Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Ámparo Rubio Martínez, El reinado de los Reyes Católicos en Galicia: actividad económica y fiscalidad regia

David Sassu-Normand
Référence(s) :

Ámparo Rubio Martínez, El reinado de los Reyes Católicos en Galicia: actividad económica y fiscalidad regia, Santiago de Compostela, Cuadernos de Estudios Gallegos, 723 p., 2016

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Amparo Rubio Martínez poursuit la démarche lancée dans sa thèse, Hacienda y Gobierno de los Reyes Católicos en Galicia, soutenue en 2007 à l’université Complutense de Madrid. Il s’agit là d’une authentique étude d’histoire politique, parce que la fiscalité n’y est pas seulement étudiée pour elle-même, mais bien comme un indicateur de l’efficience d’un pouvoir, en l’occurrence celui de la couronne de Castille dans une région périphérique du royaume. Ainsi, bien qu’en apparence les Rois Catholiques soient les principaux acteurs du travail d’Amparo Rubio Martínez, en réalité, notamment dans sa première section, le livre prend pour objet un long xve siècle castillan. Il s’appuie sur de nombreux dépouillements, opérés pour une large part dans les fonds de l’Archivo General de Simancas, tels ceux de la Contaduría Mayor de Cuentas ou encore de l’Escribanía Mayor de Rentas ; mais aussi dans les dépôts de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle et de la ville de La Corogne. Il comporte de surcroît plusieurs cartes et surtout de très nombreux tableaux statistiques, incontournables dans ce genre d’étude. Au terme de l’ouvrage, enfin, figurent des listes prosopographiques. Le cadre géographique choisi, de par sa marginalité relative, rend d’autant plus pertinente la démarche générale d’Amparo Rubio Martínez ; la Galice, en effet, se caractérise sur le plan fiscal par ce que l’on pourrait pudiquement qualifier de réticence ; cette dernière se manifeste tant au niveau des servicios que des impôts ordinaires relevant du Domaine. De ce point de vue, la Galice est particulièrement concernée par le poids de la noblesse seigneuriale, tant laïque qu’ecclésiastique, véritable fléau pour la monarchie castillane du bas Moyen Age. En témoigne, parmi de nombreux autres exemples, le privilège, octroyé dès 1304 par Ferdinand IV, soit bien avant l’arrivée des Trastamare sur le trône de Castille, à l’archevêque de Saint-Jacques de Compostelle et qui l’autorise à percevoir la moitié des servicios dans la Terre de Saint-Jacques.

2La démarche se déploie en trois temps. La première partie est une présentation exhaustive du système fiscal royal ; s’ouvrant sur la géographie administrative de la Galice (une géographie basée sur la trame ecclésiastique), elle se poursuit par une présentation des impôts ordinaires (rentas ordinarias) que constituent les impositions ad valorem sur les transactions (alcabalas), les taxes douanières pesant sur les importations de biens dont on se doute qu’ils sont rendus essentiels par la position de la région considérée (diezmos de la mar), et enfin la gabelle du sel (alfolíes) ; puis par celle des impôts extraordinaires, les servicios se partageant entre pedidos et monedas. Le cadre juridique et les inévitables fraudes — d’ailleurs endémiques et provenant tout aussi bien des seigneurs que des agents royaux — ne sont pas pour autant négligés. La deuxième partie est plus spécifiquement consacrée aux individus intervenant au service du pouvoir monarchique ; la nature indirecte des impôts ordinaires favorise par définition l’intervention d’individus étrangers au sens strict à l’administration royale, mais qui jouent un véritable rôle d’intermédiaires entre gouvernants et gouvernés. Amparo Rubio Martínez dresse donc le portrait d’un groupe constitué de fermiers (arrendatarios), de sous-fermiers (subarrendatarios) ajoutant encore un niveau de sous-traitance, et des garants de ces deux groupes ; une démarche déjà adoptée par Pablo Ortego Rico pour Tolède et son royaume (Poder financiero y gestión tributaria en Castilla: los agentes fiscales en Toledo y su reino, 1429-1504, Madrid, Instituto de Estudios fiscales, 2015). Enfin, la troisième et dernière partie consiste à dégager les lignes de force de l’économie galicienne de la fin du xve siècle, tant il est vrai que le montant des fermes, dans ce jeu de dupes que représente l’affermage d’un impôt, est censé refléter le niveau de l’activité économique, comme l’a bien montré, de l’autre côté des Pyrénées, Judicaël Petrowiste pour le Lauragais du xive siècle (Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Age : le réseau des bourgs marchands du Midi toulousain, xie-milieu du xive siècle, Toulouse, Université Toulouse-Le Mirail, 2007).

3Le principal acquis du travail d’Amparo Rubio Martínez est de montrer de manière incontestable la dimension financière de l’œuvre politique des Rois Catholiques, œuvre consistant en la récupération de droits aliénés ou usurpés au profit de la noblesse seigneuriale, et dont la création d’une délégation de l’Audiencia Real en Galice est un autre signe. La restauration de l’autorité royale et du Domaine se manifeste par des récupérations et des confiscations de droits, parmi lesquels figurent en bonne place les droits fiscaux. Il n’est donc en fin de compte pas surprenant que, d’après Amparo Rubio Martínez, les revenus ordinaires issus des rentas triplent dès les années 1480, de sorte que la période des Rois Catholiques constitue l’acmé d’un xve siècle au cours duquel les recettes fiscales, après avoir augmenté sous le règne de Jean II, ont stagné puis décliné sous celui d’Henri IV en raison de la dévaluation du maravedí et de l’octroi de privilèges à l’aristocratie. Certes, les Rois Catholiques ont aussi profité de l’embellie économique matérialisée par le trafic portuaire de la Galice, mais n’en ont pas moins mis en œuvre de meilleures procédures de recouvrement en travaillant à fixer à la hausse le prix des baux concédés aux arrendatarios. Ces derniers, en outre, ont vu les contours de leur groupe évoluer : signe de l’interventionnisme des Rois Catholiques, on voit grossièrement des fermiers issus d’un triangle Madrid-Ségovie-Tolède se substituer aux fermiers d’origine galicienne, partiulièrement sur le littoral, étant entendu que dans l’arrière-pays se maintiennent de petits hidalgos pour lesquels la participation à la fiscalité royale représente un complément de revenus. Enfin, Amparo Rubio Martínez ne néglige pas, on l’a dit, l’étude des libertés que les Rois Catholiques prennent avec leur propre système, preuve supplémentaire du rôle instrumental de la fiscalité : bien souvent, en effet, les fraudeurs sont les arrendatarios eux-mêmes, dont les actes sont largement tolérés dans la mesure où, généralement marchands et financiers, ils sont à même, en cas d’urgence (les guerres de Grenade, celles de Naples…), de fournir immédiatement des prêts aux souverains. On assiste au même phénomène, à une autre échelle, avec les privilèges dont jouissent certains seigneurs, à commencer par l’archevêque de Saint-Jacques de Compostelle, qui conserve une partie des sommes levées en échange de prêts ponctuels ou, de manière plus générale et plus fondamentale, de son soutien à la politique royale en Galice.

4Le livre d’Amparo Rubio Martínez vient rappeler le rôle fondamental de l’outil financier dans ce qu’il est convenu la genèse de l’Etat moderne et constitue un exemple à suivre, notamment pour le royaume de France où manque ce type d’études.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Sassu-Normand, « Ámparo Rubio Martínez, El reinado de los Reyes Católicos en Galicia: actividad económica y fiscalidad regia », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8167

Haut de page

Auteur

David Sassu-Normand

UMR 5648, Ciham, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals