Navigation – Plan du site
Dossier. Los metales preciosos: de la extracción a la acuñación (Antigüedad - Edad Media)

Innovation technique et rationalisation structurelle dans les centres miniers des cités toscanes et de la couronne d’Aragon

Recherches aux origines de l’entreprise minière moderne (xiiie-xve siècle)
Innovación técnica y racionalización estructural en los centros mineros de las ciudades toscanas y de la corona de Aragón (siglos xiii-xv)
Technical innovation and structural rationalisation in mining centres of Tuscan cities and the Kingdom of Aragon, 13th-15th centuries
Joseph Gauthier
p. 89-110

Résumés

Les techniques d’essai à petite échelle constituent l’une des innovations caractéristiques de la naissance de l’entreprise minière moderne. Si du mobilier archéologique atteste de l’existence de ces modes opératoires dans les villes minières germaniques dès la fin du xiie siècle, la pratique n’est systématisée dans les grands districts miniers toscans et sardes qu’au début du xive siècle, contribuant à l’instauration d’une organisation rationnelle de la chaîne opératoire via une division des tâches centrée autour de l’opération d’essai. Rapide, précise et reproductible, l’analyse pratiquée par un expert assermenté assure la confiance entre les différents acteurs de l’exploitation. Les sources réglementaires nous permettent de suivre l’importation de cette organisation standardisée en Catalogne par la couronne d’Aragon au lendemain de sa conquête de la Sardaigne. Les tentatives déçues d’application de ce modèle minier à de petits gisements témoignent cependant d’une dimension minimale qu’une exploitation minière doit avoir pour être viable dans ce nouveau système d’économie minière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple Braunstein, 1982 ; article ancien qui pose néanmoins clairement les bases d’une réflex (...)

1L’exemplarité de l’exploitation minière telle que décrite par Georgius Agricola en 1556 a longtemps occupé le devant de la scène en histoire des mines et de la métallurgie. La place de la province minière germanique dans la constitution de ce modèle d’entreprise minière est importante, mais tend de plus en plus à être relativisée au profit d’autres espaces géographiques. De la même manière, il est aujourd’hui bien entendu que le De re metallica ne constitue pas un recueil de techniques mises au point du vivant d’Agricola, mais plutôt une présentation ordonnée de savoir-faire élaborés au cours des derniers siècles du Moyen Âge. Ces pratiques, qui touchent tant aux techniques (aérage, systèmes hydrauliques, saigerprozess…) qu’à l’administration (types de concession, rôle des officiers, fiscalité…), sont intimement liées les unes aux autres, et constituent un ensemble cohérent qui a permis la mise en place d’une structure standardisée de l’industrie minière moderne1.

  • 2 Gauthier, 2018.
  • 3 Braunstein, 2003.

2Parmi les innovations techniques qui ont pris part à ce processus, il en est une qui a longtemps été ignorée. L’essai du minerai est une opération métallurgique réalisée sur un échantillon plus ou moins important, destinée à connaître sa teneur en métal. S’il ne constitue pas une étape indispensable de la chaîne opératoire limitée à sa dimension technique, il a pourtant joué un rôle primordial dans l’amélioration de la rentabilité des exploitations médiévales2. La mise au point de techniques d’analyse à petite échelle a étendu le rôle de l’essai bien au-delà d’un simple test, pratiqué de tout temps. Comme toute innovation, celle-ci est perceptible au travers des traces infimes qu’elle a laissées, certes le plus souvent en aval du processus de mise au point de la nouveauté, mais que nous essaierons de faire parler tant sur le plan des savoir-faire que sur « [leur] juste place et [leur] niveau de diffusion dans le tissu économique et social3 ».

3Bien que l’origine de ces techniques de laboratoire soit difficile à situer dans l’espace et dans le temps, leur apparition dans les sources normatives et comptables en Toscane, Sardaigne et Catalogne au xive siècle permet de saisir les raisons et l’impact de leur généralisation au sein des districts miniers concernés (carte 1). Si le pouvoir aragonais n’a pas institué le métier d’essayeur, présent à Iglesias comme dans les cités de Massa Marittima et de Montieri avant la conquête de la Sardaigne, il en a parfaitement saisi l’intérêt pour une gestion raisonnée et efficace de l’économie interne à ses centres miniers. La mise en exploitation du district de Falset, en Catalogne, dans les années 1340, nous offre un exemple de circulation d’un modèle de structure de production centré autour de l’essai du minerai, et renforce l’importance du domaine méridional dans le processus de constitution de l’entreprise minière moderne en Europe.

Carte 1. — Localisation des districts miniers étudiés

Carte 1. — Localisation des districts miniers étudiés

DAO : J. Gauthier.

La miniaturisation des techniques d’essai des minerais

4Opération méconnue du fait de sa discrétion dans les sources écrites ou archéologiques et de son caractère que l’on pourrait qualifier d’optionnel dans les chaînes opératoires de production des métaux non-ferreux, l’essai peut remplir plusieurs fonctions. Il s’agit en effet d’une démarche aux objectifs multiples, mise en œuvre selon différents modes opératoires. L’innovation dont il est ici question consiste en un changement d’échelle des procédés de fonte extractive, évolution technique qui constitue la base de notre réflexion sur l’organisation des centres miniers au bas Moyen Âge.

Connaître le minerai : l’utilité des opérations d’essai

  • 4 Gauthier, inédite, pp. 73-220, en particulier pp. 209-211.
  • 5 Halleux, 2009, pp. 128-139.
  • 6 Dauvet, Journal, f° 271.

5Plusieurs termes désignent l’essai dans les textes médiévaux4. Le plus courant est celui d’« épreuve » : probare en latin, probar en espagnol, probieren en allemand, éprouver en français. Le mot « essai » est également courant : essayer en français, ensayar en espagnol, saggiare ou assaggiare en italien. Plus rarement employés sont les termes examinatio, mostra, ou experimentum, ce dernier pouvant être interprété de différentes manières. Du constat de l’efficacité d’un procédé, qu’elle qu’en soit l’origine, à la volonté de vérifier qu’une opération a bien été comprise, l’experimentum couvre un large panel de comportements et de pensées de l’artisan face à la transformation de la matière5. En ce qui concerne le domaine de l’essai, l’expérience correspond au minimum à un passage au feu du minerai, afin d’en avoir « congnoissance et expérience », démarche qui s’oppose à une simple estimation empirique fondée sur l’« apparence »6, et peut aller jusqu’à signifier une véritable pratique expérimentale, au sens que lui donne la science classique. Dans tous les cas, l’essai est un acte volontaire au cours duquel le métallurgiste observe le comportement du minerai au feu et calcule le rapport pondéral entre la charge et le produit obtenu. La démarche est le plus souvent destinée à rechercher l’argent, bien que le cuivre et le plomb fassent aussi l’objet de telles analyses.

6L’analyse du contexte économique et politique de nombreuses opérations d’essai recensées dans divers fonds d’archives européens a permis de définir quatre fonctions de l’essai de minerai pour la période bas Moyen Âge – Renaissance. En premier lieu, c’est un calcul de rentabilité : une première fonte sur un gisement récemment découvert permet de voir si le minerai peut être fondu et si la teneur en métal est suffisante pour couvrir les frais engagés. L’essai fonde la décision de mettre en exploitation ou oriente la conduite de chantiers en cours. L’opération procure aux entrepreneurs une donnée économique fiable sur laquelle peut se baser leur stratégie d’investissement. Cet essai, au Moyen Âge, est souvent réalisé à grande échelle, en procédant à une première fonte à la manière de celles qui pourraient suivre. C’est un événement : la seconde utilité de l’opération est d’affirmer la propriété du gisement. L’épreuve est réalisée sous l’œil de témoins, représentants du souverain, dont la présence sert à affirmer les droits régaliens du seigneur propriétaire sur l’exploitation des gisements polymétalliques. L’essai a ici une valeur démonstrative.

  • 7 Ercker, Beschreibung Allerfürnemisten Mineralischen Ertzt…, 1574.

7Avec le développement des techniques à petite échelle, l’analyse du minerai remplit de nouveaux objectifs. Elle est l’occasion pour l’essayeur de contrôler le bon fonctionnement d’une opération, voire d’améliorer un procédé métallurgique. C’est un essai à but technique, véritable travail de recherche d’un artisan dont les plus remarquables exemples sont donnés par Lazarus Ercker, maître essayeur des empereurs Maximilien II et Rodolphe II7. Cette analyse, réalisée en laboratoire, précise et rapide à mettre en œuvre, joue également un rôle important dans les transactions internes à l’entreprise minière : elle est destinée à fixer le prix d’une livraison de minerai à la fonderie. Cet objectif commercial est à vrai dire la principale raison d’être de l’essai dans les districts miniers modernes. C’est cette démarche que nous voyons apparaître dans les secteurs d’Italie et d’Espagne aux xiiie et xive siècles.

De la grande à la petite échelle

8Avant la petite échelle, l’essai ne peut remplir qu’un but prospectif et démonstratif. Les rares traces laissées par les opérations de ce type témoignent d’une similarité des techniques d’essai et de production. La fonte du minerai est réalisée dans un bas fourneau, sur une charge dont la masse varie beaucoup selon les cas, mais qui reste généralement supérieure au quintal. Le plomb d’œuvre (alliage de plomb et d’argent obtenu lors de la réduction de galène) est le plus souvent affiné dans un atelier urbain, le four de coupellation représentant un ouvrage trop complexe pour être construit uniquement pour un test. Malgré le risque encouru lors du transport du plomb d’œuvre, l’affinage dans un atelier d’orfèvre ou, mieux, de monnayeur, apporte un degré de confiance supérieur. Il s’agit donc d’une expertise collective, qui mobilise ouvriers et spécialistes. Peu de sources renseignent ce type d’essais : leur mise en œuvre est laborieuse, il s’inscrit donc toujours dans un cadre de prospection, la présence de témoins permettant de certifier le résultat de l’opération.

  • 8 Agricola, De re metallica, 1556 ; Gauthier, 2007.

9On constate au cours du Moyen Âge une diminution des quantités de matière mise en œuvre pour l’analyse. D’opérations portant sur plusieurs quintaux de minerai, on arrive, au début du xvie siècle, à des prises de quelques grammes de matière, sans pour autant diminuer la précision du résultat. Bien au contraire, si l’essai peut perdre en représentativité avec le passage à la petite échelle, il y gagne en matière de comparaison des analyses et, surtout, en facilité de mise en œuvre. Le livre VII du De re metallica d’Agricola, entièrement consacré aux essais8, et le traité de Lazarus Ercker de 1574 montrent les modes opératoires utilisés dans les grands centres miniers germaniques à la Renaissance. L’équipement utilisé est alors constitué de creusets chauffés dans un foyer de forge aménagé, ainsi que de scorificatoires et coupelles placés dans un four à moufle (fig. 1 et 2). Cela permet à l’essayeur de manipuler avec précision, en contrôlant tous les paramètres de l’opération et en évitant les pertes. La prise la plus commune pèse trois à cinq grammes, poids du quintal fictif à partir duquel sont calculées les teneurs. Ces modes opératoires constituent une véritable technologie de pointe dès la fin du Moyen Âge puis pendant plusieurs siècles : ils n’ont été remplacés qu’au xxe par les méthodes spectrométriques d’analyse.

Fig. 1. — Scorificatoires, xvie siècle, Sainte-Marie-aux-Mines (68)

Fig. 1. — Scorificatoires, xvie siècle, Sainte-Marie-aux-Mines (68)

© J. Gauthier.

Fig. 2. — Four à moufle, après 1575, Dresde (côté base 34,5 cm)

Fig. 2. — Four à moufle, après 1575, Dresde (côté base 34,5 cm)

© A. Kramarczyk / Schlossbergmuseum Chemnitz.

Situer l’innovation : entre Saxe et Méditerranée

10Avant d’être consigné et perfectionné dans les traités germaniques du xvie siècle, l’art de l’essai a connu un développement et une insertion dans l’organisation des exploitations minières qu’il est difficile de retracer. Les traces matérielles de cette activité sont rares : les faibles quantités de matières mises en œuvre ont produit peu de résidus, les équipements mobiles ont été réemployés. Les retrouver lors de fouilles archéologiques relève presque toujours du hasard. Et les règlements miniers qui font référence aux essais sont souvent lapidaires à ce propos. Le dossier méridional est néanmoins riche, et peut être mis en regard des quelques éléments de mobilier archéologique mis au jour au nord des Alpes.

Un foyer germanique

  • 9 Gauthier, inédite, p. 422.
  • 10 Dallmann, Gühne, 1993.

11Si l’essai des alliages métalliques par coupellation au four à moufle a certainement fait son apparition dans les ateliers monétaires9, les essais de minerais à petite échelle ont dû, dès l’origine ou très rapidement, être faits à proximité des lieux d’extraction. Les plus anciennes traces matérielles connues proviennent en effet d’une ville minière de l’Erzgebirge (monts Métallifères). Le centre-ville de Freiberg, en Saxe, a livré un certain nombre de céramiques de petite taille présentant des parois scoriacées dans des niveaux datés du xiiie siècle10. Certains ont assurément servi à fondre de petites quantités de minerai. Plusieurs petits creusets triangulaires ont été mis au jour, ainsi qu’un grand nombre de Tonschalen, céramiques circulaires, basses et très ouvertes, dont l’aspect irrégulier laisse penser qu’elles ont été fabriquées par les métallurgistes eux-mêmes. Les formes de type scorificatoire n’apparaissent à Freiberg qu’à la fin du xve siècle. L’association Tonschalen / creuset triangulaire peut être interprétée comme la succession d’une opération de grillage et d’une opération de fonte.

  • 11 Gauthier, inédite, pp. 187-194. La première source normative germanique comportant un article trai (...)

12Il est possible de supposer que ces quelques indices correspondent aux balbutiements d’une pratique de l’essai sur de faibles quantités de minerai. Il est pourtant étonnant de constater que les règlements miniers de la région ne comportent aucune mention de l’office d’essayeur avant l’extrême fin du xve siècle11. La situation est inverse pour ce qui est du domaine méridional : aucune trace matérielle d’essais de minerai à petite échelle ne semble connue à ce jour, mais les règlements miniers du xive siècle constituent une source précieuse d’information.

Un foyer méridional

  • 12 Braunstein, 1992 ; Simonin avance qu’une grande partie des articles date de 1294, sans détailler n (...)
  • 13 Ordinamenta super arte fossarum rameriae et argenteriae civitatis Massae (cité Ordinamenta…). Nous (...)
  • 14 Braunstein, 1992.
  • 15 Volpe, 1924.

13C’est en Toscane et en Sardaigne qu’apparaissent les premières mentions d’essayeurs dans des sources normatives. La cité de Massa Marittima, libérée de toute domination épiscopale, seigneuriale ou pisane à partir de 1225, s’est alors dotée d’une constitution intégrant un code minier dont la rédaction s’est poursuivie jusqu’en 132412. L’Ordinamenta super arte fossarum rameriae et argenteriae civitatis Massae est la quatrième partie de l’ensemble13. Ses quatre-vingt-six articles réglementent l’organisation de l’exploitation minière, du rôle des officiers publics en charge de la supervision et du contrôle de l’activité, aux obligations et droits des exploitants. Le district minier de Montieri, distant d’une dizaine de kilomètres de celui de Massa Marittima, a également été exploité pour l’argent et le cuivre. La chronologie du site montre des indices plus précoces que celle de Massa : les mines d’argent auraient été données à l’évêque de Volterra en 896, que la ville arrive à écarter en 1137, avant d’être conquise par Sienne, comme Massa, dans la première moitié du xive siècle14. Les ordonnances minières de Montieri ne sont pourtant rédigées qu’en 1324 et 1334, sous l’impulsion du conseil des Neufs, alors à la tête de Sienne15.

  • 16 Tangheroni, 1985.
  • 17 Archivio Storico Comunale d’Iglesias, 1° sez., b. n° 1, Breve di Villa di Chiesa, 1327 (cité Breve (...)
  • 18 Poisson, 2008.
  • 19 Braunstein, 1992.
  • 20 Weisgerber, 1988 ; Braunstein, 1992 ; Bonaini, 1850.

14Maîtresse de la Sardaigne depuis la première moitié du xive siècle, la couronne d’Aragon y a trouvé une activité minière très organisée exploitant les gisements argentifères du territoire d’Iglesias (Villa di Chiesa)16. La maîtrise de ce secteur économique passe par la publication d’un règlement en cent vingt et un articles composant le quatrième et dernier livre du Breve di Villa di Chiesa, code statutaire de la ville17. Le statut minier aragonais, rédigé entre 1324 et 1327, date des mêmes années que l’Ordinamenta de Massa. Comme cette dernière, le Breve n’est que la mise par écrit d’une pratique en place depuis au moins un demi-siècle qui reprend les éléments de droit établis par le pouvoir pisan. Il est à noter que ce dernier a certainement fait appel à des mineurs « allemands » dès le xiie siècle pour exploiter les mines de Sardaigne. Au siècle suivant, on compte quelques investisseurs germaniques parmi les bénéficiaires des concessions accordées par Pise18. Des mineurs, fondeurs et investisseurs allemands sont aussi présents en Toscane, à Massa Marittima et Montieri, au xiiie siècle19. Au-delà, l’influence de la culture germanique est décelable dans le vocabulaire employé20. Ces éléments ne font que souligner les connexions qui existaient à cette époque entre le nord et le sud des Alpes. Ils ne préjugent en rien du contexte dans lequel l’essai des minerais a été introduit dans les sources normatives. Nous avons constaté son absence dans les règlements germaniques médiévaux, et l’analyse qui suit tend à penser que la démarche a pu être développée dans les centres miniers bordant la Méditerranée.

  • 21 Ordinamenta…, art. 75 ; Breve…, livre IV, art. 99.

15Les règlements de Massa et d’Iglesias présentent des similitudes, notamment en matière d’essai. Les deux textes consacrent chacun un article aux essayeurs21. Les conditions d’entrée à ce poste divergent sensiblement. À Massa, deux essayeurs étaient nommés pour une charge annuelle par le conseil de la ville. À Iglesias, ce travail n’était pas confié à des officiers : tout un chacun avait la possibilité de monter une boutique et de proposer ses services pour l’essai des minerais. L’autorisation d’exercer était toutefois soumise à une déclaration aux autorités et à une prestation de serment devant la cour, puis devant un notaire.

  • 22 Breve…, livre IV, art. 99 et 100.
  • 23 Pour une once aragonaise de 33,33 g, d’après Riu, 1996.
  • 24 Pour plus de détails sur l’utilisation de flux et en particulier du plomb dans les essais à petite (...)

16Seul le Breve indique clairement que l’essai est destiné à fixer une valeur aux livraisons de minerais faites par les mineurs aux fonderies22, et détaille les conditions dans lesquels doivent être prélevés les échantillons, dénommés « saggi ». Ces indices — un nombre non défini d’essayeurs spécialisés dans cette activité, et le prélèvement d’échantillons — plaide en faveur de modes opératoires opérant sur de faibles quantités de matière. Confirmation nous en est donnée, non pas dans le livre IV du statut, consacré à la gestion des mines, mais dans le livre I, qui énonce des dispositions générales d’administration de la ville. L’article 22 concerne la gestion des poids étalons, et mentionne un « pesatore delli saggi », office d’une durée de trois mois. La masse des échantillons devait être de trois onces, soit cent grammes de minerai23. Une telle prise ne peut être chargée dans un scorificatoire. Il s’agit donc d’essais au creuset, réalisés dans un four que rien ne décrit mais qui vraisemblablement est de type foyer de forge (fig. 3). L’emplombage semble être pratiqué de manière systématique24.

Fig. 3. — Foyer de forge aménagé pour l’essai des minerais au creuset

Fig. 3. — Foyer de forge aménagé pour l’essai des minerais au creuset

Source : Agricola, De re metalica…, 1556, p. 180.

17Les données contenues dans l’article consacré au poids permettent de pousser plus avant la caractérisation technique de ces essais. Si la masse de la prise est bien plus importante que celle du quintal fictif utilisé dans les districts miniers germaniques au xvie siècle, la précision de la mesure n’en est pas moindre. Le système de poids utilisé à Iglesias permet au contraire une pesée potentiellement plus précise : la série des poids destinés à peser les boutons de retour va de 24 grains à 1/16e de grain. Il s’agit manifestement d’un système de poids réels, dont l’élément le plus léger pèse 3,6 mg (voir tableau). C’est certes plus de dix fois supérieur au quintlein fictif de Lazarus Ercker, néanmoins plus précis, si les balances sont au niveau des poids énoncés. La précision ne dépend en effet pas de la masse du plus petit des poids, mais du rapport entre ce dernier et la masse de la prise. En l’occurrence, dans le cas d’une prise de cent grammes, le degré de précision maximum atteint 1/27 648 (0,036 ‰). C’est mieux que ce qu’il est possible de faire au xvie siècle en Saxe dans les essais au scorificatoire, où le rapport entre la prise d’un quintal fictif (de 3 à 5 g) et le plus petit poids utilisé n’est que de 1/12 800 (0,078 ‰). Cette comparaison vaut bien évidemment pour les données standards de l’essai. Il suffit en effet de doubler la masse de la prise pour doubler la précision de la pesée du bouton de retour.

Tableau — Degré de précision permis par les systèmes de pesée sarde au xive siècle et saxon au xvie siècle

Masse de la prise Poids le plus léger Rapport
Breve…, 1327 3 uncie 100 g 1/16 grana 3,6 g 0,036 ‰
Ercker, Beschreibung Allerfürnemisten Mineralischen Ertzt…, 1574 1 Centen fictif (1 gros réel) 3,8 mg 1 Quintlein fictif 0,3 mg 0,078 ‰

Sources : Breve…, livre I, art. 22 ; Ercker, Beschreibung Allerfürnemisten Mineralischen Ertzt…, 1574, fo 13vo.

18La richesse documentaire du Breve di Villa di Chiesa ne doit pas restreindre notre vision de l’apparition des essais de minerai à petite échelle à la Sardaigne aragonaise. Aucun des deux statuts toscans ne mentionne la masse des prises d’essai, mais l’organisation du système d’analyse est très proche de celle en vigueur à Iglesias. À Montieri comme en Sardaigne, par exemple, les poids et les balances destinés aux essais sont gardés par un officier attaché à l’exploitation des mines. Il s’agit, dans le premier cas, du camerario, administrateur du district minier chargé de prélever les échantillons et de les porter à l’essayeur, dans l’autre cas du pesatore delli saggi, qui est subordonné au camerlingo, équivalent du camerario toscan. À Massa et Montieri, plusieurs indices concordent donc pour supposer que le mode opératoire employé était le même qu’à Iglesias. La fonction permanente d’essayeur induit une activité continue à but commercial, qui est difficilement conciliable avec des essais à grande échelle étant donné le nombre d’opérations à réaliser. Nous conviendrons donc que les essayeurs toscans opéraient au creuset, sur une prise de minerai probablement similaire à celle instituée en Sardaigne.

19Cette charge de cent grammes, certes bien plus importante que le quintal fictif de trois à cinq grammes passé au scorificatoire par les essayeurs saxons deux siècles plus tard, rentre bien dans le domaine de la petite échelle, en comparaison des données pondérales que nous avons pu recueillir par ailleurs. Un essai en Toscane ou en Sardaigne dans la première moitié du xive siècle prenait assurément plus de temps qu’un essai au four à moufle, mais il s’agit bien d’une opération menée par un spécialiste en son atelier dans le but de fixer le prix d’une livraison de minerai.

L’essai, pivot de l’entreprise minière

  • 25 Sur la place discrète et encore peu connue du creuset dans l’histoire de la métallurgie extractive (...)

20De la technique ou de la démarche, laquelle des deux constitue réellement une innovation ? La métallurgie extractive au creuset n’est pas une nouveauté au Moyen Âge central25. Ce sont les modalités d’exercice et les règles imposées à cette pratique qui font de l’essai à petite échelle une composante nouvelle des systèmes de production. Ce passage obligé, à mi-chemin de la chaîne opératoire, a profondément impacté l’organisation des exploitations. L’essayeur y est devenu un personnage incontournable, modifiant les rapports entre les différents acteurs de l’entreprise minière.

Des experts assermentés

  • 26 « Item que qualque sia asaiador qui fara los assaigts iure que farea be e lealmente los dits asaig (...)
  • 27 « Bene e lealmente sensa fraude ». Breve…, livre IV, art. 99.

21Chargé de fixer la valeur des marchandises, l’essayeur détient une responsabilité particulièrement importante. Il doit donc autant disposer de compétences techniques rares qu’être d’une honnêteté irréprochable. Les statuts miniers imposent ainsi un certain nombre de garanties. La première ordonnance de Falset stipule : « Que chaque essayeur qui fera les essais jure de faire lesdits essais correctement, loyalement et sans prendre parti26 ». Tout comme à Iglesias où les essayeurs, indépendants de l’administration, doivent faire leurs essais « correctement et loyalement, sans fraude », expression qui insiste autant sur la qualité du travail que sur la loyauté du travailleur27. Des peines sont prévues pour tous les cas de non-respect du règlement : amende en cas de facturation excessive des essais ou de pratique avant l’âge requis (dix-huit ans), amende et interdiction d’exercer en cas de fraude ou de pratique sans avoir prêté serment. Certaines dispositions cherchent à garantir la neutralité des analyses, dans le Breve comme à Massa Marittima, où les experts nommés sont tenus de ne pas refuser de réaliser un essai, quelle que soit la personne, citoyenne de Massa ou étrangère, qui en fait la demande.

  • 28 ADM, Prades, leg. 12, no 190, 9 mars 1352, fos 132-133. Édition critique par Martínez Elcacho, 200 (...)

22Les essayeurs occupent une place non négligeable dans la hiérarchie des administrations minières locales. Nommés par le conseil de la cité à Massa et Montieri, par le comte de Prades à Falset, ils font partie des rares officiers qui exercent une pratique artisanale. En Catalogne, où le secteur exploité est d’une taille moins importante que ceux de Sardaigne et de Toscane, seuls deux officiers assurent la gestion de l’exploitation de 1344 à 1352 : un administrateur des mines, assisté d’un greffier, et un essayeur. La troisième ordonnance de Falset leur adjoint un lieutenant28. Dans les sources normatives des districts miniers germaniques le Probierer apparaît à la fin du xve siècle. Il fait partie des officiers administrant un secteur, aux côtés du Bergrichter (juge des mines), du Berggerichtschreiber (greffier), du Silberbrenner (raffineur), du Schiner ou Marckscheider (arpenteur) et du Berggerichtsanwalt (sergent). L’essayeur est ainsi, avec l’administrador à Falset, le Camerlingo à Iglesias, le Camerario en Toscane ou le Bergrichter dans la province minière germanique, un garant des intérêts du seigneur et un moyen de contrôler les éventuelles fraudes.

  • 29 Breve…, livre IV, art. 99.
  • 30 Breve…, livre IV, art. 100.

23Étape commerciale et fiscale décisive, l’essai du minerai s’est imposé au début du xive siècle comme un élément central omniprésent dans l’entreprise minière. On y recourt de manière systématique et c’est un acte qui fait autorité. Le fait que l’analyse ne soit plus réalisée de manière collective, en présence de témoins, mais par un seul homme dans son atelier n’enlève rien à sa valeur politique, à sa dimension symbolique. L’obligation de s’adresser à un membre de l’administration, officier nommé par le souverain, assure la mainmise de ce dernier sur l’exploitation, puisque toute transaction est contrôlée par l’un de ses représentants permanents. Le cas d’Iglesias est intéressant, puisque les essayeurs n’y ont pas le statut d’officier. Le métier peut être exercé par qui le souhaite, sous réserve de déclarer son activité aux autorités et de prêter serment devant la cour et devant un notaire. Si cela accorde à l’essayeur indépendant le droit de pratiquer des analyses dont le résultat est officiellement reconnu comme valable, la prestation de serment ne suffit pas à lui conférer pleine et entière autorité. Lors de sa déclaration, il doit être cautionné par deux personnes dont la probité est reconnue (« due buoni et ydonei pagatori29 ») et, en cas de litige, la présence d’un officier et d’un homme honnête et loyal (« buono homo et leale30 ») est obligatoire lors du contre-essai. On se situe là dans un entre-deux où la seigneurie ne se réserve pas le monopole de l’essai mais délègue cet acte majeur tout en multipliant les garanties de neutralité. L’essayeur, bien qu’assermenté, doit occasionnellement pratiquer sous le regard de témoins.

La rationalisation des rapports entre les acteurs de l’exploitation

  • 31 Cet objectif d’estimation de la valeur totale d’une livraison de minerai est particulièrement expl (...)

24En Catalogne, la fonte du minerai et la vente du métal sont le monopole du comte de Prades. Chaque concessionnaire minier doit livrer son minerai au château de Falset, où il est stocké jusqu’à ce que suffisamment de matière soit réunie pour procéder à une fonte. Cela explique que l’essai est chose nécessaire pour fixer le prix d’un lot de minerai, dont on ne peut savoir combien d’argent en sera extrait31. Mais l’analyse sert également dans cette situation à fixer le taux de prélèvement imposé au mineur. Les ordonnances des comtes de Prades prévoient des barèmes fiscaux dont les classes varient en fonction de la qualité du minerai (facilité du traitement métallurgique ?) ou de sa teneur en argent. Les caractéristiques sur lesquelles se base le taux de prélèvement changent en 1348 puis à nouveau en 1352, de manière à encourager le travail d’extraction, ou à limiter les frais de traitement et les risques assumés par le comte. À chaque nouvelle ordonnance, l’essayeur conserve une position centrale, à la charnière d’une part entre entrepreneurs privés et administration publique, d’autre part entre mine et fonderie.

25La fiabilité des essais à petite échelle, précis, rapides et reproductibles, a en effet participé à un mouvement de rationalisation des rapports au sein des exploitations minières. L’innovation a contribué à un mouvement de séparation des tâches entre extraction minière et traitement métallurgique, en jouant le rôle de charnière entre ces deux grandes phases de la chaîne opératoire. C’est le Breve di Villa di Chiesa qui apporte le plus d’informations à propos de ce moment de transition et des règles qui s’y rapportent. La situation de cette exploitation est intéressante, puisque la fonte du minerai comme son essai ne constituent pas un monopole. L’ouverture du marché à l’initiative privée est certainement due à l’intensité de l’activité que ne pourrait contenir à elle seule une infrastructure seigneuriale. La situation regroupe donc une multiplicité de mineurs et une multiplicité de fondeurs qui ne peuvent cependant échanger librement. La vente du minerai doit obligatoirement passer par un essai, qui sert selon le code à fixer le prix du lot, mais dont l’objectif fiscal peut être raisonnablement supposé. L’article 100 du Breve indique les droits et devoirs respectifs du vendeur et de l’acheteur vis-à-vis de l’essai.

26Les principales techniques de fraude jouant sur la représentativité de l’échantillon, c’est l’acheteur qui a la main, en dehors des opérations conduites par l’essayeur lui-même. C’est lui qui échantillonne le minerai, en présence du vendeur et après s’être entendu avec lui sur la technique de prélèvement. L’échantillon est ensuite scellé dans un sac portant les sceaux et les noms des deux parties. Ils choisissent ensemble l’atelier auquel ils s’adressent ainsi que la méthode d’essai. C’est le fondeur qui doit fournir le plomb utilisé pour l’essai. Cette précision peut s’expliquer par des raisons de prise en charge d’une partie du coût de l’opération. Il paraît cependant plus probable qu’elle soit liée à la nécessaire pureté du plomb employé. Dans leurs traités, Agricola et plus encore Ercker insistent sur le besoin de disposer d’un plomb entièrement désargenté ou, à défaut, de connaître avec précision la teneur du plomb employé, afin de déduire la part de fin venant du fondant ajouté lors de l’opération. En Sardaigne, le soin de trouver un plomb sans argent est confié à l’acheteur, de telle manière qu’en cas d’enrichissement du minerai lors de l’essai, cela ne puisse être considéré comme une fraude. La mesure est par ailleurs particulièrement encourageante, puisqu’une surévaluation de la teneur du minerai à l’essai entraînerait un surcoût pour le lot tout entier, que seul l’acheteur serait amené à assumer. Enfin, l’essayeur ne pèse pas les boutons lui-même — autre différence notable entre le statut d’essayeur public et celui d’essayeur privé. C’est une nouvelle fois le fondeur qui porte les boutons de retour à l’officier en charge des poids de la ville. En cas de litige sur le choix de l’atelier, de la méthode d’essai ou autre décision devant être prise en commun, l’initiative revient à un officier. Si le résultat de l’essai est contesté, malgré les nombreuses garanties prévues par le règlement, il peut être demandé à l’essayeur de procéder à une ou plusieurs nouvelles analyses, dans sa boutique ou dans un autre atelier. Un autre essayeur peut également être chargé du contre-essai.

  • 32 Voir par exemple, à propos de l’échantillonnage, le règlement de la fonderie d’Echery à Sainte-Mar (...)

27Le Breve di Villa di Chiesa est une source particulièrement riche, qui témoigne tant d’un savoir-faire technique de pointe que de la place de l’essai dans l’organisation des rapports entre les différents acteurs de l’exploitation. L’épreuve du minerai contribue à séparer nettement le travail de la mine de celui de la fonderie en instaurant des relations standardisées entre les deux activités, entre les deux groupes de travailleurs. Les procédures sont strictement définies : nombre d’éventualités sont envisagées et les règles sont précises, à l’image des analyses auxquelles elles s’appliquent. On retrouve des procédures comparables dans les districts germaniques du xvie siècle32. Pour le xive siècle, seule la situation à Iglesias est aussi bien renseignée. L’organisation de l’exploitation du district sarde est sensiblement différente de celle en vigueur à Massa, Montieri ou Falset, mais les points communs notés entre les différents textes témoignent de similitudes importantes quant aux modalités d’exercice et au rôle des essais de minerai. Il existe en effet de fortes connexions entre ces différents sites.

Circulation et adaptation d’un modèle d’exploitation

  • 33 Compositiones variae, Biblioteca capitolare feliniana, codex 490, fos 211vo et 217ro à 231ro. Nomb (...)
  • 34 Pour l’étude de l’essai des minerais dans les recueils de recettes médiévaux, voir Gauthier, inédi (...)
  • 35 Johnson, 1939.

28Le peu de données disponibles à ce jour au sujet de l’usage des creusets dans les pratiques de métallurgie extractive, notamment en ce qui concerne les périodes historiques, ainsi que la difficulté à situer l’origine d’une pratique qui a pu prendre des formes concrètes encore inconnues rend difficile le discours sur l’origine de l’essai de minerai à petite échelle et de son rôle innovant et structurant au sein des entreprises minières. Relativement isolée du corpus de textes médiévaux touchant aux essais, il est néanmoins une source qui doit être citée dans cette étude. Les Compositiones variae constituent le premier écrit mentionnant des pratiques de réduction au creuset ayant pour but l’essai du minerai33. Nous ne détaillerons pas ici l’analyse qui peut être faite des informations de ce recueil34, mais il paraît judicieux de noter que ce manuscrit, dont la rédaction est située en pleine période carolingienne, dans une fourchette allant de 787 à 816, a certainement été copié à l’école des scribes de Lucques, en Toscane, où il est conservé35. L’antériorité notable de cet ouvrage pourrait servir à renforcer l’importance des rives de la Méditerranée dans l’évolution des modes opératoires métallurgiques ayant abouti aux pratiques traitées dans cet article.

29Cela étant, l’état actuel des connaissances ne permet pas de privilégier cette hypothèse par rapport à celle d’une technique d’essai des minerais à petite échelle originaire des districts miniers germaniques, arrivée en Italie entre les mains d’experts métallurgistes au xiie siècle. Quoi qu’il en soit, ces modes opératoires semblent avoir été progressivement mis à profit et institués dans les exploitations toscanes et sardes afin d’améliorer les rendements au cours du xiiie siècle. L’organisation des rapports entre mineurs et fondeurs qui en découle a ensuite été très rapidement diffusée dans les territoires liés par des entités politiques communes (républiques toscanes et couronne d’Aragon). Le cas de la Catalogne est à ce titre particulièrement intéressant, puisqu’il présente différentes tentatives d’adaptation du modèle défini en Italie, et permet de s’interroger sur le contexte économique dans lequel peut prendre place une innovation technique.

Une transposition technique et juridique

  • 36 Romero Tallafigo, 1979.
  • 37 ADM, Prades, leg. 16, no 200, 5 novembre 1349.

30La difficulté qu’il y a à percevoir la circulation des savoir-faire entre Saxe et Sardaigne n’a d’égale que la facilité à suivre la pratique dans sa traversée de la Méditerranée d’est en ouest. La couronne d’Aragon, devenue maîtresse de l’île en 1324, a rapidement fait établir une nouvelle version du droit minier d’Iglesias. Après avoir participé à des expéditions en Sardaigne, l’infant d’Aragon Pedro devient maître du Condado de las Montañas de Prades en 1341, à la suite d’un échange avec son frère Ramón Berenguer contre le comté d’Ampurias, en toute connaissance des richesses minières du district de Falset36. Dès mai 1343, Pedro y fit venir un maître des mines sarde pour prospecter le gisement. La première ordonnance réglementant l’organisation de l’exploitation date de la fin de l’année 1344. Les écrits de l’officier à la tête de l’exploitation témoignent également du lien étroit qui existait entre les techniciens sardes et catalans : on trouve sur la première page de son livre d’administration, daté de 1348, un tableau d’équivalence entre les poids utilisés pour les métaux dans les deux territoires. L’année suivante, en 1349, alors que plusieurs mineurs sardes font à leur tour le voyage pour venir travailler aux mines de Falset, l’infant don Pedro demande à un officier en poste à Iglesias, le capitaine Guillermo « Alione », l’envoi d’une copie du statut minier sarde afin d’y « prendre ce qu’il y trouvera de meilleur » pour amender ses propres ordonnances37.

  • 38 ADM, Entenza, leg. 1, no 44, 28 novembre 1344, article xiii.
  • 39 Flores Juanpere, 2004.
  • 40 Situation comparable liée à la mainmise politique sur plusieurs districts miniers au cœur et à la (...)

31La filiation est dans ce cas évidente. Elle ne remet pas en cause le lien existant déjà en 1344 et qui a présidé à la rédaction de la première ordonnance. Si cette dernière n’est pas comparable dans sa forme avec le Breve sarde — l’une comprend quatorze articles quand l’autre en compte cent vingt et un — et présente des éléments originaux, elle ne laisse aucun doute sur ses sources d’inspiration. La prise d’essai de trois onces38, par exemple, traduit une influence directe, exercée par des spécialistes ayant fait le trajet, à défaut d’une consultation initiale du manuscrit sarde. En 1348, c’est un Sarde, Leonardo di Dino, actif dans les mines de Falset depuis 1343, qui accède au poste d’essayeur39. Avant d’acter la nomination, le comte envoie un échantillon de minerai en Sardaigne pour qu’un contre-essai soit réalisé, afin certainement de s’assurer des compétences de son nouvel officier. Manifestement, l’expertise ne pouvait être faite en Catalogne. On constate donc, dans un contexte local apparemment dénué de tradition minière, un transfert tant technique que juridique de la pratique d’essai des minerais40. Il est le résultat direct d’une volonté politique de transposer un modèle d’exploitation, tout en y ajoutant une fiscalité propre et en adaptant l’organisation à la taille du district concerné. C’est sans doute ce qui explique que l’essai, à Falset, est confié à un unique officier seigneurial, alors que plusieurs essayeurs exercent à Iglesias, dans un cadre privé bien que très réglementé.

Continuité théorique et rupture de la pratique au xve siècle

  • 41 Verna, 2017, pp. 343-404.

32Il est intéressant de voir comment le pouvoir aragonais a voulu répéter ce modèle fonctionnel lors de la découverte de nouveaux gisements dans le comté de Roussillon à partir des années 1420, un demi-siècle après l’arrêt de l’exploitation de Falset. Malgré une intense activité de prospection documentée par des licences royales accordées de 1405 à 1468 et des tentatives d’installation d’infrastructures, aucune exploitation d’ampleur n’a pu être développée dans le haut Vallespir au xve siècle41. Les débuts ont cependant été prometteurs, et l’intérêt de la puissance publique est visible dans la mise en place d’une fusina (un atelier métallurgique) et dans la nomination de personnels dans les années 1420. Une ordonnance minière est promulguée en 1427 par Alphonse le Magnanime pour le comté de Roussillon. Ce document ainsi que plusieurs licences d’exploitation nous permettent de suivre la place prévue pour l’essai. Dans un contexte de recherche de gisements, il n’a qu’un rôle prospectif. Néanmoins, une des licences reprend tout de même les trois onces sardes, quand l’ordonnance parle d’un échantillon de deux livres et qu’une autre concession indique quatre quintaux. Les témoignages d’essais effectivement réalisés laissent à penser quant à eux qu’aucun essai à petite échelle n’a eu lieu : la charge de minerai est de l’ordre d’un ou plusieurs quintaux.

  • 42 Sur ce dossier roussillonnais, voir les analyses croisées de Verna, 2017, pp. 343-404 et de Gauthi (...)

33Ces données témoignent d’une gestion pragmatique dans un contexte où les ressources du territoire n’ont pas permis, comme à Falset ou Iglesias, d’impulser une dynamique minière forte. On devine également un éloignement du pouvoir vis-à-vis de la question minière. Comparés à la facilité d’instauration des pratiques sardes en 1344, les tâtonnements de la couronne aragonaise dans la première moitié du xve siècle laissent penser qu’une adaptation juridique trop rapide a été suivie d’un oubli progressif. La réduction à petite échelle exigeait qui plus est un savoir-faire complexe que personne ne maîtrisait en Roussillon. Les quelques décennies d’activité qu’a connues le comté de Falset n’ont pas suffi à implanter une compétence métallurgique de manière durable. Seules les relations étroites avec les mines sardes avaient permis au district des montagnes de Prades de fonctionner sur le modèle italien. La main-d’œuvre spécialisée a fait défaut dans le comté de Roussillon tout au long du xve siècle, comme en témoignent encore en 1515 les difficultés rencontrées lors d’une prospection menée dans le secteur de Montbolo. Des échantillons de minerai ayant été ramenés à la Procuration royale pour essai, celle-ci ne put trouver quelqu’un capable de réaliser l’opération. L’entrepreneur fut donc autorisé à exploiter sans que l’administration ne connaisse la valeur du gisement. La connaissait-il lui-même ? Gageons que l’entreprise ne dura pas longtemps42.

 

  • 43 Verna, 2011.
  • 44 Braunstein, 2003.

34L’échec des prétentions industrielles roussillonnaises en matière de mines polymétalliques au xve siècle est-il dû à l’absence de spécialiste maîtrisant l’art de l’essai à petite échelle ? Certes non, car nombre d’autres paramètres ont à l’évidence joué un plus grand rôle. Néanmoins la présence d’un tel expert aurait sans nul doute facilité la dynamique entreprise dans laquelle la couronne d’Aragon avait commencé à investir. L’art de l’essai à petite échelle est intimement lié à la possibilité d’une industrie « intensive43 ». Ce perfectionnement technique a largement contribué à améliorer la rentabilité des systèmes d’exploitation minière au cours des trois derniers siècles du Moyen Âge. Il réunit de manière idéale esprit d’initiative, souci de rationalité et aptitude au profit44.

35Sur les principaux gisements des rives nord de la Méditerranée occidentale, l’analyse précise, rapide et reproductible du minerai a permis une rationalisation des échanges au cœur même de l’activité, à la charnière entre travail et administration, entre mines et fonderies. L’essayeur, métier nouveau apparu simultanément dans les centres miniers et les ateliers monétaires, représente le plus souvent un lien direct entre le souverain et la production de métal fin. À la mine, il est le garant de la confiance entre les acteurs de l’exploitation. Ses analyses font autorité, aussi bien par le pouvoir que lui confère le droit que par la reconnaissance d’un savoir-faire rare. Entre discrétion et omniprésence au sein de l’entreprise minière, élément à la fois inutile à la production du métal et indispensable au bon fonctionnement d’une exploitation d’ampleur, l’essai a grandement simplifié la conduite de l’entreprise, favorisant la division du travail et une fiscalité régulière. Servant à anticiper et contrôler la production, l’analyse qualitative et quantitative du minerai s’intègre pleinement aux logiques économiques qui, bien souvent, président à la création de nouveaux procédés. Demeure néanmoins la question de savoir si l’innovation technique a permis de réorganiser les rapports au sein du système de production, ou si la modernisation progressive de l’entreprise minière a entraîné la mise au point de nouveaux modes opératoires qui se caractérisent par leur rapidité et leur précision, devenues nécessités. Spirale que d’aucuns nomment progrès.

Haut de page

Notes

1 Par exemple Braunstein, 1982 ; article ancien qui pose néanmoins clairement les bases d’une réflexion enrichie depuis trente ans par de nombreux travaux et toujours largement ouverte.

2 Gauthier, 2018.

3 Braunstein, 2003.

4 Gauthier, inédite, pp. 73-220, en particulier pp. 209-211.

5 Halleux, 2009, pp. 128-139.

6 Dauvet, Journal, f° 271.

7 Ercker, Beschreibung Allerfürnemisten Mineralischen Ertzt…, 1574.

8 Agricola, De re metallica, 1556 ; Gauthier, 2007.

9 Gauthier, inédite, p. 422.

10 Dallmann, Gühne, 1993.

11 Gauthier, inédite, pp. 187-194. La première source normative germanique comportant un article traitant de l’essai est l’ordonnance de la ville minière de Schneeberg datée de 1492.

12 Braunstein, 1992 ; Simonin avance qu’une grande partie des articles date de 1294, sans détailler ni justifier cette idée (Simonin, « De l’exploitation des mines… »). Nous ne pouvons donc en tenir compte pour dater l’apparition des règles liées aux essais.

13 Ordinamenta super arte fossarum rameriae et argenteriae civitatis Massae (cité Ordinamenta…). Nous nous référons à l’édition de Bonaini, 1850. Le manuscrit est conservé à la bibliothèque des Offices à Florence.

14 Braunstein, 1992.

15 Volpe, 1924.

16 Tangheroni, 1985.

17 Archivio Storico Comunale d’Iglesias, 1° sez., b. n° 1, Breve di Villa di Chiesa, 1327 (cité Breve…). Nous utilisons l’édition critique par Baudi di Vesme, Codex Diplomaticus Ecclesiensis, 1877.

18 Poisson, 2008.

19 Braunstein, 1992.

20 Weisgerber, 1988 ; Braunstein, 1992 ; Bonaini, 1850.

21 Ordinamenta…, art. 75 ; Breve…, livre IV, art. 99.

22 Breve…, livre IV, art. 99 et 100.

23 Pour une once aragonaise de 33,33 g, d’après Riu, 1996.

24 Pour plus de détails sur l’utilisation de flux et en particulier du plomb dans les essais à petite échelle, voir Gauthier, Téreygeol, 2013 ; Gauthier, inédite, 2012, pp. 387-410.

25 Sur la place discrète et encore peu connue du creuset dans l’histoire de la métallurgie extractive, voir Craddock, 2000 ; Bayley, Rehren, 2007.

26 « Item que qualque sia asaiador qui fara los assaigts iure que farea be e lealmente los dits asaigts a profits de les parts ». Archivo Ducal Medinaceli (ADM), Entenza, leg. 1, no 44, 28 novembre 1344, article 13. Une deuxième ordonnance est promulguée en 1348 : ADM, Entenza, leg. 1, n° 45, 14 décembre 1348. Édition critique par Romero Tallafigo, 1979.

27 « Bene e lealmente sensa fraude ». Breve…, livre IV, art. 99.

28 ADM, Prades, leg. 12, no 190, 9 mars 1352, fos 132-133. Édition critique par Martínez Elcacho, 2006.

29 Breve…, livre IV, art. 99.

30 Breve…, livre IV, art. 100.

31 Cet objectif d’estimation de la valeur totale d’une livraison de minerai est particulièrement explicite à la lecture du livre d’administration des mines de Falset, dans lequel étaient inscrits les résultats d’essais, dont on trouve un exemple dans Martínez Elcacho, 2005.

32 Voir par exemple, à propos de l’échantillonnage, le règlement de la fonderie d’Echery à Sainte-Marie-aux-Mines : Tiroler Landesarchiv Innsbrück Handschrift 5152, 25 janvier 1533, art. 25 ; et le rapport de Wilhelm Prechter : Archives départementales du Haut-Rhin, E 1979, 1er octobre 1602 ; sur les contre-essais (Gegenproben), l’article 8 du règlement minier de Mansfeld de 1521 : Mück, 1910, p. 124 (« Bergordnung (Reformation) der Grafen Gunther, Ernst, Haier, Gebhart und Albrecht zu Mansfeld », art. 8).

33 Compositiones variae, Biblioteca capitolare feliniana, codex 490, fos 211vo et 217ro à 231ro. Nombreuses éditions du texte original, dont celle d’Hedfors, 1932.

34 Pour l’étude de l’essai des minerais dans les recueils de recettes médiévaux, voir Gauthier, inédite, pp. 76-96.

35 Johnson, 1939.

36 Romero Tallafigo, 1979.

37 ADM, Prades, leg. 16, no 200, 5 novembre 1349.

38 ADM, Entenza, leg. 1, no 44, 28 novembre 1344, article xiii.

39 Flores Juanpere, 2004.

40 Situation comparable liée à la mainmise politique sur plusieurs districts miniers au cœur et à la marge de la province minière germanique au xvie siècle : Gauthier, Fluck, 2012.

41 Verna, 2017, pp. 343-404.

42 Sur ce dossier roussillonnais, voir les analyses croisées de Verna, 2017, pp. 343-404 et de Gauthier, inédite, pp. 150-159 et 187-197.

43 Verna, 2011.

44 Braunstein, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. — Localisation des districts miniers étudiés
Crédits DAO : J. Gauthier.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/8223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 1. — Scorificatoires, xvie siècle, Sainte-Marie-aux-Mines (68)
Crédits © J. Gauthier.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/8223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2. — Four à moufle, après 1575, Dresde (côté base 34,5 cm)
Crédits © A. Kramarczyk / Schlossbergmuseum Chemnitz.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/8223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 3. — Foyer de forge aménagé pour l’essai des minerais au creuset
Crédits Source : Agricola, De re metalica…, 1556, p. 180.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/8223/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Gauthier, « Innovation technique et rationalisation structurelle dans les centres miniers des cités toscanes et de la couronne d’Aragon »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-1 | 2018, 89-110.

Référence électronique

Joseph Gauthier, « Innovation technique et rationalisation structurelle dans les centres miniers des cités toscanes et de la couronne d’Aragon », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 17 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8223 ; DOI : 10.4000/mcv.8223

Haut de page

Auteur

Joseph Gauthier

Université de Haute-Alsace (Cresat, EA 3436) – CNRS (Iramat, UMR 5060)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals