Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques moderne et contemporaine

Francisco Sánchez-Montes González, Julián J. Lozano Navarro, Antonio Jiménez Estrella (éd.), Familias, élites y redes de poder cosmopolitas de la monarquía hispánica en la Edad Moderna

Thomas Glesener
Référence(s) :

Francisco Sánchez-Montes González, Julián J. Lozano Navarro, Antonio Jiménez Estrella (éd.), Familias, élites y redes de poder cosmopolitas de la monarquía hispánica en la Edad Moderna, Granada, Comares, 333 p.2016

Texte intégral

1Depuis plus de vingt ans, l’histoire moderne de l’Espagne a connu un profond renouvellement grâce aux études consacrées aux élites sociales et politiques. Ce changement s’est opéré au milieu des années 1990, au croisement de l’historiographie de la famille et de celle de l’État, grâce à une série de notions que la sociologie des organisations et la network analysis avaient remis au goût du jour (acteur, pouvoir, stratégie, réseau…). Celles-ci ont permis de décloisonner les groupes familiaux et professionnels, d’en questionner la stabilité et l’homogénéité, au profit d’une approche dynamique attentive aux relations interindividuelles. La dimension transnationale de ces réseaux familiaux est une perspective plus récente qui jouit actuellement une attention soutenue de la part des historiens. Parmi bien d’autres, on se souviendra de l’ouvrage collectif dirigé par Bartolomé Yun, Las redes del Imperio. Elites sociales en la articulación de la monarquía hispánica, 1492-1714 (2009).

2C’est dans cette veine que le livre co-dirigé par Francisco Sánchez-Montes González, Julián J. Lozano Navarro et Antonio Jiménez Estrella doit être inscrit : il est issu d’un programme de recherche coordonné à l’université de Grenade et intitulé « Une élite cosmopolite. Familles et réseaux de pouvoir internationaux dans l’Espagne des xvie et xviie siècles ». Le « cosmopolitisme » est utilisé ici comme un concept élastique permettant de ranger plusieurs figures de la médiation politique, culturelle et territoriale. Si un usage aussi large peut questionner, il a l’avantage de fédérer des études portant sur des espaces variés et qui mettent en évidence des connexions parfois insoupçonnées entre des communautés et des territoires qui composent la monarchie.

3On s’étonnera du choix des éditeurs d’organiser la table des matières selon l’ordre alphabétique des auteurs, alors qu’il existe de nombreux recoupements entre les contributions. L’un d’entre eux concerne les stratégies de désenclavement des territoires mises en œuvre par les élites locales grâce au service à la couronne. Trois études en particulier envisagent les réseaux familiaux comme des modalités de médiation entre les localités et les centres de pouvoir, agissant comme autant de vecteurs d’intégration politique et territoriale. D’une part, José María García Ríos analyse cette question pour le cas de Baza (Grenade), une ville qui, malgré un fort dynamisme après la reconquête, a souffert de dépeuplement (notamment suite à l’expulsion des morisques en 1570) et n’a pas réussi à s’imposer comme pôle régional. L’auteur montre comment, au cours du xviiie siècle, l’élite cherche à inverser cette tendance en prenant pied dans l’appareil politique de la monarchie, par le biais des charges dans l’armée, l’administration royale et l’Église. Dans une autre contribution, Rafael María Girón Pascual s’attache à mettre en évidence des stratégies similaires à partir du cas d’une famille de l’élite grenadine, les Maldonado, seigneurs de Noalejo. En proposant un commentaire de leur arbre généalogique entre le xvie et le début du xixe siècle, l’auteur montre comment le service à la couronne a permis à la famille de se déployer en Europe et en Amérique. En contrepoint, c’est à l’ambition américaine frustrée des élites galiciennes qu’Ofelia Rey Castelao consacre son étude. Éloignée de la Cour et faiblement insérée dans les réseaux de pouvoir, la noblesse de Galice a attendu le milieu du xviie siècle, et la guerre contre le Portugal, pour monnayer sa contribution à la défense de la frontière contre des emplois dans la monarchie. L’auteur s’intéresse à l’œuvre de l’augustin fray Felipe de la Gándara qui a mis sa plume de chroniqueur au service des revendications de la Junta de Galicia afin de donner du lustre aux lignages nobles de Galice et soutenir ainsi leurs prétentions politiques.

4Les dynamiques socio-politiques des villes cosmopolites constituent un second fil rouge de cet ouvrage. On le retrouve tout d’abord dans l’article de Juan José Iglesias Rodríguez qui nous entraîne sur son terrain de prédilection, à savoir la ville de Cadix à l’époque des Habsbourg. En revenant sur le cas de la famille toscane des Fantoni, à laquelle il a consacré précédemment une monographie, il étudie les stratégies familiales des marchands étrangers afin de sécuriser leur patrimoine et de s’intégrer au sein des élites locales. C’est à une autre ville andalouse — Grenade — que s’intéresse Antonio Jiménez Estrella, devenue quant à elle « cosmopolite » par les effets de la reconquête chrétienne à la fin du xve siècle. Il consacre son étude à la famille Mendoza, marquis de Mondéjar, qui a occupé pendant quatre-vingts ans, de la prise de Grenade à la révolte des Alpujarras, la capitainerie générale du royaume de Grenade. Cette puissante famille a joué un rôle de médiation ambigu vis-à-vis de la communauté morisque, capable d’exercer une répression implacable à l’encontre de toute forme de dissidence, mais soutenant et relayant en même temps ses revendications auprès du monarque. Enfin, après Cadix et Grenade, Rome constitue la troisième ville cosmopolite, étudiée cette fois par Julián J. Lozano Navarro, au prisme de la trajectoire du cardinal milanais Teodoro Trivulzio (1597-1656). Issu de la grande aristocratie lombarde au service de l’Espagne, il a reçu le chapeau cardinalice grâce au soutien de Philippe IV qui en fait un agent, un vice-roi, puis son ambassadeur, chargé de veiller aux intérêts de l’Espagne à Rome. En retraçant les intrigues courtisanes et les rivalités politiques hispano-françaises qui se jouent à Rome, entre l’élection d’Innocent X (1644) et celle de son successeur Alexandre VII (1655), l’auteur montre comment des conflits d’intérêts ont pu naître chez Trivulzio entre sa fidélité au Roi Catholique et ses intérêts familiaux.

5La troisième thématique structurante de cet ouvrage porte sur la manière dont la monarchie hispanique s’est appuyée sur les élites des différents territoires pour construire sa politique impériale. Le service à la couronne devient dès lors une des modalités du cosmopolitisme, qui n’exige pas nécessairement la mobilité mais suppose simplement d’agir localement au service d’une entité politique d’envergure mondiale. C’est le cas des élites lombardes au xvie siècle, étudiées par Mario Rizzo, qui deviennent des relais politiques de la monarchie précisément par la force de leurs ancrages locaux. En s’efforçant de faire tenir ensemble la théorie et la pratique politique, l’auteur montre le processus d’identification des intérêts de la couronne avec ceux de cette élite sociale afin de s’assurer de leur totale fidélité. Centrée sur le xvie et le début xviie, l’étude d’Antonio J. Díaz Rodríguez porte sur les critères de sélection des agents dans le réseau d’officines à Rome chargées de délester l’ambassadeur espagnol de la gestion des milliers d’affaires particulières qui affluaient des territoires de la monarchie en attente d’une résolution du Pape. Aux côtés de l’agent d’Espagne, qui agissait comme représentant du roi pour les affaires générales, plusieurs territoires de la monarchie possédaient leur propre agent (Naples, Sicile, Milan, Pays-Bas, Portugal). Si l’usage de la langue et l’origine du candidat ont été des critères importants, l’auteur démontre que c’est avant tout la connaissance des rouages de la curie romaine qui était déterminante, facilitant ainsi la reproduction de certaines familles qui pouvaient se targuer d’une expérience politique à Rome. Dans la même veine, mais dans un autre cadre, Friedrich Edelmayer offre un prolongement de ses travaux sur les réseaux de clientèle de Philippe II dans l’Empire, en examinant la politique de rétribution (par le biais de pensions, de gratifications extraordinaires, de cadeaux ou de titres prestigieux) menée par Philippe II. Sa contribution porte plus particulièrement sur certains membres des conseils impériaux (Georg Sigmund Seld, Johann Ulrich Zasius, Johan Baptist Weber, Leonhard de Harrach), en cherchant à déterminer dans quelle mesure ces gratifications ont pu accompagner des décisions favorables à l’Espagne.

6Enfin, quatre autres contributions complètent cet ouvrage. Malgré leur grand intérêt, leur lien avec la problématique du livre n’est pas explicitée et je me contenterai donc de les mentionner : Francisco Andújar Castillo consacre une étude aux propositions de réforme fiscale d’Antonio de la Riva Herrera au temps où il était président du conseil de Castille (1690-1692) ; Marina Camino Carrasco étudie l’émergence d’un genre historiographique dans les chroniques urbaines de Cadix au xviie siècle ; María José de la Pascua Sánchez s’intéresse aux tensions internes aux carmélites déchaussées à la fin du xvie siècle, à partir des textes de María de San José-Salazar ; Francisco Sánchez-Montes examine quant à lui l’attitude des élites grenadines lors du voyage de Philippe IV en Andalousie en 1624.

7En somme, cet ouvrage présente des contributions d’une grande qualité, mais celles-ci sont à envisager dans la continuité des œuvres individuelles de chaque auteur, plutôt que comme le résultat d’un travail collectif. L’hétérogénéité est évidemment consubstantielle à ce type d’ouvrage, mais on peut regretter qu’une notion aussi riche que celle de cosmopolitisme (et il est vrai lourde d’héritages sémantiques divergents) n’ait pas fait l’objet d’une réelle problématisation pour tester sa capacité à interroger à nouveaux frais les processus de constitution des élites impériales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Glesener, « Francisco Sánchez-Montes González, Julián J. Lozano Navarro, Antonio Jiménez Estrella (éd.), Familias, élites y redes de poder cosmopolitas de la monarquía hispánica en la Edad Moderna », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8144

Haut de page

Auteur

Thomas Glesener

Aix-Marseille Université-CNRS, UMR 7303 TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals