 Cité par Vidal Morales y Morales, Iniciadores y primeros mártires de la revolución cubana, Habana, Consejo Nacional de Cultura, 1963, t. I, p. 355, et Karim Ghorbal, Réformisme et esclavage à Cuba, Paris, Publibook, 2009, p. 627.

20 Terme espagnol pour désigner les « mulâtres ».

21 Romy Sánchez, « Les bannis de la commission militaire de Cuba. Des sujets coloniaux proscrits en Mère Patrie ? 1837-1868 », Hypothèses, 17 (1), 2014, pp. 177-186.

22 Voir aussi le cas de Biribi, bagne militaire colonial de 1830 aux années 1970 dans le désert algérien étudié par Dominique Kalifa (Dominique Kalifa, Biribi : les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2016).

23 Pedro Armengol y Cornet, ¿A las islas Marianas o al golfo de Guinea?: memoria sobre si convendria establecer en las islas del golfo de Guinea o en las Marianas unas colonias penitenciarias como las inglesas de Botany bay, Madrid, Imprenta y libreria de Eduardo Martinez, 1878.

24 Ada Ferrer, Insurgent Cuba: race, nation, and revolution, 1868-1898, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999.

25 Archivo General Militar de Madrid, Gobierno Militar de La Habana, Caja 156 GM, 1876.

26 Voir <http://elfarodeceuta.es/2011/02/20/los-nanigos-la-sociedad-secreta-afrocubana-en-el-penal-del-monte-hacho/>, et <http://elfarodeceuta.es/2016/12/04/deuda-historica-ceuta-cuba/>.

27 Ibid.

28 Yves Zurlo, « Ceuta et Melilla : villes espagnoles ou dernières colonies en Afrique ? », Grande Europe, revue de la Documentation française, 28, 2011, en ligne sur <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/pages-europe/d000478-ceuta-et-melilla.-villes-espagnoles-ou-dernieres-colonies-en-afrique-par-yves-zurlo/article> ; David Moffette, « Migrants, Muslim Ceutíes and Porteadores: Race, Security and Tolerance at the Spanish-Moroccan Border », Canadian Journal of Sociology, 38 (4), 2013, pp. 601-621.

29 Voir <http://elfarodeceuta.es/2016/12/04/deuda-historica-ceuta-cuba/>.

30 Moffette, 2013, op. cit.

31 Nicole Lapierre, Sauve qui peut la vie, Paris, Le Seuil, 2015, pp. 187-188.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte. — Ceuta et les présides espagnols du littoral marocain
Crédits DAO : Hugo Vermeren (AsileuropeXIX).
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/8025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romy Sánchez, « Ceuta : quand la barrière de l’Europe était un bagne colonial »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-1 | 2018, 331-339.

Référence électronique

Romy Sánchez, « Ceuta : quand la barrière de l’Europe était un bagne colonial », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8025 ; DOI : 10.4000/mcv.8025

Haut de page

Auteur

Romy Sánchez

Université Caen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals