Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Yves Léonard, Histoire du Portugal contemporain de 1890 à nos jours

Nadia Vargaftig
Référence(s) :

Yves Léonard, Histoire du Portugal contemporain de 1890 à nos jours, Paris, Chandeigne, 287 p.2016

Texte intégral

1La synthèse que propose Yves Léonard sur l’histoire du Portugal depuis la dernière décennie du xixe siècle comble une lacune importante. Il nous manquait, en effet, depuis plusieurs décennies, un ouvrage en français faisant office de manuel pour les étudiants, les chercheurs et toutes celles et ceux s’intéressant à ce « petit pays », marge occidentale de l’Europe, à la fois proche et méconnu. L’auteur part du paradoxe qui nous saisit face à cet objet : un pays géographiquement proche, aux liens culturels, historiques et démographiques étroits avec la France, mais qui garde sa part de mystère et peine à se débarrasser d’un certain nombre de clichés anthropologiques aujourd’hui éculés.

2Rendre sa complexité et sa singularité à l’histoire du dernier long siècle portugais, telle est donc la première ambition de l’ouvrage, à la fois classique par ses choix narratifs et original par la sélection d’une iconographie soignée, malgré les contraintes éditoriales, qui en rend la lecture fort agréable. Aussi constitue-t-il un outil de travail précieux : les repères chronologiques remontent au blocus napoléonien et s’achèvent sur l’élection à la Présidence de Marcelo Rebelo de Sousa en janvier 2016. La bibliographie, resserrée, se veut le reflet des renouvellements et des débats des quinze premières années du xxie siècle, en portugais, en anglais et, le cas échéant, en français, sans toutefois négliger une sélection de « classiques » qui ont jalonné l’historiographie portugaise depuis la Révolution des Œillets. Un index des noms propres aurait pu compléter de manière heureuse ce travail de grande qualité.

3En dix chapitres, l’auteur livre une narration qui se veut de prime abord très politique, par le choix des ruptures : les changements de régime (1910, 1926, 1974) ou bien encore, à l’intérieur du long tunnel de l’Estado Novo (1926-1974), les scansions du vote de la Constitution (1933), de la fin de la Seconde guerre mondiale (1945) et du début des guerres africaines (1961). La période postérieure à la Révolution des Œillets est elle aussi divisée de manière classique, l’arrimage européen de 1986 constituant un temps fort de l’histoire récente du pays. Pourtant, derrière ce choix a priori très narratif, Yves Léonard porte une attention constante à des approches plus économiques, sociales et culturelles, ainsi qu’aux apports de la sociologie et de la science politique pour sortir le lecteur d’un récit strictement linéaire de l’histoire de ce pays-monde : histoire intérieure, c’est-à-dire métropolitaine, mais aussi histoire internationale et coloniale d’un pays où le fait migratoire tient une place essentielle. Le point de départ de 1890 est sans surprise, tant sont liées la crise de la monarchie finissante et la crise dite de l’Ultimatum qui a opposé Lisbonne et Londres sur le terrain africain. L’entrée dans le contemporain s’est donc faite dans la douleur d’une cuisante humiliation diplomatique, obligeant le Portugal à réduire ses ambitions coloniales et ses projets de « nouveaux Brésils » (chap. 1). La centralité du fait colonial apparaît d’emblée dans la prose d’Yves Léonard, qui ne néglige pas pour autant les autres facteurs et déterminants de l’histoire du pays. La période républicaine (1910-1926), encore mal connue, bénéficie des nombreuses mises au point que le centenaire du 5 octobre 1910 a suscitées (chap. ii).

4Spécialiste de la période salazariste, Yves Léonard réinterroge l’étonnante longévité du régime qui occupe le cœur du xxe siècle portugais (chap. iii à vi), réaffirmant les conclusions de son ouvrage consacré à la question des rapports entre le salazarisme et les régimes fascistes (Salazarisme et fascisme, Paris, Chandeigne, 1996, 223 p.) et reprenant à son compte l’expression de René Rémond du « badigeon à la romaine » — abandonné après 1945 — pour souligner la superficialité des « emprunts » faits par Salazar à la geste de son homologue italien, sans le charisme ni les gesticulations païennes. Il ne passe néanmoins pas sous silence les positions plus nuancées — ou radicales, selon la perspective adoptée —, comme celles de Fernando Rosas, Luís Reis Torgal ou Manuel Loff, ce dernier défendant la « véritable nature d’un régime intrinsèquement et durablement fasciste » (p. 120), et souligne le caractère toujours actuel et sensible de la question, évoquant les controverses de l’été 2012, au plus fort de la crise économique.

5Le chapitre vii, consacré à la Révolution des Œillets, revient sur les dix mois qui ont changé le destin du pays, soulignant le caractère unique dans l’histoire d’une révolution dont la première étape, la chute du régime en place, se réalisa en vingt-quatre heures et sans effusion de sang, ou presque. L’auteur s’efforce pourtant de dépasser le mythe en décrivant scrupuleusement les rapports de force entre civils et militaires, les divisions au sein du Mouvement des forces armées (MFA), les inquiétudes étrangères à l’idée que s’installe à la pointe occidentale de l’Europe un régime marxiste sous l’influence du Parti communiste. L’option libérale et européenne apparaît à de nombreuses reprises sous la plume de l’auteur comme celle de la « raison », portée par les élites socialistes et centristes (p. 199), le « cœur » du pays battant pour l’Atlantique Sud.

6Le chapitre final pose de nombreuses questions face à la situation politique actuelle, qui voit, depuis la crise des années 2011-2014, contesté le système né quarante ans plus tôt. Cette crise ne se traduit pas par l’émergence d’une extrême droite influente, mais par des taux d’abstention croissants ainsi que par l’audience d’une gauche incarnée à la fois par un Parti communiste stabilisé et allié aux Verts et par le Bloc de gauche (Bloco de esquerda). De cette configuration est née une « alliance inédite » (p. 252) avec le PS en novembre 2015. Les dernières pages nous montrent un Portugal sur une ligne de crête, partagé entre impératifs communautaires que le « bon élève de l’Europe » entend respecter et attentes sociales de sortie de l’austérité.

7Au terme de cette lecture, on est frappé par le caractère transversal de certaines thématiques : la question de l’outre-mer, relayée par celle, pleine d’univoques, de la lusophonie dans le monde (pp. 229-236), mais aussi la place de l’armée et des militaires dans la vie politique, ou bien l’intense et constante activité diplomatique des gouvernements successifs. Yves Léonard pointe ainsi des champs encore en friche ou en demande de renouvellement de la recherche (histoire de l’administration et des techniques de gouvernance, du droit, des relations internationales), ou bien des périodes qui mériteraient notre attention, comme la première République et les années 1960, sclérosées par un pouvoir et un dictateur vieillissants mais aussi travaillées par des dynamiques démographiques, économiques et culturelles qui ont bouleversé la société et préparé, autant que le bourbier africain et la crise du commandement militaire, la rupture du 25 avril.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Vargaftig, « Yves Léonard, Histoire du Portugal contemporain de 1890 à nos jours », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8136

Haut de page

Auteur

Nadia Vargaftig

Université de Reims-Champagne Ardenne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals