Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Ana Vargas Martínez, La Querella de las Mujeres. Tratados hispánicos en defensa de las mujeres (siglo xv)

Cécile Codet
Référence(s) :

Ana Vargas Martínez, La Querella de las Mujeres. Tratados hispánicos en defensa de las mujeres (siglo xv), Madrid, Fundamentos, coll. « Ciencia », 369 p., 2016

Texte intégral

1Les femmes espagnoles du xve siècle ont suscité depuis peu un regain d’intérêt, qui s’exprime autant par la publication de plusieurs travaux les concernant, que par la formation de divers groupes de recherche qui, en Espagne ou en France, cherchent à interroger leurs expériences, leurs relations avec la culture ou le pouvoir, ou encore les discours que l’on tenait sur elles. L’ouvrage d’Ana Vargas Martínez, version actualisée d’une thèse soutenue en 2011, se situe à l’intersection de tous ces champs d’étude, et tente de poser un regard renouvelé sur le débat concernant les vertus et les vices des femmes, tel qu’il s’est exprimé en Castille à partir des années 1440 et jusqu’à la fin du xve siècle.

2Il s’agit donc d’abord pour elle d’analyser un discours, celui contenu dans les « défenses », autrement dit les textes écrits pour contrecarrer les arguments des détracteurs des femmes, textes que l’auteure s’emploie d’abord à revaloriser, en insistant sur leur sens politique. Il s’agit là d’une des thèses principales de l’ouvrage : s’opposant au point de vue de certains critiques, notamment littéraires, A. Vargas Martínez affirme que ces textes ne sont pas de purs exercices de rhétorique, mais qu’ils furent lus et utilisés au sein de la cour de Castille par des femmes soucieuses de valoriser ou préserver leur image. Le xve siècle ibérique fut en effet riche en femmes fortes, et l’auteure s’intéresse particulièrement à Marie d’Aragon, reine de Castille, dont elle souligne l’influence qu’elle a eue sur la publication des premiers traités en faveur des femmes, au début des années 1440. En outre, si ces textes sont politiques, c’est aussi parce qu’ils contribuent à porter le débat sur les vices et les vertus des femmes sur la scène publique. Ainsi, ce débat ne se limite plus à un échange entre intellectuels, mais envahit l’espace public, et, plus précisément, celui de la cour, sous l’impulsion, notamment, de Christine de Pizan, dont A. Vargas Martínez ne cesse de souligner l’importance, allant jusqu’à énumérer de possibles échos entre certains postulats contenus dans les textes de l’auteure française et les arguments utilisés par les auteurs des « défenses » hispaniques. On peut regretter qu’A. Vargas Martínez se contente seulement, ici, de dresser des parallèles, mais elle indique elle-même vouloir approfondir ces recherches sous peu.

3Quoi qu’il en soit, elle se montre ainsi soucieuse de donner aux textes qu’elle étudie à partir du quatrième chapitre de son ouvrage un contexte précis, en les resituant dans un réseau d’influences culturelles et politiques au niveau péninsulaire et au niveau européen. Le corpus étudié se compose, plus précisément, de huit textes qui, certes, ont en commun de contenir des discours favorables aux femmes, mais appartiennent pourtant à des genres différents et répondent à des objectifs très variés. Ainsi, aux textes relevant précisément du débat qui agita la cour de Castille à la fin du règne de Jean II, A. Vargas Martínez ajoute par exemple la Vita Christi d’Isabel de Villena et l’Admiraçión operum Dei de Teresa de Cartagena, choix qui lui permet d’insister sur le fait que les femmes ont aussi cherché à intervenir directement dans le débat en composant des textes, et pas seulement en tant que mécènes. Notons, cependant, que les textes étudiés sont déjà largement connus et qu’elle n’inclut aucun texte inédit. De même, inutile de chercher dans les courtes biographies qu’elle dresse pour chaque auteur des informations nouvelles, dans la mesure où elle se contente de synthétiser avec pertinence les études menées par d’autres chercheurs, que l’on retrouve par ailleurs dans la riche bibliographie.

4C’est donc d’abord compte tenu du point de vue proposé que cet ouvrage se distingue, dans la mesure où la revalorisation de la place des femmes dans l’histoire est l’une des préoccupations constantes d’A. Vargas Martínez. Celle-ci se place d’ailleurs dans une perspective résolument féministe, ce qui transparaît, par exemple, dans la féminisation assumée de certains termes (« patronazgo » étant rejeté au profit de « matronazgo »), ou dans l’utilisation récurrente des concepts de « politique sexuelle », d’« hétérosexualité obligatoire » ou de « contrat sexuel », qui constituent les piliers de la grille d’analyse utilisée par la chercheuse. D’autre part, elle s’attache à souligner le rôle que les femmes ont tenu en politique — terme dont elle redéfinit le sens pour ne pas le limiter à une lutte pour l’obtention du pouvoir — mais aussi l’influence qu’elles ont eue dans le domaine culturel, en soulignant à plusieurs reprises combien certains hommes de lettres du temps parmi les plus connus ont été grandement influencés par les femmes de leur entourage. A. Vargas Martínez, par son ouvrage, souhaite donc participer à l’écriture de l’histoire des femmes, dont les premiers pas se trouvent, selon elle, dans les catalogues de femmes illustres antiques ou médiévaux.

5Or, considérer que ces catalogues sont des ouvrages d’histoire la conduit à certains développements surprenants, au cours desquels elle semble accorder le même statut historique à des figures aussi différentes que Cérès, sainte Catherine d’Alexandrie ou Jeanne d’Arc. A. Vargas Martínez reprend ainsi les récits formulés dans les catalogues de femmes illustres, sans s’interroger sur leurs sources ou leur véracité. La seule figure explicitement considérée comme mythique est celle d’Ève, tandis que Nicostrate ou Lucrèce, Déborah ou Judith sont abordées en suivant le point de vue des auteurs des catalogues médiévaux, qui les considéraient effectivement comme des figures historiques. Les sources de ces différents récits, d’autre part, ne sont pas interrogées, pas plus que la façon dont les auteurs des « défenses » les utilisent. Plus globalement, on peut regretter le fait que les ouvrages en question ne soient guère soumis à une analyse critique, l’auteure se contentant le plus souvent d’une étude descriptive.

6Nul doute, donc, que la lecture que propose Ana Vargas Martínez réponde à la volonté de démontrer une thèse bien précise, quitte à omettre quelques nuances qui seraient pourtant bienvenues et à laisser de côté certains éléments d’analyse. On ne peut, néanmoins, que lui savoir gré d’avoir proposé, dans cet ouvrage, une nouvelle lecture des textes écrits dans le cadre de la Querelle des femmes et d’envisager sous un nouvel angle ce débat dont les implications ne sont pas seulement littéraires. Ainsi, cet ouvrage apparaît comme un premier jalon sur une piste de recherche qui mérite d’être explorée et approfondie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Codet, « Ana Vargas Martínez, La Querella de las Mujeres. Tratados hispánicos en defensa de las mujeres (siglo xv) », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8170

Haut de page

Auteur

Cécile Codet

UMR 5648, Ciham, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals