Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Terres d’exil, terres d’asile (Europe méridionale, xixe-xxie siècle)

L’exil républicain espagnol : nouvelles approches

Entretien avec Célia Keren et Maëlle Maugendre
Delphine Diaz, Jeanne Moisand et Romy Sánchez
p. 341-347

Texte intégral

Vous venez toutes deux d’achever des thèses de doctorat d’histoire très novatrices sur l’exil républicain pendant et après la Guerre civile espagnole. Pourriez-vous rappeler ce sur quoi elles portaient ?

1Maëlle Maugendre

Ma thèse se donne comme objectif de rendre visibles les femmes espagnoles réfugiées en France de 1939 à 1942. Il s’agit de proposer une narration au féminin de l’exode sur le sol français, c’est-à-dire de faire advenir sur la scène historique ces femmes qui, dans la littérature sur l’exil espagnol, sont restées jusque-là dans l’ombre de leurs compagnons. Je me suis donc attachée à suivre leurs trajectoires alors qu’elles sont prises en charge par l’administration française. Pour ce faire, j’ai analysé le fonctionnement de nombreux centres d’hébergement dispersés sur la presque totalité du territoire français, en me focalisant sur quelques départements, pour mettre en lumière ces espaces de prises en charge qui ne sont habituellement pas considérés comme des structures coercitives. Et je me suis également intéressée à quelques camps, comme ceux d’Argelès, de Rivesaltes ou du Rieucros (dont la population est en partie ou exclusivement féminine), afin de souligner l’hétérogénéité du dispositif d’encadrement des réfugié(e)s espagnol(e)s à l’échelle nationale. Par rapport aux hommes, les femmes — qui représentent environ 95 000 personnes de tout âge, avec ou sans enfants, mariées ou célibataires — font l’objet d’une surveillance moindre par la police française et les services de renseignements, il est donc plus difficile de cerner leur vécu. D’où la nécessité de mobiliser les archives privées des organismes d’aide aux réfugié(e)s espagnol(e)s, et de réaliser des entretiens pour illustrer la complexité des parcours féminins sur le sol français. « Victimes de la barbarie franquiste », « mères éplorées », « femmes de mauvaise vie », « indigentes », les Espagnoles sont tributaires d’images sociales stéréotypées qui influencent les pratiques des autorités à leur égard. Assignées dans des catégories administratives qui évoluent selon les politiques menées à l’encontre des étrangers sur le sol français, les réfugiées font face à des dispositifs de prise en charge qui se révèlent genrés. Au sein des structures d’encadrement que sont les centres d’hébergement et les camps, mais aussi lors des rapatriements en Espagne, des départs outre-Atlantique, de l’obtention d’un emploi ou du regroupement familial, les femmes subissent de multiples dispositifs d’assujettissement conditionnés par leur appartenance sexuée. M’appuyant sur les travaux du politiste James C. Scott sur les populations subalternes, j’ai cependant fait le choix de ne pas cantonner ces expériences féminines en exil à un registre victimaire, en analysant les postures de résistance des femmes face au cadre étatique imposé. En l’occurrence, il s’avère qu’elles expérimentent des registres d’actions variés qui leur permettent de prendre conscience de leur « puissance d’agir ». Ce faisant, elles façonnent, en situation d’exil, des identités individuelles et collectives originales et résolument politiques.

2Célia Keren

Ma thèse porte sur l’évacuation d’enfants espagnols venus de la zone républicaine de l’Espagne en guerre et sur leur accueil en France entre 1936 et 1940. Ce déplacement massif d’enfants isolés a concerné, au long du conflit, plus de 10 000 filles et garçons de 5 à 15 ans, qui ont été placé(e)s dans des familles françaises ou dans des colonies collectives, généralement à la demande de leurs parents restés en Espagne. Par rapport à la littérature existante sur l’exil républicain, j’ai choisi d’opérer trois déplacements. D’abord, je n’ai pas travaillé sur une population réfugiée au sens strict, mais sur une migration volontaire, organisée, voire planifiée, et ce dans un but humanitaire (l’aide à l’enfance) et politique (généralement le soutien à la République, même si ce n’est pas toujours aussi clair). Ensuite, j’ai moins cherché à raconter l’évacuation et l’accueil de ces enfants qu’à faire l’histoire des mobilisations qui les ont rendus possibles ou qui, au contraire, s’y sont opposées. Je me suis donc intéressée aux acteurs de la cause des enfants évacués en France, aux motifs de leur engagement, aux moyens qu’ils mettent en œuvre pour le faire aboutir, à leurs réussites et leurs échecs et, enfin, aux relations de collaboration, de rivalité ou d’opposition qu’ils entretiennent entre eux : c’est ce que j’ai appelé la « cartographie » de cette mobilisation. Troisième point, alors que la littérature sur l’exil républicain est souvent une histoire de France, la mobilisation autour des enfants espagnols évacués en France est une affaire transnationale qui mêle acteurs publics (notamment, le gouvernement espagnol) et privés (une multitude de groupes de gauche français, mais aussi des réseaux catholiques franco-belges, des comités suédois, hollandais, tchécoslovaques, etc.).

Quelles sont à vos yeux les principales spécificités de l’accueil des réfugiés espagnols en France en 1939 ?

3Célia Keren

Les Espagnol(e)s ne sont pas les premier(e)s réfugié(e)s arrivé(e)s dans la France contemporaine et leur accueil s’adosse à une longue tradition administrative : grosso modo, en échange de l’admission sur le territoire et d’un certain soutien économique, les réfugié(e)s doivent accepter d’être éloigné(e)s de la frontière, dispersé(e)s dans divers départements de province, distribué(e)s par les préfets dans des centres d’hébergement et privé(e)s de leur liberté de mouvement. Ces dispositifs sont mis en œuvre très tôt car il ne faut pas oublier que les Espagnol(e)s se réfugient en France dès l’été 1936 ; en 1937 après la conquête du Pays Basque, ils et elles sont déjà plusieurs dizaines de milliers.

L’exode de 1939 se distingue cependant nettement par son ampleur (près d’un demi-million de personnes), par son contexte idéologique défavorable (le Front populaire est mort et la gauche a été décapitée par l’échec de la grève générale du 30 novembre 1938) et par la présence importante de combattants.

4Maëlle Maugendre

Ceci génère un traitement discriminatoire des réfugié(e)s en fonction de leur sexe et de leur âge. Dès le passage de la frontière, les soldats (à savoir tous les hommes en âge de porter des armes) sont séparés des femmes, des enfants et des personnes âgées. La distinction porte sur le degré estimé de dangerosité et découle donc du regard que posent les autorités de la Troisième république sur ces réfugié(e)s. La prise en charge est bel et bien genrée, puisqu’elle dépend des représentations véhiculées, d’une part, sur les hommes, « rouges sanguinaires » dont il convient de se protéger, et, d’autre part, sur les femmes et les enfants, perçu(e)s dans un premier temps comme des « victimes de la barbarie fasciste » qu’il convient de protéger. D’où une prise en charge distincte via les camps d’internement (pour les hommes) ou les centres d’hébergement (pour les femmes, les enfants et les personnes âgées des deux sexes).

L’hétérogénéité de l’accueil représente la seconde caractéristique. Certes, l’État encadre par des circulaires et des décrets-lois la mise en place des camps et des centres pour les réfugié(e)s espagnol(e)s. Pour autant, et en particulier dans les centres d’hébergement, on observe une très grande autonomie d’action des responsables. La vie y varie notamment selon le positionnement politique de l’édile, qui a un poids déterminant dans le choix des locaux comme dans le règlement intérieur. Certains centres d’hébergement ont des fonctionnements très coercitifs dans des espaces insalubres, alors que d’autres groupes de femmes et d’enfants sont pris en charge dans des locaux tout à fait corrects sans aucune contrainte spécifique, si ce n’est celle de ne pas quitter le territoire de la commune et de rentrer au centre pour la nuit et les repas. À certains endroits, des familles réfugiées disposent même de leur propre habitation en 1939, si des maisons abandonnées sont disponibles.

En somme, pour la population accueillie comme pour les encadrants, la gestion des réfugié(e)s espagnol(e)s se révèle doublement politique. D’une part, l’implication militante (supposée) des réfugié(e)s lors du conflit espagnol détermine de fait leur devenir sur le sol français. D’autre part, leurs conditions de séjour dépendent aussi en grande partie du positionnement politique des encadrants qui les prennent en charge.

Qu’est-ce que l’approche par le genre ou par l’âge apporte de neuf par rapport à une vision plus globalisante des réfugiés de la Guerre civile espagnole ?

5Célia Keren

L’apport essentiel, c’est de rendre visible la discrimination qui opère entre différentes catégories de réfugié(e)s. Les travaux récents sur l’aide humanitaire (je pense à Didier Fassin, Tara Zahra ou Sébastien Farré) et sur la gestion administrative des réfugié(e)s (comme ceux de Karen Akoka) le montrent : tous les réfugié(e)s et toutes les victimes ne se valent pas. Les enfants bénéficient souvent d’un traitement préférentiel par rapport aux adultes car ils sont perçus comme plus « innocents » et, aussi, moins dangereux pour l’ordre public. Cela se vérifie dans une certaine mesure pour les femmes. Ces traitements différentiels provoquent de fait des expériences très différentes de l’accueil en France et de l’exode selon le sexe et l’âge, mais aussi des parcours familiaux extraordinairement compliqués, puisque le but premier des hommes et des femmes espagnol(e)s, après l’arrivée en France, c’est souvent de retrouver leur conjoint(e) et leurs enfants, dont ils ont été séparés à la frontière. Souvent, les retrouvailles sont conditionnées par les préfets à l’acceptation d’un rapatriement. En outre, nombre d’enfants isolés sont rapatriés d’office à partir de 1939 et, pour les retrouver, leurs parents doivent retourner en Espagne à leur tour. On ne comprend donc pas les trajectoires et les choix des réfugié(e)s si on ne prend pas en compte les politiques liées à l’âge et au sexe.

6Maëlle Maugendre

L’approche par le genre se révèle pertinente dans le cadre de l’exode des Espagnol(e)s car elle propose une analyse plus fine que celle retenue par l’historiographie habituellement et qui est conditionnée par une vision masculine de la question. Dès lors qu’on s’intéresse aux femmes, les camps d’internement ne sont plus les seuls dispositifs d’encadrement de cette population réfugiée. Les centres d’hébergement — dont la terminologie laisse entendre qu’ils découlent d’un dispositif plus humanitaire que sécuritaire — se révèlent, pour peu que l’on veuille bien se pencher sur leur fonctionnement hétérogène, des dispositifs à part entière de la politique coercitive de prise en charge des réfugié(e)s espagnol(e)s sur le sol français. Cela permet aussi de démontrer à quel point la gestion étatique de cet exode est tributaire des images sociales qui circulent sur les réfugié(e)s, qui sont performatives et impactent la gestion étatique.

La chronologie traditionnellement retenue de l’accueil des réfugiés espagnols doit-elle être revue lorsqu’on s’intéresse aux groupes que vous avez étudiés ?

7Célia Keren

En choisissant de travailler sur les évacuations d’enfants espagnols pendant la guerre, et non à son issue, je me suis délibérément écartée de la chronologie traditionnelle. Ce déplacement chronologique montre, par contraste, que la venue en France de certain(e)s Espagnol(e)s pouvait être activement recherchée, organisée, financée par d’assez larges secteurs de la population française avant 1939. Le Comité d’accueil de la Confédération générale du travail (CGT) recueille par exemple plus de quatre millions de francs de dons, et des milliers de familles, souvent modestes, se portent volontaires en 1936, 1937 et 1938 pour accueillir des enfants. Mais en 1939, la gauche française n’a plus le même potentiel de mobilisation et elle n’est pas aussi présente et efficace sur le front de la solidarité.

8Maëlle Maugendre

En se focalisant sur les femmes, on en vient à remettre en cause la chronologie habituellement retenue de la situation des réfugié(e)s espagnol(e)s en France en 1939-1940. Pour les hommes, internés dans des camps, les conditions de vie sont extrêmement sommaires lors des premières semaines. Toutefois l’entrée en guerre de la France incite les autorités à porter un autre regard, intéressé cette fois, sur ces hommes qui représentent une force de travail considérable. Les femmes, à l’inverse, voient leur situation se dégrader après septembre 1939. Bien que leurs conditions de vie dans les centres d’hébergement entre février et septembre ne soient pas toujours optimales, les femmes obtiennent au sein de ces espaces une certaine marge de manœuvre afin d’améliorer progressivement leur quotidien. Mais la déclaration de guerre vient remettre en cause leur présence dans les centres, et si les Espagnoles ne sont pas en mesure de se prendre en charge (en obtenant un travail ou en rejoignant un membre de leur famille salarié), elles sont rapatriées de force ou internées dans les camps du Sud-Ouest, où les conditions de vie sont beaucoup plus difficiles que celles qu’elles ont connues dans les centres. Parce qu’indigentes, elles deviennent indésirables aux yeux des autorités françaises.

Qui étaient les acteurs engagés en faveur des réfugié(e)s et comment s’organisaient-ils ? Différaient-ils des acteurs internationaux mobilisés au profit des républicains espagnols ?

9Célia Keren

Le point de départ de ma thèse, c’est justement le constat de l’extraordinaire diversité des acteurs impliqués dans l’évacuation et l’accueil des enfants espagnols en France. Or, il ne s’agit pas exactement des mêmes groupes que ceux que l’on trouve dans les récits habituels de la solidarité envers les républicains espagnols en France. La raison essentielle en est que la cause des enfants est à la lisière du politique et de l’humanitaire. Par exemple, le Parti communiste y joue un rôle secondaire, et ce n’est pas un hasard : il est la seule organisation de la gauche française qui n’est pas divisée par la question de la non-intervention et donc, de la nature de l’aide à apporter aux républicains espagnols. Il peut s’engager sans difficulté dans des actions d’aide militaire, comme les Brigades internationales, ou qu’on pourrait qualifier de péri-militaire, comme l’aide médicale et sanitaire. En revanche, pour la CGT et d’autres groupes de gauche, mais aussi pour certains catholiques, y compris des clercs, l’aide aux enfants a l’avantage d’être profondément polymorphe, puisqu’elle peut être présentée comme une œuvre neutre de secours à des victimes innocentes, ou bien comme une forme de soutien à la République qui consisterait à prendre une partie de ses enfants en charge.

10Maëlle Maugendre

Il en est de même pour les femmes, qui sont accueillies via les centres d’hébergement dans des centaines de communes françaises. Une fois passée la mise en quarantaine obligatoire, la majorité peut déambuler sur le territoire municipal. Les échanges sont donc facilités avec la population locale. Là encore, la perception victimaire des femmes et des enfants favorise un accueil plutôt bienveillant, y compris de la part d’individus n’étant pas particulièrement favorables à la République espagnole. Bien évidemment, les militant(e)s politiques ou syndicaux locaux s’impliquent à leurs côtés pour leur rendre le quotidien plus agréable, mais de nombreuses mobilisations ponctuelles et n’ayant pas nécessairement de racines politiques voient aussi le jour, comme la distribution de vêtements ou de nourriture.

Peut-on faire la différence entre un engagement politique et idéologique au profit des réfugiés de la Guerre civile espagnole et un engagement de type « humanitaire » ?

11Célia Keren

En choisissant de travailler sur une action systématiquement qualifiée d’« humanitaire » par ses promoteurs, mais qui n’est pas portée par des organisations officiellement estampillées « humanitaires » (comme la CGT, mais aussi des militantes féministes, des groupes d’action catholique, etc.) j’ai voulu déplacer le débat du plan moral, voire ontologique (le fait d’« être » humanitaire, d’avoir une « posture » humanitaire) au plan de l’action (« faire » de l’humanitaire). Dès lors qu’on considère l’humanitaire comme un mode d’action parmi d’autres au sein d’un répertoire militant, la frontière entre le politique et l’humanitaire devient mouvante. Et, sur le plan de l’engagement individuel, on voit bien que pour de nombreuses personnes, tant dans les organisations que parmi les familles d’accueil, raison humanitaire et raison politique, loin de s’exclure, se renforcent l’une l’autre : c’est l’une des clés du succès de la cause des enfants espagnols évacués de la zone républicaine.

En même temps, on ne peut pas totalement évacuer la distinction entre politique et humanitaire, ne serait-ce que parce qu’elle est constamment mobilisée par les acteurs eux-mêmes, qui s’accusent souvent de poursuivre, à travers leur action humanitaire, des buts politiques cachés. C’est la difficulté à laquelle toutes les études sur l’humanitaire se heurtent. Michael Barnett parle au sujet de l’apolitisme de l’humanitaire d’un « mythe nécessaire », et il l’est certainement pour la légitimité du champ ainsi que pour la liberté de travailler de nombreuses organisations.

Avez-vous rencontré pendant vos recherches des références ou des échos à des pratiques ou expériences migratoires des périodes antérieures aux années 1930 ?

12Célia Keren

L’évacuation des enfants espagnols en France n’est pas, en 1936, une idée originale. Depuis le début du xxe siècle, les syndicats organisent des « exodes des enfants » de grévistes, qu’ils envoient temporairement vivre dans des familles ouvrières d’autres régions, voire d’autres pays, lors de conflits sociaux particulièrement durs et prolongés. En outre, à partir de 1917, les États européens en guerre organisent des évacuations massives d’enfants, notamment pour les protéger de la pénurie alimentaire ou des bombardements. Ces politiques, au départ étatiques ou municipales, sont poursuivies après la première guerre mondiale par les toutes premières organisations humanitaires internationales d’aide à l’enfance. C’est à cette triple source, syndicale, étatique et humanitaire disons « professionnelle », que puisent les organisateurs et organisatrices de l’évacuation des enfants espagnols entre 1936 et 1939.

13Maëlle Maugendre

Les Espagnol(e)s qui se réfugient en France en 1939 ne sont évidemment pas les premiers et les premières à avoir passé la frontière, ni à avoir été interné(e)s dans des camps. Les Carlistes ou les migrants économiques quittant l’Espagne au début du xxe siècle en sont des exemples parmi d’autres. Et les premiers camps français ont été montés sur le sol hexagonal lors de la première guerre mondiale pour encadrer les populations indésirables et suspectes (Français ou de nationalités ennemies). Mais ces exemples historiques permettent de souligner la spécificité de l’exode espagnol de 1939 : la discrimination de genre qui est effectuée dès le passage de la frontière, et qui amène des milliers de familles à être séparées pendant plusieurs mois, plusieurs années, voire à jamais, y compris au sein des espaces d’encadrement que sont les centres d’hébergement et les camps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Diaz, Jeanne Moisand et Romy Sánchez, « L’exil républicain espagnol : nouvelles approches »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-1 | 2018, 341-347.

Référence électronique

Delphine Diaz, Jeanne Moisand et Romy Sánchez, « L’exil républicain espagnol : nouvelles approches », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8026 ; DOI : 10.4000/mcv.8026

Haut de page

Auteurs

Delphine Diaz

Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Jeanne Moisand

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Romy Sánchez

Université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals