Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Carmen Benítez Guerrero (ed.), Crónica de Fernando IV. Estudio y edición de un texto postalfonsí

Patricia Rochwert-Zuili
Référence(s) :

Carmen Benítez Guerrero (ed.), Crónica de Fernando IV. Estudio y edición de un texto postalfonsí, Sevilla, Editorial Universidad de Sevilla, 379 p., 2017

Texte intégral

1Depuis les éditions d’Antonio de Benavides et de Cayetano Rosell, datant de la fin du xixe siècle, aucune édition récente de la Chronique de Ferdinand IV n’avait été réalisée à ce jour. Fruit d’un travail patient et minutieux commencé en 2008, cet ouvrage, qui constitue la version remaniée de la thèse de doctorat que Carmen Benítez Guerrero a soutenue le 4 février 2016 à l’université de Séville, vient donc combler un manque, en proposant une nouvelle édition, réalisée à partir du manuscrit MSS/829 de la Bibliothèque nationale d’Espagne qu’avaient aussi retenu Benavides et Rosell comme texte de base, mais complétée par les variantes issues de huit autres témoignages manuscrits, choisis au sein d’une tradition qui n’en compte pas moins de quarante-deux.

2Précédée d’une introduction d’environ 150 pages, la transcription s’ouvre sur une première partie, assez brève, portant sur l’œuvre et son contexte d’élaboration (pp. xxiii-lxiv), où Carmen Benítez Guerrero formule une hypothèse plutôt séduisante sur l’identité de celui qui aurait été à l’origine de la composition de la chronique. En effet, si l’autorité des chroniques d’Alphonse X, de Ferdinand IV, de Sanche IV — formant la Chronique de trois rois — et d’Alphonse XI est communément attribuée à Ferrán Sánchez de Valladolid, et ce depuis les travaux de José Amador de los Ríos, qui fut le premier à le supposer, relayant une information transmise par Jerónimo Zurita à partir d’une référence à une ambassade à laquelle avait participé le chancelier du sceau du secret d’Alphonse XI et où son nom était associé à la « Corónica de Castilla » — terme renvoyant sans doute, en réalité, à la Chronique d’Alphonse XI —, Carmen Benítez Guerrero montre qu’il est possible de distinguer une autre figure. Ainsi, développant une hypothèse déjà envisagée par Benavides, elle signale un certain nombre de coïncidences entre le profil de l’auteur et celui de Nuño Pérez de Monroy qui, en tant que juriste de formation et, surtout, chancelier de la reine et régente Marie de Molina, pourrait avoir joué un rôle déterminant dans le processus d’élaboration de la Chronique de Ferdinand IV, voire de celles d’Alphonse X et de Sanche IV. Il faudrait alors envisager la composition de la Chronique de trois rois en plusieurs étapes, Nuño Pérez étant mort en 1326. Aussi l’auteur distingue-t-elle deux phases d’élaboration, la première, dédiée à la rédaction des contenus et correspondant au règne de Ferdinand IV (1295-1312), et la seconde, consacrée à la constitution de l’ensemble, située entre les années 1321 et 1344. Si cette démonstration est assez convaincante, on trouve en revanche quelques observations, certes formulées avec prudence, mais discutables, qui révèlent, de la part de l’auteur, une méconnaissance ou une lecture parfois un peu rapide des travaux récents portant en particulier sur le molinismo, et ayant été réalisés par d’autres chercheurs après Fernando Gómez Redondo. À la lumière de certaines études consacrées à la représentation du pouvoir dans la Chronique de trois rois et la Chronique d’Alphonse XI, il conviendrait, par exemple, de reconsidérer la question de l’opposition entre l’image du pouvoir représentée par Alphonse XI et par Ferdinand IV, et envisager, au contraire, la représentation d’une parfaite continuité, qui s’illustrerait, notamment, à travers l’action attribuée à Marie de Molina dans les chroniques. De même, lorsque Carmen Benítez Guerrero invite à considérer, à juste titre, la composition des textes de la première moitié du xive siècle à la croisée des deux discours historiographiques — royal et aristocratique — citant en exemple la Chronique de Castille, et opposant les critiques qui la qualifient de « produit aristocratique » à ceux qui la considèrent comme un « produit monarchique », elle évoque, dans le second cas, l’introduction de l’édition de Patricia (et non « Patrice ») Rochwert-Zuili, alors que la Chronique de Castille y est présentée comme une œuvre issue de l’alliance entre la reine et les chevaliers et bonshommes des villes, vouée à l’affirmation du pouvoir royal, mais portant aussi les aspirations de l’aristocratie chevaleresque et écrite sans doute par un membre de ce groupe social.

3La deuxième partie de l’introduction, plus conséquente (pp. lxv-cxlvii), révèle néanmois toute l’ampleur du travail d’édition réalisé par Carmen Benítez Guerrero. Elle y dresse un état de la question, fort utile, sur la tradition manuscrite de la Chronique de Ferdinand IV, reprenant et commentant les conclusions de recherches récentes, telles que celle de Marcelo Rosende Pablo ou celle de Pablo Enrique Saracino consacrée à l’édition de la Chronique de Sanche IV. La comparaison des divers manuscrits et l’étude de la structuration et de la chronologie du récit l’amènent également à émettre quelques hypothèses intéressantes sur l’histoire de la formation du texte. Ainsi montre-t-elle que l’œuvre était bien destinée à faire partie d’un ensemble et qu’elle n’était peut-être pas achevée au moment où fut entreprise la composition de la Chronique d’Alphonse XI, ce qui situerait l’élaboration de la Chronique de Ferdinand IV dans une période de transition entre la chronique générale et la chronique royale. Par ailleurs, au sein d’une tradition manuscrite qui s’avère fort complexe, Carmen Benítez Guerrero met parfaitement en lumière, à travers un examen attentif, les liens qui unissent les neuf manuscrits retenus pour l’édition, dont le choix semble tout à fait justifié. Plusieurs tableaux viennent illustrer les propos de la chercheuse, même si l’on regrette que celui qui figure dans le CD accompagnant l’ouvrage n’ait pas été intégré à l’introduction, car il contient, à notre avis, des informations sur l’ensemble des manuscrits susceptibles d’éclairer certains aspects de la démonstration : date de composition, nom de leur(s) propriétaire(s), contenu, numérotation et nombre de chapitres, chronologie, annotations, changements de mains ou lacunes. Quoi qu’il en soit, la comparaison des manuscrits utilisés pour l’édition donne lieu à l’établissement de deux stemma (pp. cli-clii) mettant en évidence des liens et des ramifications qui, comme le souligne l’auteur elle-même, demandent bien évidemment à être confirmés par l’étude des autres témoignages.

4Vient enfin la pièce majeure de cet ouvrage : la transcription de la chronique (pp. 9-167). Réalisée selon des critères qui rendent la lecture aisée, elle est assortie de notes uniquement destinées à faciliter la compréhension du texte et à indiquer les principales corrections, l’ensemble des variantes linguistiques et textuelles figurant dans le CD ROM. Plusieurs index (personnes, lieux, charges et fonctions royales, thèmes) complètent l’ouvrage.

5Claire, précise et très soignée, l’édition que nous livre Carmen Benítez Guerrero est donc un outil précieux, et constitue désormais le texte de référence pour qui souhaite connaître et/ou étudier la Chronique de Ferdinand IV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Rochwert-Zuili, « Carmen Benítez Guerrero (ed.), Crónica de Fernando IV. Estudio y edición de un texto postalfonsí », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8165

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals