Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Terres d’exil, terres d’asile (Europe méridionale, xixe-xxie siècle)

La fabrique des îles-frontières

Regards croisés sur Lesbos et Lampedusa
Louise Tassin
p. 349-357

Texte intégral

  • 1 Paolo Cuttitta, Lo spettacolo del confine. Lampedusa tra produzione e messa in scena della frontie (...)
  • 2 Nous prenons nos distances avec la notion de « crise migratoire » pour inviter le lecteur à s’inte (...)

1Situées aux frontières méridionales de l’Union européenne (UE), les îles grecque et italienne de Lesbos et Lampedusa sont devenues depuis la fin des années 2000 un emblème des arrivées de migrants dits « clandestins » sur le territoire européen. Bateaux surchargés en haute mer, touristes côtoyant des rescapés sur les plages, cadavres échoués sur les côtes : leurs deux noms charrient désormais toute une série de représentations communes qui, relayées tant dans les discours politiques que dans le champ médiatique, participent à la construction d’un « spectacle de la frontière1 ». Ce dernier a connu un nouvel acte en 2015 avec l’avènement de la « crise migratoire2 » qui a fait passer Lesbos sur le devant de la scène et relégué Lampedusa au second plan, comme si ce lieu longtemps synonyme de frontière ne l’était soudainement plus, ou moins directement.

2Ces variations conduisent à s’interroger sur les transformations — et notamment la militarisation — de ces territoires, sur leur théâtralisation et sur les implications politiques et sociales de ces processus. Comment des espaces frontaliers se recomposent-ils sous l’effet des arrivées de migrants ? Pourquoi certains lieux, parmi d’autres, sont-ils devenus des symboles de la frontière européenne ? Quel est l’impact de telles évolutions sur la société locale ? À partir d’une enquête ethnographique menée sur ces deux îles entre 2012 et 2014, du dépouillement d’archives municipales et de l’analyse d’un corpus de presse et de documents institutionnels et associatifs, nous verrons comment et avec quels effets Lesbos et Lampedusa ont été progressivement construites, symboliquement et matériellement, comme des « îles frontières ». Face aux représentations courantes, l’idée est ainsi de faire deux pas de côté, dans le temps et dans l’espace : d’une part, en revenant sur la genèse du contrôle migratoire dans ces lieux ; d’autre part, en examinant dans une perspective comparative le traitement médiatique et politique qui leur est réservé. La méthodologie employée, qui a permis d’observer ces lieux saturés d’images et d’acteurs au cours mais aussi en dehors des périodes de « crise », permet d’explorer trois tensions qui, nous semble-t-il, caractérisent la prise en charge des migrants dans l’Europe contemporaine : la permanence de situations d’exception, l’oscillation entre mise en spectacle et opacité du contrôle aux frontières et l’hybridation des logiques d’accueil et de relégation des migrants.

La construction de la frontière

  • 3 Cuttitta, 2012, op. cit.

3Une remarque préliminaire s’impose toutefois avant de développer ces trois points. Il faut rappeler que Lampedusa et Lesbos ne sont pas naturellement des lieux de passage migratoire, mais ont été en partie construites comme telles. Si l’on prend le cas de Lampedusa, les arrivées de migrants dans le canal de Sicile sont relativement récentes. Les premières datent de la fin des années 1980 mais elles se multiplient surtout dans les années 2000 et restent minoritaires, voire marginales, au regard du nombre total d’entrées et de séjours irréguliers sur le territoire italien3. Contrairement à sa voisine Pantelleria, pourtant plus proche encore des côtes tunisiennes, l’île est devenue un emblème de l’immigration irrégulière sous l’effet de deux impulsions conjointes liées aux politiques européennes. D’une part, la sécurisation du détroit de Gibraltar et des îles Canaries, qui a entraîné un déplacement des routes migratoires en direction de l’Italie puis de la Grèce. D’autre part, l’installation sur ses terres d’un des premiers centres de rétention du pays en 1998, qui marque un tournant dans l’histoire de l’île mais s’inscrit dans sa continuité. Du fait de sa position géostratégique au cœur de la Méditerranée, Lampedusa a fait l’objet d’une militarisation croissante depuis la seconde guerre mondiale, avec la création d’une base de l’OTAN dans les années 1970. Face à la recrudescence des arrivées de migrants dans la région, l’île offrait donc aux autorités des moyens techniques et un support symbolique pour gérer à distance une population considérée comme indésirable. Peu à peu, les embarcations interceptées en mer, parfois même à une centaine de kilomètres de l’île, y ont été systématiquement transférées, alimentant des images d’invasion souvent impressionnantes alors même que le nombre d’arrivées, rapporté aux chiffres nationaux et européens, s’avérait bien modéré.

4Le cas de Lesbos nous livre l’exemple inverse. À la mise en scène de Lampedusa répond une relative invisibilité médiatique des îles de la mer Égée jusqu’au printemps 2015. Bien que les premiers débarquements de migrants sur ses côtes datent des années 2000 et n’aient guère cessé depuis, si ce n’est pour de courtes périodes, il faut attendre 2015 pour que son nom soit associé au phénomène migratoire, comme si le dépassement d’un seuil numéraire faisait soudainement apparaître son caractère frontalier. Tout en étant exceptionnelle par son ampleur, la situation de Lesbos en 2015 et 2016 n’est cependant pas surprenante pour qui connaît l’histoire de l’île où, depuis une dizaine d’années, l’urgence est devenue chronique et l’improvisation la règle en matière de contrôle migratoire.

Quand l’exception devient la norme

  • 4 Marc Bernardot, Camps d’étrangers, Bellecombe-en-Bauges, Éditions Du Croquant, 2008.

5Marc Bernardot a montré que, d’un point de vue socio-historique, le recours à l’internement administratif des étrangers se caractérise par la pérennisation de dispositifs dérogatoires mis en place de façon temporaire pour répondre à des situations de crise4. On retrouve un procédé semblable à Lesbos et Lampedusa où s’observent deux processus a priori contradictoires : le règne de l’urgence et, avec lui, la normalisation de pratiques d’exception. Sur ces deux îles, les lieux de rétention ont ouvert et se sont développés dans une relative improvisation, entraînant de façon chronique des situations contraires au respect des droits fondamentaux des personnes enfermées.

  • 5 MSF, Rapporto sui Centri di Permanenza Temporanea e Assistenza, janvier 2004, p. 188 ; Special Rap (...)
  • 6 Fabrizio Gatti, « Io, clandestino a Lampedusa », L’Espresso, 7 octobre 2005.
  • 7 Conseil de l’Europe, « Les boat people de l’Europe : arrivée par mer de flux migratoires mixtes en (...)
  • 8 Louise Tassin, « Accueillir les indésirables. Les habitants de Lampedusa à l’épreuve de l’enfermem (...)

6Créé en 1998 dans une ancienne caserne militaire située près de l’aéroport, le premier centre de rétention de Lampedusa était destiné à enfermer les étrangers le temps d’organiser leur expulsion. Rapidement, il s’est fait connaître pour son opacité et les violations des droits qui y avaient cours. Alors que de nombreux témoignages faisaient état de traitements dégradants en son sein, il est resté interdit d’accès aux journalistes et aux associations de défense des étrangers pendant des années 5. Il a fallu attendre un scandale national, suscité en 2005 par les révélations d’un journaliste qui s’y était infiltré6, pour que le centre soit finalement fermé. Un nouveau bâtiment a été construit à un autre emplacement de l’île dès l’année suivante, en 2006, et son statut a été modifié. Le centre de rétention est devenu un « Centre de premier secours et d’accueil » (CPSA), censé désormais faciliter un transfert rapide des migrants vers la Sicile. Ses conditions matérielles ont été améliorées, sa gestion a été confiée à un organisme qui entendait « humaniser » le dispositif et la durée d’enfermement a été diminuée, au point que de nombreux journalistes et acteurs politiques — notamment issus de la coalition de centre-gauche récemment élue — ont parlé de « modèle Lampedusa7 ». La situation s’est renversée au début de l’année 2009 avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement Berlusconi : en dépit d’une mobilisation massive des habitants, le centre a été transformé en centre de rétention pour quelques mois et érigé en étendard de la lutte contre l’immigration irrégulière, avant de brûler à la suite de révoltes et de redevenir un CPSA. Depuis, il a fermé à plusieurs reprises après des protestations de migrants et de nouvelles révélations de traitements dégradants en son sein8, mais il a gardé le même statut jusqu’à septembre 2015 ; à cette date, il est devenu le premier hotspot européen, ce dispositif d’accueil et de tri mis en place par l’UE pour faire face à la « crise migratoire ».

  • 9 « European Parliament resolution on Lampedusa », 14 avril 2005, P6_TA(2005)0138.
  • 10 Arrêt de la CEDH du 15 décembre 2016. Affaire Khlaifia et autres c. Italie (Requête n°16483/12).

7Ponctuée d’événements polémiques, l’histoire du centre au fil des gouvernements successifs a perpétué des logiques d’improvisation qui ont favorisé la permanence de situations d’exception. Parmi elles, on compte notamment la surpopulation chronique du centre — les taux d’occupation pouvant aller jusqu’au triple des capacités officielles — et les expulsions collectives, condamnées par une résolution du Parlement européen9. Par ailleurs, comme le texte encadrant le dispositif des CPSA ne mentionne ni les conditions ni la durée de la privation de liberté, ce sont les dispositions en vigueur dans l’article 13 de la constitution italienne qui doivent être officiellement appliquées. Celles-ci autorisent la privation de liberté, dans des cas de nécessité et d’urgence, pour une durée maximale de 48 heures, limite presque systématiquement dépassée. Les migrants sont régulièrement enfermés pendant des semaines, voire des mois, sans rencontrer de juges ni d’avocats. Les associations déplorent enfin le manque d’interprètes, les difficultés d’accès aux informations juridiques et l’impossibilité de déposer un recours, qui a d’ailleurs fait l’objet de condamnations par la Cour européenne des droits de l’homme10.

  • 11 Pro Asyl, « The truth may be bitter but it must be told », octobre 2007 et « The situation in 
Gre (...)

8À Lesbos s’observe une situation différente et pourtant proche. L’absence d’infrastructure officielle et les réticences des autorités à prendre en charge les migrants ainsi qu’à reconnaître le caractère durable de leurs arrivées sont propices, elles aussi, au non-respect du droit. Alors que les arrivées n’ont guère cessé depuis la fin des années 1990, le premier lieu de rétention officiel créé à cet effet n’a été ouvert qu’en septembre 2013, sous le statut de « centre de premier accueil ». Jusque-là, les migrants ont été tour à tour enfermés au sous-sol du commissariat, dans l’ancienne prison de l’île, puis dans un entrepôt du quartier de Pagani, hangar composé de grandes pièces collectives où des centaines de migrants étaient détenus dans une promiscuité totale, sans accès à une cour extérieure11. Ce lieu a fini par fermer fin 2009 sous l’effet de mobilisations locales et européennes, mais la situation ne s’est guère améliorée depuis. Par la suite, les migrants ont été laissés à la rue, livrés à eux-mêmes dans les parcs et les avenues de la ville ou enfermés dans la zone internationale du port de Mytilène à l’extérieur, derrière des grilles, entre carcasses de voiture et épaves de bateaux.

  • 12 Voir notamment : Amnesty International, « Grèce. Sur l’île de Lesbos, un nombre record de réfugiés (...)

9Exemple paradigmatique des situations ubuesques auxquelles l’absence d’anticipation des arrivées de migrants a donné lieu, ces derniers étaient amenés en 2012 et 2013 à solliciter eux-mêmes les autorités de police et les garde-côtes pour se faire arrêter ; seul moyen pour eux d’obtenir une obligation à quitter le territoire qui constituait en même temps une autorisation de séjour temporaire leur permettant de prendre un ferry pour Athènes. L’ouverture du « centre de premier accueil » de Moria en septembre 2013 n’a que partiellement réglé ces problèmes car il a rapidement été surpeuplé, et la multiplication soudaine des arrivées à Lesbos à partir du printemps 2015 a mis à mal le système d’enfermement. Les étrangers ont été placés dans le centre puis, faute d’espace suffisant, dans des camps de fortune installés dans la précipitation en divers endroits de l’île. Ces lieux, souvent insalubres, ont fait l’objet de vives critiques de la part des acteurs locaux, des organisations internationales et des ONG présentes sur place12.

Mise en scène et opacité du contrôle aux frontières

10Les cas de Lesbos et Lampedusa montrent que les centres de rétention sont pris dans un régime de visibilité paradoxal. Alors que ces îles sont sous le feu des projecteurs médiatiques, alors qu’elles sont devenues des symboles de l’immigration irrégulière et de son contrôle, les lieux de rétention qui en sont le socle restent quant à eux tenus dans une relative opacité. Ils sont peu visibles dans l’espace urbain, difficiles d’accès et méconnus du grand public. La lutte contre l’immigration se donne à voir, mais de l’extérieur, en préservant espaces et pratiques à l’abri des regards. Les centres de rétention sont les angles morts du spectacle de la frontière.

11Si l’on revient aux prémices des dispositifs, les premiers lieux de rétention à Lesbos et Lampedusa étaient à peine visibles dans l’espace public, y compris quand ils se trouvaient au cœur de la ville. La rétention se définissait en fait moins par un lieu que par une pratique : le confinement administratif dans des espaces préexistants adaptés, ou adaptables, à la privation de liberté — commissariat, caserne militaire, ancienne prison, port ou entrepôt. Seuls des barbelés installés au-dessus des grilles de la caserne à Lampedusa ou de l’entrepôt à Lesbos transformaient les murs de la ville.

  • 13 Délibération du conseil municipal de Lampedusa n° 22 du 28/03/2001, archive consultée le 3 janvier (...)

12Quant aux centres actuels, qui ont été construits ad hoc en 2006 et 2013, ils ont tous les deux été installés à l’écart de la ville, sur des terrains militaires : à Lampedusa, le centre se trouve au fond d’une petite vallée, au bout d’une route qui ne dessert que lui ; à Lesbos, il a été édifié à une dizaine de kilomètres de la capitale de l’île, Mytilène, dans une zone rurale en marge d’un petit village. Ces décisions ne sont pas anodines. Comme le montrent les archives du Conseil municipal de Lampedusa sur le choix de l’emplacement du centre au début des années 2000, les propositions, édifiantes, rejoignaient toutes un même objectif : chenil en périphérie d’une réserve naturelle, base militaire située à l’extrémité de l’île, rocher inhabité à plusieurs milles des côtes13, il fallait l’installer le plus loin possible des regards extérieurs et, surtout, de la vue des touristes. De même, à Lesbos, alors qu’un premier projet de centre avait vu le jour au cœur d’une zone commerciale de Mytilène, la mobilisation des entrepreneurs locaux contre une installation qu’ils jugeaient susceptible de nuire à leur image a eu raison du projet, et les autorités locales ont fini par se rabattre sur un terrain en périphérie. Elles ont ce faisant créé un nouveau pôle d’activité, si tant est qu’on puisse l’appeler ainsi, dans une zone enclavée.

13Ce sont donc moins les centres de rétention en eux-mêmes que leurs dysfonctionnements qui modifient l’espace urbain. La présence des lieux de rétention empêche ou tout du moins réduit le contact avec les migrants, et c’est quand leurs murs se fissurent que la ville se transforme. L’une de ces fissures s’est ouverte quand, en 2012 et 2013, faute d’infrastructure, les migrants ont été enfermés à Lesbos aux yeux de tous, derrière un grillage situé à l’extrémité du port de plaisance, lieu de promenade par excellence des touristes et des habitants ; ou quand, en 2015, le hotspot de Moria s’est étendu dans plusieurs camps constitués de centaines de tentes parsemées aux alentours du centre et de Mytilène. Une autre fissure s’est ouverte quand, en 2011, les Tunisiens arrivés à Lampedusa, trop nombreux pour un centre d’accueil surpeuplé, ont été contraints de dormir par milliers dans des abris de fortune sur les collines autour de la ville ; ou quand, en 2013, des Érythréens et des Éthiopiens ont manifesté par centaines dans les rues de l’île pour refuser la prise d’empreintes digitales.

Les habitants, entre accueil et rejet

14Entre mise en scène du contrôle migratoire et discrétion des lieux d’enfermement, les cas de Lesbos et Lampedusa permettent finalement d’observer une configuration sociale relativement rare : la rencontre entre une population locale et des outsiders qui ne s’installent pas sur le territoire mais dont la présence collective dans la durée est institutionnalisée. À Lampedusa par exemple, le rapport de la population aux lieux de rétention et, à travers eux, aux étrangers, s’est modifié au fil du temps et des évolutions de l’institution.

  • 14 Voir notamment : Délibération du conseil municipal de Lampedusa n° 65 du 16/10/1996, archive consu (...)

15Les archives du Conseil municipal de l’île montrent que l’installation du centre a alimenté, si ce n’est produit, des formes d’hostilité envers les étrangers. Alors que les premiers migrants suscitaient l’indifférence ou la compassion, ne passant que quelques jours sur l’île avant de prendre un ferry pour la Sicile, la création du centre de rétention en 1998 contribue à fixer sur place une population que les habitants préféraient voir circuler. Elle entérine ainsi la présence durable des étrangers sur l’île et fait émerger une certaine animosité à leur égard, notamment chez les acteurs du tourisme qui craignent que l’image de l’île s’en trouve dégradée14. En 2006, la construction du nouveau CPSA marque un tournant. Même s’il s’agit toujours d’un lieu de tri et d’enfermement, il offre de meilleures conditions matérielles et les étrangers ne doivent officiellement y être maintenus que pour une courte période. L’image négative du centre de rétention de l’aéroport cède le pas à une rhétorique de l’accueil qui contribue à légitimer et à normaliser l’existence du nouveau centre. L’arrivée des migrants étant devenue irrémédiable, le maintien d’une structure conçue comme un lieu d’assistance est perçu comme une solution satisfaisante qui atténue l’effet de leur présence, tout en préservant l’image accueillante de l’île.

  • 15 Sources : Urbistat Adminstat.

16Apparaît ainsi toute l’ambivalence du centre de rétention : d’un côté, il est perçu comme une menace pour l’activité touristique parce qu’il matérialise la présence des étrangers sur l’île ; de l’autre, il permet précisément de tenir à l’écart les migrants et représente une opportunité économique non négligeable pour ce territoire isolé qui offre peu de perspectives d’emploi — en 2013, on y trouvait deux fois plus de chômeurs que la moyenne nationale et trois fois moins de diplômés du supérieur15. Dans ce contexte, le centre constitue une opportunité tant pour ses constructeurs que ses employés et ses fournisseurs, mais aussi pour le secteur de l’hôtellerie et de la restauration qui profite de la venue sur l’île hors saison de forces de l’ordre, de journalistes, d’acteurs de la société civile, d’artistes ou encore d’étudiants.

17L’installation et l’évolution du centre, qui a tour à tour été érigé en étendard de la lutte contre l’immigration irrégulière et en modèle d’accueil des étrangers, ont ainsi façonné le regard des habitants sur ces derniers. L’hostilité assumée qui se manifestait ouvertement dans les conseils municipaux a cédé le pas à un rejet plus feutré, qui passe par la normalisation du centre d’accueil via sa valorisation comme un lieu d’assistance. Se dessine désormais un consensus qui fédère une majorité d’habitants : les étrangers sont les bienvenus à condition de rester à la place qu’on leur assigne, c’est-à-dire loin des regards ; autrement dit, à condition d’être invisibles, confinés derrière des murs et rapidement transférés vers le continent. L’alternance politique sur l’île, qui est passée d’une maire-adjointe membre du parti d’extrême droite « Ligue du nord » à la victoire d’une écologiste favorable à l’accueil des migrants en 2012, Giusi Nicolini, témoigne de ces ambivalences. Si cette dernière a reçu en 2017 le prix pour la Paix de l’Unesco, qui atteste d’une reconnaissance internationale de ses positions et participe à l’image d’une île accueillante, elle n'a pas été réélue par les Lampedusains la même année ; il lui a notamment été reproché de ne pas prendre suffisamment en compte les problèmes locaux liés à l'enclavement de l'île et à la dégradation de ses équipements.

18Sans détailler, on retrouve pour la Grèce un processus semblable. Dans un contexte de crise économique aiguë, redoublé par le coût élevé de la vie sur les îles, des réunions et des manifestations ont été organisées à l’ouverture du nouveau « centre d’accueil » dans le village de Moria, qui jouxte le centre, à l’initiative en particulier de membres du parti d’extrême droite Aube Dorée. Portées par des peurs sanitaires autour d’un risque d’épidémies que représenteraient les migrants, ces mobilisations visaient à dénoncer l’absence de concertation avec les habitants et, surtout, l’absence de retombées économiques pour la population locale. Les entrepreneurs locaux de construction se sont d’ailleurs mobilisés afin d’obtenir la possibilité de présenter leur candidature à l’appel d’offres qu’avait lancé le ministère pour la construction du centre de Moria. Il s’agissait d’un appel spécifique qui, par le recours à une procédure d’urgence, limitait la liste des candidats à des grands groupes spécialisés susceptibles de réaliser des projets en peu de temps. Si cette mobilisation n’a pas abouti, elle témoigne des ambiguïtés du rapport entretenu avec le centre par certains habitants, ou tout au moins par des entrepreneurs.

  • 16 Louise Tassin, « Les centres de rétention, angles morts du spectacle de la frontière », entretien (...)

19Cela étant dit, ces deux îles ont aussi pour trait commun d’avoir vu émerger, parmi leurs habitants, de nombreuses initiatives en faveur des migrants. À Lampedusa, les actions individuelles et collectives de solidarité ont scandé l’histoire de l’île, notamment dans les moments de « crises » tels qu’en 2011, mais aussi depuis. Créé en 2009, le collectif Askavusa a par exemple organisé pendant sept ans un festival de films autour des migrations et ouvert en 2014 un espace d’exposition à partir d’objets récupérés sur les épaves d’embarcations abandonnées. À Lesbos, des militants se sont mobilisés dès les années 2000 pour venir en aide aux personnes enfermées, et la multiplication des arrivées de migrants depuis 2012 a élargi le mouvement à de nombreux habitants et acteurs internationaux. Leur mobilisation a permis, entre autres, la mise en place d’un centre d’accueil ouvert et auto-organisé, dénommé Pikpa, alternative à l’enfermement relativement inédite aux frontières de l’UE16.

20Fin 2015, c’est à Lesbos et Lampedusa qu’ont été installés les deux premiers hotspots, ces nouveaux dispositifs européens destinés à améliorer la prise en charge des migrants aux frontières de l’UE. Bien qu’ils aient été présentés comme une « nouvelle approche », un bref retour sur l’histoire de ces îles montre à quel point les logiques de tri et de contrôle mises en œuvre en leur sein s’inscrivent dans la continuité des politiques développées sur ces territoires frontaliers depuis une quinzaine d’années.

  • 17 Voir notamment PE 583 132 « Implementation of the 2015 Council Decisions establishing provisional (...)

21L’approche hotspots semble finalement moins renouveler les modes de prise en charge des migrants qu’officialiser des mesures déjà en place mais peu formalisées, justement parce que peu conformes au droit européen : le classement et l’enfermement des migrants suivant des modalités relativement arbitraires. D’un côté, les hotspots ne répondent guère à leurs objectifs officiels, notamment celui de favoriser la réinstallation des réfugiés dans les pays de l’UE. En mars 2017, seules 14 000 personnes avaient été relocalisées sur les 106 000 annoncées par la Commission européenne pour l’été 2017. De l’autre, ces structures sont majoritairement gérées par des acteurs du contrôle (613 agents Frontex en mars 2017 pour 151 agents du Bureau européen pour l’asile). Alors qu’elles sont censées améliorer l’accueil des personnes aux frontières, elles reviennent principalement, par l’attribution de statuts, à faire un tri tant pratique que symbolique entre les « bons » réfugiés et les migrants dits économiques, destinés à être expulsés du territoire. Or, d’après de nombreux témoignages d’associations et de parlementaires européens17, ce tri est souvent effectué de façon discrétionnaire selon les nationalités ou à l’issue de brefs entretiens dépourvus d’accompagnement juridique. Le cadre législatif des hotspots n’étant guère fixé à l’échelle européenne, les garanties nécessaires à un traitement respectueux des personnes ne semblent pas assurées : non seulement les conditions matérielles de prise en charge sont régulièrement critiquées, mais les hotspots autorisent le recours au confinement sans l’encadrer juridiquement.

Haut de page

Notes

1 Paolo Cuttitta, Lo spettacolo del confine. Lampedusa tra produzione e messa in scena della frontiera, Milan, Mimesis, 2012.

2 Nous prenons nos distances avec la notion de « crise migratoire » pour inviter le lecteur à s’interroger sur les mécanismes de mise en spectacle des arrivées de migrants et sur leur construction en problème public. Ces arrivées ne constituent qu’une part mineure des migrations internationales et des mouvements de réfugiés à l’échelle mondiale, notamment dans les pays voisins de la Syrie. Elles ne sont pas inédites dans l’histoire de l’Union européenne, qui a connu un nombre de demandes d’asile similaire à celui de 2014 dans les années 1990 alors qu’elle n’était constituée que de quinze États-membres contre vingt-huit aujourd’hui, même si ce chiffre a doublé en 2015. Ces arrivées, enfin, masquent les réalités de l’immigration irrégulière en Europe, laquelle est surtout le fait de personnes entrées légalement sur le territoire et restées au-delà de l’expiration de leur titre de séjour. Plusieurs chercheurs, comme Karen Akoka, suggèrent qu’il s’agirait moins d’une crise des réfugiés que d’une crise des politiques d’asile.

3 Cuttitta, 2012, op. cit.

4 Marc Bernardot, Camps d’étrangers, Bellecombe-en-Bauges, Éditions Du Croquant, 2008.

5 MSF, Rapporto sui Centri di Permanenza Temporanea e Assistenza, janvier 2004, p. 188 ; Special Rapporteur on the human rights of migrants, Report submitted by Ms. Gabriela Rodríguez Pizarro in conformity with resolution 2004/53 of the Commission on Human Rights — visit to Italy, novembre 2004 ; ARCI, ASGI, LCS, Esposto alla Commissione Europea contro il governo italiano, 20 janvier 2005.

6 Fabrizio Gatti, « Io, clandestino a Lampedusa », L’Espresso, 7 octobre 2005.

7 Conseil de l’Europe, « Les boat people de l’Europe : arrivée par mer de flux migratoires mixtes en Europe du Sud », doc. nº 11688, 2008.

8 Louise Tassin, « Accueillir les indésirables. Les habitants de Lampedusa à l’épreuve de l’enfermement des étrangers », Genèses, 96, 2014, pp. 110-131.

9 « European Parliament resolution on Lampedusa », 14 avril 2005, P6_TA(2005)0138.

10 Arrêt de la CEDH du 15 décembre 2016. Affaire Khlaifia et autres c. Italie (Requête n°16483/12).

11 Pro Asyl, « The truth may be bitter but it must be told », octobre 2007 et « The situation in 
Greece is out of control », octobre 2008 ; Human Rights Watch, « Stuck in a revolving door », décembre 2008 ; MSF, « Lives Hold », juin 2010 ; Comité pour la prévention contre la torture (CPT), rapports 2005, 2007 et 2008.

12 Voir notamment : Amnesty International, « Grèce. Sur l’île de Lesbos, un nombre record de réfugiés sont accueillis dans le chaos et des conditions sordides », 24 août 2015.

13 Délibération du conseil municipal de Lampedusa n° 22 du 28/03/2001, archive consultée le 3 janvier 2014.

14 Voir notamment : Délibération du conseil municipal de Lampedusa n° 65 du 16/10/1996, archive consultée le 2 janvier 2014.

15 Sources : Urbistat Adminstat.

16 Louise Tassin, « Les centres de rétention, angles morts du spectacle de la frontière », entretien par Daniel Florentin, Urbanités, 8, 2017.

17 Voir notamment PE 583 132 « Implementation of the 2015 Council Decisions establishing provisional measures in the area of international protection for the benefit of Italy and of Greece », mars 2017 ; Amnesty International, « Hotspot Italy, how EU’s flagship approach leads to violations of refugee and migrant rights », 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Tassin, « La fabrique des îles-frontières »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-1 | 2018, 349-357.

Référence électronique

Louise Tassin, « La fabrique des îles-frontières », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 07 mars 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8027 ; DOI : 10.4000/mcv.8027

Haut de page

Auteur

Louise Tassin

Université de Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals