Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Mateo Alemán, La obra completa, vol. 1 : Obra varia, vol. 2 : San Antonio de Padua, vol. 3 : Guzmán de Alfarache

Philippe Rabaté
Référence(s) :

Mateo Alemán, La obra completa, vol. 1 : Obra varia, vol. 2 : San Antonio de Padua, vol. 3 : Guzmán de Alfarache, éd. de Pedro M. Piñero Ramírez, Katharina Niemeyer (dirs.), Madrid – Frankfurt, Iberoamericana – Vervuert – Junta de Andalucía, 2014, 740 + 738 + 880 p. 2014

Texte intégral

1La obra completa de Mateo Alemán, publiée en 2014 par Vervuert Iberoamericana et la Junta de Andalucía est le résultat d’un projet ambitieux dirigé par Pedro M. Piñero Ramírez (université de Séville) et Katharina Niemeyer (université de Cologne) et qui a été financé par la Consejería de economía, innovación, ciencia y empleo de la communauté autonome andalouse. Il n’est guère utile de présenter les deux coordinateurs de ce projet qui sont d’excellents connaisseurs de l’œuvre alémanienne ; Pedro Piñero Ramírez a en effet été à l’origine d’une rencontre qui a fait date dans les études sur l’auteur du Guzmán de Alfarache et dont les contributions ont été reprises dans un important volume collectif, Atalayas del « Guzmán de Alfarache » (Séville, 2002) tandis que Katharina Niemeyer a participé à l’ouvrage La novela picaresca. Concepto genérico y evolución del género (siglos xvi y xvii), édité par Klaus Meyer-Minnemann et Sabine Schlickers (Vervuert-Iberoamericana, 2008) en signant notamment une étude sur la Primera parte du Guzmán et sur la Tercera parte de Machado da Silva. Avec l’aide de plusieurs alémaniens chevronnés, dont nous aurons l’occasion de parler sous peu, ils se sont lancés dans cette entreprise nécessaire à plus d’un titre mais qui n’est pas sans susciter toute une série d’interrogations chez le lecteur qui serait peu au fait de la variété des œuvres de Mateo Alemán.

2Si l’on ne peut que souscrire au jugement de Francisco Rico au sujet du grand récit picaresque publié en 1599 et 1604 — « Mateo Alemán es el gran olvidado de la historia de la novela » —, que dire de ses autres œuvres non romanesques ? La variété de la production de Miguel de Cervantès ne fait pas le moindre doute et toute personne intéressée par la littérature classique espagnole sait que l’auteur du Don Quichotte s’est pratiquement essayé à tous les genres de son époque avec un succès du reste inégal. De la même manière, la diversité des œuvres de Lope de Vega ou de Francisco de Quevedo fait indéniablement partie de leur identité d’écrivain. Peut-on en dire de même pour l’auteur du Guzmán de Alfarache ? C’est peu probable et le premier mérite que l’on peut dégager de ces œuvres complètes, outre l’inestimable valeur informative et testimoniale de textes souvent délaissés — quand ils ne sont pas méconnus — par les spécialistes, est de rendre à l’œuvre de Mateo Alemán sa dimension polygraphique. Nul ne songera à priver l’auteur du Guzmán de ce qui fait l’une des singularités de sa création la plus célèbre, un style qui frôle la perfection et qui suscita tant l’admiration de Baltasar Gracián dans Agudeza y arte de ingenio que l’enthousiasme de Mayans y Siscar dans sa Retórica. Toutefois, avant d’entreprendre la lecture de La obra completa, l’on est bien loin de s’attendre à une recherche expressive aussi constante et qui prend des sentiers parfois inattendus. C’est précisément cette quête formelle et stylistique, poursuivie dans des théâtres et des genres variés, que nous pouvons appeler polygraphie. Entrons à présent dans l’architecture de ce vaste projet éditorial.

3Le premier volume est consacré à des œuvres variées tandis que les deux suivants accueillent respectivement le San Antonio de Padua, hagiographie publiée à Lisbonne en 1604, et le Guzmán de Alfarache. Cette organisation s’est imposée en quelque sorte en raison de la grande diversité des textes à éditer, et le premier volume, qui peut sembler quelque peu fourre-tout, rassemble des écrits qui naquirent de circonstances très différentes et dont aucun n’était à proprement parler inédit auparavant. Après une introduction passionnante et très bien documentée consacrée aux différents portraits de Mateo Alemán rédigée par Pedro M. Piñero Ramírez et qui vient compléter des travaux anciens d’Edmond Cros (pp. xxi-cx), et une bibliographie générale très précieuse et quasi exhaustive établie par Marciala Domínguez García (pp. cxi-clxii), se succèdent quelques « escritos menores » édités par Pedro Piñero. Il s’agit de plusieurs traductions de poésies d’Horace, d’un sonnet dédié à Vicente Espinel, de deux lettres adressées à un ami — vraisemblablement Cristóbal Pérez de Herrera — et qui portent sur les thèmes de la réforme de la bienfaisance et de l’amitié (ces missives avaient d’ailleurs fait l’objet d’une transcription et d’une édition dans Protée et le gueux d’Edmond Cros), et de deux pièces préliminaires qui précèdent les Proverbios morales de Alonso de Barros (1598) et la Vida de Ignacio de Loyola de Luis de Belmonte Bermúdez (Mexico, 1609). Ces deux derniers textes, d’un accès difficile jusqu’à présent, formulent quelques traits de l’écriture alémanienne et du type de vraisemblance qu’elle entend instituer avec son lecteur. Après ces écrits très brefs, se succèdent quatre textes qui témoignent du talent polygraphique de Mateo Alemán. En premier lieu, la Regla de la cofradía de la hermandad de la Santa Cruz de Jerusalén (1578), véritable curiosité bibliographique éditée par l’historien Manuel García Fernández, témoigne du souhait de l’auteur du Guzmán non seulement de s’intégrer dans la société sévillane et de faire oublier ainsi ses origines étrangères et conversas mais également de se projeter dans une mission sociale et collective d’entraide. Il est suivi par un document fascinant qui est le rapport secret que Mateo Alemán avait rédigé suite à une mission d’inspection des mines des Fugger à Almadén. Intitulé El Informe secreto, ce texte, qui avait déjà fait l’objet d’une publication par Germán Bleiberg en 1977 et donné lieu à une étude remarquable de Claudio Guillén, a souvent été cité comme l’un des germes qui aurait pu donner à Alemán l’idée d’une « confesión general » de son galérien ; le « juge visiteur » interroge en effet quatorze galériens condamnés au travail des mines selon un questionnaire très précis et que Pedro Piñero Ramírez détaille préalablement. À la différence du travail de Bleiberg, à qui revient le mérite d’avoir découvert cette source, cette nouvelle édition de El Informe secreto est précisément une véritable édition, assortie d’une étude préliminaire d’un grand secours, d’un glossaire précieux sur les termes miniers et d’un index onomastique. Il n’y a pas à douter que ce texte suscitera dorénavant un plus grand intérêt de la part des spécialistes de l’œuvre alémanienne.

4Les deux derniers écrits qui viennent clore ce riche volume de varia sont la fameuse Ortografía castellana, publiée à l’arrivée de l’auteur à Mexico en 1609 et les Sucesos de don fray García Guerra suivis de la Oración fúnebre qu’Alemán rédigea pour le défunt archevêque et vice-roi en 1613. Nous entrons ainsi dans un dernier cycle d’écriture mexicain qui révèle les espoirs de leur auteur que décrypte Francisco Ramírez Santacruz, éditeur de ces deux dernières œuvres, dans des présentations stimulantes. La Ortografía castellana montre l’aboutissement d’une approche rationnelle de Mateo Alemán, héritier de l’humanisme castillan, pour qui la grammaire constitue « un instrument essentiel pour réformer l’homme et la société », selon une belle formule de Luis Gómez Canseco. La chronique des hauts faits mexicains de l’archevêque don fray García Guerra, texte qui a donné lieu à une remarquable étude de Francisco Márquez Villanueva (« El canto de cisne de Mateo Alemán »), et l’oraison funèbre qui la suit semblent confondre le destin du haut dignitaire avec ceux de son thuriféraire, ce dernier n’hésitant pas à défendre continuellement la figure dont il entend célébrer la mémoire.

5Le second tome de la Obra completa nous permet de lire enfin le texte du San Antonio de Padua (publié en 1604 pour la première fois) dans une édition moderne qui est aussi, en l’occurrence, un très beau témoignage de fidélité amicale si l’on en juge par l’identité des deux contributeurs de ce volume, Henri Guerreiro et Marc Vitse. Le premier a, comme on le sait, disparu prématurément en 2002 et n’a pu mener à bien l’édition de son monumental travail de thèse de doctorat d’État, soutenu à l’université de Toulouse en 1992, et qui comportait notamment une édition de ce texte hagiographique peu connu de Mateo Alemán. Marc Vitse s’est ainsi lancé dans un travail très minutieux et astreignant d’actualisation du travail de Guerreiro en rédigeant notamment une introduction substantielle qui constitue la meilleure synthèse actuelle sur cette œuvre (pp. 19-91). Le texte du San Antonio figure ensuite dans une édition très soignée et copieusement annotée, notamment en ce qui concerne les références aux Saintes Écritures, Marc Vitse complétant et actualisant le travail déjà abondant et précis qu’avait pu faire Guerreiro (pp. 97-681). Cette édition est suivie d’une bibliographie exhaustive sur cette œuvre, d’un récapitulatif des miracles antoniens et de pas moins de trois index (illustrations, références bibliques et, enfin, notes, matières et personnages, pp. 682-737). Mateo Alemán souhaitait à tout prix faire paraître le San Antonio avant la Segunda parte de son Guzmán de Alfarache et, de fait, les deux œuvres doivent absolument être lues conjointement non seulement parce qu’elles permettent de dessiner une véritable spiritualité de l’auteur sévillan, par-delà les sempiternelles querelles de spécialistes entre la sincérité ou l’hypocrisie de la conversion du galérien à la fin du récit picaresque, mais également parce que certains chapitres du San Antonio sont des récits très achevés où l’on reconnaît toute l’aisance d’Alemán pour guider son lecteur là où il entend le mener. Avec cette édition, tout connaisseur de la littérature du siècle d’Or qui se penchera sur l’œuvre alémanienne n’aura plus d’excuse et devra prendre en considération cette hagiographie singulière.

6Le dernier tome est consacré à l’œuvre la plus célèbre, le Guzmán de Alfarache, dans un contexte éditorial très riche puisqu’il a été précédé par la publication de l’excellente édition de Luis Gómez Canseco (RAE/Galaxia Gutenberg/Círculo de Lectores, 2012) et a paru la même année que celle de Pierre Darnis (Castalia, 2014). Sans recourir à une annotation aussi détaillée que l’édition de la Real Academia Española, qui contient plus de trois cents pages de notes, l’édition de David Mañero Lozano, précédé d’une introduction stimulante de Katharina Niemeyer (pp. xv-lviii), participe d’un mouvement de rénovation de la tradition textuelle du Guzmán qui a été initié par Luis Gómez Canseco et qui aboutit à un texte épuré dont les critères sont exposés clairement (pp. 4-12). L’œuvre est suivie d’une bibliographie qui reprend les références bibliographiques citées dans les notes (pp. 791-796) et d’un index des termes explicités (pp. 797-821). Le lecteur reste quelque peu sur sa faim et aurait aimé voir apparaître d’autres index, notamment de noms et de matières, qui semblent indispensables pour s’orienter dans un texte aussi complexe et labyrinthique. Cette édition trouve toutefois pleinement sa place dans La obra completa et viendra rejoindre la cohorte des éditions fréquemment consultées et citées et qui apportent chacune un éclairage différent sur le texte.

7Comme on l’aura compris à la lecture de cette brève recension, les œuvres complètes dirigées par Pedro M. Piñero Ramírez et Katharina Niemeyer sont une grande réussite qui vient combler un manque bibliographique majeur et quasiment inexplicable seulement quatre cent ans après la disparition de Mateo Alemán au Mexique en 1614. Gageons que cette belle entreprise saura gagner de nouveaux adeptes à la prose alémanienne qui mérite une place de tout premier rang dans la littérature classique espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Rabaté, « Mateo Alemán, La obra completa, vol. 1 : Obra varia, vol. 2 : San Antonio de Padua, vol. 3 : Guzmán de Alfarache », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8119

Haut de page

Auteur

Philippe Rabaté

Université Paris-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals